Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2015

L'actualité des socialistes du 19 octobre au 2 novembre (mise à jour)

A la une

France Inter - La fin des frondeurs ?

Y a-t-il encore des frondeurs à l'Assemblée nationale? Jamais, ils n'ont été aussi discrets... Faut-il y voir la fin d'un mouvement, et surtout, une victoire de Manuel Valls qui - face à eux - n'a jamais cédé ?

France Info - Le député PS Pouria Amirshahi lance le "Mouvement commun"

Il a voté contre le budget 2016 mardi dernier, ce qui pourrait lui valoir une exclusion de son parti. Le 8 novembre, le député socialiste des Français de l'étranger participera à la naissance d'un nouveau collectif militant.

Son constat : la défaillance des gouvernants, "incapables de faire face aux possédants". Ses mots d'ordre : "radicalité démocratique" et "sincérité". Le 8 novembre, à la Parole errante à Montreuil, le député socialiste des Français de l'étranger Pouria Amirshahi lancera le Mouvement commun.

29, 30, 31 octobre et 1er et 2 novembre

Rue 89 - Des socialistes du Rhône prédisent la défaite de Jean-Jack Queyranne et le lâchent

La guerre des places sur les listes du candidat socialiste aux élections régionales fait rage. Le journal le Progrès annonce ce mercredi plusieurs départs de la liste Nouveau Rhône du candidat socialiste Jean-Jack Queyranne -le quotidien se trompant sur le nombre de colistiers : ils sont en fait 4 au lieu des 6 annoncés (Jules Joassard, Jean-Henri Soumirieu, Michèle Brun-Piguet et Rafi Nakas).

C’est Jules Joassard, conseiller municipal à Sérézin-du-Rhône, qui est le plus déçu : il s’attendait à être tête de liste et n’a finalement obtenu que la troisième place. Qu’il a donc choisie de ne pas prendre.

Slate - Maintien, retrait ou fusion des listes au second tour des régionales: qui pense quoi au PS?

Voici les déclarations de dix ténors du PS et d’un ministre «anonyme» sur la stratégie électorale socialiste au second tour des élections régionales de décembre.

Au second tour des régionales, et face à un risque élevé dans certaines régions, comme dans le Nord-Pas-De-Calais-Picardie ou en Provence-Alpes-Côte d’Azur, de voir le Front national remporter les élections, quelle attitude doit adopter le Parti socialiste? La majorité se déchire actuellement sur cette question, hésitant entre un maintien des listes, un «Front républicain» classique (se retirer au second tour pour laisser plus de chances au parti de Nicolas Sarkozy de remporter la mise) ou une fusion des listes. Pour y voir plus clair sur «qui pense quoi?» à Solférino, voici les déclarations de dix ténors du PS et d’un ministre «anonyme», classées en trois catégories

Libé - Comment le PS s’est englué dans le front républicain

Fin juin, nous écrivions déjà qu’«en étant clairs aujourd’hui» sur leur attitude dans l’entre-deux tours pour faire barrage au FN - maintien ? retrait ? fusion ? - «les chefs de file PS n’auront plus à répondre à cette question durant la campagne. Ils pourront se concentrer sur leur projet, seule chance de ne pas finir troisième». On y est : après avoir réussi, grâce à l’astuce d’un référendum baroque, à imposer la question de l’unité de la gauche dans le débat des régionales, la direction du PS voulait enclencher la deuxième étape de sa campagne : celle de son programme. Raté. Les mauvais sondages s’accumulant dans les régions à risque FN (Paca, Nord-Pas-de-Calais-Picardie), les médias n’ont cessé d’interroger le moindre socialiste sur sa position sur le second tour.

Public Sénat - Régionales : le front républicain sème la confusion au PS

En ouvrant la porte au Front républicain pour barrer la route au FN, Manuel Valls relance un débat qui divise aujourd’hui le PS. Si les élus du Nord-Pas-de-Calais-Picardie ne veulent pas en entendre parler, la sénatrice des Bouches-du-Rhône Samia Ghali ne dit pas non. A droite, le sénateur LR de l’Aisne Antoine Lefèvre défend l’idée et se dit même favorable à une « coalition gauche/droite ».

Le JDD - Front républicain : le PS renvoie la balle à la droite

Au Parti socialiste, l’idée d’un front républicain au second tour face au FN fait son chemin. En coulisses, des ténors du parti attendent désormais des gages des Républicains.

26, 27 et 28 octobre

Ouest-France - Elections régionales. Le PS a adopté sa stratégie pour décembre

Ce lundi soir, le bureau national du Parti Socialiste s'est réuni pour mettre au point une stratégie pour sa campagne des élections régionales, sous la houlette de Cambadélis.

Le bureau national du PS a adopté ce lundi soir sa stratégie pour la campagne des régionales, Jean-Christophe Cambadélis lançant une mise en garde contre toute hypothèse concernant le second tour, a indiqué à l'AFP Corinne Narassiguin, porte-parole du PS.

Le Parisien - Parti socialiste européen : le cadeau de Cambadélis à Tsipras

Entre Syrisa et le PS français, tout va désormais pour le mieux. Pourtant, l'idylle avait plutôt mal commencé. Lors de l'arrivée au pouvoir à Athènes du «parti de la gauche radicale», le 25 janvier 2015, les socialistes français étaient plutôt inquiets.

Le JDD - Au PS, bientôt la fin des frondeurs?

L'heure n'est plus à la fête. Après avoir vu leurs effectifs fondre de moitié, les frondeurs sont gagnés par un certain spleen. Dans le Parisien, ils sont plusieurs à annoncer que le mouvement décline.

23, 24 et 25 octobre

Slate- Les candidats PS aux régionales ont le choix entre l'inconnu et le trop connu

Pour garder leurs régions, les candidats socialistes doivent jouer les équilibristes: défendre leur bilan ou leur programme local sans trop parler de François Hollande. Problème: le président est souvent plus connu que les candidats.

Huffington Post - Jean-Christophe Cambadélis s'énerve contre "Le Monde" qu'il accuse de vouloir "faire la peau au PS"

Que choisira de faire le Parti socialiste aux régionales dans les zones où le FN arrivera en tête des sondages et que son candidat se classera en troisième position derrière Les Républicains?

La gauche décidera-t-elle d'"aider la droite ou favoriser le FN?". C'est la question que se pose en Une samedi 24 octobre Le Monde. Une interrogation qui n'est apparemment pas du goût de Jean-Christophe Cambadélis.

Boursorama - Régionales : le FN en force dans les sondages, une majorité de régions à droite

Le Front national proche de la victoire dans le nord et en PACA, la droite qui rafle les deux tiers des régions et le PS qui perd la plupart de ses bastions : à six semaines du 1er tour des régionales, les sondages prédisent un nouveau désaveu cinglant pour l'exécutif.

Trois principaux enseignements de cette première vague d'enquêtes. Le FN confirme sa poussée et Marine Le Pen peut clairement l'emporter en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, la droite et le centre devraient s'imposer dans au moins sept régions et le PS et ses alliés, en net recul, conserveraient trois de leurs fiefs.

Boursorama - Air France: "pas de dialogue social réel", jugent des députés PS après une rencontre de l'intersyndicale

Il n'y a "pas de dialogue social réel" à Air France, ont jugé jeudi des députés socialistes après une rencontre avec l'intersyndicale, qui sera auditionnée tout comme la direction de la compagnie aérienne prochainement à l'Assemblée nationale.

Huffington Post - Philippe Kaltenbach, sénateur PS, condamné à un an de prison ferme pour corruption

Le sénateur PS Philippe Kaltenbach a été condamné à deux ans d'emprisonnement, dont un ferme, pour corruption passive, jeudi 22 octobre, par le tribunal correctionnel de Nanterre, ainsi qu'à une inéligibilité de 5 ans et 20.000 euros d'amende.

L'Obs - Face au FN, le PS préfère les calculs aux valeurs

D'un côté, Hollande sonne le tocsin contre le FN. De l'autre, des élus socialistes de poids laissent entendre qu'il faut en finir avec le front républicain. Un double discours au mieux hypocrite, au pire irresponsable.

21 et 22 octobre

20 minutes - Vote du budget 2016: Pourquoi la fronde socialiste s’essouffle

Le vent de fronde est-il retombé ? L’Assemblée nationale a adopté mardi la première partie du budget de l’Etat. Le vote a été obtenu avec une majorité légèrement plus large que l’année précédente et une fronde réduite de moitié. 18 « frondeurs » PS se sont abstenus mardi contre 39 en octobre 2014. 20 Minutes dresse 4 raisons de l’affaiblissement du mouvement avec l’historien Jean Garrigues.

Rue 89 - Référendum du PS : « L’objectif n’était pas un chiffre ! »

On a enfin des précisions sur le « référendum » organisé par les socialistes sur la question de l’unité de la gauche aux régionales : les chiffres annoncés sont des estimations. Et ce n’était pas un « vote », mais un « ovni ».

Lors de la préparation de notre article sur le « référendum » organisé par les socialistes à la fin de la semaine dernière sur l’envie de voir la gauche unie pour les régionales, les cadres du parti, chargés de la logistique, nous avaient promis des réponses, mais seulement ce mardi. De vive voix.

Nous les avons donc rencontrés pendant près d’une heure et demie pour une explication de texte, dans un café à deux pas de Solférino.

Libé - Le tandem Ayrault-Muet et l’exécutif ne se lâchent plus

L’exécutif ne prend pas à la légère l’amendement Ayrault introduisant une dose de progressivité de la CSG. Loin de là. Si le débat autour de cet amendement signé par 137 députés PS a été reporté au 12 novembre, les ministres et François Hollande sont à l’écoute de ses deux auteurs. Et dieu sait qu’ils ne sont pas chauds pour mettre en place ce dispositif dès 2016. Mardi dernier, le député Pierre-Alain Muet a rencontré le ministre des Finances, Michel Sapin, et son secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert. Rebelote le soir, en présence de l’ex-Premier ministre. Entre-temps, Muet, reçu à l’Elysée avec d’autres parlementaires, en a touché un mot à Hollande. Lequel s’est ensuite entretenu avec Ayrault lors d’un déplacement à Saint-Nazaire. Quatre entrevues en une journée : «On ne peut pas dire qu’on a été mal traités», admet Pierre-Alain Muet.

Le JDC- Le député PS Christian Paul s'abstient sur le volet du Budget 2016 consacré aux recettes

..... 247 députés ont voté contre et 32, dont 18 socialistes (ils étaient 39 l'an dernier), se sont abstenus. Parmi ces derniers, le député PS de la Nièvre Christian Paul, qui a justifié son choix par les mots suivants :  "Le budget ne répond pas à la crise économique, au chômage de masse et aux inégalités des territoires".

Le secrétaire national du Parti de Gauche Alexis Corbière a publié un enregistrement compromettant où Julien Dray qualifie les deux ténors du Parti socialiste de "manipulateurs" et de "fainéants".

Metro - Ce député PS frondeur qui votera contre le budget du gouvernement

RÉBELLION - Alors que les députés de l'aile gauche du PS hésitent entre voter ou s'abstenir sur le projet de budget du gouvernement mardi, l'un d'eux va plus loin. Pouria Amirshahi votera contre, nous indique son entourage.

Le Parisien - Référendum PS : les frondeurs écrivent à Cambadélis pour regretter «un coup de pub»

Des parlementaires fondeurs socialistes, dont Christian Paul, Benoît Hamon et Marie-Noëlle Lienemann, ont écrit à Jean-Christophe Cambadélis au lendemain des résultats du référendum sur l'unité aux régionales.

Libé, Désontox - Taubira, le laxisme, la justice : une semaine d'intox

Prison, récidive, peines planchers... Désintox revient sur une semaine de débat à propos du laxisme de la justice, et relève huit intox. Dans les deux camps.

19 et 20 octobre

Le Monde - Régionales : le PS présente son programme national

Campagne locale, mais programme national. La direction du Parti socialiste a présenté lundi 20 octobre la liste des mesures que tous les candidats aux élections régionales devront défendre sur le terrain, en plus de leurs engagements personnels. Lors de la réunion hebdomadaire du bureau national, Christophe Borgel, le responsable des élections à Solférino, a détaillé les promesses de campagne qui ont été élaborées au sein du comité de campagne qui réunit l’ensemble des têtes de liste des 13 régions. La plupart d’entre elles sont issues des programmes des différents candidats à travers le pays.
 
 
Lors de sa conférence avec les partenaires sociaux, lundi, François Hollande s’est posé en défenseur du dialogue social en vue de 2017. Avec qui, contre qui et avec quels moyens ? Eléments de réponse.
 

Au son de sa voix, on sent qu’il est atterré. Alexis Braud a organisé la primaire présidentielle écologiste en 2011. C’est lui qui avait dénoncé les dysfonctionnements du vote électronique lors de la primaire de l’UMP, avant les municipales, en 2013 à Paris. Cette fois, c’est au tour des socialistes :

« Il n’y a pas de raisons que le PS ne mange pas s’il fait aussi n’importe quoi. »

L’élu écolo vient de poster un courrier adressé à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil). Il y dénonce les conditions d’organisation du référendum voulu par Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste.

Libé - Dray et Mélenchon se castagnent à coups de vieux dossiers
Jean-Luc Mélenchon et Julien Dray : une histoire sans fin. Elle est née à la fin des années 80. François Mitterand, le président de la République, file une circonscription dans l’Essonne à Julien Dray : le territoire de Jean-Luc Mélenchon. Les deux hommes s’allient politiquement, malgré leurs différences et une sorte de rivalité. Les années passent. Des hauts, des bas. A l’aube des années 2000, ils se séparent. Depuis, ils se guettent de loin. Ces derniers jours, ils ont repris le contact de manière un peu particulière. Histoire en deux épisodes.

10/10/2015

L'actualité des socialistes du 5 au 11 octobre (mise à jour)

A la une

Boursorama - Budget: plus de 130 députés PS signent l'amendement Ayrault-Muet sur la CSG et un "impôt citoyen sur le revenu"

Plus de 130 députés PS ont signé l'amendement au projet de budget déposé vendredi par Jean-Marc Ayrault et Pierre-Alain Muet, qui entend remplacer une partie de la prime d'activité par une baisse de CSG et à aller vers un "impôt citoyen sur le revenu".

Le Monde - François Hollande décore Michel Rocard, « rêveur idéaliste et réformiste radical »

François Hollande a élevé, vendredi 9 octobre, Michel Rocard au rang de grand-croix de la Légion d’honneur, la plus haute distinction française.

Le président, qui n’a jamais fait partie de la mouvance rocardienne, a salué la « fidélité », la « morale » et la popularité de l’ancien premier ministre de François Mitterrand. Le chef de l’Etat a ainsi évoqué le long parcours d’un homme encarté au PS depuis soixante-dix ans, qui a « réformé la France et, à force de persévérance, parfois en avance sur son temps, a porté des textes iconoclastes devenus lois de la République ».

9, 10 et 11 octobre

Libé - Budget, le PS en porte-à-faux

Sur le papier, tout y est. Le budget 2016 fournit a priori toutes les raisons d’un bras de fer au sein de la majorité. D’un côté, l’exécutif vante un «budget de cohérence», «de continuité», voire «sans surprise», dixit le ministre des Finances, Michel Sapin. De l’autre, l’aile gauche du PS continue de réclamer une inflexion de la ligne économique et particulièrement la réorientation du «pacte de responsabilité». «Le gouvernement appelle "constance" ce qui est une obstination dans l’erreur», proteste le chef de file des «frondeurs», Christian Paul.

Le Monde - Martine Aubry s’agace des pressions l’incitant à mener les régionales dans le Nord

Elle ne sait plus sur quel ton le dire : Martine Aubry n’a pas du tout l’intention de prendre la tête de la liste PS-PRG-MRC aux élections régionales des 6 et 13 décembre en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Qu’importe si le candidat socialiste désigné, son premier adjoint à la mairie de Lille, Pierre de Saintignon, ne décolle pas dans les sondages face à Xavier Bertrand et à Marine Le Pen, et que le risque d’une victoire finale du FN n’est pas à écarter. Pour Martine Aubry, c’est non
 
Au sein d'un comité consultatif, l'économiste français et le prix Nobel d'économie américain conseilleront Jeremy Corbyn, le nouveau leader du Labour. Thomas Piketty veut montrer "l'échec de l'austérité au Royaume-Uni".
 

Le Point - Régionales 2015 : Queyranne se rebelle contre le PS

Le candidat PS en Auvergne-Rhône-Alpes n'a pas suivi les injonctions de son parti et ne va donc pas évincer de sa liste la dissidente Farida Boudaoud.

Challenges - La job machine repart, Hollande peut sourire

L'Insee annonce dans sa dernière note de conjoncture une stabilisation du chômage. Fait étonnant: malgré une faible croissance, la France crée des emplois. Une bonne nouvelle qui s'explique grâce aux effets positifs du CICE et du Pacte de responsabilité.

08/10/2015

Le patron du Ps se range derrière JJ. Queyranne à contre-coeur


Le patron du Ps se range derrière JJ. Queyranne à contre-coeur

02/10/2015

L'actualité des socialistes du 28 septembre au 4 octobre (mise à jour)

A la une

Lyon Mag - Queyranne cherche-t-il à ménager les susceptibilités des socialistes lyonnais ?

Le président sortant de la région a présenté la liste de la Métropole de Lyon ce vendredi. Farida Boudaoud, qui a crispé la fédération PS du Rhône et qui fut longtemps pressentie pour occuper la deuxième position, sera finalement sixième. Un geste d’apaisement de la part de Jean-Jack Queyranne

3 et 4 octobre

Le Figaro - Cambadélis va lancer un «appel des 100» pour réunir la gauche

Il semble bien décidé à multiplier ce type d'initiatives. Depuis qu'il a été élu premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis a fait de l'union de la gauche son principal cheval de bataille. Après avoir d'abord tenté, en vain, de co-organiser l'université d'été de son parti avec EELV et le PCF, le député de Paris s'est ensuite mis en tête d'organiser un référendum sur le rassemblement de son camp aux régionales. Mais ça n'est pas tout: il envisage désormais de lancer, début 2016, un «appel des 100».

Le Figaro - PS : la recette d'Epinay de 1971 pour réunir la gauche

De l'initiave de Cambadélis, révélée par l'Opinion, de lancer un appel des 100 début 2016 pour refédérer les courants de gauche, naitra-t'il un nouveau parti? Retour sur la renaissance du PS en juin 1971 à Epinay.

Le Monde, Les décodeurs - Aux régionales, les écologistes nouent des alliances... mais pas avec le PS

« J’ai très mal vécu le choix qui a été fait par 274 militants de ma région d’une stratégie de division de la gauche. » C’est ainsi que Barbara Pompili a justifié l’annonce, mercredi 30 septembre, de son départ du parti Europe Ecologie-Les Verts. Le rejet de sa motion, prônant une alliance avec le Parti socialiste, par les militants du Nord-Pas-de-Calais-Picardie, le 12 septembre (qui ont préféré s’allier avec le Parti de gauche au premier tour) a poussé la coprésidente du groupe parlementaire des Verts à se « mettre en retrait des partis politiques ».
 
2 octobre

Le JDD - Martine Aubry heureuse, loin d'Emmanuel Macron

Martine Aubry ne regrette pas une seconde sa saillie contre le ministre de l’Économie. Mais la vie continue, dit celle qui a toujours rêvé d’être ministre de la Culture.Le titre sonne comme un slogan : "Tu dois changer ta vie!". L'injonction est, au fond, une ­méthode antimorosité, une ­manière de vivre malgré la crise, de renaître quand tout va mal. "C'est une adresse à chacun d'entre nous, il faut se dire, quand tout ne va pas très bien, qu'il y a des petits moments de bonheur partout", raconte Martine Aubry en inaugurant samedi matin au Tripostal l'exposition qui porte ce nom.

Le Figaro - Régionales : les élus PS s'inquiètent d'un effet Macron

En Conseil des ministres hier, François Hollande et Manuel Valls ont recadré leurs ministres les invitant à « maîtriser la parole gouvernementale et ne pas ouvrir des débats qui n'étaient pas prévus à l'agenda ». En ligne de mire : Emmanuel Macron.

1er octobre

Les Echos - New Wind, le nouveau pari d'Arnaud Montebourg

L’ancien ministre annonce jeudi son entrée au capital de New Wind, une start-up conceptrice d’éoliennes domestiques, dont deux prototypes seront exposés à la conférence de Paris sur le climat.
 

Emmanuel Macron, ce nouvel enfant terrible de la gauche, aime se présenter en «homme libre». Pour justifier ses dernières sorties fracassantes, il se dit «dans la vérité du moment où il parle». Alors prenons le ministre de l’économie au mot. Invité du Monde Festival ce dimanche, le ministre de l’Economie a été interrogé sur ses ambitions pour 2017. Voici sa réponse : «C’est une question d’un autre temps. On est en train de parler de la transformation du monde ou bien d’essayer d’en approcher les contours et il faudrait que la vie politique, elle puisse continuer à fonctionner comme elle fonctionnait dans les années 50.»

30 octobre

Libé - Cambadélis en monsieur Loyal de son référendum

.... L’ouverture des votes en ligne aura lieu le vendredi 16 octobre. Le lendemain débuteront les votes physiques. Solférino espère ouvrir un bureau de vote dans chacun des 2 000 cantons de France. Les lieux restent à définir. Le site du PS proposera une Googlemap des bureaux. Le dimanche 18 octobre: clôture du vote physique et en ligne. Dans la soirée, un point presse annoncera une première tendance. Les scores officiels seront proclamés quelques jours plus tard après validation par la haute autorité.

Europe 1 - Cambadélis présente les modalités de son référendum... sans convaincre

Les modalités du référendum sur "l'unité de la gauche et des écologistes", qui sera organisé le 16 octobre prochain par le PS, ont été présentées mardi rue de Solferino, à Paris. "Face à la droite et l'extrême droite, souhaitez-vous l'unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales ?", sera ainsi la question posée aux votants, a annoncé le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis… qui n'a, semble t-il, pas éteint le scepticisme de ses partenaires.

Le Figaro - Valls recadre Macron : «l'expérience d'élu de terrain est irremplaçable»

Celui que l'on surnomme volontiers «le bon élève du gouvernement» commencerait-il à agacer certains de ses chefs ? Après avoir secoué l'opinion et surtout le PS, en remettant en cause la pertinence des 35 heures et le statut des fonctionnaires, Emmanuel Macron a de nouveau fait parler de lui en estimant que le fait d'accéder à de hautes fonctions par le biais d'élections relevait «d'un cursus d'un ancien temps». Une confidence lâchée à l'occasion du festival le Monde et qui est tombée à point nommé, alors que des rumeurs persistantes font état d'une volonté de l'exécutif de voir son poulain légitimé par les urnes une fois pour toutes. Interrogé ce lundi, Manuel Valls siffle la fin de la récréation et entend bien ramener le patron de Bercy dans le rang.

Le Figaro - Cambadélis qualifie Macron de «ministre d'ouverture»

Les oreilles d'Emmanuel Macron ont une nouvelle fois sifflé. Mardi matin, le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, visiblement agacé, a enfoncé le clou après les dernières déclarations du ministre de l'Économie Emmanuel Macron, qui n'est pas membre du PS. Comme pour mieux tourner la page. «C'est un ministre d'ouverture et le Parti socialiste ne polémique pas avec un ministre d'ouverture. Ce qu'il dit ne nous engage pas et ce que nous pensons ne l'engage pas. On en restera là», a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse au siège du parti consacrée au référendum du PS sur l'unité de la gauche pour les régionales.

BFM TV - "Emmanuel Macron est un problème", assure Laurent Baumel

La venue du ministre de l'Economie Emmanuel Macron mardi au séminaire des députés PS n'a pas ravi tous les députés socialistes après ses déclarations sur le statut des fonctionnaires, le frondeur Laurent Baumel jugeant même qu'il devait quitter le gouvernement.

28 et 29 septembre

Le Point - Pour Macron, passer par l'élection est "un cursus d'un ancien temps"

Lors d'un forum organisé par "Le Monde", le ministre de l'Économie a assuré qu'il n'avait pas l'intention d'être candidat aux législatives de 2017.

Boursorama - Frondeuse, Anne Hidalgo ?

Les sujets sur lesquels l'élue socialiste s'est fait entendre ne manquent pas, avec parfois des victoires - comme sur la taxe de séjour - et parfois des défaites comme sur le travail dominical. Reste qu'un an et demi après son élection à la maire de Paris, Anne Hidalgo s'est fait une place atypique dans le paysage politico-médiatique. Celle d'une "sociale-démocrate" indépendante et batailleuse, qui ne cachent pas ses désaccords avec le gouvernement.

Le Figaro - Dray veut inviter Macron aux réunions du PS

L'ex-député PS Julien Dray, tête de liste aux régionales dans le Val-de-Marne, a suggéré dimanche au Parti socialiste d'inviter le ministre de l'Economie Emmanuel Macron à ses réunions et à des meetings, après le "Macron ras-le-bol" de Martine Aubry.

RTL - Élections régionales 2015 : Anne Hidalgo défend l'idée d'un front républicain contre le FN

Pour la maire PS de Paris, en cas de "risque majeur" de voir le FN diriger une région, il faudrait "se retirer".

Le JDD - Régionales en Ile-de-France: Pécresse et Bartolone au coude-à-coude

L’enquête Ifop pour le JDD révèle un duel très serré en Ile-de-France entre Valérie Pécresse (LR) et Claude Bartolone (PS) à trois mois des régionales. Le FN progresse ; les écologistes déçoivent.

19/09/2015

L'actualité des socialistes du 14 au 20 septembre (mise à jour)

A la une

A GAUCHE POUR GAGNER /  Note d’analyse et de débat

Le 17 septembre 2015

Les conditions politiques du rassemblement

La récente lettre de Jean-Christophe Cambadélis « à la gauche et aux écologistes » a un mérite : elle interpelle l’ensemble de la gauche sur un processus d’émiettement lourd de conséquences. Elle décrit l’orage qui arrive.

On pourrait y voir une figure imposée du discours politique. Les défaites se sont accumulées, d’autres s’annoncent. L’injonction à resserrer les rangs vient naturellement… Nous prenons le sujet comme il doit l’être : au sérieux, pas simplement comme une tentative désespérée à la veille des élections régionales.

Le JDD - Les frondeurs à Cambadélis : "La déception crée la dispersion"

Quelques jours après la lettre du numéro 1 socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, "à la gauche et aux écologistes", plusieurs signataires de la motion B (aile gauche du PS) lui répondent par écrit.

19 et 20 septembre

L'Obs - Le PS réunit son Conseil national pour parler régionales

Le Conseil national du Parti socialiste se réunit samedi pour aborder les élections régionales de décembre, qui s'annoncent très critiques pour la majorité.

Le Monde - Travail du dimanche : Hidalgo refuse de discuter avec Macron

« Que des coups politiques à prendre ! » C’est ainsi que réagit l’entourage d’Anne Hidalgo à la proposition d’Emmanuel Macron de discuter avec elle du dossier du travail du dimanche. La maire de Paris n’accepte pas « un strapontin », indique son cabinet après avoir été, selon elle, « maltraitée » par le ministre de l’économie. Elle fait grief à M. Macron d’avoir exclu les maires du travail d’élaboration des futures zones touristiques internationales (ZTI) dans lesquelles les commerces pourront être ouverts en soirée et le dimanche, en vertu de la loi pour la croissance, promulguée le 6 août. A Paris, Bercy prévoit d’autoriser la création de douze ZTI.
 
18 septembre

Le Lab - Le pôle "Gauche Forte" du PS demande la révocation de Robert Ménard de la mairie de Béziers

C'était leur réponse à la "Droite Forte" de feu l'UMP. Mais visiblement, les membres du mouvement interne au PS, la "Gauche Forte", ont trouvé un nouvel ennemi en la personne de Robert Ménard. Le 16 septembre, par communiqué, ils réclament la "révocation de Robert Ménard de sa fonction de maire de Béziers".

Europe 1 - Hollande agite (déjà) le 49-3 en vue du vote du Budget

Après avoir débattu des frappes en Syrie mardi, le Parlement poursuit mercredi les discussions sur l'accueil des réfugiés. Comme la veille, le débat - que la droite souhaiterait élargir à la libre circulation dans l'espace Schengen - se déroulera sans vote. En revanche, il y a bien un vote que l'exécutif  appréhende, c'est celui du Budget, présenté au conseil des ministres à la fin du mois.  Car en réaffirmant le cap de l'allègement des charges pour les entreprises, François Hollande se prépare à un nouveau bras de fer avec les frondeurs du PS.

17 septembre

Libé - Réformes du travail : La gauche divisée, les salariés méfiants

A rebours des idées reçues, notre sondage montre que les travailleurs restent attachés aux 35 heures et sont réticents aux réformes sociales programmées. Un thème qui fracture la gauche elle-même.

Libé - En Rhône-Alpes-Auvergne, la liste PS prend l'eau

Une vingtaine de colistiers, dont la femme du maire de Lyon, Gérard Collomb, ont décidé de faire défaut au président sortant et tête de liste socialiste, Jean-Jack Queyranne, dans une région où la gauche part déjà très divisée.

France 3 - La députée ariégeoise Frédérique Massat (PS) devient présidente de la commission des Affaires économiques de l'Assemblée

Frédérique Massat, députée socialiste de l'Ariège, va prendre la direction de la commission des affaires économiques à l'Assemblée nationale. Elle en était déjà la vice-pésidente.

Lyon Mag - Jean-Jack Queyranne : “Il y aura un match aux régionales et je suis là pour le gagner”

Une semaine après avoir lancé sa campagne à Clermont-Ferrand, Jean-Jack Queyranne a agréablement accueilli ce sondage BVA lui octroyant une deuxième place inespérée après le sondage IFOP de janvier. "Il y aura un match", promet le président de Rhône-Alpes qui explique cette nouvelle consultation : "On mesure qui peut construire cette nouvelle région qui mérite une personnalité qui joue le jeu. Je n’ai rien à perdre et à la fois tout à gagner pour la région. Je ne cherche pas un poste".

16 septembre

L'Obs - Le PS prend ses distances avec le "front républicain" contre le FN

Tournant au PS ou habileté tactique? Pour la première fois, le patron Jean-Christophe Cambadélis a estimé lundi que la stratégie du "Front républicain" n'était "désormais" plus possible en raison des "déclarations extrémistes" de candidats du parti Les Républicains.

Le Progrès - Une vingtaine de candidats PS quittent les listes Queyranne

Exclusif. Le feu couvait depuis quelques semaines, mais les socialistes du Rhône et de la Métropole de Lyon ont mis leur menace à exécution. Dans un courrier individuel adressé à la fédération du Rhône, une vingtaine de candidats figurant sur les listes de Jean-Jack Queyranne pour les élections régionales de décembre prochain viennent d’officialiser leur retrait.

Lyon Mag - Régionales : Collomb, Peillon, Sturla, les socialistes ont lâché Queyranne

Alors que Solférino doit bientôt arbitrer la guéguerre interne qui fait rage entre le PS du Rhône et Jean-Jack Queyranne, la fédération a décidé d'appliquer son ultimatum.

Courrier Picard - PICARDIE EELV sans le PS aux régionales : «complètement débile» pour Cohn-Bendit, Cosse aurait préféré «faire autrement"

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), a conseillé à Jean-Christophe Cambadélis de «sortir des questions politicardes» en réponse à l’appel du PS pour une nouvelle alliance «politique et citoyenne», mais aurait préféré «faire autrement» que l’autonomie décidée par les militants en Nord-Pas-de-Calais/Picardie

La Tribune - DSK tacle Hollande, ses ministres et le PS

Dominique Strauss-Kahn, relaxé cet été dans l'affaire du Carlton de Lille, fait de nouveau parler de lui. Cette fois, il s'attaque au gouvernement, mais exclut un retour sur la scène politique.

Libé - Cambadélis : «Comme on dit en cyclisme : le trou est fait»

Le premier secrétaire du Parti socialiste pense déjà à la présidentielle de 2017 et estime que son parti reste le pivot de la gauche.

BFMTV - Benoît Hamon "regrette" qu'EELV parte aux regionales sans le PS en NPDC-Picardie

Benoît Hamon, un des porte-voix de l'aile gauche du Parti socialiste, a regretté lundi la décision des militants d'Europe-Ecologie/Les Verts (EELV) en Nord-Pas-de-Calais/Picardie de ne pas partir en tandem avec le PS aux élections régionales de décembre.

15 septembre

Libé - Cambadélis met en garde la gauche contre le «narcissisme des petites différences»

Dans une «lettre ouverte» envoyée lundi «à la gauche et aux écologistes» et que Libération publie, le patron du PS propose «l'ouverture d'une discussion collective pour bâtir une route commune»

Le Point - Le PS plaide pour une alliance de la "nouvelle gauche politique et citoyenne"

Face à la menace du "bloc réactionnaire", le Parti socialiste a publié une lettre ouverte à la gauche et aux écologistes pour s'allier.

Le Figaro - Face au FN, les socialistes prêts à abandonner le front républicain

Jean-Christophe Cambadélis plaide pour le maintien des listes socialistes dans les régions menacées par le FN. Un ministre propose pour sa part une fusion de liste avec Les Républicains dans le Nord.

Le Fifaro - Régionales : l'idée d'une fusion PS-Les Républicains ne convainc personne

L'hiver approche et avec lui la perspective pour le PS d'une lourde défaite aux élections régionales. Confronté aux bonnes intentions de vote en faveur de la droite et du FN et à la multiplication de listes à gauche au premier tour, le PS envisage de dépasser le réflexe du front républicain jusqu'ici en vigueur. Dans la configuration actuelle, il pourrait marquer la disparition quasi-totale des socialistes de la majorité des exécutifs régionaux. «Un influent ministre anonyme» cité par France Info, a imaginé une parade: proposer au soir du premier tour une fusion des listes PS et des Républicains, en échange notamment d'accord sur les votes essentiels comme le budget. Une option qui permettrait à la droite victorieuse de «choisir» une opposition régionale de gauche, là où le FN pourrait être tenté de paralyser les institutions. Mais à droite comme à gauche, l'idée ne fait pas recette.

14 septembre

Le Figaro - La vague de départs se poursuit chez EELV

La stratégie d'indépendance d'EELV vis-à-vis du PS pour les prochaines régionales continue de provoquer des remous au sein du parti. La promesse de listes autonomes dans plusieurs régions menacées par le FN avait déjà été dénoncée par Jean-Vincent Placé et François de Rugy, qui ont claqué la porte du parti. Mais, samedi, les militants écologistes Nord-Pas-de-Calais/Picardie ont confirmé sans surprise la rupture avec le PS, souhaitée par la candidate dans la région et porte-parole du parti Sandrine Rousseau.

L'élection de cet eurosceptique de 66 ans à la tête du parti travailliste britannique a été accueillie avec bienveillance par l'ensemble de la gauche française.

Libé - Avec Jeremy Corbyn, les travaillistes britanniques roulent à gauche

Ce vieux briscard de 66 ans a été élu haut la main à la tête du Labour. Mais sa ligne politique, proche de Podemos ou Syriza, est très éloignée de celle qui dominait depuis vingt ans et Tony Blair.

Libé, Joffrin - Vive le socialisme

Incroyable mais vrai : une réforme de gauche qui marche ! On est tellement tympanisé par le flonflon anti-Etat qui occupe le fond sonore de nos démocraties qu’on finit par douter de la pertinence de la régulation. A coups de grosse caisse et de sirènes d’alarme, on nous avait promis le pire si la puissance publique se mêlait de limiter des loyers de centre-ville, dont une bonne partie atteignait des niveaux indécents.

31/01/2015

L.'actualité des socialistes du 26 janvier au 1er février (mise à jour)

A la une

Le Monde - Plaidoyer pour un Service national républicain obligatoire Par Yves Blein, député du Rhône (PS)

Le premier ministre et la ministre de l’éducation nationale ont annoncé une importante série de mesures propres à renforcer l’éducation civique et mieux encadrer les comportements des enfants à l’école. C’est d’évidence une excellente chose. Mais je plaide pour que ces mesures soient complétées par la création d’un Service national républicain, obligatoire, à effectuer entre 16 et 25 ans.

31 janvier et 1er février

Le Monde - A Pékin, Valls jure fidélité à Hollande

Depuis Pékin, Manuel Valls n’a pas seulement adressé un message aux investisseurs chinois. Le premier ministre a également profité de sa visite officielle en République populaire de Chine pour envoyer un message très politique à la France et plus particulièrement à la gauche française. Un message qui peut se résumer ainsi : il ne faudra pas compter sur lui pour engager un bras de fer avec François Hollande en vue de l’élection présidentielle de 2017. M. Valls l’avait déjà laissé entendre depuis de longs mois, mais il a été rarement aussi clair que cette fois-ci.
 
 
A l’Assemblée nationale, l’examen du projet de loi Macron n’en était pas encore arrivé au tour de l’article 28 que celui-ci animait déjà la séance de questions au gouvernement mercredi 28 janvier. En réponse à l’inquiétude exprimée à son sujet par la députée écologiste Michèle Bonneton, Ségolène Royal s’est voulue conciliante : « Le gouvernement est tout à fait ouvert au dépôt et au vote d’un amendemement destiné à garantir la non-régression en matière de droit à l’environnement. »

La Nouvelle République - Laurent Baumel, un frondeur sacré député de l’année 2014

Les députés frondeurs auront incontestablement été les « héros » de l'année politique à lʼAssemblée nationale. Laurent Baumel, l'un des animateurs du mouvement et député de la 4e circonscription d'Indre-et-Loire, devrait être désigné "député de l'année" par la revue du Trombinoscope ce mardi.

Boursier.com - Le gouvernement va renoncer au texte sur le "secret des affaires"

Il n'y aura pas de "secret des affaires" dans le projet de loi Macron... Face à colère des médias, le gouvernement a décidé de renoncer à cette mesure très contestée. L'information, révélée par 'Le Monde', a été confirmée à Reuters par des sources gouvernementale et proches du groupe parlementaire socialiste à l'Assemblée nationale. Selon le journal, la décision de retirer cette disposition du projet de loi sur la croissance et l'activité a été prise à l'issue de discussions entre François Hollande et Emmanuel Macron, et doit être officialisée ce vendredi.

Le Monde - Quand Cambadélis (PS) tance le porte-parole d’EELV

« Irresponsable », « spectacle lamentable », « accroc inadmissible dans l’union de la gauche »… Mais qu’a donc fait Julien Bayou, porte-parole d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), pour énerver le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, au point de lui faire signer un communiqué de presse au ton courroucé ?

Les Echos - Pesticides : le gouvernement veut diviser l’usage par deux d’ici à 2025

Un nouveau plan de réduction des pesticides dans l’agriculture est présenté ce vendredi, basé sur l’extension de fermes pionnières et des incitations aux distributeurs pour optimiser leur utilisation. Les ONG auraient voulu aller plus loin.

Le point - Dans le Doubs, une législative partielle à risque pour le PS

L'esprit du 11 janvier, après les attentats de Paris, permettra-t-il au PS de sauver dimanche son siège de député du Doubs ? Le pari, difficile tant la concurrence à gauche est forte face à l'UMP et au FN, sera un test à quelques semaines des départementales.

30 janvier

Les Echos - Bartolone demande à Larcher de ne "pas perdre son sang-froid"

Le président du Sénat estime qu’il « ne lui est plus possible » de travailler avec le président de l’Assemblée, après que celui-ci s’est prononcé pour la disparition de la Haute Assemblée.

Libé - Secret des affaires : l’alerte est donnée

L’amendement adopté le 20 janvier devrait être modifié. En jeu : la défense des lanceurs d’alerte et de la liberté d’informer.

Le Monde, Les décodeurs - La liberté d'informer serait-elle vraiment menacée par le « secret des affaires » ?

Le tollé ne faiblit pas : les dispositions concernant le « secret des affaires » que pourrait contenir la future loi Macron hérissent journalistes et défenseurs de la liberté d'informer. Une pétition a été lancée et les réseaux sociaux résonnent de ce projet de loi.

29 janvier

Libé - Meeting de Valls perturbé : «La CGT a été irresponsable»

Martial Bourquin, sénateur-maire PS d’Audincourt (Doubs), était au côté de Manuel Valls lors du meeting chahuté − notamment par la CGT Energie − que le Premier ministre a tenu mardi dans le Doubs, où une législative partielle se tient dimanche pour élire le successeur du PS Pierre Moscovici.

Libé - Une primaire de l'«alternative» : chiche ?

Puisque Jean-Luc Mélenchon parle déjà de «candidature commune» de la gauche radicale et des écologistes, il doit accepter de se convertir au principe de la primaire. Sous peine de paralyser le rassemblement rouge et vert qui s'esquisse.

Libé - Le PS envisage un service civique obligatoire pour les jeunes

D'après un document qu'a pu consulter le Lab, le groupe socialiste à l'Assemblée pourrait proposer la création d'un service civique obligatoire, pour tous les jeunes de 16 à 26 ans.

Libé - Hollande : la Shoah «doit pouvoir être enseignée partout, sans aucune restriction»

Le président français a annoncé un renforcement des sanctions contre le racisme et l'antisémitisme avant de se rendre au 70e anniversaire de la libération des camps nazis à Auschwitz.

RFI - Loi Macron: les députés frondeurs dénoncent un texte libéral

L'Assemblée nationale a commencé à examiner lundi 26 janvier le très controversé projet de loi Macron de modernisation de l'économie. Un texte libéral, dénoncé comme tel par la minorité des socialistes frondeurs, au lendemain de la victoire de Syriza en Grèce.

Le Parisien - Grèce : Yanis Varoufakis, le ministre des Finances qui détonne

Cet économiste de 53 ans qui avait prédit la crise des «subprimes» en 2008 est le nouveau ministre des Finances grec. Très critique des plans de sauvetage de 2010 et 2011, il plaide pour une réorientation de la politique économique européenne. Et ne mâche pas ses mots pour critiquer l'Allemagne et la France.

La Provence - Sondages : fin de "l'effet 11 janvier" pour Hollande, ça se resserre pour les départementales

Le nouveau sondage réalisé ce mois-ci par Odoxa pour L'Express, la presse quotidienne régionale et France Inter, revient sur la spectaculaire hausse de popularité de l'exécutif au lendemain des attentats de Paris ainsi que sur les intentions de vote aux élections départementales. Revue de détail.

28 janvier

Presse Océan - Sondage : Manuel Valls (PS) apprécié par la majorité des Français

Odoxa présente aujourd'hui son nouveau baromètre politique. En partenariat avec l’Express, la Presse Quotidienne Régionale et France Inter, cette enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet les 22 et 23 janvier 2015. La popularité de l’exécutif est en nette hausse en janvier. Mais l’effet 11 janvier est désormais terminé. Si Hollande reste très impopulaire, Valls est désormais apprécié par une majorité de Français. Les résultats et l'analyse de son président Gaël Sliman.

L'Express - Loi Macron: lanceurs d'alerte et journalistes condamnent la protection du secret des affaires

Députés de droite et de gauche se sont entendus pour glisser dans la loi Macron un amendement créant le "secret des affaires". Diffuser une information jugée sensible par une entreprise sera ainsi passible d'une peine de prison.

Le Figaro - Partielle dans le Doubs : Valls va tenter de sauver les meubles

Le premier ministre vient soutenir mardi soir le candidat socialiste qui va tenter de succéder à Pierre Moscovici dans une législative partielle qui s'annonce compliquée pour la majorité.

Les Echos - Le PS peaufine le projet d’un «service national républicain»

Les députés PS travaillent, sous la houlette du député du Rhône, Yves Blein, à une proposition de loi pour créer un «service national républicain» d’une durée de six mois qui concernerait tous les jeunes de 16 à 25 ans.

27 janvier

L'Obs - Le Roux (PS): la gauche française au pouvoir, "point d'appui" de Tsipras en Europe

Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l'Assemblée, a promis lundi que la gauche française au pouvoir jouerait un rôle de "point d'appui" pour le parti de gauche radicale Syriza, dont la victoire en Grèce est une "bonne chose pour l'Europe".

Le Monde - Cahuzac soupçonné d'avoir aussi caché au fisc des revenus sur des comptes de sa mère

Déjà poursuivi pour son compte caché en Suisse, puis à Singapour, l'ancien ministre du budget Jérôme Cahuzac est soupçonné d'avoir dissimulé des revenus au fisc en les versant sur des comptes bancaires de sa mère, a appris l'AFP, lundi 26 janvier, de source proche du dossier.

L'Obs - La victoire de Syriza met Hollande face à une responsabilité historique

La gauche grecque ne parviendra pas, seule, à réorienter la zone euro dans un sens plus social. Mais le président français peut l'aider.

Challenges, Nicolas Domenach - Comment les socialistes français pensent digérer le succès de Syriza

Si les dirigeants socialistes affichent une sérénité qu’ils voudraient offensive, il n’en reste pas moins une angoisse qui se renforce avec l'illusion d'un Syriza à la française.

Politis - Elections grecques : le PS résistant de la 25eme heure

Oublié le Pasok qui jusqu’à ces derniers jours était son « parti frère », membre de l’Internationale socialiste que présidait George Papandreou (photo) quand, Premier ministre, il lançait les premiers plans d’austérité et déroulait le tapis rouge à la Troïka. Le PS s’est félicité, dimanche soir, « de la victoire des forces de gauche en Grèce », « une bonne nouvelle pour le peuple grec », selon son secrétaire national à l’Europe, Philip Cordery.

26 janvier

L'Obs - En France, la gauche s'empare de la victoire de Syriza

En France, la gauche de la gauche, des frondeurs socialistes au PCF en passant par EELV, applaudit la victoire du parti anti-austérité grec et souhaite en tirer des leçons pour l'Europe.

Atlantico - Christian Paul : “Le PS devrait analyser pourquoi son homologue grec est aujourd’hui à 3%"

Pour l'une des figures emblématiques des frondeurs, le groupe "dissident" au Parlement sera plus constructif en 2015, et commencera notamment par de multiples contre-propositions lors des débats qui porteront sur la loi Macron à partir du lundi 26 janvier.

CBanque - Les « frondeurs » PS demandent des réformes structurelles, dont une réforme bancaire

Les frondeurs socialistes du collectif « Vive la gauche » réclament une série de « réformes structurelles », dont une réforme bancaire plus poussée que celle de 2013 et un soutien fiscal à l'investissement, dans un texte publié dimanche.

Boursorama - Loi Macron : Dray juge "pas possible de continuer une sorte de guérilla interne au PS"

Julien Dray, l'un des vice-présidents du conseil régional d'Ile-de-France et un proche de François Hollande, a jugé dimanche au sujet des "frondeurs" qu'il n'était "pas possible de continuer une sorte de guerilla interne au PS" et épinglé leurs amendements "de dernière minute" sur le projet de loi Macron, y compris pour défendre des "professions libérales".

Libé - Hollande en slalom à Davos

Au Forum économique mondial, le Président a interpellé la finance pour lutter contre le terrorisme. Et vanté ses réformes.

Metro - Jean-Jack Queyranne : "Ne pas s'affaiblir avec des manœuvres politiciennes"

ELECTIONS REGIONALES – Certains socialistes, dont Gérard Collomb, tentent-ils d'empêcher le président PS de la Région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, de se présenter à sa propre succession en fin d'année ? Le maire de Lyon a démenti, et l'intéressé donne son point de vue à "metronews".

Marianne - Laïcité : l'ébauche du début d'un commencement d'une autocritique au PS

Alors que l'exécutif entend que l'école soit à nouveau le lieu de transmission des valeurs républicaines, en coulisse, des membres du PS s'interrogent sur leurs petits arrangements avec la laïcité depuis des années. Une remise en question qui porte notamment sur les pratiques du "socialisme municipal" et le "clientélisme communautaire"...

Le Figaro - Pour Cambadélis, le FN perdra de son élan

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a estimé aujourd'hui que la dynamique dont bénéficiait le Front national avait été ralentie et la stature de présidentiable de Marine Le Pen affectée par les suites des attentats de Paris.

Le Figaro - Manuel Valls, toujours plus populaire

Deux sondages publiés dimanche dans Le Parisien et le JDD relèvent une hausse de la popularité du premier ministre aux lendemains des attaques terroristes qui ont visé le pays.

BFMTV - Le groupe PS perd la majorité absolue à l’Assemblée

Le départ du député Jean-Pierre Maggi vers le groupe des radicaux de gauche prive le groupe PS de la majorité absolue dans l'hémicycle.

Cette fois, c'est acté. Avant même la législative partielle de dimanche prochain, dans le Doubs, pour élire le remplaçant du socialiste Pierre Moscovici, nommé Commissaire européen en octobre dernier, le groupe PS vient de perdre sa majorité absolue à l'Assemblée nationale. Le départ du député Jean-Pierre Maggi vers le groupe des radicaux de gauche, annoncé samedi au Journal officiel, fait en effet passer les effectifs du groupe socialiste, républicain et citoyen (SRC) à 287 représentants (273 membres et 14 apparentés).

12/10/2013

L'actualité des socialistes du 7 au 13 octobre (mise à jour)

A la une

L'Opinion - François Kalfon (PS): «Notre Titanic fonce sur l'iceberg, là-bas au loin...»

Le cri d'alarme d'un leader du PS qui s'inquiète de la «dérive gestionnaire» d'un pouvoir dominé par la «pensée Ena»

12 et 13 octobre

L'Humanité - Primaire PS à Marseille (3/4): Samia Ghali à l'épreuve

Les chroniques marseillaises de Christophe Deroubaix. Quatre des six candidats à la primaire socialiste en vue des municipales à Marseille exposent leurs programme, ambitions et partis pris à l'Humanité.fr.

Le Monde - Les recommandations de la Cour des comptes pour lutter contre la fraude fiscale

La Cour des comptes a publié, jeudi 10 octobre, un référé adressé au premier ministre, Jean-Marc Ayrault, sur l'organisation, les méthodes et les résultats du contrôle fiscal en France. Elle s'est notamment penchée sur les services de l'Etat et la lutte contre la fraude fiscale internationale, sous ses multiples formes. "Elle concerne des contribuables de nature très différente, note-t-elle, des personnes physiques dont les activités sont, pour l'essentiel, légales, de grands groupes qui utilisent abusivement des mécanismes d'optimisation fiscale ou encore des réseaux criminels qui ont notamment investi le champ de la fraude à la TVA."

Libé - Le PS y voit plus clair sur ses têtes de liste

MUNICIPALES 2014 Le Parti socialiste a désigné la plupart de ses candidats pour mars, avec quelques surprises. Cinq villes, dont Marseille, passent dimanche par des primaires.

Libé - Municipales à Paris: Hidalgo vante une équipe «soudée et unie»

Vingt-quatre heures après NKM, la socialiste Anne Hidalgo a présenté vendredi ses têtes de liste dans les 20 arrondissements parisiens, vantant «une équipe soudée et unie», constituée après un vote des militants très souvent de pure forme, la quasi-totalité des différends ayant été réglés en amont.

Le Nouvel Obs - Marseille : la surenchère sécuritaire au coeur de la primaire PS

Alors que la primaire socialiste pour désigner le candidat à la mairie a lieu ce week-end, retour sur une campagne très axée sur les questions de sécurité.

Libé - Désir «regrette profondément» la plainte du Mrap contre Valls

Harlem Désir, le Premier secrétaire du PS, a dit vendredi «regretter profondément» la plainte annoncée par le Mrap contre Manuel Valls pour ses propos sur les Roms. «Je regrette profondément cette décision, elle n’est absolument pas fondée», a déclaré l’eurodéputé sur i>TELE.

Libé - Christophe Sirugue, la traque à l'opaque

LES DÉPUTÉS DE L'AN II Chaque semaine, rencontre avec un élu qui fait l'actualité. Aujourd'hui, le vice-président PS de l'Assemblée dont les propositions sur l'encadrement du lobbying viennent d'entrer en vigueur au Palais Bourbon.

11 octobre

Le Figaro - Vincent Peillon veut revoir les missions de la maternelle

Les élèves de l'école maternelle seront les premiers à vivre la réforme des programmes par Vincent Peillon. Le ministre de l'éducation, qui installait le 10 octobre le conseil supérieur des programmes (CSP) a annoncé cette priorité. «La première échéance concerne les nouveaux programmes de l'école maternelle, dont je souhaite l'application à tous les niveaux du cycle des apprentissages premiers dès la prochaine rentrée scolaire 2014-2015».

Libé - Anne Hidalgo annonce les têtes de liste pour Paris

La meneuse des socialistes pour la mairie de Paris en 2014 a publié sur Facebook les résultats des élections de ce jeudi soir, au cours desquelles les militants ont désigné leurs têtes de liste.

Anne Hidalgo a donné les noms des socialistes qui prendraient les têtes de liste pour les municipales parisiennes de 2014, dans un message publié sur Facebook. Elle-même conduira la liste socialiste dans le XVè arrondissement.

Libé - Manuel Valls a le Mrap sur le dos

Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) a annoncé hier, par la voix de son avocat, qu’il allait déposer plainte la semaine prochaine contre Manuel Valls devant la Cour de justice de la République (CJR), pour «incitation à la haine raciale», en raison de ses propos controversés sur les Roms. «Nous allons déposer plainte […] devant la commission des requêtes de la cour, qui exercera son filtre», a précisé Me Mairat.

Lyon Capitale - Queyranne, le président de Région critique François Hollande

Jean-Jack Queyranne, président de la région Rhône-Alpes, était l'invité de Paul Satis sur Lyon Première ce vendredi matin. Il s'est montré très sévère envers la politique du gouvernement, dénonçant la dévalorisation de la parole politique.

Les Echos - UE : Schulz plus que jamais favori à gauche pour la Commission

Hollande et Merkel n'ont pas encore fait leur choixLe paysage politique européen risque d'être complexe. D'autres candidats pourraient sortir du chapeau Le social-démocrate allemand Martin Schulz, actuel président du Parlement européen, fait plus que jamais figure de favori comme candidat socialiste à la présidence de la prochaine Commission européenne après le soutien que lui a apporté son groupe jeudi.

Libé - Cazeneuve aux patrons : «Je tends la main, pas la joue»

Les chefs d'entreprise français sont-ils si malheureux ? Après une nouvelle fronde anti-fiscale, le ministre du Budget contre-attaque et déplore les «postures» du patronat. Mardi soir, les patrons réunis à Lyon disaient leur «souffrance» et brandissaient un «carton jaune» à l'adresse du gouvernement. Sont-ils si mal traités ? Tel n'est pas l'avis du ministre du Budget Bernard Cazeneuve, qui contre-attaque.

Le Nouvel Obs - "Le FN est le parti du malheur de la France et de l'Europe"

L'eurodéputé PS Henri Weber réagit au sondage Ifop - "Nouvel Obs", qui place le FN en tête des intentions de vote aux élections européennes. Interview.

10 octobre

Nouvel Obs - EXCLUSIF. Hollande : "Il faut relever la tête face aux extrémismes"

Dans un entretien accordé au "Soir", à "De Standaard" et au "Nouvel Obs", le président de la République définit sa politique européenne et réagit à la montée des populismes. Extraits.

Le Monde - Sondages : Hollande et Ayrault au plus bas du quinquennat

François Hollande et Jean-Marc Ayrault enregistrent au mois d'octobre leur niveau de popularité le plus bas, avec chacun 29 % seulement d'opinions favorables, perdant du terrain auprès des sympathisants de gauche, selon le sondage mensuel LH2 pour Le Nouvel Observateur, publié mardi 8 octobre.

Libé - Rythmes scolaires : Ayrault reconduira les aides aux communes en 2014

L'enveloppe de 250 millions d'euros allouée en 2012 devrait être reconduite, d'après le président de l'Association des maires de France.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a donné mercredi son accord pour «la pérennisation en 2014 du fonds» d’aide aux communes pour la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, a annoncé le président de l’Association des maires de France, Jacques Pélissard. Cet engagement a été pris lors d’une rencontre à Matignon entre Jean-Marc Ayrault et Jacques Pélissard.

Le Monde - Sur le terrain, Valls fait de l'ombre à Hollande

Deux jours après la percée du Front national à Brignoles (Var), François Hollande et Manuel Valls étaient simultanément en déplacement, mardi 8 octobre. Le premier s'est rendu à Roanne (Loire) puis Saint-Etienne pour parler d'emploi et a réagi à la cantonale de Brignoles. Le second officialisait la création d'une zone de sécurité prioritaire (ZSP) à Forbach (Moselle), une ville convoitée par le Front national. Si les deux se sont placés sur des terrains assez similaires, Manuel Valls a suscité davantage d'écho médiatique.

Libé - Députés et sénateurs échouent à s’entendre sur le non-cumul

La commission mixte paritaire, formée de membres des deux chambres, n'est pas parvenue à un accord sur le non-cumul des mandats. Un nouveau vote aura lieu en décembre.

Le Lab - Les militants PS désignent leurs têtes de liste: le 4e, dernier arrondissement à enjeu à Paris

Ils ne sont plus que cinq. Cinq arrondissements dans lesquels les militants socialistes auront à choisir entre plusieurs candidats, jeudi 10 octobre au soir, pour désigner leurs têtes de liste en vue des municipales de 2014.

Le Monde - Primaires PS à Paris : Christophe Girard menacé dans le 4e

Le 4e arrondissement de Paris serait-il le seul îlot de résistance à l'union chez les socialistes ? Christophe Girard, le maire sortant, y est opposé dans une primaire interne à une militante inconnue, Madeleine Houbart, avec laquelle il doit débattre, ce mercredi 9 octobre, veille du vote sur les têtes de liste du PS dans tous les arrondissements. Il a reçu le même jour l'appui d'Anne Hidalgo : "Je soutiens la candidature de Christophe Girard. Je sais qu'une majorité des habitants a envie qu'il réalise un nouveau mandat. Je ne peux pas me passer de ses talents pour le 4e."

Les Echos - Budget 2014 : les députés PS regrettent le « tango fiscal »

Les députés socialistes ont officialisé ce mardi en réunion de groupe les gestes en faveur du pouvoir d’achat des ménages concédé par l’exécutif dans le budget 2014. Ils regrettent en revanche le «tango fiscal» sur la fiscalité des entreprises.

9 octobre

Le Nouvel Obs - SONDAGE EXCLUSIF. Le FN à 24% aux Européennes, en tête pour la première fois

Selon un sondage Ifop pour "le Nouvel Observateur", le FN arrive en tête des intentions de vote pour les élections européennes de 2014. Bientôt le premier parti de France ?

Le JDD - Face au FN, les socialistes cherchent une stratégie

L'élimination dimanche du candidat de la gauche au profit du FN lors de la cantonale partielle à Brignoles inquiète les socialistes. Lesquels cherchent une stratégie pour contrer le parti de Marine Le Pen et éviter la débâcle aux élections municipales.

Le Figaro - Les députés PS divisés entre Valls et Taubira

Lorsque le texte sur la réforme pénale viendra devant la représentation nationale, Manuel Valls et Christiane Taubira compteront leurs supporteurs, les premiers ayant à cœur de le durcir et les seconds voulant l'adoucir. Autant dire que chaque amendement sera pesé au trébuchet et qu'il ne sera pas aisé de modifier le texte sans être accusé de mettre de l'huile sur le feu. L'un des points sensibles sera celui des aménagements de peine.

FranceTVinfo - En Moselle, Manuel Valls combat le FN sans le nommer

Le ministre de l'Intérieur était en visite à Forbach, où le vice-président du Front national, Florian Philippot, est candidat aux municipales.

Le Monde - La surtaxe sur l'impôt sur les sociétés sera finalement de 10,7 %

Après avoir renoncé à créer une nouvelle taxe sur l'excédent brut d'exploitation (EBE), le gouvernement se devait de trouver 2,5 milliards d'euros pour remplacer le produit de cette taxe avortée. Dimanche, le ministre de l'économie, Pierre Moscovici, avait commencé à ébaucher le chemin que comptait suivre le gouvernement, à savoir une augmentation de la surtaxe sur l'impôt sur les sociétés.

La Télé Libre - [MUNICIPALES 2014] PS : L’Inconnue du 14 ème

Carine qui ? Carine Petit. C’est le nom de la candidate PS qui tentera de succéder à Pascal Cherki à la tête de la Mairie du 14ème. Un pari osé de la part d’Anne Hidalgo pour la parité et contre le cumul des mandats, mais un pari risqué pour le PS. Carine Petit, encore peu connue dans l’arrondissement devra affronter la très médiatique Nathalie Koscuisko-Morizet (UMP), par ailleurs candidate à la Mairie de Paris contre Hidalgo.

Le Monde - Face à la montée du FN, Hollande mise sur les premiers résultats de sa politique

"Le rôle de la République, c'est de donner un nom aux anonymes." La phrase, lâchée mardi midi par François Hollande au sortir d'une table ronde consacrée à la formation professionnelle, à Roanne (Loire), éclaire la stratégie actuelle du chef de l'Etat.

Maville - Brignoles: débat au bureau national du PS sur l'échec de la gauche

L'échec de la gauche au premier tour de l'élection cantonale de Brignoles (Var) a fait l'objet d'une discussion lors du bureau national (exécutif) du PS mardi, Harlem Désir demandant d'en "tirer les leçons", tandis que l'aile gauche du parti soulignait l'"urgence" à répondre à l'"attente sociale" des abstentionnistes, selon plusieurs sources.

France Info - Un député PS qualifie le FN de "parti national-fasciste"

Ces derniers jours, Marine Le Pen a relancé le combat pour arracher l'étiquette d'extrême droite au Front national, menaçant de poursuites judiciaires ceux qui continuerait d'utiliser ce terme pour qualifier son parti. Ce mardi, l'un des porte-paroles des députés PS a tenu à lui répondre, en affirmant que le FN n'étais pas seulement un parti d'extrême droite, mais un "parti national-fasciste".

Libé - Cahuzac : le rapporteur admet des «dysfonctionnements» mais défend Hollande

Les députés UMP ont quant à eux refusé d'assister à la dernière séance et Charles de Courson (UDI) a voté contre le rapport de la commission d'enquête parlementaire, qu'il a présidée.

Le Figaro - Jean-Christophe Cambadélis : «L'électorat républicain n'a plus d'enthousiasme»

INTERVIEW - Le député de Paris observe une tendance lourde de montée en Europe de la xénophobie, de l'islamophobie, de l'amertume sociale face à la politique d'austérité et de réduction des déficits, et du désespoir face à des lendemains qui déchantent.

8 octobre

Le Monde - Valls à Forbach : "Combattre l'insécurité n'est pas se droitiser"

Si le ministre de l'intérieur ne peut, es qualité, laisser dire qu'il entame une "tournée anti-FN", c'est bien à la reconquête d'un électorat installé dans l'abstention et le vote d'extrême droite que s'attelle Manuel Valls. Sa venue symbolique à Forbach (Moselle), mardi 8 octobre, pour y défendre la politique de sécurité du gouvernement, ne peut guère laisser de place au doute.

FranceTVinfo - Manuel Valls, champion de la gauche face au FN ?

En déplacement à Forbach (Moselle), sur la terre de conquête du frontiste Florian Philippot, le ministre de l'Intérieur lance ce mardi sa tournée pour contrer le parti de Marine Le Pen. Avec des chances de réussite plutôt limitées.

Libé - Retraite : Touraine assure que «toutes les générations seront prises en compte»

La ministre des Affaires sociales et de la Santé a estimé, en ouverture du débat sur les retraites à l'Assemblée nationale, que les jeunes actifs ne seraient pas défavorisés, à terme, par rapport à leurs aînés.

L'Express - PS: "Les valeurs de gauche s'érodent depuis longtemps" 

Alors que le PS de Harlem Désir met le cap sur les élections en 2014, deux jeunes chercheurs en science politique alertent les socialistes et les invitent à engager une "bataille idéologique" contre la "droitisation de la société française", dans un texte publié par la Fondation Jean-Jaurès

7 octobre

Le Figaro - Brignoles: le PS veut faire barrage au FN

Le Parti socialiste a appelé ce soir à faire "barrage au FN" au second tour de la cantonale de Brignoles (Var) après l'élimination au premier tour de la gauche.

"La gauche est éliminée dès le premier tour de l'élection cantonale partielle de Brignoles. Ce résultat doit sonner comme un sévère avertissement pour tous les partis de gauche : lorsque le Front national est fort, la division produira souvent le même résultat. La conséquence est simple : au second tour les électeurs n'ont le choix qu'entre l'UMP et le FN", écrit le PS dans un communiqué.

Le Figaro - Pouvoir d'achat: Moscovici "ouvert" au PS

Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici s'est dit "ouvert" dimanche à la proposition des députés PS de ne pas abaisser le taux réduit de TVA afin de financer des mesures de pouvoir d'achat, tout en excluant de "toucher aux équilibres" du budget 2014.

Libé - Bartolone évoque une possible réduction du nombre de députés

Le président de l'Assemblée nationale a évoqué une centaine d'élus en moins.

Claude Bartolone, président PS de l’Assemblée nationale, a estimé dimanche que le rôle du Parlement devait être «musclé» avec la fin du cumul des mandats, et évoqué la piste d’une réduction du nombre de députés.

Le Monde - Manuel Valls séduit à gauche, à droite

Manuel Valls, le ministre de l'intérieur, récemment au cœur d'une polémique sur l'intégration des Roms, est presque aussi populaire à droite qu'à gauche, selon un sondage BVA pour le Parisien-Aujourd'hui en France diffusé samedi.

En s'appuyant sur le domaine de la sécurité, Manuel Valls réussi à se construire une popularité transcendant les clivages politiques, dit BVA. "Comme avant lui DSK – qui lui appuyait sa popularité sur le domaine économique –, Manuel Valls réussit aujourd'hui à être presque aussi populaire à droite qu'à gauche", souligne l'institut, avançant des "bonnes opinions" respectives de 69 % et 73 %.

Libé - David Assouline: «Assumons la confrontation avec Marine Le Pen»

Le porte-parole du Parti socialiste organise ce samedi un forum intitulé «la République face aux extrémismes».

Le Parti socialiste organise ce samedi un forum à Paris intitulé «la République face aux extrémismes». Porte-parole du PS et animateur de l’événement, David Assouline demande à son parti à reprendre «la bataille idéologique» contre le Front national.

Libé - En Corse, François Hollande en démineur

En déplacement sur l'île, le Président s'est voulu rassembleur, sans trop s'avancer quant aux revendications locales

_____________________________________________
_____________________________________________

chercheurs en science politique alertent les socialistes et les invitent à engager une "bataille idéologique" contre la "droitisation de la société française", dans un texte publié par la Fondation Jean-Jaurès.
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/ps-les-valeurs...

PS: "Les valeurs de gauche s'érodent depuis longtemps"

Propos recueillis par LEXPRESS.fr, publié le05/10/2013 à  09:37

Alors que le PS de Harlem Désir met le cap sur les élections en 2014, deux jeunes chercheurs en science politique alertent les socialistes et les invitent à engager une "bataille idéologique" contre la "droitisation de la société française", dans un texte publié par la Fondation Jean-Jaurès. 


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/ps-les-valeurs...

PS: "Les valeurs de gauche s'érodent depuis longtemps"

Propos recueillis par LEXPRESS.fr, publié le05/10/2013 à  09:37

Alors que le PS de Harlem Désir met le cap sur les élections en 2014, deux jeunes chercheurs en science politique alertent les socialistes et les invitent à engager une "bataille idéologique" contre la "droitisation de la société française", dans un texte publié par la Fondation Jean-Jaurès. 


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/ps-les-valeurs...

PS: "Les valeurs de gauche s'érodent depuis longtemps"

Propos recueillis par LEXPRESS.fr, publié le05/10/2013 à  09:37

Alors que le PS de Harlem Désir met le cap sur les élections en 2014, deux jeunes chercheurs en science politique alertent les socialistes et les invitent à engager une "bataille idéologique" contre la "droitisation de la société française", dans un texte publié par la Fondation Jean-Jaurès. 


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/ps-les-valeurs...

23/03/2013

L'actualité des socialistes du 18 au 25 mars (mise a jour)

A la une :

Le Monde - Hostilité au gaz de schiste, prudence sur le diesel, le Parti socialiste débat de sa "pensée sur l'écologie"

Le document se veut un "corps de pensée globale sur l'écologie", un "texte de référence" pour les socialistes. Sa principale rédactrice, Laurence Rossignol, secrétaire nationale du PS à l'écologie et au développement, ambitionne de repositionner au cœur du projet socialiste la transition écologique. L'intention constitue une forme de rupture, car les socialistes ont délaissé jusque-là ces thématiques, préférant les déléguer aux partis écologistes, leurs alliés.
__________________________

23 et 24 mars

Le Parisien - Les attaques de Mélenchon contre Moscovici révulsent le PS

«Qu'ils dégagent tous», «salopards», «échec du gouvernement»"... Le vocabulaire utilisé samedi lors du 3e Congrès, à Bordeaux (Gironde), du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon a traduit une radicalisation provoquant de vifs échanges avec le . Le secrétaire national du PG, François Delapierre, s’est ainsi attaqué au ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, avec cette phrase : «Dans ces 17 salopards, il y a un Français, il a un nom, il a une adresse, il s'appelle Pierre Moscovici et il est membre du Parti socialiste»

Libé - Le Parti socialiste débat en vue de réussir sa «transition écologique»

Le Parti socialiste a débattu samedi à Paris de sa «transition écologique», à partir d’un texte qui soutient la politique du gouvernement, notamment sur le nucléaire, invite à repenser le rapport à la croissance, et se montre ferme sur les gaz de schiste.

Le Nouvel Obs - "La seule constance de Mélenchon, c'est sa dérive"

Le socialiste Luc Carvounas revient sur les relations du PS avec la formation de Jean-Luc Mélenchon à l'occasion du congrès du Parti de Gauche. Interview.

Le Monde - Affaire Bettencourt : Taubira monte au créneau pour défendre les magistrats

Alors que les proches de Nicolas Sarkozy ont mis en cause le juge qui l'a mis en examen pour abus de faiblesse, la ministre de la justice, Christiane Taubira, a soutenu publiquement les magistrats, soulignant "que l'indépendance de l'autorité judiciaire est garantie par la Constitution". Elle regrette également "tout propos qui porterait atteinte à l'honneur des juges et assure les magistrats qui seraient mis en cause de son soutien". "Les juges d'instruction sont des magistrats du siège qui assurent leur mission en toute indépendance et conformément au droit", souligne-t-elle.

Le Monde (blog) - La fin des 75 % : tout un symbole !

Finie ! Enterrée ! Il n’y aura pas de taxe à 75 % sur les très hauts revenus. Cela ne veut pas dire que le gouvernement a renoncé à imposer les plus riches le temps du redressement. Simplement, il le fera avec un peu plus de modération qu’annoncé, et dans le respect des institutions.

Dix mois après le retour de la gauche au pouvoir, les juristes du Conseil d’Etat peuvent bicher. Ils ont retrouvé un rôle politique. Ils sont redevenus le conseil du roi. C’est eux qui tiennent la plume du roi Hollande, eux qui lui disent que 66,66 % serait un taux maximum.

Le Monde - Hollande interviendra sur France 2 le 28 mars

Le chef de l'Etat sera l'invité exceptionnel de France 2, jeudi 28 mars à 20 h 15, et répondra pendant environ quarante-cinq minutes aux questions du journaliste David Pujadas.

Cette intervention télévisée, évoquée depuis plusieurs jours, est très attendue, notamment dans la majorité socialiste, alors que les sondages sont mauvais pour l'exécutif, sur fond de crise économique, de rigueur budgétaire et de chômage endémique.

France 24 - Cambadélis: "La pluralité des mises en cause provoquera la colère de l'opinion"

Le député PS de Paris Christophe Cambadélis a averti vendredi que "la pluralité des mises en cause" d'hommes politiques risquait de provoquer "la colère de l'opinion".

MarsActu - Les métropolitains font leur GAM pour les municipales

Dans la foulée du succès de leur manifeste métropolitain, le tandem Viard-Boulesteix lance des groupes d'actions métropolitains (GAM) en vue des prochaines élections locales. Calqués sur des expériences similaires des années 60/70, ils visent à développer le débat - notamment via le numérique - et plus si affinités.

Le Monde - L'Elysée, bastion de sérénité dans une France à cran

Evidemment, il a eu l'air "agacé". Comme tout un chacun l'aurait fait, il a demandé "qui a bien pu dire ça". Mais, mardi 5 mars au soir, quand il a lu à la une du Canard Enchaîné ce gros titre en lettres rouges, ""Pépère", le surnom de Hollande à l'Elysée", le président de la République n'a pas paru plus ébranlé que ça. "Une fois de plus, il m'a impressionné par son équanimité, raconte un conseiller présent ce soir-là. Vous imaginez le psychodrame que ça aurait fait sous Sarkozy ?"

22 mars

Libé- Impôt à 75% : la douloureuse est pour Hollande

La promesse de campagne devrait rester lettre morte après un avis du Conseil d’Etat. Un nouveau revers pour l’Elysée. Par Grégoire Biseau
Elle était déjà moribonde, la voilà définitivement enterrée : la taxe des 75% pour les revenus de plus d’un million d’euros est morte. Le décès n’est certes pas encore officialisé. Ni l’Elysée ni Matignon n’ont souhaité publier de faire-part. Hier, c’était Bercy qui devait s’y coller. Mais finalement, il n’y aura pas de communiqué.

Libé (abonnés) - Le casse-tête d’une nouvelle taxe

Décryptage L’adoption d’un taux moins important ne changerait que faiblement le niveau d’imposition actuel. Par christophe Alix
Après l’avis du Conseil d’Etat, le gouvernement est loin d’être sorti du casse-tête juridico-politique de sa taxe exceptionnelle sur les très hauts revenus.

Le Figaro - Sarkozy : "grave" (Assouline, PS)

David Assouline, porte-parole du Parti socialiste, a jugé jeudi soir que l'objet de la mise en examen de Nicolas Sarkozy était "grave pour un ancien président de la République" tout en appelant à respecter la "présomption d'innocence".

Lyon Capitale - Décentralisation : Queyranne dénonce un projet "ringard"

Après Gérard Collomb, qui brocarde la "connerie" de taxe à 75%, c’est autour d’un autre socialiste régional de premier plan de monter au créneau contre un projet du gouvernement Hollande : le président de la première Région (hors Paris) de France, Jean-Jack Queyranne, n’est pas du tout en phase avec les arbitrages annoncés sur "l’acte III de la décentralisation". Si la virulence de Collomb ne surprend plus personne, celle de Queyranne est en revanche très inhabituelle. Car l’ancien ministre de l’Intérieur est au contraire réputé pour son flegme et son sens de la mesure… Mais là, il est fâché. Et tient à le faire savoir.

La Croix - Comment les socialistes voient la famille

Depuis plusieurs années déjà, le Parti socialiste a tenu à s’approprier le thème de la famille. Teintée d’un fort libéralisme culturel, sa vision diverge de celle de l’UMP, sans être toujours consensuelle. Il préfère suivre les évolutions de société que de défendre un principe normatif durable.

Libé - Taxe à 75% : le casse-tête continue

Décryptage Le Conseil d'Etat pourrait préconiser une taxation sous la barre des 68% pour les très hauts revenus, nouvel accroc à la promesse de François Hollande. Le point. Par DOMINIQUE ALBERTINI
Le feuilleton de la taxe à 75% continue. Après la censure d'une première version du texte par le Conseil constitutionnel en décembre, le gouvernement attend l'avis du Conseil d'Etat avant de produire une nouvelle mouture de cette promesse de campagne.

Le Monde - Le PS met sa fédération des Bouches-du-Rhône sous tutelle

C'est son premier acte d'autorité et il ne sera pas sans conséquences. Mardi 19 mars, le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, souvent accusé d'immobilisme, a décidé de frapper fort en mettant sous tutelle la direction de la puissante fédération socialiste des Bouches-du-Rhône, estimant que ses "divisions" et ses "dysfonctionnements" sont "un obstacle à la bonne préparation" des élections municipales à Marseille et à Aix-en-Provence en 2014. M. Désir a pris sa décision seul avec sa garde rapprochée, sans en informer au préalable les instances locales, avant de faire voter la mise sous tutelle par le bureau national du parti.

21 mars

Public Sénat - Le cas Cahuzac tranché en "trois heures", indique Bruno Le Roux

Bruno le Roux, chef de file des députés PS, a souligné mercredi qu'il n'avait fallu que trois heures pour trancher le cas de Jérôme Cahuzac, voulant marquer une différence avec le départ du ministre UMP Eric Woerth. "C'est une affaire très personnelle, elle n'engage pas le gouvernement", a fait valoir l'élu de Seine-Saint-Denis, interrogé par Canal + sur l'affaire du présumé compte suisse de l'ex-ministre du budget et sur sa démission.

L'Humanité - Motion de censure: l'aile gauche du PS souhaite "un grand plan de relance"

"Maintenant la Gauche", l'aile gauche du PS, a invité Jean-Marc Ayrault, à "annoncer au plus vite un grand plan de relance, de croissance et de l'emploi". Le courant rejoint la position du Front de gauche et des Verts, qui ne voteront pas la censure mais profitent de cette tribune pour  appeler à rompre avec les logiques d’austérité

L'Express - Mise sous tutelle du PS Bouches-du-Rhône: "Il fallait faire cesser un état de déliquescence"

La mise sous tutelle de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône satisfait largement le vice-président du conseil général Michel Pezet. Les secrétaires nationaux Alain Fontanel et Christophe Borgel dirigeront la structure jusqu'au 21 mars 2014. De quoi garantir une primaire "non pipée" pour les municipales, estime l'élu.

Le Monde - Jérôme Cahuzac démissionne du gouvernement en réaffirmant son "innocence"

Quelques heures après l'annonce par le parquet de Paris de l'ouverture d'une information judiciaire contre X, notamment pour blanchiment de fraude fiscale, le ministre du budget, Jérôme Cahuzac, a démissionné du gouvernement. "François Hollande a mis fin aux fonctions de Jérôme Cahuzac à sa demande", a indiqué un communiqué de l'Elysée.

Lyon Capitale - Part-Dieu : une nouvelle tour construite par Vinci confirme que Lyon est un "Vinciland"

POLÉMIQUE - La filiale immobilier du groupe Vinci construira une tour de 170 mètres à la Part-Dieu. L'annonce en a été faite lors du salon de l'immobilier d'entreprises, le MIPIM, à Cannes. Cette annonce confirme la mainmise du groupe de BTP sur la ville.

Lyon Capitale - Collomb : l'impôt à 75 % ? "Une connerie à oublier !"

"On ne relancera pas l'économie sans un minimum d'empathie pour les entreprises." Gérard Collomb appelle le président Hollande à "être clair" avec les entreprises, dans une interview au "Monde" de mercredi. A ses yeux, François Hollande fait face aux problèmes de compétitivité de la France "à la façon hollandaise". Trop prudemment.

Le 20 mars

Libé - Moralité

Jérôme Cahuzac n’avait pas le choix. Certes, aucun magistrat, aucun journaliste ne pouvait le pousser à démissionner. Aucune règle ni aucun usage ne pouvaient le contraindre à abandonner son maroquin. Sa responsabilité politique et morale lui commandait simplement de quitter Bercy. Pour que son fardeau judiciaire ne soit pas celui du gouvernement et qu’il n’impose pas à François Hollande et Jean-Marc Ayrault les tourments des affaires qu’ont connus les pouvoirs successifs depuis trois décennies

Le Monde, Françoise Fressoz - La gauche et le devoir de probité

Jérôme Cahuzac a démissionné pour "se défendre", en clamant son innocence et en ayant évité les lazzis de l'opposition qui, jusqu'à présent, aura été d'une discrétion exemplaire à son égard. C'est sa seule consolation. Car pour le reste, quelle déflagration ! Le départ du gouvernement du ministre du budget, quelques heures à peine après l'annonce par le parquet de Paris de l'ouverture d'une information judiciaire contre X, notamment pour blanchiment de fraude fiscale, ne pouvait plus mal tomber pour François Hollande.

Libé  - Cahuzac : Hollande tranche dans le vif

Le ministre du Budget a été poussé à la démission, hier, après l’ouverture d’une information judiciaire sur un éventuel compte en Suisse. Par Grégoire Biseau et Laure Bretton
Trois petites heures. C’est exactement le temps qu’il a fallu pour scier la branche Cahuzac. C’est-à-dire la période qui s’est écoulée entre l’annonce hier en milieu d’après-midi de l’ouverture d’une information judiciaire et celle d’un remaniement qui scelle le débarquement du ministre du Budget.

France Info - Le PS met sous tutelle sa fédération des Bouches-du-Rhône

Le bureau national du PS a approuvé ce mardi la mise sous tutelle de la fédération des Bouches-du-Rhône. Une décision prise "en raison des grandes divisions qu'elle connaît", notamment plusieurs affaires de corruption. La proposition émanée du Premier secrétaire, Harlem Désir

Le Monde - Le PS va voter la mise sous tutelle de sa fédération des Bouches-du-Rhône

Selon nos informations, Harlem Désir, le premier secrétaire du PS, va proposer au bureau national du parti, mardi 19 mars, "la mise sous tutelle de la direction de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône en raison du grave climat de division qui existe dans cette fédération", explique un de ses proches. Cette proposition doit être soumise au vote.

Libé - Ayrault à la recherche du ton perdu

Décryptage Si la motion de censure UMP n’a aucune chance d’être adoptée à l’Assemblée mercredi, le Premier ministre peine toujours à s’imposer, auprès des Français comme dans son propre camp. Par LAURE BRETTON
Une illusion d’optique. Débattue mercredi à l’Assemblée, la motion de censure déposée par l’UMP va offrir un joli moment de paradoxe politique à la majorité et à son chef, Jean-Marc Ayrault. «Les communistes vont la rejeter, les verts vont lui tresser des lauriers : le Premier ministre va avoir enfin toute la gauche unie derrière lui alors qu’on est retombés en plein doute», observe un parlementaire PS.

19 mars

Le Monde - Vers une baisse des allocations familiales pour les ménages aisés

Le rapporteur du budget de la Sécurité sociale à l'Assemblée Gérard Bapt (PS) préconise de diviser par deux les allocations familiales des ménages aisés, dans le cadre d'économie sur les prestations familiales, au cours d'un entretien publié mardi 19 mars dans Les Echos.

Le Monde - Les peines plancher seront abrogées selon Taubira

"Les peines plancher seront abrogées. Si on me donne un ordre contraire, j'aviserai à ce moment-là. Pour l'instant, je ne l'ai pas !", répond la garde des sceaux à une question sur ce sujet dans un entretien à Libération mardi.

Libé (abonnés) - «Mon souci, faire utile et efficace»

Interview Invitée de «Libération» hier, la garde des Sceaux, Christiane Taubira, a évoqué la cohésion gouvernementale, ses convictions ou la réforme de la justice pénale.

Hier à Libération. «Je suis disciplinée vis­à­vis de ce gouvernement», assure la ministre. (Photo Jérôme Bonnet pour Libération) Après le ministre de l’Education, Vincent Peillon, Christiane Taubira était hier l’invitée de Libération. La ministre du mariage pour tous, nouvelle icône de la gauche, définit un subtil équilibre entre ses convictions «vieilles de trente ans» et la nécessaire solidarité gouvernementale.

Libé - Au gouvernement, la théorie du chahut

Les difficultés d’Ayrault à asseoir sa légitimité favorisent la guerre des ego observée parmi les ministres. Par LAURE BRETTON
Les mots sortent de la bouche d’un ministre qui assume le risque de «parler comme un vieux con» : «Nous sommes arrivés au moment où chaque membre du gouvernement doit se poser une question à la Kennedy : "Qu’est ce que je peux faire pour la cohérence et la réussite collective ?"» Une pause et puis : «La première réponse, c’est peut-être se taire…»

Les députés s’apprêtent à adopter le projet de loi sur l’école

Les députés devraient adopter mardi en première lecture, après plus de quarante heures de débats la semaine dernière, le projet de loi pour la «refondation de l’école de la République» porté par Vincent Peillon et traduisant plusieurs promesses de François Hollande.

Le Monde, Les Décodeurs - Dette, retraites, Bundesrat allemand : Gérard Collomb passé au décodeur

Le sénateur et maire de Lyon, Gérard Collomb, était l’invité, dimanche 17 mars, de Tous Politiques, sur France Inter. Comme à chaque édition, nous avons vérifié quelques-uns de ses propos.

Libé - Le PS éliminé de la législative partielle dans l'Oise

La candidate du Parti socialiste a été éliminée dimanche au premier tour de la législative partielle dans la 2e circonscription de l’Oise, laissant la voie libre au FN pour un duel avec le député sortant de l’UMP Jean-François Mancel, alors que l’exécutif est au plus bas dans les sondages. Le PS a réagi dans la soirée, disant «(prendre) acte» de l’élimination de sa candidate, Sylvie Houssin, et a appelé «sans hésitation à faire barrage au Front national» lors du second tour.

Le Monde - Rythmes scolaires : Aubry repousse l'application de la réforme à Lille à 2014

Le conseil municipal de Lille vote, lundi 17 mars, sur le calendrier de la réforme des rythmes scolaires. Martine Aubry, maire PS, explique au Monde pourquoi elle attendra 2014 pour l'appliquer. Après Lyon et Montpellier, c'est une nouvelle grande ville de gauche qui souhaite reporter la réforme du ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon.

A perdre la raison - Une soirée chez Arnaud Montebourg

Mercredi 13, Arnaud Montebourg nous a reçu à Bercy, une dizaine de blogueurs et twittos étaient présents, pour un échange forcément trop court d'à peine une heure là où il en aurait fallu deux fois plus. Nous avons fait un tour d'horizon assez large mais rapide, trop rapide, de son activité, on a pu évoquer : Renault, le Made in France, le diesel, le french bashing, le pacte de compétitivité, les relocalisations, la BCE, les voitures électriques, l'implantation en France des sociétés étrangères.

18 mars

Le Monde - Hollande défend la décentralisation, "facteur de développement"

A l'occasion de l'inauguration d'un pont sur la Garonne à Bordeaux, François Hollande a fait  l'éloge de la décentralisation, "facteur de développement et d'aménagement", pour développer les infrastructures de transport.
"Nous changeons d'époque, non pas parce qu'il y a la crise mais parce que nous sommes face à une mutation du monde et que la France a tous les atouts pour réussir. C'est aussi la signification de ce pont", a déclaré le chef de l'Etat, samedi 16 mars.

Libé - Montebourg affirme avoir sauvé 60.000 emplois

Arnaud Montebourg espère que la hausse de l’euro ne pénalisera pas la France et affirme, dans un entretien au Journal du dimanche (JDD), que son ministère du Redressement productif a permis de préserver près de 60.000 emplois en moins d’un an.

Rue 89 - Dans un troisième mandat, Gérard Collomb imagine faire de Lyon la « ville du futur »

Quand on vous parle de ville intelligente, hyperconnectée, ça vous excite ? Gérard Collomb pose la question en présentant une série de projets (GPS pour esquiver les bouchons, méga haut débit partout…), qui mêle ce que l’actuel maire PS de Lyon, en quête d’un troisième mandat, veut mettre en avant dans sa prochaine campagne : économie, innovation…
_________________________________________________________________
_________________________________________________________________

20/12/2012

Métropole Lyonnaise: Queyranne sort de sa réserve