19/09/2014

Hollande rattrapé par la pluie lors de sa conférence de presse par LeNouvelObservateur


Hollande rattrapé par la pluie lors de sa... par LeNouvelObservateur

Libé - Valls, des anaphores à toutes les sauces


Valls, des anaphores à toutes les sauces par liberation

18/09/2014

La conférence de presse de Hollande en 4 minutes. par Libération


La conférence de presse de Hollande en 4 minutes. par liberation

Cambadélis : «Nous entrons dans la phase de préparation de la présidentielle» par Lefigaro.fr


Cambadélis : «Nous entrons dans la phase de... par lefigaro

Hollande a « dressé en creux un anti-portrait de Nicolas Sarkozy » par Le Monde.fr


Hollande a « dressé en creux un anti-portrait... par lemondefr

L'actualité des socialistes du 15 au 21 septembre (mise à jour)

A la une

Le Figaro - Les frondeurs du PS en quête d'un second souffle

Finalement, la menace des frondeurs n'est pas si terrible. Alors, après avoir obtenu la confiance de l'Assemblée nationale mardi, Manuel Valls les a pris à contre-pied en annonçant la possible suppression de la première tranche du barème de l'impôt sur le revenu. «Ça fait partie des propositions que nous soumettrons au Parlement», a expliqué le premier ministre sur France Inter. Sauf que les frondeurs sont contre et défendent de leur côté la progressivité de l'impôt. Mais au regard des résultats du vote de confiance, ils n'ont que peu de chance d'obtenir satisfaction dans l'Hémicycle. Résultat, ils sont furieux.

19 septembre

Le Monde - Revivez la conférence de presse de Hollande commentée en direct

Europe 1 - Alerte "hémorragie" au Parti socialiste

ENQUETE E1 - Entre 15 et 20% des militants vont quitter le parti cette année. Les adhésions chutent, et les cotisations aussi.
C'est l'un des enjeux de la conférence de presse que tient François Hollande jeudi : mettre un peu de baume au cœur des troupes du Parti socialiste. Car celui-ci va mal. Selon les informations d'Europe 1, entre 15 et 20% des militants vont quitter le parti cette année. Il y avait encore 174.000 militants socialistes l'an dernier. Au minimum, ils seront 30.000 de moins fin 2014.

La Croix - Immigration, le parti socialiste précise sa ligne

Secrétaire nationale à l’immigration, Sandrine Mazetier a fait le point, jeudi 18 septembre, sur les positions du PS.

L'Express - Un livre de Pierre Moscovici écrit en partie avec l'argent de Bercy?

Selon le Canard Enchaîné, le tout nouveau commissaire européen à l'Économie aurait rédigé un livre personnel, Combats, grâce à une partie de l'argent du ministère de l'Économie. Le ministre dément. 

Libé - Hollande : «Il n'y aura pas de troupes au sol en Irak»

LIVE Le Président de la République se plie pour la quatrième fois à l'exercice, à suivre en direct avec Libération à partir de 17 heures.

Couriier International, le 16 septembre - Le Parti socialiste a-t-il un avenir ?

La confiance devrait être accordée au gouvernement. Mais ce vote à l'Assemblée aura surtout des conséquences sur l’avenir du Parti socialiste, estime la presse américaine.

L'édito du Monde - Un premier ministre entravé

C'est son tempérament, et sa qualité première. Manuel Valls prend sesresponsabilités. Et les risques qui vont avec. Cinq mois après sa nomination, en butte au trouble et aux critiques dans son camp et jusque dans son équipe, le premier ministre voulait une clarification.

18 septembre

Libé - PS : alors ce congrès, c'est pour quand ?

Les dates des élections départementales et régionales étant connues, les demandes d'un congrès socialiste en 2015 vont reprendre. L'exécutif veut repousser à 2016.

Libé - A qui profitera la suppression d'une tranche d'impôt ?

Après le «ras-le-bol fiscal», voici le «haut-le-cœur» : tel est le terme coloré qu’a employé Manuel Valls, mercredi, pour décrire l’état d’esprit des contribuables. Au lendemain de sa déclaration de politique générale, le Premier ministre a confirmé sa volonté de réduire la fiscalité des ménages. Et évoqué, pour ce faire, un renforcement de la décote votée en 2013, ainsi que la suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu (IR). Annonce confirmée dans l’après-midi par le ministre du Budget, Christian Eckert. Le point. 

Le Monde - Macron s'excuse pour ses propos sur les « illettrées de Gad »

Les déclarations du ministre de l'économie au micro d'Europe 1, mercredi 17 septembre, évoquant les « illettrées » de l'abattoir Gad à Lampaul-Guimiliau dans le Finistère, ont provoqué un certain émoi.

Slate, Laurent Bouvet - «L’affaire Thévenoud», ou la démoralisation de la vie publique

Avec Thomas Thévenoud, c'est un membre de la «génération morale» du PS, prompte à jouer les chevaliers blancs, qui est tombé. Plutôt que de le conspuer, ses camarades de parti et de gouvernement devraient y voir le signe qu'après le vide politique, un vide moral s'ouvre désormais sous leurs pieds.

Libé - L’intrigant diplôme du docteur Cambadélis

..... Ajout mercredi à 20h57 : Dans un communiqué à l'AFP, l'université Paris VII-Diderot affirme, «après vérification», « que le cursus universitaire de M. Cambadélis dans l’établissement ainsi que l’obtention de son doctorat se sont réalisés de manière tout à fait régulière». 

Le Parisien - PS : accusé d'avoir triché pour obtenir son doctorat, Cambadélis répond

Jean-Christophe Cambadélis, l'actuel premier secrétaire du Parti socialiste, aurait usurpé ses diplômes universitaires, selon les révélations de Mediapart ce mercredi matin, qui s'appuie sur le livre* de Laurent Mauduit, l'un de ses cofondateurs.

Closer - Pierre Moscovici s'est-il servi dans les caisses de l'Etat ?

Encore un couac sous le gouvernement Valls ? Il semblerait.Pierre Moscovici, le tout nouveau commissaire européen à l’Économie et ancien chef de Bercy, se serait servi dans les caisses de l’État pour sortir l'un de ses livres. C'est en tout cas ce que révèleLe Canard Enchaîné.

17 septembre

Huffington Post - Discours de politique générale: Manuel Valls persiste et signe devant les frondeurs

Ceux qui espéraient ne serait-ce qu'un infléchissement de la politique du gouvernement en auront été pour leurs frais. Pour son second discours de politique générale en seulement cinq mois, Manuel Valls n'a pas dévié de sa ligne réformatrice en appelant sa majorité à la "résistance" dans la tempête politique qui mine l'exécutif.

Regards - Les frondeurs du PS n’ébranlent pas la "confiance" de Valls

Le premier ministre, dans un exercice solitaire de la politique, a obtenu la confiance – très relative – de l’Assemblée. Les députés socialistes "frondeurs" n’ont pas pu infléchir son contenu et n’arrivent guère à fédérer au-delà de leurs propres rangs.

Le Figaro - La fronde s'affirme de plus en plus dans la majorité socialiste

C'est un d'affluence. Les huissiers ont retiré le canapé rouge qui trône d'ordinaire au centre de la salle des Quatre Colonnes, là où les députés viennent rencontrer la presse en sortant de l'Hémicycle. Mardi pour le deuxième discours de politique générale de Manuel Valls, il y a effectivement des députés en nombre et des journalistes en masse. Frondeurs et soutiens du premier ministre arpentent la salle à la recherche de micros et de caméras.

Le Nouvel Obs - Valls arrache une majorité en nette baisse à l'Assemblée

Manuel Valls a de nouveau obtenu mardi la confiance de l'Assemblée mais avec une majorité de 269 voix, nettement inférieure aux 306 recueillies lors du précédent vote en avril, en raison en particulier de 31 abstentions socialistes.

Le Nouvel Obs - Vote de confiance : on a passé la journée avec un frondeur

Le "Nouvel Obs" a accompagné le député PS Philippe Noguès de son café matinal au résultat du vote. Récit.

Le Nouvel Obs - EN DIRECT. Valls obtient la confiance de l'Assemblée nationale

269 votes pour, 244 contre. "Je serai à la hauteur de cette confiance", assure Manuel Valls. Suivez tous les événements minute par minute.

Libé - Valls renonce à des élections locales groupées en 2015

DÉCRYPTAGE Le Premier ministre a annoncé que les départementales auraient lieu en mars et les régionales en décembre.

Le Parisien - Vote de confiance : Jérôme Guedj, meneur des «frondeurs» pas si rebelle

Au premier rang, le regard déterminé, les mains prêtes à applaudir un Pierre Laurent qui appelle à « combattre » la politique économique et sociale du . Samedi, Jérôme Guedj était paré pour la bataille à la Fête de l'Humanité pendant le discours du leader . Rien d'étonnant, le PS du conseil général de l'Essonne s'est imposé comme une figure de proue des frondeurs, fustigeant à longueur de temps le discours économique de Manuel Valls.

Libé - Les frondeurs, combien d'oppositions ?

INFOGRAPHIES Le Premier ministre, Manuel Valls, se présente ce mardi devant l'Assemblée nationale pour demander la confiance des députés. Les frondeurs peuvent-ils faire basculer ce vote ?

16 septembre

Le Parisien - Les militants PS agacés par les frondeurs

Les ballonssont colorés, les tables ont un air de fête et un chanteur assure la fin de . Mais il en faudrait plus pour réchauffer le coeur des militants socialistes de Haute-Vienne, bien lourd ce vendredi pour leur traditionnel repas de rentrée. En mars dernier, le a perdu Limoges qu'il dirigeait depuis 1912. Et depuis, les ennuis du gouvernement et les mauvais résultats économiques rendent encore un peu plus amers les adhérents.

Le Monde - Manuel Valls rappelle la majorité à ses « responsabilités »

A la veille du vote de confiance au gouvernement, les députés socialistes étaient réunis en séminaire à l'Assemblée nationale, lundi 15 septembre. La discussion, qui remplace les traditionnelles journées parlementaires, devait porter sur la politique internationale, le risque terroriste et la transition énergétique, en présence de trois ministres, Laurent Fabius (affaires étrangères), Bernard Cazeneuve (intérieur) et Ségolène Royal (écologie). Mais Manuel Valls a profité de ce hasard du calendrier pour venir distiller ses messages avant son discours de politique générale, mardi après-midi, alors qu'une trentaine de députés « frondeurs » envisagerait de s'abstenir lors du vote.

Le Nouvel Obs - "Foutu" d'ici "six mois" ? "Je suis là pour tenir", rétorque Valls

Manuel Valls sollicite mardi pour la deuxième fois en cinq mois un vote de confiance des députés.

Libé, 10 sept - Pierre-Alain Muet, frondeur malgré lui

Economiste chevronné et modéré, ex-conseiller de Jospin, cet élu lyonnais a lutté durant deux ans en coulisses contre une politique de l’offre «absurde». Et se retrouve à faire cause commune avec l’aile gauche du PS.

Libé, 10 sept - On ne change pas une politique qui perd

Le déficit qui se creuse à 4,4% semble valider le diagnostic sévère des frondeurs du PS sur les choix économiques de l’Elysée… qui ne peut plus changer d’orientation.

Lyon Capitale, 10 sept - Déficits : “Le Gouvernement a raison” pour Muet (PS)

Ce mercredi matin, le ministre des Finances, Michel Sapin, a reconnu que la France n’atteindrait pas ses objectifs de réduction des déficits. Pour le député de la Croix-Rousse, Pierre-Alain Muet (PS), “le Gouvernement a raison”.

15 septembre

Le Monde - La Fête de « L'Huma » a envoyé « le signal de dialogue entre les forces de gauche »

La Fête de L'Humanité, qui s'est terminée dimanche 14 septembre, a atteint son objectif « d'envoyer aux Français un signal de dialogue entre les forces de gauche qui ne se reconnaissent pas dans la politique gouvernementale », a affirmé le secrétaire national du Parti communiste français (PCF), Pierre Laurent.

Le Figaro - Les frondeurs rejouent l'union de la gauche

Pari compliqué, mais pari réussi. Au moins sur la forme. Samedi lors de la Fête de l'Humanité à La Courneuve, le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a réuni, le temps d'un repas, l'ensemble des forces de gauche hostiles à la politique du gouvernement. Un rendez-vous symbolique à la veille du vote de confiance à l'Assemblée nationale. Peu importe si tous ne partageaient pas la volonté de Pierre Laurent de construire «une alternative à gauche» ou de faire tomber Manuel Valls au plus vite ; peu importe l'assemblage un peu hétéroclite de personnalités aussi opposées que Jean-Luc Mélenchon et le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé. Tous étaient soucieux de retisser des liens entre socialistes, écologistes et Front de gauche.

Le Monde - Des « frondeurs » au Front de gauche : déjeuner symbolique à la Fête de « L’Humanité »

Les plans de table ne sont jamais aisés à dessiner, surtout dans les familles recomposées. Celui qui a réuni pour déjeuner samedi 13 septembre, à la Fête de L'Humanité, des personnalités aussi diverses que Jean-Luc Mélenchon, Jean-Vincent Placé, le socialiste « frondeur » Jean-Marc Germain ou encore Pierre Laurent ne dérogeait pas à la règle.

Slate, E. Le Boucher - Le Parti socialiste a perdu la culture du pouvoir

Depuis trente ans, les socialistes sont pris à revers par la réalité mondiale. Ils n'ont pas su prolonger ce qui se dessinait avec le tournant de la rigueur qu'ils avaient eux-mêmes engagé en 1983. Leur crédibilité est en cause.

Libé - «Charonne, ce n'était pas ma première manif»


«Charonne, ce n'était pas ma première manif» par liberation

21:04 Publié dans Histoire | Tags : charonne | Lien permanent

BFM Story: François Lamy n'a pas donné sa confiance au gouvernement Valls II - 17/09 BFMTV


BFM Story: François Lamy n'a pas donné sa... par BFMTV

Les matins - Des statistiques aux réalités territoriales : une nouvelle carte sociale se redessine-t-elle ? France Culture


les matins - Des statistiques aux réalités... par franceculture

13:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

France Info : F. Hollande, une conférence de presse superflue ?


F. Hollande, une conférence de presse superflue ? par FranceInfo

Le Monde - Parti socialiste : les frondeurs ont-ils encore les moyens d'agir ?


Parti socialiste : les frondeurs ont-ils encore... par lemondefr

Valls, l'économie et les frondeurs


Valls, l'économie et les frondeurs par FranceInfo

00:13 Publié dans Analyses | Lien permanent

Déclaration de politique générale du Gouvernement, Notre déclaration du 16 septembre

Notre vote exprime des désaccords devant une politique économique et sociale qui ne réussit pas. Membres de la majorité, nous exprimons par notre abstention l’urgence de réorienter des choix essentiels. Ni efficaces, ni justes, ils s’éloignent des engagements pris devant le pays, et souvent, ces dernières semaines, des principes qui fondent notre ambition socialiste.

Un vote de confiance n’est pas l’appréciation des qualités d’un homme ou d'un discours, mais l'assentiment donné au gouvernement sur la mise en œuvre concrète de sa politique. Assumée depuis l’annonce du « pacte de responsabilité » amplifiant le CICE, confirmée malgré les sanctions électorales, cette politique se trouve encore rigidifiée depuis l’été. Le remaniement récent a rétréci les bases politiques du gouvernement.

La politique de baisse massive et sans contrepartie de la fiscalité des entreprises va d'abord provoquer des effets d'aubaine importants et des augmentations insupportables de la rémunération des actionnaires. Cette politique, financée par des hausses de TVA et des baisses de dotations aux collectivités locales, n'est pas adaptée à la situation des entreprises qui souffrent d'abord de la faiblesse de leur carnet de commandes. Nous soutenons les efforts entrepris pour desserrer le carcan européen, mais nous considérons que le gouvernement ne doit pas s’enfermer dans une politique de contraction excessive des dépenses qui affaiblit la croissance et entretient le déficit.

L’érosion du pouvoir d’achat des catégories populaires et moyennes a compromis le "redressement dans la justice". Nous constatons, comme de nombreux Français, que les corrections apportées restent insuffisantes. La fonction historique de la gauche est d’initier des réformes innovantes et justes pour réduire les inégalités, en refusant clairement les réponses libérales dépassées.

Nos propositions ne portent pas sur des détails, mais sur l'équilibre et le sens d'une politique. Les "petits gestes" et les improvisations n’offrent pas une stratégie à la hauteur de la crise. Nous défendons un autre chemin, parfaitement réaliste et possible. Nous proposons de cibler les aides sur les entreprises qui investissent et créent vraiment des emplois, et de libérer les milliards d'euros correspondants pour un plan d'urgence soutenant la consommation, le logement et l'investissement des collectivités locales. La remise en chantier de la réforme fiscale et de la loi bancaire renouerait avec notre programme.

Seul un changement de politique peut redonner confiance aux Français, ressouder notre majorité et rassembler la gauche. Etre responsables et utiles à la France est la seule raison d'être de la démarche démocratique que nous poursuivrons au Parlement, à travers les débats budgétaires, et au-delà avec le collectif "Vive la Gauche !".

17/09/2014

« Illettrées » : les excuses d'Emmanuel Macron


« Illettrées » : les excuses d'Emmanuel Macron par Mediapart

23:11 Publié dans Vidéo | Tags : macron, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

Bruno Leroux: "Des députés de la majorité font un mauvais film" Europe1fr


Bruno Leroux: "Des députés de la majorité font... par Europe1fr

22:10 Publié dans Vidéo | Tags : le roux, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent