Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2021

Marianne - Comment allier les Lumières et la pensée écologique ? Entretien avec Corine Pelluchon

Dans son nouveau livre, "Les Lumières à l’âge du vivant", la philosophe revisite l’idéal d’émancipation à l’origine de notre modernité. Et le soumet à un rude examen de conscience. Entretien.

Marianne : Cherchant à nommer notre époque, vous choisissez de l’appeler : « L’âge du vivant ». Qu’entendez-vous par là ?

Corine Pelluchon :L’intérêt croissant des personnes pour le sort des animaux et pour l’écologie et la prise de conscience de notre commune vulnérabilité sont les signes avant-coureurs d’un mouvement profond qui pourrait contribuer à la promotion d’un nouveau modèle de développement et qui suppose une révolution dans la manière de penser notre rapport à nous-mêmes et aux autres, humains et non-humains. D’où l’emploi de cette expression qui désigne une ère nouvelle. J’essaie de l’accompagner en lui donnant une armature conceptuelle cohérente et sans nier l’existence de forces contraires qui témoignent d’une triple domination des autres et de la nature à l’extérieur et à l’intérieur de soi, de l’obsession de la maîtrise, du rejet de l’altérité et de la toute-puissance

Lire la suite
__________________________
__________________________

08:40 Publié dans Idées | Tags : corine pelluchon | Lien permanent

28/02/2021

Le Comptoir - Alain Policar : « Dans le “mouvement” décolonial, la différence est exaltée et l’universalité récusée »

Alain Policar est agrégé de sciences sociales, docteur en science politique et chercheur associé au Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof). Auteur de plusieurs essais, il vient de publier « L’inquiétante familiarité de la race : Décolonialisme, intersectionnalité et universalisme » (Le Bord de l’eau). Il y analyse la banalisation de la notion de “race”, en grande partie due à des militants antiracistes (décoloniaux ou intersectionnels) et plaide pour un renouvellement de l’universalisme et du républicanisme, qui intégreraient mieux la question du racisme.

Le Comptoir : En quoi le décolonialisme pose-t-il problème ?

Alain Policar :  Les propositions du décolonialisme – si toutefois il est fondé de réunir sous ce nom bon nombre de courants fortement distincts – reposent sur une réalité indiscutable : celle de l’existence d’injustices “épistémiques”, c’est-à-dire d’injustices qui se caractérisent par les inégalités d’accès, selon l’appartenance raciale ou de genre, aux positions académiques d’autorité. D’une façon générale, il ne fait aucun doute que la communauté scientifique a, dans le passé, largement légitimé l’idée de la supériorité des hommes sur les femmes, des Blancs sur les Noirs, des “Occidentaux” sur les autochtones, etc. Mais, à partir de ce constat, les décoloniaux refusent la possibilité d’un point de vue universaliste et objectif au profit d’une épistémologie qui aurait “une couleur et une sexualité”.

Lire la suite
____________________________
____________________________

21:00 Publié dans Analyses | Tags : policar | Lien permanent

L’agriculture française peut-elle gagner la bataille de la souveraineté ?

Pandémie oblige, pas de Salon de l’agriculture cette année. Pourtant, l’agriculture, elle passionne ces temps-ci. Le gouvernement s’est rallié au principe de "souveraineté alimentaire" et la société civile elle, exige une agriculture soutenable. De jolis principes, dont les paysans rappellent qu’ils sont la clé de voûte. Et ils souffrent, les agriculteurs, les maraîchers et les éleveurs… Pourquoi ? 

Cette situation inédite s’arrime à une tendance profonde dans la société, toujours plus exigeante dans sa consommation. Alors peut-on imaginer un cercle vertueux qui marierait préservation de l’environnement et bonne santé publique ? Oui, répondent ceux qui sont au centre de l’équation ; agriculteurs, maraîchers et éleveurs… et qui s’étonnent de devoir supporter seuls les efforts d’un virage global. Pour eux, pas de mystère : le soutien à leur profession endommagée est le point de départ.

Pour en parler, Vincent Chatellier, ingénieur de recherche en économie agricole à l'INRA et François Purseigle, sociologue spécialiste du monde agricole, professeur à l'École Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse.

17:27 Publié dans Vidéo | Lien permanent

La Vie des idées - Les inégalités aux rythmes de la financiarisation

À propos de : Ken-Hou Lin, Megan Tobias Neely, Divested. Inequality in the Age of Finance, Oxford University Press

La financiarisation qui envahit aujourd’hui toutes les sphères de l’économie n’est pas un phénomène uniforme et monolithique. C’est en distinguant soigneusement les différents mécanismes par lesquels elle se déploie qu’on pourra comprendre en quoi elle produit des inégalités sociales.

À rebours de l’analyse classique qui fait de la hausse des inégalités contemporaines avant tout le résultat d’un progrès technologique biaisé (soit un type de croissance où la demande de travail qualifié augmente plus vite que son offre), l’ouvrage Divested. Inequality in the Age of Finance propose une autre piste d’explication. L’augmentation des inégalités résulte de la financiarisation de l’économie entendue non seulement comme une croissance rapide de l’activité du secteur financier, mais aussi comme le résultat d’une transformation financière des revenus, de l’investissement, de l’endettement et de l’épargne des autres acteurs de l’économie, notamment des entreprises non-financières et des ménages. Ken-Hou Lin et Megan Tobias Neely proposent ainsi une synthèse cohérente et inspirante des travaux des quinze dernières années sur la financiarisation, tout en ajoutant aussi des perspectives nouvelles sur certaines de ses dimensions les moins étudiées comme la dette étudiante ou la crise des retraites par capitalisation.

Lire la suite
___________________________
___________________________

14:19 Publié dans Analyses | Tags : inegalites | Lien permanent

Hémisphère Gauche - Pour une garantie à l’emploi vert  Par l’institut Rousseau et Hémisphère gauche

Le chômage est une épreuve. Pour qui est privé d’emploi, sa prolongation constitue une expérience d’autant plus difficile que le travail utile à la société est inépuisable. Comment qualifier une société qui condamne des millions de gens à « l’inutilité » ? Comment accepter un phénomène de marginalisation sociale à grande échelle ? L’habitude du chômage nous fait parfois oublier à quel point il est une absurdité. Le chômage, au sens moderne du terme, est la privation d’un emploi salarié. Il naît avec l’essor du salariat et les premières crises du capitalisme industriel au XIXème siècle. Il se « massifie » au crépuscule des Trente Glorieuses, pour atteindre des taux oscillant entre 7 et 11 % de la population active française. Aucun gouvernement n’en est venu à bout.

Nous nous accommodons trop souvent du chômage de masse. Il ne serait, finalement, qu’une variable d’ajustement douloureuse en période de crise, le pendant négatif d’un modèle économique par ailleurs vertueux. En dépit de sa nécessité, l’assurance chômage contribue à entretenir cette apparence de normalité. Comme son nom l’indique, elle assure les personnes contre un nouveau risque créé par la société industrielle. Pourtant, le chômage de longue durée provoque la dissolution du lien social. En France, il est plus élevé que la moyenne des pays développés.

Lire la suite
___________________________
___________________________

11:16 Publié dans Analyses | Lien permanent

Replay #Liveduprojet​​​ : Investir dans la mutation écologique

09:23 Publié dans Vidéo | Tags : ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

27/02/2021

France Culture - Islamo-gauchisme : entre opportunisme politique et débat scientifique

En demandant une enquête sur l’islamo-gauchisme à l’université, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a suscité un tollé dans les rangs des chercheurs et des enseignants et ouvert la boîte de Pandore. Que recouvre ce néologisme polémique, tout à coup légitimé par son usage ministériel ? Un "fait social indubitable" comme l’assure le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, ou un "thème complotiste" comme le disent des centaines de chercheurs et enseignants dans une tribune ?  

La controverse, en tout cas, se déplie et n’en finit pas de faire réagir. Elle pose la question grave des libertés académiques et remet sur la table le sujet de la pertinence des études postcoloniales. Dans les cercles universitaires et dans l’arène politique, on s’accuse maintenant du pire : les uns feraient le lit d’un islamisme conquérant, les autres ouvriraient un boulevard à l’extrême droite. 

Avec nous pour en parler, Sylvain Bourmeau, journaliste, fondateur et directeur de la revue "AOC" et Alain Policar, chercheur associé au Cevipof, auteur de “L’inquiétante familiarité de la race - Décolonialisme, intersectionnalité et universalisme” (Le bord de l’eau).

21:00 Publié dans Analyses, Vidéo | Tags : islamo-gauchisme | Lien permanent

Fondation Jean Jaurès - Régulation des plateformes numériques : prendre leur pouvoir au sérieux

Alors que les plateformes numériques occupent une place prépondérante dans l’économie numérique et a un impact sur notre vie démocratique, la Commission européenne a présenté de nouvelles mesures pour une meilleure régulation au sein du Digital Services Act et du Digital Market Act en décembre dernier. Justin Nogarede, chargé des questions numériques à la Fondation européenne d’études progressistes (FEPS), fait le point sur le cadre juridique existant au sein de l’Union européenne et soumet des recommandations, en partenariat avec la Fondation Friedrich-Ebert, la Fondation Pablo Iglesias et la Fondation Pietro Nenni.

Lire la suite
________________________
________________________

17:35 Publié dans Analyses | Tags : fondation jean jaures | Lien permanent

Tribune de Lyon - Régionales. Jean-François Debat (PS) : « Les oukazes ne font pas les unions. On attendra dix jours, pas plus »

Lilian Renard - 26 février 2021

Face aux Verts, les socialistes de la région Auvergne Rhône-Alpes se sont visiblement répartis les rôles. À Najat Vallaud-Belkacem les rondeurs évasives, à Jean-François Debat les protestations incisives. Good cop, bad cop en somme, dans un pas-de-deux difficile avec les écologistes qui, jeudi, ont sorti des cartons une consultation citoyenne pour appeler à l’union… derrière leur candidate Fabienne Grebert. Le rassemblement à gauche face à Laurent Wauquiez semble encore loin.

NVB a donc d’abord souhaité retenir la première partie de la proposition des Verts en faveur d’un rassemblement, saluant un «  choix qui témoigne d’un esprit de responsabilité […] pour la réussite d’une force politique commune ». Un service plutôt minimum…. Et puis Jean-François Debat s’est chargé, lui, de dézinguer la second élément de l’offre, à savoir la priorité politique revendiquée par les écologistes. 

Lire la suite
_________________________
_________________________

14:15 Publié dans Article du jour | Lien permanent

Tribune de Lyon - Lyon-Turin : la Métropole de Lyon renouvelle son adhésion au Comité pour la Transalpine

Rodolphe Koller - 26 février 2021

Après une entrée en matière absolument glaciale, les relations se réchauffent entre la Métropole de Lyon et le Comité pour la Transalpine.

Sitôt élus, les Verts avaient été sommés par leur opposition de prendre position pour ou contre la liaison ferroviaire à grande vitesse entre Lyon et Turin, avant d’engager un bras de fer verbal avec le groupe de soutien à l’infrastructure qui était allé jusqu’à la menace d’un retrait de l’association.

Lire la suite
______________________
______________________

11:17 Publié dans Article du jour | Lien permanent