Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2020

Mémoire ouverte - Table ronde "Le 17 octobre 1961"

Paris, 17 octobre 1961 : 30 000 Algériens manifestent pacifiquement contre le couvre-feu qui leur a été imposé. La répression, d’une violence inouïe, fait des dizaines de morts : un massacre dont la mémoire sera occultée pendant des décennies. C’est cette “énigme”, selon le mot de Pierre-Vidal Naquet, qui est réinterrogée ici à travers la projection du documentaire Octobre à Paris (1962), suivie d’une table ronde avec l’historien Gilles Manceron et et Edouard Schoene (Association Algérie au cœur). Modération : Noria HADDADI (coordinatrice culturelle de la Médiathèque de Vaise, membre de l’association Coup de Soleil et de la revue Dérives).

17:20 Publié dans Histoire | Lien permanent

16/10/2020

Non Fiction - Parcours de militants communistes

Les biographies de Robert Simon et Marcel Paul illustrent les modalités de l’engagement communiste depuis l'entre-deux-guerres jusqu'aux années 1970.

Robert Simon et Marcel Paul – qui se vient aujourd'hui consacrer deux biographies – ont suivi des itinéraires qui se sont croisés, dans le milieu des partis et des syndicats socialistes et communistes du début du XXe siècle. Ils incarnent deux formes d’engagement dans le communisme lors des périodes sombres comme glorieuses. Marcel Paul est électricien, communiste et syndicaliste, déporté, ministre, puis cadre de la CGT de l’énergie, alors que Robert Simon est instituteur, ancien socialiste devenu communiste en déportation, puis cadre régional du Parti communiste avant d’entrer en opposition. Les deux incarnent la mémoire communiste et leurs parcours sont analysés avec empathie par les auteurs qui leur consacrent ces nouvelles études.

Lire la suite
___________________
___________________

13:58 Publié dans Histoire | Lien permanent

11/10/2020

Fondation Jean Jaurès - Commune(s) 1870-1871

Redécouvrir un des événements les plus connus de l’histoire des gauches, en différencier les approches et les échelles, tel est l’objectif de l’historien Quentin Deluermoz dans son dernier ouvrage "Commune(s) 1870-1871. Une traversée des mondes au XIXe siècle" (Seuil, 2020). Il en débat pour la Fondation Jean-Jaurès avec Emmanuel Jousse, docteur en histoire, auteur notamment de Les hommes révoltés (Fayard, 2017). Depuis les analyses célèbres de Karl Marx, l’histoire de la Commune de Paris a été placée au centre de notre compréhension de l’événement révolutionnaire. Et l’espérance de « faire commune » fait aujourd’hui retour dans notre imaginaire politique.

Cet ouvrage se propose de mener l’archéologie de cette puissance d’actualisation, mais en revenant d’abord sur la force de l’événement lui-même. Le récit prend appui sur une enquête archivistique minutieuse qui permet de reconstituer, par le bas, les stratégies des acteurs, leurs luttes comme l’ouverture des possibles qui marque ces journées. L’événement dépasse dès ses débuts le cadre parisien. De la rue Julien-Lacroix aux concessions de Shanghai en passant par l’insurrection kabyle, la Croix-Rousse à Lyon ou la république des cultivateurs aux Caraïbes, le livre propose une histoire à différentes échelles, du local au global, en décrivant des interconnections multiples.

14:15 Publié dans Histoire | Tags : deluermoz, fondation jean jaures | Lien permanent

05/10/2020

La Vie des Idées - Belgrade-Paris : expériences de gauche

À propos de : Frank Georgi, L’Autogestion en chantier. Les gauches françaises et le « modèle yougoslave » (1948-1981), Nancy, L’Arbre bleu.

Introduit en Yougoslavie en 1949, le principe de l’autogestion dans les entreprises a fasciné de larges pans de la gauche française jusqu’à la fin des années 1970. Cet enthousiasme, nourri par des échanges et des voyages, n’a pas résisté à l’étatisme et au centralisme français.

Le rapport au modèle soviétique, pour les gauches françaises, est un sujet aussi connu que documenté, tant il a accompagné une grande partie de celles-ci tout au long du XXe siècle

. D’autres expériences (castriste, maoïste) ont pu fasciner des secteurs – au demeurant limités – de ces forces politiques, et de manière intermittente. Aujourd’hui oublié (le pays a même disparu), un autre modèle a interrogé, voire attiré les gauches françaises : l’autogestion yougoslave.

Depuis la fin des années 1940 jusqu’à l’arrivée de François Mitterrand au pouvoir, l’expérience menée par Tito n’a pas peu suscité une riche gamme de réactions, de l’enthousiasme au rejet véhément. C’est à ce dossier que s’attelle Frank Georgi, historien spécialiste des mouvements sociaux contemporains, dans un ouvrage tiré d’une HDR soutenue en 2017.

Lire la suite
__________________
__________________

08:45 Publié dans Histoire, Idées | Tags : georgi, autogestion | Lien permanent

27/09/2020

LE 20 SEPTEMBRE 1992, LE TRAITÉ DE MAASTRICHT EST ADOPTÉ

Après des mois d'intenses débats, les Français finissent par voter sans enthousiasme en faveur du traité de Maastricht. Le « oui » l'emporte de justesse au référendum. Les partisans du « non », peu audibles, ont mis en garde contre le chômage structurel, la pauvreté endémique, l'abandon d'une politique souveraine qu'impliqueraient la ratification du traité. La victoire du « non » au référendum de 2005 constitue leur victoire posthume.

20:53 Publié dans Histoire, Vidéo | Lien permanent

11/09/2020

Le Vent se lève - Simone Weil : « La vie et la grève des ouvriers métallos »

En mai 1936, le Front Populaire composé des socialistes (SFIO), communistes (SFIC) et des radicaux, remporte les élections. Aussitôt, les usines sont occupées, la classe ouvrière triomphe. Les premières réformes sociales sont engagées et les accords Matignon sont signés dans la nuit du 7 au 8 juin. Mais l’activité tarde à reprendre. Simone Weil, philosophe partie s’établir en usine, fait le récit de ces grèves dans le numéro 224 de la revue syndicaliste et communiste La Révolution prolétarienne. Pour notre collection « Les grands textes », nous reproduisons des extraits de son article du 10 juin 1936.

Lire la suite
____________________
____________________

17:35 Publié dans Histoire | Tags : simone weil | Lien permanent

23/08/2020

Le mystère Mendès-France - Toute L'Histoire

Quel nom, dans notre histoire contemporaine, éveille autant d'échos, pour avoir été si brièvement associé au pouvoir ? On dirait que ce nom de Mendès France exprime ce qui aurait dû être plus encore que ce qui a été. Voici un homme qui, n'ayant exercé l'autorité de l'État que quelques semaines en 1938 sous l'égide de Léon Blum, puis de 1943 à 1945 dans la mouvance de Charles de Gaulle, et huit mois en 1954 et 1955 au sommet des responsabilités, a su néanmoins s'imposer comme le symbole d'une conception de la vie publique, démontrant que l'action politique n'est pas avilissante par nature, ni le pouvoir pervers par essence.

10:03 Publié dans Histoire | Tags : mendes-france, mendes france | Lien permanent

21/08/2020

Idées d'été : 1585-1650 : Un Siècle d'Or | Trois villes à la conquête du monde (1/4) | ARTE

Comment, en quatre cents ans, la concurrence des trois métropoles pour dominer l'économie mondiale a suscité un nouveau modèle urbain. Frédéric Wilner retrace brillamment cette captivante aventure historique. Premier volet : Un siècle d'or, 1585-1650. 1. Un siècle d'or – 1585-1650 À la fin du XVIe siècle, alors qu'on y invente la société par actions, la bourse des valeurs et la production en série de navires de commerce, Amsterdam se développe autour d'un plan d'urbanisme ordonné – une première en Europe. La ville bâtit sa prospérité sur le commerce des épices avec l'Asie et met un pied en Amérique, avec l'expédition de Henry Hudson, un Anglais parti conquérir le monde sous la bannière des Provinces-Unies. Quant à Londres, entre révolution, guerre civile et restauration, elle pose les fondations d'une prospérité économique qui lui permettra, au siècle suivant, de prendre le dessus sur sa rivale hollandaise. Trois villes à la conquête du monde : Amsterdam, Londres, New York Episode 1 : 1585-1650 : Un Siècle d'Or Série documentaire de Frédéric Wilner (France, 2017, 53mn)

16:00 Publié dans Histoire, Idées, Vidéo | Lien permanent

18/08/2020

Idées d'été : #ARTE #Histoire #Urbanisme 1800-1880 : Le choc de la modernité | Trois villes à la conquête du monde (3/4) | ARTE

Comment, en quatre cents ans, la concurrence des trois métropoles pour dominer l'économie mondiale a suscité un nouveau modèle urbain. Frédéric Wilner retrace brillamment cette captivante aventure historique. Troisième volet : Le choc de la modernité, 1800-1880.

3. Le choc de la modernité – 1800-1880 Explosion démographique, arrivée de l'industrie, du train et du métro, pollution, pauvreté de masse : au tournant du XIXe siècle, Londres et New York sont les premières métropoles à vivre le choc de la modernité, qui les métamorphose. Cette révolution urbaine, d'une grande violence, donne naissance à l'architecture moderne.

La construction préfabriquée, l'ascenseur sécurisé, les prémisses de l'immeuble de grande hauteur posent les fondations d'une ville nouvelle. Trois villes à la conquête du monde : Amsterdam, Londres, New York Episode 3 : 1800-1880 : Le choc de la modernité Série documentaire de Frédéric Wilner (France, 2017, 53mn)

17:30 Publié dans Histoire, Idées | Lien permanent

Apostrophes : Pierre Mendès France "Le bilan de Mai 68" | Archive INA

23 janvier 1976

Témoignage de Pierre MENDÈS FRANCE sur sa participation au meeting de la gauche non communiste au stade de Charléty le 27 mai 1968. Rappel du contexte socio-politique de mai 68 par Pierre MENDÈS FRANCE et explication sur sa présence à Charléty : "je n'avais pas le droit de ne pas me tenir au courant de ce qu'ils [les jeunes] exprimeraient... il n'a jamais été question que je prenne la parole"

14:30 Publié dans Histoire | Tags : mendes france, mendes, mendes-france | Lien permanent