Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2017

Deuil national - Le billet de Nicole Ferroni

11:21 Publié dans Humour | Tags : johnny, macron | Lien permanent

France Info - Dussopt chez Macron : "C'est comme s'il venait nous cracher au visage", déplore Boris Vallaud

Boris Vallaud, député Nouvelle gauche des Landes, invité de franceinfo lundi 4 décembre, a vivement réagi à l'entrée au gouvernement d'Olivier Dussopt, maintenant ex-député PS de l'Ardèche. "Je ne m’y attendais pas", a-t-il déclaré. "Nous sommes 30 dans le groupe à l'Assemblée nationale, à se serrer les coudes", a-t-il ajouté. "C'est comme s'il venait nous cracher individuellement au visage (...) Malheureusement je ne découvre pas qu’on est prêt à se vendre pour un plat de lentilles. La jouer perso, ce n’est pas trop correct vis-à-vis des collègues", a poursuivi Boris Vallaud.

Lire la suite
__________________
__________________

05/12/2017

Conversations avec Anna Cabana : Jean-Noël Jeanneney et Olivier Faure

Jean-Noël Jeanneney, historien et ancien secrétaire d'État à la communication, était l’invité d’Anna Cabana, dans Conversations, ce lundi 4 décembre 2017, sur i24NEWS. Il est venu présenter son livre "Le moment Macron" (Éd. du Seuil). Nous avons aussi reçu Olivier Faure, député PS de la Seine-et-Marne et président du groupe Nouvelle gauche à l'Assemblée nationale. L’occasion d’évoquer l’avenir du Parti socialiste.

Le Monde - Une exposition sur les « martyrs » fait scandale à Berlin

Présentée par un collectif danois, elle met sur le même plan Socrate, Martin Luther King et l’un des auteurs de l’attaque du Bataclan ou Mohammed Atta, le chef du commando du 11-Septembre.

Il y a Socrate, sainte Apolline d’Alexandrie et Martin Luther King. Et puis, il y a Ismaël Omar Mostefaï, l’un des trois terroristes qui ont attaqué le Bataclan, le 13 novembre 2015, laissant derrière eux 90 morts. Tous sont placés sur le même plan dans une exposition intitulée « Musée des martyrs », imaginée par Ida Grarup Nielsen et Henrik Grimbäck, deux artistes danois, membres du collectif The Other Eye of the Tiger (L’Autre œil du Tigre) et présentée à Berlin. Inaugurée la semaine dernière et prévue pour durer jusqu’à mercredi, elle suscite l’indignation, en Allemagne comme en France.
 
Lire la suite
__________________
__________________

22:38 Publié dans International | Lien permanent

1995, Benoît Hamon, le chauffeur de salle (INA, 1995)

BFMTV - Le jour où Hollande a renoncé

C'est une journée qui a peut-être tout changé. C'était le premier décembre il y a un an. François Hollande s'adressait aux Français. Il annonçait à la surprise générale qu'il ne se représenterait pas. C'était une première pour un président en exercice de la Vème République. Retour sur les coulisses d'une décision historique. Comment l'ancien chef de l'État a-t-il pris cette décision ? Qui était dans la confidence ? Et surtout, pourquoi a-t-il renoncé ? - 7 jours BFM, du samedi 2 décembre 2017, sur BFMTV.

Le Lab - Rachid Temal explique très sereinement que les socialistes qui rejoignent Génération.s ne sont plus membres du PS

L'Ancien Monde est sur la défensive. À droite, le parti Les Républicains exclut ceux qui ont rejoint le gouvernement ou Agir (ex-les Constructifs). À gauche, le PS renvoie ceux qui rejoignent le gouvernement ou le mouvement de Benoît Hamon Génération.s.

C'est du moins ce qu'annonce Rachid Temal ce dimanche 3 décembre sur Radio J. Sont évoqués les cas de deux socialistes : le député Régis Juanico, proche de Benoît Hamon, et le conseiller départemental de la Seine-Saint-Denis Mathieu Hanotin, ancien co-directeur de la campagne du candidat à la présidentielle. Ce dernier était même présent samedi 2 décembre à la journée de fondation de Génération.s.

Lire la suite
__________________
__________________

OFCE : Une nouvelle Grande Modération ?

27 novembre 2017

Département analyse et prévision

Ce texte s’appuie sur les perspectives 2017-2019 pour l’économie mondiale et la zone euro dont une version complète est disponible ici.

Dix ans après l’éclatement de la crise financière, pendant l’été 2007, l’économie mondiale semble enfin s’engager sur une trajectoire de croissance plus solide et commune aux pays industrialisés comme à la plupart des pays émergents. Les chiffres du premier semestre 2017 indiquent en effet une accélération de la croissance mondiale, ce qui devrait se traduire par une hausse du PIB de 3,3 % sur l’ensemble de l’année, en hausse de 0,3 point par rapport à l’année précédente. Certes, quelques incertitudes demeurent, sur l’issue du Brexit ou encore la capacité des autorités chinoises à maîtriser le ralentissement de leur économique mais il s’agit d’une forme d’incertitude irréductible et caractéristique du système économique, soumis à des chocs politiques, technologiques, économiques et financiers[1]. Au-delà de ces risques, qu’il ne faut pas sous-estimer, se pose la question de la capacité des économies à réduire les déséquilibres hérités de la crise. Si la croissance actuelle permet de réduire le taux de chômage ou d’améliorer le taux d’emploi, encore faut-il que ce régime soit durable pour retrouver le plein-emploi, réduire les inégalités, favoriser la réduction de la dette.

Lire la suite
___________________
___________________

06:24 Publié dans Analyses | Tags : ofce | Lien permanent

04/12/2017

Libé - En Israël, la corruption met la gauche dans la rue

Samedi, 20 000 manifestants se sont réunis à Tel-Aviv contre la «corruption» du gouvernement Nétanyahou, alors qu'un projet de loi décrit par l'opposition et la presse comme un bouclier censé protéger le Premier ministre des affaires le touchant doit être voté lundi. Face à la gronde, Nétanyahou a demandé dimanche à ce que cette loi ne s'applique pas à sa personne.

Lire la suite
_________________
_________________

22:28 Publié dans International | Tags : israel | Lien permanent

Un peu d'histoire - Benoit Hamon au congrès national du MJS (INA, 1995)

Extrait d'un reportage consacré au deuxième congrès national du Mouvement des Jeunes Socialistes qui a débuté cet après-midi à la Faculté des Lettres d'Orléans. 400 participants ont exprimé leur volonté de donner un nouvel élan à la gauche et se sont positionnés par rapport aux mouvements sociaux. Benoît Hamon, président national du MJS, pense qu'Alain Juppé doit démissioner