Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International

  • Idées d'été - Libé - Rapport : Génocide au Rwanda: la France responsable mais pas complice

    Le rapport de la commission Duclert sur l’extermination des Tutsis en 1994 a été remis à Emmanuel Macron vendredi. Les historiens pointent le rôle accablant de Paris et de responsables politiques, dont François Mitterrand.
     
    «Que ça vous plaise ou non, ce qui s’est passé au Rwanda fait partie de l’histoire de France», souligne l’un des personnages de Murambi, le livre des ossements, le roman que l’écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop a consacré au génocide, en 1994, des Tutsis du Rwanda. De fait, c’est bien une «histoire rwandaise de la France» qu’évoque le rapport de la commission Duclert, utilisant d’ailleurs cette expression dans ses conclusions.
     
    Lire la suite
    ________________________
    ________________________
     
     
    Rapport de la Commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsi (1990-1994) remis au Président de la République le 26 mars 2021 à Paris.

  • Idées d'été - Institut Rousseau - Une finance aux ordres : comment le pouvoir chinois met le secteur financier au service de ses ambitions

    Alors que Huawei et TikTok ont défrayé la chronique cette année, alors que les ambitions commerciales, technologiques et militaires de la Chine sont devenues des enjeux de premier plan, le secteur financier chinois reste curieusement sous les radars. Sait-on, par exemple, que le système bancaire chinois est depuis 2016 le plus grand du monde par actifs, dépassant celui de la zone euro ? Sait-on que China Development Bank et Export-Import Bank of China détiennent à elles deux plus de créances à l’international que la Banque mondiale ? Au-delà de sa taille et de sa croissance accélérée, c’est le fonctionnement qualitatif du système financier chinois qui gagne à être connu. Car les grandes institutions financières chinoises ont cela de particulier qu’elles sont des entités hybrides, mi-économique mi-politiques, à la fois organes du Parti-État et acteurs de marché. La finance chinoise dans son ensemble est assujettie à des mécanismes de contrôle multiples qui en font avant tout un instrument au service du pouvoir. Alors que ces dernières décennies nous ont habitués, en Europe, à des secteurs financiers plus prompts à imposer leurs priorités aux États que l’inverse, il peut être instructif de décentrer la perspective pour faire voir comment un ordre financier tout autre est en train de monter en puissance en Chine.

    Lire la suite
    ________________________
    ________________________

  • Non Fiction - La Chine, une puissance communiste ?

    Xi Jinping incarne les ambitions politiques et diplomatiques de la Chine. Pour parvenir à ses fins, il renoue avec les fondements du communisme, qu'il adapte aux enjeux du XXIe siècle.

    Les années Trump et la crise du Covid-19 ont ouvert des possibilités à la Chine pour consolider ses positions sur le plan international. Les routes de la soie, la stratégie du « collier de perles », les ambitions maritimes et sa politique spatiale témoignent des ambitions du pays qui s’apprête à fêter les 100 ans du Parti communiste chinois. Si le pays s’avère capable de concurrencer les États-Unis dans certains domaines, y compris les nouvelles technologies avec les BATX, son soft power reste encore limité en raison, notamment, de la politique menée à Hong Kong ou contre les Ouïghours. Alice Ekman* revient ici sur les caractéristiques majeures de la puissance chinoise dans le cadre du Thème 2 de Première « Analyser les dynamiques des puissances internationales ».

    Lire la suite
    _______________________
    _______________________

     

  • Slate - Accord nucléaire, succession du Guide suprême: les enjeux de la présidentielle en Iran, Sara Saidi

    Le scrutin, prévu à la mi-juin, déterminera l'attitude de la République islamique à l'international et prépare, en coulisses, la succession d'Ali Khamenei.

    Le 18 juin prochain, les Iraniens sont appelés aux urnes. La décision du Conseil des gardiens de la Constitution de ne valider la candidature d'aucun des réformateurs proches du président sortant Hassan Rohani, ni même celle du pragmatique Ali Larijani, pourtant proche conseiller du Guide suprême Ali Khamenei, a créé la surprise et l'indignation au sein de la population.

    L'élimination de tout potentiel rival au candidat ultra-conservateur Ebrahim Raïssi laisse penser à la victoire de l'aile dure du régime. Désillusionnée et asphyxiée par la crise économique et les sanctions internationales, une partie de la population iranienne appelle au boycott de cette élection présidentielle, et les sondages estiment que l'abstention atteindra des records.

    Lire la suite
    ____________________________
    ____________________________

  • Le Figaro - Rwanda : Hubert Védrine crée la polémique au PS en ciblant «les gauchistes»

    L'ancien ministre des Affaires étrangères a accordé un entretien à la revue identitaire Éléments. Il y tient des propos très vifs sur ceux qui critiquent la position de la France de François Mitterrand au Rwanda.

    « Le Rwanda est devenu le prétexte pour tous les gauchistes de la place de Paris de régler leur compte avec François Mitterrand, la Ve République, la France comme puissance... » Hubert Védrine est en colère. Dans un long entretien accordé à la livraison de juin/juillet de la revue identitaire Éléments, à l'occasion de la sortie de son Dictionnaire amoureux de la géopolitique (Plon/Fayard), l'ex-ministre des Affaires étrangères de François Mitterrand, figure reconnue du paysage politique français aujourd'hui âgé de 73 ans, ne tape pas que sur ces « gauchistes » mais aussi sur la presse qui les laisse s'exprimer. « Si les journaux étaient tenus comme autrefois, ça ne durerait pas une minute », balance-t-il.

    Lire la suite
    __________________________
    __________________________

  • LVSL - Les Indignés : de la rue à la coalition avec le Parti socialiste ?

    Le 15 mai 2021 marque le dixième anniversaire du mouvement des Indignés en Espagne. Issu du mécontentement populaire lié à la crise financière de 2008, ce cycle de mobilisation sans précédent a secoué le paysage politique en remettant en cause le bipartisme du Parti Populaire et du Parti Socialiste. Les partis nés après le 15M se sont présentés comme des formations « anti-système » et ont revendiqué le discours populiste des Indignés. Or, suite à la démission de Pablo Iglesias et à l’émergence de Vox, un populisme de nouvelle nature semble s’affirmer. 10 ans après, que reste-t-il du mouvement des Indignés en Espagne ?
     
    Lire la suite
    _____________________
    _____________________
     

  • LVSL - Après 100 jours, pourquoi Biden impressionne la presse française

    « Un nouveau Roosevelt ». La presse française s’émerveille devant Joe Biden, ses plans de relance chiffrés en milliers de milliards et ses propositions de hausse d’impôts sur les multinationales et les plus riches. Le centriste se voit repeint en progressiste, par contraste avec des dirigeants européens embarrassés par son volontarisme. Comment expliquer un tel décalage avec sa campagne, qui suggérait une politique plus conformiste ? Faut-il y voir un manque d’objectivité de la presse ou un véritable revirement de Joe Biden ? Par Politicoboy.

    Lire la suite
    ________________________
    ________________________

     

  • France Info - Impôt minimum à 21% pour les multinationales : une proposition difficile à mettre en place

    Le président américain Joe Biden souhaite la mise en place d’un impôt minimum à 21% pour les multinationales. Une mesure ambitieuse mais qui suppose encore de longues négociations pour s’accorder sur son fonctionnement.... Pour Christophe Rameux, membre des Économistes atterrés, il est important que l’impôt sur les bénéfices des sociétés "ne soit pas ridiculement faible parce que sinon le risque, c’est que ça grippe le système fiscal dans son entier.

    Lire et écouter la suite
    ______________________
    ______________________

  • Justice, climat, inégalités… Les États-Unis sont-ils à nouveau fréquentables ?

    Mardi 20 avril, le policier Derek Chauvin a été reconnu coupable du meurtre de l'Afro-Américain George Floyd. Une condamnation qui n’a pas laissé indifférent le président Joe Biden, dont le mandat approche la date symbolique des cent jours.

    Ces quelques mois, tout semble avoir changé outre-Atlantique. Les prises de paroles incessantes du président sortant ont été remplacées par des interventions rares mais engagées. Suite au procès de Minneapolis, Joe Biden s’est adressé aux Américains dans une allocution télévisée, se félicitant du verdict. 

    Comment ce procès s’inscrit-il dans l’histoire raciale des Etats-Unis ? Comment Joe Biden s'engage-t-il dans ce tournant ? Le plan de relance repose sur deux piliers très politiques : la lutte contre les inégalités et la lutte contre le réchauffement climatique. Comment s’incarne cette prise de conscience en actes politiques ?

    Romain Huret est spécialiste des États-Unis au XXe siècle (directeur d’études à l’EHESS). Il a publié "La fin de la pauvreté ?" (Éditions de l'EHESS) et "Les conservateurs américains se mobilisent" (Autrement). Il est également co-auteur de “Capitalism Contested : The New Deal And Its Legacies” (University of Pennsylvania Press, 2020). Il est rejoint par Marc-Antoine Eyl-Mazzega, directeur du Centre Énergie & Climat de l'Ifri.

    L'invité des Matins de France Culture.
    Comprendre le monde c'est déjà le transformer(07h40 - 08h00 - 22 Avril 2021)
    Retrouvez tous les invités de Guillaume Erner sur www.franceculture.fr

  • Libé - Le tour de force de Biden

    Les plans colossaux lancés par le président américain dépassent une classique relance keynésienne et marquent un véritable virage sur l’aile idéologique.
     
    Révolutionnaires, les Bidenomics ? Le choc de relance annoncé, à la hauteur des ravages de la crise ouverte par la pandémie du Covid-19, affiche des montants historiques : le Congrès a voté un plan de 1 900 milliards de dollars, soit près de 10 % du PIB américain. Ajoutez un montant au moins équivalent pour l’American Jobs Plan à venir, allongez des quelques volets encore en discussion autour de l’assurance maladie ou de la dette étudiante : les Etats-Unis pourraient, en quelques mois, déployer autant d’efforts que l’Amérique post-Grande Dépression de Roosevelt en a fait en dix ans et deux New Deals. 
     
    Lire la suite
    ________________________
    ________________________
     

  • Fondation Jean Jaurès - Les Verts seront-ils la prochaine force politique majeure en Allemagne ?

    Après seize ans de règne, le départ prochain d’Angela Merkel rabat les cartes de la politique allemande. Les Verts sauront-ils en profiter pour s’imposer comme la nouvelle force politique majeure du pays ? À quelques mois des élections fédérales de septembre 2021, et alors que deux élections régionales à valeur de test se tiennent ce dimanche 21 mars 2021 en Allemagne, Ernst Stetter, conseiller spécial du président de la Fondation Jean-Jaurès pour l’Europe, analyse les défis que doivent encore surmonter les écologistes allemands pour accéder à la chancellerie. 

    À quelques mois des élections fédérales de septembre 2021, c’est une nouvelle réalité politique qui se dessine chaque jour davantage : pour gouverner l’Allemagne après le départ d’Angela Merkel, les Verts ne pourront plus être ignorés. Pour la CDU/CSU, le SPD, Die Linke et le FDP, les Verts ne constituent plus simplement un potentiel partenaire de coalition, mais bien des concurrents sérieux avec lesquels une difficile bataille politique se prépare.

    Lire la suite
    ________________________
    ________________________