Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2018

Jean Gadrey - Macron ou le grand écart entre les actes et les discours, épisode 1 : les droits des femmes

Les formules « ni de droite ni de gauche » ou « en même temps » sont en train de se clarifier depuis l’élection présidentielle. Il ne se passe pas de semaine et parfois de jour sans que notre Président ne s’exprime publiquement, en France ou à l’étranger. Et dans la plupart des cas, nous avons droit à des envolées lyriques, certains diront des boniments ou des bobards, dont le contenu humaniste est strictement à l’opposé des décisions prises. Ce qui revient à nous prendre pour des cibles d’un marketing politique enjôleur destiné à nous vendre des produits toxiques présentés comme sains et innovants.

C’est une façon originale de comprendre le « en même temps », mais il arrive un moment où même ceux ou celles qui l’ont soutenu ou le soutiennent encore se posent des questions, voire osent une critique sévère, nous le verrons dans l’épisode suivant.

Lire la suite
___________________
___________________

11:50 Publié dans Analyses | Tags : gadrey | Lien permanent

19/02/2018

OFCE - La reprise de – et par – l’investissement par Hervé Péléraux

Les comptes nationaux du quatrième trimestre, publiés le 30 janvier dernier, confirment la reprise de l’investissement en France en 2017, avec une hausse des dépenses de +5,3 % en valeur et de +4,3 % en volume sur l’ensemble de l’année, après des résultats déjà largement positifs en 2016. Ce résultat pouvait être anticipé, au moins de manière qualitative, par l’analyse de l’enquête sur les investissements dans l’industrie qui est un des indicateurs conjoncturels infra-annuels produit par l’INSEE. Selon ses résultats préliminaires pour 2018, elle laisse augurer la poursuite de ce mouvement cette année.

L’information fournie par cette enquête auprès des entreprises est une prévision périodique, ou une réalisation pour l’année précédente, du taux de croissance en valeur de l’investissement dans l’industrie, qui représente 25 % de l’investissement productif en France. Pour une même année, on dispose de 8 évaluations : une première en octobre de l’année précédente, puis en janvier, en avril, en juillet et en octobre de l’année en cours, puis enfin des réalisations constatées en janvier, en avril et en juillet de l’année suivante et qui peuvent différer des données de comptabilité nationale.

Lire la suite
__________________
__________________

11:30 Publié dans Analyses | Tags : ofce | Lien permanent

18/02/2018

Le JDD - "Les salaires montent, la Bourse chute, cherchez l’erreur"

Thomas Dallery, maître de conférences en économie à l’université du Littoral Côte-d’Opale-Clersé, évoque le mini-krach boursier qui a fait vaciller les marchés toute la semaine.

"Parfois l’actualité nous fournit des révélations sur le fonctionnement du système économique, révélations qui valent des heures d’analyse fine des plus grandes théories économiques. À la manière d’un révélateur utilisé par les chaînes de télévision pour nous démontrer en plein match de football s’il y a hors-jeu ou non de manière définitive, en traçant une ligne qui identifierait la position illicite des attaquants pris au piège de la défense, l’actualité vient de clairement indiquer que la finance était mise hors jeu. Et on a envie de dire que cela fait un moment déjà qu’elle l’est, tels des attaquants du dimanche matin qui campent dans la surface adverse à la recherche de la moindre opportunité pour marquer.

Lire la suite
_________________
_________________

16:30 Publié dans Analyses | Tags : dallery | Lien permanent

17/02/2018

Non Fiction - Le retour des utopies locales ? Entretien avec Mathieu Rivat

Dans Ces maires qui changent tout. Le génie créatif des communes  , Mathieu Rivat propose une mise en récit des initiatives écologiques et sociales de plusieurs maires de différentes communes françaises, de tailles et de régions diverses : Puy-Saint-André (Hautes-Alpes), Trémargat (Côtes d’Armor), Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais), Ungersheim (Haut-Rhin), Grenoble (Isère) et Paris (en particulier dans les quartiers du XVIIIe arrondissement). Ces exemples de « maires courage », allant souvent contre les tendances « naturelles » de l’économie mondialisée, même s’il ne s’agit pas à proprement parler de « modèles » à suivre, proposent, selon l’auteur, des solutions, à des échelles très variables, pour des innovations sociales et écologiques, laissant davantage de place à la pratique démocratique et à des dynamiques de changement local, dans un contexte de paralysie institutionnelle des Etats, voire de fatalisme face aux puissances économiques globales.

Lire la suite
_________________
_________________

22:30 Publié dans Analyses | Lien permanent

OFCE - Quel nouveau sentier de croissance de la productivité du travail ? par Bruno Ducoudré et Eric Heyer

Les pays industrialisés connaissent un ralentissement apparent et persistant des gains de productivité du travail depuis le second choc pétrolier. Celui-ci a fait l’objet d’un grand nombre d’analyses dans la littérature économique[1] s’interrogeant sur la disparition possible du potentiel de croissance de ces économies développées et donc sur leur incapacité à renouer avec un niveau d’activité conforme à la trajectoire d’avant-crise. Autrement dit, les pays industrialisés seraient entrés dans une phase de « stagnation séculaire » rendant plus difficile la résorption de l’endettement public et privé. Mais cet épuisement des gains de productivité modifie également le diagnostic que l’on pose sur leur situation conjoncturelle et tout particulièrement sur celui de leur marché du travail.

Lire la suite
___________________
___________________

11:30 Publié dans Analyses | Tags : ofce | Lien permanent

16/02/2018

OFCE - Haro sur les investisseurs chinois ! Par Sarah Guillou

Dans son discours de vœux du 15 Janvier 2017, le ministre de l’Economie et des finances, Bruno Le Maire, parle « d’investissements de pillage » suspectant les investisseurs chinois de vouloir « piller » les technologies françaises. Ces déclarations inscrivent le ministre de l’Economie français dans la filiation du patriotisme économique de Colbert à Montebourg, mais cette fois, elles se situent dans un mouvement plus large de méfiance et de résistance aux investissements en provenance de Chine qui parcourt tous les pays occidentaux. Et si le gouvernement français projette d’élargir le champ du décret qui permet de contrôler les investissements étrangers, de nombreux pays en font de même.

La France n’est pas le seul pays à vouloir modifier sa législation pour renforcer les motifs de contrôle des investisseurs étrangers. L’entrée de capitaux étrangers était avant tout perçue comme un apport de moyens financiers et le signe de l’attractivité du territoire. La France a toujours été bien située dans les classements internationaux en termes de terre d’accueil.

Lire la suite
__________________
__________________

22:30 Publié dans Analyses | Tags : ofce | Lien permanent

OFCE - Pourquoi rendre le congé de paternité obligatoire ? par Hélène Périvier

Le gouvernement engage une réflexion sur une réforme du congé de paternité. Un rapport vient d’être demandé à l’Inspection générale des affaires sociales. Aujourd’hui, les pères salariés[1] ont droit à 11 jours calendaires consécutifs au titre du congé de paternité. Indemnisé par la Sécurité sociale dans les mêmes conditions que celles du congé de maternité, le congé de paternité est optionnel. Un allongement de la durée de ce congé est envisagé alors que l’idée de le rendre obligatoire semble être écartée, au vu des déclarations de Marlène Schiappa, Secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de Muriel Pénicaud, Ministre du Travail.

Lire la suite
___________________
___________________

11:55 Publié dans Analyses | Tags : conge de paternite | Lien permanent

15/02/2018

Un peu d'histoire - France Culture - Qu'avons-nous fait de nos 35 heures ?

La loi Aubry fixant la durée hebdomadaire du temps de travail à 35 heures fête ses 20 ans cette année. Depuis son entrée en vigueur elle n'a cessé d'être vilipendée par la droite et le patronat et sont aujourd'hui détricotées par les ordonnances Macron. Les 35 heures, totem ou tabou ?

Dans les années 90, en Europe, l'idée du partage du travail passant par la réduction du temps de travail était une idée novatrice, faisant plutôt consensus dans les milieux politico-économiques. Des sociétés expérimentent la baisse de la durée hebdomadaire du travail, avec différentes formules, comme en Allemagne, par exemple Volkswagen. Ce thème est aussi repris par certains patrons français, comme Antoine Riboud, le fondateur de Danone, ou Claude Bébéar, le patron d'Axa. La droite, au pouvoir, propose une législation non contraignante basée sur le seul volontariat des entreprises : c'est la loi Robien, rédigée par Gilles de Robien. 

Lire la suite
_____________________
_____________________

08:15 Publié dans Analyses, Audio | Tags : 35 heures | Lien permanent

14/02/2018

Jean Gadrey - On a trouvé comment booster la croissance ! Drogues et prostitution sont les deux mamelles du nouveau PIB

Pour soutenir la croissance, rien ne vaut les souteneurs. Pour la doper : la drogue.

C’est par ces termes que débutait un billet que j’avais publié en 2015 sous le titre « En Italie, la prostitution et la drogue vont gonfler le PIB. L’INSEE résiste ».

Deux ans de résistance, c’est déjà honorable quand les pressions sont aussi fortes. Pour l’instant, l’Insee ne cède que pour les drogues, c’est louable aussi. Mais franchement, cet économisme où tout semble reculer devant la logique du fric, quelle qu’en soit l’origine et l’usage, dans ce jeu de cour de récré pour savoir qui a le plus gros (PIB), me gonfle.

Lire la suite
__________________
__________________

11:55 Publié dans Analyses | Tags : gadrey, pib | Lien permanent

13/02/2018

Observatoire des inégalités - Les dix plus grandes fortunes de France

Le patrimoine professionnel de Bernard Arnault (LVMH), première fortune de France, vaut 47 milliards d’euros, l’équivalent de 2,6 millions d’années de Smic. Les dix plus fortunés de France possèdent 241 milliards d’euros à eux seuls.

Le patrimoine professionnel de Bernard Arnault, l’homme le plus fortuné de France selon le classement 2017 du magazine Challenges [1], vaut 46,9 milliards d’euros. Il faudrait à un smicard 2,6 millions d’années pour gagner cette somme. Et encore, il ne s’agit que de son patrimoine professionnel. Tout ce qui relève du domaine privé ou qui ne repose pas sur un outil de travail n’est pas comptabilisé. Le montant cumulé de la fortune professionnelle des 500 personnes les plus riches de France représente 570 milliards d’euros. À eux seuls, les dix premiers du classement possèdent 241 milliards.

Lire la suite
____________________
____________________