Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Analyses

  • Idées d'été - Institut Rousseau - Comment s’assurer que les entreprises encouragent une consommation plus durable ? (10/2021)

    Au-delà des revendications touchant au pouvoir d’achat, le mouvement des Gilets jaunes a pris racine dans un sentiment d’injustice fiscale face à la transition écologique : les ménages, et notamment les plus modestes, auraient à supporter l’essentiel de l’effort alors que les grandes entreprises, parfois très polluantes pourtant, seraient relativement épargnées. S’il peut sembler plus équitable de concentrer l’effort sur les grandes entreprises, au moyen de taxes et de réglementations, une telle stratégie peut s’avérer finalement pénalisante pour les ménages, via la répercussion des coûts de production sur les prix à la consommation.

    Alors comment engager les entreprises dans la voie de la transition écologique sans pénaliser d’autant les consommateurs ?

    Lire la suite
    _________________________
    _________________________

  • Idées d'été - Observatoire des inégalités - Les inégalités de salaire remontent (24 août 2021)

    Données 24 août 2021

    Les 10 % les mieux rémunérés gagnent au minimum trois fois plus que les 10 % les moins bien payés. Depuis 2008, ce rapport repart à la hausse. Extrait du Centre d’observation de la société.

    La crise de 2008 a marqué un tournant dans l’histoire de l’évolution des salaires. Depuis cette date, les inégalités ont augmenté, selon l’Insee. Il ne s’agit pas d’une explosion des écarts, mais d’un changement de tendance significatif. Pour l’immense majorité de la population, les salaires constituent l’essentielle source de revenus, donc la base des inégalités économiques.

    Si l’on observe les choses globalement, les 20 dernières années (1998-2018) ne semblent pas marquées par des modifications de grande ampleur. Au cours de cette période, les salaires nets du haut, comme du bas de l’échelle, ont augmenté d’un peu moins de 50 % si l’on ne tient pas compte de l’inflation (nous raisonnons en équivalent temps plein et pour le secteur privé). Si l’on déduit, cette fois, la hausse des prix, la progression n’est plus que de 20 %. En 20 ans, c’est peu, comparé aux décennies précédentes, et surtout compte tenu de l’élévation des niveaux de diplômes qui sont censés permettre d’accéder à des emplois mieux rémunérés.

    Lire la suite
    __________________________
    __________________________

  • Idées d'été - Observatoire des inégalités - Combien y a t-il de riches ? 9 septembre 2021

    Données 9 septembre 2021

    5,2 millions de personnes vivent au dessus du seuil de richesse de 3 542 euros, selon les estimations de l’Observatoire des inégalités. Nous manquons malheureusement de données sur l’évolution de leur nombre dans le temps.

    L’Insee ne calcule pas de seuil de richesse et ne fournit pas de données assez précises pour que l’on puisse répondre avec exactitude à la question « combien compte-t-on de riches en France ? ». Malgré tout, nous avons fait une estimation. Si l’on situe le seuil de richesse à 3 542 euros mensuels (le double du niveau de vie médian), alors on compterait 8,3 % de riches selon nos calculs. En appliquant ce taux à la population des ménages fiscaux qui sert à évaluer les revenus en France (soit au total 63,1 millions de personnes), on dénombrerait donc environ 5,2 millions de riches en 2018.

    Lire la suite
    _________________________
    _________________________

  • Marianne - Gaël Brustier : "La Nupes a été une tournée d'adieu de la gauche, plus qu’une marche triomphale"

    Dans un entretien avec « Marianne », l'essayiste Gaël Brustier, qui a travaillé sur la question de l'hégémonie culturelle, de la droitisation de la société ou bien celle du populisme de gauche, analyse ce que racontent les résultats des élections législatives....

    Comme d’autres que lui mais avec la responsabilité propre d’avoir en ce sens coupé les amarres avec le socialisme républicain, le groupe Mélenchon est cent fois coupable de la brutalisation des codes de la société. La pensée critique, la dénonciation du « néolibéralisme » impliquait-elle une forme de rabaissement du libéralisme politique ? Se commettre sur le plateau de Cyril Hanouna, de façon répétée, insistante et gênante visait-il vraiment à toucher un public nouveau ? En soi, le choix du média était un choix stratégique de brutalisation politique et sociale.

    Lire la suite
    _____________________
    _____________________

  • Observatoire des inégalités - La croissance doit bénéficier aux plus pauvres dans le monde

    Analyses 28 juin 2022

    La misère et l’analphabétisme reculent dans le monde. Mais le chemin qui reste à parcourir est immense et ces tendances n’ont rien d’automatique. La croissance économique est nécessaire, mais non suffisante. Analyse de l’économiste Pierre-Yves Geoffard, extraite du journal Libération.

    Entre la guerre en Europe, le retour des pandémies et le bouleversement du climat, on a un peu du mal à se dire que le monde va bien. Le sentiment qui prévaut est celui d’une humanité dont la situation s’est nettement dégradée dans la période récente. C’est une évidence : c’était mieux avant. Et pourtant. Pourtant, les faits montrent que, dans plusieurs domaines, c’est l’inverse qui est vrai. Une grande part de l’humanité va bien mieux, ou en tout cas moins mal, qu’il y a une génération. Entre 1990 et 2018, alors que la population mondiale est passée d’un peu plus de cinq milliards à près de huit milliards, le nombre de personnes extrêmement pauvres s’est très fortement réduit, passant de 1,9 milliard à 650 millions. Vivre dans la pauvreté extrême, selon les définitions internationales, c’est vivre avec moins de 1,9 dollar par jour.

    Lire la suite
    _______________________
    _______________________

  • Fondation Jean Jaurès, Julia Cagé - Une autre redevance est possible. Pour un financement affecté mais plus juste de l’audiovisuel public

    Il ne faut pas s’interdire de repenser le financement de l’audiovisuel public, au contraire ! Mais pourquoi ne pas tirer les leçons des réussites de pays voisins et réformer, en France, la redevance dans le sens d’une contribution progressive affectée ? L’économiste Julie Cagé explique en quoi celle-ci garantirait des ressources pérennes et indépendantes des cycles politiques, créant un un lien fort entre les citoyens et l’audiovisuel public. D’autant que cette option bénéficie du soutien d’une majorité de Français, ainsi qu’une enquête le démontre.

    Dans ce rapport, Julia Cagé défend sa proposition d’une « contribution pour le service public » ou « contribution pour l’audiovisuel public ». À l’heure où les fake news prolifèrent et où l’inflation grignote les budgets, il est essentiel de donner de la visibilité dans les financements et de la justice dans la répartition, comme ont su le faire plusieurs pays nordiques au cours des dix dernières années. Une autre redevance est possible !

    Lire la suite
    _________________________
    _________________________

  • IDDRI - Entre crises et urgence d’accélérer la transition : quels enjeux pour l’évolution des marchés électriques français et européen ?

    Tirée par la hausse rapide du prix du gaz naturel, la crise des prix des énergies entamée dès septembre 2021 et renforcée par la guerre en Ukraine a engendré une inflation sans précédent des prix sur le marché de gros de l’électricité en Europe. Face à cette crise, de nombreuses voix se sont élevées pour exiger une évolution de la régulation et de l’architecture du marché électrique européen, tenues en partie responsable de la situation actuelle. 

    Le sens d’une telle réforme du marché reste néanmoins à préciser, et résulte nécessairement d’un compromis entre différents objectifs et enjeux affectant la transition du système électrique : la gestion des impacts de la crise pour les consommateurs, le maintien de la sécurité d’approvisionnement à court (hiver 2022-2023) et plus long terme et l’accélération de la transition bas-carbone, seul levier permettant de réduire durablement la dépendance aux énergies fossiles en général, et aux importations depuis la Russie en particulier

    Lire la suite
    ________________________
    ________________________

  • Observatoire des inégalités - « La perte d’horizon des classes moyennes est une des grandes fractures de notre société ». Entretien avec Louis Maurin

    Entretiens 23 juin 2022

    Dans un entretien extrait du magazine L’Obs, Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, revient sur l’évolution des inégalités depuis 50 ans. La perte de sécurité constitue la principale fracture et s’étend progressivement aux classes moyennes.

    Selon un récit classique, après la fin des Trente Glorieuses, marquées par une grande cohésion autour d’une large classe moyenne, les inégalités auraient explosé. Ce tableau vous semble-t-il juste ?

    Il faut le nuancer. On jette sur les Trente Glorieuses (1945-1975) un regard très nostalgique. En réalité cette période a connu, dans les deux premières décennies, un fort creusement des écarts des revenus. À la fin des années 1960, après la montée des revendications qui culminent en 1968, s’ouvre une phase de réduction des inégalités. Ce phénomène tient à l’amélioration des salaires et des retraites, mais également à diverses mesures de protection sociale : allocations logement, aides aux familles monoparentales, etc.

    Lire la suite
    ___________________________
    ___________________________

  • Télérama - La philanthropie est-elle soluble dans le capitalisme ?

    Au motif de combattre la famine, la fondation de Bill Gates investit massivement dans les OGM en Afrique. Voilà ce que révèle une passionnante enquête à voir sur Arte. Décryptage, avec la chercheuse Auriane Guilbaud, autour de la notion du “philanthrocapitalisme”.

    Le philanthrocapitalisme est-il l’avenir de l’homme ? Quelques milliardaires américains en semblent convaincus. À l’image de Bill Gates, dont la fondation investit massivement dans la santé ou la recherche médicale. De « bonnes œuvres » drainant des millions de dollars, incluant toujours plus de pays et d’intermédiaires et s’invitant dans les politiques publiques internationales. Tout cela sans avoir à rendre de comptes, comme le démontre la brillante enquête L’Afrique, les OGM et Bill Gates, diffusée mardi 21 juin sur Arte. On y découvre notamment comment la quatrième fortune mondiale (en 2021) développe un programme de plantation d’OGM en Ouganda avec le concours de Bayer-Monsanto, au prétexte de combattre la famine ou les pénuries. Un philanthrocapitalisme sauvage et assumé que décrypte Auriane Guilbaud, chercheuse et maîtresse de conférences en science politique à l’université Paris-VIII, autrice notamment de Business Partners. Firmes privées et gouvernance mondiale de la santé (éd. Presses de Sciences Po, 2015).

    Lire la suite
    _________________________
    _________________________

  • The Conversation - Le RN, de l’enracinement à l’établissement : l’exemple languedocien

    Depuis désormais près de 40 ans, l’extrême-droite s’est installée dans le paysage politique français. Le Rassemblement national (RN) a obtenu – avec 89 sièges – un succès retentissant lors des élections législatives des 12 et 19 juin derniers, après la qualification, pour la seconde fois consécutive, de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle des 10 et 24 avril 2022.

    Alors que nous avons déjà documenté la progression de l’enracinement du RN au cours des scrutins précédents, il nous semble devenu nécessaire de parler d’« établissement ». La différence entre les deux termes n’est pas simplement de degré, mais de nature. Si l’enracinement est affaire d’électeurs, l’établissement est aussi celle des élus, appareils et autres diffuseurs de consignes.

    Lire la suite
    _______________________
    _______________________

  • Fondation Jean Jaurès - Analyse d’une fin de cycle électoral

    Les suites de la dernière élection présidentielle sont caractéristiques d’une scène politique loin d’être stabilisée et la restructuration de la vie politique n’en est qu’à ses débuts. Analysant de manière extrêmement fine le détail des résultats des élections législatives de juin 2022, au plus près des circonscriptions, Émeric Bréhier et Sébastien Roy en tirent les conséquences pour chaque force politique.

    Le cycle électoral débuté en 2017 s’achève à l’issue de ces élections législatives des 12 et 19 juin 2022. Cinq ans après une promesse de profonde rénovation démocratique, force est de constater que La République en marche (LREM) n’est pas parvenue à construire un « nouveau monde ».

    Lire la suite
    ____________________________
    ____________________________