Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2014

L'actualité des socialistes du 15 au 27 juillet (mise à jour)

A La une

Paris Match - JEAN-CHRISTOPHE CAMBADÉLIS "LE CENTRE NOUS REJOINDRA"

Paris Match. Vous fêtez cette semaine vos 100 jours à la tête du PS et l’on parle déjà de «Cambamania». Vous voulez «tout changer». Souhaitez-vous en finir avec l'appellation de social-démocratie?
Jean-Christophe Cambadélis. Oui, il faut tout changer mais avant de s’occuper de la vitrine, il faut s’occuper du fond de commerce. Les socialistes sont confrontés à une nouvelle époque et ils doivent fonder leur socialisme moderne. Après on verra s’il faut rompre avec telle ou telle formule.

24, 25, 26 et 27 juillet

Libé - Yann Galut (PS): «Le combat est pris en otage par une minorité radicale»

Le député socialiste Yann Galut a participé ce mercredi à la manifestation pro-palestinienne qui s'est déroulée à Paris. Il déplore comme nombre de ses collègues les réajustements successifs de la position française. 

Libé - François Hollande, illico texto

Le Président, accro aux SMS, n’hésite pas à en user auprès des ministres. Quitte à bousculer le protocole. 

Ce vendredi 4 avril au matin, le nouveau gouvernement Valls a rendez-vous au salon Murat du palais de l’Elysée pour son tout premier Conseil des ministres. Ils sont seize autour de la table. Seize pour incarner ce «gouvernement de combat»,dont la mission principale est de faire oublier le temps des couacs de l’ère Ayrault. François Hollande entre. Un silence solennel s’installe. Le Président prend la parole. Et annonce… l’interdiction des portables en Conseil des ministres.24 et 25 juilletLibé - Les députés adoptent la France à 13 régionsLe premier volet du projet de réforme territoriale a été voté et doit désormais repartir en seconde lecture au Sénat, à l'automne.Les députés ont adopté mercredi le premier volet de la réforme territoriale, qui prévoit une nouvelle carte de France à 13 régions et le report des élections départementales et régionales de mars à décembre 2015.

 Libé - L’obsession économique du Président

Aller plus vite. Si la politique est l’art de gérer le temps, quel est le sens de l’accélération décrétée hier par François Hollande et jusqu’ici créditée par les Français à son Premier ministre ? S’il a nommé Manuel Valls à Matignon, c’est parce qu’il met «de l’efficacité, de l’organisation et de la rapidité», a-t-il reconnu. Façon de souligner en creux les manques du gouvernement Ayrault et de tenter de récupérer une part de la popularité de son Premier ministre, deux fois plus importante que la sienne. Pour ne pas se retrouver dans le rôle de l’«hypoprésident» face à un «hyperpremier ministre», François Hollande a rappelé que c’est lui qui tient le levier de vitesse.

Le premier volet du projet de réforme territoriale a été voté et doit désormais repartir en seconde lecture au Sénat, à l'automne.

 

Les députés ont adopté mercredi le premier volet de la réforme territoriale, qui prévoit une nouvelle carte de France à 13 régions et le report des élections départementales et régionales de mars à décembre 2015.

22 et 23 juillet
 
L'ancien ministre, favori et adoubé par l'actuel président de l'Association des maires de France, va affronter un probable candidat socialiste... ce qui ne devrait néanmoins pas trop perturber son élection.
Le Figaro - Gaza : des députés PS demandent à Hollande de suivre Chirac et d'écouter Fabius

Plusieurs députés socialistes ne comprennent pas la position de François Hollande sur le conflit israélo-palestinien. «Des diplomates français sont atterrés», confie un parlementaire de la majorité.

20 et 21 juillet 

Le Monde - La bataille d'un député PS du Nord contre la fusion avec la Picardie

Quelques jours après l’adoption par l’Assemblée nationale de la loi sur la réforme territoriale, la fusion des régions du Nord-Pas-de-Calais et de laPicardie, prévue par le texte, n’en finit pas de faire des mécontents. Alors que la maire de Lille, Martine Aubry, est sortie de son long silence, vendredi 18 juillet, pour critiquer ce rapprochement, le député socialiste du Nord Bernard Roman revient à la charge lundi 21 juillet.

Libé - Christophe Léonard. A fond la fronde

Costume repassé, lunettes noires à monture lisse, sourire urbain, Christophe Léonard a l’apparence du gendre idéal. C’est pourtant le seul jusqu’au-boutiste des députés frondeurs socialistes. Pas la grande gueule que l’on voit partout dans les médias, non. Méconnu du grand public, le député de la 2e circonscription des Ardennes, celle de Charleville-Givet, maîtrise mal sa com. Pourtant, il affirme qu’«au sein du groupe PS, tout le monde sait qui il est». Dernièrement, il a beaucoup montré sa tête sur les sites d’info. L’élu s’est abstenu sur le vote du budget rectificatif de 2014, alors que ses collègues socialistes se sont tous rangés. 

Le Lab - Luc Carvounas, sénateur proche de Manuel Valls, souhaite que le PS présente un candidat pour la présidence de l’AMF face à François Baroin

Il est, pour le moment, le seul candidat déclaré. En duo avec un élu socialiste qui plus est. François Baroin, qui va tenter de devenir sénateur en septembre prochain, est le candidat adoubé par le sortant Jacques Pélissard pour lui succéder à la présidence de la puissance Association des maires de France 

Le Midi Libre - Comment la tutelle veut sortir la fédération PS du Gard de l’ornière

Jeudi, à Nîmes, Émeric Bréhier, député de Seine-et-Marne, Rachid Temal, premier fédéral du Val d'Oise, et Jules Joassard, membre du conseil national du PS, ont plongé dans le chaudron bouillant du PS gardois. Ils en ont profité pour s'afficher en patrons d'une fédération qui sombre dans la guerre des clans.

Libé - «Le couple Elysée-Matignon, c’est du Feydeau»

Pour Bastien François, la Ve République a rendu le rôle présidentiel impossible à exercer. 

Bastien François, 52 ans, est professeur de science politique à l’université Panthéon-Sorbonne. Elu régional Europe Ecologie-les Verts d’Ile-de-France, il a cofondé avec Arnaud Montebourg la Convention pour la VIe République (C6R).
 
19 et 20 juillet

Le Monde - Aubry à Hollande : « Il n'est pas trop tard pour réussir le quinquennat »

Depuis que les députés socialistes ont redessiné une carte de France à treize régions où le Nord - Pas-de-Calais et la Picardie sont fusionnés, Martine Aubry ne décolère pas. Après la publication d'un communiqué, mardi, la maire de Lille a tenu une conférence de presse entourée de huit élus du Nord - Pas-de-Calais, vendredi 18 juillet.

Libé - Martine Aubry : il n'est «pas trop tard pour réussir le quinquennat»

La maire de Lille Martine Aubry (PS) a jugé vendredi qu’il n’était «pas trop tard»pour «réussir le quinquennat», notamment la réforme sur les régions. «On a fait de belles choses, on en a loupé d’autres», a déclaré, lors d’une conférence de presse à Paris, Martine  Aubry, très discrète au plan national depuis qu’elle a quitté la direction du PS en septembre 2012. «Si depuis deux ans dans tous les domaines, on avait eu une grande vision et une méthode, on aurait eu un peu moins de problèmes», a-t-elle jugé.

Libé - Aubry profite de la réforme territoriale pour monter au créneau

Qui touche à son bastion récolte la baston. Astreinte à une diète médiatique depuis la victoire de François Hollande, Martine Aubry a craqué. Vendredi, lors d’une conférence de presse avec plusieurs élus socialistes du Nord, la maire de Lille a laissé éclater sa colère après que l’Assemblée nationale a acté vendredi au petit matin le principe d’une fusion entre «son» Nord-Pas-de-Calais et la Picardie. Une charge à portée nationale : «Si nous avions eu une plus grande vision dans tous les domaines depuis deux ans, il y aurait moins de problèmes», a-t-elle taclé. Avant d’ajouter qu’«il est encore temps de réussir» un quinquennat au cours duquel «on a fait de belles choses [et] on en a loupé d’autres.»

Le Monde - Réforme territoriale : Le Guen répond à Aubry en colère contre la fusion Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Martine Aubry est en colère, et cela commence à inquiéter le gouvernement. Mardi 15 juillet, la maire de Lille avait qualifié d'« aberration » l'idée de fusionner les régions Nord - Pas-de-Calais et Picardie. Jeudi matin, Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, s'est chargé de répondre sur RTL à l'ancienne candidate aux primaires socialistes :

Le Monde - Réforme territoriale : quelles tractations derrière la nouvelle carte ?

Les députés socialistes ont proposé, mardi 15 juillet, leur propre carte des régions françaises, en ramenant leur nombre de 22 à 13 au lieu des 14 initialement prévues. Mais la carte est loin d'être finalisée.

18 juillet

Le Lab - "Meccano", "Monopoly", "Sims" : les métaphores des élus PS du Nord pour critiquer l’idée d’une fusion Picardie/Nord-Pas-de-Calais 

Dans le paysage politique, il y a certaines saillies qui piquent plus que d’autres. Tenue à une certaine réserve depuis sa mairie de Lille, Martine Aubry fait partie de cette catégorie. Alors, quand elle signe, avec de nombreux élus PS du Nord, un communiqué pour dénoncer "l’aberration" que constitue selon elle la fusion de la Picardie et du Nord-Pas-de-Calais, ça ne passe pas inaperçu.

Les Echos - Didier Guillaume (PS) candidat à la présidence du Sénat

Le président du groupe socialiste au Sénat se dit convaincu d’une victoire de la gauche aux sénatoriales de septembre. Il compte prendre la succession de Jean-Pierre Bel à la présidence de la haute assemblée.

Le Monde - Bagarre entre la France et l’Allemagne sur le poste de Moscovici à Bruxelles 

Pierre Moscovici n’est pas encore tout à fait fixé sur son sort de commissaire européen. François Hollande pourrait certes confirmer, mercredi 16 juillet, en marge d'un Conseil européen extraordinaire, le choix de son ancien ministre des finances pour la Commission européenne. Mais en raison des réserves de l’Allemagne, il va devoir se battre pour obtenir le portefeuille discrètement espéré par la France : les affaires économiques et monétaires.

17 juillet

Le Monde - Claude Sérillon quitte son poste de conseiller à l'Elysée

Entamé il y a trois mois, le remaniement du cabinet de François Hollande se poursuit, à petites touches. Claude Sérillon vient ainsi de quitter ses fonctions de « conseiller à la présidence de la République », mardi 15 juillet, jour où l'ancien secrétaire général adjoint Emanuel Macron organisait par ailleurs son pot de départ. Cette sortie était envisagée depuis plusieurs semaines dans le cadre de la réorganisation du staff élyséen. Mais l'ancien journaliste s'étant révélé dans un premier temps réticent à quitter sesfonctions, le décret, signé vendredi, n'a été publié au Journal officiel que ce mercredi 16 juillet.

Libé - Aurélie Filippetti chassée du Off par des intermittents

Plus tôt dans la journée, des représentants du mouvement de protestation réunis en collectif ont refusé de rencontrer la ministre, estimant que de «véritables négociations» étaient nécessaires dans le conflit sur la nouvelle convention d'assurance chômage.

Libé - La fusion Nord-Pas-de-Calais - Picardie, une «aberration» pour Aubry

La nouvelle carte concoctée par les députés ne plaît pas à Martine Aubry, qui fustige la fusion de sa région avec la Picardie, «deux régions en grandes difficultés», selon elle

Libé - Réforme territoriale : les députés PS s'accordent sur une nouvelle carte de France

Les responsables socialistes du texte suggèrent désormais de fusionner Poitou-Charentes, Aquitaine et Limousin.

16 juillet

Libé - Hollande : «Tout est sur la table, rien ne sera modifié»

Lors de la traditionnelle interview du 14 Juillet, François Hollande a préféré aux effets d’annonce la réaffirmation de ses choix et une clarification du calendrier des deux années à venir.

14-Juillet : revivez l'interview de François Hollande

Le président de la République répond, lundi 14 juillet, aux questions de Gilles Bouleau (TF1) et de David Pujadas (France 2).

Les décodeurs, Le Monde - 14-Juillet : ce qu'a dit François Hollande

Comme le veut la tradition, le président de la République a donné un entretien télévisé, lundi 14 juillet, répondant aux questions des journalistes de France 2 et TF1, David Pujadas et Gilles Bouleau. François Hollande y a été interrogé sur son bilan mais également sur les prochaines réformes. Florilège de ses réponses.

15 juillet

Libé - Droit de vote des étrangers, Hollande «ne renonce pas»

Le chef de l'Etat a répondu à l'interview du 14 Juillet, après un défilé placé sous le signe des commémorations du centenaire de 14-18.

Le Parti socialiste fait ouvrir son université d'été par un maire dissident

PAS RANCUNIER - Il faut savoir tourner la page, et Jean-Christophe Cambadélis l'a bien compris. Le Premier secrétaire du Parti socialiste ouvrira, le 29 août prochain, l'université d'été du Parti socialiste, en présence de Jean-François Fountaine, maire socialiste de La Rochelle. Jusqu'ici, tout est normal. Sauf que l'édile rochelais s'était présenté, en mars dernier, contre la candidate officiellement choisie par le parti, et était donc ce qu'on appelle un dissident

Le Lab - François Hollande reconnaît auprès de ses amis avoir "sous-estimé l'isolement" du président avant d'entrer à l'Elysée

TOUT COMPTE FAIT - C'est un engagement qu'il avait pris en réaction aux petites habitudes de Nicolas Sarkozy: ne pas recevoir les députés socialistes à l'Elysée. Et finalement, François Hollande n'a plus l'air si convaincu que ça de la nécessité d'une telle règle. Le Parisien raconte le dîner du président dans le 18e arrondissement, le 11 juillet dernier, avec certains de ses amis socialistes

13/07/2014

L'actualité des socialistes du 30 juin au 13 juillet (mise à jour)

A la une

France Info - Arnaud Montebourg, le révolutionnaire compétitif

Après Manuel Valls a décidé à sortir la France des blocages partisans, et accusé de trop en donner aux patrons, voici Arnaud Montebourg. Le ministre de l’Economie se pose en militant de la croissance. En militant de gauche, surtout.

Le Figaro - «Montebourg a été ambigu dans son rapport à la politique du gouvernement»

INTERVIEW - Pour Rémi Lefebvre, professeur de sciences politiques et spécialiste du PS, le ministre de l'Économie a joué sur deux tableaux jeudi lors de son discours à Bercy, en oscillant entre solidarité et «critiques à fleurets mouchetés».

11, 12, 13 et 14 juillet

Le Nouvel Obs - Montebourg : petite leçon d'économie devant un public déjà conquis

Pour sa conférence sur le redressement économique français, Arnaud Montebourg a été accueilli par un public varié, et visiblement acquis à sa cause. Même Serge Dassault.

Paris Match - Les frondeurs du Parlement, L’exécutif dans les sables mouvants

«On est un peu comme les premiers chrétiens. Même si certains sont dévorés par les lions, on construira l’Eglise. » La métaphore osée est du député Pascal Cherki. Les jeux du cirque, l’hémicycle ? Entre envolées théâtrales et coups bas, les ressemblances sont frappantes ces derniers temps. Dans le rôle des gladiateurs rebelles, quelques dizaines de députés socialistes vent debout contre la ligne proentreprise et les baisses de charge massives promises par Manuel Valls.

Le Figaro - À Marseille comme à Paris, la gauche en crise cherche à rassembler les siens

La situation est grave pour la sénatrice socialiste Marie-Noëlle Lienemann. «On voit aujourd'hui des choses qui n'ont jamais existé jusque-là!». Une situation «complexe» pour la gauche après les cuisants échecs aux municipales et aux européennes, une «profonde crise démocratique», un Parlement «sans pouvoir» dans lequel s'affronte la majorité… Face à cela, son courant Gauche Avenir vante un travail sur le fond, pour rassembler la gauche.

Le Nouvel Obs - Montebourg : un plan pour "restituer 6 milliards aux Français"

Le ministre de l'Economie présente un plan pour le "redressement économique de la France". Un projet de loi est attendu pour septembre.

BFM TV - Karine Berger veut "proposer un point d'équilibre"

Karine Berger, député PS, était l'invité de BFM Business ce mercredi 9 juillet. Elle est notamment revenue sur la création de "Cohérence socialiste", une nouvelle sensibilité.

10 juillet

Le Nouvel Obs - "Les décisions sont prises a l'Elysée, sans discussion"

Quatre députés lancent "Cohérence socialiste", un collectif qui souhaite ouvrir le débat sur la politique économique au sein du PS.

Les députés Karine Berger, Valérie Rabault, Yann Galut et Alexis Bachelay lancent une nouvelle sensibilité, "Cohérence socialiste", pour ouvrir le débat économique au sein du PS. Entretien.

Le Nouvel Obs - François Hollande ? "Plaisir de trahir, joie de décevoir"

Ex-soutien du président, l'écrivain Laurent Binet est stupéfait par la politique menée aujourd'hui. Il l'écrit pour la première fois dans "le Nouvel Observateur", en kiosque le 10 juillet. Extraits.

Les Echos - 69 milliards de prélèvements en plus entre 2011 et 2013

La rapporteure du Budget, Valérie Rabault, a chiffré les hausses de prélèvements depuis 2008, sur les ménages et les entreprises.

Le Monde - Une nouvelle carte des régions adoptée, avec le Limousin uni à l'Aquitaine

Les députés ont voté en commission, mercredi 9 juillet, une nouvelle carte des régions. Seul changement par rapport au projet initial du gouvernement, le Limousin sera désormais uni à l'Aquitaine.

Le Monde - Le budget de la Sécurité sociale adopté malgré l'abstention de 33 «frondeurs»

Les députés « frondeurs » n'ont pas réussi à ébranler le gouvernement de Manuel Valls. L'Assemblée nationale a adopté mardi 8 juillet le projet de loi de financement rectificative de la Sécurité sociale (PLFRSS) par 272 voix pour, 234 contre et 54 abstentions. Ce vote était un test pour l'exécutif, qui peinait à convaincre l'aile gauche du Parti socialiste sur ce programme qui prévoit 50 milliards d'euros d'économies.

9 juillet

Marianne - Et ils se virent 35 en arrivant au vote...

Ils partirent 41 mais sans un prompt renfort, ils se virent 35 en arrivant au vote du projet de loi de financement rectificative de la Sécurité sociale... Ils, ce sont les frondeurs du PS. Mais ces mécontents du hollandisme et du vallsisme ne baissent pas les bras et évoquent déjà les prochaines batailles. Passage en revue des troupes restantes.

Marianne - La Rochelle : quand Aubry joue les filles de l'air

Alors que le programme de la prochaine université d’été du Parti socialiste est pratiquement bouclé, une personne manque encore à l’appel : Martine Aubry. David Assouline, sénateur de Paris et organisateur de cette édition qui se tiendra les 29, 30 et 31 août à la Rochelle, ne sait toujours pas si la maire de Lille fera le déplacement. Une absence qui brouille un peu plus les pistes sur la stratégie de l’ancienne ministre de l’Emploi.

Libre à Gauche - Europe : des efforts mais peut encore mieux faire ! Par Julien Dray

Le Sommet qui s’est tenu à Bruxelles ces 26 et 27 juin a été marqué à la fois par la désignation de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne et par quelques progrès marqués par les tenants d’une inflexion de la politique économique au niveau de l’UE. Juncker désigné, ce n’est pas une surprise. Le groupe auquel il se rattache – le Parti Populaire Européen (PPE) – est majoritaire au Parlement européen après les élections du 25 mai.

Libre à Gauche - Maintenant ! Par Julien Dray

Nos institutions sont désormais mises au défi. Alors que la Vème République était faite pour donner à un homme les clés du pouvoir régalien dans la période de décolonisation, il est désormais urgent de donner à notre République les moyens institutionnels d’affronter l’évolution du monde, en prenant en compte ses mutations.

Rue 89 - Frondeurs : qui sont les vrais, qui sont les dégonflés ?

Ce mardi, l’Assemblée nationale a voté le budget rectificatif de la Sécurité sociale (PLFRSS). Derrière des aspects techniques, ce texte a une importance centrale.

Pour ses conséquences économiques, d’abord : il met en musique le « pacte de responsabilité » voulu par le Premier ministre Manuel Valls. Pour sa résonance politique, ensuite : le vote des lois de finances détermine traditionnellement l’appartenance à la majorité.

Le Figaro - Le PS et ses courants préparent l'université d'été de La Rochelle

LE SCAN POLITIQUE - David Assouline a présenté lundi le programme du rendez-vous annuel du PS, qui aura lieu fin août. Les frondeurs et la Gauche forte préparent eux aussi leur rentrée politique.

8 juillet

Le Nouvel Obs - Conférence sociale : la CGT et FO boycottent, Hollande réplique

Le chef de l'Etat juge que le dialogue social ne peut "pas être une perpétuelle surenchère" et appelle le patronat à "aboutir à de vrais résultats".

Le Figaro - François Hollande et Manuel Valls entre deux feux

C'est un anniversaire amer pour Manuel Valls. Le premier ministre fête ce mardi ses cent premiers jours à Matignon. Cent jours au terme desquels il apparaît au moins aussi «entravé» que ne l'est à ses yeux la France. Cent jours qui s'achèvent sur une rupture historique entre l'exécutif, la CGT et FO, ces deux syndicats ayant décidé de boycotter la seconde journée de la conférence sociale qui a débuté lundi et qu'il clôturera ce mardi après-midi.

Libé - Sapin: «Notre amie c’est la finance: la bonne finance»

Le ministre des Finances, Michel Sapin, a déclaré dimanche que la finance était l'«amie» du gouvernement et de l’économie, précisant «la bonne finance», dans une intervention aux Rencontres économiques d’Aix-en-Provence. «Nous avons à répondre à une très belle question: "Y a-t-il une finance heureuse, au service d’investissements heureux ?" Je l’exprimerai autrement et vous verrez ma part de provocation. Notre amie c’est la finance: la bonne finance», a-t-il lancé, déclenchant des rires dans la salle.

7 juillet

Le Monde - Pour Valls, il est temps de réformer la France, la gauche et le PS

Manuel Valls a prononcé dimanche 6 juillet un plaidoyer pour la réforme et le mouvement et revendiqué un « réformisme assumé », afin de « remettre en marche » une France « bloquée », « coincée dans ses postures partisanes » et « tétanisée » par la peur de l'avenir.

A la veille d'une conférence sociale sous tension et cent jours après sa nomination à Matignon, le premier ministre s'adressait à des militants du Parti socialiste au pouvoir, rassemblés pour un banquet champêtre à Vauvert, dans le Gard

Les Echos - Valls veut « remettre en marche » une France « bloquée »

Le Premier ministre, à Vauvert, dans le Gard, a invité la gauche au pouvoir à se « réinventer », à « sortir des vieilles recettes du passé » et à le suivre dans la voie de son « réformisme assumé ».

Le Lab - Les députés frondeurs auront leur propre salle aux universités d’été du PS

Ils seront évidemment là, les Laurent Baumel, Pouria Amirshahi, Pascal Cherki et les autres, ces frondeurs socialistes qui donnent des maux de tête à l’exécutif - et à Bruno Le Roux. Rendez-vous est donc pris pour les universités d’été du PS, fin août, à La Rochelle, pour s'expliquer.

6 juillet

Le Lab - "Fronde" au PS : l’aubryste Christian Paul estime que Martine Aubry doit apporter "sa contribution au débat économique et social"

La "fronde" de certains députés socialistes contre la politique économique du gouvernement est-elle dirigée en sous-main par Martine Aubry ? La question se pose étant donnée la forte présence d’élus estampillés "aubrystes" comme Jean-Marc Germain ou Christian Paul parmi les députés rebelles. Mais la maire de Lille, elle, se fait très discrète dans le débat.

Le Figaro - Valls va vanter son «réformisme» à la veille de ses 100 jours à Matignon

Le premier ministre sera dimanche à Vauvert, dans le Gard, où il avait prononcé il y a un an discours remarqué sur le «réformisme assumé». Au programme notamment : un déjeuner républicain en présence de militants socialistes.

Le Lab - Cambadélis renvoie Sarkozy aux conseils qu'il avait prodigué à DSK : "répondre aux juges et éparger les Français de ses commentaires"

LE POINT DSK - Invité à commenter sur RTL ce 3 juillet l'interview de Nicolas Sarkozy sur Europe 1 et TF1 la veille au soir et ses accusations "d'instrumentation politique de la justice", Jean-Christophe Cambadélis a renvoyé l'ancien Président à ses propres propos, tenus en avril 2012 en pleine affaire DSK.

Le Lab - Manuel Valls : "La Constitution nous donne les pouvoirs pour empêcher des débats entre socialistes au sein de l’hémicycle"

Face aux frondeurs, l’exécutif a menacé d'avoir recours à ce que l’on appelle communément le "vote bloqué". En résumé, le gouvernement impose SA version du texte aux députés, sans aucun amendement que ceux validés – et donc souhaités – par le gouvernement. Vous n’avez plus qu’à signer, là, en bas à droite.

Le Figaro - Les "frondeurs" PS à La Rochelle fin août

Les députés socialistes "frondeurs" ont prévu de présenter leur démarche aux militants lors des journées d'été du PS à La Rochelle fin août, a-t-on appris aujourd'hui auprès de plusieurs d'entre eux.

5 juillet

Libé - Réforme territoriale : le Sénat rejette la carte du gouvernement

Les sénateurs n'approuvent pas la nouvelle carte des régions dessinée par le gouvernement et l'ont fait savoir en votant un amendement supprimant un article clef. Mais celui-ci sera réintroduit à l'Assemblée.

4 juillet

Les décodeurs, Le Monde - Le budget participatif, nouvelle tendance des villes du monde

« Je souhaite donner les clés du budget aux citoyens », a soutenu Anne Hidalgo, la maire socialiste de Paris, mercredi. Ce même jour, elle a lancé son opération de budget participatif, sur la place de la République. Mesure innovante pour la capitale, vecteur de démocratie directe, les arguments pleuvent pour justifier le démarrage d'une telle initiative à la mode.

Le Nouvel Obs - Défense de Sarkozy : "Une méthode de diversion éculée" pour Taubira

Dans un entretien, à paraître ce vendredi, à des quotidiens régionaux, la ministre de la Justice estime que l'ancien président a opté pour "une piètre ligne de défense".

Le Monde - Bartolone accuse Sarkozy de « malmener publiquement la justice »

Au lendemain de l'entretien donné à TF1 et Europe 1 par l'ancien chef de l'Etat où il a dénoncé « l'instrumentalisation politique d'une partie de la justice », Claude Bartolone, président PS de l'Assemblée nationale, a accusé sur iTélé Nicolas Sarkozy de malmener la République.

Le Figaro - Arnaud Montebourg s'imagine en chef des frondeurs

LE SCAN POLITIQUE - Le 10 juillet, le ministre de l'Économie va prononcer un grand discours pour exposer sa ligne économique. L'occasion pour lui de se positionner pour 2017 comme chef incontesté de l'aile gauche du PS.

Europe 1 - Ce discours choc que prépare Montebourg

INFO E1 - Décidé à incarner la gauche de la gauche, le ministre veut marquer les esprits avec un grand "discours de politique générale" économique.

Le jeudi 10 juillet ne sera pas un jour comme les autres pour Arnaud Montebourg. Selon les informations d'Europe 1, le ministre de l’Economie a en effet décidé de marquer les esprits avec un grand "discours de politique générale". Un évènement soigneusement préparé qui doit lui permettre d’incarner l’aile gauche de la majorité socialiste, de plus en plus tentée par la rébellion.

3 juillet

Le Monde - Pénibilité : la CFDT dénonce « une rupture du dialogue social » de Valls

« Cette interview est une rupture en termes de dialogue social », a déclaré au Monde, mercredi 2 juillet, Laurent Berger. Le secrétaire général de la CFDT réagissait aux propos tenus par Manuel Valls dans Les Echos au sujet de la mise en oeuvre du compte pénibilité, prévu par la réforme des retraites, en 2015.

Libé - Manuel Valls, l'écho du patronat

Sur RMC-BFMTV comme dans «les Echos», le Premier ministre ouvre des brèches sur le terrain du social, au grand dam des syndicats.

Pourquoi se priver ? Depuis qu’il est monté en première ligne sur les conflits des cheminots et des intermittents il y a quinze jours, Manuel Valls veut du «mouvement». Alors ce mercredi, au lendemain d’un vote large de sa majorité sur le budget rectificatif, le Premier ministre, bien conscient des rapports de force actuels, fonce sur le terrain — miné — du social.

Le Monde - L'Assemblée a voté à une très large majorité l'allègement des cotisations salariales

L'Assemblée nationale a voté très largement, mardi 1er juillet, le premier article du projet de budget rectificatif de la Sécurité sociale, prévoyant une exonération de cotisations salariales jusqu'à 1,3 smic. Ces exonérations, jusqu'à 1,5 smic pour les fonctionnaires, ont été adoptées par 182 voix contre 3 dans l'Hémicycle.

Libé - Réforme de l'Etat : ça va simplifier

Et maintenant… la réforme de l’Etat. La plus belle arlésienne de la vie politique française, pour l’instant grande oubliée du début de quinquennat de François Hollande, fait son entrée ce mercredi matin en conseil des ministres. Ce sera sans fioritures, juste une communication, a priori du Premier ministre, sur la feuille de route du gouvernement et plus particulièrement celle de Thierry Mandon, le nouveau secrétaire d’Etat à la réforme de l’Etat et à la simplification.

Les Echos - Gel des retraites : échec des «frondeurs» du PS

Les retraites supérieures à 1.200 euros par mois seront bien gelées. Les « frondeurs » du PS et l’opposition de droite ne sont pas parvenus à supprimer cette mesure d’économie à l’Assemblée.

Le Parisien - Les députés votent le gel des retraites au-delà de 1 200 euros

Ce mercredi, les députés ont voté le gel pour un an des pensions de retraite supérieures à 1 200 euros par mois qui auraient dû être revalorisées au 1er octobre. Dans les faits, cela revient à un gel de 18 mois puisque la date de revalorisation annuelle des retraites avait déjà été décalée cette année d'avril à octobre à l'occasion de la réforme des retraites.

Europe 1 - Montebourg lance son comité contre l'austérité

AUSTÉRITÉ VS RELANCE - Le ministre de l'Economie a inauguré mercredi le "conseil indépendant pour la croissance et le plein emploi".

Arnaud Montebourg est en persuadé : les politiques d'austérité sont moins efficaces qu'une relance de l'économie. Le ministre de l'Economie a donc constitué un groupe de choc chargé de plancher sur la question, le "conseil indépendant pour la croissance et le plein emploi" qu'il a inauguré mercredi.

Huffington Post - Royal l'emmerdeuse : la Une de "L'Express" indigne Manuel Valls et les socialistes

"Royal l'emmerdeuse". Ce titre provocateur du magazine L'Express a fait bondir Manuel Valls. Invité à réagir ce mercredi 2 juillet sur BFMTV, le premier ministre a jugé cette Une "dégradante" avant de chanter les louanges de sa ministre de l'Environnement.

FranceTVinfo - Compte pénibilité, code du travail, charges... Comment Valls lâche du lest face aux patrons

Alors que le patronat menace de boycotter la conférence sociale, le Premier ministre annonce de nouvelles mesures en faveur des entreprises.

Les Echos - Manuel Valls : «Je veux sortir la France de ses blocages»

A la veille de la conférence sociale et en plein débat budgétaire au Parlement, Manuel Valls donne aux « Echos » sa première grande interview économique. « Notre politique est bien calibrée, elle a été longuement mûrie », défend le Premier ministre, se posant comme « le Premier ministre qui redonne confiance ». Il répond aux critiques du patronat et des frondeurs du PS. Il annonce un report partiel du compte pénibilité et affiche sa volonté de réformer le code du Travail

2 juillet

Les Echos - Le collectif budgétaire adopté à une vaste majorité

Les députés PS "frondeurs" qui s'étaient abstenus lors du vote des 50 milliards d'euros d'économies avaient décidé, lors d'une réunion mardi, de voter le projet de loi de finances rectificative (PLFR). Les écologistes avaient indiqué qu’ils le voteraient "en majorité"

Le Nouvel Obs - Mise sous tutelle de la fédération PS du Gard

Cette mise sous tutelle intervient alors qu'une enquête préliminaire a été ouverte le mois dernier sur la comptabilité de la fédération socialiste du Gard.

Marianne - Ces amendements des "frondeurs" que le gouvernement ne voulait pas voir

Ce lundi débutait l’examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale rectificative (PLFSSR) à l’Assemblée. Un enjeu pour les députés "frondeurs" du PS et leurs homologues écolos et Front de gauche qui souhaitaient continuer le rapprochement opéré la semaine dernière. Mais le gouvernement, paniqué à l'idée de se retrouver mis en minorité, a choisi d'autoriser les parlementaires à ne voter que sur ses propres amendements…

Le Parisien - Budget de la Sécu : le gouvernement verrouille le vote pour contrer les «frondeurs»

Au lendemain de la décision du gouvernement de reporter les votes à l'Assemblée sur les articles et amendements au projet de budget rectificatif de la Sécu pour 2014, le recours au vote bloqué se précise.

Le Monde - Les députés approuvent le budget rectificatif de l'Etat

Les députés ont adopté en première lecture, mardi 1er juillet, le projet de budget rectificatif de l'Etat pour 2014, par une large majorité de 307 voix contre 232. Ce texte prévoit notamment une réduction d'impôt sur le revenu pour les ménages modestes, et 4 milliards d'euros d'économies pour poursuivre la réduction du déficit public à 3,8 % du PIB. Y figure aussi le remplacement de l'écotaxe par un péage de transit poids lourds.

Libé - Les «frondeurs» PS votent finalement le budget

Les socialistes contestataires ont prévu de concentrer leurs forces sur le projet de loi de finances de la Sécurité sociale, mardi prochain

BFM TV - Les frondeurs du PS vont voter pour le budget rectificatif de l'Etat

Les frondeurs du PS vont voter pour le budget rectificatif de l'Etat, a annoncé mardi l'un de leurs leaders, le député Christian Paul. Par contre, ils "ne voteront pas en l'état" celui de la Sécurité sociale, actuellement en discussion.

1er juillet

France Bleu - Budget rectificatif de la Sécurité sociale : le gouvernement suspend les votes à l'Assemblée

Confronté à une fronde au sein de la majorité, le gouvernement a annoncé lundi soir qu'il suspendait les votes des députés sur les articles et amendements au projet de budget rectificatif de la sécurité sociale pour l'année 2014. Une décision surprenante qui a été fortement décriée par l'opposition et les députés frondeurs qui dénoncent un blocage institutionnel majeur.

Le JDD - Budget : frondeurs du PS, un vote à plusieurs inconnues

Heure de vérité mardi dans l'Hémicycle, lors du vote du budget rectificatif. Les frondeurs du PS, qui contestent la ligne économique du gouvernement, doivent arrêter mardi matin leur position.

Questions sociales, Le Monde - Les acteurs sociaux du « Réseau 812″ prônent un nouveau modèle

Ils ne sont ni « frondeurs », ni « affligés », ni même déçus. Le think tank hollandiste R812 – appellation née d’une contraction de deux dates, celles de 1981 et de 2012 qui ont vu l’élection d’un socialiste à la présidence de la République – a toujours la foi. Il vient de produire un texte qui préconise de « nouveaux marqueurs de gauche ».

Lui Président, Le Monde - La promesse oubliée : le non-cumul des mandats pour les ministres

Dans sa ville de Boulogne-sur-Mer, l’irréductible Frédéric Cuvillier se cramponne à son poste de maire. Pourtant, François Hollande promettait lors de l'entre-deux tours qu’aucun de ses ministres ne cumulerait de mandat local avec ses fonctions dans le gouvernement

Le Monde - A la surprise générale, le gouvernement reporte les votes sur le budget de la Sécu

Le gouvernement a décidé lundi 30 juin, tard dans la soirée, de remettre à plus tard les votes à l'Assemblée sur les articles et amendements au projet de budget rectificatif de la Sécurité sociale, provoquant la consternation dans l'hémicycle et l'indignation d'une partie de la majorité.

Libé - Pour Cambadélis, le Medef joue à «l'enfant gâté»

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, regrette que, depuis janvier, le Medef se «comporte comme un enfant gâté» et exige «toujours plus», après «le cri d’alarme» à destination de l’exécutif lancé dimanche par huit organisations patronales.

Libé - Jean-Christophe Cambadélis critique «l’immobilisme» du Sénat

Le patron du PS se fâche contre le Sénat, où une majorité d’élus UMP, communistes et radicaux de gauche veulent retarder la discussion sur la réforme territoriale. «Il y a de l’immobilisme dans l’air, il faut le surmonter», a déclaré lundi Jean-Christophe Cambadélis au site MYTF1News

Europe 1 - Face aux "frondeurs", le double jeu de l'exécutifL'INFO POLITIQUE - Les ténors de la majorité appellent les députés rebelles à la responsabilité. Mais en coulisses, l'inquiétude est toute relative.

Europe 1 - Bruno Le Roux appelle les socialistes frondeurs au rassemblement

DOC E1 - Dans une lettre adressée aux députés de la majorité, le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale rappelle que “nul ne réussira seul”.

Le Monde - A Bruxelles, François Hollande estime avoir marqué des points

C'est presque avec le sourire que François Hollande a quitté la table du Conseil européen, vendredi 27 juin, à Bruxelles. Un déjeuner entre chefs d'Etat qui s'est prolongé jusqu'à 16 h 30, avec au menu, la crise ukrainienne, et en digestif, la désignation de Jean-Claude Juncker pour présider la Commission européenne.

Le Parisien - Dans la peau de Mathieu Hanotin, frondeur socialiste

Cette semaine encore, on ne parlera que d'eux, ces députés PS qui contestent la politique du gouvernement. Parmi eux, Mathieu Hanotin, 36 ans.

Le Monde - Réforme de l'Etat : « Il faut passer la surmultipliée »

Dans un entretien au Monde, Thierry Mandon, le tout nouveau secrétaire d'Etat à la réforme de l'Etat et à la simplification, dévoile son programme pour relancer la modernisation de l'action publique.

30 juin

La Nouvelle République - Une vingtaine d'amendements déposés par les contestataires

Les députés socialistes « frondeurs » ont déposé une vingtaine d'amendements au projet de budget rectificatif de la Sécu (PLFSSR) pour 2014, malgré les directives du président du groupe PS. Une soixantaine de députés PS ont signé un ou plusieurs de ces amendements, c'est-à-dire davantage que les 41 recensés abstentionnistes lors du vote de confiance de Manuel Valls.

Bien Public - Face aux frondeurs du PS, l’épreuve de vérité

Parce que le budget rectificatif de la Sécurité sociale examiné ce matin engage sa politique économique et sociale, le gouvernement doit convaincre les députés socialistes récalcitrants de le voter.

Libé - Education: Hamon arrondit les angles

Le ministre a assoupli la semaine des quatre jours et demi, mis fin à l’expérience de l’ABCD de l’égalité, et sa réforme de la notation se limitera à davantage de «bienveillance».

Adéfaut de laisser une œuvre, Benoît Hamon s’est fixé deux objectifs rue de Grenelle : «usiner» les réformes de son prédécesseur, Vincent Peillon, afin de les faire passer, et pacifier une ambiance jugée beaucoup «trop nerveuse» autour de l’école.

Le Figaro - Hollande et Valls sous la pression des frondeurs du PS

Le bras de fer entre le gouvernement et les députés PS «frondeurs», qui s'opposent à la politique de l'offre de François Hollande, se poursuit. La semaine dernière, consacrée à l'examen du collectif budgétaire (PLFR), a été tendue, à l'Assemblée. La semaine qui s'ouvre devrait l'être davantage, avec l'examen dès lundi du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSSR), qui entérine plusieurs volets du pacte de responsabilité pour les entreprises. «Un rendez-vous tendu», reconnaît un conseiller du premier ministre, qui s'attend à des «difficultés plus fortes que sur le premier texte», le PLFR, qui sera voté mardi.

Libé - Hollande joue la fermeté sur l'affaire Le Guen

L'Autorité chargée de vérifier les déclarations de patrimoine a adressé une «appréciation» au secrétaire d'Etat concernant la sous-valorisation de ses biens immobiliers. Jean-Marie Le Guen a depuis rectifié les données transmises.

28/06/2014

L'actualité des socialistes du 23 au 29 juin (mise à jour)

A la une

Le Monde - Le Sénat adopte une version « vraiment de gauche » de la réforme pénale

La réforme pénale a été adoptée, jeudi 26 juin à 21 heures, par le Sénat dans une grande sérénité, qui tranche avec la haine glaciale qui suintait des débats à l'Assemblée nationale. Mais les textes des deux chambres sont si éloignés, et celui du Sénat si radical, que la tâche de la commission mixte paritaire, qui doit harmoniser les deux textes à partir du 8 juillet, va être difficile. Le moment a d'ailleurs été un peu pénible pour Christiane Taubira, systématiquement mise en minorité et qui a dû, à plusieurs reprises et en tordant le nez, se prononcer en faveur des amendements de la droite, contre la majorité de gauche.

27, 28 et 29 juin

Le Nouvel Obs - Intermittents: la semaine de tous les dangers pour les festivals

Les festivals d'Aix et d'Avignon, qui ouvrent ces prochains jours, risquent d'être très fortement perturbés par le conflit des intermittents, même si le spectre d'une annulation complète semble s'éloigner, le mouvement étant très divisé.

Le Monde - Jean-Marie Le Guen a sous-évalué son patrimoine

Le nouveau cru des déclarations de patrimoine et de conflits d'intérêts des ministres, publié ce vendredi 27 juin sur le site de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), a une couleur particulière : c'est la première fois que l'exactitude des informations fournies a été vérifiée et contrôlée par une autorité indépendante. L'affaire Cahuzac est passée par là.

Le Monde - Des milliers de personnes défilent de nouveau à Nantes pour une Bretagne « réunifiée »

Plusieurs milliers de personnes de tous bords ont manifesté samedi après-midi 28 juin à Nantes pour une Bretagne « réunifiée » avec un rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne, une option écartée dans le projet de réforme territoriale du gouvernement.

Slate - Pour la première fois en France, il y a six millions d'inscrits à Pôle Emploi

Plus de 6 millions d’inscrits à Pole emploi sur toute la France, plus de 5 millions en métropole de sans emploi ou en situation précaire : des records symboliques sont atteints.

Le Nouvel Obs - Chômage : "Il n'y aura pas de baisse dans les trimestres à venir"

Pour l'économiste Bruno Ducoudré, le nouveau frein sur la dépense publique pour financer le pacte de responsabilité pèsera sur la reprise de l'activité. Interview.

France Info - Jean-Christophe Cambadélis : reconstruire le PS pour éviter la mort

Recalé en 2012, appelé au secours en 2014, Jean-Christophe Cambadélis est-il arrivé trop tard au poste de premier secrétaire du Parti socialiste ? Il est l’invité de l’émission « Questions d’info », sur la Chaine Parlementaire, avec le Monde, l’AFP, et France Info.

Capital - Les "frondeurs" du PS échouent à amender le budget

Les députés "frondeurs" du PS ont échoué à faire adopter plusieurs amendements au projet de loi de finances rectificative pour 2014, dont l'examen s'est terminé jeudi et qui met en place le pacte de responsabilité ainsi que des mesures d'économies.

Le Monde - Bretagne-Pays de la Loire : pas de fusion, mais une « coopération » renforcée

La réforme territoriale, pourquoi pas ? Mais pas chez nous. C'est, en substance, le message que font passer deux membres du gouvernement, Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense et ancien président du conseil régional de Bretagne, et Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture et élu de la Sarthe, en région Pays de la Loire, dans une tribune publiée jeudi 26 juin dans Ouest-France.

Le Monde - Budget rectificatif : les députés adoptent le plan d'1,6 milliard d'économie de Manuel Valls

Les députés ont voté mercredi soir le plan gouvernemental de 1,6 milliards d'économies sur les dépenses de l'Etat en 2014, lors de débats sur le budget rectificatif qui ont surtout mis aux prises les députés de gauche entre eux.

26 juin

Le Figaro - Rejet d'un amendement des députés frondeurs

L'Assemblée nationale a rejeté de justesse, par 44 voix contre 40, mercredi deux amendements identiques des députés socialistes frondeurs et des écologistes destinés à encourager l'apprentissage, lors du débat sur le budget rectificatif 2014.

Politis - Tontons flingueurs contre frondeurs 

Nous paierons par une aggravation du chômage notre certificat de bonne conduite financière décerné par les marchés et par la Commission européenne.

Le Nouvel Obs - Bartolone note Hollande et Valls 7 sur 10, "en progrès"

Le président PS de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, accorde 7 sur 10 au tandem exécutif Hollande/Valls, avec la mention "en progrès".

Le Monde - Budget : les « frondeurs » se comptent dans l'Hémicycle

Le résultat du scrutin s'affiche en même temps que la présidente de séance l'annonce : pour l'adoption de l'amendement, 51 ; contre, 77. Il est rejeté. D'un même mouvement, la quasi-totalité de la gauche de l'Hémicycle se dirige vers la sortie. Le premier test grandeur nature des rapports de forces entre ceux qui soutiennent sans réserves le projet de loi de finances rectificative (PLFR) du gouvernement et ceux qui veulent le « rééquilibrer » vient de se conclure par la victoire des premiers sur les seconds.

Le Point - Cambadélis aux "frondeurs" : "On n'est pas député de droit divin"

Les députés "frondeurs" du PS ont déposé, sans l'aval de leur groupe parlementaire, plusieurs amendements aux textes budgétaires en cours d'examen à l'Assemblée.

Euractiv - La France rêve d’un New Deal géant pour l’Europe

La présidence française défend un plan d'investissement d'inspiration keynesienne pour l'Europe. Soit 1200 milliards pour relancer la croissance.

Paris a transmis mardi 24 juin au président du Conseil européen, Herman van Rampuy, sa « feuille de route » pour la prochaine Commission européenne, qui résume ses priorités. Sans surprise, le gouvernement socialiste a choisi de mettre l’accent sur la croissance, l'énergie ou encore la sécurité. Les hypothèses évoquées sont pour le moins ambitieuses. « C'était important de marquer le coup après les élections européennes, on ne pouvait pas ne rien faire» explique-t-on au gouvernement français.

25 juin

Le Nouvel Obs - Les frondeurs du PS : ce qu'ils ont obtenu, ce qu'ils réclament

Lors de l'examen du budget rectificatif, les socialistes de l'aile gauche proposent leurs propres amendements en séance.

Le budget rectificatif sera-t-il l'occasion d'une nouvelle empoignade au sein de la majorité ? "Nous sommes en net décalage", prévient Nathalie Chabanne, députée des Pyrénées-Atlantiques. Comme elle, une petite cinquantaine de députés socialistes - désormais connus sous le nom de "frondeurs" – va tenter mardi 24 juin d'amender les textes du gouvernement, premières traductions législatives du Pacte de responsabilité.

Le Parisien - Députés frondeurs : Valls refuse de céder à «la politique de zig-zag»

Ok pour assouplir à la marge son texte, mais pas question de le modifier en profondeur. C'est en substance le message qu'a adressé Manuel Valls ce mardi aux députés PS frondeurs, alors que le projet de budget rectificatif 2014 est au menu de l'Assemblée.

Le Monde - Budget : Cambadélis appuie le gouvernement face aux « frondeurs »

Alors que le débat sur le projet de loi de finances rectificative (PLFR) divise profondément le groupe socialiste à l'Assemblée nationale, la Rue de Solférino s'invite dans la discussion. Dans une lettre adressée aux socialistes et intitulée « le sens de notre action » (voir l'intégralité ci-dessous), Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, donne à voir sa vision de la « loyauté exigeante » vis à vis de François Hollande, qu'il a érigée en ligne de conduite à son arrivée.

Libé - «Valls essaie de mettre les écologistes dans une position frontale»

La visite du Premier ministre aux députés EE-LV ce mardi matin a été diversement commentée.

Le Figaro - Le plan d'économies de 50 milliards d'euros pourrait détruire 250.000 emplois

VIDÉO - Le pacte de responsabilité et de solidarité devrait de son côté en créer 190.000, ce qui porte à 60.000 le nombre d'emplois détruits d'ici 2017, selon un rapport de la rapporteure général du Budget, Valérie Rabault (PS). Michel Sapin qualifie ce chiffrage de «calculs en chambre»

24 juin

Le Nouvel Obs - Hamon prône une évaluation des élèves "qui stimule"

Le ministre de l'Education nationale lance ce mardi une vaste consultation nationale pour réformer l’évaluation à l'école.

Les Echos - Les « frondeurs » du PS concentreront leurs forces sur le budget rectificatif de la Sécurité sociale

Entre les « frondeurs » du PS et l’exécutif, la guerre d’usure ne fait que commencer. Elle est même appelée à s’intensifier dans la semaine du 30 juin, lors de l’examen dans l’hémicycle du budget rectificatif de la Sécurité sociale (PLFSSR). Les « frondeurs » ont franchi une nouvelle étape la semaine dernière : ils ont déposé des amendements au collectif budgétaire, qui arrive aujourd’hui en discussion en séance plénière, pour les soumettre au vote contre l’avis du gouvernement et du groupe.
 

Pour Bruno Le Roux, les députés frondeurs socialistes ne sont, en gros, que des ambitieux prêts à retourner leur veste si on leur propose un gros poste en échange. Réponse du berger à l'autre berger, quelques heures plus tard, sur LCI. Pour le chef de file de ces rebelles, cette déclaration est "lamentable". Laurent Baumel est consterné par les déclarations de Bruno Le Roux, le président du groupe socialiste à l'Assemblée

Les Echos - Jean-Paul Chanteguet : «Un prélèvement sur les bénéfices des sociétés d’autoroutes est inenvisageable»

INTERVIEW - Pour le président PS de la commission du Développement durable de l’Assemblée nationale, le péage de transit poids lourds est « une écotaxe au format réduit ».

La Tribune - Budget rectificatif 2014: les "frondeurs" socialistes ne désarment pas

L'Assemblée nationale débute ce lundi 23 juin l'examen du budget rectificatif 2014. Des députés socialistes "frondeurs" ont déposé une quinzaine d'amendements contre la volonté du groupe PS pour atténuer le choc des 50 milliards d'euros d'économies.

 
C'est ce lundi 23 juin 2014 à 16h que sera présenté à l'Assemblée le projet de loi de finances rectificative (PLFR). Les discussions s'annoncent tendues entre la majorité et ses députés PS "frondeurs" qui sont bien décidés à modifier le budget rectificatif proposé par le gouvernement via des amendements. Et ce, même s’ils « contreviennent aux dispositions adoptées collectivement », regrette Bruno Le Roux dans une lettre adressée à ses ouialles.
 
 
En déplacement politique «sur la terre de Léon Blum» dans l'Aude, Manuel Valls a défendu l'esprit de réforme et appelé sa majorité à la «loyauté», à la veille de débats budgétaires compliqués pour le à l'Assemblée. «Nous devons soutien et confiance» au , a-t-il également lancé
 
 
..... Les ennuis de la droite ne changent rien à la donne pour le chef de l'État, qui renoue avec son record d'impopularité post-municipales : 18 % de soutiens (- 1 point) et 78 % de défiance. Les commentaires footballistiques que le président s'est accordés au début de ce Mondial n'ont visiblement pas suffi à sa "reconstruction personnelle". En revanche, pour Manuel Valls, c'est une bonne nouvelle : il résiste à la grogne sociale avec 45 % de bonnes opinions, en progression d'un point. Et ce, même si les sympathisants de droite, qui, jusqu'ici, se sont abstenus de le juger, se déclarent désormais défavorables, d'où une progression des mauvaises opinions à droite le concernant : 46 % (+ 7 points). Manuel Valls se renforce considérablement à gauche : + 7 points au PS (70 % de bonnes opinions), + 6 points au Front de gauche (37 %) et + 10 points chez les écologistes (41 %).
 
 
Du vendredi 20 juin au soir au dimanche 22 vers midi, s’est tenu à Bellerive-sur-Allier un « rassemblement pour un sursaut des socialistes et de la gauche », appelé par plusieurs courants ou regroupements du Parti socialiste

Marianne - Les "frondeurs" du PS : réelle alternative ou simple esbroufe ?

Depuis deux mois, une nouvelle entité politique a fait son apparition sur les bancs de l'Assemblée : les "frondeurs". Ces députés socialistes en désaccord avec la politique menée par François Hollande et Manuel Valls doivent-ils êtres pris au sérieux ? Peuvent-ils et de quel côté veulent-ils vraiment faire pencher la balance ? Enfin, permettront-ils la convergences entre les différentes forces de gauche pour mener une autre politique ? Retour sur ces questions au travers des articles parus sur Marianne.net.

23 juin

Le Nouvel Obs - Alstom : un accord a été conclu entre Bouygues et l'Etat

L'accord ouvre à l'Etat les portes du conseil d'administration d'Alstom et devrait permettre à l'Etat de devenir actionnaire majoritaire d'Alstom.

Marianne - Serge Bardy : parce que "les municipales m’ont retourné les tripes"

Malgré la soixantaine souriante, Serge Bardy est un « bleu » de l’Assemblée nationale, élu pour la première fois lors des législatives de 2012 dans la sixième circonscription du Maine-et-Loire. Etre parlementaire pour lui c’est d’abord « une responsabilité devant les citoyens qui [l’ont] élu » plutôt que la consécration d’une vie politique. C’est d’ailleurs ce qui explique sa participation au mouvement des « frondeurs ». Terme qui au passage ne lui plaît pas du tout. « Ce que nous faisons ce n’est pas une identité, c’est un débat. Moi, ma famille politique, c’est le parti socialiste de toutes façons. Je suis là pour débattre et construire, pas pour être dans une fronde. »

Marianne - Jean-Patrick Gille : parce qu’avec "le CICE on fait pire que Fillon"

A 52 ans, Jean-Patrick Gille, député d’Indre-et-Loire, n’est pas un habitué des coups d’éclats médiatiques, des petites phrases assassines, ni même un homme d’appareil comme la rue Solférino en compte tant. Jean-Patrick Gille se voit plutôt comme un « simple » parlementaire. « Je ne le vis pas mal. J'essaie juste d’être efficace, de peser sur le cours des choses ». Certains ont donc été surpris de le voir aux côtés des « frondeurs », terme qu’il récuse d’ailleurs comme beaucoup d’entre eux. Mais surpris, ils n’ont pu l’être autant que lui-même : « Quand j’ai vu l’appel, je me suis dis : "Voilà encore la gauche du parti qui fait des siennes"… Et puis, j’ai lu leur texte et j’ai réalisé que c’était exactement ce que je pensais moi-même ! » Rien ne semblait donc, a priori, le destiner à rejoindre les 40 autres députés qui se sont abstenus le 29 avril dernier.

Libé - Manuel Valls à fond la réforme

Cette fois-ci, c’était Léon Blum. Sur la terre d’élection de l’ancien président du Conseil, Manuel Valls a choisi la figure du Front populaire pour vanter de nouveau «la réforme». A la veille d’une semaine à risques pour le gouvernement – avec au programme de l’Assemblée nationale, un collectif budgétaire que certains députés socialistes rechignent à voter – citer Blum devant 400 militants PS de l’Aude, c’est toujours l’assurance de rassurer des socialistes déboussolés par la politique économique de François Hollande et Manuel Valls: «Oui changer, réformer, se mettre en mouvement, c’est la voie que Léon Blum nous avait montré», martèle Valls, en plein cagnard, dans un décorum champêtre avec l’église de la petite commune de Trèbes dans le dos.

Libé - Les élus PS ne savent «plus quoi faire»

Le lendemain des élections municipales, Thierry Delbreil est retourné dans son collège de Castelsarrasin, dans le Tarn-et-Garonne. Elu maire de Lafrançaise, 3 000 habitants, à quelques kilomètres, le prof d’histoire-géo s’attendait à des accolades, des bises, même des «on a gagné» réjouis. 60,75% au premier tour pour une liste divers gauche (DVG), en pleine débâcle socialiste, il y avait de quoi redonner le sourire dans une salle des profs… Mais l’ambiance était celle d’un frigo : «Ça y est, tu n’es plus de notre monde !» a lancé un collègue, l’envoyant dans le camp des planqués, des nantis et des «tous pourris»… Ce républicain, fils et petit-fils de gaullistes sociaux, fier d’avoir déboulonné un cacique, n’imaginait pas devoir endosser le costume aussi vite : «Vingt-quatre heures, c’est rapide.»

22/06/2014

L'actualité des socialistes du 16 au 22 juin (mise à jour)

A la une

Marianne - Fanélie Carrey-Conte : parce qu'il faut "faire mieux pour la justice sociale"

Une « frondeuse » Fanélie Carrey-Conte ? Elle préfère se dire, plagiant au passage Claude Bartolone, « ni rebelle ni mutine », mais avant tout socialiste. Et ses convictions, cette élue PS de la 15e « circo » de Paris entend les faire connaître dans les travées de l'Assemblée nationale, par « son travail de fond » plutôt que par des « petites phrases » distillées sur les plateaux télés.

Marianne - Pierre-Alain Muet : parce qu’"Hollande a changé la nature du quinquennat"

Les "frondeurs du PS" ? Ils seraient désormais près de 100. Pourtant, ce sont toujours les mêmes qui apparaissent sur les plateaux télés, dans les studios de radio et les colonnes des journaux. "Marianne" a décidé d'aller à la rencontre de ces autres élus, peu médiatiques, mais qui tiquent tout autant sur les orientations actuelles du gouvernement et du président. Parce que cette "fronde" a plusieurs visages et révèle, surtout, un PS en grave crise d'identité. Rencontre avec Pierre-Alain Muet, député du Rhône.

22 juin

Le JDD - Soutenez-vous les députés socialistes frondeurs? 

VOTEZ ET COMMENTEZ l'enquête express organisée par LCP-AN et leJDD.fr. Les commentaires les plus pertinents seront diffusés sur LCP jeudi soir dans l'émission Ça vous regarde à 19h45.

21 juin

Libé - Alstom : l'Etat, nouvel actionnaire principal, choisit GE

Le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg a annoncé que l'Etat entrait au capital du groupe industriel à hauteur de 20%, dans le cadre d'une alliance avec General Electric.

Le Monde - L'Etat devient le principal actionnaire d'Alstom

L'avenir d'Alstom enfin tranché ? Le ministre de l'économie, Arnaud Montebourg, a annoncé l'entrée de l'Etat dans le capital du groupe français à hauteur de 20 %, en devenant ainsi l'actionnaire majoritaire. Il rachètera les deux tiers de la participation de Bouygues. Le gouvernement accorde par ailleurs sa préférence à l'américain General Electric, et fera valoir son droit de veto si besoin.

Le JDD - Le Guen aux frondeurs : "J'ai appuyé là où ça fait mal"

JDD POLITIQUE - Le socialiste Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, est l'invité cette semaine de JDD Politique, la nouvelle émission du Journal du Dimanche. Il répond aux questions de Bruno Jeudy et Caroline Vigoureux.

Huffington Post - Intermittents du spectacle: les annonces de Manuel Valls

L'Etat va "financer" de manière transitoire le manque à gagner pour l'Unedic de la mesure la plus contestée par les intermittents du spectacle, le différé d'indemnisation qui ne s'appliquera donc pas au 1er juillet, a annoncé Manuel Valls jeudi.

Le Monde - Manuel Valls met en place une mission pour redéfinir le statut d'intermittent

Alors que les intermittents du spectacle protestent depuis des semaines contre l'accord signé en mars par le patronat et trois syndicats (CFDT, FO, CGT), Manuel Valls, pour sauver les festivals et tenter de mettre fin au conflit social, a proposé une voie de sortie, jeudi 19 juin.

Le Nouvel Obs - Intermittents : convention maintenue, mais Valls lâche un peu de lest

L'Etat va "financer" de manière transitoire la mesure la plus contestée par les intermittents, a annoncé le Premier ministre.

Les Inrocks - Intermittents, précaires: Tous ensemble… au régime sec

Derrière le débat sur l’intermittence, c’est le sort de l’ensemble des travailleurs précaires qui est en jeu. Une question symbolique pour un gouvernement qui se revendique de gauche.

20 juin

Le Monde - Ségolène Royal : « Fermer un réacteur nucléaire, ce n'est pas juste tourner un bouton »

Après plusieurs retards dans le calendrier et d'intenses arbitrages interministériels, le projet de loi sur la transition énergétique a été dévoilé mercredi matin, au conseil des ministres. Ségolène Royal, la ministre de l'écologie qui porte ce « grand chantier du quinquennat », selon François Hollande, estime que le nouveau modèle énergétique est une opportunité pour sortir le pays de la crise.

Le Monde - Pour Michel Sapin, Montebourg doit rester au gouvernement

La place d'Arnaud Montebourg est au gouvernement, a déclaré, jeudi 19 juin, Michel Sapin. Le ministre des finances réagissait sur i-Télé à des informations du Nouvel Observateur selon lesquelles le ministre de l'économie et du redressement productif préparerait sa sortie du gouvernement pour défendre la nécessité d'une inflexion de la politique de François Hollande, notamment sur le plan budgétaire

Le Figaro - Les députés PS frondeurs défient Bruno Le Roux à coups d'amendements

Le bras de fer continue entre le groupe socialiste et certains de ses députés à l'Assemblée nationale. Pour le projet de loi de finances rectificative qui arrivera au Palais-Bourbon mardi, des amendements ont été déposés par les députés dits «frondeurs», en dehors de ceux du groupe de Bruno Le Roux.

Le Nouvel Obs - Grève à la SNCF : comment la CGT a lâché Hollande

Déjà neuf jours de grève pour un projet de réforme qui devait passer comme une lettre à la Poste… Comment en est-on arrivé là ?

Le JDD - "Au Parlement, rien n’est joué pour la carte des régions"

INTERVIEW - La nouvelle carte des régions, présentée mercredi en Conseil des ministres, arrive dès le mois de juillet au Sénat. Élu PS de Charente, président du Conseil général, Michel Boutant ne se satisfait pas du découpage actuel. Le gouvernement n’aura d’autres choix selon lui que de faire des concessions.

Le Monde - Défenseur des droits : les parlementaires PS tentent de barrer la route à M. Toubon

Le cas Jacques Toubon n'a pas fini d'empoisonner la majorité. Proposé comme futur Défenseur des droits par François Hollande, le nom de l'ancien ministre de la justice de Jacques Chirac (1995-1997) crispe la gauche. Au point que les parlementaires socialistes des commissions des lois de l'Assemblée et du Sénat, qui doivent valider début juillet cette nomination par un vote, envisagent sérieusement d'opposer une fin de non-recevoir au président de la République.

Le Lab - Budget rectificatif : voici des amendements que vont bien déposer les députés PS frondeurs

DOCUMENT LAB - Ils persistent et sont prêts à avoir des "comportements anormaux", selon les termes de Bruno Le Roux, en déposant des amendements au projet de loi de finance rectificatif non labellisés "groupe PS"

Le Lab - Jean-Christophe Cambadélis nomme 13 hommes sur 14 secrétaires nationaux adjoints

"La parité s'installera partout jusqu'aux instances nationales", écrivait Jean-Christophe Cambadélis, candidat au poste de premier secrétaire du PS, en septembre 2012, dans une tribune publiée par Le Monde. Le même Jean-Christophe Cambadélis, devenu patron des socialistes en avril, a annoncé mardi 17 juin 2014 la nomination de 14 secrétaires nationaux adjoints...dont 13 hommes.

19 juin

Le Monde - Les conseillers généraux se sentent « punis » par François Hollande

« Je pense que les conseils généraux ont vécu », a affirmé François Hollande le 6 mai. Les deux projets de loi portant sur la réforme territoriale, présentés en Conseil des ministres mercredi 18 juin, confirment que les départements, après 225 ans d'existence, sont au crépuscule de leur vie. Le texte concernant la répartition des compétences entre collectivités prévoit un transfert, bloc après bloc, de leurs attributions vers les régions et les communautés de communes. Une réforme que nombre de conseillers généraux n'acceptent pas. « Nous devons livrer bataille au Parlement », déclare Claudy Lebreton, président des Côtes-d'Armor et de l'Assemblée des départements de France, qui comptent sur l'influence des parlementaires départementalistes  pour assurer la pérennité de l'institution.

Le Monde - Des dizaines de mesures pour conduire la transition énergétique

Le projet de loi sur la transition énergétique présenté mercredi 18 juin au conseil des ministres par Ségolène Royal, compte 80 articles et balaie les grands secteurs économiques qui sont concernés par la mutation engagée. De nombreuses mesures d'accompagnement financier et administratif sont prévues.

Le Lab - Christiane Taubira défend les députés PS "frondeurs" : "si on considère que les textes du gouvernement ne peuvent être modifiés, on n’a qu’à abroger le Parlement"

"On va continuer à défendre nos amendements", a rétorqué à Bruno Le Roux l’aubryste et frondeur Christian Paul, mardi 17 juin. Des frondeurs qui voient Christiane Taubira voler à leur secours face aux menaces et aux appels à une stricte discipline de groupe. Iconoclaste et libre – puisque non encartée dans un parti – la garde des Sceaux a défendu le droit des parlementaires à amender les textes du gouvernement. "La vie politique est faite de ça et tant mieux", a-t-elle déclaré.

Le Figaro - Pourquoi Hollande peut se passer des voix de la gauche pour nommer Toubon

Pour s'opposer à la nomination de Jacques Toubon comme Défenseur des droits, les parlementaires socialistes des commissions des Lois devraient représenter les 3/5e de ces commissions. Ce n'est pas le cas.

Les Echos - France : Le patron du PS écharpe la Cour des comptes

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, fustige mercredi la "vision partielle et partiale" de la Cour des comptes, ses "attaques stériles et erronées" et sa "vision comptable et mécanique", au lendemain de la présentation d'un rapport sur les finances de la France.

Le JDD - Transition énergétique : EELV ne "boude pas son plaisir"

Suite à la présentation par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, des grandes lignes du projet de loi sur la transition énergétique, les écologistes ont évoqué "une base intéressante" avec des "objectifs ambitieux". Ils entendent maintenant déposer des amendements pour améliorer le texte initial.

Le Point - Frondeurs - Baumel : "Avec Valls, c'est le retour d'un rocardisme décomplexé"

Les députés PS frondeurs déposeront des amendements pour réorienter les choix fiscaux et sociaux du gouvernement. Rencontre avec l'un des leaders : Laurent Baumel.

18 juin

Le Nouvel Obs - Sécurité sociale: le gel des prestations contesté dans la majorité

Le budget rectificatif de la Sécurité sociale, présenté ce mercredi en Conseil des ministres, entérine les baisses de cotisations accordées aux entreprises, mais aussi le gel des retraites et des aides au logement, de plus en plus contesté par les députés de la majorité.

Le Monde - Aurélie Filippetti : « L'accord ne résout pas la question du régime des intermittents »

La ministre de la culture et de la communication, Aurélie Filippetti, sort du silence qu'elle s'était imposée, sur la question des intermittents du spectacle. Alors que les annulations de spectacles se multiplient, et qu'une journée de mobilisation générale a lieu, lundi 16 juin, le premier ministre, Manuel Valls, a déclaré, lundi matin, sur France Info, qu'il fallait remettre à plat « un système à bout de souffle ». Explications et annonces de la ministre.

Le Nouvel Obs - A gauche, les "frondeurs" comptent leurs amis

Les contacts entre les socialistes déçus par Hollande et Valls, les communistes et les écolos se multiplient. Une agitation que l'exécutif et le PS surveillent de près

Le JDD - Front de gauche, écolos, "frondeurs" du PS : la gauche cherche sa voie

A la gauche du Parti socialiste, plusieurs initiatives ont été lancées ces derniers jours afin de travailler à un "projet de gauche". "Partout où des forces de gauche souhaitent se mettre en mouvement sur des réflexions qui rompent avec la politique actuelle, nous serons disponible", a déclaré mardi matin le patron du PCF Pierre Laurent lors d'une conférence de presse.

Libé - Face aux députés frondeurs, Valls croit en «l'esprit de responsabilité»

Le Premier ministre a fait part de sa «confiance», à l'issue d'une rencontre avec les députés socialistes, alors qu'une partie d'entre eux se soulève contre le pacte de responsabilité.

Le Lab - "Fronde honteuse et suicidaire" : ça chauffe entre députés socialistes en marge de la réunion de groupe

Alors que le chef de l'État aborde une semaine décisive de son quinquennat, la fronde forcit à gauche et tente de s'élargir au PCF et aux Verts.

Le Figaro - Malgré la fronde, Bruno Le Roux veut croire à l'unité du groupe PS à l'Assemblée

Bruno Le Roux a parlé ce mardi de votes «de conclusion», au sujet de la ligne à adopter par le groupe socialiste à l'Assemblée. Mais les amendements des «frondeurs» n'ont pas été discutés.

Le Figaro - Les frondeurs, des «aigris» et «des ingrats», selon un député PS

Dans Le Parisien, Pascal Terrasse, député proche de Manuel Valls, s'en prend à ses collègues frondeurs, qui veulent faire entendre leur voix sur le projet de loi de finances rectificative.

Le Nouvel Obs - Les frondeurs, ces députés "soi-disant socialistes"

Voici les députés PS prévenus : ceux qui refuseraient de voter le budget devront "assumer leur responsabilité", menace le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen.

Com'c'est bizarre - « La gauche peut mourir » : une vieille figure de com’

Le Premier Ministre a choisi de s’engager dans une stratégie de dramatisation au soir des élections européennes. L’appel à la refondation de la gauche, hier face aux échecs contre la droite, aujourd’hui face au risque du Front national, est une vieille figure de personnalités politiques ou intellectuelles qui se positionnent comme modernistes ou réformistes. Michel Rocard en avait usé avec talent dès 1978, au lendemain de législatives perdues par l’union de la gauche de l’époque. Manuel Valls s’y risque aujourd’hui dans une position plus délicate, celle de chef du gouvernement. Il lui manque encore cependant, pour convaincre, la véritable modernité d’un Matteo Renzi, son homologue italien.

17 juin

Laurent Baumel - Discours au Conseil national du PS: “Je revendique le droit des parlementaires et des militants d’avoir leur mot à dire”

.... Chers camarades, j’enrage de voir comment la gauche s’est coulée dans ces institutions monarchiques. Pour ma part, je ne reconnais pas à un homme seul, fut-il le président de la république, le droit de remettre en cause unilatéralement le contrat que nous avons collectivement passé avec les Français. Je revendique le droit des parlementaires et des militants d’avoir leur mot à dire !

Libé - Députés frondeurs : Cambadélis inquiet d'une «sécession» au sein du PS

Le premier secrétaire défend notamment le pacte de responsabilité, qui peut selon lui être «amendé, mais pas détricoté».

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, a dit dimanche «s’inquiéter d’une sécession» quand des parlementaires socialistes «avec des logos» présentent «de manière systématique» des amendements aux textes gouvernementaux.

Le Monde - Cambadélis confirme implicitement la perte de 25 000 adhérents au PS en deux ans

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, a confirmé implicitement que 25 000 adhérents avaient quitté le Parti socialiste depuis deux ans, dimanche 15 juin lors de l'émission Tous politiques (France Inter/Le Parisien/France 24).

Le Parisien - PS : la «guérilla parlementaire» se prépare

« Il ne faut pas tomber dans une guérilla parlementaire » : Manuel Valls met en garde. A l'avant-veille des discussions à l'Assemblée nationale sur deux textes cruciaux (projet de loi de finances rectificatif puis de la Sécurité sociale), le Premier ministre appelle ses troupes à la discipline.

Libé - «Electoralement, c’est "Gauche année zéro"»

INTERVIEW Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, s’inquiète des dissensions en son sein et appelle à des convergences avec d’autres formations.

Le Lab - Des députés socialistes vont manifester devant le ministère de la Culture avec des intermittents

Trois députés socialistes participeront, ce lundi 16 juin, à la manifestation des intermittents du spectacle organisée devant le ministère de la Culture, selon les informations du Lab.

Slate, Eric Le Boucher - Merci Emmanuel Macron, merci Laurence Boone

La gauche de la gauche n’aimait pas le conseiller économique de l’Elysée Emmanuel Macron, jugé coupable du tournant «libéral» de François Hollande. Sa remplaçante Laurence Boone est immédiatement mise sur la même charrette. Coupables de venir tous deux «de la finance», coupables d’être «libéraux», coupables d’entraîner la France dans une politique contre le peuple!

Le Monde, Les décodeurs - Que veulent les députés PS rebelles de «l'appel des cent» ?

Le 5 avril 2014, ils étaient une centaine de socialistes à demander une revalorisation du travail des parlementaires. Deux mois plus tard, le collectif de « l’appel des cent », auteur de propositions économiques et sociales « pour plus d’emplois et de justice sociale », se retrouve une deuxième fois dans le bureau du premier ministre. Qui sont-ils et que veulent-ils ?

16 juin

Le Parisien - Jean-Christophe Cambadélis : «Il faut refonder le PS»

Alors que la majorité est secouée par une fronde à deux jours de l'ouverture des discussions à l'Assemblée nationale sur les projets de loi de finances rectificatif et de financement de la Sécurité sociale, que le parti se divise sur la politique conduite par l'exécutif, que affronte la première véritable épreuve sociale de son quinquennat, Jean-Christophe Cambadélis était ce dimanche l'invité de «Tous politiques» sur France 24 et France Inter

France Info - Les nouveaux défis de Manuel Valls

La mise en garde mortifère de Manuel Valls ce week-end va bien au-delà d’une gauche à bout de souffle. Le Premier ministre a non seulement mis en garde sa famille politique, mais a également dressé en creux le portrait d'un pays qui entrera dans un cycle de défiance s'il ne se relève pas.

 

14/06/2014

L'actualité des socialistes du 9 au 16 juin (mise à jour)

A la une

Le Monde - Manuel Valls : « La gauche n'a jamais été aussi faible »

Face aux risques de division de sa majorité avant le vote crucial sur le projet de loi de finances rectificative (PLFR), Manuel Valls n'y est pas allé par quatre chemins. « La gauche peut mourir », a-t-il assené lors du Conseil national du Parti socialiste à la maison de la Chimie à Paris, samedi 14 juin. « Elle n'a jamais été aussi faible dans l'histoire de la Ve République », a-t-il ajouté, en référence à la gifle des européennes.

13, 14 et 15 juin

Le Monde - Benoît Hamon, un ministre entre deux costumes

Rue de Grenelle, chaque jour apporte son lot de turbulences. Benoît Hamon est-il dépassé par les événements ? Lundi 9 juin, le président du Conseil supérieur des programmes (CSP), Alain Boissinot, remet sa démission, laissant le chantier des programmes de la maternelle au collège, l'enseignement de la morale laïque et d'autres pans majeurs de la refondation de l'école.

Libé - Valls au PS: «le risque de voir Marine Le Pen au second tour de la présidentielle existe»

Le Premier ministre, qui s'exprime devant le conseil nationa, a aussi prévenu que «la gauche n'a jamais été aussi faible» depuis 1958 et «peut mourir».

Laurent Baumel - Interview sur LCI après mon rendez-vous avec le Premier ministre 

J’étais hier soir l’invité de LCI pour évoquer le rendez-vous que j’ai eu à Matignon avec Manuel Valls et d’autres collègues de l’Appel des 100.

Le Monde - De la City à l'Elysée, le profil de Laurence Boone irrite la gauche

« J'ai des inclinations de gauche », assure au Monde Laurence Boone. La précision est d'importance. Car l'annonce, mercredi 11 juin, de l'arrivée à l'Elysée de celle qui remplacera dans une quinzaine de jours Emmanuel Macron comme conseiller pour les affaires macroéconomiques, a fait jaser dans la majorité. La nouvelle entrante ne procède ni de l'appareil socialiste ni de la haute fonction publique : elle débarquera directement de la City londonienne au cabinet de François Hollande, ce qui suscite, évidemment, le débat.

L'Express - Élysée: "La nomination de Laurence Boone n'est pas un bon signal"

En choisissant pour conseillère une économiste de banque qui a eu des propos très durs sur "l'absence de politique économique du gouvernement", François Hollande a surpris. Mais il a aussi inquiété les députés PS frondeurs
 
 
Le compte à rebours est engagé. A trois mois d'une rentrée scolaire qui doit voir 100 % des écoliers revenir à l'école une matinée supplémentaire, la plupart des villes en sont à ajuster, parfois difficilement, leur futur emploi du temps. Près de 1 400 communes se sont saisies de la possibilité d'« assouplissement » offerte par le ministre de l'éducation, Benoît Hamon, pour regrouper sur une seule après-midi leurs ateliers. Paris, elle, propose des « aménagements ».
 
 
Comment faire plus avec moins ? C'est, une nouvelle fois, la périlleuse équation à laquelle est confronté le gouvernement à l'occasion de la présentation du projet de loi de finances rectificative (PLFR), mercredi 11 juin en conseil des ministres, qui précède d'une semaine celle du projet de loi de financement rectificative pour la Sécurité sociale (PLFRSS).
 
 
C'est une des priorités affichées du quinquennat. Un thème majeur servi par deux lois portées par l'ex-ministre du logement Cécile Duflot. Le logement va-t-il devenir un point de fragilité supplémentaire pour François Hollande ?
 
 
Si la région Midi-Pyrénées se cherche un compagnon, qu'elle se mette en ménage avec l'Aquitaine ! C'est, en substance, le message qu'a envoyé Christian Bourquin, président (ex-PS) de la région Languedoc-Roussillon, à Martin Malvy, son homologue de Midi-Pyrénées.

France 3 - Barbara Romagnan: « L’argent public est gaspillé »

Pour Barbara Romagnan, les solutions du gouvernement face à la crise sont « injustes et pas efficaces » (DR)

Elle fait partie de ceux qu’on appelle « les députés frondeurs ». Ceux qui, au groupe PS à l’Assemblée, s’affranchissent plus souvent qu’à leur tour des consignes de vote. Barbara Romagnan n’a voté ni la confiance à Manuel Valls, ni le plan de 50 milliards d’économies du Premier ministre, ni la réforme des retraites ou l’accord sur l’emploi du précédent gouvernement. 

12 juin

Direct matin - Cambadélis tend la main à gauche et aux écologistes

Après les récentes claques électorales, le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, veut raffermir les liens avec les autres formations de gauche et les écologistes, sans pour autant ressusciter la défunte "gauche plurielle".

Le Parisien - Budget : Valls va recevoir des députés PS frondeurs

Des députés socialistes frondeurs, auteurs de contre-propositions économiques et sociales, doivent rencontrer le Premier ministre, ce mercredi soir, le jour même de la présentation du budget rectificatif pour 2014.

Le Parisien - Laurence Boone : de Barclays Capital à l'Elysée

Et une femme de plus ! En passe de devenir conseillère économique à l'Elysée, Laurence Boone est la troisième femme du nouveau casting de . A cette économiste chevronnée, âgée de 45 ans, d'éclairer à partir de la mi-juillet le sur, notamment, le « retournement » qu'il avait annoncé.

Metro - Eduardo Rihan Cypel sur le Budget: «Tout peut être discuté, il n'y a pas de tabous»

INTERVIEW - L'ex-porte-parole du PS défend le projet de finances rectificatif du gouvernement mais souhaite que les classes moyennes soient soulagées...

Quelle réforme faut-il pour remettre le service public sur les rails ?

Projet de loi ferroviaire
- See more at: http://www.humanite.fr/quelle-reforme-faut-il-pour-remettre-le-service-public-sur-les-rails-544147#sthash.glGNoj5o.dpuf

L'Humanité - Quelle réforme faut-il pour remettre le service public sur les rails ? Projet de loi ferroviaire

Débat avec Gilbert Garrel, secrétaire général de 
la fédération CGT des cheminots, Gilles Savary, député PS et rapporteur du projet de loi sur la réforme ferroviaire et André Chassaigne, député PCF.

Les Echos - Les frondeurs du PS proposent leur contre-budget

Les députés PS de l’« Appel des 100 » ont publié leur plate-forme budgétaire. Ils veulent cibler les aides aux entreprises et relancer le pouvoir d’achat. Ils passent à nouveau à l’offensive sur le terrain des propositions. A quelques jours de la présentation en Conseil des ministres des collectifs budgétaires pour l’Etat et la Sécurité sociale, les députés frondeurs du PS ont envoyé hier soir un texte aux président, Premier ministre et premier secrétaire du PS.

11 juin

La Tribune - L'appel des "députés frondeurs" reçu avec tiédeur au PS, chaleur au Front de gauche

Les suggestions des "100" députés socialistes en matière budgétaire dévoilées lundi soir ont reçu un accueil mitigé au sein du PS, beaucoup moins au Front de Gauche, tandis qu'à droite, c'est une toute autre proposition que formule l'UMP.

Le Monde - Thomas Thévenoud, nouveau porte-parole des députés PS

Proche d'Arnaud Montebourg, le député de Saône-et-Loire prend la succession de Thierry Mandon, entré au gouvernement.

Metro - Elysée : Hollande lâché par une demi-douzaine de ses conseillers

DEMISSION - Le château a annoncé mardi un vaste remaniement avec les départs de Emmanuel Macron (économie et finances), David Kessler (culture et communication) et Thierry Rey (sport, jeunesse et vie associative). La démission de Claude Sérillon (communication) n'est pas confirmée.

Le Parisien - Elysée : Hollande remanie son cabinet et se sépare de son conseiller économique

.... Emmanuel Macron, l'influent conseiller économique et financier, est ainsi remplacé par Laurence Boone. Chef économiste de Bank of America, elle lui succédera le 15 juillet. Macron ne sera en revanche pas remplacé dans sa fonction de secrétaire général adjoint de l'Elysée.

Reuters - Sapin tient bon sur le pacte malgré l'appel des 100 députés, par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Le ministre des Finances promet de tenir bon sur le pacte de responsabilité, malgré l'appel de députés socialistes à une réorientation vers les ménages d'une partie des aides aux entreprises, a déclaré mardi à Reuters le président de la CGPME.

Le Monde - Les députés demandent à l'Etat de prendre en main la filière nucléaire

A quelques jours de la présentation au conseil des ministres, le 18 juin, du projet de loi sur la transition énergétique, voilà un nouveau document qui va nourrir les débats. Une commission d'enquête parlementaire présidée par François Brottes (PS, Isère), et dont le rapporteur est Denis Baupin (EE-LV), a remis au président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, mardi 10 juin, son rapport sur les coûts de la filière nucléaire.

Le Monde - Faouzi Lamdaoui, conseiller de Hollande, soupçonné de fraude fiscale

Le conseiller de François Hollande, chargé des questions d'égalité et de diversité à l'Elysée, Faouzi Lamdaoui, pourrait être entendu dans le cadre d'une enquête préliminaire, révèle mardi 10 juin L'Express, pour d'éventuels « recel d'abus de biens sociaux » et « fraude fiscale ».

Le Nouvel Obs - Des députés sonnent l'alarme sur le vrai coût du nucléaire

Le rapport de la Commission parlementaire remis ce mardi pointe l'incertitude qui règne quant au chiffrage du devenir de la filière.

10 juin
 
 
Ils sont à l'aube de leur premier combat. La presse les a baptisés les « frondeurs » et ils n'ont pas hésité à reprendre le qualificatif à leur compte. Alors que le gouvernement doit présenter, mercredi 11 juin, son projet de loi de finances rectificatives mettant en oeuvre le « pacte de responsabilité », ces députés socialistes non alignés savent que leur heure est venue. Leurs amendements sont déjà prêts et ils comptent bien mener bataille jusqu'au bout.
 
Le JDD - L'ancien ministre Philippe Martin rejoint la fronde

INDISCRET - L'ancien ministre de l'Ecologie Philippe Martin, débarqué lors du dernier remaniement, participe désormais à la réunion du mardi des "41 frondeurs socialistes".

 
Coup de chaleur en Haute-Saône. Et coup de chaud pour le ministre de l'Économie qui se débat dans les filets de la solidarité gouvernementale. Arnaud Montebourg a fait lundi, sous un soleil de plomb, son ascension annuelle du mont Beuvray. Accompagné comme de coutume du chef de file des «frondeurs», le député PS de la Nièvre Christian Paul, le ministre a fait entendre sa petite musique sur la politique économique voulue par François Hollande.
 

Un autre socialisme est possible. C’est le message qu’ont martelé samedi à Paris les membres d’un tout nouveau club : les «Socialistes affligés». Ses deux fondateurs, l’ex-eurodéputé socialiste Liêm Hoang-Ngoc et le politologue proche du Front de Gauche Philippe Marlière, avaient réuni pour l’occasion plusieurs dirigeants du Front de gauche et d’Europe Ecologie-les Verts ainsi que des figures de l’aile gauche du PS. Tous se sont accordés sur le même constat : l’heure est grave.

Les Echos - La délicate tâche de Manuel Valls pour sauver les festivals

La tâche du gouvernement pour désamorcer la crise des intermittents s’annonce difficile. La nomination, samedi, du député PS Jean-Patrick Gille comme médiateur n’a pas apaisé la colère des protestataires. A Montpellier, les intermittents ont reconduit la grève qui paralyse le 28e Printemps des comédiens depuis le 3 juin et qui se traduit par des annulations de spectacles. « Montpellier en grève aujourd’hui, tous en grève demain », pouvait-on lire sur une banderole apposée sur l’Opéra Bastille, ce week-end, où des intermittents ont retardé le début de la représentation de « La Traviata »

Le Monde - Transition énergétique : Royal maintient l'objectif d'adoption d'une loi dès 2014

Au grand dam de Ségolène Royal, le projet de loi sur la transition énergétique n'est pas encore ficelé. Forte de son poids politique, la ministre de l'écologie pensait en avoir fini avec les arbitrages interministériels pour pouvoir présenter les grandes lignes du texte au conseil des ministres du mercredi 11 juin. Finalement, la présentation aura lieu le 18 juin.

Le Lab - François Hollande, incapable de terminer son mandat? Laurent Fabius cite (encohttp://www.hautetfort.com/admin/posts/post.phpre !) François Mitterrand

PUNCHLINE - "Il ne faut pas prendre toutes les mouches qui volent pour des idées." C'est par cette formule que le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a conclu l'émission du Grand Rendez-vous Europe1/Le Monde/i>Télé diffusé dimanche 8 juin

Mediaprt, Socialistes affligés - « Le gouvernement prépare un champ de ruines pour la gauche »

Député européen sortant (il n’a pas été reconduit par le PS), l’économiste Liêm Hoang Ngoc ne décolère pas contre le tournant pris par sa famille socialiste depuis plus d’un an.

Avec le politologue Philippe Marlière (ancien blogueur de Rue89), il a fondé un club visant à fédérer la gauche du PS« Les Socialistes affligés ».

Liêm Hoang Ngoc et Philippe Marlière organisent ce samedi un colloque où sont invités plusieurs personnalités engagées contre l’austérité, qu’il s’agisse d’experts ou de dirigeants du PS, d’EELV ou du Front de gauche.

9 juin

Le Monde - François Hollande diffère l'explication avec la majorité parlementaire

François Hollande ne devrait pas rencontrer l'ensemble des parlementaires socialistes. Du moins, pas pour le moment. Rien de tel, contrairement à d'insistantes rumeurs, n'est pour l'heure l'inscrit à l'agenda du chef de l'Etat. « Je suis plus pour que le président voie un certain nombre de petits groupes de parlementaires, ou des membres des 41, que l'on raccommode bien avec le premier ministre tout le lien avec la majorité, plaide un intime du chef de l'Etat. La dégradation liée aux premières années est assez importante, il y a d'abord un travail de discipline à avoir. »

07/06/2014

L'actualité des socialistes du 2 au 8 juin (mise à jour)

A la une

Le Monde - Intermittents du spectacle : le gouvernement nomme un médiateur

Le gouvernement a nommé un médiateur, le député PS Jean-Patrick Gilles, pour ouvrir le dialogue avec les intermittents du spectacle, opposés à la future convention chômage qui réforme leur statut, a annoncé Matignon samedi.

Le député d'Indre-et-Loire doit conduire un « dialogue avec toutes les parties concernées », dont les intermittents qui ont déposé un préavis de grève pour le mois de juin, et remettre ses propositions au gouvernement « sous 15 jours », selon le communiqué de Matignon.

Le Nouvel Obs - Colère des intermittents du spectacle : le gouvernement nomme un médiateur

Le député PS Jean-Patrick Gilles est chargé de conduire un "dialogue avec toutes les parties concernées", avant de remettre ses propositions au gouvernement "sous 15 jours".

8 juin

Le Monde - Budget : le gouvernement laisse la porte ouverte à des amendements socialistes

Les prochains projets de loi de finances rectificative (PLFR) et de financement de la Sécurité sociale (PLFRSS), présentés en conseil des ministres les 11 et 18 juin et examinés dans la foulée au Parlement, vont révéler, une nouvelle fois, la difficulté de l'exercice qui consiste à concilier une politique de l'offre – que le patronat s'obstine à juger toujours insuffisante – sans étouffer la demande.

Le Monde - Un D-Day pour sauver le soldat Hollande

« L'équivalent d'un sommet du G8 ou du G20 », selon le mot d'un conseiller à l'Elysée : avec 17 chefs d'Etat et de gouvernement, les cérémonies du 70e anniversaire du Débarquement allié en Normandie ont été planifiées autant comme un événement planétaire à grand spectacle que comme un exercice de haute diplomatie mémorielle.

Huffington Post, Henri Weber - Leçons des élections européennes

Comme on pouvait s'y attendre les Européennes ont été une "réplique", en pire, du séisme des municipales.

C'est une loi de la politique : le corps électoral ne se déjuge jamais à quelques semaines d'intervalle. Il a durement sanctionnés les socialistes en mars, il n'allait pas les plébisciter en mai, malgré l'arrivée d'un nouveau Premier Ministre populaire. Les sondages ont d'ailleurs donné de longue date le tiercé dans l'ordre, même s'ils avaient sous-estimé l'ampleur de la déroute du PS.

7 juin

Rue 89 - Courte majorité des conseils d’école en faveur de la réforme des rythmes scolaires made in Lyon

Ça valait bien une nouvelle conférence de presse. C’est avec un soulagement certain qu’Anne Brugnera, adjointe au Maire de Lyon en charge de la réforme des rythmes scolaires, a pu annoncer, ce vendredi 6 juin, que la consultation des conseils d’école de Lyon s’est révélée favorable au projet du maire de Lyon PS Gérard Collomb.

Le Figaro - Écologistes et Front de gauche se réunissent au club des «socialistes affligés»

Le think-tank se lance avec pour objectif d'imaginer une politique alternative à celle de François Hollande et Manuel Valls, permettant de rassembler la gauche.

Ils vont être un certain nombre, de la gauche radicale et des écologistes, à se retrouver ce samedi boulevard Saint-Germain, au bureau d'information en France du Parlement européen, pour le premier colloque des «socialistes affligés». Un petit club fondé mi-mai par l'ex député européen PS Liêm Hoang Ngoc et Philippe Marlière, un professeur de science politique passé au Nouveau parti anticapitaliste en 2009, après 20 ans au PS. Depuis, Marlière a quitté le NPA.

Le Lab - François Rebsamen répond à Jean-Christophe Cambadélis qu'il "ne connaît pas le dossier" des seuils sociaux

ARGUMENT TECHNO - De sa voix rocailleuse, François Rebsamen vient de corriger sèchement le Premier secrétaire du Parti socialiste. Jean-Christophe Cambadélis qui s'était opposé au projet du ministre du Travail d'ouvrir un débat et consulter les partenaires sociaux sur le dossier sensible des seuils sociaux dans les entreprises.

6 juin

France Info - Gouvernement vs Medef : un clivage politique

"Il ne faut pas jouer au plus fin trop longtemps". Michel Sapin ne mâche pas ses mots, vis-à-vis de "certains" au Medef. Visiblement, le ministre des Finances n’a pas apprécié la tribune de Geoffroy Roux de Bézieux en début de semaine.

Paris Match - François Hollande, Le chef de l’Etat démonétisé

Décrocher dans les sondages après les européennes ? Le chef de l’Etat s’y préparait. « Les 3 %, il a connu, on l’appelait “M. 3 %”, il est ­devenu le président de la République, rappelle un de ses conseillers, il est en titane. » Ses déplacements, comme celui de Rodez vendredi dernier, sont bousculés, sa popularité dévisse et sa majorité se craquelle, mais François Hollande ne vacille pas. Chez les socialistes, sa candidature en 2017 est désormais loin d’être évidente. «

Les Echos - Christian Paul : «Le gouvernement doit taper du poing sur la table»

Le député de la Nièvre, chef de file des députés PS à la commission des Affaires sociales, Christian Paul est l’un des 41 élus qui s’est abstenu sur le programme de stabilité transmis à Bruxelles. Concernant le pacte de stabilité, il estime que « le gouvernement devrait taper du poing sur la table pour obtenir des contreparties chiffrables et vérifiables ».

Libé - Congrès du PS en 2015 : avancé ou reporté ?

On avance ou on recule ? Au PS, le report des élections régionales et départementales à l’automne 2015 pose un problème de calendrier. En effet, trois ans après celui de Toulouse, le congrès du parti était justement prévu au mois d’octobre de l’année prochaine…

5 juin

FranceTVinfo - Réforme territoriale : Hollande a-t-il vraiment raté son coup ?

Mesure phare de l'acte II du quinquennat, la réforme territoriale suscite de nombreuses incompréhensions. Ses partisans rétorquent qu'elle a au moins le mérite d'exister.

Le JDD - Le pacte de responsabilité dégénère

PETITS CALCULS - Chaque semaine, Nicolas Prissette, journaliste au service politique du JDD, décrypte les politiques économiques et sociales. Cette semaine, il revient sur le pacte de responsabilité. 

Le Figaro - Une secrétaire d'Etat va affronter une législative partielle

La majorité à l'Assemblée va de nouveau être confrontée à une législative partielle à la fin du mois, à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Le Monde - Petites retraites, impôts : Solférino veut peser sur le budget

Infléchir en partie le futur débat budgétaire. Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a envoyé lundi 2 juin une lettre au premier ministre Manuel Valls et au ministre de l'économie Michel Sapin dans laquelle il présente les « priorités » de la Rue de Solférino à quelques jours de l'examen du collectif budgétaire à l'Assemblée nationale.

4 juin

Libé - Laurent Baumel: «La Ve République arrive à bout de souffle»

Député PS et animateur de la Gauche populaire, Laurent Baumel estime que le réflexe disciplinaire de la majorité évolue.

Alors que débute l’examen de la réforme pénale à l’Assemblée nationale, Laurent Baumel, député PS d’Indre-et-Loire et animateur de la Gauche populaire, se félicite d’un changement de «pratique» selon lui à l’oeuvre au groupe socialiste. Signataire de l’Appel des 100, il plaide pour un rôle renforcé du Parlement.

Le Monde - Valls se dit « ouvert » à réduire encore le nombre de régions

Le premier ministre Manuel Valls est revenu cet après-midi, devant plusieurs journalistes, sur la réforme territoriale dont François Hollande a dessiné les contours lundi soir, devant faire passer la France de 22 régions à 14.

Big Browser, Le Monde - XXX – Le trou dans la tribune de François Hollande

Les tractations qui ont abouti au projet de réforme territoriale ont été longues et compliquées. Au point qu'une demi-heure avant son annonce l'Elysée ne savait toujours pas si les régions françaises passeraient de 22 à 14 (le chiffre finalement retenu) ou à 12, comme le laissait entendre dimanche le Journal du dimanche.

Le Télégramme - Réforme en Bretagne. La fracture socialiste
Rarement les socialistes bretons ne s'étaient autant divisés qu'à l'occasion de cette réforme territoriale. Ni gagnant ni perdant, disent certains, mais à quel prix ! Entre les partisans de la fusion avec les Pays-de-la-Loire (les « universalistes », comme les appelle Bernard Poignant) et ceux qui, emmenés par Jean-Jacques Urvoas et Jean-Yves Le Drian, militaient pour une Bretagne à cinq départements, au nom de la cohérence et de l'identité du territoire - quitte à rester à quatre -, la fracture paraît si grande que l'on voit mal comment elle pourrait être réduite.

Le Nouvel Obs - La réforme territoriale sera-t-elle menée à bien ?

A droite, certains estiment que le gouvernement n'aura pas de majorité pour faire voter sa réforme. Manuel Valls assure qu'elle ira à son terme.

Europe 1 - "Peut-être faudra-t-il revoir ce découpage territorial dans 5 ou 6 ans"

François Hollande a annoncé, lundi dans une tribune, que la France aurait désormais 14 régions au lieu de 22. Alain Rousset, président de l’Association des Régions de France, a réagi à ces annonces mardi matin sur Europe 1 :

La Tribune - Valérie Fourneyron démissione, Carole Delga et Thierry Mandon entrent au gouvernement

La secrétaire d'État au Commerce quitte le gouvernement pour raisons de santé. Elle est remplacée par Carole Delga, une députée PS spécialiste des collectivités locales. Thierry Mandon, le député PS de l'Essonne est quant à lui nommé secrétaire d'Etat chargé de la Réforme de l'Etat et de la Simplification.

Appel des 100 - François Kalfon: « Les «frondeurs» ne veulent pas renverser la table, ils veulent simplement un autre équilibre plus conforme aux souhaits de notre base sociale. »

Interview publiée dans le Figaro du 30 mai 2014. Propos recueillis par François-Xavier Bourmaud.

La résurgence du débat sur la primaire affaiblit-elle François Hollande ?

Nous sommes confrontés à deux réalités. D’abord celle de la cinquième République avec le fait présidentiel qui s’impose. Ensuite celle du terrain, que l’on a encore vu dimanche dernier, avec un mouvement d’en bas extrêmement puissant, qui critique les institutions en général et qui aspire à un contrôle citoyen, a fortiori quand les résultats escomptés ne sont pas là. C’est dans ce contexte que l’idée d’une primaire s’est installée. Je ne crois pas que cela afaiblisse le chef de l’Etat. Ce débat sur la primaire a lieu partout, y compris à l’UMP. Le chef de l’Etat, en politique avisé entend forcément ce mouvement profond de l’opinion qui aspire à une plus grande maîtrise de son propre destin. Du reste, François Hollande a lui-même conditionné sa candidature au succès ou non de sa politique.

3 juin

Le Nouvel Obs - Réforme territoriale : Hollande propose une France à 14 régions

Bretagne, Alsace, Aquitaine... Quelles régions fusionnent ? Quelles régions restent inchangées ? Le Nouvel Observateur fait le point.

Le Monde - Alain Rousset (PS) : «La fusion des régions ne sera pas source d'économies»

Alors que le chef de l'Etat doit annoncer dans une tribune les grandes lignes de sa réforme territoriale, le président socialiste d'Aquitaine et président de l'Association des régions de France présente les difficultés que l'exécutif va selon lui rencontrer.

Libé - La France ? Peut mieux faire

Bruxelles a noté les efforts de Hollande. Qui doit toutefois progresser au prochain semestre.

Rigueur budgétaire et réformes économiques ne riment pas forcément avec populisme. Les élections européennes l’ont démontré : les Etats de la zone euro qui ont subi les plus rudes politiques d’austérité, comme le Portugal, l’Irlande, la Grèce, l’Espagne et Chypre, tout comme ceux qui ont adopté des politiques de rigueur (Italie, Belgique, Pays-Bas, Slovénie, pays baltes), n’ont pas connu une déferlante d’extrême droite équivalente à celle qui a submergé une France qui, elle, commence à peine à s’attaquer à ses déséquilibres.

Le Nouvel Obs - SONDAGE. Hollande stagne, Valls baisse, Le Pen monte et Sarkozy chute

François Hollande a stagné à 21% de bonnes opinions en mai comparé au mois précédent, tandis que Manuel Valls a reculé de trois points à 49%, selon l'Observatoire de la politique nationale BVA-Orange pour L'Express, la presse régionale et France Inter publié lundi 2 juin.

Le Monde - Hollande rencontrera les parlementaires PS d'ici à la fin de juin

Le président du groupe socialiste, républicain et citoyen à L'Asssemblée, Bruno Le Roux, a annoncé dimanche 1er juin sur RTL et LCI avec Le Figaro que François Hollande allait « venir avant la fin de la session parlementaire dialoguer avec la majorité ». D'après M. Le Roux, le président pourra ainsi communiquer à la majorité « le chemin qui est le sien, la persuasion qui est la sienne ».

2 juin

Le Monde - Hollande tranchera lundi sur la fusion des régions françaises

François Hollande avait promis, au lendemain des élections européennes, d'accélérer la réforme territoriale, qui doit conduire à la réduction du nombre de régions. D'après Le Journal du dimanche (JDD) daté du 1er juin, le chef de l'Etat aurait étudié, samedi 31 mai, un scénario d'une France à douze « superrégions », au lieu des 22 actuelles, prélude à un découpage qui sera proposé dans un projet de loi attendu pour la mi-juin.

Libé - Hollande se prépare à annoncer les contours de la réforme territoriale

Ce «big bang» devrait voir naître une douzaine de «super-régions» en métropole, à la place des 22 existantes. Objectif : réaliser des économies.

Une semaine après la gifle des élections européennes, François Hollande entend reprendre l’initiative en dévoilant d’ici à mardi les contours très attendus d’une vaste réforme territoriale qui devrait créer «une douzaine» de super-régions en métropole, contre 22 aujourd’hui. Objectif de ce big bang : alléger le coût du «millefeuille» territorial en cette période de disette budgétaire et de coupes claires dans les dotations de l’Etat aux collectivités locales, selon les deux mots d’ordre fixés par le chef de l’Etat lui-même, «simplification» et «modernisation».

Tribune de Lyon - Nathalie Perrin-Gilbert fait le choix de la majorité

Surprise dans le journal municipal de la Ville de Lyon. Dans le guide des conseillers municipaux, Nathalie Perrin-Gilbert, la maire Gram du 1er, figure dans la rubrique “Majorité”

31/05/2014

L'actualité des socialistes du 26 mai au 1er juin (mise à jour)

A la une

Pour soutenir l'appel des 100.... la page Facebook

Page officielle de l'Appel des 100. Parlementaires et responsables socialistes, engagés pour une politique de gauche juste et efficace.

Laurent Baumel : « Sommes-nous morts pour rien? ou pourquoi les députés socialistes se mobilisent »

Le 30 mars 2014, le socialisme municipal s’est effondré en France dans des proportions inattendues et colossales qu’on peine encore à mesurer. L’attention s’est portée sur l’implacable statistique des «155 villes » de plus de 9 000 habitants tombées dans l’escarcelle de la droite et ses conséquences en chaîne sur la direction des grandes communautés urbaines du pays.

Pouria Amirshahi – « Frondeurs » : qui sommes-nous, que voulons-nous ?

ENTRETIEN À POLITIS
Pouria Amirshahi est l’un des « frondeurs » qui n’ont pas voté le pacte de stabilité défendu par Manuel Valls. Il explique sa démarche. Ils ont été 41 députés socialistes à s’abstenir, le 29 avril à l’Assemblée. Un désaveu pour le nouveau Premier ministre et pour François Hollande. Simple avertissement ou amorce d’une contestation durable ? Pouria Amirshahi penche pour la seconde hypothèse.

29, 30, 31 mai et 1er juin

Libé - Duflot et Royal réunies autour de Raoni

Le chef amazonien est l'invité mardi d'une conférence sur le climat organisée par Claude Bartolone à l'Assemblée.

Le Monde - Hollande chez les Bleus, un président en quête d'une France qui gagne

Quoi de mieux qu'une visite présidentielle aux Bleus, en cette période post-déroute électorale et pré-Coupe du monde, pour tenter de se requinquer ? Sans doute faut-il y voir les effets du 4 à 0 sans bavure infligé à la Norvège, mardi soir en match amical, conjugués à ceux des 13,98 % recueillis pas le PS aux européennes, mais force est de constater que François Hollande, ces jours-ci, manifeste un intérêt renouvelé pour la France qui gagne : celle du football.

Le Figaro - François Hollande élude la question de sa candidature en 2017

Le président aurait confié à des proches rester «froid» et «indifférent» face au sondage selon lequel seuls 3% des Français le préféreraient comme candidat socialiste à sa propre succession en 2017.

LCP - "Colère" de Cambadélis contre la presse et "une partie" de la classe politique

La presse et "une partie" de la classe politique sont "irresponsables" en ces temps de "crise politique majeure", a accusé mercredi le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, interrogé sur la désaffection des Français à l'égard de François Hollande.

Le Monde - Hollande et Valls ne fléchissent pas face aux députés PS frondeurs

François Hollande a répondu depuis Bruxelles, mardi 27 mai, aux élus socialistes de l'Assemblée réclamant une inflexion à gauche après la débâcle de la majorité aux Européennes. Plus tôt dans la journée, une partie d'entre eux avaient également eu une discussion avec le premier ministre Manuel Valls, venu s'exprimer devant le groupe de l'Assemblée.

Huffington Post, Laurent Baumel - La gauche sait-elle tirer les leçons de son Histoire?

"Peuples et gouvernements n'ont jamais rien appris de l'Histoire" a écrit Hegel. S'il n'est pas toujours aisé, en effet, de tirer des leçons réelles du passé, chaque génération devrait au moins être capable de tirer les leçons de sa propre histoire.

Alors la gauche au pouvoir vient de subir une nouvelle défaite cuisante, on peut se demander si ce n'est pas précisément cette capacité-là qui lui manque.

Paul Alliès - RompreLe résultat des élections européennes mais surtout les réactions de François Hollande et Manuel Valls qui les ont suivies amènent à une conclusion: l'exécutif n'entend plus rien et n'est plus à même de reconstruire une quelconque histoire de la gauche d'ici 2017. Il faut donc rompre avec une politique comme avec un système politique qui peuvent nous conduire à un "désastre obscur".

28 mai

Le Parisien - Devant Valls, des députés de la majorité évoquent «un problème Hollande»

Rien ne va plus au . Les députés socialistes ont accusé fortement le coup mardi du choc des européennes  et l'ont fait savoir au Premier ministre Manuel Valls qui les rencontrait ce matin à l'.

Le Monde - Qui est responsable de la montée du FN ?

La première place du Front national aux élections européennes du 25 mai marque une rupture dans la vie politique française. Quelles sont les responsabilités des partis traditionnels dans cette déroute ? Après l'avoir diabolisé dans les années 1980, les médias n'ont-ils pas contribué à banaliser le FN des années 2010 ? L'UMP survivra-t-elle à cette percée frontiste ? Comment le PS peut-il encore éviter la perspective d'un 21 avril 2017 ? Comment réduire la fracture entre les perdants et les gagnants de la mondialisation ?

Le Monde - Rythmes scolaires : le décret Hamon a-t-il ouvert la boîte de Pandore?

Certaines ne cachent pas leur enthousiasme, d'autres se perdent dans les justifications. Dans les villes candidates à un « assouplissement » de la réforme des rythmes scolaires, comme le permet pour trois ans de « décret Hamon », le soulagement se fait entendre, même si l'embarras demeure.

Public Sénat - Les députés socialistes accusent le choc des européennes

Les députés socialistes ont accusé fortement le coup mardi du choc des européennes avec un FN en tête, exprimant leurs inquiétudes aiguës devant Manuel...

Les députés socialistes ont accusé fortement le coup mardi du choc des européennes avec un FN en tête, exprimant leurs inquiétudes aiguës devant Manuel Valls et allant, pour l'un d'eux, jusqu'à évoquer un "problème" François Hollande.

Le Nouvel Obs, Renaud Dély - Hollande n'a plus aucune chance pour 2017. Qui pourra sauver la gauche ?

Le chef de l’Etat ne sera pas en mesure de se représenter en 2017. La gauche doit se mettre en quête du candidat qui pourra résister à la menace Le Pen.

27 mai

Libé - François Hollande : «L’Europe, elle est devenue illisible, j’en suis conscient»

VERBATIM Le Président s'est exprimé ce lundi soir lors d'une brève allocution télévisée.

Libé - Européennes : Hollande admet la claque, mais garde le cap

Le Président s'est exprimé lundi soir, au lendemain des élections européennes qui ont vu la victoire du FN. Sa «ligne de conduite» ne déviera pas.

Le blog de Françoise Fressoz - Le président sans cartouche 

En l'écoutant  lundi 26 mai faire sa déclaration aux Français dans le cadre du journal de 20 heures, on comprenait pourquoi toute la journée le président de la République avait hésité à parler.

Que pouvait-il annoncer à son peuple qui, dans la foulée des élections municipales, venait de lui infliger une nouvelle gifle électorale ? Rien et c’est tout le problème.

Les Echos - PS : les « hollandais » sonnés, les frondeurs à l'offensive

Les députés PS sont de plus en plus nombreux à appeler le président à ralentir le rythme de réduction du déficit.

C'est un parlementaire proche de François Hollande qui avoue : « Je ne comprends pas ce qu'on fait. A ce train, on va arriver dans la même situation que Chirac en 1997, à devoir dissoudre » l'Assemblée. C'est un autre parlementaire, toujours un fidèle du chef de l'Etat, qui s'inquiète : « Le président peut bien prendre des initiatives, rien ne passera. Le vote FN devient normal pour certains. L'UMP ne va pas bien, mais, pour le moment, ce n'est pas elle qui est disqualifiée pour le second tour de la présidentielle. »

Le Monde - Européennes : pourquoi le 25 mai est plus grave que le 21 avril

Analyse. Mesurons l'ampleur du séisme politique des élections européennes en France : le 25 mai 2014 est bien plus grave que le 21 avril 2002. Pour trois raisons. D'abord parce que la victoire historique du FN dans un scrutin national ne provoque pas de réaction collective, comme si l'encéphalogramme démocratique restait désespérément plat, là où le 21 avril avait conduit une partie de la société française, notamment de sa jeunesse, à sortir dans la rue et la gauche à se battre pour permettre la victoire de Jacques Chirac contre Jean-Marie Le Pen.

Le Monde - Européennes : 5 enseignements du scrutin passés inaperçus

Après les réactions à chaud, les résultats détaillés des élections européennes fournis par le ministère de l'intérieur permettent de tirer de nouveaux enseignements sur le scrutin du 25 mai.

Le Point - Hollande-Valls : le commando fiscal

Au lendemain du séisme électoral, ils ont recours à la bonne vieille ficelle de la baisse des impôts. Au risque de se contredire et de se répéter.

Les Echos - Le doute s'accroît un peu plus au sommet de l'Etat sur la présidentielle de 2017

Après la déroute de dimanche, les soutiens de François Hollande s'interrogent sur ses chances de se succéder à lui-même.

Toulouse Info - Débâcle du PS aux européennes : Pour Christophe Borgel, « c’est tout d’abord une défaite de l’Europe »

Ce dimanche, le Parti Socialiste a fait le plus mauvais score aux élections européennes de son histoire et n'a pu que constater la vague bleue marine qui a déferlée dans le pays mais aussi en Midi-Pyrénées. Christophe Borgel, député de de Haute-Garonne et secrétaire national chargé des élections du Parti Socialiste, revient sur cet échec électoral et sur l'avenir du PS.

Les Echos - François Hollande ou le quinquennat bloqué

Sur le plan institutionnel, le scrutin européen ne change rien. François Hollande a été élu pour cinq ans et poursuit son mandat. Mais politiquement, la situation devient intenable, ou presque.

Les Echos - Européennes : le PS a été plus boudé par les salariés du privé que par ceux du public

Ce n’est pas le vote fonctionnaire qui a manqué aux socialistes lors des élections européennes mais celui des salariés du privé.

Direct Matin - Cambadélis (PS) : l'Europe doit "se concentrer sur l'essentiel"

Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS, a vu dans les résultats aux élections européennes un "message clair" qui est que "l'Europe doit de manière urgente se concentrer sur l'essentiel", l'emploi et la croissance verte.

26 mai

Le JDD - La triste victoire d’Edouard Martin

REPORTAGE - C’est avec la rage de voir le FN en pôle position en France comme dans sa circonscription aux élections européennes qu’Edouard Martin obtient son ticket pour Bruxelles. Récit d’une soirée triste et amère pour l’ancien leader syndicaliste de Florange.

Le Nouvel Obs - Européennes: Hollande veut limiter les dégâts au lendemain de la victoire du FN

Sévèrement désavoué dimanche lors des élections européennes qui ont vu le triomphe du Front national, François Hollande va tenter, dès lundi matin, de tirer avec Manuel Valls les leçons d'un choc électoral qui ébranle la France et l'Europe.

La Tribune - "Il faut de nouvelles baisses d'impôts" (Manuel Valls)

Le Premier ministre estime nécessaire de baisser la fiscalité. Il s'exprime au lendemain de la défaite électorale aux élections européennes pour la majorité.

France Info - Européennes : "Des leçons doivent être tirées" (Elysée)

Après le succès du FN et la déroute du PS dimanche soir, François Hollande réunira Manuel Valls et plusieurs ministres lundi à 08h30. "Des leçons doivent être tirées" de cet "événement majeur", a indiqué l'Elysée. Les européennes sont "un choc", "un séisme" a déclaré le Premier ministre qui a décrit un moment "très grave" pour l'Europe et la France.

Huffington Post - Résultats européennes 2014: le PS et l'exécutif sous le choc cherchent les solutions

Choc, séisme... Ce dimanche soir, dans la bouche des socialistes beaucoup de mots rappelaient ceux prononcés le 21 avril 2002 quand Lionel Jospin avait été éliminé du second tour de la présidentielle. A nouveau troisième d'une élection nationale, le PS subit une seconde déconvenue, deux mois après son camouflet des municipales.

25/05/2014

L'actualité des socialistes du 19 au 25 mai (mise à jour)

A la une

Le JDD - Les socialistes veulent croire à une "surprise"

EUROPEENNES – A 48 heures du scrutin européen, les socialistes ont tenu leur dernier meeting vendredi soir à Villeurbanne, près de Lyon. Loin de ce que prédisent tous les sondages, Manuel Valls comme Jean-Christophe Cambadélis disent croire à une "surprise".

25 mai

Lyon Capitale - Schulz et Valls à Lyon : le PS veut tenir sa gauche

Manuel Valls et Martin Schulz concluaient la campagne européenne du PS. Pour remobiliser les électeurs de gauche, le Premier ministre s'en est pris au cours de l'euro, tandis que Martin Schulz a critiqué une "Europe injuste", promettant de lutter contre la fraude fiscale.

24 mai

Le Monde - Le PS relance le débat sur le droit de vote des étrangers

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a annoncé, jeudi après-midi, lors de l'émission « Les Indés Radios Metronews LCI », que « le PS va lancer une campagne à l'automne sur le droit de vote des étrangers ».

M. Cambadelis a ajouté qu'il appellerait « à l'automne tous ceux qui pensent qu'il est nécessaire qu'il y ait le droit de vote des étrangers, en situation régulière évidemment, (pour qu'ils) participent à cette campagne ».

23 mai

Libé - Royal veut redevenir la bonne élève du gouvernement

Dans une interview ce vendredi au «Parisien», la ministre de l'Ecologie ne se permet cette fois aucun écart. La preuve en trois exemples.

Une bonne élève. Pour sa première interview après sa sortie remarquée dans Paris-Match, Ségolène Royal rentre dans le rang du gouvernement. Dans un «Face aux lecteurs» publié ce vendredi dans le Parisien, la ministre de l’Environnement ne se permet aucun écart.

Le Monde - Royal ne ferme pas la porte au gaz de schiste s'il y a des « technologies non dangereuses »

La ministre de l'écologie et de l'énergie, Ségolène Royal, ne ferme pas la porte à l'extraction du gaz de schiste à condition que soient mises au point « de nouvelles technologies non dangereuses », dans un entretien publié par Le Parisien/Aujourd'hui en France, vendredi 23 mai.

Le Monde - La mise en garde de Le Drian à Valls sur le budget militaire

Les nouvelles coupes envisagées dans le budget de la défense suscitent de vives inquiétudes chez les militaires et au sein même du ministère, dans l'attente de l'arbitrage du président de la République. « Le président de la République rendra ses arbitrages dans les prochaines semaines », a indiqué, vendredi, l'entourage de M. Hollande

Libé - Après Juppé, Rocard s'agace contre les «anti-européens»

L'ancien Premier ministre a appelé, à trois jours du scrutin européen, à voter Martin Schulz, «un Allemand hostile à l’austérité».

Libé - Sur France 2, un débat européen très franco-français

Retrouvez le live de l'émission spéciale Des paroles et des actes consacrée aux élections européennes, avec Libération.

Slate, Laurent Bouvet - Européennes: quatre raisons pour lesquelles les électeurs vont bouder le PS

Le Parti socialiste a voté tous les traités européens et applique en France une politique d'austérité et une économie de l'offre. Comment croire qu'il orienterait une autre politique au niveau européen s'il gagnait les élections le 25 mai?

22 mai

FranceTvinfo - TER trop larges : la rapporteure PS du budget à l'Assemblée appelle à la démission de Pepy

La majorité monte au créneau pour dénoncer la commande de 2 000 rames de TER trop larges et, en creux, justifier la réforme ferroviaire en préparation.

Le Figaro - Européennes: "pas de changement" si mauvais score du PS (Valls)

Le Premier ministre Manuel Valls a assuré aujourd'hui à quelques journalistes qu'il n'y aurait "pas de changement de gouvernement" ni de "majorité" ni de "ligne économique" en cas de mauvais résultats du PS aux élections européennes de dimanche.

Capital - Le PS parie sur une victoire sociale-démocrate aux européennes

François Hollande et le Parti socialiste français font le pari d'une victoire sociale-démocrate aux élections européennes pour adoucir l'impact d'une sévère sanction à domicile le 25 mai. Deux mois après la déroute du PS aux municipales, un nouveau revers, annoncé par les sondages, affaiblirait encore le chef de l'Etat, qui bat déjà des records d'impopularité

Alternatives Economiques - Le tour de passe-passe de Michel Sapin

Le gouvernement français a présenté le 23 avril dernier le « Programme de stabilité 2014-2017 » qu’il va soumettre à la Commission européenne. Celui-ci prévoit en particulier un retour du déficit public français sous la barre des 3 % du produit intérieur brut (PIB) dès 2015 alors que ces dernières semaines, le gouvernement semblait avoir l’intention de demander aux autorités européennes un nouveau délai pour atteindre ce niveau. Un pari qui repose cependant sur des hypothèses peu réalistes.

21 mai

Public Sénat - Fiscalité: la lutte contre la fraude financera la baisse d'impôt, dit Valls

La baisse d'impôt sur le revenu pour les revenus modestes annoncée par le gouvernement sera entièrement financée par les gains supérieurs aux attentes...

La baisse d'impôt sur le revenu pour les revenus modestes annoncée par le gouvernement sera entièrement financée par les gains supérieurs aux attentes issus de la lutte contre la fraude fiscale, a indiqué mardi le Premier ministre Manuel Valls.

La Tribune - L'Assemblée nationale vote une nouvelle version de la loi "Florange"

Les députés français ont adopté mardi, dans le cadre du projet de loi ESS, plusieurs dispositions de la loi "Florange" sur la reprise des sites industriels qui avaient été censurées par le Conseil constitutionnel.

itélé - Cambadélis - Le Pen : face à face sur l'Europe

A six jours des élections européennes, le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis et la Présidente du Front national, Marine Le Pen, ont débattu lundi sur le plateau d'i>TÉLÉ. Visions de l'Europe, immigration ou encore enjeux économiques, autant de thèmes évoqués, qu'itele.fr vous propose de (re)découvrir.

20 mai

Le Nouvel Obs - "Cinglant, solitaire, loin d'être exemplaire... " : ses ex-ministres racontent Hollande

Plusieurs anciens membres du gouvernement, démissionnés en avril, disent leur "déception" et dressent un portrait sans concession du chef de l'Etat dans "le Nouvel Observateur".

Les Echos - Edouard Martin, sur les braises

Tête de liste socialiste dans le Grand Est aux élections européennes, le syndicaliste emblématique de Florange fait le dur apprentissage du combat politique. En s’efforçant de préserver sa liberté de parole et d’action.

Le Point - Cambadélis dénonce le "cirque hallucinant" autour de Jérôme Kerviel

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a dénoncé lundi le "cirque hallucinant" autour de Jérôme Kerviel, y voyant un "système médiatique de défense" de l'ex-trader qui, estime-t-il, "doit purger sa peine". "Je trouve que le cirque autour de M. Kerviel est assez hallucinant. Franchement ! C'est un système médiatique de défense contre une décision de justice", s'est exaspéré le responsable socialiste sur i-Télé et Europe 1.

Le Nouvel Obs - Impôts : prendre aux riches pour donner aux pauvres, oui mais...

L'annulation de l'impôt sur le revenu d'un million et demi de ménages sera financée par les exilés fiscaux repentis... La première année. Et ensuite ?

Lyon Mag - Pierre-Alain Muet : “me traiter de keynesien ça n’a pas de sens”

Pierre-Alain Muet n’est pas d’accord pour que Gérard Collomb le qualifie, dans une interview à Acteurs de l’Economie, d’économiste "keynésien classique"...... Ainsi mis ainsi en cause, Pierre Alain Muet réagit : "Je ne plaide pas du tout pour une politique de relance. Je dis juste que les allégements sont trop importants. 41 milliards d’allègement offerts aux entreprises c’est trop. C’est du simple bon sens (…). Le terme keynésien et la façon avec lequel Collomb l’exprime ça n’a pas de sens".

LCP - Laurence Rossignol dénonce "l’obstruction" de l’UMP sur le texte famille

La secrétaire d'Etat chargée de la Famille, Laurence Rossignol, estime qu'"une fois de plus, l'UMP fait de l'obstruction" en multipliant les amendements à la proposition de loi sur la famille devant être débattue à partir de lundi soir à l'Assemblée.

Le Figaro - Montpellier : l'histoire de France en Algérie perd son musée

Un gâchis intellectuel et financier.» La colère gronde après l'annonce faite mercredi par Philippe Saurel. Ce nouveau maire de Montpellier et président de la communauté d'agglomération, qui a fait campagne en dissident PS mais est proche de Manuel Valls, abandonne le Musée de l'histoire de France en Algérie (MHFA). Il réoriente le chantier qui devait aboutir à l'été 2015 en espace d'art contemporain. L'idée du MHFA avait été émise en 2002 par un autre trublion du PS, Georges Frêche. Dès l'origine, elle avait suscité la polémique: élus verts et communistes redoutaient la création d'un sanctuaire colonial, ou du moins d'un instrument de lecture du passé trop en faveur des 42 000 rapatriés ayant fait souche alentour.

Lui président, blog Le Monde - François Hollande, ou comment enterrer ses promesses en 7 leçons

Les critiques adressées à François Hollande au cours de ses deux premières années de mandat se sont souvent concentrées sur le reniement de ses promesses de campagne. Mais alors que certains grands engagements symboliques, comme le combat contre la finance ou l’exemplarité du comportement, ne cessent de revenir dans la bouche de ses détracteurs, d'autres, plus nombreux, sont passés inaperçus.

19 mai

Le Parisien - Sapin : «Le geste fiscal s'appliquera dès maintenant et jusqu'en 2017»

Non, la baisse d'impôts annoncée cette semaine par Manuel Valls n'est pas une mesure électoraliste à quelques jours des Européennes. C'est ce qu'a martelé ce dimanche Michel Sapin,

Le Monde - Les sondages des élections européennes en France

Jusqu'aux élections européennes du 25 mai, Le Monde publie quotidiennement un sondage des intentions de vote, réalisé par Ipsos-Steria, également pour le Cevipof et Terra Nova.

Le Monde - Au fait, c'est quoi ce décret sur les « investissements stratégiques » ?

L'affaire fait grand bruit dans les milieux industriels et financiers : dans le bras de fer qui oppose la France et le géant américain General Electric (GE) pour le rachat d'Alstom, Arnaud Montebourg a poussé son avantage, en obtenant de Manuel Valls le droit de « muscler » un décret soumettant certains investissements étrangers en France à l'autorisation préalable de l'Etat.

Libé - Matignon manie la baguette magique fiscale

En décidant subitement de redistribuer un milliard d’euros aux ménages les moins aisés, l’exécutif a opté pour la fourchette haute. Avec un double objectif : relancer la consommation et apaiser les députés socialistes.

18/05/2014

L'actualité des socialistes du 12 au 18 mai (mise à jour)

A la une

Le Monde - Impôts : Valls détaille son geste fiscal pour près de 2 millions de ménages

Le premier ministre, Manuel Valls, a annoncé vendredi 16 mai que les nouvelles mesures fiscales annoncées après les élections municipales allaient bénéficier à 3 millions de Français. Au total, 1,8 million de ménages devraient sortir de l'impôt sur le revenu.

18 mai

Le Parisien - Baisse d'impôts : pourquoi Hollande et Valls se sont laissé convaincre ?

La décision a été définitivement arbitrée jeudi par l'Elysée et : il fallait aller plus vite, plus loin, plus fort ! Ce sont donc finalement 1,8 million de ménages qui échapperont à l'impôt sur le revenu dès cette année, et non plus 650 000 comme l'avait annoncé Manuel Valls dimanche soir sur TF1.

Le blog de Jean-Marcel Bouguereau - Des baisses d'impôts en trompe-l'oeil

Ce n'est pas encore Noël mais c'est déjà le temps des cadeaux. Les Européennes s'annoncent très mal pour la gauche. A dix jours du scrutin, plusieurs sondages donnent le FN en tête avec 25 %, creusant l'écart avec l'UMP (21 %) et enterrant le PS avec ses malheureux 18 % ! Il fallait faire quelque chose. Hier, Manuels Valls a donc sorti de sa hotte des cadeaux fiscaux à l'intention de 3 millions de ménages, soit un effort d'un milliard d'euros. Le double de ce qui était prévu.

Les Echos - Pierre-Alain Muet : « On ne sortira pas de la récession avec une politique de l'offre univoque »

Pierre-Alain Muet est l'un des 41 députés PS qui se sont abstenus sur le programme de stabilité du gouvernement. Vice-président de la commission des Finances, il a travaillé à l'Insee et à l'OFCE avant d'être conseiller économique du Premier ministre Lionel Jospin de 1997 à 2002.

17 mai

Libé - Les députés PS frondeurs satisfaits après les annonces de Valls

Le Premier ministre a déclaré que 1,8 million de ménages allaient sortir de l'impôt sur le revenu.

Certains députés PS ayant participé à la fronde sur les 50 milliards d’euros d’économies, y compris quelques abstentionnistes sur le programme de stabilité, ont salué les annonces de Manuel Valls vendredi. Le Premier ministre a annoncé de nouvelles mesures fiscales pour 3 millions de Français, qui permettront à 1,8 millions de ménages de sortir de l'impôt sur le revenu

Le Monde - Arnaud Montebourg : « Le décret sur les entreprises, c'est la fin du laisser-faire »

C'est l'outil dont rêvait Arnaud Montebourg. En élargissant le décret sur les entreprises « stratégiques », qui permet à l'Etat de s'opposer à la prise de contrôle d'une entreprise, à cinq nouveaux secteurs, la France se dote de la même arme que ses voisins, estime le ministre de l'économie. Qui compte bien l'utiliser dans le dossier Alstom.

16 mai

La Lab - Jean-Christophe Cambadélis : "les socialistes n’ont pas choisi Hollande sur le discours du Bourget"

RAPPEL HISTORIQUE - Un reniement ? Où ça ? Pas de la part de François Hollande en tous cas. Et c’est Jean-Christophe Cambadélis, pas vraiment hollandais historique, qui l'explique.

Mercredi 13 mai, lors d’un débat organisé par Mediapart avec Emmanuelle Cosse et Jean-Luc Mélenchon, le premier secrétaire du Parti socialiste considère que, finalement, le discours du Bourget, ça ne comptait pas.

Marianne - Cambadélis aux déçus d'Hollande: fallait pas le choisir à la primaire !

Invité par Médiapart à un débat des gauches avec Emmanuelle Cosse et Jean-Luc Mélenchon, le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis n'a pas cherché à occulter la déception suscitée par François Hollande, renvoyant sèchement les sympathisants socialistes à leur choix au moment de la primaire. Un bref moment de vérité.

L'Hémicycle - Encadrement du lobbying : bilan contrasté des nouvelles mesures

Sur l’impulsion du président Claude Bartolone et du vice-président PS Christophe Sirugue, les modalités d’entrée des représentants d’intérêts sont devenues plus contraignantes. De quoi rebuter les marchands d’influence et recréer de l’opacité.

La tempête Cahuzac continue de produire ses effets. Si elle a conduit à la publicité du patrimoine des ministres, elle a aussi fait changer les règles d’encadrement des lobbys à l’Assemblée nationale. En toute discrétion, une petite révolution a eu lieu en octobre dans les couloirs du palais Bourbon. « Ni diabolisation, ni laisser-faire, tel a été l’état d’esprit du bureau de l’Assemblée nationale », insiste-t-on dans l’entourage du président Claude Bartolone, qui a été à la manœuvre avec le vice-président PS Christophe Sirugue.

Les Echos - Affaire Bygmalion : le PS engage Copé à s’expliquer

Le porte-parole du PS, Carlos Da Silva, estime que Jean-François Copé doit des explications aux Français suite aux facturations fictives dont l’accuse « Libération ». Accusations que le patron de l’UMP qualifie d’allégations mal vérifiées.

15 mai

Le Lab - Après le pacte de responsabilité, des députés PS frondeurs s'attaquent à la réforme territoriale de Manuel Valls

Temps 2 de la contestation. Deux semaines après s'être abstenus sur le vote consultatif du programme de stabilité, deux députés PS "frondeurs" s'en prennent à la réforme territoriale du gouvernement, déjà contestée par l'opposition.

Sur France Info, ce 14 mai, le député PS de Paris Pascal Cherki a semblé douter des résultats d'une réorganisation territoriale

Le Monde - Un député PS propose de nationaliser les autoroutes

Le député socialiste Jean-Paul Chanteguet, président et rapporteur de la mission d'information parlementaire sur l'écotaxe, engage une réflexion sur la nationalisation des autoroutes, dont le réseau avait achevé d'être privatisé en 2006.

Paris Match - Ségolène Royal "Je suis à ma place. Enfin"

Collier de perles grises, pull vert d’eau fermé par des rubans, vernis rose pâle sur les ongles, elle arrive au rendez-vous avec une bonne heure de retard mais le regard vif et la tête pleine de musique. La veille, Ségolène Royal était au palais Garnier pour assister à la représentation de l’opéra dansé de Pina Bausch, «Orphée et Eurydice», sur la musique de Gluck. La nuit a été courte. La ministre, qui était accompagnée de ses deux filles, Clémence et Flora, s’est couchée tard.

Libé - Royal vante «l'amitié et la solidarité entre ministres»

Alors que des propos parus dans «Paris Match», sur l'écotaxe et Alstom, laissaient penser à des désaccords, la ministre de l'Ecologie évoque des «petites phrases» et pas une «interview en tant que telle».

Nouvel Obs - Ségolène Royal ou l'habitude de la "rétropédalitude"

Depuis plusieurs années, la ministre de l'Ecologie s'est fait une spécialité de cogner ses camarades avant de démentir ses propos.

Libé - Hollande, plus impopulaire que jamais

Selon le baromètre Ipsos, le président de la République n'est pas soutenu par 78% des Français.

Le président de la République François Hollande a enregistré en mai un nouveau record d’impopularité, 78% des Français se disant défavorables à son action, selon le baromètre Ipsos pour «Le Point» publié mercredi.

Le Parisien - Ecotaxe : les députés plaident pour son maintien, Royal est sceptique

Oui à l'écotaxe, mais remaniée. C'est en substance ce que proposent les députés de la mission d'information parlementaire qui planchaient depuis novembre sur cet épineux dispositif, suspendu après avoir mis le feu à la Bretagne à l'automne dernier.

LCP - Européennes : Edouard Martin distingue le PS de "Hollande ou Ayrault"

"Le PS, ça n'est pas que Hollande et Ayrault", a affirmé Edouard Martin, tête de la liste socialiste dans le Grand-Est pour les européennes et ex-leader syndical d'ArcelorMittal à Florange, en appelant à "l'Europe du juste échange" lors de son premier grand meeting de campagne, mardi soir à Metz.

Libé - Ecotaxe: le rapport parlementaire plaide pour une «éco-redevance»

Il faut faire disparaître le mot «écotaxe» mais pas abandonner le principe d’une redevance payée par les poids lourds, qui nécessite des aménagements, a conclu la mission d’information parlementaire dans son rapport, remis mercredi, sur ce dispositif suspendu à l’automne après la fronde des «bonnets rouges».

Rue 89 - Rythmes scolaires : Gérard Collomb trouve-t-il à Lyon l’emploi du temps idéal ?

A Lyon, il avait traîné les pieds, refusant de la mettre au débat. Le socialiste Gérard Collomb n’avait pas caché que la réforme des rythmes scolaires le gênait du fait de son impopularité et, comme pour toutes les communes, à cause de sa mise en place complexe. Plus possible de faire l’impasse, en vue de la rentrée 2014. Cette fois un emploi du temps a été fixé pour les écoles publiques de Lyon.

Le Figaro - Christian Paul : «Nous sommes une majorité à souhaiter des inflexions substantielles»

INTERVIEW - Élu de la Nièvre, Christian Paul est un des chefs de file des 41 députés qui s'étaient abstenus sur le programme de stabilité.

14 mai

LCP - Valls en mission pour ressouder députés PS et gouvernement

Entre "câlinothérapie" et rappels à la discipline, Manuel Valls, venu devant les députés socialistes avec la quasi-totalité du gouvernement, veut resserrer les liens avec une majorité toujours en proie au doute, à deux semaines de nouvelles élections périlleuses pour le PS.

Les Echos - Foyers modestes : un geste sur les impôts locaux dès cette année

Les ménages modestes vont bénéficier d’une remise d’impôt sur le revenu, mais aussi de taxe d’habitation.

Europe 1 - Bienvenue au "club des socialistes affligés"

LE COURANT QUI VA FAIRE PARLER - Ce groupe de réflexion dénonce la politique économique menée par le gouvernement.

Tout est dans l'intitulé. Pas sûr que leur initiative plaise à Solférino. Liêm Hoang Ngoc, eurodéputé socialiste sortant, annonce lundi la création d'un nouveau courant au PS, autobaptisé le "club des socialistes affligés". Ce groupe de réflexion entend surfer sur la dynamique enclenchée par les 41 députés frondeurs, qui se sont abstenus lors du vote sur le programme de stabilité budgétaire à l'Assemblée, le 29 avril dernier.

Le Monde - Le « Club des socialistes affligés » veut contester la politique de l'offre de Hollande

Rien que par son intitulé, cette initiative ne devrait pas passer inaperçue. Le socialiste Liêm Hoang Ngoc lance, lundi 12 mai, un « club des socialistes affligés », pour battre en brèche la politique économique suivie par le tandem François Hollande-Manuel Valls.

Le manifeste des socialistes affligés

13 mai

Lyon Capitale - Européennes : Manuel Valls à Lyon le 23 mai

Manuel Valls viendra à Lyon le vendredi 23 mai pour le meeting de clôture de la campagne du parti socialiste des élections européennes. Il sera accompagné de Vincent Peillon mais aussi de l'allemand Martin Schulz.

Le Monde - Hollande et Valls s'engagent dans la bataille des européennes

François Hollande et Manuel Valls semblent avoir retenu la leçon des municipales, au moins sur la forme. Le gouvernement et le Parti socialiste ont en effet choisi de ne pas mettre leur rose dans la poche dans la campagne pour les élections européennes. A deux semaines du vote, le choix a été fait par l'exécutif de s'impliquer personnellement dans la bataille.

Le Monde - Martine Aubry, cette alternative qui ne vient pas

La mise au point date d'avant le second tour des élections municipales : « Je ne serai pas premier ministre ni demain ni après-demain, mettez-vous ça dans le crâne une bonne fois pour toutes ! Quant à mes soi-disant amis qui parlent à ma place, ça commence à bien faire ! », avait sèchement expliqué au Monde Martine Aubry.

Les Echos - Départementales 2015 : une élection qui s’annonce difficile pour le PS et l’UMP

LE CERCLE. Planifiées pour mars 2015(1), les élections départementales s’appuieront sur un redécoupage général des cantons et des candidatures paritaires, le tout sur fond de remise en cause des conseils généraux. Un contexte qui risque de poser problème pour le PS menacé d'un nouveau vote sanction mais aussi pour l’UMP.

12 avril

Le Monde - Aubry et Cambadélis veulent une autre réforme de l'intermittence

Est-ce une ultime tentative de sensibiliser le gouvernement au sort des intermittents du spectacle, alors que l'accord du 22 mars sur l'assurance-chômage ne cesse d'être contesté, et que le gouvernement a décidé malgré tout d'agréer l'accord ? Ou bien est-ce le signe d'une divergence interne au parti socialiste sur la question des annexes 8 (techniciens) et 10 (artistes) de l'Unedic ? Toujours est-il que le courrier adressé le 7 mai par la maire de Lille, Martine Aubry, au ministre du travail François Rebsamen, lui demandant de « ne pas agréer le texte de la convention Unedic qui sera soumis au gouvernement dans les prochains jours »,  n'est pas passé inaperçu.

Le Figaro - Élections européennes : Valls tente de mobiliser la gauche

Ils espéraient limiter la casse, ils veulent maintenant sauver les meubles. Deux mois après la déroute des élections municipales, les socialistes abordent avec appréhension le scrutin européen du 25 mai. «Ces élections ne peuvent pas être bonnes pour nous, tranche un membre du bureau national du PS. Y a-t-il une seule raison, même infime, de voter socialiste aujourd'hui? J'ai beau chercher, je n'en vois aucune.»

Ce qu'il faut retenir de l'interview de Manuel Valls sur TF1

Impôts, élections européennes, crise ukrainienne... Le Premier ministre était l'invité du 20 heures de TF1 et a notamment annoncé la sortie de l'impôt de 650.000 ménages dès 2014.

Le Monde - Malgré la crise en Ukraine, la France livrera bien ses Mistral à la Russie

Le doute n'est désormais plus permis. Malgré la crise en Ukraine, la France n'a aucune intention de suspendre la livraison des deux navires de guerre de type Mistral à la Russie. Ce contrat de 1,2 milliard d'euros n'a pas vocation à faire partie d'un paquet d'éventuelles sanctions économiques de l'Union européenne à l'encontre de Moscou.

Le JDD - Boko Haram : Hollande annonce un sommet africain

François Hollande a annoncé dimanche soir la possible tenue, en fin de semaine, d'un sommet de dirigeants africains sur la sécurité au Nigeria, après l'enlèvement par le groupe terroriste Boko Haram de plus de 200 jeunes filles.

FranceTVinfo - François Hollande continue de chuter dans les sondages

Le président enregistre son plus bas score avec le baromètre OpinionWay publié dimanche pour Clai-Metronews-LCI. Seuls 18% des sondés sont satisfaits de son action.

Le JDD - "Je suis pour supprimer les conseils généraux"

VERBATIM - Didier Guillaume, patron des sénateurs PS et président du conseil général de la Drôme.

La Tribune - Plus d'un Français sur deux favorable à la suppression des départements

Selon un sondage Ifop pour le "Journal du Dimanche", 55% des Français hors Paris est favorable à la suppression des conseils généraux.

Le Monde - Vallini : la réforme territoriale permettra d'économiser jusqu'à « 25 milliards d'euros par an »

Le secrétaire d'Etat à la réforme territoriale, André Vallini, estime, vendredi 9 mai dans un entretien au Figaro, que la réforme territoriale permettrait un gain « annuel de 12 à 25 milliards d'euros ».

« Le budget des collectivités locales représente au total 250 milliards d'euros. Les meilleurs spécialistes pensent qu'en tablant sur des économies d'échelle et des suppressions de doublons qui pourraient à terme représenter de 5 % à 10 % on arrive à un gain annuel de 12 à 25 milliards d'euros à moyen terme. Ce qui est beaucoup. Sans parler des gains de temps et d'efficacité qui sont difficilement quantifiables mais sans doute très importants ».

10/05/2014

L'actualité des socialistes du 28 avril au 11 mai (mise à jour)

Jusqu'au 11 mai, pour cause de vacances, l'actualité sera suivie beaucoup plus irrégulièrement. Chaque jour des vidéos ou des documents de réflexion seront toutefois proposés sur ce blog.
_________________________________________________________________

9, 10 et 11 mai 

Le Figaro - Manuel Valls cajole les députés socialistes et garde un œil sur les frondeurs

Opération «câlinothérapie». Après le vote serré sur le programme de stabilité et à quelques semaines de la présentation des textes très sensibles rectifiant les budgets de l'État et de la Sécurité sociale pour 2014, Manuel Valls souhaite recoller les morceaux avec le groupe PS de l'Assemblée «en déshérence depuis deux ans», selon les mots d'un proche.

Le Monde - Européennes : la lettre ouverte de Cambadélis à Marine Le Pen

Pour l'instant, ils ne débattent pas physiquement l'un contre l'autre mais par médias interposés. Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a envoyé, jeudi 8 mai, une lettre ouverte à la présidente du Front national, Marine Le Pen.

L'Express - France 2: Cambadélis boude des Paroles et des Actes

Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du Parti socialiste, a décidé de ne pas participer à l'émission Des Paroles et des Actes consacrée aux élections européennes. Il propose d'être remplacé par Martin Schulz. Une initiative qui fait mauvais effet.

Le Parisien - Européennes: Cambadélis propose à Le Pen un débat «où elle veut, quand elle veut»

«Mais puisque vous y tenez, je vous propose donc un débat Madame, où vous voulez et quand vous voulez». Voilà donc le premier secrétaire du , Jean-Christophe Cambadélis bien décidé à en découdre avec , devant les caméras.

Le Monde - Françoise Castex, eurodéputée assidue et débarquée

« Réussir à retourner une majorité électorale, dans une vie d'eurodéputée, ça ne s'oublie pas », sourit Françoise Castex, avec une pointe de nostalgie. L'épisode auquel l'élue fait référence est le rejet par le Parlement européen de l'accord commercial anticontrefaçon (ACTA), en juillet 2012, alors que, « au début, on était une toute petite poignée à s'y opposer ». Confortablement installée dans le Thalys qui la conduit au Parlement de Bruxelles depuis dix ans maintenant, la quinquagénaire égrène les sujets sur lesquels elle a ferraillé durant ses deux mandats. Pêle-mêle : le renforcement de la protection des données personnelles, le vote du Parlement sur la neutralité du Net début avril et le lancement d'une contestation du traité transatlantique. Difficile d'imaginer qu'elle devra faire ses cartons dans quelques semaines. Le 27 juin au plus tard, son bureau devra être libéré.

Le Monde - Réforme territoriale : un président de région PS dénonce le « mépris » de Valls

Maire de La Roche-sur-Yon (Vendée) de 1977 à 2004, Jacques Auxiette est président socialiste de la région Pays de la Loire. Il ne se présentera pas pour sa propre succession.

Le Nouvel Obs - Européennes : comment Cambadélis force Le Pen à débattre avec Schulz

Le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe a fait savoir son souhait de laisser sa place à Martin Schulz, candidat social-démocrate, dans un débat entre les chefs de parti sur l'Europe.

7 et 8 mai

Le Monde - Régions, vie privée, économie, Alstom : ce qu'a dit Hollande

Deux ans jour pour jour après son élection, François Hollande s'est livré, mardi 6 mai, à un exercice médiatique inédit pour un président de la République : une interview avec un journaliste au style réputé très direct, suivie d'un face-à-face avec les auditeurs de BFM-TV et de RMC pendant plus d'une demi-heure.

Le Nouvel Obs, Laurent Jofrin - Hollande, 2 ans après : le temps des noyaux

Pour Hollande, tout est perdu ? Pas tout à fait. Le scénario du redressement peut encore prendre corps. Mais pour profiter de cette embellie, il ne suffira pas de proclamer qu'on l'avait bien dit.

Le Nouvel Obs + - Hollande face à Bourdin sur RMC : le président contre la France des beaufs et des réacs ?

LE PLUS. François Hollande était l'invité de Jean-Jacques Bourdin, sur RMC et BFM-TV, mardi 6 mai. Pour notre chroniqueur Bruno Roger-Petit, avec cet exercice, il a pu mesurer le gouffre qui le sépare d'une certaine France, beauf et réac, qui demande au président de résoudre des petits problèmes qui n'ont rien à voir avec la fonction présidentielle. A-t-il fait le bon choix avec cette émission ?

Libé - Comment Hollande embarque Valls dans sa galère

RETOUR SUR L'interview de mardi matin a permis au chef de l'Etat de construire la solidarité du couple exécutif.

Comme un petit jeu de la barbichette présidentielle. Avec son engagement de ne pas se représenter en 2017 si le chômage n’a pas baissé à cette date, François Hollande fait peut-être un pari macro-économique risqué.

Le Monde - A Villiers-le-Bel, Hollande tente de raviver ses promesses pour la jeunesse

Le bain de foule n'était pas prévu au programme. Mais lorsqu'il est sorti de l'Institut des métiers et de l'artisanat de Villiers-le-Bel (Val-d'Oise), où il avait passé une partie de la matinée à s'entretenir avec des apprentis et des jeunes créateurs d'entreprises, François Hollande n'a pas résisté à ce qui était encore, il y a un peu plus de deux ans, une joie de candidat en campagne.

Libé - Report des élections régionales : «Se donner un an de plus pour la réflexion»

INTERVIEW Didier Guillaume, président du groupe PS au Sénat, se réjouit de l'annonce de François Hollande, qui permettrait d'éviter «un vote pour rien en 2015».

Le Nouvel Obs - Hollande pour le big bang territorial et retarder les Régionales

François Hollande et son gouvernement envisagent désormais de faire la réforme territoriale -suppression des départements et réduction drastique du nombre des régions- avant les nouvelles élections régionales et cantonales, ce qui implique de reporter ces scrutins de 2015 à 2016.

Huffington Post - François Hollande tient sa permanence de député de la France

On pouvait assister à un spectacle bien étrange ce matin au réveil sur RMC-BFM TV:
François Hollande soumis aux injonctions de l'inquisiteur Bourdin d'expier ses pêchés, de confesser ses fautes devant la nation.

Face à un Jean-Jacques Bourdin qui ne voulait rater pour rien au monde l'occasion de dévorer tout cru un président, François Hollande peinait à trouver ses mots, se perdait en bafouillements, tentant vainement de se donner une allure de combattant.

Le Monde -  Le chef de l'Etat veut restaurer son lien avec la majorité

Et maintenant, les parlementaires ? Après s'être adressé en direct aux Français au micro de RMC, mardi 6 mai au matin, le président de la République est désormais pressé par les ténors socialistes de venir s'exprimer devant ceux qu'il a en partie contribué à faire élire en juin 2012. Après le remaniement du cabinet à l'Elysée et du gouvernement, « la réinstallation du lien avec la majorité doit être l'épisode suivant », conseille le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone pour qui une rencontre prochaine est « inéluctable ».

Huffington Post - Interview de Hollande: un mea culpa télévisé pour passer "du regret au rebond"

INTERVIEW FRANÇOIS HOLLANDE - Pour son deuxième anniversaire à l'Elysée, François Hollande n'a eu droit à aucun cadeau ce mardi matin sur BFMTV et RMC. Bousculé par Jean-Jacques Bourdin et ses auditeurs qui ne l'ont pas ménagé, le président de la République a fait acte de contrition pendant près d'une heure tout en tachant de relancer un quinquennat à la dérive. "Bien sûr que j'ai des regrets", a-t-il reconnu à plusieurs reprises tout en battant sa coulpe sur le rythme des réformes et la faiblesse des résultats constatés.

Le Figaro - Hollande prié de soigner les députés PS

«Moi, président de la République, je ne serai pas le chef de la majorité, je ne recevrai pas les parlementaires de la majorité à l'Élysée.» L'anaphore de François Hollande prononcée le 2 mai 2012 vient de nouveau de recevoir du plomb dans l'aile. Et c'est le député Bruno Le Roux, patron des députés socialistes qui a lancé la salve, à deux jours du deuxième anniversaire de l'arrivée de Hollande à la tête de l'État.

Ouest France - François Hollande le dos au mur

Personne ne sait ce que donnera, dans trois ans, voire dans trois mois, l'opération reconquête que le Président, privé d'un effet Valls, entame ce matin à la radio et à la télévision.

D'abord, pour des raisons politiques. Il n'est pas écrit que la majorité restera majoritaire. Le pacte de stabilité a été voté, la semaine dernière, avec moins de la moitié des députés. Quand les chevènementistes votent contre, quand 41 socialistes s'abstiennent, quand les écologistes prennent leurs distances, on devine que chaque texte sera un combat.

Le Monde - Un « mandat d'éducation » pour faciliter la vie quotidienne

Légiférer sur les beaux-parents n'est pas chose aisée. Beaucoup d'encre a coulé sur le sujet, des projets ont été rédigés… en vain. Dans leur proposition de loi « relative à l'autorité parentale et à l'intérêt de l'enfant », qui doit être débattue par la commission des lois de l'Assemblée nationale mardi 6 mai, les députés PS Erwann Binet (Isère) et Marie-Anne Chapdelaine (Ille-et-Vilaine) ont joué la prudence.

Le Nouvel Obs - Geneviève Fioraso affronte une inquiétante cabale

Une violente fronde anti Geneviève Fioraso a éclaté lors du changement de gouvernement et continue d'empoisonner l'atmosphère universitaire, avec des attaques un peu hystériques.

Huffington Post - L'opportune mission de Moscovici qui permet à Hollande de sécuriser sa majorité à l'Assemblée

Retour de courte durée pour Pierre Moscovici. Comme neuf autres de ses anciens collègues au gouvernement, l'ex-ministre de l'Economie est redevenu député samedi 3 mai, un mois après la démission de l'équipe Ayrault.

Mais l'élu du Doubs ne va pas s'attarder au Palais Bourbon. Il vient en effet d'être chargé d'une mission sur l'Europe par le président de la République et le premier ministre. Il en avait lui-même fait l'annonce, lundi ce qui a été confirmé à la lecture du journal officiel du mardi 6 mai.

Le Figaro - Les socialistes angoissent déjà pour la prochaine présidentielle en 2017

«2017 c'est encore loin même si l'heure est au pessimisme», confie Yann Galut au Parisien mardi. Le député PS du Cher n'hésite pourtant pas à évoquer une primaire socialiste en 2017, tant la reconduction de François Hollande lui semble compliquée: «Il n'y a rien de scandaleux à dire que le sortant doit se soumettre à des primaires ça peut être pour Hollande un moyen de renouer avec les français».

Europe 1 - "Plan social" au PS après la gifle des municipales

CRISE - Après la déroute de nombreux maires socialistes, le parti peine à recaser les collaborateurs sur le carreau.

L'envolée du chômage frappe aussi les rangs du PS. Alors que François Hollande annonce pour bientôt un "retournement économique", certains socialistes se voient contraints de pointer à Pôle emploi. Et pour Caroline Roux, éditorialiste d'Europe1, c'est "le sujet tabou au PS, après les élections municipales". Car ce n'est rien de moins qu'un "plan social" qui est en cours.

6 mai

Le Nouvel Obs - Ce qu'il faut retenir de l'interview de François Hollande

Impopularité, retournement, réforme territoriale... Retrouvez tous les grands thèmes sur lesquels le chef de l'Etat s'est exprimé à l'antenne de BFM et RMC.

Le Nouvel Obs - Offensive médiatique de Hollande, élu il y a tout juste deux ans

Deux ans jour pour jour après son élection à l'Elysée, François Hollande sera l'invité mardi matin de BFMTV et RMC Radio, l'occasion pour lui d'en dire plus sur le "retournement économique" qu'il voit venir, sans convaincre à ce stade la classe politique.

BFM - Hidalgo: "Un retournement économique? Non, un frémissement"

La maire PS de Paris s'est exprimée sur BFMTV sur la politique menée par François Hollande et Manuel Valls. Si elle reconnaît un "frémissement" dans l'économie, elle met en garde contre une politique centrée sur la réduction des déficits.

Libé - Des anciens ministres de retour à l'Assemblée nationale

Jean-Marc Ayrault, François Lamy, Cécile Duflot, Alain Vidalies, Michèle Delaunay, Marie-Arlette Carlotti ou encore Guillaume Garot ont retrouvé leur mandat de député, après leur éviction du gouvernement lors du dernier remaniement.

Le Parisien - Déficit : la France ne parviendra pas à passer sous les 3% du PIB

Le retournement , et d'une toujours, la Commission européenne maintient toujours sa pression sur le français. «Des fondations solides sont en place pour que la reprise économique se poursuive», s'est félicité Siim Kallas, commissaire européen en charge de ce dossier.

Libé - Des féministes enterrent «le courage du gouvernement» sur la PMA

Une trentaine de militantes d'une association de défense des personnes lesbiennes, bi et trans ont organisé ce lundi devant le ministère de la Famille une action de protestation contre l'abandon de la promesse de rendre accessible la procréation médicalement assistée aux homosexuelles.

3, 4 et 5 mai

Libé - Cambadélis: Hollande «a stoppé le déclin»

Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste, a déclaré dimanche que François Hollande «a stoppé le déclin» français.

Le député était interrogé dans le Grand Rendez-vous (Europe 1, i-TELE, Le Monde) à propos d’une formule du chef de l’Etat citée en Une par le Journal du Dimanche: «Le retournement arrive».

Le lab - Au Parti Socialiste, 1 000 personnes se retrouvent au chômage après la débâcle aux municipales

SAUVE QUI PEUT - C'est le sujet tabou au sein du Parti Socialiste. Et une des conséquences inattendue de la débâcle aux élections municipales. Selon Caroline Roux, journaliste au service politique d'Europe 1, 1 000 personnes se retrouvent au chômage dans les mairies tenues par le Parti Socialiste après la défaite électorale de mars:

Le Pariisien - Déficit : Michel Sapin à Bruxelles pour convaincre la Commission européenne

Alors que la commission européenne publier ce lundi à 11 heures, ses prévisions économiques (croissance, , ) des 28 pays de l'UE, Michel Sapin, le ministre des Finances, se rend à Bruxelles pour tenter de convaincre ses homologues de la zone sur la politique économique entreprise pour ramener le déficit de la France à 3% du PIB l'an prochain

Le Monde - Amirshahi (PS) : « L'orientation économique de Hollande et Valls ne marche pas »

Pouria Amirshahi fait partie des 41 députés socialistes qui se sont abstenus lors du vote du plan d'économies de 50 milliards d'euros défendu par le premier ministre Manuel Valls. Il explique pourquoi il s'est joint aux syndicats lors de la manifestation du 1er mai et ce qu'il attend de François Hollande et Manuel Valls dans les semaines à venir sur les scènes nationale et européenne. La pratique du pouvoir autant que les orientations de l'exécutif posent problème, explique le député des Français de l'étranger.

2 mai

Libé - Quel avenir pour les «abstentionnistes» du PS ?

Les 41 députés socialistes qui n'ont pas voté le plan de relance continueront de se réunir, mais sans se structurer davantage.

Ils sont quarante et un à avoir refusé mardi de voter en faveur du plan d’économies proposé par le gouvernement. Quarante et un à n’avoir pas voté en faveur du programme de stabilité budgétaire. Ce n’est qu’après de longues discussions qu’ils ont su concilier leurs divergences sur la manière d’exprimer leur désaccord. Leur solution: l’abstention. Mais s’ils estiment que l’effort demandé aux Français est trop important, ils ne se sont pas tous abstenus pour les mêmes raisons.

Libé - Défilés anti-austérité dans toute la France pour le 1er mai

Près de 100 000 manifestants se sont rassemblés à travers le pays, selon le ministère de l'Intérieur. Comme l'an dernier, les syndicats sont partis divisés.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans toute la France jeudi à l’occasion du 1er mai pour dire leur colère contre l'«austérité» mise en oeuvre par le gouvernement et exprimer leur mécontentement face au bilan de François Hollande, deux ans après son élection.

Le Figaro - 1er Mai : Jean-Christophe Cambadélis en appelle à Léon Blum

«Léon Blum? C'est lui qui a fait la révolution du travail…» Alexandre, 8 ans, a retenu une leçon entendue à l'école, mais aussi celle de sa mère, Sandrine Mazetier. La députée PS de Paris l'a emmené mercredi à l'hommage à Léon Blum voulu par Jean-Christophe Cambadélis

BFM - Exclusif-Baromètre BVA-BFM: Valls redonne plus confiance à droite qu'à gauche

Le dernier baromètre BVA-BFM-Challenges-Axys, publié ce mercredi 30 avril, montre une légère amélioration de la confiance des Français proches de l'opposition dans l'économie depuis l'arrivée de Manuel Valls à Matignon. Mais sept sondés sur dix se déclarent toujours pessimistes.

1er mai

Interview dans Le Monde: Cambadélis aux députés PS : « Calmons-nous ! » par Jean-Christophe Cambadélis · 29 avril 2014

Un mois après le séisme des élections municipales, le nouveau premier secrétaire du Parti socialiste publie le 30 avril L'Europe sous la menace national-populiste. Un cri d'alarme : Jean-Christophe Cambadélis décrit la France comme « le maillon faible » et pronostique une course à trois PS-UMP-FN pour le second tour de la présidentielle de 2017.

Le Nouvel Obs - Plan de stabilité : qui sont les 41 députés PS abstentionnistes ?

Une quarantaine de députés de la majorité n'a pas voté mardi le programme de stabilité présenté par le gouvernement. Décryptage.

L'Express - Le jour d'après à l'Assemblée, les projets des 41 abstentionnistes PS

Paris - Les 41 députés PS qui se sont abstenus mardi sur le plan d'économies refusent la pilule "social-démocrate" prescrite par le duo Hollande-Valls et se retrouvent en position de force pour peser dans les débats à venir, avec le soutien d'autres membres du groupe socialiste.

L'Express - PS: 41 abstentions et puis s'en vont?

L'abstention de 41 députés socialistes lors du vote du plan d'économies de 50 milliards d'euros mardi a frappé les esprits. Ces parlementaires veulent maintenant transformer l'essai.

Le Point - PS : qui sont les 41 lâcheurs ?

Derrière les abstentionnistes socialistes qui ont refusé de voter le pacte de stabilité de Manuel Valls, il ne semble pas y avoir de tête de réseau. Analyse.

Le Monde - Le coup de semonce du PS à Valls et à Hollande

Quelle majorité, aujourd'hui, pour Manuel Valls et François Hollande ? Pendant les deux premières années du quinquennat, nombre de socialistes estimaient que le chef de l'Etat n'avait pas tout à fait la majorité pour mener sa politique. Le vote de l'Assemblée sur le « programme de stabilité budgétaire », mardi 29 avril, le souligne avec une lumière crue : depuis le départ de Jean-Marc Ayrault, l'équation politique s'avère plus délicate que jamais.

Le Figaro - Européennes : Peillon reconnaît que «la campagne sera très difficile»

À moins d'un mois des élections européennes, trois têtes de listes pour la région Sud-Est, l'ancien ministre PS Vincent Peillon, l'ex-secrétaire d'Etat UMP aux Affaires étrangères Renaud Muselier et le président d'honneur du FN Jean-Marie Le Pen ont croisé le fer mercredi lors d'un débat organisé par Europe 1, LCI et Le Figaro. L'enquête Ifop publiée la veille sonne comme un avertissement pour le PS: l'UMP arrive en tête des intentions de vote dans cette région (28%), devant le FN (23%) et loin devant la liste conduite par Vincent Peillon (13 %).

Le Lab - Arnaud Montebourg et Laurent Fabius s’écharpent en plein conseil des ministres

D’après Arnaud Montebourg, le conseil des ministres version Manuel Valls, "ça a de la gueule". Ça tire la gueule également, à en croire une information publiée ce mardi 29 avril par Le Canard Enchaîné.

30 avril

L'Expansion - Paul (PS): "On n'est pas condamnés au bras de fer" avec le gouvernement

Paris - Christian Paul, un des députés socialistes frondeurs, a estimé que le nombre important d'abstentionnistes au PS sur le programme de stabilité ne condamnait pas à un "bras de fer" avec le gouvernement.

Le Nouvel Obs- Plan d'économies : "Manuel Valls a gagné sur le fil"

Les éditorialistes estiment que le Premier ministre a franchi de justesse une première étape à l'Assemblée nationale lors du vote du plan de stabilité.

Le blog de Françoise Fressoz - La majorité rétrécie de Manuel Valls

41 députés socialistes ont fait le choix de s'abstenir, mardi 29 avril, lors du vote sur le programme de stabilité budgétaire. Pour Manuel Valls, ce n'est pas un désastre : le premier ministre dispose d'une majorité pour gouverner. Mais c'est un sérieux avertissement. Pour mener le redressement, phase cruciale du quinquennat, il ne dispose d'aucun blanc-seing. Sa majorité est rétrécie, sa majorité est rebelle. Sa majorité va lui donner du fil à retordre.

Libé - A l'Assemblée, Valls décroche un vote sans passion... et des abstentions

Le Premier ministre a obtenu la majorité à l'Assemblée sur le plan d'économies mais 41 députés socialistes de sont abstenus.

A l'issue d'une journée de débat dans l'hémicyle et de petites phrases dans les couloirs de l'Assemblée, Manuel Valls a obtenu un vote favorable sur son plan d'économies (265 pour et 232 contre), mais avec 41 abstentions dans les rangs socialistes.

Le Parisien - Plan d'économies : 41 députés PS se sont abstenus

Dans quelle mesure Manuel Valls allait-il être suivi par sa majorité ? C'était le principal enjeu du vote consultatif sur le plan d'économies du organisé à l'Assemblée. La réponse est tombée ce mardi soir, en même temps que les résultats de ce scrutin à haut risque pour l'exécutif.

Le Nouvel Obs - Manuel Valls, ses 50 milliards, et les 41 "frondeurs" socialistes

Le plan d'économies de Manuel Valls a bien été adopté, mais sans les voix d'une quarantaine de députés socialistes. Récit d'un vote électrique pour la gauche à l'Assemblée.

Le Figaro - Manuel Valls sous surveillance de la gauche

Jusqu'au bout, Manuel Valls aura tenté de convaincre la majorité de se rassembler autour du programme de stabilité. Les députés ont voté. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le résultat n'est pas à la hauteur de l'énergie déployée et de ce «dialogue nourri, exigeant et fructueux avec les groupes de la majorité» que vantait le premier ministre, mardi après-midi, dans l'hémicycle.

Regards - Vote du Pacte de stabilité : les prémisses d’un bouleversement politique

Le "Pacte de stabilité" a été adopté par l’Assemblée ce mardi 29 avril. Si l’issue du vote ne faisait aucun doute, la composition de la majorité pour entériner ce pacte était, elle, très attendue. La décomposition du PS l’est-elle désormais ?

Le Monde - Comment Valls fait accepter la rigueur au PS

L'épisode aura été rugueux mais, au bout du compte, il pourrait constituer l'acte fondateur de l'ère Valls. Confronté à une contestation dans les rangs d'un PS traumatisé par la déroute des municipales, qui dépassait largement l'aile gauche du parti, Manuel Valls a étrenné ses habits de chef de la majorité et rodé sa « méthode » avant le vote sur le plan de rigueur par l'Assemblée nationale, mardi 29 avril.

Le Figaro - Européennes : sanction en vue pour le PS dans le Sud-Est

UMP 28 %, FN 23 %, PS/PRG 13 %. Ce sondage réalisé dans le Sud-Est annonce-t-il une nouvelle sanction électorale pour le Parti socialiste aux européennes? À vingt-six jours du scrutin, l'enquête Ifop pour Le Figaro, Europe 1 et LCI est alarmante pour la majorité. La liste régionale conduite par Vincent Peillon ne recueillerait que 13 % des voix sur une circonscription de plus 6,2 millions d'électeurs couvrant Provence-Alpes-Côte d'Azur, Corse et Rhône-Alpes.

29 avril

Le Parisien - Un bureau national du PS divisé adopte le plan d'économies de Valls

A la veille d'un vote à l'Assemblée sur le programme de stabilité, le bureau national du a adopté à 31 voix pour, contre 15 «contre» et une «abstention», une résolution de soutien au dispositif, a annoncé lundi le porte-parole du parti, Olivier Faure. Alors que, dans une lettre aux députés PS, Manuel Valls a demandé la voix de tous, le bureau national du parti apparaît divisé.

Le Figaro - Malgré la grogne, le PS apporte son soutien au plan Valls

Les propositions de Manuel Valls répondent aux attentes du PS… Jean-Christophe Cambadélis l'a affirmé en substance lundi en fin de journée, lors d'un bureau national (BN) extraordinaire du PS consacré au vote à l'Assemblée, mardi, du programme de stabilité du gouvernement. Ce BN «conclusif» a voté le plan de 50 milliards d'économies présenté par le premier ministre par 31 voix pour, 15 voix contre et une abstention. «Un vote extrêmement clair de soutien à Manuel Valls», selon le porte-parole du parti Olivier Faure.

RTL - Le bureau national du PS adopte la résolution "de soutien" du programme de stabilité

Le bureau national du Parti socialiste a adopté à 31 voix pour, contre 15 "contre" et une "abstention", une résolution de soutien au programme de stabilité, à la veille d'un vote crucial au Parlement sur ce sujet, a annoncé lundi 28 avril le porte-parole du parti, Olivier Faure.

Le Figaro - Manuel Valls à l'épreuve de sa majorité

Montrer que l'on est à l'offensive, que l'on mène un combat. Alors que le pacte de responsabilité, sur lequel mise François Hollande pour redonner de la compétitivité aux entreprises et créer de l'emploi, reste contesté par une partie de la majorité, les deux têtes de l'exécutif ont sonné la «mobilisation générale» pour la «bataille de l'emploi». Lundi, à l'occasion d'une «grand-messe» à la Maison de la chimie (sur le modèle de celles qu'organisait jadis Nicolas Sarkozy), où étaient convoqués préfets, sous-préfets, directeurs d'administrations, Valls et Hollande ont défendu pied à pied le pacte et mis en scène le volontarisme du gouvernement dans la lutte contre le chômage.

Le Monde - Parti par parti, qui votera le pacte de stabilité présenté par Manuel Valls ?

Le nouveau premier ministre Manuel Valls a obtenu – plutôt confortablement – la confiance des députés après son discours de politique générale à l'Assemblée nationale. Mais qu'en sera-t-il le 29 avril quand ces mêmes députés devront se prononcer sur le pacte de stabilité ?

Libé - Retraites, pauvreté, fonctionnaires : les annonces du gouvernement

Pour convaincre sa majorité de voter les mesures d'austérité budgétaire qu'il a présentées, le Premier ministre a fait quelques concessions.

Pressé par sa majorité, le Premier ministre Manuel Valls a lâché du lest lundi sur plusieurs mesures du plan de rigueur, dont le gel des retraites, la revalorisation du RSA et confirmé la hausse des salaires des fonctionnaires les moins bien rémunérés. Voici le détails des annonces.

Le Monde - Manuel Valls mobilisé pour défendre le pacte de responsabilité

A la veille du vote sur le programme de stabilité à l'Assemblée nationale, Manuel Valls a défendu, lundi 28 avril, le « pacte » de responsabilité, « nécessaire et indispensable » selon lui. Devant un parterre de préfets, sous-préfets et de directeurs d'administrations, il a tenu à afficher sa vigilance sur l'usage que feront les entreprises des allégements de cotisations, prévues dans le cadre du plan d'économies de 50 milliards d'euros.

Libé - Démission de l'une des nouvelles porte-parole du PS

Rafika Rezgui, arrivée dans les instances du parti avec le nouveau premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, se voit reprocher une situation de conflit d'intérêts.

28 avril

Libé - Légitimité

EDITORIAL Avec des amis comme ça pas besoin d’ennemis… A quelques heures d’un vote au Parlement, voici donc Manuel Valls dans l’inconfortable position de devoir compter les voix… parmi les siens. Rarement fronde aura été plus médiatisée que celle qui agite les socialistes sur le programme de stabilité présenté par le Premier ministre. Depuis début avril, les mécontents sont montés au créneau pour dire leur refus d’un plan d’économies de 50 milliards sans contreparties sociales plus affirmées. Personne n’a encore publiquement assumé un vote «contre» le texte, mais la menace de plusieurs dizaines d’abstentions est réelle. Et la majorité du nouveau Premier ministre n’est pas garantie.

Le Nouvel Obs - Pacte de stabilité : 36h pour convaincre les députés PS frondeurs

Hollande et Valls vont défendre leurs grandes orientations économiques lors d'une réunion avec tous les acteurs de l'Etat ce lundi.

Libé - Valls «confiant» sur le vote du programme de stabilité mardi

Le premier ministre veut être optimiste en dépit d’une fronde sans précédent des députés PS contre le plan de 50 milliards d’économie.

Le Premier ministre Manuel Valls s’est déclaré «confiant» dimanche sur le vote du programme de stabilité mardi à l’Assemblée, en dépit d’une fronde sans précédent des députés PS contre le plan de 50 milliards d’économie.

Le Monde - Plan d'économies : Manuel Valls aux prises avec sa majorité

Existe-t-il une majorité alternative pour appuyer le plan d'économies et le pacte de responsabilité et de solidarité mis en oeuvre par le gouvernement de Manuel Valls, qui sera soumis au vote consultatif des députés mardi 29 avril ? Le premier ministre devra-t-il aller chercher dans l'opposition les voix qui lui feront défaut dans la majorité ? A-t-il fait le choix d'aller à l'épreuve de force avec une partie, même, des députés socialistes ?

Le Nouvel Obs - Programme de stabilité : Hollande et Valls, 36h pour convaincre

Les tractations se poursuivent pour tenter d'amadouer les députés PS qui menacent de ne pas voter mardi le programme de stabilité.

Le Nouvel Obs - Cambadelis : "Il faut savoir terminer une fronde"

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadelis s'adressait aux députés de son camp qui refusent de voter le programme de stabilité mardi.

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadelis a déclaré dimanche 27 avril  qu'il fallait savoir "terminer une fronde", à l'adresse des députés socialistes qui refusent de voter le programme de stabilité mardi à l'Assemblée. "Si c'est une fronde il faut savoir terminer une fronde", a déclaré sur Radio J Jean-Christophe Cambadelis.

Le Figaro - Au PS, l'agacement des députés «légitimistes» contre les «frondeurs»

Christophe Caresche dénonce «l'immaturité politique» des primo-députés qui s'opposent au plan de Manuel Valls. Son collègue Jean-Louis Gagnaire demande la démission de Laurence Dumont, députée frondeuse, de son potse de vice-présidente de l'Assemblée.

Le Monde - Alstom : Arnaud Montebourg exprime sa « vigilance patriotique »

Le dossier s'annonce ravageur pour le jeune gouvernement Valls. L'américain General Electric (GE) s'intéresse bien à Alstom, le spécialiste tricolore des infrastructures d'énergie et de transport, comme l'a révélé l'agence Bloomberg, jeudi 24 avril. Il convoite ses activités dans l'énergie, soit plus de 73 % de l'activité d'Alstom. Un prix autour de 10 milliards d'euros pour ces actifs est évoqué, non compris les 2 milliards d'euros de trésorerie logée dans Alstom Power.

Le Monde (blog) - Manuel Valls: petites leçons d’Italie

Le premier ministre français n'est pas venu à Rome  pour assister seulement, en costume et cravate noirs de rigueur, à la messe de canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II. Arrivé samedi, il en a profité pour dîner en compagnie de Matteo Renzi, le nouveau président du conseil auquel on le compare volontiers.

Libé - Le gouvernement souhaite créer «une douzaine de régions», selon Vallini

Le secrétaire d’Etat en charge de la réforme territoriale précise que l'objectif est que ces nouvelles grandes régions soient «mieux armées, en visibilité aussi, dans la compétition économique internationale».