Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2020

Fondation Jean Jaurès -Michel Rocard : quatre ans plus tard, comme le sel dans la mer…

Michel Rocard est décédé le 2 juillet 2016. Jules Fournier, qui collabora avec lui à son ouvrage Suicide de l’Occident, suicide de l’humanité (Flammarion, 2015), lance dans cette tribune un appel pour que les écrits et la pensée de Michel Rocard restent présents et qu’ils continuent à nous inspirer dans le contexte de crises sanitaire, économique et sociale qui secouent la planète.

«  Tous rocardiens ! ». Au moment de sa disparition il y a tout juste quatre ans, la presse soulignait à quel point la mémoire de Michel Rocard était unanimement saluée : responsables politiques – de gauche comme de droite –, intellectuels et syndicalistes pleuraient l’ancien Premier ministre qui, pendant plus d’un demi-siècle, a mené de front combats politiques et idéologiques, action et réflexion. Le tout sans se départir d’un parler certes compliqué, mais vrai : Michel Rocard avait trop d’estime intellectuelle pour ses interlocuteurs, quels qu’ils soient, pour se laisser aller aux facilités des raccourcis ou des à-peu-près. «  Dans un pays qui vit au rythme d’échéances électorales nombreuses, peut-on lire écrit de sa main dans l’éditorial du premier numéro Convaincre, le débat politique de fond est trop souvent édulcoré : chacun s’attache à séduire plus qu’il ne cherche à convaincre  ».

Lire la suite
_______________
_______________

08:38 Publié dans Histoire | Tags : rocard | Lien permanent

29/06/2020

France Culture - Le fameux "Tous keynésiens" est-il encore d'actualité ? Par Brice Couturier

Le Tour du monde des idées | En 1971, Richard Nixon déclarait dans une formule restée célèbre la victoire totale de ses théories. John Maynard Keynes a révolutionné la science économique en la réinsérant dans un système de pensée plus vaste. Mais 75 ans après la mort de son créateur, que reste-t-il du keynésianisme triomphant ?

En plein mois d’août 1971, et à la surprise générale, Richard Nixon annonçait que son pays abandonnait l’étalon-or. A un journaliste qui l'interrogeait, le président américain répondit : We are all Keynesians now !

Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, afin de stabiliser le cours des monnaies, il avait été décidé, à Bretton Woods, que toutes les devises du monde seraient évaluées en fonction de leur valeur en dollars. La monnaie américaine elle-même était censée être garantie par les énormes stocks d’or accumulées à Fort Knox, dans le Kentucky. Mais la guerre du Vietnam avait appauvri l'Amérique et Washington devait abandonner la convertibilité du dollar en or. On allait bientôt entrer - officiellement en mars 1973 - dans le système de changes flottants.

Lire la suite
_________________
_________________

13:50 Publié dans Analyses, Histoire, Idées | Tags : keynes | Lien permanent

28/06/2020

LE 28 JUIN 1712, JEAN-JACQUES ROUSSEAU EST NÉ

C’est en tant que musicien que Rousseau espérait passer à la postérité, mais c’est comme écrivain et penseur politique qu'il a connu un succès durable. Défenseur d'une République démocratique et théoricien de la souveraineté populaire, la radicalité de ses écrits le brouille avec le courant majoritaire des Lumières. Après sa mort, il deviendra une figure de référence pour les révolutionnaires les plus radicaux.

17:18 Publié dans Histoire, Vidéo | Tags : rousseau | Lien permanent

21/06/2020

LE 21 JUIN 1793 : LA DEVISE DE NOTRE RÉPUBLIQUE EST NÉE

Dans un contexte de radicalisation de la Révolution française, la devise "Liberté, Égalité, Fraternité" est inscrite sur la maison de la Commune de Paris. Formulée pour la première fois par Robespierre en tant que telle, elle témoigne de l'ambition de la jeune République : fonder un nouveau contrat social basé sur la souveraineté populaire. Abandonnée sous le Directoire, elle devient la devise officielle de la Deuxième République, puis des suivantes.

17:54 Publié dans Histoire, Vidéo | Tags : robespierre, republique | Lien permanent

01/06/2020

La Commune de Paris - Karambolage - ARTE

09:30 Publié dans Histoire, Vidéo | Tags : commune de paris | Lien permanent

15/05/2020

Basta, le 2 avril - « Ce qui est inédit, c’est que la plupart des gouvernements ont choisi d’arrêter l’économie pour sauver des vies »

De quoi la crise du coronavirus est-elle le nom ? D’un déséquilibre écologique, d’une nouvelle façon de penser le risque, d’un grand effondrement annoncé ? Qu’a-t-elle de véritablement inédit ? L’historien des sciences Jean-Baptiste Fressoz répond à quelques idées reçues sur le sujet. Entretien.

Lire la suite
________________
________________

11:50 Publié dans Analyses, Histoire | Tags : baptiste fressoz, covid | Lien permanent

12/04/2020

Laurent Heynemann sur Léon Blum

Laurent Heynemann, le réalisateur du film « Je ne rêve que de vous » – qui relate l'histoire d'amour de Léon Blum et Jeanne Reichenbach durant les années d'Occupation – a accepté de répondre à nos questions. Il nous livre sa vision de Blum et son apport à l’histoire de la gauche et de la France.

05/04/2020

La Vie des idées - Contagion, une histoire culturelle

À propos de : Kevin Siena, Rotten Bodies : Class and Contagion in Eighteenth-Century Britain, Yale University Press

Au XVIIIe siècle, les épidémies récurrentes de typhus chez les pauvres renforcent la croyance selon laquelle les corps de la plèbe sont dans un état de perpétuelle putréfaction. L’historien Kevin Siena propose une étude stimulante des discours médicaux sur les épidémies au cours du long XVIIIe.

Dans Rotten Bodies : Class and Contagion in Eighteenth-Century Britain, Kevin Siena s’intéresse aux conceptions des maladies épidémiques, et aux attitudes adoptées à leur égard pendant le long XVIIIe siècle, tout en s’autorisant des incursions dans le XVIIe siècle (les premiers chapitres), et, plus brièvement, dans le XIXe siècle (dans les chapitres de conclusion). L’étude de Siena porte sur ce qui sera plus tard appelé typhus, mais que l’on désigne au XVIIIe comme une sorte de « fièvre » généralement accompagnée d’un épithète précisant le contexte d’apparition d’une épidémie donnée – l’usine, l’hôpital, les navires, la prison. C’est surtout cette dernière, connue comme « fièvre des geôles » ou « fièvre des prisons », qui a attiré l’attention du public comme celle du législateur. Plusieurs chapitres du livre sont, nous le verrons, consacrés à cette question. Siena s’inscrit ouvertement dans une démarche d’histoire culturelle, et examine la manière dont le discours médical sur les maladies épidémiques au cours de cette période reflète certaines conceptions du corps humain, et, par-là, des normes culturelles et sociétales plus générales.

Lire la suite
___________________
___________________

11:48 Publié dans Histoire | Tags : covid | Lien permanent

28/03/2020

BNF Retronews - Histoire des épidémies et des quarantaines en Europe

À la fin du XIVe siècle, à la suite des ravages de la peste, la quarantaine devient la base des systèmes de prévention des pandémies. Depuis, cette mise à l’écart imposé par les autorités n’a eu de cesse d’être utilisé.

Cet article est paru initialement sur le site de notre partenaire, le laboratoire d’excellence EHNE (Encyclopédie pour une Histoire nouvelle de l’Europe). 

La peste règne sans conteste sur l’imaginaire terrifié des Européens depuis le Moyen Âge, uniquement défiée, à partir du XIXe siècle, par le choléra et la fièvre jaune. La grande (et fulgurante) létalité des épidémies, l’impuissance des autorités publiques et des médecins à les endiguer mais aussi les graves conséquences sociales, politiques et économiques qu’elles ont engendrées ont marqué durablement les esprits.

Ces trois maladies, auxquelles il faut ajouter la variole, le typhus exanthématique et les fièvres récurrentes, constituent le sextuor des maladies quarantenaires, appellation liée aux dispositifs mis en œuvre pour les contenir.

Lire la suite sur retronews, gratuit pour le confinement
_______________________________________________
_______________________________________________

11:09 Publié dans Histoire | Tags : epidemie, quarantaine, retronews | Lien permanent

03/01/2020

Sélection 2019 - La vie des idées - L’Histoire au long cours du capitalisme

À propos de : Pierre Dockès, Le Capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective. Tome I : Sous le regard des géants, Classiques Garnier

Si l’analyse économique était tombée dans un cul-de-sac avec un excès de formalisation mathématique, est-ce que l’Histoire économique permettrait d’en sortir ? Pierre Dockès nous propose un « voyage au long cours », destiné à saisir l’essence de la vie économique.

L’éclatement de la bulle des subprimes aux États-Unis, en 2007, s’est rapidement mué en une crise économique mondiale, que les économistes ont pris l’habitude de désigner sous le nom de « Grande Récession », en référence à la Grande Dépression des années 1930, dont l’impact fut considérablement plus important.

Lire la suite
_________________
_________________

09:00 Publié dans Histoire | Tags : pierre dockès | Lien permanent