Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2013

L'actualité des socialistes du 13 au 20 mai (mise à jour)

A la une :

Le Huffington Post - Législative: Jérôme Cahuzac renonce à être candidat dans son fief

Le Parti socialiste peut souffler. L'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac annonce qu'il renonce à se présenter à la législative partielle des 16 et 23 juin dans son fief de Lot-et-Garonne.

17 et 18 mai

Lyon Capitale - Métropole : Bret monte à Paris contre la “réforme Collomb"

Le maire de Villeurbanne rencontrera ce vendredi un conseiller de la ministre de la Réforme de l'Etat et un conseiller de l'Elysée. Objectif : défendre l'échelon communal alors que la réforme territoriale en cours consacre la nouvelle métropole portée par Gérard Collomb.

Le Monde - Lebranchu tente à nouveau de convaincre sur le Grand Marseille

"Neuf ? Dix ? Je ne m'en souviens plus ! Cela fait combien de fois que je suis venue à Marseille depuis neuf mois ?", questionne Marylise Lebranchu. Ses conseillers comptent, recomptent, mais personne n'est certain. Ce qui ne fait pas de doute, c'est que la ministre de la fonction publique n'économise pas son temps pour convaincre les élus du grand Marseille de tout l'intérêt qu'ils ont à accepter son plan de métropolisation. Marylise Lebranchu est en mission dans les terres du Sud. "Marylise, c'est la Jeanne d'Arc de la décentralisation", se marre Michel Vauzelle, président socialiste de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le Monde - L’Europe et les deux François

C'est finalement rassurant : chaque fois que la gauche gouvernementale est acculée, elle choisit l'Europe comme planche de salut.

En écoutant, jeudi 16 mai, François Hollande proposer, lors de sa conférence de presse, une initiative européenne comprenant un gouvernement économique, plus d'intégration fiscale, une communauté de l'énergie, un plan d'insertion des jeunes, une stratégie d'investissement, on pensait à l'autre François. Le François Mitterrand de l'année 1983 qui, après avoir rêvé de relance dans un seul pays, avait dû se résoudre à la rigueur en reportant tous ses rêves de grandeur sur l'Europe.

Le Monde - L'offre calibrée de François Hollande à Angela Merkel

L'Europe : c'est d'abord sur ce terrain-là, jeudi 16 mai, que François Hollande a tenu à montrer qu'il était à l'"offensive". Devant les quelque 400 journalistes venus l'écouter dans la salle des fêtes de l'Elysée, c'est par l'annonce d'une "initiative sur l'Europe" que le président de la République a tenu à ouvrir le long propos liminaire de la deuxième conférence de presse de son quinquennat.

Libé - Amiante : la justice annule la mise en examen de Martine Aubry

La maire de Lille avait déposé une requête en nullité dans ce dossier qui remonte à son passage à la Direction des relations du Travail dans les années 1980. L’avenir politique de Martine Aubry s’est éclairci vendredi avec l’annulation de sa mise en examen dans une des enquêtes sur l’amiante, un scandale sanitaire qui n’a donné lieu à aucun procès en France

Libé - Le rêve allemand de François Hollande

François Hollande connaît-il l’Allemagne ? Non pas les résultats économiques du cousin germain mais la réalité d’une société dans laquelle les inégalités se creusent et qui se précarise ? «Pendant dix ans, les Allemands ont fait des choix. On peut les contester, mais aujourd’hui, ils sont compétitifs», a affirmé le président français mercredi, à Bruxelles.

Libé - Hollande, un social-libéral (presque) assumé

Analyse Plus de marges pour les entreprises, moins de contraintes administratives, moins de dépenses publiques : le Président a consolidé ses orientations centristes en matière économique.

Libé - Hollande : «Je demande à être jugé au terme des cinq ans»

L'acte II de la présidence de François Hollande a commencé ce jeudi avec la deuxième conférence de presse semestrielle du Président, alors que la France est officiellement entrée en récession ce mercredi. Situation économique, chômage record, popularité au plus bas, intervention au Mali, relation avec Merkel... Le Président a abordé les principaux sujets d'actualité pendant deux heures et demi. Extraits

Le Monde - La gauche du PS appelle à la mobilisation citoyenne contre l'austérité en Europe

Nouvel appel contre l'austérité en Europe. Cette fois, ce sont trois chefs de file de l'aile gauche du PS qui ont lancé, mercredi 15 mai, un appel pour "une autre Europe" impliquant les ailes gauches de partis socialistes et sociaux-démocrates européens, mais aussi des représentants du "mouvement social progressiste". Rendu public au même moment en Allemagne, en Autriche et en Italie, cet appel vise à mobiliser l'opinion contre la politique d'austérité que "les dirigeants néolibéraux et la Commission européenne veulent renforcer" malgré la récession en recourant à "des instruments contraignants pour l'imposer".

16 mai

Le Point - Amnistie sociale : la fronde des sénateurs PS

Votée en début d'année par le Sénat avec l'aval de la garde des Sceaux Christiane Taubira, la proposition de loi sur l'amnistie sociale, qui doit passer jeudi 16 mai en deuxième lecture à l'Assemblée nationale, a suscité des remous au sein de la majorité après qu'Alain Vidalies, ministre des Relations avec le Parlement, a appelé les députés PS à voter contre le texte. Hier, le porte-parole du groupe PS à l'Assemblée nationale, Thierry Mandon, a déclaré que les députés socialistes allaient opter pour un renvoi du texte "mal ficelé" en commission. Mais, malgré cette annonce, le revirement du gouvernement a été critiqué par certains sénateurs PS qui ont porté le texte et se prononcent toujours en faveur de l'amnistie sociale.

Les Echos - Initiative commune contre l’austérité des ailes gauches du PS et du SPD

Les représentants de l’aile gauche du Parti socialiste français et du SPD allemand ont présenté un appel titré «Une autre Europe est possible !» qu’ils espèrent largement diffuser d’ici au sommet européen. Comme l’ont souligné ses initiateurs, l’appel « vient à point nommé ». Ce mercredi matin, peu après que l’Insee a confirmé l’entrée de la France en récession et quelques heures avant que François Hollande ne planche devant la Commission européenne , les représentants de l’aile gauche du PS ont présenté à la presse un appel contre l’austérité lancé en commun avec les élus les plus ancrés à gauche du SPD allemand. 

TV5 Monde - Bartolone veut que l'Assemblée évalue l'efficacité des emplois d'avenir et du Cice

Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone (PS) a souhaité mercredi, après l'annonce de l'entrée de la France en récession, que l'Assemblée nationale évalue rapidement l'efficacité des mesures gouvernementales contre le chômage, en particulier les emplois d'avenir et le crédit impôt compétitivité emploi (CICE).

L'Express - Face à l'exécutif, Harlem Désir peine à faire exister le Parti socialiste

PARIS - Un an après l'arrivée de la gauche au pouvoir, Harlem Désir, le Premier secrétaire du PS peine à faire exister le parti vis-à-vis de l'exécutif et des groupes parlementaires, peu enclins à lui laisser de l'espace.

La Tribune - Gouvernement dans l'embarras recherche désespérément patron pour Bercy

"Gouvernement dans l'embarras recherche un ministre de l'Economie. Profil recherché: bon gestionnaire, charisme, poigne pour diriger une équipe parfois turbulente". Les appels se multiplient pour que Jean-Marc Ayrault et François Hollande mettent de l'ordre dans la "forteresse" de Bercy. Après Ségolène Royal, Laurent Fabius ancien tutulaire du poste a ouvertement demandé la nomination d'un vrai "patron" pour le ministère de l'Economie.

15 mai

Le Monde - "Le Pouvoir" : étiquette, rituel et langue de bois

Spécialiste de la chose politique, à laquelle il a consacré de nombreux livres ainsi que des documentaires pour la télévision, Patrick Rotman ne s'aventure que rarement dans le champ du cinéma. On ne note, dans ce domaine, qu'une seule expérience de réalisation en 1992, au côté de Bertrand Tavernier, pour l'excellent documentaire sur la guerre d'Algérie, La Guerre sans nom. On lui doit également plusieurs travaux de scénariste, parmi lesquels La Conquête, réalisé en 2011 par Xavier Durringer, évocation, sous forme de fiction documentée, de l'accession au pouvoir de Nicolas Sarkozy, qui ne restera probablement pas dans les mémoires.

Libé - Hollande appelé à réorganiser Bercy

Depuis hier, trois poids lourds du PS ont appelé à une restructuration des sept ministères à vocation économique, soulignant le besoin d'un «vrai patron». Par DOMINIQUE ALBERTINI

Ségolène Royal et Elisabeth Guigou lundi, Laurent Fabius aujourd’hui : en vingt-quatre heure, trois poids lourds du PS, dont un ministre, ont préconisé un réorganisation de Bercy - c’est-à-dire des sept ministères à vocation économique qui se partagent le grand ensemble, posé en bord de Seine dans le XIIe arrondissement de Paris. «Ce qui n’est plus supportable, ce sont les zizanies entre ministres», a jugé hier la présidente de Poitou-Charentes et de la Banque publique d’investissement. «Bercy a besoin d’un patron», a renchéri ce matin le ministre des Affaires étrangères, lui-même aux commandes de l’Economie entre 2000 et 2002.

Le Monde - L'amnistie sociale provoque des remous au sein des députés PS

A la veille des vacances parlementaires, les députés socialistes s'étaient pourtant quittés sur une promesse d'harmonie, après une première année riche en désaccords. Le président du groupe, Bruno Le Roux (Seine-Saint-Denis), avait même annoncé son intention de fixer "une règle qui permette l'unité du groupe PS sur tous les votes". Deux semaines plus tard, la division menace à nouveau, sur l'amnistie sociale.

Libé - Amnistie sociale : les députés PS veulent un renvoi du texte en commission

Le porte-parole des députés socialistes estime que cette proposition de loi du Front de gauche, dont ne veut pas le gouvernement, doit «être retravaillée sérieusement». Les députés PS veulent que le texte du Front de gauche sur l’amnistie sociale, dont ne veut pas le gouvernement, soit renvoyé en commission pour «être retravaillé sérieusement», a dit mardi le porte-parole du groupe PS, Thierry Mandon.

Le Monde - La citadelle Bercy et ses sept ministres sur la sellette

L'option du remaniement à très court terme reste évacuée par François Hollande, mais la pression est croissante autour du ministère de l'économie et des finances. "J'ai dirigé Bercy dans le passé et c'est vrai que Bercy a besoin d'un patron", a lâché mardi 14 mai sur RTL le numéro deux du gouvernement, Laurent Fabius. "Là vous avez plusieurs patrons et, quels que soient la qualité des hommes et des femmes et leur degré d'entente, je pense qu'une coordination plus forte serait utile", a-t-il ajouté.

Le Monde - Retraites : les enjeux d'une réforme explosive

La plupart des têtes ont changé, mais la méthode reste la même. Jean-Marc Ayrault devait recevoir, lundi 13 mai, syndicats et organisations patronales les uns après les autres pour préparer la seconde grande conférence sociale, prévue pour le 20 et 21 juin. Depuis la première édition de la grande messe du dialogue social façon François Hollande, qui avait eu lieu en juillet 2012, François Chérèque (CFDT) et Bernard Thibault (CGT) ont laissé leur place, tout comme les leaders de la CFE-CGC et de l'UPA (artisans). Laurence Parisot, elle, s'apprête à le faire également.

Libé, le 3 mai - Un an de Hollande : le grand inventaire des 60 promesses

Ce lundi matin, ils doivent se retrouver au grand complet à l’Elysée, autour de leur grand vainqueur du 6 mai 2012. Un petit-déjeuner d’anniversaire «bilan et perspectives» pour les ministres, comme l’annonce Matignon. Un an après l’élection de François Hollande, que sont devenus ses 60 engagements de campagne ? Si le gouvernement a mis en ligne un bilan sur son site, Libération a aussi, de son côté, passé au peigne fin le livret-programme du candidat. Du grand «oui» de la majorité au mariage pour tous au renoncement sur le droit de vote des étrangers. Des promesses symboliques aux mesures plus techniques, moins médiatisées, comme le programme de rénovation des habitats pour une meilleure isolation, qui devrait créer des milliers d’emplois.

14 mai

Libé (aboonés) - «J’aurais voulu qu’on supprime la réponse graduée»

Interview Patrick Bloche, député (PS) : Par RAPHAËL GARRIGOS, ISABELLE ROBERTS
Président de la commission des affaires culturelles de l’Assemblée, le député PS Patrick Bloche va jouer un rôle important dans la transcription du rapport Lescure dans la loi, une fois l’arbitrage fait. Et il n’a pas envie de tout garder. «Ce rapport est riche en propositions, qui rencontrent largement les enjeux de la culture à l’ère du numérique.

Libé - Un an de présidence de Hollande : Royal déplore le «temps perdu»

La présidente socialiste de la région Poitou-Charentes estime que le rapport au pouvoir «n'a guère changé» depuis l'élection de François Hollande. Interrogée par Le Monde sur les un an de présidence Hollande, Royal parle de «temps perdu» et de rapport au pouvoir qui «n’a guère changé», «c’est un des facteurs de la déception des Français» a-t-elle ajouté.

13 mai

Le Figaro - Hollande pourrait rencontrer jeudi les parlementaires PS

INFO LE FIGARO - L'ensemble des parlementaires socialistes seront réunis jeudi à la Maison de l'Amérique latine pour regarder la conférence de presse du chef de l'Etat. Ce dernier pourrait en profiter pour aller à leur rencontre.

Public Sénat - Bartolone "ne pense à aucune autre fonction en (se) rasant"

Le président PS de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, a assuré dimanche qu'il ne pensait "à aucune autre fonction en (se) rasant", alors qu'il était interrogé sur son intérêt éventuel pour Matignon ou Bercy. "Je ne pense à aucune autre fonction en me rasant. Je suis très bien où je suis", a-t-il dit lors de l'émission "Tous politiques" (France Inter/AFP/Le Monde).

Le Monde - A La Rochelle, le retrait du maire PS ouvre une nouvelle bataille de succession

Depuis vendredi 10 mai, la campagne des élections municipales 2014 à La Rochelle compte une incertitude de moins. Après voir entretenu le suspense sur sa décision, le maire socialiste, Maxime Bono, âgé de 65 ans, a annoncé dans la presse locale qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en 2014, après quinze ans passés à la tête de l'équipe municipale. L'ancien conseiller culturel, directeur de cabinet puis premier adjoint du radical Michel Crépeau, décédé en 1999, avait pris sa succession à la mairie et à la députation, étant réélu en 2001 et en 2008.
______________________________________________________________________
______________________________________________________________________

10/05/2013

L'actualité des socialistes du 6 au 12 mai (mise à jour)

A la une

Le Monde , Françoise Fressoz - A l’an II du quinquennat, Hollande emprunte à Sarkozy

Entre deux maux, François Hollande a choisi : le mouvement plutôt que l’enlisement. Exactement comme Nicolas Sarkozy dont il aimait pourtant se démarquer.

L’an II du quinquennat, qui risquait de ressembler à une tranchée sans croissance ni emploi, est une accélération, une mise sous tension. Non pas du pays, qui a déjà son comptant de frictions, mais de l’équipe gouvernementale.

11 et 12 mai

Le Monde - François Hollande : "L'histoire ne s'efface jamais"

François Hollande a commémoré la Journée de l'abolition de l'esclavage, vendredi 10 mai. Dans un discours, le président de la République a répondu au Conseil représentatifs des associations noires de France (CRAN), qui demande des réparations financières pour les descendants des victimes

Les Echos - France : Fabius dénonce les attaques anti-Merkel du PS

PARIS, 9 mai (Reuters) - Laurent Fabius a jugé "déplacé" un récent projet de document du Parti socialiste sur l'Europe dénonçant l'"intransigeance égoïste" d'Angela Merkel, qualifiée de "chancelière de l'austérité".

10 mai

Gérard Collomb et Arnaud Montebourg: leur plus petit dénominateur commun

BIS REPETITA- C'est l'une des têtes de turc favorite du sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb. Il s'agit du ministre du redressement productif Arnaud Montebourg. Interrogé le 8 mai par Nicolas Demorand, au forum European Lab à Lyon, le sénateur-maire PS s'est trouvé bien embarassé quand il a fallu se trouver un "point commun" avec Arnaud Montebourg.

Le Monde (abonnés) - Laurent Fabius : la Syrie et l'Iran constituent "la plus grande menace contre la paix"

Le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, revient, mercredi 8 mai, sur sa première année au Quai d'Orsay.

Quel bilan tirez-vous de l'action extérieure de la France ?

Je juge notre bilan de politique étrangère dans l'ensemble positif. Conformément à notre engagement, nous nous sommes retirés militairement d'Afghanistan pour nouer avec ce pays une coopération civile. L'intervention au Mali a été plus qu'utile : déterminante. Nous avons opéré une réconciliation avec plusieurs Etats importants avec lesquels la France était en froid – Algérie, Chine, Japon, Mexique, Pologne, Turquie.

Le Monde (abonnés) - Harlem Désir, ou le Parti socialiste aux abonnés absents

Tous les lundis soir, depuis un mois, Harlem Désir et Jean-Marc Ayrault se retrouvent à Matignon pour une "réunion de coordination". Le premier secrétaire du PS et le premier ministre devisent-ils ainsi d'égal à égal des relations entre le parti et le gouvernement ? Pas du tout.

Le Monde (abonnés) - Pour mobiliser, le PS redécouvre les vertus du porte-à-porte

Il est rare, ces temps-ci, d'entendre des discours optimistes sur la politique. Alors que tous les indicateurs ont de quoi inquiéter, qu'il s'agisse de la participation électorale, qui décline, de la défiance vis-à-vis des élus, qui progresse, ou de l'intérêt pour la vie militante, qui s'étiole, trois chercheurs français montrent que le lien avec les citoyens peut être renoué.

Libé - François Hollande tombé des mues

Décryptage Un an et trois métamorphoses majeures : le chef de l’Etat a parfois dû se désavouer pour s’adapter à la réalité de sa fonction. Par GRÉGOIRE BISEAU

En un an de présidence, François Hollande n’a rien changé à ce qu’il est, et, en même temps, énormément fait évoluer la figure de chef de l’Etat qu’il cherche encore à incarner. En trois métamorphoses, retour sur cette première année de quinquennat.

9 mai

Le Monde - La leçon d'architecture d'un élu PS à Marine Le Pen

Marine Le Pen est invitée à réviser ses cours d'architecture. Le conseil vient de Stéphane Troussel (PS), président du conseil général de Seine-Saint-Denis, qui prend la défense de son département.

Libé - Bernard Barral, retraité de 66 ans, briguera le siège de Cahuzac pour le PS‎

Il a remporté hier la primaire organisée par le PS dans le Lot-et-Garonne pour la législative partielle qui aura lieu fin juin.

Les décodeurs - « Un an d’actions à l’Elysée » : un exercice de communication pour un bilan mitigé

Un an après l’investiture de François Hollande à la présidence de la République, le gouvernement a publié le bilan des mesures qu’il a mises en œuvre depuis mai 2012. Intitulé "Un an d’actions en France", ce document de 40 pages relève avant tout de l’exercice de communication, et vise à présenter l’action gouvernementale sous un jour évidemment favorable. Peu de place est laissée à la polémique donc, d’autant plus que le document présente avant tout des mesures qui n’ont pas encore été appliquées, ou alors partiellement.

8 mai

Libé - «Personne n'est protégé dans le gouvernement»

Un remaniement ministériel viendra «en son temps», prévient le chef de l'Etat dans «Paris Match» à paraître demain, mais une valse des ministres est «pour l'instant sans actualité», a-t-il souligné mardi en conférence de presse.

Libé - Le remaniement prend son temps

L’Elysée et Matignon réfléchissent à une réorganisation du gouvernement. Mais pas avant un mois. Par GRÉGOIRE BISEAU
François Hollande consulte. Dans son bureau de l’Elysée, il reçoit, écoute, entend. Des ministres. Mais aussi les poids lourds de la majorité. Il parle du climat politique, mais surtout de remaniement. Comme d’habitude, le chef de l’Etat fait parler plus qu’il ne livre ses intentions.

Libé - A Berlin, Moscovici défend le sérieux budgétaire de la France

Le délai accordé par Bruxelles à la France pour atteindre ses objectifs budgétaires n'est pas «une incitation au relâchement ou à la paresse», a assuré mardi le ministre de l'Economie en visite à Berlin.

Le Monde - Le PS s'interroge sur les activités "troublantes" de Claude Guéant en Afrique

Le PS s'est interrogé, mardi 7 mai, sur les activités d'avocat "troublantes" de Claude Guéant en Afrique, après la publication d'une enquête du Monde sur les activités de son cabinet, Guéant Avocats.

Le Nouvel Obs - Désir (PS) : Copé "insulte les Français"

PARIS (AFP) - Harlem Désir, Premier secrétaire du PS, qui avait déjà fustigé l'intervention de Jean-François Copé lundi à Nîmes, a accusé mardi le président de l'UMP d'insulter les Français. Interrogé par BFMTV et RMC sur le "printemps des cons" évoqué à Nîmes par le dirigeant d'opposition, en allusion au "mur des cons" du Syndicat de la magistrature, l'eurodéputé socialiste a répondu : "Jean-François Copé insulte les Français quand il s'exprime comme ça".

Le Monde - "Déception, frustration et colère" : la presse internationale fait le bilan de la présidence Hollande

"Drapeaux rouges, musique et banderoles : le 6 mai 2012, sur la place de la Bastille, travailleurs, intellectuels et étudiants ont célébré, les larmes aux yeux, le retour de la gauche au pouvoir", se souvient Stefan Simons dans les pages du Spiegel. Un an plus tard, les gens sont aussi dans la rue, mais le public diffère : "Front de gauche, communistes et activistes manifestent contre le président." Et le journaliste allemand de conclure : Hollande n'a "aucune raison de fêter l'anniversaire de son investiture en faisant voler les bouchons de champagne".

7 mai

Libé - Quand l'Elysée donne de la voix en mode sarkozyste

Rompant avec la doctrine voulue par Hollande en début de quinquennat, le secrétaire général de l'Elysée a fait deux sortie médiatiques ces derniers jours à l'occasion du premier anniversaire de l'élection.

Libé - Hollande gagne un point de popularité mais reste bas

Le président de la république enregistre 32% de satisfaits, quand son Premier ministre baisse de deux points, à 34%.

Le Monde - "Tout est très organisé, codé depuis que Hollande est président"

Jean-Claude Coutausse, photographe, a suivi pour "Le Monde" François Hollande en campagne et à l'Elysée. En vidéo, il revient sur son travail de photographe ainsi que sur plusieurs clichés qui ont marqué cette première année du quinquennat.

Le Monde - François Hollande annonce un plan d'investissements sur la prochaine décennie

En dépit de mauvais résultats économiques et d'une impopularité record, François Hollande a promis, un an jour pour jour après son élection, une deuxième année de présidence sous le signe "des résultats". "Ce qui a été fait depuis un an est consistant, et ce qui reste à faire est considérable", a-t-il asséné lors d'un séminaire du gouvernement, réuni au palais de l'Elysée, lundi 6 mai.

Libé - Désir (PS): «Assez du Hollande bashing» alors qu’il a fallu «désarkoyser le pays»

Harlem Désir, premier secrétaire du PS, a dit lundi en avoir «assez du Hollande bashing», alors qu’il a fallu «désarkoyser le pays» après l’arrivée de la gauche au pouvoir.

RTL - Mairie de Marseille : Carlotti en tête chez les socialistes

La ministre déléguée aux personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti est la candidate socialiste la mieux placée pour devenir maire de Marseille en 2014, selon un sondage TNS-Sofres réalisé pour le Parti socialiste.

Le Monde (abonnés) - Hollande : un anniversaire sans rupture

Le 10 mai 1982, François Mitterrand avait donné dans le registre militant : un déjeuner rue de Solférino, au siège du PS, puis une soirée à Bobino, pour un concert de Catherine Ribeiro. Jacques Chirac, lui, avait choisi le retour aux racines: le 7 mai 1996, il s'était échappé quelques heures en Corrèze, avec son épouse Bernadette, pour partager un gigot avec les élus de son ancienne circonscription. Quant à Nicolas Sarkozy, il avait souhaité que le 6 mai 2008 fût un jour comme un autre, au point de bouder, à la dernière minute, une grande fête organisée en son honneur salle Gaveau, à Paris.

Le Monde - Montebourg aux syndicats : "le gouvernement ne se couche pas"

"Au moins, lui, il a des c..." Lorsque Le Monde a invité Arnaud Montebourg à débattre avec trois syndicalistes d'entreprises qui ont fait la "une" durant la première année de mandat de François Hollande, certains pensaient qu'il n'accepterait pas. Mais le ministre du redressement productif ne s'est pas défilé... Ce qui lui a valu ce commentaire "viril" de l'un d'eux.

6 mai

Le Monde - Le PS célèbre en demi-teinte le premier anniversaire de la présidence Hollande

Comment fêter une annus horribilis ? En faisant le choix de ne pas la fêter vraiment. C'est l'option très raisonnable qu'ont finalement retenue les socialistes alors que, lundi 6 mai, s'achèvera la première année de mandat de François Hollande à l'Elysée. Rares sont en effet les raisons de se réjouir côté socialistes un an après la victoire de leur champion à la présidentielle, alors que le chômage bat des records, que le pays flirte avec la récession économique et que le chef de l'Etat atteint des niveaux exceptionnels d'impopularité...

Le Monde - La lutte des gauches

Alors que Jean-Luc Mélenchon fait part de son insatisfaction après un an de présidence Hollande, de nombreux ténors du PS dénoncent une "division" qui ne fait pas de bien à la gauche. "Nous sommes prêts à entrer au gouvernement" répond le leader du Front de gauche... mais pas pour faire la même politique.

Le Nouvel Obsevateur - Les socialistes dénoncent Jean-Luc Mélenchon et sa stratégie du "fracas"

SOUSTONS (AFP) - Plusieurs personnalités du PS ont vivement dénoncé dimanche Jean-Luc Mélenchon et sa stratégie du "fracas", à Soustons (Landes), lors de la réunion du Mouvement des jeunes socialistes (MJS), en l'accusant d'être un diviseur de la gauche.

Le JDD - Amer anniversaire pour les jeunes socialistes

Pour les un an de la victoire de Hollande, les jeunes du PS sont réunis dans les Landes. Entre absence d'Ayrault et fête interdite, récit d'une journée particulière.

Rue 89 - Itinéraire d’un électeur PS amer qui manifeste avec Mélenchon

François, 25 ans, a voté pour Hollande, mais il est « dégoûté » par sa première année de mandat et veut se remonter le moral en défilant dimanche à Paris.
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________


06/05/2013

Hollande, un an après

Libé - Un an de Hollande : le grand inventaire des 60 promesses

Ce lundi matin, ils doivent se retrouver au grand complet à l’Elysée, autour de leur grand vainqueur du 6 mai 2012. Un petit-déjeuner d’anniversaire «bilan et perspectives» pour les ministres, comme l’annonce Matignon. Un an après l’élection de François Hollande, que sont devenus ses 60 engagements de campagne ? Si le gouvernement a mis en ligne un bilan sur son site, Libération a aussi, de son côté, passé au peigne fin le livret-programme du candidat. Du grand «oui» de la majorité au mariage pour tous au renoncement sur le droit de vote des étrangers. Des promesses symboliques aux mesures plus techniques, moins médiatisées, comme le programme de rénovation des habitats pour une meilleure isolation, qui devrait créer des milliers d’emplois.

Le Portail du gouvernement - Exigence démocratique : 60 engagements pour la France, première année

Exigence démocratique : à quelques jours du premier anniversaire de l’élection de François Hollande, nous publions l’état d’avancement de chacun des 60 engagements pris devant les Français. Dans le même esprit de transparence, nous publierons dimanche 5 mai un document sur les actions engagées par le gouvernement depuis un an.

La Voix du Nord - Hollande, un an de présidence pas si « normale » (1/2)

Le 6 mai, François Hollande est élu avec 51,64 % des voix. Sur la promesse du changement « maintenant ». Un an plus tard, jamais président n'avait connu pires sondages. Revue de détails de ses principaux 60 engagements.

Le Nouvel Obs - Les 60 promesses de Hollande, un an après

INFOGRAPHIE. Après un an de mandat, François Hollande a-t-il tenu un peu, beaucoup, pas du tout ses engagements? Le Nouvel Obs a passé les promesses de campagne au crible. Verdict.

Les Echos - BILAN-Hollande, messager affaibli de la France en Europe

Les faits donnent raison à une France peu audible
Un affaiblissement lié au décrochage économique français
Hollande handicapé en Europe par sa situation intérieure

Le Nouvel Obs - François Hollande a bousculé le logiciel économique du PS par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - En une année d'exercice du pouvoir, François Hollande a bousculé nombre de fondamentaux idéologiques du Parti socialiste en orientant sa politique économique vers un "socialisme de l'offre" à mesure que la crise s'intensifiait.

Sud Ouest - Un an après, regrettez-vous d’avoir voté pour Hollande ?

Selon les sondages, le président a perdu la confiance de 40 % de ses électeurs. « Sud Ouest » a posé la question à deux d’entre eux

L'Express - François Hollande n'apprécie pas que ses ministres lui fassent faux bond

Alors que la crise bat son plein, plusieurs ministres envisagent de fêter la première année du quinquennat les 4 et 5 mai lors d'un rassemblement du MJS à Soustons dans les Landes. Consternation à l'Elysée. 

Le Dauphiné Libéré - François Hollande : un an après, la panne de confiance

Nicolas Sarkozy avait sa stèle des promesses non tenues devant l’aciérie de Gandrange. À quelques kilomètres de là, à Florange, vient d’être inaugurée la stèle de la trahison de François Hollande. Rude anniversaire à l’endroit où son discours sur l‘industrie devant la camionnette des « gueules rouge » de Mittal fut le meilleur moment de sa campagne. La déception est à la hauteur de l’espoir à Florange. Et ailleurs si l’on observe les cotes de popularité et les grondements de l’opinion

Le Figaro - Les Européens jugent durement l'an 1 de François Hollande

Le président français voulait prendre le leadership en Europe. Avec la crise, il se retrouve esseulé et critiqué. Passage de témoin? Il y a un peu plus d'un an, tout juste élu président de la République, François Hollande se faisait fort de réussir, comme il l'avait promis durant toute sa campagne, à «réorienter la politique européenne».

Le Parisien - Un an de présidence Hollande : le plan com' du gouvernement

L'exécutif veut montrer qu'il tient ses promesses. Pour cela, il a prévu de communiquer sur le bilan de la première année du quinquennat en plusieurs étapes. La première a consisté à publier, ce jeudi sur le site du gouvernement, un document d'une cinquantaine de pages, préparé par l'Elysée, Matignon et les ministères sur «l'état d'avancement» des 60 engagements pris par le chef de l'État durant sa campagne présidentielle.

Le Nouvel Obs - VIDEO. Un an de Hollande : quand la présidence normale fait pschitt

La première année du quinquennat de François Hollande passée au crible par François Bazin, rédacteur en chef du service Politique du "Nouvel Observateur".

France 3 Limousin - François Hollande : un an à l'Elysée. Quatrième épisode

Suite de notre série sur la première année de François Hollande à L'Elysée.
Ce soir : les relais corréziens du Président.

Le JDD - Hollande réunira ses ministres pour ses "un an"

INFO JDD - Le chef de l'Etat a convoqué le gouvernement à l'Elysée lundi, jour anniversaire de son élection. Il prépare un bilan de son action et de celle de ses ministres. Seuls six d'entre eux seront ce week-end au forum du PS à Soustons.

Le Dépêche du Midi - Hollande, le "président normal", condamné à monter en première ligne

François Hollande qui se rêvait "président normal" a dû se résoudre à monter en première ligne pour orchestrer la politique du gouvernement, rattrapé par les institutions de la Ve République et la crise mais aussi l'autorité discutée de son Premier ministre. Dans son livre "Changer de destin", il aspirait, tel Montaigne, "homme normal" qui "fit un livre unique", à être "un homme normal de la politique, à une responsabilité unique".

04/05/2013

L'actualité des socialistes du 29 avril au 5 mai (mise à jour)

A la une

Hétéroclite - Gérard Collomb, un maire trop timoré ?

L’attitude réservée du maire de Lyon sur les thématiques LGBT a-t-elle galvanisé les opposants au projet de loi dans le Rhône ? Ou est-ce à l’inverse pour ne pas se mettre à dos un électorat qu’il juge majoritairement indifférent (voire hostile) à ces questions que le premier édile de la ville se montre si frileux ? Bien sûr, le sénateur Gérard Collomb avait fait part de son intention de voter le projet de loi présenté par la garde des Sceaux (le vote a finalement eu lieu le 12 avril à main levée, en l’absence d’un grand nombre de sénateurs).

4 mai

Le Monde - Dans la rue, la fin des illusions

Des cortèges de manifestants saluent le premier anniversaire de François Hollande à l’Elysée. Syndicalistes, militants d’extrême droite, mélenchonistes, opposants au mariage pour tous, chacun dans son couloir, sans un regard pour l’autre.

RFI - Jean-Christophe Cambadélis, député de Paris, secrétaire national du PS à l'Europe et aux relations internationales, vice-président du Parti socialiste européen (PSE)

« Je crois que les Français n’adhèrent pas au programme du Front national. Le programme de guerre civile, c’est un programme qui plongerait la France plus que dans le désarroi, dans le malheur. Les Français n’adhèrent pas au fait que l’on rompt avec l’euro, par exemple. Ils n’imaginent pas une seule seconde que l’on ramène à la frontière l’ensemble des émigrés, ils ne sont pas favorables que l’on réduise à ce point les services publics… »

3 mai

Le Monde - Rachat de Dailymotion par Yahoo! : Montebourg a-t-il agi seul ?

Le rachat avorté de Dailymotion par Yahoo! continue à faire des remous au sein du gouvernement. Alors que le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, affirmait qu'il avait reçu le soutien de son collègue de l'économie, Pierre Moscovici, pour bloquer le rachat, ce dernier a démenti être intervenu personnellement.

Lui Président - 16-29 avril : mariage pour tous, Florange et parlementaires à l’ElyséeTous les quinze jours, Lui Président fait le point sur la mise en œuvre des promesses électorales annoncées par François Hollande. L'actualité des promesses gagne en densité à l'approche du premier anniversaire de l'élection du chef de l'Etat, avec l'adoption définitive de la loi sur le mariage et l'adoption pour tous et la remise en cause d'une promesse de la "présidence normale".

2 mai

Le Nouvel Obs, Laurent Joffrin - Hollande est-il cuit ?

Hollande a gagné par sa prudence, son calme, sa froideur de joueur d'échecs. Mais, en temps de crise aiguë, la prudence est un handicap.

Le JDD - Tensions avec l’Allemagne : Hollande tente de calmer le jeu  

La gauche française tente de faire retomber le climat de tension avec l’Allemagne, suscité par la divulgation d’un document interne au PS. François Hollande a assuré mercredi que seule comptait la dernière version du document, où les critiques contre Angela Merkel ont été gommées. 

Libé (abonnés) - «Tournons la page des formules contestables»

Interview Jean-Christophe Cambadélis veut clore le débat sur l’antigermanisme du PS.

Par LILIAN ALEMAGNA

Face à un PS critiqué pour avoir ciblé Angela Merkel dans un projet de résolution sur l’Europe, le socialiste Jean-Christophe Cambadélis, chargé des questions internationales, insiste pour que le parti dispose d’une autre «temporalité» que celle du gouvernement.

1er mai

L'Express - Loi Florange: les 5 étapes d'un accouchement difficile

Une proposition de loi PS sur la reprise des sites rentables doit être dévoilée ce mardi. Elle répond à la promesse de François Hollande faite aux ouvriers de l'aciérie de Florange en février 2012. Que s'est-il passé entre temps?

L'Express - Loi Florange: les 5 étapes d'un accouchement difficile

Une proposition de loi PS sur la reprise des sites rentables doit être dévoilée ce mardi. Elle répond à la promesse de François Hollande faite aux ouvriers de l'aciérie de Florange en février 2012. Que s'est-il passé entre temps?

Le Monde - "L'amitié franco-allemande ne doit pas empêcher le débat sur l'austérité"

Le Parti socialiste doit entériner, mardi 30 avril, le texte qui servira de feuille de route lors de sa convention sur la politique européenne, le 16 juin. Le document, notamment préparé par Jean-Christophe Cambadélis, vice-président du Parti socialiste européen, critique l'Europe de droite et a suscité le débat sur la politique de l'Allemagne. Mais il ne satisfait pas Emmanuel Maurel, vice-président du conseil régional d'Ile-de-France et issu de l'aile gauche du PS, qui va présenter sa propre résolution.

Le Monde - Sous pression, Hollande défend sa "boîte à outils" pour l'emploi

François Hollande était venu pour la dernière fois aux Mureaux (Yvelines) il y a un peu moins de deux ans. C'était avant la primaire citoyenne qui allait faire de lui un candidat à l'élection pour la présidence de la République. "C'était le bon temps. J'étais reparti en scooter", plaisante-t-il.

Le Nouvel Obs - EXCLUSIF. Le nouveau texte du PS sur l'Allemagne

Le nom de la chancelière a tout simplement disparu. "L'intransigeance égoïste de la chancelière allemande Angela Merkel" se transforme en "intransigeance libérale de la droite allemande"

Le Monde (abonnés) - "Mais qui a sorti ça à la presse?" "C'est moi", répond Hollande

Candidat, François Hollande l'a souvent répété : "Un quinquennat se juge à son début et se sanctionne à la fin." A peine un an après son élection, la sanction semble déjà tombée, comme si tout avait été dit depuis le début, et que plus aucune surprise n'était à attendre de ce président qui, semaine après semaine, fait preuve en effet d'une imperturbable constance – un mot qui lui est cher – dans sa façon de gouverner.

Le Monde (abonnés) - Les paris perdus de François Hollande

Il ne fêtera pas ce premier anniversaire. Il ne s'exprimera pas non plus. "Pas la peine de galvauder la parole du président", explique un collaborateur. A quelques jours du 6 mai, et à l'heure du premier bilan d'étape du quinquennat de François Hollande, Matignon et l'Elysée planchent sur un document présentant "de manière précise et factuelle un état des lieux" de l'avancement des 60 propositions de campagne. "Hollande n'a cessé de prendre des décisions", s'agace un autre conseiller face à la critique en indécision qui frappe le chef de l'Etat. Il n'empêche : le bilan ne saurait être globalement positif, nombre des principaux paris du président étant, pour l'heure, perdus.

Lyon Capitale - Gérard Collomb encourage Hollande mais défie le PS

Gérard Collomb était l’invité de la matinale sur Canal+ ce mardi matin. Le maire de Lyon est revenu sur les actions de François Hollande, sans manquer au passage d’égratigner ses camarades du PS.

Lyon 1ere - Collomb (PS) sur la politique économique: "un cap semble fixé" 

Gérard Collomb, sénateur-maire PS de Lyon, juge, au lendemain de l'annonce par François Hollande, de mesures en faveur de l'entreprise, qu'un cap semble désormais "fixé".

Le Nouvel Obs - "La politique d'Angela Merkel est respectable mais pas indiscutable"

Jean-Christophe Cambadélis, chargé au PS aux questions européennes revient sur la polémique qui entoure la publication d'un "brouillon" du PS très à charge contre la chancelière allemande.

30 avril

Libé - «Confrontation» avec l'Allemagne : Laurent Fabius appelle le PS au calme

Réactions La publication d'un texte du PS sur la politique allemande déclenche une polémique interne au sein du parti.

Le Lab - Comment le PS assume sa volonté de "confrontation" avec l’Allemagne

Le PS assume. Et maintient l’idée d’une "confrontation" avec l’Allemagne, terme pourtant rejeté par Jean-Marc Ayrault comme par Manuel Valls, qui a recadré la sortie sur le sujet de Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale.

Europe 1 - Propos anti-Merkel : l'Elysée calme le jeu

"La tension existe, mais il faut garder l’amitié pour trouver le compromis", estime le chef de l'Etat. "L'amateurisme du PS". Les récents propos virulents de plusieurs ténors socialistes contre l'Allemagne et la chancelière Angela Merkel ont visiblement fortement déplu à l'Elysée, selon les informations d'Europe 1. "La politique, ce n'est pas de la tauromachie !" s’est ainsi emporté un proche du président, pestant ainsi contre l'amateurisme du PS.

Le Figaro - Hollande : «Depuis un an, j'ai fait des choix majeurs pour la France»

Pris dans la tourmente de la crise, en chute dans les sondages, François Hollande, qui achève sa première année de mandat, n'entend ni se "laisser impressionner" ni changer de cap en dépit des critiques. Dans une interview accordée il y a dix jours aux agences de presse, et diffusée aujourd'hui à la demande de l'Élysée, le socialiste revient sur ces douze mois semées "d'épreuves". Il y affirme vouloir maintenir le cap de son action à la tête d'un pays au bord de la récession, traversé également par une crise morale et sociétale.

29 avril

Le Monde - Moscovici : une "confrontation" avec l'Allemagne est "contre-productive"

Le ministre de l'économie et des finances, Pierre Moscovici, condamne les propos de Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale, qui avait plaidé, dans Le Monde du 26 avril, pour une "confrontation" avec l'Allemagne. Le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, ainsi que deux autres poids lourds du gouvernement, Manuel Valls et Michel Sapin, ont, ce week-end, pris leurs distance avec M. Bartolone.

Le Nouvel Obs - Cambadélis veut la suspension de l'auteur de la fuite sur Merkel

PARIS (Reuters) - Le député socialiste Jean-Christophe Cambadélis, coordinateur d'un texte finalement édulcoré critiquant l'Allemagne, a dit lundi qu'il demanderait la suspension du Parti socialiste de l'auteur de la fuite du document préparatoire à la presse.

Le JDD - Les retrouvailles chinoises avec Aubry

L'ex-patronne du PS veut rester à l'écart du gouvernement
Dans l'avion qui l'emmène vers Pékin, François Hollande prend soin de placer Martine Aubry à côté de lui pour le déjeuner. "Je suis très content de te voir, on ne se voit pas assez", lui glisse-t-il. Et tout au long de son voyage, il multiplie les signes d'attention. Partout, il salue son rôle. Jeudi matin, dans la rencontre avec les chefs d'entreprise, le président lui demande de répondre à plusieurs questions. "Elle l'a bluffé. Elle connaît parfaitement ses dossiers. Quand elle s'y met, elle est très efficace", raconte un témoin.

Le Monde - François Hollande : la résilience pour seule arme

Physiquement, il a à peine changé. Un peu d’embonpoint qui cependant prospère au fil des mois et tranche avec la cure d’austérité imposée au pays. Depuis un an , François Hollande affronte une succession de crises et une pluie de critiques propres à rendre insomniaque n’importe quel président.

Il les vit avec une apparente sérénité, sans piquer de colère, dans un abord facile et une approche aimable. La résilience est son arme, la seule qui lui reste pour résister à la spirale des mauvais sondages et des critiques acerbes qui l’entraînent chaque jour un peu plus vers le bas.

Europe 1 - Hollande conteste sa "prétendue indécision"

Presque un an après son élection, le chef de l'Etat défend "ses choix majeurs pour la France".

L'heure est au bilan. Presque un an après son élection, François Hollande a accepté de revenir sur ces douze premiers mois de mandat, dans une interview accordée il y a dix jours aux agences de presse et publiée dimanche. Des sondages en chute libre, un scandale ministériel, un taux de chômage record, la première année du chef de l'Etat n'aura pas été de tout repos mais ce dernier assure qu'il n'entend pas "se laisser impressionner". Europe1.fr résume les principales déclarations de François Hollande.

Le Monde - Bartolone répond sur son blog : "Une tempête dans un verre d'eau"

Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, est revenu sur la polémique du week-end sur les relations franco-allemandes sur son blog, dimanche 28 avril, justifiant sa prise de position en faveur d'une attitude beaucoup plus ferme face à la chancelière Angela Merkel.

Europe 1 - Sapin regrette "une erreur de mot" du PS

Michel Sapin et Manuel Valls ont vivement fustigé les appels à la "confrontation" avec Berlin.

Le recadrage. "Le terme de 'confrontation' utilisé ces derniers jours est totalement inapproprié, inadapté. C'est même un contresens vis à vis des relations entre la France et l'Allemagne", a martelé Michel Sapin, invité dimanche du Grand Rendez-vous Europe 1/Le Parisien/i>Télé. Le ministre du Travail réagissait aux virulentes critiques du PS à l'encontre d'Angela Merkel, notamment celles de Claude Bartolone, qui a employé le mot controversé.

Le Parisien - Manuel Valls : « Les socialistes doivent être loyaux »

Dans une interview au Parisien, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, appelle ses camarades à la discipline.

Le Monde - Valls et Sapin se positionnent contre une confrontation avec l'Allemagne

Alors que le premier ministre Jean-Marc Ayrault était intervenu sur Twitter, samedi, pour rappeler l'importance de l'amitié franco-allemande, le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, et celui du travail, Michel Sapin, ont tous deux appuyé ce point de vue, et sévèrement critiqué les responsales du PS qui souhaitent une "confrontation" avec l'Allemagne pour obtenir un changement de cap économique en Europe.

Le Monde - Impopulaire, Hollande ne veut pas "se laisser impressionner"

Pris dans la tourmente d'une crise multiforme, en chute libre dans les sondages, François Hollande, qui achève sa première année de mandat, n'entend pas se "laisser impressionner" et rappelle à sa majorité agitée que "la direction est toujours fixée par le président de la République".

Le Lab - Un député socialiste critique Harlem Désir pour son soutien à un journaliste de Libération

TWEETCLASH - "Jean Quatremer ne se prive pas pour donner ses opinions sur nos votes. On peut quand même répondre à ses opinions sur nos votes !" Régis Juanico, contacté par Le Lab, ne retire rien à ses propos tenus samedi 27 avril sur Twitter, dans lesquels il demande à Libération de muter son correspondant à Bruxelles. Il regrette même que le Premier secrétaire du PS Harlem Désir, ait préféré prendre la défense du journaliste: "inapproprié" selon lui.

____________________________________________________________________
____________________________________________________________________

27/04/2013

L'actualité des socialistes du 22 au 28 avril

A la une

Le JDD - Comment le PS a adouci sa critique de Merkel

Ciblant trop Merkel, le projet de texte du PS pour sa convention Europe a été adouci. Les attaques ad hominem visant la chancelière ont disparu.L’intervention de Jean-Marc Ayrault n’y est pas pour rien. Mais le ton anti-austérité, lui, reste.

27 et 28 avril

Le JDD - Vers une "confrontation" Hollande-Merkel?

Dans un document de travail, le PS pousse François Hollande à un "affrontement démocratique" avec l'Allemagne d'Angela Merkel, jugée responsables des politiques d'austérité en Europe. Une perspective qui inquiète la droite française, qui juge déplorable les relations actuelles entre les deux pays.

Le Monde - Le PS dénonce "l'intransigeance égoïste de la chancelière Merkel"

L'Europe de la rigueur est une nouvelle fois attaquée. Après des premiers coups venus de l'aile gauche du Parti socialiste, puis, encore plus fortement, du président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, dans un entretien au Monde, c'est désormais le parti qui pointe du doigt cette Europe des conservateurs.

Le Monde - La gauche et ses vieux démons

En plaidant, comme il vient de le faire dans Le Monde, pour une "confrontation" avec l'Allemagne, là où François Hollande préfère parler de "tension amicale", Claude Bartolone remet en scène de façon spectaculaire la tentation de "l'autre politique" récurrente depuis 1983.

Public Sénat - Laurence Rossignol : « Nous sommes fiers de notre vote sur l’amnistie sociale » au Sénat

La sénatrice et porte-parole du PS Laurence Rossignol maintient son soutien à la loi d’amnistie sociale, malgré la ferme opposition du gouvernement. « Nous sommes fiers de notre vote », affirme-t-elle. Les députés PS ont pour consigne de voter contre le 16 mai. Mais plusieurs voteront pour.

Le Monde - Les promesses brisées de la présidence "normale"

Il avait promis que lui, président de la République, il ne "rencontrerai[t] pas de parlementaires de la majorité à l'Elysée". Un an à peine après le débat de l'entre-deux-tours de la présidentielle, lors duquel il avait égrené ses engagements dans une anaphore restée célèbre, François Hollande est pris à son propre piège à promesses.

Le Monde - Transparence : "Les mesures Hollande n'auraient pas permis d'éviter l'affaire Cahuzac"

Dans un chat sur LeMonde.fr, Éric Halphen, magistrat et président d'honneur d'Anticor, une association de lutte contre la corruption, estime que le contrôle des lobbies est "le problème important" de la vie parlementaire.

Libé - Hollande rentre de Chine, les rumeurs aussi

Par Grégoire Biseau, envoyé spécial en Chine, et Philippe Grangereau, correspondant à Pékin

Le chef de l’Etat avait entamé jeudi matin sa première visite dans le pays. Récit des grandes et petites histoires de ce voyage.

Le Monde - La colère du MoDem, exclu des primaires PS à Aix et Marseille

Les responsables du MoDem de Marseille ont qualifié vendredi de "totalement irrationnelle" la décision des instances locales du Parti socialiste (PS) de refuser leur participation aux primaires citoyennes de l'opposition organisées pour les prochaines municipales à Aix-en-Provence et Marseille.

Le Courrier des maires - Christophe Borgel : « Nous sommes dans une logique de rassemblement de la gauche »

Député de la Haute-Garonne, Christophe Borgel, secrétaire national du PS en charge des élections, ne craint pas l'influence du climat national sur le résultat des élections municipales.

Les Echos - Claude Bartolone veut devenir l'homme fort de la majorité

Omniprésent dans les médias, le président PS de l’Assemblée nationale entend s’imposer dans le système Hollande. Le lancement de sa croisade contre la publication du patrimoine des parlementaires au lendemain de l'intervention télévisée du chef de l’Etat sur la transparence de la vie politique avait fortement déplue au « Château ». L’interview de Claude Bartolone au « Monde » ce jeudi suscite cette remarque amusée d’un conseiller de l’Elysée : « C’est je suis prêt au cas où... » Prêt pour Matignon même si - prudent - le président PS de l’Assemblée s’en défend. «  Premier ministre, c’est pas une fonction que vous pouvez inscrire dans votre plan de carrière car votre nomination dépend totalement de la situation politique et du choix du président de la République », confiait-il fin février. Peu de gens le croiront.

26 avril

Le Figaro - Le PS veut amender la transparence de Hollande

Le projet de loi sur la moralisation de la vie politique a été adopté en Conseil des ministres. Mais il ne sera pas voté en l'état. L'initiative est sans précédent: les deux présidents PS des commissions des lois de l'Assemblée nationale et du Sénat, Jean-Jacques Urvoas et Jean-Pierre Sueur, ont publié mercredi un communiqué commun pour réaffirmer leur volonté d'élaborer «un mécanisme permettant de concilier transparence, contrôle et respect de la vie privée auquel a droit tout individu». C'est dire la méfiance des parlementaires, qui vont tout faire pour encadrer la publication de leurs déclarations de patrimoine, que le gouvernement les incite à faire.

Acteurs Publics - Scepticisme des élus locaux sur les métropoles

Les 23 et 24 avril, les sénateurs ont auditionné les élus des grandes villes de France sur le premier projet de loi de décentralisation. À la différence des parlementaires, ils ont émis des réserves sur les futures métropoles..... Même son de cloche chez les maires du Rhône. Jean-Paul Bret, édile PS de Villeurbanne, estime qu’“on rend les choses plus compliquées et moins efficaces”, alors que les parlementaires défendent la métropole lyonnaise.

Le Nouvel Obs - Amnistie sociale : Boutih veut un vote interne au PS

La loi votée au Sénat et qui n'a pas été soutenue par le gouvernement "ne peut engager automatiquement les parlementaires socialistes", estime le député de l'Essonne. 

Les Echos - Le PS referme la porte à toute amnistie sociale

Gouvernement et députés PS rejettent la proposition de loi communiste. Les tensions liées au mariage gay ont poussé l'exécutif à jouer la fermeté.

Marsactu - Au PS 13, la rénovation se résume aux primaires

Christophe Borgel et Alain Fontanel, les deux envoyés de Solférino pour assurer la tutelle du PS 13, donnaient ce jeudi une conférence de presse. Bilan : les primaires s'organisent mais la rénovation attendra.

Le Monde - Bartolone : "Nous devons envisager le deuxième temps du quinquennat"

Après s'être fortement opposé à la publication du patrimoine des députés, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, émet de nouveau des réserves sur le projet de loi sur la moralisation de la vie publique, présenté mercredi 24 avril en conseil des ministres. Il plaide également pour un rassemblement de toute la gauche et pour l'engagement du "deuxième temps" du quinquennat, plus centré sur le social.

25 avril

L'Express - Amnistie sociale: le gouvernement dit "non" après avoir dit "bravo"

Au gouvernement ou au PS comme parmi les parlementaires socialistes, l'opposition au texte sur l'amnistie sociale n'est pas aussi unanime que la majorité le souhaiterait. Exemples.

Le Monde - Hollande "abordera certainement" la question des droits de l'homme en Chine

Le président François Hollande "abordera certainement" la question des droits de l'homme au cours de sa visite en Chine jeudi et vendredi, a déclaré le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, mercredi 24 avril. "Mais il le fera avec le souci de l'efficacité et sans esprit de provocation", a-t-il précisé.

FranceTVinfo - Finalement, Hollande reçoit des parlementaires PS à l'Elysée

Lui président de la République, il ne devait pas recevoir les parlementaires de la majorité à l'Elysée. Finalement, entre l'affaire Cahuzac, le dossier moralisation de la vie politique et le contexte économique troublé, les doutes des députés socialistes sont tels que François Hollande a cédé. Selon Le Canard Enchaîné et Europe 1, mercredi 24 avril, le président a reçu une dizaine d'élus socialistes la semaine dernière au palais et devrait faire de ces "apéros du mardi" un rendez-vous régulier.

Le Monde - Affaire Cahuzac : les députés vont enquêter sur l'action du gouvernement

L'Assemblée nationale a décidé de créer une commission d'enquête sur l'action du gouvernement "entre le 4 décembre 2012 et le 2 avril 2013 dans la gestion d'une affaire qui a conduit à la démission d'un membre du gouvernement", à savoir l'affaire Cahuzac.

L'Express - Les députés et sénateurs PS veulent éviter la publication des patrimoines

Dans un communiqué, les présidents PS des commissions des Lois du Sénat et de l'Assemblée nationale appellent à concilier "transparence et respect de la vie privée". Une manière d'échapper à la publication des patrimoines. 

Tribune de Lyon - Municipales. La bourgeoisie lyonnaise tentée par le centre gauche

C’est la thèse défendue par un ouvrage qui s’appuie sur des centaines d’entretiens approfondis avec des Lyonnais. Ce qui pourrait avoir des conséquences en 2014 sur le vote dans les 2e et 6e arrondissements....

Le Monde - "Pour un choc de vérité au sein du PS, à gauche et pour la France" Par Jean-Marie Le Guen, Jean Besson, Jean-Pierre Caffet, Christophe Caresche, Jean-David Ciot, Marc Goua, Gilles Savary, Pascal Terrasse (Députés et sénateurs PS)

Nous avons été choqués par l'intervention musclée, au Conseil national du Parti socialiste, de militants d'extrême gauche qui n'ont cessé de refuser tout compromis et tout dialogue social dans leur entreprise. Et nous avons été stupéfaits de voir leurs propos véhéments, déraisonnables et de mauvaise foi contre la politique gouvernementale applaudis par une partie de l'assistance.

24 avril

Le Monde - Lancement de l'opération d'assainissement de la vie publique

Le Conseil des ministres doit déclencher mercredi 24 avril une opération "mains propres" qui ne dit pas son nom, en arrêtant une panoplie de mesures d'assainissement de la vie publique sur laquelle François Hollande joue son autorité face à la fronde des parlementaires, socialistes en tête. La transparence et le contrôle du patrimoine des responsables et la lutte contre la fraude et les paradis fiscaux forment le cœur du dispositif en préparation, trois semaines après les aveux de l'ex-ministre du budget Jérôme Cahuzac sur son compte caché à l'étranger.

Libé (abonnés) - L’exécutif affiche une petite moralisation

Fraude . Les mesures anticorruption annoncées par le Président sont insuffisantes pour certains magistrats. Par Violette Lazard
Il y a eu l’affaire Cahuzac. Puis, en chaîne, une foule d’annonces, la publication par les ministres de leur patrimoine et des grandes promesses sur la lutte judiciaire contre la corruption. Alors qu’un projet de loi sur la moralisation de la vie politique doit être présenté ce matin en Conseil des ministres, une quarantaine de magistrats spécialisés dans la lutte contre la grande délinquance financière lancent un appel au président de la République (lire p. 23).

Le JDD - Ayrault propose un deal aux députés PS

Après avoir entendu leurs frustrations la veille, Jean-Marc Ayrault s'est engagé mardi devant les députés socialistes à leur donner davantage de considération. Un geste pour lequel il a réclamé une contrepartie.

Le Monde (abonnés) - Le manifeste "anti-aile gauche" de plusieurs élus PS

Après la grogne de l'aile gauche du PS, la réaction de l'aile droite ? Une dizaine de parlementaires socialistes, dont les députés Jean-Marie Le Guen, Pascal Terrasse, Christophe Caresche ou encore le sénateur Jean-Pierre Caffet, se fendent d'une tribune acerbe sur Lemonde.fr pour plaider "un choc de vérité au sein du PS, à gauche et pour la France". Et, dans le même mouvement, fustiger ceux de leurs camarades qui ces jours-ci accentuent leur critique de la politique gouvernementale.

Le Monde (abonnés) - Bruno Le Roux, le "jeune vieux briscard" face aux turbulences du groupe PS

Ces derniers jours, un court article du Point circulait entre les mains des ministres. A lire, une "confidence" du président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, agacé de "la panique à l'Elysée", où "ils ne contrôlent plus rien !". Fidèle parmi les fidèles "hollandais", Bruno Le Roux serait-il, lui aussi, gagné par le doute? Si l'intéressé a officiellement démenti ces propos, une des nouvelles figures de l'Assemblée l'assure : "En ce moment, il tire vraiment la tronche."

Maintenant la Gauche - Retrouvez le plan de relance écologique et social

23 avril

Libé (abonnés) - Séminaire de réfection entre les députés socialistes et le gouvernement

Une journée de réflexion visait hier à ressouder des élus PS divisés sur plusieurs dossiers. Par Lilian Alemagna et Laure Bretton
Acent sur un divan. Les députés socialistes ont passé la journée d’hier en thérapie de groupe à l’Assemblée nationale - une première depuis le début du quinquennat. De quoi déballer ressentis et ressentiments après onze mois de gauche au pouvoir.

Com'c'est bizarre - Crise de popularité et menace de la rue : comment reprendre la main ?

Désormais au fond de la piscine de la popularité, François Hollande peut-il espérer un rebond automatique ? Ou doit-il craindre, au contraire, ce «mai 2013» que l’opposition appelle de ses voeux ? Si le déficit de confiance s’explique avant tout par la montée du chômage et la peur de la crise, il est désormais suffisamment prononcé pour justifier les dérapages extrémistes dans la rue.
Le président de la République (photo Reuters) pourrait utilement méditer l’expérience de deux de ses prédécesseurs, François Mitterrand et Nicolas Sarkozy, qui, confrontés à la même crise d’opinion, ont réagi par la reprise en main de l’agenda.

Le Nouvel Obs - Boutih : "Copé est dangereux pour la droite républicaine"

Après que certains élus UMP ont manifesté dimanche aux côtés de membres du FN contre le mariage pour tous, le député PS de l'Essonne analyse les fractures de la droite.

Le Nouvel Obs + - François Hollande et la politique du kilo: ce que son poids révèle de sa détermination

LE PLUS. Tout le monde se souvient d'un François Hollande mince, déterminé, candidat à la présidence de la République. Aujourd'hui chef d'État, il semblerait que l'ex-président du conseil général de la Corrèze se soucie beaucoup moins de son poids. Et si ce yo-yo des kilos en disait long sur sa politique ? Analyse du communicant Claude Posternak.

Le Monde - Au PS, un séminaire pour atténuer le mécontentement des troupes

Près de la moitié des 293 députés du groupe PS, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et "la moitié du gouvernement" ont passé la journée de lundi 22 avril à l'Assemblée nationale pour un "séminaire de réflexion" à huis clos afin de discuter de la manière dont travaillent le parti et l'exécutif. Cette rencontre, la première du type depuis l'élection de François Hollande il y a près d'un an, a lieu alors que les relations entre les parlementaires et l'exécutif sont particulièrement tendues.

L'Express - Séminaire: les députés PS avaient beaucoup de choses à dire à Ayrault

Au terme d'une journée d'échanges "francs, loyaux et lucides" avec le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, les élus socialistes ont le sentiment d'avoir vidé leur sac. A voir maintenant comment l'exécutif va digérer tout cela.

 
Le premier secrétaire souhaite qu'"il y ait la meilleure coordination, le débat autant que nécessaire mais l'unité dans l'action". Le Premier ministre a tendu l'oreille.

 
L’exécutif s’accroche au « sérieux budgétaire », mais l’aile gauche du parti veut du changement. Le courant « Maintenant la gauche » publie ce lundi un manifeste pour un « plan de relance écologique et social ». Ils demandent à François Hollande de changer radicalement de politique économique.
 
La ministre déléguée aux droits des femmes et porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, était l'invitée, dimanche 21 avril, de l'émission "Tous politiques" diffusée sur France Inter et dont Le Monde est partenaire. Comme chaque semaine, nous passons au crible ses propos.

Libé - L'aile gauche du PS propose un «plan de relance écologique et social»

D'un montant de 43 milliards d'euros, il permettrait selon ses auteurs d'augmenter le PIB de 3,3 points et de créer ou préserver 500 000 emplois.

L’aile gauche du PS propose un «plan de relance écologique et social pour la France et pour l’Europe» mobilisant 43 milliards d’euros en deux ans, permettant de créer ou préserver 500.000 emplois et destiné à «s’affranchir d’une certaine orthodoxie libérale et budgétariste». Ce plan d’une trentaine de pages, qui sera présenté lundi au Sénat, est signé de la sénatrice Marie-Noël Lienemann, d’Emmanuel Maurel, premier signataire de la motion de l’aile gauche au congrès de Toulouse, du député Jérôme Guedj, et des économistes Daniel Vasseur et David Cayla, tous membres du courant «Maintenant la gauche».
 
22 avril

Le JDD - La gauche du PS veut un changement de cap

EXCLUSIF JDD - En présentant lundi un programme de "relance écologique et sociale", l'aile gauche du parti plaide pour une alternative à la rigueur. 


 
INTERVIEW - Représentante de l'aile gauche du Parti socialiste, la sénatrice de Paris défend «une autre politique».

Le Monde - Le Sénat adopte le projet de loi sur l'emploi malgré un coup d'éclat des communistes

Le Sénat a adopté, dans la nuit de samedi à dimanche, le projet de loi sur l'emploi, au terme d'un débat agité. Le gouvernement avait en effet décidé d'utiliser un vote bloqué pour faire accélérer les débats ce qui a déclenché la fureur des sénateurs communistes qui ont retiré tous leurs amendements et quitté l'hémicycle.
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________

21/04/2013

L'actualité des socialistes du 15 au 21 avril (mise à jour)

A la une

Le JDD - Popularité : la chute sans fin de François Hollande

 

SONDAGE - Selon le dernier baromètre Ifop/JDD, le chef de l’Etat perd six points et chute à 25% de Français satisfaits de son action. Un record absolu d’impopularité sous la Ve République. Plus préoccupant, il perd également sur sa gauche. Jean-Marc Ayrault baisse également de six points.

20 et 21 avril

Le Monde - Pressé par ses proches de changer, Hollande résiste

A la veille du premier anniversaire de son élection, l'atmosphère n'est pas à la fête autour de François Hollande. Ses amis politiques plaident avec insistance, lors de leurs tête-à-tête avec le président, pour un changement. "Il faut qu'il fasse quelque chose. Il faut qu'il bouge", s'impatiente un ministre, "hollandais" de la première heure.

Le Monde , François Fressoz - L’inquiétant vide idéologique

Jean-Pierre Raffarin, que l'on a connu plus mesuré, évoque cette semaine la "menace de chienlit" qui pèse sur le pays. On n'en est évidemment pas là, mais la difficulté qu'éprouve l'UMP à canaliser la colère des opposants au mariage gay, l'enlisement dans lequel se trouve le gouvernement combiné au choc moral que lui cause l'affaire Cahuzac incitent à la vigilance

Le Nouvel Obs - Montpellier prête pour accueillir le premier mariage homosexuel

Dès promulgation de la loi du mariage pour tous et conformément à une promesse de la ministre Najat Vallaud-Belkacem, la maire (PS) de Montpellier célèbrera, "probablement fin juin, début juillet" la première union officielle homosexuelle en France, celle de Vincent Autin avec son compagnon Bruno.

Le Figaro - Cambadélis : «La cote d'alerte est atteinte pour le PS»

INTERVIEW - Le député socialiste de Paris pointe « un problème de lisibilité » de Hollande qui «veut redresser le pays sans verser dans l'austérité et la récession, sans créer l'irréparable sur le plan social».

19 avril

Le Monde - Pour Moscovici, une porte vers la fin du secret bancaire a été "ouverte"

Une porte vers la fin du secret bancaire a été ouverte et l'élan donné par les Etats-Unis et plusieurs pays européens doit maintenant être confirmé au niveau international, a plaidé jeudi 18 avril à Washington le ministre des finances français, Pierre Moscovici.

Le Figaro - Hollande, la déception un an après

Selon notre sondage, le chef de l'État serait battu par 53 % contre 47 % par Sarkozy si l'élection avait lieu dimanche. La désillusion. Un an après le premier tour de la présidentielle, François Hollande suscite chez les Français une déception croissante qui s'exprime aussi bien chez les électeurs qui ont voté pour lui en 2012, que chez ceux qui lui ont préféré Nicolas Sarkozy. Selon notre sondage OpinionWay pour Le Figaroet LCI, Hollande chute, une nouvelle fois, lourdement. Désormais, seuls 26 % des Français se disent encore satisfaits de son action (-10 %), soit 74 % de Français mécontents.

Libé - Montebourg à la rescousse d'Armor Lux

Quelques mois après avoir posé dans une marinière de la marque, le ministre défend l'entreprise, recalée d'un appel d'offre pour l'habillement de la police nationale. Une intervention critiquée.

Le Lab - Bruno Le Roux estime qu’être président du groupe PS à l’Assemblée est plus facile qu’être Premier secrétaire du PS

Etre ou ne pas être godillot ? Comment influencer la politique du gouvernement quand on est un ténor de la majorité ? La question se pose autant pour Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, que pour Harlem Désir, premier secrétaire du Parti socialiste.

Les Echos - Dette élevée synonyme de récession ? Les plus grands économistes s'entredéchirent

Une étude publiée en 2010 par Reinhart et Rogoff, établissant un lien direct pour les pays riches entre dette élevée et récession, serait en fait truffée d'erreurs sur Excel. De quoi nourrir le débat sur l'austérité.

Les Echos - Hollande face à un climat politique et social explosif

Le chef de l'Etat a appelé à respecter «la loi et le suffrage universel». Seulement 18% des Français le jugent «capable de rassembler».

Le Figaro - Les Français pour la relance (sondage)

Les Français se prononcent majoritairement pour une politique de relance économique face à la crise, quitte à renoncer aux objectifs de réduction des déficits, selon un sondage Tilder/LCI/Opinionway publié aujourd'hui.

Le Lab - Le PS rejette un moratoire sur les farines animales pour nourrir les poissons

C'est non. Le Parti socialiste à l'Assemblée nationale a rejeté ce mercredi 17 avril un amendement favorable à l'instauration d'un moratoire sur l'utilisation des farines animales dans l'élevage du poisson.

Le Parisien - Le sénateur-maire PS de Lyon, Gérard Collomb, dévoile à son tour son patrimoine

Le sénateur-maire PS de Lyon, Gérard Collomb, a détaillé mercredi la totalité de son patrimoine sur le site du quotidien régional Le Progrès, quelques jours après l'ensemble des ministres du gouvernement, en réponse à l'affaire Cahuzac.

Le Monde - Pierre Moscovici : "Notre objectif, c'est de retrouver une croissance de 2% dès 2015"

Dans un entretien au Monde, le ministre de l'économie défend le programme de stabilité et affirme "sa conviction d'avoir été irréprochable" dans le dossier Cahuzac.

18 avril

Libé - Affaire Cahuzac : Moscovici se justifie encore et encore

Récit Visé depuis les aveux de l'ex-ministre du Budget sur son compte en Suisse, le ministre de l'Economie a défendu les démarches de Bercy devant la commission des Finances mercredi.

Le Monde, Françoise Fressoz - Sapin, le sniper du président

En écoutant ce soir Michel Sapin assurer sur la chaîne parlementaire qu'il "n'y a pas deux lignes économiques au gouvernement, pas de débats", on se pince pour y croire. Cela ressemble à un déni de réalité. On lui rappelle les faits : Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif, n'a-t-il pas déclaré au Monde, la semaine dernière, que "le sérieux budgétaire, s'il tue la croissance, n'est plus sérieux : il est absurde et dangereux" ?

Le Monde - Ayrault à propos de Cahuzac : "Ma part d'ombre, c'est mon combi Volkswagen"

Jean-Marc Ayrault n'a pas mâché ses mots, mercredi 17 avril matin sur France Inter. Commentant l'intervention télévisée de Jérôme Cahuzac, apparu la veille sur BFMTV pour la première fois depuis ses aveux, le premier ministre a estimé que cette "espèce d'opération de com" avait quelque chose de "pathétique" de la part "de quelqu'un qui a confirmé qu'il avait menti, gravement menti".

Le Monde - Ayrault répond fermement aux accusations de l'opposition

Jean-Marc Ayrault a reproché mercredi à l'opposition d'"insinuer, distiller, dénigrer, salir" le chef de l'Etat et le gouvernement, toujours visés par les députés UMP à propos de l'affaire Cahuzac

17 avril

Le Monde, Françoise Fressoz - Des aveux presque parfaits

 Une demi-heure durant, sur BFM TV et RMC, les confessions de Jérôme Cahuzac font l'événement. A l'heure du crépuscule, l'ancien ministre du budget, qui détenait un compte en Suisse, avoue à Jean-François Achilli, sa "folle" erreur, reconnaît sa "part d'ombre" , "assume" son erreur et dit ce que ses amis lui demandaient de faire : il ne remettra plus les pieds à l'Assemblée nationale.

Le Figaro - Cahuzac : "la seule décision" (Désir)

Harlem Désir, patron du PS, a affirmé ce soir que Jérôme Cahuzac avait pris la seule décision "acceptable pour les Français", en démissionnant de son mandat de député. "Jérôme Cahuzac a pris la seule décision raisonnable, la seule décision acceptable pour les Français en annonçant sa démission de l'Assemblée nationale, il assume sa faute individuelle", a déclaré le premier secrétaire à la presse à l'issue du Bureau national du PS au siège du parti

Libé - Cahuzac et le «scoop» BFM TV

Il y avait eu «Les explications», inscrit au bas de l’écran de TF1, pour accueillir la contrition de DSK en septembre 2011. Hier, BFM TV a choisi un placard tout juste informatif: «Cahuzac parle». Ou alors est-ce un discret hommage à «Garbo Talks», le slogan marquant son passage du muet au parlant.

Libé - Jérôme Cahuzac : «Ma faute est impardonnable»

VERBATIM L'ancien ministre du Budget a donné sa première interview télévisée depuis ses aveux et annoncé sa démission de son poste de député.

Le Nouvel Obs - Transparence : les députés PS veulent cacher leurs griefs

Faut-il rendre publique les déclarations de patrimoine des parlementaires ? Les socialistes, divisés, cherchent la parade.

La Gazette des Communes - Décentralisation : le gouvernement démine le terrain au Sénat

C’est un élu urbain, René Vandierendonck (PS) qui a été choisi comme rapporteur du premier projet de loi de décentralisation consacré en partie aux métropoles. Le gouvernement table sur une adoption du deuxième texte sur les régions et l’égalité des territoires avant la fin 2013. En revanche, le troisième projet de loi qui donne de nouveaux pouvoirs aux intercommunalités ne devrait pas être adopté avant des sénatoriales de 2014 à haut risque pour la majorité.

16 avril

France Info - Le parti socialiste en proie au doute

L'affaire Cahuzac, la crise économique, les sondages calamiteux : en pleine tourmente, le gouvernement ne peut guère compter sur le parti socialiste, lui aussi en proie au doute. Un parti, c'est : "Une belle et bonne chaussure. Les militants doivent être des godillots". C'est ce que déclarait Jean-Pierre Chevènement, juste après la victoire de 1981. Au siècle dernier, donc, autant dire à des années-lumière, tant le parti socialiste, dans sa fonction de soutien comme d'anticipation de la politique gouvernementale, est "à la ramasse"

Le Monde - Déclaration de patrimoine : des ministres propriétaires mais endettés

Les déclarations de patrimoine de Jean-Marc Ayrault et des 37 ministres ont été publiées lundi 15 avril peu après 18 heures sur le site Internet declarations-patrimoine.gouvernement.fr. Initialement attendue pour 17 heures, la publication inédite de ces patrimoines a été retardée par Matignon pour des raisons de "sécurité" et d'"accessibilité" du site.

Le Monde, Françoise Fressoz - Comment Hollande est devenu un dur

S'il est un qualificatif que François Hollande ne mérite plus, c'est celui de "mou". En quelques jours, le président de la République a réussi à coaliser contre lui toute une armée de furieux, opposants au "mariage pour tous", résistants à la publication du patrimoine des élus, sans compter les adversaires de gauche et de droite à sa politique

Le Monde (abonnés) - Le PS divisé sur la politique économique

Ce sont quelques minutes qui à elles seules résument cruellement les onze premiers mois de la présidence Hollande. Samedi matin, une cinquantaine de salariés en grève de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ont envahi la scène du conseil national du Parti socialiste réuni à Paris. Accusant de "trahison" le gouvernement alors que la fermeture du site est programmée en 2014 par la direction de PSA, ces ouvriers ont exigé du ministère du travail la mise en place d'une "médiation".

Lui Président - 1-15 avril : moralisation, évasion fiscale et non-cumul

Tous les quinze jours, Lui Président fait le point sur la mise en œuvre des promesses électorales annoncées par François Hollande. La quinzaine politique a été traversée par les soubresauts de l'affaire Cahuzac, qui a contraint le président à multiplier les annonces en faveur de la transparence et contre l'évasion fiscale. Nombre d'entre elles étaient en réalité des promesses de campagne.

Public Sénat - Harlem Désir: la publication des patrimoines, arme anti-fantasmes

Harlem Désir, numéro un du PS, a vu lundi dans la publication des patrimoines des ministres "une arme contre les fantasmes" et aussi "une arme anti-populisme". Interrogé par France Info sur le but de cette publication, prévue à 17H00 sur le site du gouvernement, l'eurodéputé a argumenté: "d'abord, c'est une arme contre les fantasmes".

Le Nouvel Obs - Un sénateur socialiste condamne la "dérive clanique" du PS

Gaëtan Gorce s'insurge contre une "confiscation" du parti "par une bourgeoisie d'appareil". Il revient à la charge. Une semaine après avoir dénoncé sur son blog la "dérive clanique" du PS, le sénateur socialiste de la Nièvre Gaëtan Gorce en remet une couche, dans une interview au "Figaro" publiée lundi 15 avril. Interrogé sur l'opportunité de pointer les dysfonctionnement de son parti à un moment où l'affaire Cahuzac a plongé le gouvernement et les socialistes dans l'embarras, il répond : "On ne peut changer les comportements ou les pratiques que si on les nomme", réplique le sénateur. Ajoutant : "Le Parti socialiste est entré dans un processus de délitement qui s'aggrave, étape après étape". 

Le Parisien - Essonne : deux élus PS règlent leurs comptes sur Twitter

Le président du conseil général et son premier vice-président se sont affrontés sur Twitter ,étalant leurs désaccords.

Le Figaro - Jean-Marc Ayrault tente de rassurer un PS déboussolé

Le premier ministre a réaffirmé samedi le cap et la ligne devant le conseil national du parti majoritaire.
Comme il paraît loin, le bel unanimisme qui avait prévalu au congrès de Toulouse! Fin octobre, les leaders socialistes, qui incarnaient une sensibilité ou un courant avant la présidentielle, s'étaient rangés comme un seul homme derrière la «motion 1» portée par Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault. Ce texte avait alors recueilli une écrasante majorité. Six mois plus tard, le spectre des divisions et des «deux gauches» a flotté sur le conseil national du PS, réuni samedi à Paris dans une ambiance crépusculaire, marquée par l'affaire Cahuzac, l'impopularité du pouvoir et les doutes devant l'absence de résultats concrets de la politique menée.

15 avril

Lyon Mag - Pas de référendum pour la Métropole de Lyon : le GRAM s’offusque

Le collectif citoyen de Nathalie Perrin-Gilbert, maire PS du 1er arrondissement, a suivi de près les conclusions de la présentation vendredi de la future Métropole de Lyon.

Le Nouvel Obs- La popularité de Hollande et Ayrault chute à 26% de satisfaits

Leurs cotes de popularité ont baissé de 5% en un mois. Mais pour 72% des Français, changer de Premier ministre n'aurait aucun impact sur les difficultés du gouvernement.

Le Monde - Affaire Cahuzac : Moscovici "impatient" de s'expliquer devant la commission d'enquête

"J'attends avec tranquillité, je dirais presque avec une certaine impatience de pouvoir parler de mon action, d'expliquer les choses qui sont couvertes par le secret fiscal". Le ministre de l'économie Pierre Moscovici s'est de nouveau défendu sur BFMTV, dimanche 14 avril, au cours d'un débat sur l'affaire Cahuzac avec l'ancienne ministre UMP du Budget, Valérie Pécresse

Le Nouvel Obs - Le Foll : "Certains à droite ont perdu le sens des principes républicains"

Affaire Cahuzac, transparence, rigueur budgétaire, climat politique : Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, très proche du Président, se confie au "Nouvel Observateur".

Libé - Hollande, extrémiste du centre gauche

Analyse C’est moins par pragmatisme que par conviction que le Président refuse toute politique de relance. Par GRÉGOIRE BISEAU

Si François Hollande était un fruit, ce ne serait pas une fraise des bois mais une pêche ou un abricot. L’enveloppe est souple, la chaire tendre et malléable, mais au centre, il y a un gros noyau qui fait mal aux dents. Oui, Hollande est un tacticien, souvent fuyant parfois retors, préférant toujours contourner l’obstacle que l’affronter de face. Mais sur le fond, Hollande est aussi un monolithe de granit, très difficile à bouger. Rien ne lui va mieux que cet oxymore : un idéologue du centre gauche.

Le JDD - Le PS bousculé par la colère ouvrière

Chahutés par des salariés de Peugeot, Jean-Marc Ayrault et Harlem Désir ont maintenu le cap du "sérieux budgétaire". Mais le débat continue.

Le JDD - Les socialistes tentent de crever l'abcès Cahuzac

Réunis samedi en conseil national, les cadres du PS ont essayé de chasser l'ombre de Jérôme Cahuzac.

France 24 - Harlem Désir dénonce la "traque" contre Caroline Fourest

Le Premier secrétaire du Parti Socialiste, Harlem Désir, a dénoncé dimanche la "traque" menée samedi par des opposants au mariage homosexuel à l'encontre de la journaliste indépendante Caroline Fourest, y voyant des "actes de terreur idéologique" encouragés par "les silences de la droite".

La Provence - Municipales : le PS entérine les primaires à Marseille et à Aix

Pas de discours, mais une officialisation. Des primaires à gauche auront bien lieu à Marseille, Aix et le Havre en octobre prochain - les dates des 13 et 20 ont été avancées. La décision a été entérinée hier matin lors du Conseil national du PS, sorte de parlement qui réunit quelque 300 responsables socialistes. "Trois villes, c'est peu", s'étonnent déjà certains, mais le Bureau national pourrait en désigner d'autres

Le Figaro - Le PS s'interroge sur la société de Fillon

Le Parti socialiste a vivement réagi aux attaques de François Fillon à l'encontre de François Hollande, s'interrogeant sur les précisions de l'ancien premier ministre concernant son patrimoine et la société de conseil qu'il a créée.

Le JDD - "Ces sportifs se moquent de nous!"

INTERVIEW - Alain Néri, sénateur PS du Puy-de-Dôme, membre de la commission d'enquête sur la lutte antidopage.

Le Huffington Post - Jérôme Cahuzac: La lettre très personnelle du député PS Dominique Lefebvre à son ami

JÉRÔME CAHUZAC - Dans son édition du 14 avril, Le JDD a publié un courrier adressé à Jérôme Cahuzac, l'ancien ministre du Budget déchu après les révélations sur son compte bancaire suisse. Son auteur? Dominique Lefebvre, député PS du Val-d'Oise, membre de la Commission des finances, et ami dans la vie de Jérôme Cahuzac.

Le Nouvel Obs - Cahuzac ne reviendra pas à l'Assemblée

Son ami Dominique Lefebvre ajoute que l'ancien ministre n'a pas encore précisé la date de démission de son mandat de député.
__________________________________________________________________
__________________________________________________________________

14/04/2013

L'actualité des socialistes du 8 au 14 avril (mise à jour)

A la une

Le Monde - Le conseil national du PS sous tension sociale et européenne

Les socialistes se sont réunis pendant quelques heures samedi 13 avril à Paris pour le conseil national du PS, au centre des congrès de la Cité des sciences de la Villette. Mobilisation pour la transparence, appel à une réorientation de l'Europe, mais aussi happening social des PSA d'Aulnay... passage en revue des moments forts de la journée.
________________________

13 et 14 avril

Bain de foule - Conseil national du Parti socialiste, 13/04/2013

Où, après l'affaire Cahuzac, les socialistes se réunissent et parlent moralisation et transparence de la vie politique. L'intrusion des salariés de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois les rappelle à leur bilan économique et social.

Le Monde - "Malheureusement, je pense à quitter le PS presque tous les jours"

Gaëtan Gorce, sénateur PS de la Nièvre et opposant à la ligne majoritaire lors du dernier congrès du parti qui a élu Harlem Désir premier secrétaire. Après l'affaire Cahuzac et à la veille du conseil national du PS, il plaide pour une refondation totale d'un parti accusé de "dérive clanique".

Le Figaro - PS : un conseil national sous haute tension

Les socialistes tenteront samedi de surmonter les ravages de l'affaire Cahuzac. Ça va tanguer. Le Parti socialiste réunit son conseil national, samedi à Paris, dans un climat explosif. Dix jours après les ravages causés par les aveux de Jérôme Cahuzac, les socialistes se montrent également divisés sur la ligne économique du gouvernement. Soucieux d'éviter que le CN se transforme en foire d'empoigne, Jean-Marc Ayrault a lancé une opération déminage, en lien avec le premier secrétaire, Harlem Désir. Les deux hommes ont réuni vendredi matin à Matignon les poids lourds du gouvernement et de la majorité, signataires de «la motion 1», qui a obtenu une large majorité au congrès de Toulouse, en octobre

Le Progrès - Les socialistes entre doute et tourmente

Politique. Ca tangue dans la majorité : Jean-Marc Ayrault veut profiter du conseil national du PS pour réaffirmer son autorité alors que l’aile gauche fait entendre son désir d’une autre politique.

Libé -Menaces sur l’exclusion du PS de Cahuzac

Gauche . Le premier secrétaire, Harlem Désir, n’a pas respecté les statuts du Parti socialiste. Par LILIAN ALEMAGNA

Et si, en plus d’un retour à l’Assemblée nationale (lire ci-dessous), Jérôme Cahuzac réclamait sa réintégration au PS ? Certes, l’ex-ministre du Budget a été exclu de son parti mardi soir, à l’unanimité des membres du bureau national (BN). Motif : avoir «porté gravement préjudice» à sa famille politique «et à ses principes».

Le Monde - Bartolone : "La transparence absolue risque de nourrir la suspicion"

Le patron de l'Assemblée nationale, c'est lui, et on ne touchera pas aux députés sans qu'il ait son mot à dire. Au lendemain des annonces de François Hollande concernant les parlementaires, Claude Bartolone réplique : après avoir estimé, dans un entretien au Figaro, jeudi 11 avril, qu'il ne fallait pas "jeter les députés en pâture", l'élu de Seine-Saint-Denis a soumis ses propres propositions au premier ministre, Jean-Marc Ayrault, dans une note dont Le Monde a eu copie. Le président de l'Assemblée, qui regrette ne pas avoir été sollicité en amont, considère qu'il ne faut pas "retomber dans le travers Sarkozy, avec une loi faite dans l'urgence" et s'inquiète que certaines mesures "nourissent plus le populisme qu'elles ne vont régler les problèmes".

12 avril

Le Point - Publication de patrimoine : Harlem Désir s'oppose à Claude Bartolone

Le premier secrétaire du PS estime que l'obligation pour les députés de publier leur patrimoine fait partie d'un "dispositif qui va permettre de rétablir la confiance".

Public Sénat - Moralisation de la vie politique: Ayrault confronté à d'importantes réserves

Jean-Marc Ayrault a été confronté jeudi aux premières réserves, souvent vives, émises sur le projet de moralisation de la vie politique présenté la...
Jean-Marc Ayrault a été confronté jeudi aux premières réserves, souvent vives, émises sur le projet de moralisation de la vie politique présenté la veille par François Hollande, à commencer par celles du président PS de l'Assemblée nationale, reçu à Matignon, de même que les principaux responsables parlementaires.

Le Monde - Cahuzac : Moscovici dément avoir mandaté une mission secrète en Suisse dès décembre

Pierre Moscovici avait envoyé une mission secrète en Suisse et connaissait depuis décembre 2012 l'existence du compte suisse de Jérôme Cahuzac, écrit jeudi Valeurs actuelles dans un article que le ministre de l'économie a démenti formellement. Selon l'hebdomadaire, l'équipe d'une quinzaine de fonctionnaires a agi de façon parfaitement légale en liaison avec les services helvétiques et n'a eu aucune difficulté à obtenir la confirmation recherchée.

Le Monde - Le président du Sénat n'est pas réticent à la publication du patrimoine des élus

Après sa rencontre avec le premier ministre Jean-Marc Ayrault jeudi 11 avril à propos du plan de moralisation de la vie publique détaillé la veille par le chef de l'Etat, le président du Sénat Jean-Pierre Bel (PS) a indiqué n'avoir pas "de réticence particulière" concernant la publication du patrimoine des élus, alors que son homologue de l'Assemblée Claude Bartolone s'est dit réservé sur ce point.

Le Monde, Françoise Fressoz - S’indigner, et après ?

On l'a déjà oublié, mais en juillet 2012, juste après son élection, François Hollande avait demandé à Lionel Jospin de présider un groupe de travail opportunément nommé "commission de rénovation et de déontologie de la vie publique". Ce que disait le rapport de cette commission, remis en novembre au président de la République, prend, dans l'ambiance actuelle, un relief particulier

11 avril

La Dépêche du Midi - Exclusif. Les confidences de Jérôme Cahuzac : «Je déménage tous les deux jours»

«Il est trop tôt !» Jérôme Cahuzac n'a toujours pas pris de décision sur son maintien ou non à l'Assemblée nationale. Au téléphone il nous parle de son quotidien, repousse les rumeurs qui s'affolent et explique «qu'il déménage tous les deux jours.»

Libé (abonnés) - Cahuzac, Moscovici, Valls faisaient com’  si de rien n’était

Enquête Issus de l’ex-Euro RSCG, Gilles Finchelstein et Stéphane Fouks conseillaient les deux locataires de Bercy en pleine affaire. Au risque de conflits d’intérêts.

Le Parisien - L'organisation des primaires à Aix et Marseille au coeur de la première réunion du PS-13 sous tutelle

L'organisation des primaires à Aix-en-Provence et Marseille a été mercredi au coeur de la première réunion de la des Bouches-du-Rhône, sous tutelle en présence de ses deux nouveaux "patrons", Alain Fontanel et Christophe Borgel, a-t-on appris de sources concordantes.
Respectivement secrétaires nationaux aux fédérations et aux , MM. Fontanel et Borgel, pour la première fois à Marseille depuis la mise sous tutelle de la fédération départementale le 19 mars dernier, "ont souhaité faire le point sur l'organisation des primaires à Aix et Marseille", a affirmé le premier secrétaire fédéral, Jean-David Ciot, à l'AFP.

Libé - Affaire Cahuzac: Ayrault favorable à une commission d'enquête

Affaire Cahuzac: Ayrault favorable à une commission d'enquête. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a apporté mardi son soutien à l’initiative du président de l’UDI Jean-Louis Borloo de créer une commission d’enquête sur l’action du gouvernement durant l’affaire Cahuzac.

Le Parisien (abonnés) - « L’austérité conduit à une France low-cost »

Benoît Hamon, le ministre délégué chargé de l’Economie sociale et solidaire et de la consommation, dénonce les dégâts de la rigueur

Le Monde - Montebourg : "Cette politique d'austérité conduit à la débâcle"

Le ministre du redressement productif, ancien candidat à la primaire socialiste, Arnaud Montebourg, dénonce les conséquences des politiques d'austérité en Europe.

Le Figaro - Claude Bartolone : «Les députés ne doivent pas être jetés en pâture»

INTERVIEW - Le président de l'Assemblée se dit opposé à la publication du patrimoine des élus, qui s'apparenterait à du «voyeurisme».

Europe 1 - Ces ministres qui demandent un changement

Certains ministres veulent rebondir sur l’affaire Cahuzac et infléchir la politique d'austérité.

La brèche. L’affaire Cahuzac a fait deux victimes au sein du gouvernement ; l’ancien ministre du Budget lui-même, mais aussi son ministre de tutelle, Pierre Moscovici, visé par des accusations de l'UMP. Soit les deux hommes qui incarnaient la rigueur dans l’équipe Ayrault. Dans ce contexte, plusieurs ministres, classés plus à gauche, tentent de s’engouffrer dans la brèche pour infléchir cette politique d’austérité.

Les Echos - Montebourg, Duflot et Hamon rappelés à l'ordre

Les trois ministres avaient plaidé pour une inflexion de la politique économique. Avant de procéder à son rappel à l'ordre, François Hollande a fugacement hésité. Interrogé ce mercredi sur la possibilité d'avoir dans son gouvernement trois ministres qui plaident pour une inflexion de sa politique économique, le président a commencé par éluder en disant que ces derniers parlaient de l'austérité « en Europe ». Puis il s'es t repris et a tranché : « Aucun ministre ne peut remettre en cause la politique qui est conduite (en France, NDLR), qui n'est pas l'austérité ». Arnaud Montebourg, Cécile Duflot et Benoît Hamon étaient visés.

Le Figaro - "Montebourg a eu raison" (député PS)

Le député PS Thomas Thévenoud a jugé aujourd'hui "pas inutile que des voix s'élèvent pour dire que le sérieux n'est pas l'austérité" budgétaire, en référence aux déclarations d'Arnaud Montebourg, dans un communiqué. Convaincu que le ministre du Redressement productif "Arnaud Montebourg a eu raison de placer le débat budgétaire (...) au niveau européen", ce membre de la commission des Finances considère que "les politiques d'austérité imposées par la droite allemande aux autres pays européens ne peuvent servir de remèdes à la crise" car "elles ne sont pas acceptées par nos concitoyens" et sont "remises en cause par la plupart des économistes".

Le Parisien - Leroux recadre les députés PS qui ne votent pas les projets de loi

Réunion électrique ce mercredi matin chez les députés socialistes. Bruno Leroux, du groupe à l', s’est adressé aux quarante et un élus qui, mardi, ont voté contre ou se sont abstenus lors du vote sur le projet de loi sur la sécurisation de l’emploi.

Le Point - Le PS au bord de la crise de nerfs

Depuis les aveux de Jérôme Cahuzac, les critiques affluent. Certains hurlent leur colère contre le pouvoir, d'autres attaquent la gouvernance de Harlem Désir.

10 avril

Les Echos - Moralisation politique : le plan de Jean-Marc Ayrault

Les élus sont critiques sur la publication de leur patrimoine. Les députés PS préfèrent le contrôle à la transparence. La transparence peut-elle restaurer la confiance ? C'est le débat, à fleurets mouchetés , qui s'est déroulé mardi lors de la réunion à huis clos du groupe PS de l'Assemblée. Jean-Marc Ayrault était venu y présenter les grandes lignes de sa communication sur la moralisation de la vie publique présentée ce mercredi en Conseil des ministres.

Libé - Cazeneuve : pas d'«amnistie» pour les fraudeurs fiscaux

Le nouveau ministre du Budget annonce également avoir demandé aux journaux concernés de transmettre à la justice les fichiers «offshore leaks».
Le ministre délégué au Budget Bernard Cazeneuve a affirmé mardi devant l’Assemblée nationale que le gouvernement ne mettrait pas en place de «cellule de régularisation», ni de plan d'«amnistie» pour ceux qui ont fraudé le fisc en ouvrant un compte à l’étranger.

Libé (abonnés) - Le gouvernement veut retrouver la morale

Récit Un projet de loi à venir, des consultations tous azimuts… L’exécutif, confronté aux effets dévastateurs de l’affaire Cahuzac dans l’opinion, veut frapper fort. Par LILIAN ALEMAGNA, LAURE BRETTON
Le temps presse. Moins d’une semaine après les aveux de Jérôme Cahuzac sur son compte caché en Suisse, l’exécutif n’a eu d’autres choix que d’accélérer le pas de son «choc de moralisation».

Le Nouvel Obs - Le bureau national du PS exclut officiellement Jérôme Cahuzac

La direction du PS a pris cette décision à l'unanimité, estimant que l'ex-ministre du Budget "a porté gravement préjudice au Parti socialiste et à ses principes".

Rue 89 Lyon - Nathalie Perrin-Gilbert dessine sa métropole et fait mine d’ignorer les municipales

Il y a un peu plus d’un an, la maire PS du 1er arrondissement de Lyon lançait son club de réflexion, le GRAM, composé notamment de personnalités universitaires. Peu volubile ou communicante jusque là sur le travail de ce groupe de travail ou « lieu de débat citoyen », Nathalie Perrin-Gilbert (NPG) a organisé ce mardi matin une conférence de presse pour évoquer leurs « 10 propositions pour la métropole ».

Lyon Mag - Nathalie Perrin-Gilbert veut faire de la future métropole un grand débat public

La maire du 1er arrondissement a présenté mardi matin sous les couleurs du GRAM (Groupe de Réflexion et d’Actions Métropolitaines) dix propositions concernant le projet de métropole d’Intérêt européen de Gérard Collomb et Michel Mercier.

L'Express - Affaire Cahuzac: Pierre Moscovici a-t-il des comptes à rendre?

Le ministre de l'Economie a-t-il posé les bonnes questions aux Suisses dans l'affaire Cahuzac? Ou les a-t-il biaisées pour éviter une réponse explosive? Ce mardi encore, l'opposition s'est déchaînée contre lui. Enquête sur une enquête. 

9 avril

Le Monde - "C'est difficile de retourner voir les gens, avec ces promesses non tenues"

Vaulx-en-Velin (Rhône), envoyée spéciale. Ils n'y sont pas retournés depuis la dernière législative de 2012. Trop déboussolés. Trop peur de se faire engueuler aussi. Les militants socialistes de Vaulx-en-Velin (Rhône) étaient pourtant, pendant la campagne présidentielle, devenus des "pros" du porte-à porte et de la mobilisation des électeurs. Un travail patient de retour dans les quartiers populaires, entamé deux ans avant...

Le Monde - Affaire Cahuzac : la contre-offensive de l'Elysée

La nécessité d'agir prestement sera-t-elle compatible avec l'exigence de frapper puissamment ? Acculé comme jamais depuis son élection après les aveux de Jérôme Cahuzac, parfaitement conscient du fait que les annonces faites précipitamment dans sa déclaration télévisée du mercredi 3 avril n'étaient pas à la hauteur de la crise politique, François Hollande consacre l'essentiel de son temps à la préparation d'"un texte assez fort" sur la moralisation de la vie publique. Le projet de loi devrait être évoqué dès mercredi en conseil des ministres pour une présentation avant la fin du mois, l'Elysée espérant une transmission "le plus vite possible" au Parlement, a priori pour le mois de mai.

Le Monde - Dans la ville de Cahuzac, "un champ de ruines politique"

VILLENEUVE-SUR-LOT, Envoyé spécial - Comme un besoin de catharsis. Vendredi 5 avril, trois jours après les aveux de Jérôme Cahuzac indiquant qu'il détenait un compte en Suisse, une partie du conseil municipal de Villeneuve-sur-Lot s'est réuni, en soirée, dans le but d'"évacuer" le trop-plein d'émotions généré par l'affaire portant le nom de celui qui fut le maire de la ville pendant onze ans et le député du Lot-et-Garonne pendant quinze ans.

Le Monde - Ayrault : une déclaration de patrimoine des ministres pour "recréer de la confiance"

Pour tenter de rebondir après l'onde de choc provoquée par l'affaire Cahuzac, le gouvernement a annoncé que les déclarations de patrimoine de tous ses membres seront publiées "d'ici au 15 avril". Par ailleurs, un projet de loi sur la moralisation de la vie politique sera présenté le 24 avril en conseil des ministres puis "soumis au Parlement selon un calendrier permettant son adoption avant l'été".

Le Nouvel Obs - Le PS examinera mardi la question des paradis fiscaux annonce Assouline

PARIS (AFP) - David Assouline, porte-parole du PS, a affirmé lundi que le Bureau national du parti mardi examinerait la question des paradis fiscaux afin de dégager des "mesures audacieuses", et a souhaité un "consensus républicain" sur la moralisation de la vie publique.

Le Nouvel Obs - Manif du 5 mai : la gauche du PS critique Mélenchon mais pas trop

L'aile gauche du PS et EELV appellent le chef de l'Etat à écouter les forces qui ont permis son élection. Mais refusent d'emboîter le pas à Mélenchon - à l'exception d'Eva Joly.

8 avril

Le Nouvel Obs - Cahuzac au cœur de nouvelles révélations suisses

L'ancien ministre du Budget est accusé d'avoir tenté de placer 15 millions d'euros en Suisse en 2009. Une hypothèse qui n'est "pas crédible", répond son avocat.

Le JDD - Des bâillons et du Lexomil pour les députés PS

Candidat à la mairie de Bordeaux l'an prochain, Vincent Feltesse souhaite que ses collègues députés socialistes "parlent moins et en fassent plus".

Public Sénat - Bartolone n'a pas encore de réponse de Cahuzac concernant son siège de député

Le président (PS) de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, qui a dit en fin de semaine qu'il tentait de "convaincre" Jérôme Cahuzac de renoncer à son siège de député, a indiqué dimanche n'avoir pas encore reçu de réponse de l'ancien ministre.
__________________________________________________________________
__________________________________________________________________


06/04/2013

L'actualité des socialistes du 2 au 7 avril (mise à jour)

A la une :

Le Monde - Désir veut rassurer des militants qui demandent "pourquoi Cahuzac a adhéré au PS"

La prise de risque a été savamment calculée. Pour son premier déplacement après l'affaire Cahuzac, le patron des socialistes, Harlem Désir, a choisi la ville de Limoges et la fédération de la Haute-Vienne, peu connue pour être une des plus frondeuses du PS. Vendredi 5 avril, le premier secrétaire est venu mobiliser des militants qui semblent en avoir bien besoin. Comme lui, beaucoup se disent "écœurés" par le scandale provoqué par la fraude fiscale de l'ancien ministre du budget, mais "l'écœurement ne doit jamais l'emporter sur l'engagement", les a exhortés M. Désir.

6 et 7 avril

Le Monde - Affaire Cahuzac : sur le terrain, l'étrange journée des ministres

Retourner sur le terrain. Trois jours après les retentissants aveux de Jérôme Cahuzac, aller à la rencontre des gens ou simplement faire son travail de ministre pouvait apparaître comme une épreuve pour les membres du gouvernement Ayrault. Partagés entre l'envie de faire comme si de rien n'était, la tentation de se dérober et celle d'affronter l'adversité, ils ont le sentiment d'être pris dans un moment politique singulier, même quand on ne leur parle pas de "l'affaire Cahuzac".

Le Monde - Après l'affaire Cahuzac, comment François Hollande peut-il rebondir ?

Le Monde a posé la question à quatre politologues et conseillers, alors que les aveux de Jérôme Cahuzac sur son compte en Suisse ont fortement déstabilisé le président et le gouvernement socialiste. L'action politique risque d’être discréditée et dans le contexte de crise économique que traverse la France, la majorité doit rapidement trouver des solutions pour enrayer cette crise politique. Faut-il vraiment faire un remaniement ministériel ? Un référendum ? Changer de posture ? - propos recueillis par Françoise Fressoz

Le Point - Moralisation politique : des voix s'élèvent au PS pour un référendum

Harlem Désir n'est pas le seul à réclamer une consultation sur divers sujets de la vie publique, comme le cumul des mandats. Le courant Maintenant la gauche, qui réunit l'aile gauche du PS, se réjouit samedi du ralliement du premier secrétaire, Harlem Désir, à l'idée d'un référendum sur la moralisation de la vie publique, après le scandale de l'affaire Cahuzac. "Nous nous réjouissons du soutien d'Harlem Désir à cette initiative que nous-mêmes défendions", a déclaré Marie-Noëlle Lienemann, l'une des animatrices du mouvement avec Emmanuel Maurel, Jérôme Guedj, Paul Quilès.

Le Nouvel Obs - Désir souhaite un référendum pour tourner la page Cahuzac

Le patron du PS propose que François Hollande initie un référendum sur la moralisation de la vie politique afin de "remettre à plat tout ce qui doit l'être".

Le Monde - Affaire Cahuzac : il "n'a pas pris la mesure de la haine" des députés PS

Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, a affirmé vendredi 5 avril que l'ex-ministre du budget Jérôme Cahuzac, élu député du Lot-et-Garonne en juin et remplacé dans l'Hémicycle depuis par son suppléant, Jean-Claude Gouget, veut retrouver son mandat et lui en a fait part lors d'une conversation téléphonique. Sa décision serait prise.

Le blog de Françoise Fressoz - L’amateurisme n’est plus de mise

En pleine entreprise de rétablissement des comptes publics, l'affaire Cahuzac fait mal. L'homme qui, au budget, était chargé de lever l'impôt avait cherché à y échapper. Celui qui devait amener les riches à plus de patriotisme fiscal aimait lui-même l'argent au point d'en dissimuler une partie à l'étranger.

Libé - Ayrault promet «les décisions les plus sévères» face aux fautes morales

En déplacement en Bavière, le Premier ministre assure préparer des mesures «d'une très grande fermeté» en réaction à l'affaire Cahuzac. Le gouvernement français prendra «les décisions les plus sévères et les plus courageuses» afin de «faire reculer tous les risques d’atteinte à la loi, d’atteinte à la probité», a promis vendredi, en pleine affaire Cahuzac, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, en marge d’un déplacement à Würtzbourg, en Allemagne.

Libé - Cahuzac : «L'administration fiscale a été irréprochable, exemplaire» dit Moscovici

Forum éco (vidéo) A l’occasion du Forum Eco de Libération à Sciences Po, Pierre Moscovici fait le point sur l’affaire Cahuzac. Le ministre de l’Economie et des Finances défend le gouvernement et s’exprime sur l’actualité économique.

Libé - L’Etat français envisage de céder des participations dans des entreprises

L’Etat français envisage de céder des participations dans des entreprises dont il est actionnaire pour assainir ses finances, a déclaré vendredi le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, même si Bercy assure qu’aucune opération n’est à l’ordre du jour.

Le Nouvel Obs + - Affaire Cahuzac : un effet dévastateur en Seine-Saint-Denis, dont je suis élu PS Par Stéphane Troussel Pdt du Conseil Général du 93

LE PLUS. 57% des Français estiment que les aveux de l'ancien ministre du Budget sur la détention d'un compte bancaire à l'étranger dégradent l'image du gouvernement. Mais au-delà de ce sondage, c'est toute la gauche qui en prend un sacré coup. Stéphane Troussel, président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, est bien placé pour en parler. Comment expliquer l'injustifiable à ses administrés ?

Libé - Nicolas Bays, la colère d'un «trahi»

LES NOUVEAUX VISAGES DE L'ASSEMBLÉE (23) Toutes les semaines, «Libération» dresse le portrait d'un des 217 primodéputés. Aujourd'hui, le député PS du Pas-de-Calais, secoué par l'affaire Cahuzac, mais confiant sur le processus de la moralisation de la vie politique.

5 avril

Libé Lyon - Les syndicats inquiets du projet de faire de Lyon une métropole européenne

C'est bien gentil de vouloir faire de la communauté urbaine de Lyon une métropole européenne se voyant concéder sur son territoire les prérogatives du département du Rhône. Mais cette fusion ne risque-t-elle pas de se faire sur le dos des fonctionnaires territoriaux? Leurs syndicats seront reçus, ce mercredi, par Gérard Collomb, le président du Grand Lyon.

Libé - Chaos

En pleine tourmente économique et sociale, François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont perdu un peu plus de leur crédit. Si Jérôme Cahuzac en est le premier responsable, le couple exécutif ne peut balayer sa faute d’un revers de manche. Celle de ne pas avoir contraint plus tôt le ministre du Budget à quitter le gouvernement. Le paradoxe est que cette faute est le résultat d’une vertu. La vertu d’avoir laissé la justice faire son travail, enquêter en toute indépendance.

Libé (abonnés) - «Le PS va devoir chasser tous les types louches de ses rangs »

Reportage A Toulouse, les militants socialistes s’interrogent. Et s’inquiètent des répercussions de l’affaire sur les prochaines élections. Par De notre correspondant à Toulouse Gilbert Laval
La première adjointe socialiste, Gisèle Verniol, en reste «abasourdie». Son collègue attablé à ses côtés, Jean-Michel Fabre, a «les bras qui [lui] en tombent» et tente un trait d’humour : «Je ne suis qu’un petit élu local, moi. Je ne sais rien. Mais je sens que je vais consacrer ces prochains jours à inaugurer des matchs de basket.»

Libé (abonnés) - Pierre Moscovici, ministre offensif sur la défensive

Exposé, le patron de Bercy se défend d’avoir couvert Cahuzac .Par luc peillon et Nathalie Raulin
«Ce n’était pas la vérité, c’était une vérité» : invité hier soir au forum organisé par Libération à Sciences-Po, Pierre Moscovici, a de nouveau justifié l’étroitesse de la demande faite à la Suisse sur le dossier Cahuzac. Une requête si limitée qu’elle n’a pas permis de confondre l’ex-ministre du Budget, mais a en revanche servi, médiatiquement, à le disculper.

Le Monde - Affaire Cahuzac : Pierre Moscovici dit avoir été "utilisé"

Pierre Moscovici a déclaré jeudi avoir été "utilisé" dans un volet de l'affaire Cahuzac sur lequel des responsables de l'opposition le soupçonnent d'avoir cherché à blanchir son ex-ministre délégué au budget.

Le ministre de l'économie est sous le feu des critiques d'élus UMP depuis deux jours, notamment pour avoir déclenché une demande d'entraide fiscale auprès de la Suisse en sachant par avance qu'aucun compte au nom de Jérôme Cahuzac ne serait trouvé. L'opposition l'accuse également d'avoir tenté de faire pression sur la justice.

Le Monde - A Metz, la journée infernale de Jean-Michel Toulouze, élu local PS

Pas facile d'être élu socialiste par les temps qui courent. "Disons que c'est un peu compliqué", sourit Jean-Michel Toulouze. Conseiller municipal délégué aux finances à Metz et secrétaire de section, ce professeur agrégé de sciences de gestion ne gardera pas un souvenir impérissable de son déjeuner à la cantine du lycée Jean-Zay de Jarny (Meurthe-et-Moselle), ce mercredi 3 avril. "J'ai mangé avec des collègues, de gauche pour la plupart, et je dois dire que j'ai passé un mauvais quart d'heure", relate-t-il. "Gauche caviar", "tous les mêmes", "des Cahuzac, y en a d'autres "...M. Toulouze confie avoir "essuyé quelques sarcasmes".

Le Monde - Cahuzac : Martine Aubry est "effondrée"

"Cela me rend malade". Martine Aubry ne s'était pas encore exprimée sur l'affaire Cahuzac, c'est désormais chose faite. La maire PS de Lille Martine Aubry s'est dite "effondrée" jeudi devant l'affaire Cahuzac, "une faute d'une gravité insupportable", tout en estimant que le gouvernement "a réagi comme il fallait". "En ce qui concerne Jérôme Cahuzac, je suis hallucinée, pour ne pas dire autre chose, effondrée", a déclaré l'ancienne première secrétaire du Parti socialiste sur France Bleu Nord.

Le Figaro - Les députés PS se préparent à affronter la «colère» de leurs électeurs

Pour certains députés socialistes, l'affaire Cahuzac est un poison lent. Pour d'autres, en revanche, cette affaire est plus qu'un coup de vent mais ce n'est pas un tsunami. C'EST UN enseignant qui envoie un SMS à son député socialiste: «Ici, tout le monde en parle. C'est rare que la politique soit abordée dans la salle des profs. C'est l'écœurement ou les sarcasmes… Un joli cadeau que Cahuzac a fait à la gauche!» Un autre SMS, envoyé au même député: «Tous pourris, qui se serrent les coudes!» L'élu destinataire de ces messages soupire: «Voilà les réactions du monde réel…»

Libé (abonnés) - Le Président cherche la sortie de secousse

Analyse Ebranlé par l’affaire Cahuzac, François Hollande refuse pour l’instant de remanier, comme lui conseillent des proches. Mais certains ministres semblent extrêmement fébriles.

Le Monde - Le trésorier de campagne de François Hollande a investi aux Caïmans

En plein scandale Cahuzac, la révélation tombe au plus mal. Jean-Jacques Augier, 59 ans, homme d'affaires et figure discrète du monde de l'édition, qui fut le trésorier de François Hollande pendant la campagne présidentielle de 2012, voit son nom apparaître dans les documents auxquels Le Monde a eu accès. Ceux-ci montrent qu'il est actionnaire de deux sociétés offshore dans les îles Caïmans, par le biais de son holding financier Eurane.

Le Monde - Les mesures proposées par Hollande, un triple effet d'annonce

Réponse directe à l'aveu mardi de l'ex-ministre du budget Jérôme Cahuzac relatif au compte en banque qu'il possède à l'étranger, les "trois décisions" annoncées par François Hollande mercredi 3 avril après le conseil des ministres n'ont rien de révolutionnaire. Elles avaient déjà été avancées et ressemblent fort à de simples effets d'annonce qui ne devraient pas bouleverser le code pénal.

4 avril

France 24 - Cahuzac: "les mesures annoncées par Hollande ne sont pas suffisantes" pour Eckert (PS)

Le rapporteur général du Budget (PS) à l'Assemblée, Christian Eckert, a estimé mercredi que les mesures annoncées par le président François Hollande à la suite de l'affaire Cahuzac "vont dans le bon sens mais ne sont pas suffisantes".

Le Monde - Affaire Cahuzac : le fisc se défend

"Je ne vais pas démissionner, alors que j'ai fait tout ce que je pouvais." Pierre Moscovici se défend bec et ongles face aux salves de l'opposition. Poussé à quitter son poste, notamment par le député UMP Claude Goasguen, qui lui reproche de ne pas avoir effectué un contrôle fiscal assez poussé, le ministre de l'économie et des finances reste droit dans ses bottes. Non, il n'y a pas eu complaisance. Non, il n'a pas essayé de blanchir Jérôme Cahuzac.

Le Figaro - Sonnés, les socialistes se sentent «trahis» par Jérôme Cahuzac

Les responsables socialistes balançaient entre colère et consternation après les aveux de l'ex-ministre du Budget, qui a reconnu mardi avoir menti sur l'existence d'un compte à l'étranger.

Libé (abonnés) - La morale des troupes en prend un coup

L’affaire risque d’entacher l’ensemble de l’exécutif, déjà mis à mal dans les sondages. Les rumeurs de remaniement s’amplifient. Par Grégoire Biseau et Laure Bretton (à Rabat)
Crise économique, sociale et maintenant morale. Dix mois après son entrée en fonction, François Hollande est confronté à une crise de régime «déflagratrice», pour reprendre le mot de l’un de ses conseillers. Cette fois, avec les aveux de Jérôme Cahuzac, c’est sa promesse de «République exemplaire» qui est gravement abîmée.

Libé (abonnés) - La gauche pleure sa République exemplaire

La déception était forte, hier à l’Assemblée, dans les rangs des socialistes qui redoutaient que l’affaire ne dévaste le parti. Par LILIAN ALEMAGNA
Dans son bureau, fatigué, ce député socialiste s’accorde un trait d’esprit : «On était déjà dans une machine à laver. On est passé au cycle essorage.» Les élus de la majorité sont lessivés. «Assommés», disent certains, par le «mensonge» de Jérôme Cahuzac.

Libé (abonnés) - «Des doutes suffisent-ils pour devenir des soupçons ?»

Jean-Pierre Mignard, avocat de Mediapart et proche de François Hollande : Recueilli par Pascale Nivelle
Jean-Pierre Mignard, ami proche de François Hollande depuis les années 70, est avocat et membre du PS. Candidat battu aux dernières législatives à Marseille, il est aussi le défenseur de Mediapart dans l’affaire qui a opposé le site d’information à Jérôme Cahuzac.

Libé (abonnés) - «Cahuzac n’a pas eu peur du regard des autres»

Interview Tobie Nathan est professeur de psychologie et écrivain : Recueilli par Alexandra Schwartzbrod Tobie Nathan est professeur émérite de psychologie à l’université Paris-VIII et écrivain. Pour lui, le comportement de Jérôme Cahuzac ressemble à «une ordalie». Comment expliquer qu’un politique mente si longtemps et à autant de gens ?

Libé (abonnés) - «L’isolement de Mediapart a été assez fascinant»

Fabrice Arfi a révélé l’information pour le site fondé en 2008. Recueilli par Isabelle Hanne
Fabrice Arfi, 31 ans, a sorti l’affaire Cahuzac le 4 décembre sur le site d’infos Mediapart où il travaille depuis son lancement, en 2008. Il raconte son enquête. De Bettencourt à Cahuzac.

Le Figaro - Au gouvernement, l'hypothèse d'un remaniement rapide gagne encore du terrain

Tout devrait dépendre de la durée de la polémique Cahuzac. Si elle ne retombe pas très vite, Hollande aurait tout intérêt à modifier le dispositif pour reprendre un peu d'oxygène.

Le Monde - Après le choc Cahuzac, le gouvernement sur la défensive

Au lendemain des aveux de Jérôme Cahuzac et de sa mise en examen pour "blanchiment de fraude fiscale", la séance des questions au gouvernement, mercredi 3 avril, a été particulièrement pénible pour l'exécutif. Dans la matinée, avant de partir au Maroc, François Hollande avait annoncé trois réformes, dont une portant sur l'interdiction de mandat public pour les élus condamnés.

Le Monde - Les liens inavouables de Cahuzac avec les "gudards" de Marine Le Pen

Si l'histoire du compte non déclaré de Jérôme Cahuzac est un lourd secret, c'est parce qu'elle est avant tout une histoire de famille inavouable. Celle de Jérôme Cahuzac, ou plus exactement de son ex-femme. Patricia Cahuzac est en effet la cousine de la femme d'un avocat parisien, Jean-Pierre Eymié.

Le Monde - Affaire Cahuzac : climat très lourd sur le bureau national du PS

Mardi soir, la direction du Parti socialiste, qui avait prévu de lancer une vaste opération de "riposte" contre ce qu'elle considère comme une "radicalisation" de la droite, a dû changer ses plans dans la précipitation. La réunion de la rue de Solférino a été en effet torpillée par l'affaire Cahuzac.

3 avril

Le Monde - Affaire Cahuzac : climat très lourd sur le bureau national du PS

Mardi soir, la direction du Parti socialiste, qui avait prévu de lancer une vaste opération de "riposte" contre ce qu'elle considère comme une "radicalisation" de la droite, a dû changer ses plans dans la précipitation. La réunion de la rue de Solférino a été en effet torpillée par l'affaire Cahuzac.

France Info - Ayrault : "Je n'avais aucune raison de ne pas croire Jérôme Cahuzac"

L'embarras est total au gouvernement, comme au PS, après les aveux de Jérôme Cahuzac et sa mise en examen. Ministres et députés affirment tomber des nues. François Hollande évoque "une faute impardonnable". Le porte-parole des députés PS refuse que l'ancien ministre du Budget remette les pieds dans l'hémicyle. "Je n'avais aucune raison de ne pas le croire", affirme le Premier ministre, qui s'est montré sévère lors d'une intervention au JT de France 2.

INFOS OBS. La loi sur le cumul des mandats appliquée en 2017

La loi sur le cumul des mandats, présentée demain en conseil des ministres, entrera en vigueur fin 2016 et ne sera effective qu'après la présidentielle de 2017.

Le Point - Cahuzac : le coup de sang de Gérard Filoche

Le membre du bureau national du PS s'est indigné, visiblement ému, des aveux de Jérôme Cahuzac mardi. La voix était chevrotante, pas loin de se casser à plusieurs reprises. Gérard Filoche, membre du bureau national du Parti socialiste, s'est indigné des aveux de Jérôme Cahuzac sur LCI. C'est "jour de colère", a fait valoir ce représentant de l'aile gauche du PS, entamant un violent réquisitoire contre l'ancien ministre.

Libé - Un mea-culpa contrit et forcé

Le changement de stratégie de Cahuzac a surpris même ses plus proches collaborateurs. Objectif : sauver les meubles sur le plan judiciaire. Par Laure Bretton et Matthieu Écoiffier
Après le déni à la française, les aveux «à l’américaine». L’acte de contrition de Jérôme Cahuzac, posté sur son blog après sa sortie du bureau des juges est une première dans l’histoire de la communication politique hexagonale

Libé (abonnés) - Des aveux en forme de bombe à retardement

Au-delà du scandale financier, c’est l’accumulation des mensonges qui pourrait faire le plus de ravages. Par Nathalie Raulin
Une déflagration immédiate pour le couple exécutif mais aussi la menace d’une disqualification durable de la parole politique. En confessant aux juges d’instruction détenir un compte bancaire non déclaré à l’étranger, l’ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac a déclenché, hier, une onde de choc dont il est encore difficile de mesurer la puissance dévastatrice.

Le blog de Françoise Fressoz - L’affaire Cahuzac, un poison politique

.... Aujourd'hui, tous risquent de payer la confiance qu'ils lui ont accordée par un excès de défiance qui les toucheraient tous. C'est en ce sens que l'affaire Cahuzac est un vrai poison politique.

Rue 89 - Amende, inéligibilité, exclusion du PS : que risque Jérôme Cahuzac ?

Jérôme Cahuzac a avoué avoir détenu plusieurs comptes à l’étranger aux juges d’instruction Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire, confirmant ainsi les révélations de Mediapart. L’ancien ministre du Budget a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale. Que risque-t-il ?

LCP - Le PS ne pardonne pas à Cahuzac

Ils ont le blues. Et ils le tweetent. A peine l’annonce de la mise en examen de Jérôme Cahuzac prononcée et en réaction aux excuses de l’ancien ministre postées sur son blog, les députés PS disent leur déception voire leur effondrement

Le Lab - Affaire Cahuzac : "Si les infos se confirment, il n'y a plus qu'à présenter nos excuses à Mediapart et aux français"

PARDON - Christophe Caresche, le député PS de la 18ème circonscription de Paris pense à haute voix - bien qu'au conditionnel - à "présenter [ses] excuses à Mediapart et aux français" dans le cadre de l'affaire Cahuzac.

Le Monde - Jérôme Cahuzac reconnaît avoir eu un compte à l'étranger

Entendu par les juges d'instruction, mardi après-midi, l'ancien ministre du budget Jérôme Cahuzac a reconnu sur son blog qu'il détenait bien un compte bancaire à l'étranger depuis vingt ans.

Le Nouvel Obs - Cahuzac, l'heure des aveux ?

L'ancien ministre du Budget vient d'être été entendu par les juges du pôle financier du tribunal de grande instance de Paris.

Le Monde - Décentralisation : révision du projet de loi, "tâtonnement et hésitation"

Le président PS du Sénat, Jean-Pierre Bel, a annoncé mardi 2 avril que le gouvernement allait revoir sa copie sur la décentralisation en présentant "trois textes distincts" au lieu d'un seul, et repousser le calendrier. Le projet de loi de réforme des collectivités, qui a suscité une opposition unanime des sénateurs PS, devait à l'origine être présenté d'un seul tenant au conseil des ministres du 10 avril. Désormais, l'examen des trois textes devrait être étalé dans le temps, selon M. Bel. Le premier concernera les métropoles, le deuxième les régions, le troisième, le reste.

2 avril

Le Monde - Ayrault-Montebourg : histoire d'une inimitié

On savait la rupture consommée, on ne connaissait pas la violence des mots employés. Jean-Marc Ayrault a confirmé dans l'édition du Journal du dimanche du 31 mars qu'Arnaud Montebourg lui avait bien tenu ces propos, au moment de la tentative de sauvetage de Florange : "Tu fais chier la terre entière avec ton aéroport de Notre-Dame-des-Landes dont tout le monde se fout. Tu gères la France comme le conseil municipal de Nantes." Un outrage d'un ministre à son chef du gouvernement qui reste à l'heure actuelle sans conséquence

BFM TV - Marseille: Montebourg veut des primaires au PS

Arnaud Montebourg dément une nouvelle fois être candidat à la mairie de Marseille. Mais il défend l'organisation de primaires pour les municipales de 2014.

Europe 1 - L'aile gauche du PS réclame un «choc du pouvoir d'achat»

Sur sa gauche, le PS grince un peu des dents. Taxe à 75% payée par les entreprises, rigueur budgétaire, accords sur la sécurisation de l'... Sur tous les sujets, le député de l'Essonne Jérôme Guedj chef de file de l'aile gauche du , a fait entendre sa différence lundi sur Europe 1.

Le Figaro - L'hypothèse d'un remaniement aiguise les ambitions au PS

Les dirigeants et les élus de la majorité sont, en privé, de plus en plus critiques envers l'équipe de Jean-Marc Ayrault. Ils souhaiteraient que François Hollande constitue un gouvernement de combat face à la crise.

Le Figaro - Ils piaffent aux portes du gouvernement

Martine Aubry, Ségolène Royal, André Vallini, François Rebsamen, Alain Rousset, Bertrand Delanoë... il ne manque pas de ténors au Parti socialiste pour vouloir intégrer l'équipe gouvernementale.

Le Monde - Le contribuable va devoir payer la défense de Guérini

Selon La Provence, le conseil général des Bouches-du-Rhône a voté vendredi 29 mars la prise en charge par la collectivité des frais juridiques de Jean-Noël Guérini, président PS de ce même conseil général, et Jean-David Ciot, député du département.

___________________________________________________________________
___________________________________________________________________

01/04/2013

L'actualité des socialiste du 25 au 1er avril (mise à jour)

A la une

Le JDD - "Assumer la social-démocratie, c'est casser le parti"

INTERVIEW - Gérard Grunberg, directeur de recherche au CNRS et spécialiste du PS.

30 et 31 mars, 1er avril

Le Nouvel Obs - Manif pour tous : le PS s'inquiète de la "radicalisation"

La porte-parole du PS, Frédérique Espagnac, voit dans les dérives des anti-mariage homo une tendance à l'effacement de "la frontière entre UMP et Front national".

L'Express - Hollande sur France 2: adieu le président socialiste

"Je ne suis pas le président socialiste." François Hollande aurait-il ainsi fait ses adieux à sa famille politique, ce jeudi soir sur France 2? Ce n'est en tout cas pas vraiment ce "tournant" qu'attendait la gauche...

Le Nouvel Obs - Montebourg à Ayrault : "Tu gères la France comme Nantes"

Dans une interview au JDD, Jean-Marc Ayrault confirme les violentes attaques d'Arnaud Montebourg contre lui.

Libé - Municipales 2014 : vingt-cinq villes à suivre

A un an des premières élections intermédiaires de la présidence Hollande, tour d'horizon des enjeux pour la gauche et la droite.

Le JDD - La stratégie de crise de Hollande ne rassure pas

SONDAGE - Selon l'Ifop, seuls 32% des Français qui ont regardé l'interview de François Hollande à la télévision, ont été convaincus. Sondage à paraître demain dans le JDD. 

Le JDD - Le "choc de simplification" commence mardi et par ordonnance

Le Président avait promis à la télévision une "simplification" des procédures administratives. Le Premier ministre annoncera mardi les premières mesures. Une ordonnance devrait, avant la fin du mois, toiletter les règles freinant la construction immobilière. Des normes seront gelées et des organismes de l’administration fermés.

Le JDD - Ayrault : "Réformer en profondeur"

INTERVIEW - Le Premier ministre fait le point sur les réformes en cours et à venir, évoque sa collaboration avec François Hollande, après l'intervention du Président jeudi soir à la télévision. Extrait de l'interview à paraître demain dans le JDD.

Libé - Matignon remanie sa communication

À chaud Le nouveau pôle «Médias, communication et stratégie» du Premier ministre sera chapeauté par un jeune conseiller venu de Publicis. Par LAURE BRETTON
Nouveau départ ? Matignon a annoncé vendredi une refonte de ses services, pour créer notamment un pôle «Médias, communication et stratégie» chargé de chapeauter les relations avec la presse, les discours, les réseaux sociaux et les études.

Le Monde - Jean-Marc Ayrault promet de ne pas toucher à l'âge légal de départ en retraite

Dans un grand entretien au Journal du Dimanche, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, revient sur les annonces faites jeudi soir par le président de la République et commente les réformes en cours et à venir.

Libé - Hollande, outils en main et idéaux au vestiaire

Analyse Lors de son intervention télévisée de jeudi soir, le président de la République s’est bien gardé de convoquer les valeurs de gauche. Par Grégoire Biseau
Quand ça veut pas, ça veut pas. Vendredi matin, le lendemain de l’intervention de François Hollande (lire aussi page 5), nouvelle claque pour l’exécutif : le déficit public en 2012 a dérapé par rapport à la feuille de route du gouvernement, 4,8% contre 4,5% escompté

Le Monde - Les deux tiers des Français n'ont pas trouvé Hollande convaincant selon un sondage

Près des deux tiers des Français qui ont vu l'interview de François Hollande jeudi soir à la télévision ou qui en ont entendu parler ne l'ont pas trouvé convaincant, selon un sondage BVA pour iTélé publié vendredi 29 mars.

Le Monde - Sur le Web, le "Hollande bashing" se radicalise

"Hollande démission". Il suffit de taper ces deux mots sur le moteur de recherche du site de microblogging Twitter et de voir des dizaines de messages s'accumuler pour comprendre que l'impopularité du chef de l'Etat, qui atteint des sommets dans les sondages, se traduit aussi en ligne.

Le Nouvel Obs, Laurent Joffrin - Hollande: un réformiste assumé mais impopulaire

Alors que la crise s'aggrave, le chef de l'Etat est resté égal à lui-même. On attendait une envolée, on a un raisonnement. On attendait de l’émotion, on a une boîte à outils

29 mars

Le Monde - Face à la "radicalité", Hollande se pose en "président de tous les Français" Par David Revault d'Allonnes

"Je ne suis maintenant plus un président socialiste, je suis le président de tous les Français, le président de la France." La formule ne peut que faire furieusement songer à la phrase prononcée en février 2002 par Lionel Jospin, deux mois avant son élimination au premier tour de la présidentielle : "Le projet que je propose au pays, ce n'est pas un projet socialiste." Une tournure que l'ancien premier ministre, ironie de l'histoire, avait maniée face au même David Pujadas, et qui lui fut tant reprochée.

Le Nouvel Obs - Hollande, 100 % Hollande !

Emploi, croissance, impôts, retraite, allocations familiales, cumul des mandats, mariage pour tous... Le chef de l'Etat a déroulé sa "chek list". Sans surprise ni faux pas.

Rue 89 - Cinq raisons de rester optimiste après avoir entendu Hollande

Vous faites partie des 68% de Français qui ont déclaré qu’ils n’avaient pas ou plus confiance en François Hollande : nous avons trouvé dans son intervention télévisée cinq raisons de rester optimiste. Cinq questions qui ont toutes pour objectif de faire revenir la croissance et l’emploi, mais qui constituent autant de paris sur l’avenir que le Président est loin d’être assuré de gagner.

Le Monde - Les éditorialistes pointent épinglent le manque d'"audace" du chef de l'Etat

La prestation télévisée de François Hollande n'a pas convaincu les éditorialistes, qui la jugent "fade" et fustigent le manque d'"audace" du chef de l'Etat, qui dégaine une "boîte à outils" à la "Monsieur Bricolage" face à une crise et une colère profondes.

Libé - Au PS, Harlem Désir essuie la tempête

Récit Tensions . Le patron des socialistes a été, mardi soir, vivement attaqué en interne sur la politique du parti. Par LILIAN ALEMAGNA

Coup de chaud sur Harlem Désir. Un député pour qui le président de la République se comporte en «conseiller général de canton». Une aile gauche remuante. Et son ancien challenger, Jean-Christophe Cambadélis, qui demande publiquement l’arrêt des «ateliers du changement» à peine de lancés… Les prémices d’une contestation ?

L'Express - Le PS nomme 2 nouveaux porte-parole pour "être plus efficace"

Le PS étoffe son équipe et recrute deux nouveaux porte-parole pour ne "laisser aucun répit à l'opposition". Depuis la nomination d'Harlem Désir à la tête du PS, le parti s'est vu plusieurs fois critiqué pour son manque de relief dans le paysage politique.

Libé - Optimiste Par ERIC DECOUTY

Nul ne s’attendait à des annonces fracassantes. Mais beaucoup espéraient plus qu’un souffle, un vent de colère ou de révolte face à la crise, le chômage, le désarroi des plus démunis. Et, au bout d’une heure, il n’y eut ni l’un ni l’autre. Deux traits ont pourtant marqué cette heure d’intervention télévisée souvent fade, presque banale.

Libé (abonnés) - Un président trop normal pour être rassurant

Analyse Pour les sondeurs, l’impopularité inédite du chef de l’Etat s’explique par un exercice trop apaisé du pouvoir, qui inquiète en période de crise et d’urgence sociale.

Libé (abonnés) - 75%, la nouvelle recette

Analyse Pour contourner le risque de censure, la taxe sur les hauts revenus serait prélevée au niveau de l’entreprise. Par Luc Peillon
Garder le symbole. Le chiffre choc de 75%. Quitte à changer de mulet. C’est le choix qu’a fait François Hollande hier soir, en décidant de faire payer aux entreprises, et non plus aux personnes physiques, la taxe sur les revenus dépassant 1 million d’euros promise pendant la campagne présidentielle

Libé - Hollande fait son service après-vente

«Mon cap, c’est la croissance»: hier soir sur France 2, le Président a tenté de vendre sa politique malgré la persistance de la crise.

Le Nouvel Obs - Ce qu'il faut retenir de l'intervention de François Hollande

VIDEOS. Sur France 2, le président a parlé inversion de la courbe du chômage, retour de la taxe à 75%, pas de hausse d'impôts en 2014... Le "Nouvel Obs" fait le point.

Libé - Hollande : «Moi j'aime tous les Français et je veux les emmener vers la réussite»

Revivez avec Libé l'intervention du Président de la République, invité de France 2 ce soir.

Libé - Hollande, les phrases «choc»

Principales déclarations de François Hollande lors de son intervention sur France 2 jeudi soir lors de la première partie de l'interview.

27 et 28 mars

Lyon Capitale - Renaud Payre : « L’acte de décentralisation à venir est le chantier le plus intéressant »

Les étudiants de l’Institut d’études politiques de Lyon ont décortiqué le vote présidentiel des Lyonnais au travers d’un ouvrage intitulé Vox Populy. Une série d’entretiens qu’explique Renaud Payre, professeur de sciences politiques, coordinateur du livre. Loin des clichés traditionnels de la ville, le professeur y détecte les signes d’une fracture spatiale qui  conduit à s’interroger sur le contenu du projet de création de la métropole. Un « chantier le plus intéressant » qui va arriver pour Renaud Payre, qui s’interroge sur les intentions de ce projet : « vraie invention institutionnelle » ou simple « entité qui fusionnera les compétences » ?

PS - Revivez le forum du PS sur la Transition Écologique

Samedi après-midi s'est tenu à la Bellevilloise le forum sur la transition écologique. Experts, responsables associatifs, politiques se sont succédés pour donner leur vision de la transition écologique.

Retrouvez l'ensemble des interventions en vidéo ainsi que le compte-rendu écrit de ce forum

Le Monde - Jean-Jacques Urvoas veut exclure les anciens présidents du Conseil constitutionnel dès à présent

Jean-Jacques Urvoas, député (PS) du Finistère et président de la commission des lois de l'Assemblée nationale, entend faire évoluer les projets de loi constitutionnelle présentés par le gouvernement.

La Provence - Municipales : le PS propose des primaires à Aix et Marseille

Le Conseil national du Parti socialiste, le "parlement" du PS, se prononcera le 13 avril, en vue des municipales 2014, sur l'organisation à Marseille, à Aix-en-Provence et au Havre de primaires, qui pourraient avoir lieu les 13 et 20 octobre, a indiqué aujourd'hui le secrétaire national du PS aux fédérations, Alain Fontanel. Une date d'ouverture et une date de clôture des dépôts des candidatures seront proposées également au Conseil national.

Le Monde - A la demande de Copé, l'UMP lance une offensive contre Valls

L'UMP ne veut plus ménager Manuel Valls. Jean-François Copé a demandé à ses troupes de concentrer leurs attaques contre la politique menée par le ministre de l'intérieur. "Les résultats de Manuel Valls ne méritent pas qu'on lui tresse des lauriers", a lancé le président de l'UMP, lors du bureau politique du parti, le 20 mars.

LCP - Relations encore parfois compliquées entre le PS et ses alliés

Si le climat entre le PS et les écologistes semblent se réchauffer, les communistes se plaignent encore de l’ostracisation de leurs propositions.

"Le PS ne laisse pas de place, il faut la prendre !". Le constat est de Jean-Vincent Placé, président du groupe EELV au Sénat. André Chassaigne, le président du groupe communiste au palais Bourbon poursuit : "La dizaine de personnes qui gouverne notre pays aujourd’hui laisse peu de place au sein même de leur groupe. Les députés socialistes qui ont un regard plus critique ont une marche de manœuvre limitée. Il y a une chape de plomb sur eux. Le premier problème, c’est au sein même du groupe socialiste".

France 3 - Municipales: vers des primaires à Montpellier?

Montpellier fait partie des villes où le parti socialiste pourrait organiser des primaires en vue des élections municipales de 2014. Le PS annonce ce mardi que la question n'est pas tranchée mais qu'il y réfléchit.

Europe 1 - Mélenchon "insulte toute la gauche" (PS)

Le Parti socialiste a accusé mardi Jean-Luc Mélenchon d'avoir "insulté toute la gauche" en s'en prenant au ministre de l'Economie Pierre Moscovici, qui ne pense selon lui plus en français mais dans la langue de la finance internationale. Le coprésident du Parti de gauche avait suscité une vive polémique en tenant ces propos lors du congrès de sa formation le week-end dernier.

26 mars

PS - 25 mars 2013: l'essentiel du point-presse de David Assouline

Point presse hebdomadaire du lundi 25 mars 2013  — Le porte-parole du Parti socialiste est revenu sur la mise en examen de Nicolas Sarkozy, les attaques du Front de Gauche ce week-end et le résultat de la législative partielle dans l'Oise.

Le Monde - Non-cumul des mandats : la mise en garde de quatre universitaires

Les professeurs de droit ou de sciences politiques Pierre Avril, Olivier Beaud et Laurent Bouvet, ainsi que l'historien et politologue Patrick Weil ont écrit à François Hollande et aux présidents de l'Assemblée, Claude Bartolone, et du Sénat, Jean-Pierre Bel, pour les avertir des méfaits qu'aurait l'interdiction du cumul des mandats pour les parlementaires, nuisible à leurs yeux à "l'équilibre des pouvoirs". Une réforme dont le Parlement doit être saisi, a rappelé le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, mercredi à l'Assemblée, "avant l'été".

Le Progrès - Sanofi : « Nous essayons de trouver un compromis », déclare Arnaud Montebourg

Une délégation de salariés du groupe pharmaceutique Sanofi a été reçue ce lundi à Lyon, en marge du forum Biovision, par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. « Nous essayons de trouver un compromis avec les parties prenantes. Il est normal que les territoires ne soient pas abandonnés », a-t-il notamment déclaré au cours d’une conférence de presse.

Le Monde - Patricia Adam (PS) : "Bercy veut tuer le ministère de la défense"

Patricia Adam, présidente socialiste de la commission de la défense de l'Assemblée nationale, estime qu'"on ne peut plus descendre" davantage le budget de la défense.

Le Monde - Taxe à 75 % : "il faut touner la page" selon le socialiste Jean-Marie Le Guen

Après le coup d'arrêt de la taxation à 75 % des très hauts revenus par le Conseil d'Etat recommandant que la taxation marginale cumulée n'excède pas 66 %, c'est au tour du député PS de Paris Jean-Marie le Guen de préconiser de "tourner la page de la taxe à 75 %", une des mesures les plus emblématiques du président François Hollande durant la campagne présidentielle.

Libé (abonnés) - Le PS tape sur Mélenchon pour saper le Front de gauche

Rupture . Les dirigeants socialistes optent pour la diabolisation du leader du Parti de gauche, désormais considéré comme un opposant. Par Lilian Alemagna
Haro sur l’ancien camarade. Au PS, les attaques de Mélenchon ne déclenchent plus les «Oh, Jean-Luc, on le connaît…» d’avant 2012. Fini. La riposte après ses sorties ce week-end contre le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici (lire page 2), a consommé la rupture avec l’ancienne figure de l’aile gauche du parti.

Libé (abonnés) -  Les sénateurs PS en passe d’abroger le délit de racolage passif Par Alice Géraud

Le groupe PS du Sénat doit, aujourd’hui, se réunir pour décider s’il votera jeudi la proposition de loi de la sénatrice (EE-LV) Esther Benbassa pour l’abrogation du délit de racolage passif.

Le Monde - La popularité de l'exécutif en berne

La cote de popularité de François Hollande a chuté de 6 points en mars par rapport à février, avec 31 % de personnes satisfaites, tandis que celle de Jean-Marc Ayrault a cédé un point à 36 %, selon un sondage Ifop publié dans le Journal du Dimanche.

25 mars

Le Figaro - Chypre: "Économie casino" (Moscovici)

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a estimé dimanche qu'il fallait trouver les moyens pour en finir avec ce qu'il qualifie d'"économie-casino" à Chypre, alors qu'une réunion des ministres des Finances de la zone euro sur le sauvetage de l'île se tient dans la soirée.

L'Express - Mélenchon a-t-il dérapé dans sa critique de Moscovici?

Le co-leader du Front de Gauche a assuré samedi que Pierre Moscovici "ne pense pas français" mais "finance internationale". Une sortie jugée antisémite par certains. 

FranceTVinfo - Le PS, un parti qui se cherche encore sur de nombreux sujets

174 000 adhérents, 278 députés, 128 sénateurs, la majorité à l'Assemblée nationale comme au Sénat, au pouvoir dans la plupart des grandes villes et dans la quasi totalité des départements et régions... Et pourtant, dix mois après l'arrivée de François Hollande à l'Elysée, le Parti socialiste cherche encore sa place, et les critiques à l'égard de son premier secrétaire, Harlem Désir, se font de plus en plus nombreuses. D'autant qu'un certain nombre de sujets - l'Europe, la mondialisation, la sécurité sociale - divisent encore les troupes socialistes. Décryptage dans dans la vidéo ci-dessus.

Marianne - Le Premier secrétaire du PS, Harlem Désir, signe l’appel à une nouvelle loi sur les signes religieux

Le symbole est aussi fort que réjouissant : les signataires de la pétition publiée et soutenue par Marianne appelant à une nouvelle loi sur les signes religieux après la décision de la Cour de Cassation sur la crèche Baby Loup viennent d’être rejoints par Harlem Désir.

Le Lab d'Europe 1 - Un secrétaire national du PS s’en prend une nouvelle fois à Mélenchon, qu'il compare au capitaine du Costa Concordia

REPETITION – Alors que le congrès du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon se tient jusqu’à dimanche à Bordeaux, le secrétaire national du PS aux relations extérieures, Luc Carvounas, charge une nouvelle fois l’ancien candidat à l’élection présidentielle. Dans une interview au Nouvel Observateur, le sénateur socialiste du Val-de-Marne et maire d'Alfortville, proche de Manuel Valls, compare Jean-Luc Mélenchon au "capitaine du Costa Concordia"

Libé - Trierweiler : «Je suis plus prudente»

Invitée jeudi du «Grand journal» de Canal+, la compagne du président de la République a confié avoir «appris à vivre avec les rumeurs».

Valérie Trierweiler, la compagne du président de la République, a affirmé jeudi soir sur Canal +qu’elle était devenue «plus prudente» et qu’elle avait «appris à vivre avec» les rumeurs. Alors qu’on lui demandait si elle était «contrainte», du fait de son statut de première dame, Valérie Trierweiler, invitée du Grand journal, a répondu : «Je suis plus prudente.»

23/03/2013

L'actualité des socialistes du 18 au 25 mars (mise a jour)

A la une :

Le Monde - Hostilité au gaz de schiste, prudence sur le diesel, le Parti socialiste débat de sa "pensée sur l'écologie"

Le document se veut un "corps de pensée globale sur l'écologie", un "texte de référence" pour les socialistes. Sa principale rédactrice, Laurence Rossignol, secrétaire nationale du PS à l'écologie et au développement, ambitionne de repositionner au cœur du projet socialiste la transition écologique. L'intention constitue une forme de rupture, car les socialistes ont délaissé jusque-là ces thématiques, préférant les déléguer aux partis écologistes, leurs alliés.
__________________________

23 et 24 mars

Le Parisien - Les attaques de Mélenchon contre Moscovici révulsent le PS

«Qu'ils dégagent tous», «salopards», «échec du gouvernement»"... Le vocabulaire utilisé samedi lors du 3e Congrès, à Bordeaux (Gironde), du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon a traduit une radicalisation provoquant de vifs échanges avec le . Le secrétaire national du PG, François Delapierre, s’est ainsi attaqué au ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, avec cette phrase : «Dans ces 17 salopards, il y a un Français, il a un nom, il a une adresse, il s'appelle Pierre Moscovici et il est membre du Parti socialiste»

Libé - Le Parti socialiste débat en vue de réussir sa «transition écologique»

Le Parti socialiste a débattu samedi à Paris de sa «transition écologique», à partir d’un texte qui soutient la politique du gouvernement, notamment sur le nucléaire, invite à repenser le rapport à la croissance, et se montre ferme sur les gaz de schiste.

Le Nouvel Obs - "La seule constance de Mélenchon, c'est sa dérive"

Le socialiste Luc Carvounas revient sur les relations du PS avec la formation de Jean-Luc Mélenchon à l'occasion du congrès du Parti de Gauche. Interview.

Le Monde - Affaire Bettencourt : Taubira monte au créneau pour défendre les magistrats

Alors que les proches de Nicolas Sarkozy ont mis en cause le juge qui l'a mis en examen pour abus de faiblesse, la ministre de la justice, Christiane Taubira, a soutenu publiquement les magistrats, soulignant "que l'indépendance de l'autorité judiciaire est garantie par la Constitution". Elle regrette également "tout propos qui porterait atteinte à l'honneur des juges et assure les magistrats qui seraient mis en cause de son soutien". "Les juges d'instruction sont des magistrats du siège qui assurent leur mission en toute indépendance et conformément au droit", souligne-t-elle.

Le Monde (blog) - La fin des 75 % : tout un symbole !

Finie ! Enterrée ! Il n’y aura pas de taxe à 75 % sur les très hauts revenus. Cela ne veut pas dire que le gouvernement a renoncé à imposer les plus riches le temps du redressement. Simplement, il le fera avec un peu plus de modération qu’annoncé, et dans le respect des institutions.

Dix mois après le retour de la gauche au pouvoir, les juristes du Conseil d’Etat peuvent bicher. Ils ont retrouvé un rôle politique. Ils sont redevenus le conseil du roi. C’est eux qui tiennent la plume du roi Hollande, eux qui lui disent que 66,66 % serait un taux maximum.

Le Monde - Hollande interviendra sur France 2 le 28 mars

Le chef de l'Etat sera l'invité exceptionnel de France 2, jeudi 28 mars à 20 h 15, et répondra pendant environ quarante-cinq minutes aux questions du journaliste David Pujadas.

Cette intervention télévisée, évoquée depuis plusieurs jours, est très attendue, notamment dans la majorité socialiste, alors que les sondages sont mauvais pour l'exécutif, sur fond de crise économique, de rigueur budgétaire et de chômage endémique.

France 24 - Cambadélis: "La pluralité des mises en cause provoquera la colère de l'opinion"

Le député PS de Paris Christophe Cambadélis a averti vendredi que "la pluralité des mises en cause" d'hommes politiques risquait de provoquer "la colère de l'opinion".

MarsActu - Les métropolitains font leur GAM pour les municipales

Dans la foulée du succès de leur manifeste métropolitain, le tandem Viard-Boulesteix lance des groupes d'actions métropolitains (GAM) en vue des prochaines élections locales. Calqués sur des expériences similaires des années 60/70, ils visent à développer le débat - notamment via le numérique - et plus si affinités.

Le Monde - L'Elysée, bastion de sérénité dans une France à cran

Evidemment, il a eu l'air "agacé". Comme tout un chacun l'aurait fait, il a demandé "qui a bien pu dire ça". Mais, mardi 5 mars au soir, quand il a lu à la une du Canard Enchaîné ce gros titre en lettres rouges, ""Pépère", le surnom de Hollande à l'Elysée", le président de la République n'a pas paru plus ébranlé que ça. "Une fois de plus, il m'a impressionné par son équanimité, raconte un conseiller présent ce soir-là. Vous imaginez le psychodrame que ça aurait fait sous Sarkozy ?"

22 mars

Libé- Impôt à 75% : la douloureuse est pour Hollande

La promesse de campagne devrait rester lettre morte après un avis du Conseil d’Etat. Un nouveau revers pour l’Elysée. Par Grégoire Biseau
Elle était déjà moribonde, la voilà définitivement enterrée : la taxe des 75% pour les revenus de plus d’un million d’euros est morte. Le décès n’est certes pas encore officialisé. Ni l’Elysée ni Matignon n’ont souhaité publier de faire-part. Hier, c’était Bercy qui devait s’y coller. Mais finalement, il n’y aura pas de communiqué.

Libé (abonnés) - Le casse-tête d’une nouvelle taxe

Décryptage L’adoption d’un taux moins important ne changerait que faiblement le niveau d’imposition actuel. Par christophe Alix
Après l’avis du Conseil d’Etat, le gouvernement est loin d’être sorti du casse-tête juridico-politique de sa taxe exceptionnelle sur les très hauts revenus.

Le Figaro - Sarkozy : "grave" (Assouline, PS)

David Assouline, porte-parole du Parti socialiste, a jugé jeudi soir que l'objet de la mise en examen de Nicolas Sarkozy était "grave pour un ancien président de la République" tout en appelant à respecter la "présomption d'innocence".

Lyon Capitale - Décentralisation : Queyranne dénonce un projet "ringard"

Après Gérard Collomb, qui brocarde la "connerie" de taxe à 75%, c’est autour d’un autre socialiste régional de premier plan de monter au créneau contre un projet du gouvernement Hollande : le président de la première Région (hors Paris) de France, Jean-Jack Queyranne, n’est pas du tout en phase avec les arbitrages annoncés sur "l’acte III de la décentralisation". Si la virulence de Collomb ne surprend plus personne, celle de Queyranne est en revanche très inhabituelle. Car l’ancien ministre de l’Intérieur est au contraire réputé pour son flegme et son sens de la mesure… Mais là, il est fâché. Et tient à le faire savoir.

La Croix - Comment les socialistes voient la famille

Depuis plusieurs années déjà, le Parti socialiste a tenu à s’approprier le thème de la famille. Teintée d’un fort libéralisme culturel, sa vision diverge de celle de l’UMP, sans être toujours consensuelle. Il préfère suivre les évolutions de société que de défendre un principe normatif durable.

Libé - Taxe à 75% : le casse-tête continue

Décryptage Le Conseil d'Etat pourrait préconiser une taxation sous la barre des 68% pour les très hauts revenus, nouvel accroc à la promesse de François Hollande. Le point. Par DOMINIQUE ALBERTINI
Le feuilleton de la taxe à 75% continue. Après la censure d'une première version du texte par le Conseil constitutionnel en décembre, le gouvernement attend l'avis du Conseil d'Etat avant de produire une nouvelle mouture de cette promesse de campagne.

Le Monde - Le PS met sa fédération des Bouches-du-Rhône sous tutelle

C'est son premier acte d'autorité et il ne sera pas sans conséquences. Mardi 19 mars, le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, souvent accusé d'immobilisme, a décidé de frapper fort en mettant sous tutelle la direction de la puissante fédération socialiste des Bouches-du-Rhône, estimant que ses "divisions" et ses "dysfonctionnements" sont "un obstacle à la bonne préparation" des élections municipales à Marseille et à Aix-en-Provence en 2014. M. Désir a pris sa décision seul avec sa garde rapprochée, sans en informer au préalable les instances locales, avant de faire voter la mise sous tutelle par le bureau national du parti.

21 mars

Public Sénat - Le cas Cahuzac tranché en "trois heures", indique Bruno Le Roux

Bruno le Roux, chef de file des députés PS, a souligné mercredi qu'il n'avait fallu que trois heures pour trancher le cas de Jérôme Cahuzac, voulant marquer une différence avec le départ du ministre UMP Eric Woerth. "C'est une affaire très personnelle, elle n'engage pas le gouvernement", a fait valoir l'élu de Seine-Saint-Denis, interrogé par Canal + sur l'affaire du présumé compte suisse de l'ex-ministre du budget et sur sa démission.

L'Humanité - Motion de censure: l'aile gauche du PS souhaite "un grand plan de relance"

"Maintenant la Gauche", l'aile gauche du PS, a invité Jean-Marc Ayrault, à "annoncer au plus vite un grand plan de relance, de croissance et de l'emploi". Le courant rejoint la position du Front de gauche et des Verts, qui ne voteront pas la censure mais profitent de cette tribune pour  appeler à rompre avec les logiques d’austérité

L'Express - Mise sous tutelle du PS Bouches-du-Rhône: "Il fallait faire cesser un état de déliquescence"

La mise sous tutelle de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône satisfait largement le vice-président du conseil général Michel Pezet. Les secrétaires nationaux Alain Fontanel et Christophe Borgel dirigeront la structure jusqu'au 21 mars 2014. De quoi garantir une primaire "non pipée" pour les municipales, estime l'élu.

Le Monde - Jérôme Cahuzac démissionne du gouvernement en réaffirmant son "innocence"

Quelques heures après l'annonce par le parquet de Paris de l'ouverture d'une information judiciaire contre X, notamment pour blanchiment de fraude fiscale, le ministre du budget, Jérôme Cahuzac, a démissionné du gouvernement. "François Hollande a mis fin aux fonctions de Jérôme Cahuzac à sa demande", a indiqué un communiqué de l'Elysée.

Lyon Capitale - Part-Dieu : une nouvelle tour construite par Vinci confirme que Lyon est un "Vinciland"

POLÉMIQUE - La filiale immobilier du groupe Vinci construira une tour de 170 mètres à la Part-Dieu. L'annonce en a été faite lors du salon de l'immobilier d'entreprises, le MIPIM, à Cannes. Cette annonce confirme la mainmise du groupe de BTP sur la ville.

Lyon Capitale - Collomb : l'impôt à 75 % ? "Une connerie à oublier !"

"On ne relancera pas l'économie sans un minimum d'empathie pour les entreprises." Gérard Collomb appelle le président Hollande à "être clair" avec les entreprises, dans une interview au "Monde" de mercredi. A ses yeux, François Hollande fait face aux problèmes de compétitivité de la France "à la façon hollandaise". Trop prudemment.

Le 20 mars

Libé - Moralité

Jérôme Cahuzac n’avait pas le choix. Certes, aucun magistrat, aucun journaliste ne pouvait le pousser à démissionner. Aucune règle ni aucun usage ne pouvaient le contraindre à abandonner son maroquin. Sa responsabilité politique et morale lui commandait simplement de quitter Bercy. Pour que son fardeau judiciaire ne soit pas celui du gouvernement et qu’il n’impose pas à François Hollande et Jean-Marc Ayrault les tourments des affaires qu’ont connus les pouvoirs successifs depuis trois décennies

Le Monde, Françoise Fressoz - La gauche et le devoir de probité

Jérôme Cahuzac a démissionné pour "se défendre", en clamant son innocence et en ayant évité les lazzis de l'opposition qui, jusqu'à présent, aura été d'une discrétion exemplaire à son égard. C'est sa seule consolation. Car pour le reste, quelle déflagration ! Le départ du gouvernement du ministre du budget, quelques heures à peine après l'annonce par le parquet de Paris de l'ouverture d'une information judiciaire contre X, notamment pour blanchiment de fraude fiscale, ne pouvait plus mal tomber pour François Hollande.

Libé  - Cahuzac : Hollande tranche dans le vif

Le ministre du Budget a été poussé à la démission, hier, après l’ouverture d’une information judiciaire sur un éventuel compte en Suisse. Par Grégoire Biseau et Laure Bretton
Trois petites heures. C’est exactement le temps qu’il a fallu pour scier la branche Cahuzac. C’est-à-dire la période qui s’est écoulée entre l’annonce hier en milieu d’après-midi de l’ouverture d’une information judiciaire et celle d’un remaniement qui scelle le débarquement du ministre du Budget.

France Info - Le PS met sous tutelle sa fédération des Bouches-du-Rhône

Le bureau national du PS a approuvé ce mardi la mise sous tutelle de la fédération des Bouches-du-Rhône. Une décision prise "en raison des grandes divisions qu'elle connaît", notamment plusieurs affaires de corruption. La proposition émanée du Premier secrétaire, Harlem Désir

Le Monde - Le PS va voter la mise sous tutelle de sa fédération des Bouches-du-Rhône

Selon nos informations, Harlem Désir, le premier secrétaire du PS, va proposer au bureau national du parti, mardi 19 mars, "la mise sous tutelle de la direction de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône en raison du grave climat de division qui existe dans cette fédération", explique un de ses proches. Cette proposition doit être soumise au vote.

Libé - Ayrault à la recherche du ton perdu

Décryptage Si la motion de censure UMP n’a aucune chance d’être adoptée à l’Assemblée mercredi, le Premier ministre peine toujours à s’imposer, auprès des Français comme dans son propre camp. Par LAURE BRETTON
Une illusion d’optique. Débattue mercredi à l’Assemblée, la motion de censure déposée par l’UMP va offrir un joli moment de paradoxe politique à la majorité et à son chef, Jean-Marc Ayrault. «Les communistes vont la rejeter, les verts vont lui tresser des lauriers : le Premier ministre va avoir enfin toute la gauche unie derrière lui alors qu’on est retombés en plein doute», observe un parlementaire PS.

19 mars

Le Monde - Vers une baisse des allocations familiales pour les ménages aisés

Le rapporteur du budget de la Sécurité sociale à l'Assemblée Gérard Bapt (PS) préconise de diviser par deux les allocations familiales des ménages aisés, dans le cadre d'économie sur les prestations familiales, au cours d'un entretien publié mardi 19 mars dans Les Echos.

Le Monde - Les peines plancher seront abrogées selon Taubira

"Les peines plancher seront abrogées. Si on me donne un ordre contraire, j'aviserai à ce moment-là. Pour l'instant, je ne l'ai pas !", répond la garde des sceaux à une question sur ce sujet dans un entretien à Libération mardi.

Libé (abonnés) - «Mon souci, faire utile et efficace»

Interview Invitée de «Libération» hier, la garde des Sceaux, Christiane Taubira, a évoqué la cohésion gouvernementale, ses convictions ou la réforme de la justice pénale.

Hier à Libération. «Je suis disciplinée vis­à­vis de ce gouvernement», assure la ministre. (Photo Jérôme Bonnet pour Libération) Après le ministre de l’Education, Vincent Peillon, Christiane Taubira était hier l’invitée de Libération. La ministre du mariage pour tous, nouvelle icône de la gauche, définit un subtil équilibre entre ses convictions «vieilles de trente ans» et la nécessaire solidarité gouvernementale.

Libé - Au gouvernement, la théorie du chahut

Les difficultés d’Ayrault à asseoir sa légitimité favorisent la guerre des ego observée parmi les ministres. Par LAURE BRETTON
Les mots sortent de la bouche d’un ministre qui assume le risque de «parler comme un vieux con» : «Nous sommes arrivés au moment où chaque membre du gouvernement doit se poser une question à la Kennedy : "Qu’est ce que je peux faire pour la cohérence et la réussite collective ?"» Une pause et puis : «La première réponse, c’est peut-être se taire…»

Les députés s’apprêtent à adopter le projet de loi sur l’école

Les députés devraient adopter mardi en première lecture, après plus de quarante heures de débats la semaine dernière, le projet de loi pour la «refondation de l’école de la République» porté par Vincent Peillon et traduisant plusieurs promesses de François Hollande.

Le Monde, Les Décodeurs - Dette, retraites, Bundesrat allemand : Gérard Collomb passé au décodeur

Le sénateur et maire de Lyon, Gérard Collomb, était l’invité, dimanche 17 mars, de Tous Politiques, sur France Inter. Comme à chaque édition, nous avons vérifié quelques-uns de ses propos.

Libé - Le PS éliminé de la législative partielle dans l'Oise

La candidate du Parti socialiste a été éliminée dimanche au premier tour de la législative partielle dans la 2e circonscription de l’Oise, laissant la voie libre au FN pour un duel avec le député sortant de l’UMP Jean-François Mancel, alors que l’exécutif est au plus bas dans les sondages. Le PS a réagi dans la soirée, disant «(prendre) acte» de l’élimination de sa candidate, Sylvie Houssin, et a appelé «sans hésitation à faire barrage au Front national» lors du second tour.

Le Monde - Rythmes scolaires : Aubry repousse l'application de la réforme à Lille à 2014

Le conseil municipal de Lille vote, lundi 17 mars, sur le calendrier de la réforme des rythmes scolaires. Martine Aubry, maire PS, explique au Monde pourquoi elle attendra 2014 pour l'appliquer. Après Lyon et Montpellier, c'est une nouvelle grande ville de gauche qui souhaite reporter la réforme du ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon.

A perdre la raison - Une soirée chez Arnaud Montebourg

Mercredi 13, Arnaud Montebourg nous a reçu à Bercy, une dizaine de blogueurs et twittos étaient présents, pour un échange forcément trop court d'à peine une heure là où il en aurait fallu deux fois plus. Nous avons fait un tour d'horizon assez large mais rapide, trop rapide, de son activité, on a pu évoquer : Renault, le Made in France, le diesel, le french bashing, le pacte de compétitivité, les relocalisations, la BCE, les voitures électriques, l'implantation en France des sociétés étrangères.

18 mars

Le Monde - Hollande défend la décentralisation, "facteur de développement"

A l'occasion de l'inauguration d'un pont sur la Garonne à Bordeaux, François Hollande a fait  l'éloge de la décentralisation, "facteur de développement et d'aménagement", pour développer les infrastructures de transport.
"Nous changeons d'époque, non pas parce qu'il y a la crise mais parce que nous sommes face à une mutation du monde et que la France a tous les atouts pour réussir. C'est aussi la signification de ce pont", a déclaré le chef de l'Etat, samedi 16 mars.

Libé - Montebourg affirme avoir sauvé 60.000 emplois

Arnaud Montebourg espère que la hausse de l’euro ne pénalisera pas la France et affirme, dans un entretien au Journal du dimanche (JDD), que son ministère du Redressement productif a permis de préserver près de 60.000 emplois en moins d’un an.

Rue 89 - Dans un troisième mandat, Gérard Collomb imagine faire de Lyon la « ville du futur »

Quand on vous parle de ville intelligente, hyperconnectée, ça vous excite ? Gérard Collomb pose la question en présentant une série de projets (GPS pour esquiver les bouchons, méga haut débit partout…), qui mêle ce que l’actuel maire PS de Lyon, en quête d’un troisième mandat, veut mettre en avant dans sa prochaine campagne : économie, innovation…
_________________________________________________________________
_________________________________________________________________