Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2017

L'actualité des socialistes du 10 au 16 mars (revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

La Montagne - Présidentielle, Le PS s’est détruit à l’épreuve du pouvoir Par Rémi Lefebvre

Les classes populaires ne se reconnaissent plus dans la gauche ; la gauche non plus d’ailleurs : le Parti socialiste leur préfère ouvertement les classes moyennes.

Le divorce entre la gauche et les classes populaires semble consommé. Rémi Lefebvre, professeur de science politique à Lille 2, revient sur les raisons de cette désunion.

Fondation Jean Jaurès - Gilles Finchelstein : Comprendre en deux graphiques le succès d’Emmanuel Macron

I - Le positionnement relatif des candidats

Il a été demandé aux Français d’attribuer une note sur une échelle allant de 0 à 10 pour positionner[1] sur une échelle gauche-droite chacun des candidats. C’est un exercice qui est couramment pratiqué et il est toujours frappant de constater la finesse de ces jugements construits à partir de ce que les Français perçoivent d’un responsable politique, de son parcours, de ses projets, de ses déclarations, de son attitude, de son style.

Fondation Jean Jaurès,  Adrien Abecassis, Chloé Morin, Emmanuel Rivière - Qui sont les indécis ?

Cette campagne présidentielle est marquée par une volatilité inédite des électorats. Nul ne saurait à ce stade prédire son issue. Mais il existe une méthode qui rend mieux compte des structures que les fluctuantes intentions de vote tout en analysant les dynamiques : ce qu’on appelle les « probabilités de vote ». Pour cette présidentielle, on distingue alors neuf électorats ayant des comportements de vote très différents : cinq sont solidement arrimés à un candidat et à un seul, quatre sont indécis.

SONDAGES

Paris Match

Les Echos

Le Monde - L’abstention, premier parti de la jeunesse ?

Selon une étude IFOP pour l’Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes, l’abstention s’élèverait à 52 % chez les 18-25 ans, et parmi les sondés qui prévoient de voter, le vote FN est celui qui rassemble le plus.

HAMON, LE PROGRAMME
 

La Tribune - Programme économique d'Hamon : le pari de la relance par la consommation

Le cadrage financier du programme de Benoit Hamon repose essentiellement sur un "choc" de la demande, via notamment les 35 milliards d'euros dévolus au revenu universel d'existence censés doper la consommation et permettre une forte croissance du PIB.

L'Obs - Made in France, nationalisations... Benoît Hamon copie Montebourg

Le candidat socialiste à la présidentielle, qui a présenté son projet final ce jeudi, reprend des propositions de ses adversaires de la primaire.

A la peine dans les sondages, lâché par Manuel Valls, Benoît Hamon a précisé son projet électoral ce jeudi, trois jours avant son grand meeting à Bercy, et quatre jours avant le premier grand débat télévisé de la campagne. Une séquence cruciale pour se relancer, à un peu plus d'un mois du premier tour.

Le Monde - Hamon prend le contre-pied du quinquennat

Le candidat PS a présenté son programme jeudi. Il mise tout sur une relance par la demande, mais sans donner les moyens de financer ses promesses.

C’est le premier étage de la fusée censée faire redécoller la campagne de Benoît Hamon. Avant son grand meeting à Bercy, dimanche, et le débat télévisé de la présidentielle programmé le lendemain, le candidat socialiste a présenté, jeudi 16 mars, son projet électoral.

Le Monde - Qui bénéficierait du « revenu universel » de Benoît Hamon ?

Le revenu universel d’existence, proposition emblématique du programme de Benoît Hamon, a connu plusieurs aménagements et revirements, entre sa version initiale présentée en septembre 2016, qui évoquait à terme 750 euros par mois pour tous les Français, et la dernière mouture, évoquée le 9 mars sur France 2, qui limite dans un premier temps le nombre de bénéficiaires et donc l’aspect « révolutionnaire » de cette réforme.

L'Obs - Revenu universel, dette, déficit public : les trois revirements de Benoît Hamon

Benoît Hamon se serait-il décidé à écouter les ténors socialistes le trouvant trop à gauche ? Depuis quinze jours, le candidat du Parti socialiste à l'Elysée fait machine arrière sur des sujets structurants à gauche.

 

La grande réforme fiscale annoncée pendant la primaire n’est plus à son programme. La nouvelle mouture du revenu universel est censée remplacer cette mesure.

A presqu'un mois du premier tour de l'élection présidentielle , Benoît Hamon continue d'amender sérieusement son projet. Une semaine après avoir raboté sa mesure phare de revenu universel , le candidat socialiste à l'Elysée a remisé ce jeudi la grande réforme fiscale qu'il avait promis durant la campagne de la primaire du PS, et qu'une partie des élus socialistes ont réclamé en vain lors du quinquennat Hollande.

LE FN

Libé - «Face au FN, la gauche a choisi la solution de facilité»

Responsable de la cellule de lutte contre le Front national au Parti socialiste, Sarah Proust critique les stratégies adoptées par la gauche. Et affirme qu’il faut prendre ses électeurs au sérieux.

Elue parisienne du Parti socialiste, Sarah Proust dirige avec la Fréjusienne Elsa Di Méo le groupe de travail de lutte contre le Front national au sein du PS. Elle vient de publier chez la Fondation Jean-Jaurès Apprendre de ses erreurs, un petit ouvrage qui revient sur vingt ans d’impasse stratégique de la gauche face à l’extrême droite.

Fondation Jean Jaurès - Apprendre de ses erreurs. La gauche face au Front national

Le Front national ne cesse de se renforcer. Face à lui, la gauche a-t-elle recouru aux bons outils pour le combattre, aux arguments les plus justes ? Non. Pour Sarah Proust, il est temps de l’admettre, de l’assumer et de changer de cap. Dans cet essai, elle analyse les erreurs – les errements ? – de la gauche, menant une réflexion lucide et sans tabou.

L'Obs - "Le FN, parti de la banqueroute", par Henri Weber

L’application du programme économique et social de Marine Le Pen plongerait notre pays et l’Europe dans un chaos profond. Voici pourquoi.

Henri Weber est membre du Parti socialiste, ancien sénateur et ancien député européen. Il dessine pour l"Obs" le scénario du retour au franc..s et son impact désastreux sur le pays. 

"L’application du programme économique et social de Marine Le Pen plongerait notre pays et l’Europe dans un chaos profond. Le premier engagement de ce programme est la sortie de l’euro et le retour au franc. Le second est une augmentation massive de notre dépense publique (118 milliards d’euros par an).

L'EURO

Libé - Tribune : Sortir de l’austérité sans sortir de l’euro… grâce à la monnaie fiscale complémentaire
Par Thomas Coutrot , Dominique Plihon , Wojtek Kalinowski , Bruno Théret , Gaël Giraud , Vincent Gayon , Jean-Michel Servet , Jérôme Blanc , Marie Fare et Benjamin Lemoine
 
Introduire des liquidités dans une économie en crise grâce à une monnaie complémentaire, adossée aux recettes fiscales à venir, permettrait d’imaginer d’autres politiques sans pour autant remettre en question la monnaie commune. Cela permettrait une stabilisation de la zone euro.
 
LES LEGISLATIVES
 
Europe 1 - Législatives : discussions en cours avec le PS sur des retraits EELV
 
Les deux partis pourraient aboutir à un accord sur des retraits de candidats écologistes dans plusieurs dizaines de circonscriptions aux élections législatives de juin.

Des discussions sont en cours entre le Parti socialiste et Europe Ecologie-Les Verts pour que les écologistes acceptent de retirer des candidats qu'ils envisageaient de présenter aux législatives contre des socialistes, ont indiqué lundi des sources concordantes.

ISLAMISME

Le Point - Le long de la N7 #10 : Avignon, un élu en guerre contre l'islamisme

Amine El Khatmi, adjoint au maire, réclame une réponse claire aux discours des mouvements identitaires musulmans. Il récolte souvent indifférence et haine.

Il sait que le PS sera tenté de prononcer son exclusion, mais il s'en moque. Il y a longtemps que la flamme s'est éteinte. Amine El Khatmi, adjoint au maire d'Avignon, en a plus qu'assez des silences gênés et du « courage politique à géométrie variable » des éléphants de Solférino. Ces derniers n'éprouvent aucune difficulté à condamner chaque parole d'un élu FN. « En revanche, lorsqu'il s'agit de prendre position contre des entrepreneurs identitaires islamistes, c'est le silence radio. Quand bien même un de leurs élus est visé », raconte le jeune homme, attablé dans un café sur la place de l'horloge, face à l'hôtel de ville d'Avignon.

VALLS

L'Obs - "Sectarisme" contre "trahison" : Valls et Hamon consomment leur rupture

Benoît Hamon au JT de TF1 et Manuel Valls face à ses soutiens de l'Assemblée : mardi soir, les deux finalistes de la primaire socialiste ont entériné leur divorce.

Il n'annonce pas (encore) son soutien à Emmanuel Macron mais Manuel Valls a, semble-t-il irrémédiablement, lâché mardi 14 mars le candidat investi par son camp - Benoît Hamon. En annonçant dans "Paris Match" puis face à ses soutiens réunis à l'Assemblée nationale qu'il n'apporterait à personne son parrainage d'élu, l'ancien Premier ministre prend une décision très symbolique, alors qu'Alain Juppé, il y a une semaine, avait déclaré apporter le sien à François Fillon pour enterrer la hache de guerre.

LES AUTONOMES
 
Le Vent se Lève - « Autonomisme » : misère de la politique contemporaine

Un an après les mobilisations contre la Loi Travail et alors que la mouvance autonome semble repartie dans un dernier tour de piste à l’occasion des manifestations contre les violences policières, petite analyse des tenants et des aboutissants du phénomène.

Fin d’après midi place de la République, samedi 18 février : les organisations et les familles à l’origine du rassemblement de soutien à Théo appellent à dissoudre la manifestation. Aussitôt un cortège se forme et commence à faire le tour de la place, invectivant les forces de l’ordre jusqu’à l’affrontement.

EN CAMPAGNE

Boursorama - En meeting à Nice, Benoît Hamon muscle son discours contre le FN

NICE (Reuters) - Le candidat socialiste à l'élection présidentielle, Benoît Hamon, a ciblé le Front National mercredi lors d'un meeting à Nice, dans une région Provence Alpes-Côte-d'Azur où la gauche n'a pas atteint le second tour aux dernières régionales.

"Si vous leur donnez le pouvoir par la démocratie, êtes-vous assurés qu'ils vous le rendront si vous arrêtez de voter pour eux ?", s'est-il interrogé devant 800 personnes dont la ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, venue le soutenir à la tribune avec un discours également musclé contre le parti frontiste.

Libé - Hamon à Valls : «En démocratie, le respect de la parole donnée, c’est important»

Sur TF1, le candidat socialiste à la présidentielle a répondu au choix de l'ancien Premier ministre de ne pas lui apporter son parrainage.

Benoît Hamon contre-attaque. S’invitant ce mardi soir au 20 heures de TF1 alors que Manuel Valls réunissait ses soutiens à l’Assemblée nationale au même moment, le candidat socialiste a pris l’ex-Premier ministre sur ses fondamentaux : celui du «respect de la parole donné» et de la lutte contre le Front National. Valls décide de ne pas lui accorder son parrainage alors qu’il avait jusqu’ici accepté les règles de la primaire organisée par le PS en janvier? La riposte de Hamon est rude : «En démocratie, le respect de la parole donné, c’est important.

Reuters - Valls lâche Hamon et veut préparer une future majorité

PARIS (Reuters) - Manuel Valls ne parrainera pas le candidat socialiste à la présidentielle, Benoît Hamon, et compte, avec des élus de sa sensibilité, empêcher un second tour Le Pen-Fillon et se préparer à participer à une future majorité présidentielle.

L'Obs - Hamon donne des gages pour contenir l'exode des socialistes

Paris (AFP) - Réécriture du revenu universel, discours plus consensuel sur le déficit et la dette publics, hommage au bilan de François Hollande... Benoît Hamon multiplie les gestes de bonne volonté en direction des socialistes, plus que jamais tiraillés entre soutien au vainqueur de la primaire et ralliement à Emmanuel Macron.

Europe 1 - En Martinique, Benoît Hamon s'attaque aux "assassins d'aube" comme "Le Pen"

En visite en Martinique, Benoît Hamon a largement cité le poète Aimé Césaire pour dénoncer les "assassins d'aube" parmi lesquels il cite Marine Le Pen.

Le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon a dénoncé dimanche soir lors d'un meeting en Martinique les "assassins d'aube", que sont selon lui Donald Trump, Recep Tayyip Erdogan, ou encore Marine Le Pen, dans une référence littéraire au poète Aimé Césaire.

Le Parisien - Présidentielle : Hamon fait plancher son conseil citoyen

Curiosité de la campagne Hamon, un conseil citoyen, qui s'est réuni hier pour la première fois et où des électeurs cogitent sur des propositions à remettre au candidat.

« Faut-il être moins ambitieux dans les propositions pour être sûr de ne pas décevoir les gens ? » « On peut faire des propositions sur la politique extérieure ? » Les questions fusent, rue du Château-d'Eau, au QG parisien de Benoît Hamon.

Le JDD - Hamon, une semaine et un projet pour éviter l'isolement

Menacé par les ralliements à Emmanuel Macron, le socialiste Benoît Hamon n’a plus guère de temps pour se relancer. Le succès ou non de son grand meeting parisien, dimanche prochain, sera déterminant.

Plus que dix jours pour décoller. Entre jeudi dernier – où, en vingt-quatre heures chrono, Benoît Hamon a publié un livre, reçu la visite du Premier ministre Bernard Cazeneuve, accordé un entretien au Monde puis participé à L'émission politique de France 2 – et dimanche prochain, où il tiendra son grand meeting à Paris, le vainqueur de la primaire joue gros. Les sondages stagnent ; les critiques de son camp pleuvent ; Emmanuel Macron engrange les ralliements. D'où un net changement de braquet.

Le Monde - En Guadeloupe, Hamon salue « l’excellent bilan » de Hollande sur les outre-mer

Le candidat socialiste a estimé samedi qu’« à peu près tous les engagements » pris vis-à-vis des outre-mer avaient été tenus pendant le quinquennat.

Le candidat du Parti socialiste à l’élection présidentielle, Benoît Hamon, a salué, samedi 11 mars lors d’un meeting en Guadeloupe, « l’excellent bilan du quinquennat » de François Hollande sur les outre-mer, dont « à peu près tous les engagements ont été tenus ».
 
Huffington Post - La semaine où le camp Hamon a passé ses nerfs sur Emmanuel Macron

La tension est telle que plusieurs proches du candidat socialiste se sont exposés à des dérapages.

Le ton clairement est monté d'un cran entre Benoît Hamon et Emmanuel Macron. Cette semaine, le premier a multiplié les attaques sur le programme du second, affirmant entre autres que le candidat d'En Marche! était "un marche pied du Front national". La tension est telle que plusieurs de ses soutiens semblent avoir perdu leur sang-froid. Vendredi dans la matinée, c'est Vincent Peillon qui s'est illustré, évoquant l'histoire des chambres à gaz pour commenter les ralliements à l'ex-locataire de Bercy.

Le JDD - Entre Hamon et Macron, la campagne se crispe

A moins de 50 jours du premier tour de la présidentielle, les tensions apparaissent entre Benoît Hamon et Emmanuel Macron. Vendredi, le mouvement En Marche a demandé "le retrait" de Vincent Peillon de la campagne du socialiste après une référence hasardeuse aux chambres à gaz. 

MACRON

L'Obs - Les Economistes atterrés jugent Macron : "L'économie en marche arrière"

Dany Lang et Henri Sterdyniak, signataires du manifeste des Economistes atterrés, étrillent les propositions du leader d'En Marche !

Dans une note de huit pages intitulée "Emmanuel Macron, l'économie en marche arrière", les Economistes atterrés ont passé à la loupe les propositions économiques du candidat Emmanuel Macron. Le résultat est sans appel : sous la plume de Dany Lang (université Paris-13) et Henry Sterdyniak, directeur du département Economie de la mondialisation de l'OFCE, ils étrillent le programme du leader d'En Marche!.

Macron, l'économie en marche arrière

Le JDD - Manuel Valls s’explique sur son refus de parrainer Benoît Hamon

L’ex-premier ministre, qui a refusé de parrainer le candidat du PS après avoir perdu la primaire de la gauche, réagit aux accusations de trahison de son camp, dans une tribune au « Journal du dimanche ».

Manuel Valls réfute en bloc les accusations de « trahison » après son refus de parrainer Benoît Hamon en vue de l’élection présidentielle et appelle à « oublier les vieux clivages » partisans, dans une tribune au Journal du dimanche ce 19 mars.
 
Lire la suite
_______________________
_______________________

A Bron, les militants PS face à un électorat déboussolé

A cinq semaines du premier tour de l'élection présidentielle, la campagne s'intensifie. A Bron, les militants socialistes ont tenté de faire entendre leurs voix sur le marché, place de la liberté, ce vendredi 17 mars.

Sur la place du marché, les militants socialistes de la section de Bron, ville de gauche depuis longtemps, se sont mobilisés, ce vendredi matin. Ils espèrent attirer l’attention sur la candidature de Benoit Hamon. L’objectif de la matinée : présenter le candidat du Parti socialiste et si possible sensibiliser les passants à son programme.

Lire la suite
__________________
__________________

18/03/2017

Le vent se lève - « Autonomisme » : misère de la politique contemporaine

Un an après les mobilisations contre la Loi Travail et alors que la mouvance autonome semble repartie dans un dernier tour de piste à l’occasion des manifestations contre les violences policières, petite analyse des tenants et des aboutissants du phénomène.

Fin d’après midi place de la République, samedi 18 février : les organisations et les familles à l’origine du rassemblement de soutien à Théo appellent à dissoudre la manifestation. Aussitôt un cortège se forme et commence à faire le tour de la place, invectivant les forces de l’ordre jusqu’à l’affrontement.

Lire la suite
_____________________
_____________________

22:30 Publié dans Article du jour | Lien permanent

Libé - A Bercy, Hamon veut percer le «double plafond de verre»

Le candidat PS tient dimanche à Paris son plus grand meeting de campagne, espérant décoller entre affaires Fillon et tentation Macron.

Sous l’inventaire à la Prévert - 130 cars partis à l’aube des quatre coins de la France pour rallier Paris, 15 000 personnes attendues, 300 journalistes accrédités, 10 000 drapeaux distribués - l’enjeu est capital. A un mois du premier tour de la présidentielle, Benoît Hamon tient dimanche son plus grand meeting de campagne, à Bercy, avec l’espoir que cette démonstration de force le fasse enfin décoller dans les sondages. La séquence a été pensée comme une pièce en trois actes: présentation du programme jeudi - roboratif, 198 mesures en tout - meeting parisien et débat télévisé de lundi face aux quatre autres principaux candidats à l’Elysée. Mais dimanche «contient une charge symbolique et politique extrêmement forte», concède Régis Juanico, mandataire financier de la campagne et conseiller de Hamon.

Lire la suite
_____________________
_____________________

Fondation Jean Jaurès - Ce que disent nos responsables politiques : débat entre Cécile Alduy et Martial Foucault

Que disent de nos responsables politiques les mots qu’ils utilisent ? Cécile Alduy, professeur de littérature à l’université de Stanford et membre de l’Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès, est venue débattre avec Martial Foucault, directeur du Cevipof, de son dernier ouvrage, Ce qu’ils disent vraiment. Les politiques pris aux mots (Seuil, 2017), lors d’une rencontre publique tenue à la Fondation le 28 février 2017.

20:45 Publié dans Vidéo | Tags : fondation jean jaures | Lien permanent

Libé - Interview «Face au FN, la gauche a choisi la solution de facilité»

Responsable de la cellule de lutte contre le Front national au Parti socialiste, Sarah Proust critique les stratégies adoptées par la gauche. Et affirme qu’il faut prendre ses électeurs au sérieux.

Elue parisienne du Parti socialiste, Sarah Proust dirige avec la Fréjusienne Elsa Di Méo le groupe de travail de lutte contre le Front national au sein du PS. Elle vient de publier chez la Fondation Jean-Jaurès Apprendre de ses erreurs, un petit ouvrage qui revient sur vingt ans d’impasse stratégique de la gauche face à l’extrême droite.

Lire la suite
___________________
___________________

La campagne de Hamon par Piketty

Benoît Hamon était l'invité de Quotidien le 16/03/2017

Ghada Hatem : "Candidats, que proposez-vous pour garantir la laïcité à l’hôpital ?"

Écoutez cette femme, médecin, gynécologue engagée, comme elle se définit elle-même, constater les ravages de l’emprise religieuse sur le corps et la santé des femmes et nous rappeler, parce qu’elle est libanaise et qu’elle a l’expérience de la catastrophe communautariste, les dangers que court notre pays, confronté à la pression intégriste. Les femmes, comme toujours, en sont les premières victimes… Interpellez, vous aussi, vos élus et vos candidats à ce sujet, pour des réponses claires et qui les engagent.

11:45 Publié dans Vidéo | Tags : ghada hatem, laicite | Lien permanent

Presidentielle 360 (15/03/2017)

Avec : Frédérique ESPAGNAC : Porte-parole de Benoît Hamon, Philippe DALLIER : Sénateur (LR) de la Seine Saint-Denis, Wallerand DE SAINT-JUST : Trésorier du Front National, Pierre-Yves COLLOMBAT : Sénateur (RDSE) du Var et soutien de Jean-Luc Mélenchon, Laurent BOUVET : Politologue et universitaire, Christelle CRAPLET : Directrice d'études chez BVA Opinion, Arnaud MERCIER : Professeur de communication politique, Laurence DEVILLERS : Professeure à l'université Paris-Sorbonne et chercheuse au Laboratoire d'informa. Présenté par Delphine GIRARD.

10:15 Publié dans Vidéo | Lien permanent

France Info - Comment Manuel Valls a pris ses distances avec Benoît Hamon, en quatre actes

Perdant mais bon joueur, Manuel Valls avait promis, après la primaire du PS et de ses alliés, de soutenir le candidat socialiste. Avant de s'en éloigner, semaine après semaine.

Manuel Valls l'avait pourtant assuré, le soir de sa défaite à la primaire de la gauche. Loyal, il avait promis de ne pas laisser tomber le Parti socialiste, et donc de soutenir le vainqueur, Benoît Hamon. Deux mois plus tard, retournement de situation. L'ancien Premier ministre ne parrainera pas le candidat PS, qu'il accuse de "sectarisme". Franceinfo résume ce divorce en quatre actes.

Lire la suite
____________________
____________________