Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire - Page 3

  • Ils se sont unis pour filmer le Printemps de Prague | History Catchers | ARTE

    Tchécoslovaquie, août 1968. Des images du coup de force des armées soviétiques et de leurs alliés du bloc de l'Est pour stopper net le « Printemps de Prague » ont été prises par des équipes de la télévision nationale, faisant ainsi preuve d'un courage inouï. Elles sont entrées en résistance ! C’est unique dans l’histoire des télévisions !  Que s'est-il passé la minute d'avant la prise d'une photo historique ? Derrière les images qui ont fait l’Histoire se cachent des femmes et des hommes qui ont filmé dans des conditions parfois extrêmes. En 10 épisodes de 3 minutes, History Catchers souhaite leur rendre hommage et mettre en lumière ces bribes d'archives.  History Catchers s'est inspiré de toutes les aventures de cameramen (professionnels ou amateurs) que l’équipe de la série « Mystères d’archives » ont pu découvrir lors de la réalisation de la série antenne. Derrière les objectifs braqués sur l'Histoire, il y a celles et ceux qui, depuis 120 ans, parcourent le monde pour nous le raconter.... en images. Souvent marquantes, émouvantes, certaines anecdotes leur sont restées en mémoire. Ils ont souhaité pouvoir les raconter brièvement, simplement, et par cette collection rendre hommage à celles et ceux qui les ont vécues.  Production menée conjointement avec l’INA, History catchers s'appuie sur l’équipe de « Mystères d’archives » à la réalisation, Manon Bril (C’est une autre histoire, le Vortex, Clique) à la voix et Leamlu à l’illustration (C’est une autre histoire).

  • Il a filmé le maquis en pleine guerre | History Catchers : Seconde Guerre mondiale | ARTE

    Félix Forestier est cameraman et résistant. Il travaille pour une organisation clandestine : le Comité de libération du cinéma français. Été 1944 il est dans le Vercors, là,  il filme les rares images d'un maquis de la Résistance française. Quelles images a-t-il réussi à tourner dans ce maquis devenu uns des hauts lieux de la lutte armée contre l'ennemi ?

  • Pierre Dac, loufoque engagé - #CulturePrime

    Roi de l'absurde, Pierre Dac a inspiré toute une génération d'humoristes. Portrait d'un virtuose des mots, engagé dans la Résistance, pour qui le rire était une "arme magnifique".

  • Télérama - Docurama : Vie et destin du livre noir, la destruction des Juifs d'URSS

    Le “Livre noir” a documenté l'extermination des Juifs de l’Est pendant la Seconde Guerre mondiale. De sa conception par le Comité juif antifasciste, encouragée par Staline, à sa mise à l’index, son histoire fait l’objet de ce film documentaire magistral signé par Guillaume Ribot, et diffusé sur France 5.

  • Le vent se lève - Jean-Pierre Chevènement : « L’État a permis à la France de tenir au long des siècles »

    Jean-Pierre Chevènement vient de publier Qui veut risquer sa vie la sauvera aux éditions Robert Laffont. Ces mémoires retracent le parcours d’un homme qui, de la fondation du CERES au gouvernement Jospin, en passant par la victoire de François Mitterrand en 1981, aura marqué en profondeur l’histoire de la gauche française. Entretien retranscrit par Catherine Malgouyres-Coffin.

    LVSL – Qu’est-ce qui faisait la singularité du CERES ? Qui le composait ? Quels étaient son logiciel et son but politique ?

    Jean-Pierre Chevènement – Au retour de la guerre d’Algérie, les quelques fondateurs du CERES, il n’y en avait pas beaucoup, n’étaient pas vraiment satisfaits de l’offre politique qui s’offrait à eux. Nous étions des jeunes gens plutôt à gauche. Nous n’avions pas eu besoin d’être convaincus de l’indépendance de l’Algérie, nous y étions d’emblée favorables. Et en même temps, nous comprenions assez bien ce que voulait faire le Général de Gaulle sur le plan des institutions, de la politique étrangère et de la politique de défense. Nous pensions par ailleurs que la gauche devait être renouvelée.

    Lire la suite
    ____________________
    ____________________

  • Jean Jaurès en « Rhône-Alpes ». Présence et mémoires

    Cet entretien nous fait découvrir l’ouvrage "Jean Jaurès en 'Rhône-Alpes'. Présence et mémoires" (Arbre bleu éditions), qui étudie l’ensemble des déplacements de Jaurès dans la région Rhône-Alpes de 1893 à 1914 : soutien aux grèves ou à l’école laïque, affaire Dreyfus, campagnes électorales, congrès socialistes jusqu’à l’ultime voyage de juillet 1914 marqué par son fameux discours de Vaise contre le risque de guerre imminente. Le livre étudie la réunion publique comme un fait historique global : prise de décision, voyage, accueil, banquet, déroulement et conséquences… C’est toute une sociabilité militante, politique et sociale, qui apparaît ainsi du Forez aux Alpes, de la Bresse à la Drôme. Nous voyons vivre concrètement socialistes et syndicalistes, ouvriers, enseignants et militants de la région dans leur rencontre avec Jaurès. Le livre étudie aussi les différentes formes de la réalité mémorielle après sa mort, l’utilisation de son image et de son nom pour des politiques symboliques : dénominations de rues, d’écoles, monuments, commémorations… Loin de se conclure en 1914, l’histoire jaurésienne en Rhône-Alpes se poursuit jusqu’à notre XXIe siècle. En conclusion, en lien avec l’actualité dramatique de ce mois d’octobre 2020, Catherine Moulin, qui enseigne l’histoire et la géographie au lycée Édouard Branly de Lyon, revient sur l’assassinat de Samuel Paty, et sur le choix des mots de Jaurès pour lui rendre hommage. L’entretien est conduit par l’historien Benoît Kermoal.

  • La Vie des idées - À propos de « Capital et Idéologie » par Thomas Piketty , le 10 novembre

    Thomas Piketty répond aux analyses critiques émises à propos de son ouvrage par Rafe Blaufarb, Clémence Cardon-Quint et Jules Naudet, respectivement spécialistes de la Révolution française, de l’histoire de l’éducation et des inégalités en Inde.

    Dans Capital et idéologie, je tente d’écrire une histoire comparative des régimes inégalitaires. Je définis un régime inégalitaire comme un ensemble de discours et de dispositifs institutionnels visant à justifier et à structurer les inégalités économiques, sociales et politiques d’une société donnée. Chaque société humaine a besoin de justifier ses inégalités et de donner du sens à ses structures sociales. J’essaie de montrer que ces justifications contiennent toujours leur part de vérité et d’exagération, d’imagination et de bassesse, d’idéalisme et d’égoïsme. Chaque régime inégalitaire a ses faiblesses et ne peut survivre qu’en se redéfinissant en permanence, souvent de façon conflictuelle et violente, mais également en s’appuyant sur des expériences et connaissances partagées. Toutes les idéologies de l’inégalité et de l’égalité s’appuient notamment sur une théorie de la frontière (quels sont les contours de la communauté humaine et politique à laquelle on se rattache, et comment se gouverne-t-elle en son sein et dans ses relations avec les autres ?) et une théorie de la propriété (qu’a-t-on le droit de posséder, et comment régule-t-on les relations de pouvoir entre les propriétaires et les non-propriétaires ?). Je tente de montrer les multiples déplacements qui s’opèrent au cours de l’histoire sur le plan du régime de frontière et du régime de propriété, et d’analyser les tensions en jeu dans ces processus socio-politiques conflictuels.

    Lire la suite
    _____________________
    _____________________

  • La Vie des idées - Contre les droits héréditaires

    Comment la Révolution française a-t-elle pu, tout en abolissant les privilèges, fonder de nouvelles inégalités ? Thomas Piketty retrace l’histoire des justifications théoriques de la propriété, et propose une nouvelle idéologie de l’égalité sans remettre en question le droit à la propriété privée.

    Le 4 août 1789, l’Assemblée nationale abolit les privilèges, le féodalisme et la société d’ordres. Quelques semaines plus tard, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen est approuvée par les députés ; elle trace les contours d’un nouveau type d’ordre social, politique et juridique fondé sur des droits universels. Ces droits – liberté, sécurité, résistance à l’oppression, liberté d’expression etc. – appartiennent à tous de manière égale et promettent à chacun la plus grande liberté civile possible. Mais l’un de ces droits – la propriété – est, depuis, devenu la source d’importantes inégalités héréditaires croissantes.

    Lire la suite
    ____________________
    ____________________

  • La vie des idées - L’éducation dans « Capital et Idéologie »

    Les partis de travailleurs sont désormais devenus des partis de diplômés et l’essentiel des dépenses éducatives bénéficie aux filières les plus sélectives. Après avoir été un facteur d’égalisation, l’école est désormais un accélérateur des inégalités.

    Les sociétés sociales-démocrates

    sont toutes confrontées, à des degrés divers, à l’accroissement des inégalités. Pour inverser cette tendance, elles doivent aujourd’hui, nous dit Thomas Piketty, « repenser la propriété juste, l’éducation juste, la frontière juste » (p. 58). L’analyse des inégalités d’éducation et de leurs relations avec les inégalités de revenu et de patrimoine occupe ainsi une place centrale dans l’ouvrage, en particulier dans les chapitres consacrés à l’évolution de ces sociétés depuis un siècle.

    Dans le tissage opéré entre réalités économiques et constructions idéologiques, caractéristique de cette vaste fresque, le système éducatif intervient à deux niveaux : pour ses effets objectivables sur la croissance et les revenus individuels, et comme pivot d’une idéologie méritocratique qui tend à légitimer les écarts de richesse. L’éducation, créatrice de richesse, sert aussi de soubassement idéologique aux inégalités : l’apport de l’ouvrage sur les phénomènes éducatifs réside moins dans la description de ces deux aspects de l’éducation, que dans la façon dont l’auteur propose de les mettre en relation. En traduisant en termes économiques les inégalités éducatives – la ventilation des dépenses d’éducation –, en décrivant le « renversement du clivage éducatif » à l’œuvre dans le champ politique – autrement dit la transformation des « partis des travailleurs » en « partis des diplômés » -, Thomas Piketty vient bousculer les récits dominants sur l’histoire récente des systèmes éducatifs occidentaux.

    Lire la suite
    _______________________
    _______________________

  • La Vie des idées - Caste, propriété et inégalités en Inde

    Pourquoi l’Inde, comme ce fut le cas en Europe, en Chine ou au Japon, n’a-t-elle pas amorcé dès la fin du XVIIIe siècle une transition vers la société de propriétaires et l’estompement des inégalités de caste ? La présence coloniale britannique en a décidé autrement.

    Dans Capital et idéologie, Thomas Piketty mobilise le cas de l’Inde pour étoffer deux des principales réflexions autour desquelles est construit son ouvrage. La première renvoie à l’affirmation que « chaque régime inégalitaire repose au fond sur une théorie de la justice » (p. 837). Piketty aborde ainsi la théorie de la justice dans sa version indienne en plaçant au cœur de son analyse l’institution de la caste (chapitre 8 : Sociétés ternaires et colonialisme : le cas de l’Inde). La seconde, plus ancrée dans le XXe et le XXIe siècles, pose la question des conditions rendant possible la formation de coalitions redistributives. Là encore, c’est la question de la caste qui est au centre de ses réflexions, que ce soit par une attention aux politiques de quotas en faveur des groupes de basses castes (réservations) qui ont été le produit de ces coalitions égalitaires ou par une analyse du rôle de la caste dans les dynamiques électorales (chapitre 16 : Social-nativisme : le piège identitaire postcolonial).

    Lire la suite
    _____________________
    _____________________

  • Non Fiction - Mythes et réalités de la transition démocratique en Espagne

    L'Espagne, le Portugal et le Chili ont connu trois expériences particulières de transition vers la démocratie dans les années 1970 dont il convient d'analyser les succès et échecs.

    Sophie Baby* revient ici sur les transitions démocratiques en Espagne et au Portugal. Dans le cas espagnol, la transition démocratique a longtemps été présentée comme un modèle à suivre. Pour autant, sans en faire une période apocalyptique, il convient de nuancer cette image puisque la période voit se superposer une culture du consensus à une culture du conflit. Si en 1982, la victoire du PSOE témoigne d’institutions démocratiques désormais bien ancrées, les sept années écoulées ne doivent plus être vues comme un processus linéaire conduisant inéluctablement à cette ultime étape. Ce thème est étudié en Première dans le cadre de l’Axe 2 du Thème 1 : « Avancées et reculs des démocraties »

    Lire la suite
    ____________________
    ____________________