Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2019

Guillaume Garot : grand débat national, comment avoir confiance ?

10:30 Publié dans Vidéo | Tags : garot, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

08/02/2019

Le vent se lève - « La crise catalane a déclenché l’émergence de Vox » – Entretien avec Guillermo Fernandez

Le volcan espagnol s’est réveillé. À la suite des élections andalouses, la situation est plus fluide que jamais. Podemos reflue, l’extrême droite de Vox émerge, Ciudadanos se renforce. Les élections du mois du mai, régionales, municipales et européennes, vont être décisives et bouleverser les rapports de force dans le pays. Nous avons voulu interroger Guillermo Fernandez, doctorant en science politique, spécialiste de Podemos et des extrêmes droites européennes. Traduction réalisée par Maria Laguna Jere

Le Vent Se Lève – L’Espagne est en train de vivre un moment politique inattendu. Les élections andalouses ont consacré l’émergence du parti d’extrême droite Vox qui a fait un score de 11% et obtenu 12 sièges. Jamais depuis la transition démocratique l’extrême droite ne s’était constituée en force autonome. Quelles sont les causes de ce vote ?

Guillermo Fernandez – Les causes sont sûrement multiples et il n’est pas facile de tout résumer : démobilisation de la gauche, fatigue politique après presque quarante ans de gouvernement ininterrompu du PSOE en Andalousie, sensation de blocage, et crise territoriale en Catalogne.

Lire la suite
___________________
___________________

22:30 Publié dans Analyses | Tags : podemos, psoe | Lien permanent

Public Sénat - Le grand débat d’Emmanuel Macron : Patrick Kanner envisage de saisir le CSA

17:45 Publié dans Vidéo | Tags : kanner, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

Alternatives Economiques - Maigre bilan pour les baisses des cotisations

Les politiques d’allègements de cotisations sociales se succèdent, mais les créations d’emploi, ou les exportations, ne sont pas pour autant au rendez-vous.

Sous le titre Baisses de charges : stop ou encore ?, une note du Conseil d’analyse économique (CAE) vient de proposer « d’abandonner les baisses de charges au-dessus de 2,5 Smic voire 1,6 Smic ». Mais leur efficacité – du point de vue de l’emploi et de la compétitivité – est-elle vraiment démontrée en dessous de ces seuils ?

Depuis 1993, les allègements de cotisations sociales se sont succédé, et les derniers gouvernements n’ont pas fait exception. A l’initiative de François Hollande, le CICE est instauré en 2013 sous forme d’un crédit d’impôt calculé en pourcentage des rémunérations n’excédant pas 2,5 fois le Smic, soit 4 % en 2013, 6 % de 2014 à 2016, 7 % en 2017 et enfin 6 % en 2018. A cela s’ajoute, à partir de 2015, le pacte de responsabilité qui réduit le taux de cotisations d’allocations familiales de 1,8 point pour les rémunérations n’excédant pas 1,6 Smic ; cette baisse a été étendue jusqu’à 3,5 Smic à partir du 1er avril 2016.

Lire la suite
__________________
__________________

17:25 Publié dans Analyses | Lien permanent

Le Monde - La méritocratie est la « bonne conscience des gagnants du système »

David Guilbaud, énarque issu de la classe moyenne, déconstruit le mythe d’un système scolaire français qui permettrait l’ascension sociale.

Le principe méritocratique agit comme une fiction très puissante, notamment parce qu’il donne « bonne conscience » aux gagnants du système. C’est ce que démontre David Guilbaud, 26 ans, haut fonctionnaire, ancien élève de Sciences Po et de l’ENA, dans l’essai L’Illusion méritocratique, publié fin 2018 chez Odile Jacob. Originaire de Rennes, David Guilbaud est issu de la classe moyenne, avec un père cadre qui a connu de longues périodes de chômage et une mère qui a débuté des études supérieures sur le tard. Il raconte son expérience et son apprentissage des codes de « l’élite » parisienne.

Lire la suite
__________________
__________________

14:20 Publié dans Analyses | Tags : meritocratie | Lien permanent

07/02/2019

Le Monde - Sebastian Roché : « En France, la démocratisation de la police n’est pas achevée »

Pour le directeur de recherche au CNRS, la police française est au service du gouvernement et pas du citoyen, contrairement à d’autres pays d’Europe.

Sebastian Roché, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), est un spécialiste de la police. Il a notamment publié De la police en démocratie (Grasset, 2016). Pour le chercheur, nier les violences policières comme le fait le ministre de l’intérieur Christophe Castaner est une conception contestable de la protection des droits fondamentaux. Et l’idée que le maintien de l’ordre « à la française » est un modèle dans le monde n’a pas de base sérieuse.

Lire la suite
__________________
__________________

Le PS de donne jusque début mars pour trouver des alliés

PARIS (Reuters) - Le Parti socialiste se donne jusque début mars pour tenter de trouver une union à gauche autour de combats communs, comme le souhaite le premier secrétaire Olivier Faure, a déclaré mercredi le député PS Boris Vallaud.

Si nécessaire, Olivier Faure se présentera à la tête de la liste socialiste, a ajouté le porte-parole du groupe à l'Assemblée nationale.

"Est-ce que le Parti socialiste pourrait partir seul avec un premier secrétaire qui prendrait ses responsabilités en conduisant la liste ? Je vous dis que oui. Est-ce que c'est notre aspiration première ? Je vous dis que non", a dit Boris Vallaud lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes parlementaires.

Lire la suite
_________________
_________________

Marietta Karamanli : nous voterons contre la proposition de loi "anti-casseurs"

18:46 Publié dans Vidéo | Tags : ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

Non Fiction - S’ouvrir davantage, favoriser une immigration qualifiée et diverse

A un moment où l'immigration est devenue un sujet très polémique, l'aborder en mobilisant les outils de l’analyse économique permet de questionner certaines opinions ou positions en introduisant une rigueur dans le raisonnement et une attention aux effets significatifs. Ainsi, dans un petit opus du Cepremap, Repenser l’immigration en France. Un point de vue économique, Hillel Rapoport, professeur à l’Ecole d’économie de Paris, explique qu’il existe plusieurs façons d’aborder la question de l’immigration sous l’angle économique.

La première façon, essentiellement statique ou court-termiste, s’interroge sur les effets de l’immigration sur les salaires et l’emploi des natifs, ou encore sur les comptes publics. Ces effets apparaissent alors, dans l’ensemble, plutôt modestes. Les effets de complémentarité entre travailleurs immigrés et natifs limitent les effets de substitution qui peuvent exister sur le marché du travail, de sorte que, tant les baisses de salaires que les augmentations du taux de chômage qui peuvent éventuellement en résulter, restent très limitées. De même, concernant les comptes publics, la surreprésentation des immigrés dans la population active vient-elle contrebalancer l’éventuel surcoût qu’ils représentent pour certaines branches de la protection sociale.

Lire la suite
__________________
__________________

14:23 Publié dans Analyses | Tags : immigration | Lien permanent

Jean Gadrey - Macron et sa détestation des chômeurs et des pauvres. Pourquoi ?

 Pourquoi Emmanuel Macron et l’oligarchie au pouvoir expriment-ils tant de mépris voire de hargne vis-à-vis de millions de gens en grande difficulté ? Pourquoi les désigner comme responsables de leur chômage et de leur pauvreté ? Quel bénéfice les élites néolibérales attendent-elles de ces accusations répétitives blessantes (voir le billet précédent) ?

Il existe différentes explications complémentaires. Mais avant d’y venir, il faut faire un détour vers le parcours qui a conduit Macron à devenir « le Président des riches ».

MACRON COMME FONDÉ DE POUVOIR DES MILIEUX D’AFFAIRES

C’est sans doute l’explication la plus fréquente de la politique du Président comme de ses propos anti-pauvres. Elle est juste, mais elle ne suffit pas. On la trouve fort bien démontrée par les sociologues Pinçon-Charlot dans leur dernier livre, Le Président des ultra-riches (La Découverte). On doit à ces derniers cette formule choc qui peut sembler simpliste, mais leur analyse d’ensemble la justifie : « C’est Macron le capitaliste en chef qui mène la guerre des classes » (interview dans Libération).

Lire la suite
__________________
__________________

08:45 Publié dans Tribune | Tags : gadrey, macron | Lien permanent