Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 4

  • Justice, climat, inégalités… Les États-Unis sont-ils à nouveau fréquentables ?

    Mardi 20 avril, le policier Derek Chauvin a été reconnu coupable du meurtre de l'Afro-Américain George Floyd. Une condamnation qui n’a pas laissé indifférent le président Joe Biden, dont le mandat approche la date symbolique des cent jours.

    Ces quelques mois, tout semble avoir changé outre-Atlantique. Les prises de paroles incessantes du président sortant ont été remplacées par des interventions rares mais engagées. Suite au procès de Minneapolis, Joe Biden s’est adressé aux Américains dans une allocution télévisée, se félicitant du verdict. 

    Comment ce procès s’inscrit-il dans l’histoire raciale des Etats-Unis ? Comment Joe Biden s'engage-t-il dans ce tournant ? Le plan de relance repose sur deux piliers très politiques : la lutte contre les inégalités et la lutte contre le réchauffement climatique. Comment s’incarne cette prise de conscience en actes politiques ?

    Romain Huret est spécialiste des États-Unis au XXe siècle (directeur d’études à l’EHESS). Il a publié "La fin de la pauvreté ?" (Éditions de l'EHESS) et "Les conservateurs américains se mobilisent" (Autrement). Il est également co-auteur de “Capitalism Contested : The New Deal And Its Legacies” (University of Pennsylvania Press, 2020). Il est rejoint par Marc-Antoine Eyl-Mazzega, directeur du Centre Énergie & Climat de l'Ifri.

    L'invité des Matins de France Culture.
    Comprendre le monde c'est déjà le transformer(07h40 - 08h00 - 22 Avril 2021)
    Retrouvez tous les invités de Guillaume Erner sur www.franceculture.fr

  • Libé - Le tour de force de Biden

    Les plans colossaux lancés par le président américain dépassent une classique relance keynésienne et marquent un véritable virage sur l’aile idéologique.
     
    Révolutionnaires, les Bidenomics ? Le choc de relance annoncé, à la hauteur des ravages de la crise ouverte par la pandémie du Covid-19, affiche des montants historiques : le Congrès a voté un plan de 1 900 milliards de dollars, soit près de 10 % du PIB américain. Ajoutez un montant au moins équivalent pour l’American Jobs Plan à venir, allongez des quelques volets encore en discussion autour de l’assurance maladie ou de la dette étudiante : les Etats-Unis pourraient, en quelques mois, déployer autant d’efforts que l’Amérique post-Grande Dépression de Roosevelt en a fait en dix ans et deux New Deals. 
     
    Lire la suite
    ________________________
    ________________________
     

  • Fondation Jean Jaurès - Les Verts seront-ils la prochaine force politique majeure en Allemagne ?

    Après seize ans de règne, le départ prochain d’Angela Merkel rabat les cartes de la politique allemande. Les Verts sauront-ils en profiter pour s’imposer comme la nouvelle force politique majeure du pays ? À quelques mois des élections fédérales de septembre 2021, et alors que deux élections régionales à valeur de test se tiennent ce dimanche 21 mars 2021 en Allemagne, Ernst Stetter, conseiller spécial du président de la Fondation Jean-Jaurès pour l’Europe, analyse les défis que doivent encore surmonter les écologistes allemands pour accéder à la chancellerie. 

    À quelques mois des élections fédérales de septembre 2021, c’est une nouvelle réalité politique qui se dessine chaque jour davantage : pour gouverner l’Allemagne après le départ d’Angela Merkel, les Verts ne pourront plus être ignorés. Pour la CDU/CSU, le SPD, Die Linke et le FDP, les Verts ne constituent plus simplement un potentiel partenaire de coalition, mais bien des concurrents sérieux avec lesquels une difficile bataille politique se prépare.

    Lire la suite
    ________________________
    ________________________

  • Libé - Equateur : la surprise Yaku Pérez à la présidentielle

    Le candidat écologiste et indigène a rassemblé près de 20% des voix lors du scrutin de dimanche. Mais il faut attendre la fin du dépouillement pour savoir s’il affrontera au second tour, le 11 avril, le socialiste Andrés Arauz, arrivé largement en tête.... La deuxième place de Yaku Pérez a provoqué la stupeur dans le pays. A la fermeture des bureaux de vote, dimanche soir, les sondages de sorties des urnes avaient crédité Arauz de 34,9% à 36,2% des voix, plaçant Lasso deuxième entre 21% et 21,7% et Pérez troisième entre 16,7% et 18%. 
     
    Lire la suite
    _____________________
    _____________________

  • Espaces Latinos - Venezuela : rêve brisé pour Juan Guaido, régime consolidé pour Nicolas Maduro

    Alors que Nicolas Maduro veut tripler la production de pétrole et « émerveiller le monde », Juan Guaido est en train de perdre le rôle de leader de l’opposition. L’Union européenne ne le reconnaît plus en tant que président intérimaire, et l’élection de Joe Biden aux Etats-Unis fragilise d’avantage son avenir, en cette période déjà lourde d’incertitudes.

    Avec le plébiscite lancé au lendemain de la perte du Parlement, lors des élections législatives du 6 décembre, Juan Guaido espérait une forte mobilisation capable de provoquer la chute du gouvernement chaviste. Mais, au lieu du raz-de-marée populaire tant attendu, cette crise a révélé plutôt le ras-le-bol qui s’installe chez le peuple vénézuélien, et qui ronge déjà tant de sociétés latino-américaines, envers ses dirigeantes politiques. L’analyste Jésus Castillo-Molleda résume en une seule phrase l’apathie généralisée qui frappe le peuple vénézuélien : l’opposition et le gouvernement n’ont plus le soutien de la rue car, « ils ne sont pas connectés aux problèmes des gens ». Comme le rappelle Luis Vicente Leon, président de Datanalisis, l’abstention de la grande majorité de la population est davantage le fait d’une « méfiance à l’égard des politiques que de l’appel lancé par l’opposition. » Près de deux tiers de Vénézueliens rejettent Nicolas Maduro autant que l’autoproclamé président par intérim, selon une enquête de l’institut des sondages.

    Lire la suite
    _______________________
    _______________________

  • Terra Nova - Ce que la pandémie fait à la politique : la Russie

    Confrontées à une crise sanitaire inédite, nos sociétés réagissent tant bien que mal d’un point de vue économique, sanitaire et social. Mais quel est l’impact de l’épidémie sur nos systèmes politiques ? Aucune lecture simplement déterministe ne semble pouvoir en rendre compte. Les tensions politiques, les rapports de force, la proximité des élections, le partage des pouvoirs entre échelons locaux et nationaux… peuvent expliquer des effets politiques variés. Tour d’horizon de quelques pays emblématiques.

    Lire la suite
    ________________________
    ________________________

  • Le Vent se léve - Le trumpisme survivra-t-il à Trump ?

    L’assaut du Capitole par les militants pro-Trump a précipité la chute de milliardaire et remis en question son avenir politique. Pour autant, les forces et dynamiques qui ont permis son élection en 2016 et sa progression électorale en 2020 ne vont pas disparaître avec lui, comme le montre un examen précis des évènements récents. À moins d’une présidence Biden radicalement transformative, un retour du trumpisme semble inéluctable.

    Lire la suite
    ______________________
    ______________________

  • PS - États-Unis : le Parti socialiste salue la victoire de la démocratie contre la violence

    Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti socialiste

    Jean-Marc Germain, secrétaire national aux Relations internationales

    Après la consternation du monde démocratique devant les scènes d’insurrection qui ont interrompu hier au Congrès américain la certification des résultats du 3 novembre 2020, y compris de la double victoire des sénateurs en Géorgie ce 5 janvier 2021, le 46e président des États-Unis est officiellement désigné.
     
    En ce jour où la démocratie américaine aura pu mener à son terme son processus électoral malgré le chaos et les violences instigués par le président sortant, le Parti socialiste réitère ses félicitations au président Joe Biden et à sa vice-présidente Kamala Harris. Ils incarnent à la fois la perspective d’un retour à l’apaisement ainsi qu’un nouveau souffle pour l’avenir de la société américaine. Il exprime aussi ses félicitations aux nouveaux élus de Géorgie, Raphaël Warnock et Jon Ossoff. Leur victoire offre à la Maison Blanche et au Parti démocrate les moyens politiques, économiques et législatifs de combattre efficacement les dégâts considérables de la pandémie causés par une gestion irresponsable, mais aussi de mettre en œuvre le programme ambitieux de progrès social et de cohésion sociétale des États-Unis.
     
    Le Parti socialiste se réjouit également que l’ère nouvelle qui s’ouvre soit celle du retour de cette nation aux côtés de ses partenaires dans la résolution des grands défis du siècle, à commencer par le sauvetage de la planète face à la menace climatique. Il observe cependant qu’en dépit de la leçon de respect des institutions donnée ce jour à ceux qui souhaitent les abattre, la démocratie s’impose désormais parmi les grandes causes à défendre. Les actes insurrectionnels d’hier et l’investiture prochaine du président Joe Biden constituent ainsi un double message de responsabilité : le devoir de rétablir la confiance en la démocratie face aux mensonges qui la dégradent et l’espoir que les États-Unis reprennent leur place pour s’opposer aux forces qui veulent l’annihiler.

     

    Jeudi 7 janvier 2021

  • États-Unis : l’impossible passation de pouvoir ?

    Ce mercredi, des milliers de partisans de Donald Trump ont conflué dans le centre de Washington, la capitale administrative du pays, pour une démonstration de force, revendiquant une élection "volée". Comment qualifier cet événement ? Une ligne rouge a-t-elle été dépassée ? Comment cela rebat-il les cartes de la passation des pouvoirs ? 

    Nous recevons en première partie Romain Huret, historien des Etats-Unis, directeur d’études à l’EHESS. Il sera rejoint par Hubert Védrine, diplomate, ancien ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Jospin et ancien secrétaire général de la présidence de la République sous François Mitterrand.

  • Fondation Jean Jaurès - États-Unis - Europe : quel avenir pour les relations transatlantiques ?

    Après quatre années d’administration Trump, les relations entre les États-Unis et l’Europe se sont dégradées, avec un renforcement du pivot américain vers l’Asie – déjà amorcé sous la présidence d’Obama. L’élection de Joe Biden va-t-elle renverser la tendance ? Ne serait-ce pas l’occasion pour l’Union européenne d’affirmer son autonomie stratégique ? Quel avenir envisager pour la sécurité collective et le multilatéralisme ? Maya Kandel, historienne et spécialiste des États-Unis, Manuel Lafont Rapnouil, directeur du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, et Édouard Simon, directeur de recherches à l’Institut des relations internationales et stratégiques, en débattent lors d’un entretien mené par Renaud Bellais, membre de l’Observatoire de la défense-Orion de la Fondation.