Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2019

L'actualité des socialistes du 22 au 28 novembre

A LA UNE

Libé - Marche #NousToutes : «Etre ici, c'est comme un cri de rage»

A l'appel du collectif féministe, plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées ce samedi dans les rues de Paris pour «dénoncer l'impunité des agresseurs» et réclamer plus de moyens pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles.

De mémoire de militante, elle n’a «jamais vu de manif aussi énorme». «Voir ça de mon vivant, c’est tout simplement extraordinaire», enthousiasme-t-elle, émue. Et d’ajouter: «Enfin #MeToo arrive en France». A 71 ans, l’écrivaine et militante féministe Florence Montreynaud, initiatrice, entre autres, du manifeste des Chiennes de garde, paru il y a vingt ans, s’est jointe à la marche contre les violences sexistes et sexuelles organisée ce samedi à Paris par le mouvement #NousToutes.

CLIMAT

Le Monde - Concentration record de gaz à effet de serre en 2018 et « aucun signe de ralentissement »

Selon l’Organisation météorologique mondiale, « la dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable, c’était il y a 3 à 5 millions d’années ».

Les principaux gaz à effet de serre (GES) à l’origine du réchauffement climatique ont franchi de nouveaux records de concentration en 2018, a mis en garde l’Organisation des Nations unies (ONU), lundi 25 novembre. « Il n’y a aucun signe de ralentissement, et encore moins de diminution, (…) malgré tous les engagements pris au titre de l’accord de Paris sur le climat », a pointé le secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), Petteri Taalas, à l’occasion de la publication du bulletin annuel de l’instance sur le sujet.

PORTRAIT SOCIAL

France Info - Temps de travail, niveau de vie, immigration... Comment la société française a évolué depuis quarante ans

L'Insee brosse un "portrait social" de la France basé sur une série de statistiques concernant la qualité de vie, la répartition du travail ou encore l'évolution de l'immigration. 

Une étude d'une ampleur impressionnante. L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a dévoilé mardi 19 novembre son rapport annuel "France, portrait social", qui se penche sur l'évolution de la société depuis le milieu des années 1970. 

Ce document de 290 pages se penche sur quarante ans d'évolution de la population française en termes de démographie, de temps de travail, d'inégalités ou encore de niveau de vie. 

PS

France Info - "Gilets jaunes" : "Quel est ce gouvernement qui accepte que la liberté publique ne soit plus garantie ?", s'insurge Olivier Faure

Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste, est l'invité de l'émission "Dimanche en politique", dimanche 24 novembre.

À l'évocation du "gilet jaune" Manuel, blessé par une grenade à Paris le 16 novembre, Olivier Faure est intransigeant avec le gouvernement : "Quel est ce pays dans lequel, semaine après semaine, des manifestantes et des manifestants se retrouvent avec un œil en moins ? Quel est ce gouvernement qui accepte que la liberté publique ne soit plus garantie ? Je ne peux qu'être solidaire avec ces hommes et ces femmes qui, depuis un an, disent leur colère, et le font malheureusement dans des conditions où la puissance publique n'est plus en mesure d'assurer leur sécurité".

20 minutes - Grève du 5 décembre : Le PS appelle ses sympathisants à manifester

CORTEGE Olivier Faure, premier secrétaire du parti, estime que « il n'y a qu'un régime spécial que les manifestants veulent abolir, tout de suite, celui des grandes fortunes »

Le Conseil national du parti socialiste, réuni samedi à Paris, a appelé à l’unanimité ses sympathisants à participer à la manifestation du 5 décembre. « Le Parti socialiste apporte son soutien à la manifestation du 5 décembre (contre le projet de réforme des retraites) et appelle ses sympathisants à se joindre aux cortèges », à Paris et en province, indique la résolution du PS.

A Emmanuel Macron, qui a réduit cette manifestation à la défense des régimes spéciaux, Olivier Faure, premier secrétaire du parti, a répondu : « Il n’y a qu’un régime spécial que les manifestants veulent abolir, tout de suite, celui des grandes fortunes », qui sont « renforcées », selon lui, par la politique du président.

JEUNESSE

Fondation Jean Jaurès - Jeunes des villes, jeunes des champs : la lutte des classes n’est pas finie, Salomé Berlioux, Jérôme Fourquet, Jérémie Peltier

Afin d’objectiver une situation encore peu connue, Chemins d’avenirs, la Fondation Jean-Jaurès et l’Ifop ont interrogé les jeunes Français de 17 à 23 ans sur leurs choix d’orientation et leur rapport à l’avenir. Résultat ? Les origines géographiques et sociales continuent d’influer fortement sur la projection de ces jeunes vers l’avenir, sur leur degré d’ambition et sur l’autocensure qu’ils développent, de manière plus ou moins consciente, en fonction de leur milieu d’origine et de leur lieu de résidence.

Il y a un an, naissait une révolte sociale inédite qui allait bousculer l’agenda politique et médiatique et laisser des traces profondes dans le pays.

Beaucoup a été dit et écrit sur la fracture que révélait la crise des « gilets jaunes » entre grandes métropoles et territoires périphériques. Nombre d’analyses sociologiques ont notamment montré que les manifestants étaient, au moins lors des « premiers actes », en grande partie issus de cette France des villes moyennes et des petites villes

INEGALITES

Observatoire des inégalités - Les milliardaires représentent un millionième de l’humanité

Combien de milliardaires dans le monde ? Statistique malaisée, mais ordre de grandeur simple : moins d’une personne sur un million. Une analyse de Julien Damon, sociologue, extraite d’une chronique du magazine Le Point.

Les milliardaires fascinent ou agacent. C’est selon. La connaissance de leurs situations passe par des bases de données et des classements qui font souvent la couverture des journaux. Ces informations ne captent pourtant qu’une partie de la réalité. Protection de la vie privée et, surtout, opacité dans de nombreux pays, empêchent d’établir un indiscutable tableau.

Observatoire des inégalités - Jeux d’argent : un impôt sur la fortune du pauvre

Analyses 14 novembre 2019

Les dépenses en jeux d’argent pèsent sur les plus pauvres et les moins diplômés. L’État, autorité de tutelle du secteur et principal actionnaire de la Française des Jeux, exploite l’espoir illusoire d’un gros lot. L’analyse et les propositions de Quentin Duroy et Jon D. Wisman, économistes.

Les recettes publiques issues des produits de la Française des Jeux (FDJ), du Pari Mutuel Urbain (PMU), des jeux en ligne et des casinos s’apparentent à un impôt « régressif » [1]. Les ménages les plus démunis y laissent en effet à l’État un pourcentage de leurs revenus supérieur à celui des catégories aisées. Les plus défavorisés jouent davantage et, de fait, payent cet impôt sur la base d’une promesse illusoire d’un futur meilleur. Le développement incontrôlé des jeux d’argent nourrit les recettes fiscales de l’État censé réguler ces activités, mais pèse toujours plus lourd sur les revenus des moins favorisés.

MUNICIPALES

Fondation Jean Jaurès - Élections municipales : la fin du nouveau monde, Jean-Philippe Derosier

Le constitutionnaliste Jean-Philippe Derosier, professeur de droit public à l’université de Lille, auteur du blog La Constitution décodée, revient dans sa contribution d’une série réalisée en partenariat avec L’Hétairie sur les enjeux « des plus locales » des élections. 

Les plus locales des élections présentent un enjeu éminemment national. Tel est le cas des élections municipales et celles des 15 et 22 mars 2020 ne dérogent pas à la règle.

Le président de la République ne s’y est d’ailleurs pas trompé, en cherchant à cajoler les maires lors de leur Congrès la semaine dernière, alors qu’il les avait ignorés l’an passé, dans un contexte de crise faisant que son absence avait été particulièrement remarquée.

L’enjeu politique de ces élections est fondamental, pour toutes les forces politiques en présence.

Il s’agit d’abord des véritables élections de mi-mandat, temporellement et politiquement. Au regard du calendrier, elles interviennent trois ans après l’élection de la nouvelle majorité et deux ans avant la fin de son mandat. Suffisamment de temps est passé pour juger efficacement d’éventuels résultats et il en reste encore assez pour tenir compte du message qui pourrait être envoyé par les électeurs.

SOCIETE CIVILE

France Culture - Pourquoi la société civile ne doit pas gouverner

Le label "issu de la société civile" est brandi aujourd'hui comme gage de légitimité, d'efficacité, d'authenticité politique. Mais pourquoi venir de la société civile serait-il forcément mieux pour gouverner ? Veut-on tous tous la même chose ? Etre gouverné par quelqu'un comme soi ?

Lundi 21 octobre, 8h30 environ, j’écoutais la radio et j’ai entendu l’eurodéputée de la France Insoumise, Manon Aubry, grande invitée de la matinale de France Inter. Et elle a employé ce terme devenu désormais un élément de langage : la société civile.
Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, on s’est habitué à ce terme et on en a une idée, au moins vague…

En faisant quelques recherches, il est de toute façon facile de trouver des articles et des livres (notamment ceux de Gautier Pirotte, Dominique Colas ou Pierre Rosanvallon) qui en retracent la généalogie et les usages : son apparition dans le sillage du protestantisme luthérien, son utilisation actuelle par Jean-Pierre Raffarin, le mouvement En Marche ou les ONG, sans oublier son traitement incontournable par Hegel, Tocqueville et Marx.

FEMINISME

À propos de : Christine Bard, Mélissa Blais et Francis Dupuis-Déri (dir.), Antiféminismes et masculinismes d’hier et d’aujourd’hui, Puf

Paradoxalement, ce sont les adversaires du féminisme qui ont créé le nom. L’histoire des féminismes est ainsi étroitement liée à l’antiféminisme : un ouvrage interdisciplinaire en retrace les parcours parallèles.

Face aux progrès en matière d’égalité femme-homme, il est parfois tentant d’oublier que le féminisme est toujours confronté à des opposants influents et puissants. Étudiés dans cet ouvrage sous le terme « antiféministe », ces adversaires ont réussi dès leurs débuts à marquer durablement la lutte pour l’égalité. Le mot féminisme est lui-même issu de cette mouvance antiféministe, puisque dès 1872, Alexandre Dumas fils répand le terme pour désigner ce qu’il appelle « l’entreprise de négation » de la différence naturelle entre les sexes (p. 9). Ironiquement, ce sont donc ses adversaires qui ont créé le terme féminisme avant que les suffragettes françaises se le réapproprient sous la plume d’Hubertine Auclert en 1882.

LYON

Les Echos - La Ville de Lyon épinglée sur ses ressources humaines et les clubs sportifs

Le troisième rapport de la Chambre Régionale des Comptes sur les mandatures successives de Gérard Collomb, sorti au beau milieu d'une campagne électorale tendue, s'attarde sur les lacunes dans la gouvernance des arrondissements, le contrôle du temps de travail et la commande publique. Les relations avec le club du LOU Rugby et le cas d'une ex-compagne du maire cristallisent les critiques de l'opposition.

00:00 Publié dans Revue de presse | Lien permanent

03/12/2019

Retraites : "La question de la pénibilité est la seule question qui vaille" pour Olivier Faure

Olivier Faure, député de Seine-et-Marne et premier secrétaire du Parti socialiste est l'invité du grand entretien à 8h20.

La Presse.ca - Métaux rares: le côté sombre de la transition énergétique

Ils portent des noms comme vanadium, lutécium, antimoine, cobalt ou lanthane. Ces métaux rares font fonctionner autant nos téléphones mobiles que les batteries des voitures électriques, les panneaux solaires et les éoliennes. Dans un livre intitulé La guerre des métaux rares – La face cachée de la transition énergétique et numérique, le journaliste français Guillaume Pitron braque les projecteurs sur la position dominante de la Chine dans ce marché… et sur les dommages environnementaux qui en découlent. Entretien.

Lire la suite
________________
________________

 

13:44 Publié dans Article du jour | Tags : metaux rares | Lien permanent

Observatoire des inégalités - Comment évolue la part des revenus captée par les riches ?

Données 22 novembre 2019

Les 10 % les plus aisés reçoivent un tiers de l’ensemble des revenus avant impôt. Le 1 % le plus riche en touche 11 %. Une part qui augmente depuis le début des années 1980.

Les 10 % les plus riches reçoivent près d’un tiers du total des revenus en France [1], avant impôts et prestations sociales (données 2014). C’est beaucoup moins qu’au début du XXe siècle, quand ils en recevaient la moitié. Leur part s’est érodée lors des deux grandes guerres mondiales et sous l’effet de la crise des années 1930. Elle est remontée au cours des vingt premières années des Trente Glorieuses : la très forte croissance des revenus de cette période a d’abord profité aux plus aisés.

Lire la suite
_________________
_________________

 

08:42 Publié dans Analyses | Tags : observatoire des inégalités | Lien permanent

02/12/2019

Anneau des Sciences : David Kimelfeld explique pourquoi il ne le fera pas

22:30 Publié dans Vidéo | Tags : kimelfeld | Lien permanent

Pourquoi le gouvernement baisse la redevance audiovisuelle ?

Le sénateur PS, David Assouline, rapporteur de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication est l'invité de Sonia Devillers.

20:50 Publié dans Vidéo | Tags : assouline | Lien permanent

Capitalisme : le temps des ruptures 1/3 - Crise idéologique et dérive de la finance [M.Aglietta]

Xerfi Canal a reçu Micheil Aglietta, économiste, conseiller scientifique au CEPII et professeur émérite à l'Université Paris Ouest, dans le cadre de son livre Capitalisme: Le temps des ruptures . Une interview menée par Laurent Faibis.

18:20 Publié dans Vidéo | Tags : aglietta | Lien permanent

La vie des idées - Le rappel des nations démocratiques

À propos de David Djaïz, Slow Démocratie. Comment maîtriser la mondialisation et reprendre notre destin en main, Allary Éditions

Le nouveau grand compromis à inventer entre capitalisme, démocratie et système-Terre passera, selon David Djaïz, par une réhabilitation de la nation démocratique, vecteur premier des solidarités sociales et territoriales et seule à même de décélérer la mondialisation.

Après une exploration de la notion de guerre civile dans La Guerre civile n’aura pas lieu, un premier essai publié aux éditions du Cerf en 2017, David Djaïz engage avec Slow Démocratie une réflexion d’ensemble sur la crise du capitalisme démocratique qu’il articule de manière originale avec une acception positive de la nation. Loin du commerce des jeunes conservateurs choyés par des médias en mal de polémiques faciles, les éditions Allary offrent à D. Djaïz l’espace d’une plongée dans les matérialités historiques de notre époque et ses conséquences politiques, sociales et territoriales. Mais loin de se satisfaire du constat alarmant d’une montée inexorable des populismes, D. Djaïz formule la possibilité collective d’une voie de dégagement : celle du recentrement – et non pas du repli – autour de la nation démocratique comme lieu premier des solidarités sociales et territoriales.

Lire la suite
________________
________________

08:17 Publié dans Idées | Tags : djaïz | Lien permanent

01/12/2019

Conseil économique social et environnemental : La Session #3 en 5' - Convention citoyenne pour le climat

Retour sur la session #3 de la convention citoyenne pour le climat. Rencontres, échanges et pistes de réflexions.

15:02 | Lien permanent

Intervention de Gilles Pargneaux dans le débat sur l'escalade entre Israël et la Palestine