Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2015

L'actualité des socialistes du 6 au 12 avril (mise à jour)

A la une

Libé - Congrès du PS : quatre motions en lice

LE RÉCIT DE LA JOURNÉE DE SAMEDI

Les socialistes se sont réunis ce samedi pour rédiger leurs textes d'orientation en vue du congrès de Poitiers, au mois de juin.

11 et 12 avril

Le Monde - Congrès du PS : pourquoi le choc des motions n’aura pas lieu

Les congrès du PS produisent rarement des instants de sublimation de la pensée socialiste. Le 77e du nom, qui se déroulera à Poitiers du 5 au 7 juin, ne devrait pas échapper à la règle. L’impression qui se dégage à l’issue de la phase de dépôt des motions est paradoxale : alors que la gauche est en proie à une crise profonde après trois ans d’exercice du pouvoir, les éléments d’un congrès de réflexion sur l’identité et l’idéologie du PS ne sont pas réunis. Pour la simple et bonne raison que les différents acteurs, soit n’y ont pas intérêt, soit n’en ont pas les moyens.
 
Le JDD - Au moins quatre motions en vue du congrès socialiste

Après l'accord trouvé vendredi entre Martine Aubry et Jean-Christophe Cambadélis sur un texte commun, le conseil national du Parti socialiste va entériner samedi après-midi au moins quatre motions concurrentes pour le congrès du parti à Poitiers en juin.

Le Parisien - Congrès du PS : la motion de Cambadélis ralliée par la gauche et la droite du parti

Jean-Christophe Cambadélis peut se montrer confiant pour le prochain congrès du PS. Le premier secrétaire du parti a su jouer les équilibristes avec sa motion en obtenant à la fois le soutien de l'aile droite et celui de Martine Aubry.

Libé - Congrès PS: et si la motion Cambadélis était vraiment aubryste?

Selon une version datée de vendredi soir et consultée par Libération, le texte de «rassemblement» du premier secrétaire demandait des «contreparties» au CICE et une réallocation des 15 milliards restant du pacte de responsabilité.

Libé - Aubry : pourquoi elle choisit «Camba»

Pour préserver ses proches et ne pas s'isoler, la maire de Lille n'a eu d'autres choix que de rallier la majorité du Parti socialiste, menée par Jean-Christophe Cambadélis, avant le congrès de Poitiers, début juin.

Libé - Des familles déchirées entre les différentes motions

C’est un phénomène politique situé entre la dérive des continents et l’érosion des sentiments. A chaque congrès du PS, on assiste à une migration des «éléphants» d’un courant interne à un autre. Depuis la primaire socialiste de 2011, certains ont beaucoup godillé avant de se trouver un port d’attache. Avec une motion majoritaire regroupant l’intégralité du gouvernement Ayrault - y compris les futurs frondeurs Arnaud Montebourg et Benoît Hamon - le congrès de Toulouse, en 2012, avait donné l’illusion d’une grande famille, si ce n’est heureuse, au moins réunie face à une aile gauche qui avait, mécaniquement, moins bien tiré son épingle du jeu. Pour le congrès qui se tiendra du 5 au 7 juin à Poitiers, une nouvelle physionomie a vu le jour.

Le Monde - Compte pénibilité : Rebsamen sème le trouble

Est-ce un malentendu ? Ou une « boulette », selon la formule d’un syndicaliste ? Le ministre du travail François Rebsamen a semé le trouble, jeudi 9 avril, en tenant des propos perçus comme un abandon partiel du compte pénibilité. Une intervention faite devant quelque 600 adhérents de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) réunis en assemblée générale à Paris.
 
 
Martine Aubry aura fait du Martine Aubry : jusqu’à la dernière minute, la maire de Lille a fait durer le suspense sur ses intentions concernant le congrès PS prévu en juin à Poitiers.

Le Monde - Martine Aubry rallie la motion Cambadélis pour le congrès de juin

Martine Aubry a fini par rompre le suspense. La maire de Lille a annoncé vendredi 10 avril, lors d’une conférence de presse, qu’elle se ralliait à la motion de l’actuelle majorité, représentée par Jean-Christophe Cambadélis. Le premier secrétaire du PS peut se prévaloir du soutien de Manuel Valls et de partisans de François Hollande.
 
 
Martine Aubry va, sauf surprise, rejoindre la motion de Jean-Christophe Cambadélis en vue du congrès. L’aile gauche part unie. Pour Luc Carvounas, un proche de Manuel Valls, «ce congrès doit être la première marche vers la réélection de François Hollande en 2017».
 

Après des semaines de tractations, la maire de Lille a annoncé officiellement qu'elle ralliait la motion majoritaire dite de «rassemblement», portée par Jean-Christophe Cambadélis.

L'Obs - Congrès PS : Aubry se rallie à la motion du premier secrétaire Cambadélis

"Je préfère être dedans pour me battre à l'intérieur", explique la maire de Lille. Elle assure signer "une motion commune que nous avons conçue ensemble".

Le JDD - Congrès du PS : Aubry se rallie à Cambadélis

Après avoir laissé planer le doute sur ses intentions, Martine Aubry a annoncé qu'elle se ralliait à la motion majoritaire portée par le premier secrétaire du PS? Jean-Christophe Cambadélis, en vu du congrès de Tours.

Le député frondeur est le premier signataire de la motion qui réunit l'aile gauche du PS. Il détaille au Monde sa stratégie et déclare vouloir instaurer un débat de politique économique.

Le Parisien - Congrès du PS : Martine Aubry pourrait soutenir la motion de Cambadélis

Et si finalement Martine Aubry jouait la carte du rassemblement ? Ce vendredi à 19h30, la maire PS de Lille convoque la presse pour dévoiler ses intentions en vue du congrès du PS, à Poitiers du 5 au 7 juin. Une rencontre programmée quelques heures avant le dépôt des motions -les orientations programmatiques-, fixée à vendredi minuit.

Le Figaro - Didier Guillaume juge «grave» que des frondeurs dirigent une motion

Chaque semaine, l'émission Parlement Hebdo, sur les chaînes parlementaires Public Sénat et LCP, en partenariat avec Le Scan, fait intervenir un invité politique sur l'actualité de la semaine. Aujourd'hui, le président du groupe socialiste au Sénat Didier Guillaume.

Libé, le 6 avril - Christian Paul «Le PS doit aller vers l’autonomie loyale»

Interview . Pour le député «frondeur» Christian Paul, il faut que la gauche se réforme et s’unisse.

Actualisation mardi 8 avril à 12 h 30. Ce sera donc lui le challenger. Christian Paul, 55 ans, élu de la Nièvre, sera la premier signataire de la motion rassemblant les sensisibilités les plus à gauche du PS. Cet ancien secrétaire d'Etat à l'Outre-Mer sous Jospin (2000-2002) et qui a pris, après avoir été proche d'Arnaud Montebourg puis de Martine Aubry, la tête de la «fronde» parlementaire et du collectif «Vive la gauche», devrait donc être opposé, le 28 mai, au premier secrétaire sortant, Jean-Christophe Cambadélis pour diriger le PS.

Marianne - Christian Paul : la surprise du chef

C'est finalement Christian Paul, député de la Nièvre et frondeur de la première heure, qui portera haut les couleurs de la contestation de la politique gouvernementale lors du congrès de Poitiers prévu en juin. Un choix pas anodin qui répond à un triple impératif : éviter la guerre des chefs de l'aile gauche du PS, attirer les aubrystes sans avoir à attendre le feu vert (qui ne venait pas) de la Dame de Lille et compliquer un peu plus la tâche d'un Jean-Christophe Cambadélis qui se voyait, lui, déjà, en grand rassembleur des amis de Martine Aubry.

10 avril
 
 
HABEMUS CHRISTIANUS PAULUS - Cela n'a probablement rien à voir avec un quelconque caractère divin, mais Christian Paul, frondeur de son état, sera le candidat d'une aile gauche socialiste unie au congrès du PS, à Poitiers début juin. Proche de Martine Aubry, le député PS de la Nièvre a donc vocation à remplacer Jean-Christophe Cambadélis au poste de premier secrétaire si son texte (qui regroupe les hamonistes d'Un monde d'avance, les membres du courant d'Emmanuel Maurel, Maintenant la gauche, et les frondeurs de Vive la gauche) obtient les faveurs des militants.
 

C’est l’un des effets collatéraux des tensions qui traversent la majorité. Alors qu’approche le congrès de Poitiers, du 5 au 7 juin, l’aile droite du PS, longtemps aphone, se réveille. Le « pôle des réformateurs », incarné par Jean-Marie Le Guen, le secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement, et Gérard Collomb, le maire de Lyon, tente – difficilement – de contester le monopole du débat politique à la gauche du parti et à Martine Aubry. Vendredi 3 avril, ces derniers ont lancé par courrier un avertissement à Jean-Christophe Cambadélis pour indiquer que, si trop de concessions étaient faites à leurs adversaires, ils présenteraient une motion de leur côté. Un ultimatum a priori sans conséquences.
 
 
INVITÉ RTL - Le premier secrétaire du Parti socialiste ne voit pas d'inconvénient à ce que la maire de Lille fasse planer le doute sur ses intentions en vue du congrès du PS.

Lyon Capitale - Selon Gérard Collomb, “la gauche révolue” ne marche plus

“Regardons le monde d’aujourd’hui, il faut inventer un nouveau modèle d’économie ouverte”, a déclaré le sénateur-maire de Lyon au micro de Pascal Pogam (Les Échos) mercredi matin. Pour lui, “le PS doit changer s’il veut s’adapter au monde contemporain”. Gérard Collomb s’est montré favorable aux mesures pour relancer l’investissement présentées mercredi 8 avril par le Premier ministre.

Libé - Investissements : les trois non-dits de Manuel Valls

Il est là pour «répondre aux colères, aux angoisses, aux attentes. Aux espoirs aussi de nos concitoyens» et surtout pas pour parler de ce qui fâche. Ou alors à demi-mot, avec sous-titrage indispensable. Mercredi, Manuel Valls a présenté un ensemble de mesures pour relancer l’investissement, privé et public. Au total, 2,5 milliards d’euros sur cinq ans, assure le Premier ministre, qui se fend d’une longue allocution technique, difficilement compréhensible pour le commun des mortels – ces Français qui peinent toujours à voir le bien-fondé de la politique de la gauche depuis trois ans. Libération dissèque trois des plus belles ellipses gouvernementales du jour.

Le JDD - Congrès PS : les frondeurs unis derrière Christian Paul pour défier Cambadélis

Hamon, Maurel, les amis de Montebourg et une poignée d'aubrystes ont choisi le député Christian Paul comme candidat au poste de premier secrétaire. En juin prochain, ce frondeur défiera Jean-Christophe Cambadélis pour le poste de premier secrétaire 

Marianne - Martine Aubry : une dernière dérobade pour la route ?

Bis repetita. Martine Aubry a décidé une fois encore de laisser planer le doute sur sa position sur le congrès de Poitiers. Une véritable manie chez la Dame de Lille. Elle qui moquait pendant la primaire François Hollande et son incapacité à trancher en disant "Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup" a une véritable meute à son actif…

9 avril

Boursorama - Valls dit mener une politique "de gauche"

Manuel Valls a assuré mercredi prendre des mesures économiques "de gauche" à même de satisfaire le Parti socialiste tout en assurant s'adresser en priorité aux Français et non à une "formation politique".

Le Monde - L’investissement, nouveau totem de l’exécutif

Ce n’est pas une inflexion, ni même une révision et encore moins une révolution. Plutôt, en parfaite conformité avec la traditionnelle méthode hollandaise, une très légère correction. La réponse à la troisième gifle électorale reçue, en un an, par l’exécutif socialiste ne sera donc pas un remaniement – lequel n’interviendrait « pas immédiatement » et pourrait même attendre l’été, selon l’un de ses hauts responsables – ni un repositionnement.

Challenges - Les "aubrystes" arbitres du congrès PS

Avant de rejoindre une éventuelle majorité, les proches de Martine Aubry souhaitent que le gouvernement infléchisse grandement sa politique économique et sociale.

Le Figaro - Congrès : l'aile gauche du PS choisit Christian Paul comme leader

Le député de la Nièvre sera le premier signataire de la motion que va déposer l'aile gauche du parti pour le congrès de juin.... «Nous n'avons pas fonctionné dans une logique d'élimination», jure pourtant au Scan Laurent Baumel, député d'Indre-et-Loire et frondeur de la première heure. «Il ne s'est pas agi d'écarter telle ou telle personne, mais bien d'installer une véritable polyphonie», détaille-t-il.

BFMTV - Congrès de Poitiers: les "frondeurs" ont choisi Christian Paul comme chef

En vue du Congrès de Poitiers du Parti socialiste, l'aile gauche se prépare à ferrailler. A défaut d'être menés par Martine Aubry, ceux qu'on appelle les "frondeurs" seront emmenés par le député Christian Paul, déjà à la pointe de la contestation parlementaire au sein du PS

Le Point - Congrès du PS: Karine Berger première signataire d'une motion

La députée (PS) Karine Berger est la première signataire d'une motion que déposera d'ici samedi sa sensibilité, avec l'ex-ministre Dominique Bertinotti, le député Arnaud Leroy et de jeunes élus, a-t-on appris auprès d'un responsable de cette motion.

"C'est décidé, on dépose une motion" pour le Congrès du PS (5 au 7 juin), a déclaré à l'AFP Nicolas Brien, responsable du réseau "Inventons demain" (jeunes élus de province) à l'issue d'une réunion mardi soir. "Karine Berger est la première signataire", a-t-il ajouté.

Europe 1 - PS : pourquoi Aubry laisse planer le suspense

La maire de Lille ne devrait pas défier l'exécutif en présentant une motion au congrès du Parti socialiste, selon nos informations.

L'INFO. Les ténors du Parti socialiste ont jusqu'à samedi pour déposer une motion en vue du congrès prévu en juin prochain. Objectif : se choisir un nouveau premier secrétaire. Et une question hante l'exécutif depuis une semaine : Martine Aubry va-t-elle apposer sa signature en bas d'un texte et engager ainsi un bras de fer avec François Hollande et Manuel Valls ? Selon les informations d'Europe 1, c'est non.

8 avril

Le Monde - Le gouvernement esquive un nouveau débat risqué

Le ministre des finances, Michel Sapin, évoque un simple problème « d’organisation ». C’est en réalité bien un problème politique que veut s’éviter l’exécutif et qui a été mis au jour par l’UMP, mardi 7 avril. Tous les ans, depuis 2011, le gouvernement transmet aux instances européennes son programme budgétaire, autrement appelé « programme de stabilité », à la fin du mois d’avril. Tous les pays de la zone euro se plient à cette règle et le gouvernement français a, lui, pour habitude – rien ne l’y oblige – de soumettre ses prévisions à l’Assemblée au moins à travers un débat, au plus un vote, avant de les présenter à Bruxelles. Il l’a fait en 2013 et en 2014 mais, cette année, il ne le fera pas.
 

Comme souvent dans son parcours politique, la maire de Lille va attendre le dernier moment avant d'annoncer sa stratégie en vue du prochain congrès du PS.

Libé - Congrès PS : Aubry repousse l'heure du choix

La maire de Lille devait arrêter sa stratégie pour le congrès PS de Poitiers ce mardi soir. Elle a annulé la réunion de ses amis à l'Assemblée et attends des signes du gouvernement.

Les 4 Vérités-Benoît Hamon veut "infléchir la politique du gouvernement"

Le député socialiste Benoît Hamon était l'invité de Roland Sicard dans les 4 Vérités ce mardi 7 avril. Il a annoncé le dépôt d'une motion pour "infléchir la politique du gouvernement"

Le Monde - Le Parti socialiste « bouleversé » par la mort de Jean Germain, l'ex-maire de Tours

L'annonce de la mort, mardi 7 avril, du sénateur d'Indre-et-Loire et ancien maire de Tours Jean Germain a provoqué la tristesse de nombreux élus du Parti socialiste (PS), dont il était membre. Plusieurs ont rendu hommage à un « homme honnête » et à un « grand élu de la République ».
 

L’effet Charlie engrangé en janvier par le couple exécutif s’envole à vitesse grand V. Selon notre dernier tableau de bord politique Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, le président de la République chute de 4 points (25%) et Manuel Valls de 6 (45%).

Le Monde - Gaz de schiste : « Ce n’est pas à la France de faire les frais d’une telle expérimentation »

Il n’y a pas eu de « rapport enterré par le gouvernement » sur le gaz de schiste, a assuré le secrétaire d’Etat à la réforme de l’Etat et à la simplification Thierry Mandon, mardi 7 avril sur i-Télé. Réagissant à la publication par Le Figaro d’un document sur « les nouvelles technologies d’exploration et d’exploitation des gaz de schiste » rendu en 2014 à Arnaud Montebourg, alors ministre du redressement productif, Thierry Mandon a jugé que ce « rapport soi-disant secret » provoquait « beaucoup de mouches pour pas grand-chose ». « Des notes confidentielles aux ministres, c’est assez fréquent », a t-il rappelé.
 
 
Reprenant une partie seulement des pistes évoquées par les partenaires sociaux, le texte de loi favorise le regroupement des différentes instances de représentation du personnel.

Le Monde - Réforme du dialogue social : le projet de loi transmis aux partenaires sociaux

Le ministre du travail, François Rebsamen, vient de transmettre au Conseil d'Etat et aux partenaires sociaux son projet de loi relatif au dialogue social. Révélé par l'agence de presse spécialisée AEF et par Les Echos, le texte doit être présenté en conseil des ministres le 22 avril. L'exécutif a dû reprendre la main sur ce dossier, après l'échec, fin janvier, des discussions entre le patronat et les syndicats pour parvenir à un accord sur la refonte des institutions représentatives du personnel (IRP) dans les entreprises.

Il y aura bien une motion regroupant les frondeurs et les deux sensibilités de l’aile gauche du parti. Du moins, à J-4 avant la date limite du dépôt des textes, c’est ce qui semble acquis du côté des contestataires.

Public Sénat - Suicide de Jean Germain : « Le dénigrement indécent lui a été insupportable »

Au PS, de nombreuses voix rendent hommage au sénateur Jean Germain, qui s’est suicidé ce mardi, le jour de l'ouverture du procès des « mariages chinois » auquel il devait comparaître. Il a été retrouvé mort près de son domicile.

Le Figaro - Congrès: la semaine décisive du PS

Des réunions tous les jours, y compris un samedi entier de week-end pascal. Des responsables socialistes pendus au téléphone. Au PS, les grandes manœuvres pour le congrès de Poitiers (du 5 au 7 juin) redoublent d'intensité à quelques jours de la date limite du dépôt des motions, fixée au vendredi 10 avril à minuit. Ces textes d'orientation de la ligne du parti, qui seront soumis au vote des adhérents le 21 mai, permettront de désigner le premier secrétaire du parti.

7 avril

Libé - Régionales : Marie-Pierre de la Gontrie repart à l'attaque contre Huchon

La conseillère régionale socialiste aspire à être tête de liste aux élections de décembre, en Ile-de-France. Mais l'actuel président de région ne veut pas lâcher son siège.

Var Matin - Benoît Hamon: "La gauche ne doit pas singer la droite"

L’ancien ministre et figure de proue des "frondeurs" réclame plus que jamais un changement de cap vers la gauche... Et semble fermement convaincu d’être entendu par le gouvernement.

Député des Yvelines, ministre délégué à l'Economie sociale de 2012 à 2014 puis fugace ministre de l'Education d'avril à août 2014, Benoît Hamon est aujourd'hui l'une des figures de proue des "frondeurs". S'il réclame invariablement une inflexion plus à gauche de la politique gouvernementale, il ne croit pas que le Parti socialiste soit au bord de la scission...

Politis-  PS : les enjeux d’un congrès

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le congrès du PS, sans jamais oser le demander…Défait par les départementales et miné par les divisions, le PS prépare son congrès dans une ambiance plus tendue que jamais. Retour sur les principaux enjeux de ce rendez-vous des 5, 6 et 7 juin prochains, où pourrait bien se jouer la survie du Parti socialiste.

Le Point - Défaite PS en Côtes-d'Armor: la fin d'une histoire vieille de 40 ans

La défaite du PS aux élections départementales dans les Côtes-Armor a fait l'effet d'un séisme, par son ampleur apparente d'abord, mais surtout par son côté symbolique sur ces terres où le PS avait entamé sa conquête de la Bretagne il y a 40 ans.

6 avril

Francetvinfo - Anne Hidalgo : "Il faut que le gouvernement réagisse"

Après les mauvais résultats des élections départementales, la maire de Paris réclame un changement de politique à François Hollande et au gouvernement.

Libé - Pour Cuvillier (PS), Hollande est «trop entouré» de «technocrates»

L’ex-secrétaire d’Etat aux Transports Frédéric Cuvillier s’en prend dans le Journal du dimanche au «monde des palais» qui «isole et éloigne de la réalité», déplorant que François Hollande soit «trop entouré» de «technocrates» et «coteries»

Le JDD - Les Français d'accord pour garder Manuel Valls

SONDAGE - Parmi les personnes interrogées, 62% ne veulent pas de changement de Premier ministre. Et 49 % seulement souhaitent un remaniement. Même si elles sont 63 % au FN et 56 % au Front de gauche.

05/04/2015

L'actualité des socialistes du 30 mars au 5 avril (mise à jour)

A la une

Le JDD - L'aile gauche partira groupée au congrès du PS

Malgré la rivalité entre Emmanuel Maurel et Benoît Hamon, un dirigeant assure que les "frondeurs" iraient unis au congrès du PS en juin.

Libé - Congrès PS: vers un rassemblement des plus à gauche

A une semaine du dépôt des motions pour le congrès de Poitiers, les sensibilités socialistes en désaccord avec la politique économique du gouvernement se rapprochent.

5 avril

Challenges - Les Français soutiennent la ligne social-libérale de Valls !

Le Premier ministre peut se féliciter du sondage publié par Le Journal du Dimanche, mais il démontre toute la difficulté du moment: rassembler la gauche sans changer de cap économique ...

Le Point - Hamon (PS): une "parole collective" monte à gauche

L'ex-ministre PS Benoît Hamon a affirmé jeudi qu'une "parole collective" montait à gauche, à l'approche du Congrès du PS, pour réclamer des "changements" dans la politique du gouvernement.

"Il y a beaucoup de gens qui disent la même chose. Quand on écoute aujourd'hui le diagnostic posé par Martine Aubry, Arnaud Montebourg, Aurélie Filippetti, Christiane Taubira dans un autre registre (...) il y a des constats qui sont les mêmes et qui sont assez simples, sauf à être totalement dans le déni et à vouloir plonger bien profond la tête dans le sable", a déclaré Benoît Hamon sur LCI et Radio Classique.

Le Monde - PS : première motion déposée avant le congrès de Poitiers

La compétition au PS est déjà sur les rails. Le courant « cohérence socialiste », mené par les quatre députés Karine Berger, Valérie Rabault, Yann Galut et Alexis Bachelay, a décidé de déposer sa propre motion pour le congrès de Poitiers du 5 au 7 juin. Ils font alliance pour l'occasion avec trois autres premiers signataires de contributions générales, Dominique Bertinotti, l'ancienne ministre de la famille, Nicolas Brien et Madeleine Ngombet.

4 avril

Libé - François Hollande fait un petit pas vers sa gauche dans l'Oise

Ce vendredi, le Président a annoncé la création d'un compte personnel d'activité. Une mesure sociale censée rassurer sa majorité avant le congrès du PS en juin, sans toutefois toucher à ses mesures phares.

Le Point - Le "compte personnel d'activité" : le geste de Hollande sur sa gauche

Le Parti socialiste a salué "une avancée importante dans le processus de sécurisation des parcours professionnels", demandé par les fidèles de Martine Aubry.

Le Monde - Hollande annonce des mesures pour favoriser l’investissement dans les PME

Après l’usine PSA de Trémery (Moselle) la semaine précédente, le président continuait inlassablement son tour de « la France qui gagne », vendredi 3 avril, dans une forge de Trie-Château (Oise). Mais en plus des traditionnelles assurances sur l’imminence d’une reprise, égrenées avec insistance depuis un mois, François Hollande y a apporté dans sa besace des annonces : des mesures destinées à favoriser l’investissement industriel dans les PME.
 

Le gouvernement préfère ne pas mettre sur la table les questions de simplification du contrat de travail et de la durée du travail. Et ce pour ne pas attiser les frictions au sein du parti socialiste en pleine préparation de son congrès.

France Bleu - Régionales : Jean-Jack Queyranne annonce sa candidature

L'actuel président de la région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, a annoncé officiellement sa candidature à l'investiture PS pour la présidence de la future région Rhône-Alpes Auvergne. Le président en a également profité pour répondre aux attaques de la droite, concernant notamment le financement de l'autoroute A45.

Le Monde - Pour Sapin, la reprise dépend désormais des entrepreneurs

Le ministre de l’économie Michel Sapin a déclaré, vendredi 3 avril sur RTL, qu’il est désormais de la « responsabilité du monde économique » de transformer en « décisions » et en « investissements » les « marges » qu’elles ont dégagées dans un contexte de « petite reprise » de la croissance. Jeudi, l’Insee a légèrement revu à la hausse ses prévisions et s’attend à une progression de 0,4 % du PIB au premier trimestre puis 0,3 % au deuxième.
 
S'il n'est pas tout à fait frondeur, Jean-Marc Germain, député socialiste des Hauts-de-Seine, ne désavoue pas, pour autant, le courant hostile à Manuel Valls. Sans dévoiler les intentions de celle pour qui il roule, ce proche de Martine Aubry et époux, à la ville, d'Anne Hidalgo, tire les conséquences de la déroute des socialistes. 

Le Monde - Benoît Hamon : « Il est temps que le quinquennat soit associé à une amélioration de la vie des Français »

Après Arnaud Montebourg, Cécile Duflot et même la garde des sceaux Christiane Taubira, Benoît Hamon a apporté sa contribution, jeudi 2 avril, au flot de critiques venues de gauche qui accablent le gouvernement après sa cuisante défaite aux élections départementales. « Il est temps que le quinquennat soit associé à une amélioration de la vie des Français », a déclaré sur Radio Classique et LCI l’ex-ministre de l’éducation, membre de l’aile gauche du Parti socialiste, qui a quitté le gouvernement en août 2014 sur un désaccord avec la politique menée par Manuel Valls.
 
 
Après la défaite de la gauche aux départementales, l’ex-ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique sort de son silence dans «Les Echos».
 
3 avril
 
 
Seulement huit femmes figurent parmi les 98 présidents de conseils départementaux élus jeudi. Elles n'étaient que quatre auparavant.

L'Humanité - Face à la ligne Valls, Martine Aubry passe à l’offensive

Deux jours après la déroute du PS aux élections départementales, la maire de Lille passe à la vitesse supérieure.

Les Echos - Le dilemme de Martine Aubry

La maire de Lille a huit jours pour décider si elle dépose ou non une motion au congrès du PS. En clair, si elle compose ou entre en guerre avec François Hollande.

 
La claque des départementales à peine digérée, le coup de sifflet du sprint du congrès est sifflé. Le calendrier est serré puisque le 11 avril, le Conseil national du PS entérinera les différentes motions qui feront l’objet d’un vote des militants. Un congrès prévu pour début juin qui pourrait, en cas de victoire de la ligne critique au gouvernement, obliger François Hollande à infléchir sa politique économique.

LCP - Baumel (PS) demande à Hollande des "inflexions politiques" sans "se renier"

Le député frondeur espère que le chef de l’État acceptera d’apporter des "équilibres un peu différents" après la défaite socialiste lors des élections départementales.

"Il y a un petit paradoxe à nationaliser une élection locale et ensuite, en l’ayant perdue, à dire ’je continue la même politique, je ne change pas de cap’." Laurent Baumel, le député socialiste frondeur d’Indre-et-Loire, a demandé à l’exécutif, mercredi sur le plateau de Politique Matin, "d’apporter des inflexions" à sa politique afin de la rendre plus "équilibrée", après la défaite de la gauche aux élections départementales.

Le JDD - Martine Aubry attend "des signes forts et non des vaguelettes"

Lors d'une réunion avec ses soutiens,à laquelle se sont joints une partie des frondeurs, mardi soir, la maire socialiste de Lille Martine Aubry a fortement critiqué la ligne Valls. Avec le prochain congrès du PS en ligne de mire.

Regards - Emmanuel Maurel : « Notre électorat est plus unitaire que nous »

Le frondeur Emmanuel Maurel s’attriste de voir l’exécutif mener le Parti socialiste de revers électoral en revers électoral. Mais espère lui faire changer son cap social-libéral grâce à une entente entre les différentes forces de gauche... rangées derrière le PS.

2 avril

 
INFO RTL - La maire de Lille a réuni une centaine de ses proches, au lendemain de la défaite socialiste aux départementales et a obtenu des garanties de la part du Président.

Le Figaro - Devant ses troupes, Martine Aubry lâche ses coups contre Manuel Valls

Lors d'une réunion avec ses soutiens mardi soir à l'Assemblée, la maire de Lille a fustigé la stratégie du premier ministre pour les départementales. Elle pourrait déposer sa propre motion pour le congrès du parti.

Le lab - Martine Aubry laisse planer le doute quant à sa candidature au congrès du PS

LA GRANDE INCONNUE - Ce n'est pas encore aujourd'hui que l'on connaîtra avec précision les intentions de Martine Aubry. Mais à défaut de dévoiler son jeu, la maire de Lille entretient savamment le doute. Devant ses soutiens à l'Assemblée nationale, mardi 31 mars, l'ancienne Première secrétaire du PS a en tous cas laissé planer l'éventualité d'une candidature de sa part au congrès du parti, qui se tiendra à Poitiers début juin.

France 3 - Réunion d'une centaine de parlementaires et d'élus locaux autour de Martine Aubry

La maire de Lille, Martine Aubry, a réuni mardi soir à l'Assemblée nationale ses soutiens parlementaires, ainsi que des élus locaux, pour faire le point après les départementales et avant le dépôt des motions en vue du congrès du PS, en juin à Poitiers.

Le JDD - Comment Valls a tenté de remobiliser les socialistes

Manuel Valls, qui considère avoir le soutien des Français pour rester à son poste de Premier ministre un an pile après sa nomination, s'est adressé mardi aux députés socialistes pour les convaincre d'"approfondir les réformes" sans changement de cap vers la gauche.

Le Monde - Scrutin après scrutin, Hollande perd ce qu’il a gagné

Le premier secrétaire avait tout gagné. Le président est en passe de tout perdre. Après des municipales dévastatrices, qui avaient laissé la gauche délestée de quelque 150 villes de plus de 9 000 habitants en mars 2014, le second tour des élections départementales, avec 28 départements perdus, dimanche 29 mars, a aggravé la saignée, annonçant un scrutin régional du même acabit. En décembre, François Hollande pourrait bien avoir liquidé la majeure partie des positions de pouvoir tenues par la gauche dans les collectivités territoriales. C’est sur la conquête de celles-ci qu’il avait édifié onze ans durant, à la tête du PS, la rampe de lancement de ses ambitions présidentielles.

1er avril
 
 
Alors que le Front national se targuait d'être « le premier parti de France » après les élections municipales et les européennes de 2014, la droite républicaine et ses alliés sont sortis largement victorieux des élections départementales, dont le second tour se déroulait dimanche 29 mars. A l'issue de ce scrutin local, qui peut revendiquer le titre de premier parti de France ?
 

Trois jours après la défaite du Parti socialiste aux élections départementales, Manuel Valls ne dévie pas de sa ligne politique : il faut rassembler la gauche, mais pas question de revenir sur les grandes orientations économiques décidées par son gouvernement.

Libé - Valls s'essaye à la manière pas forte

S'exprimant devant le groupe PS de l'Assemblée, deux jours après la défaite départementale, le Premier ministre n'a rien concédé sur le fond mais sans en rajouter sur la forme.

Le Monde - Départementales : la coûteuse défaite du PS

La sévère défaite de la gauche aux élections départementales risque de coûter cher au Parti socialiste. Un an après l'échec aux municipales, ce nouveau revers, dimanche 29 mars, est une nouvelle fois synonyme pour le parti au pouvoir d'un recul sur le plan local.
 
 
Au Parti socialiste, la défaite n'est pas seulement politique. Elle est aussi financière et humaine. Tous les conseillers départementaux du PS sont tenus de reverser à la fédération de leur département entre 5 % et 10 % de leur indemnité. «Entre 1400 et 2000 euros de cotisation annuelle par conseiller départemental», indique le trésorier de la Rue de Solferino, Jean-François Debat. Face au reflux, celui-ci envisage la fermeture de certaines permanences locales.
 

Candidat malheureux à la réélection dans son canton de Lons-Le-Saunier, l'ancien président socialiste du département du Jura a annoncé son retrait de la vie politique. Invité sur l’antenne de France info, Christophe Perny n’a pas mâché ses mots pour critiquer la politique de Manuel Vall

31 mars
 
 
Dans une société travaillée par les aspirations individualistes et les pulsions de repli identitaire, le vote FN ouvre une nouvelle ère politique.
 

Au lendemain du second tour des élections départementales, c’est Benoit Hamon qui a été l’un des premiers appelés à poser des mots sur les plaies, dans les différentes émissions matinales du lundi 30 mars. « C’est une défaite » a sobrement estimé l’ancien porte-parole du parti socialiste lundi matin sur RTL. « Pas besoin », pour lui, d’aller puiser dans un vocabulaire plus chargé en superlatifs. « C’est une défaite, incontestable », a juste répété Benoit Hamon, préférant sans tarder en analyser les raisons. Pour le député des Yvelines, l’explication tient dans « la division de la gauche » d’un côté, et de l’autre dans « des résultats qui se font attendre sur les questions essentielles, le pouvoir d’achat, la situation des petits retraités, l’emploi évidemment… ».
 

Emmanuel Maurel, député européen et conseiller régional d’Ile-de-France, réagit vivement aux résultats du second tour des élections départementales et à la déclaration de Manuel Valls. Pour lui, « il faut faire preuve de lucidité et avoir l’intelligence de changer de politique ».
 
30 mars
 
 
Les socialistes subissent une lourde défaite, ne conservant qu’une trentaine de départements. Face à la vague bleue, le Premier ministre promet de garder le cap.
 

L’alternance politique n’est pas qu’une abstraction. Parfois, elle se ressent physiquement. Il est 23 heures, dimanche 29 mars, dans le hall de la préfecture d’Evry. Le président sortant du conseil général, le socialiste Jérôme Guedj, arrive avec quelques proches, tandis que Georges Tron et les nouveaux élus UMP répondent aux médias et profitent du buffet. Perdants et gagnants se frôlent et se toisent. Sans un mot. « Voilà le nouveau visage de l’Essonne… », lâche un conseiller de M. Guedj en observant les nouvelles têtes et leurs sourires.
 
 
Mardi, à l'Assemblée nationale les proches de l'ex-première secrétaire du PS, doivent se retrouver pour faire un bilan du scrutin de dimanche et préparer le congrès PS.
 
Le Monde - Suivez en direct les résultats du second tour des départementales 

La droite pourrait conquérir 20 à 40 départements à l'issue du second tour, tandis que le score du FN sera guetté. A 17 heures, la participation s'élevait à 41,94 %.

Libé - Canton par canton, retrouvez tous les résultats à partir de 20 heures 
 
 
 
L'aile gauche du PS profite de la déroute de son parti aux élections départementales pour lancer un nouvel appel. Les frondeurs veulent un "contrat de rassemblement" avec l'ensemble de la gauche. Une manière de mettre la pression sur le gouvernement de Manuel Valls.
 
 
 
Ce dimanche soir, chaque parti pourra peut-être avancer, avec plus ou moins de bonne foi, des motifs de satisfaction.... Le PS a «gagné» si…Il sauve plus de vingt-cinq départements
 
 
Dans ce département à gauche depuis 1976, le second tour s'annonce très serré entre les socialistes et l'UMP.

27/03/2015

L'actualité des socialistes du 23 au 29 mars (mise à jour)

Prochaine mise à jour dimanche à 20h

Challenges - Dès lundi, le PS en quête de rabibochage avec le reste de la gauche

La majorité réfléchissait déjà à l'après-départementales vendredi, l'exécutif semblant peu pressé de remanier et le parti socialiste se disant prêt à un réchauffement de ses relations avec ses partenaires de gauche dès lundi.

Ouest France - Sondage : Hollande en baisse, Valls en chute

La cote de confiance de François Hollande est en baisse de trois points par rapport à février à 29%, celle de Manuel Valls chute de sept points à 39%.

Télérama - Départementales 2015 “Le FN n'est pas arrivé premier, la belle affaire”

Le pire aurait donc été évité. Moins d'abstention et un Front National en seconde place. A quelques jours du second tour, il est plus que jamais nécessaire de regarder les résultats en face.

27 mars

Les Echos - Métropole de Lyon : Collomb face à la grève des agents du département

Depuis lundi entre 1.100 et 2.000 grévistes manifestent, faisant déjà quatre blessés.

La greffe de Lyon avec son département prend mal. Trois mois après sa naissance, la métropole lyonnaise fait face à une mobilisation d’agents de cette nouvelle collectivité fusionnant l’ex-Grand Lyon et le Conseil général du Rhône sur le territoire de l’agglomération. En cause : les conditions de travail et le régime indemnitaire des agents du département, selon les revendications d’une large intersyndicale (CGT, CGC, CFDT, Unsa, FO, CFTC, FAFPT et SUD). Lundi, entre 1.100 et 2.000 personnels ont manifesté dans les rues de la ville, avant d’interrompre une réunion entre le président de la métropole Gérard Collomb et les représentants syndicaux. Selon la métropole, deux policiers et deux manifestants ont été blessés au cours d’affrontements avec les forces de l’ordre.

Marianne - Laurent Bouvet : "Pour la droite, ce sera une victoire à la Pyrrhus"

Pour le politologue et essayiste Laurent Bouvet, auteur de "L'insécurité culturelle" (Fayard), la victoire de la droite au second tour des élections départementales est assurée, mais ne règle en rien le problème de l'attitude à adopter face au Front national. Sur cette question, il y a bien sûr des divergences entre l'UMP et l'UDI, mais également au sein du parti présidé par Nicolas Sarkozy...
 
 
Le ministre de l’Économie est intervenu dans une émission de la BBC consacrée à la France. Entre trois éloges des "réformes" et deux aphorismes édifiants, il a confié ses regrets que notre pays n’ait pas pris le train des années Thatcher.

26 mars

Le Figaro - PS : Martine Aubry et Benoît Hamon ne se parlent plus

L'ancien ministre de l'Éducation nationale et la maire de Lille avaient pourtant fait alliance à la fin du congrès de Reims en 2008, permettant la victoire de Martine Aubry face à Ségolène Royal.

20 minutes - VIDEO. «Quelle catastrophe !» :L’émission de la BBC sur la France dans laquelle Le Pen et Macron se lâchentBBC2, grosse chaîne de télévision anglaise, et spécialiste économique ont enquêté sur la France. Le documentaire «Quelle catastrophe ! » diffusé ce week-end dresse un portrait qui fait peur…

Le Monde - Le scrutin départemental projeté sur les régionales

Le Point - Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault déjeunent à l'Élysée

En plein entre-deux-tours des départementales, François Hollande a convié son ex-Premier ministre et la maire de Lille. Objectif : afficher l'union du PS.

25 mars

Le lab - Gérard Collomb estime avoir plus réformé, à lui seul, que plusieurs ministres

Le maire de Lyon Gérard Collomb a connu un nouvel accès de modestie, mardi 24 mars. Invité des Indés Radio, l’élu socialiste a déclaré qu’il pensait avoir plus fait pour réformer la France, à lui seul, que plusieurs ministres réunis. Une manière pour le sénateur-maire de Lyon d'expliquer que l'on peut faire plus, avec de la longévité, en étant élu local qu'en passant brièvement dans un ministère.

Le Figaro - Pas-de-Calais : malgré la menace FN, le PS se maintient dans quatre cantons

Bien que distancés par la droite et le FN au premier tour, plusieurs binômes socialistes ont maintenu leur candidature dans le Pas-de-Calais... avec le soutien du parti.

L'Obs - Départementales 2015 : 4 départements où les divisions ont été fatales à la gauche

A chaque fois, le total des voix montre que la gauche était majoritaire... A chaque fois, elle est éliminée dès le premier tour.

LCP - Départementales : Valls appelle Sarkozy à "se reprendre" après sa "faute morale"

Manuel Valls a appelé mardi Nicolas Sarkozy à "se reprendre", après avoir réaffirmé que le président de l'UMP commettait "une faute morale et politique" avec le "ni-ni" face au FN, et martelé l'appel au "rassemblement" à gauche avant le second tour des départementales.

Paris-Match - Enquête Ifop-Fiducial départementales, Le PS, piégé par le front républicain?

Selon notre sondage Ifop-Fiducial pour Paris-Match, iTélé et Sud-Radio, les Français ont infligé un nouveau vote-sanction contre l’exécutif. Le deuxième tour des élections départementales sera un nouveau test pour le front républicain. Les sympathisants socialistes semblent plus motivés pour voter pour la droite que l’inverse. Le FN pourrait en profiter.

Le Monde, les décodeurs - Elections départementales : la gauche a été pénalisée par son éparpillement

Au lendemain du premier tour des élections départementales, lundi 23 mars, l'UMP paraît en bonne position pour emporter une large victoire. Le parti de droite et ses alliés sont en tête dans plus de 800 cantons sur 2 000 et en ballottage dans plus de 1 200.

24 mars

Le Lab - Départementales: contre le FN, le PS propose à l'UMP de se retirer dans le Vaucluse contre leur propre retrait dans l'Aisne

On se retire dans l'Aisne, faites de même dans le Vaucluse. C'est en substance ce que propose le Parti socialiste à l'UMP en vue du second tour des départementales le 29 mars. Une demande qui ne risque pas d'être acceptée côté UMP, Nicolas Sarkozy ayant annoncé au soir du premier tour qu'il n'y aurait pas de front républicain, c'est-à-dire pas d'appel au vote contre le FN, mais pas non plus de désistement en faveur du candidat le mieux placé pour faire battre le FN.

Le Monde - Elections départementales : un premier tour sans grand perdant ?

Si les chiffres distinguent clairement les résultats des principales formations politiques au premier tour des élections départementales, sur le plan de la communication, aucun parti n'endosse le rôle de grand perdant et chacun se félicite de ses réussites, plus ou moins flagrantes.

Ouest-France - Départementales. Le PS a pris la marée mais n'a pas bu la tasse

Le parti socialiste espère sauver au moins 20 départements lors du deuxième tour des départementales. Le mot d'ordre est clair : rassemblement.

On annonçait une vague bleu marine déferlant sur les urnes, mais le tsunami semble avoir été contenu. Au lendemain du premier tour des départementales, le PS espère conserver une vingtaine de départements.

Nord Eclair - Anciens bastions de gauche, villages… la tentation FN a gagné du terrain dans le Mélantois

Une finale UPN-FN, ce sera le menu du second tour des Départementales, dimanche prochain dans le Pévèle-Mélantois. Si la percée du FN et l’effondrement du PS étaient prévus au niveau national, l’implantation locale du parti frontiste a franchi un nouveau cap, sur tous les terrains.

Libé - «La gauche est très fragile, mais le PS se maintient»

François Miquet-Marty, président de Viavoice, institut d’études et de conseil en opinions, analyse les résultats du scrutin. Selon lui, le FN progresse, le PS n’est plus dans un «déclin continu» et l’UMP apparaît comme une force d’alternance.

Le Monde - Le PS minimise sa déroute

« Un score honorable. » L’adjectif qualificatif utilisé par le premier ministre Manuel Valls, peu après 20 heures, pour qualifier le résultat du PS lors du premier tour des élections départementales, dimanche 22 mars, ne trompe personne : les socialistes encaissent là une cuisante défaite, sans doute l’une des plus sérieuses de leur histoire électorale, même s’il faudra attendre le soir du deuxième tour, dimanche 29 mars, pour mesurer l’exacte étendue des dégâts. Selon Jean-Marie Le Guen, ministre des relations avec le Parlement, la gauche serait absente « dans 500 cantons » au second tour.
 
23 mars

Le Monde - Résultats des départementales : dans le Nord, le naufrage du PS

Le Parti socialiste, aux commandes du conseil général du Nord depuis 1998, est voué à perdre ce bastion, écrasé au premier tour des départementales par l'UMP-UDI et par le FN, qui se livreront de nombreux duels au second tour dimanche prochain.

Le Télégramme - Côtes-d'Armor. La gauche ébranlée

Malgré une forte poussée du Front national, qui trouble le jeu dans plusieurs cantons, le PS et ses alliés semblent être en mesure de conserver la majorité des sièges au futur conseil départemental. Mais rien n'est encore joué entre Alain Cadec, leader de la droite costarmoricaine, et Vincent Le Meaux, dauphin du président sortant Claudy Lebreton. 
 
 
Qui remplacera Pierre Maille (PS) à la tête du Finistère ? La droite progresse mais le PS a fait mieux que résister, notamment dans les grandes villes, comme à Brest où Bernadette Malgorn se retrouve en situation inconfortable pour le second tour. Le Front national est éliminé partout sauf à Plouzané.
 

L’UMP est arrivé largement en tête avec 31% des suffrages. Le FN arrive en deuxième position (24,7%) et devance le PS (19,9%), selon les estimations de l’institut CSA. La participation a été de 51% pour ce scrutin.

France Info - 170 élus de droite, 44 de gauche et 6 du FN dès le 1er tour

Selon des estimations d'Ipsos Sopra Stéria, l'UMP est en tête de ce premier tour des élections départementales avec 36,3%, suivi par le PS 28% et du FN 24,5%. A suivre en direct sur France Info et franceinfo.fr. Selon le ministère de l'Intérieur, 170 élus de droite, 44 de gauche et 6 du FN ont été élus dès le 1er tour

Départementales : la soirée électorale de Mediapart

À partir de 20 h 30, Mediapart vous propose une soirée électorale originale diffusée en direct et en streaming sur notre site, pour comprendre les résultats du premier tour des départementales. Choc du Front national, effondrement du PS ? Mais aussi parité, abstention, réforme territoriale.

Libé - Le FN rate la pole position, la gauche résiste

Des surprises sont apparues à l’issue du premier tour de ces élections départementales.

Le Point - Départementales 2015 - Corrèze : le PS triomphe à Tulle !

Le maire socialiste de Tulle, Bernard Combes, est crédité de près de 49,85 % des suffrages au premier tour et frôle donc la majorité absolue. C'est une surprise, car les sondages précédant l'élection promettaient une déconvenue au PS dans l'ancien fief du président de la République François Hollande. Il y aura donc un second comptage des voix en raison du bon résultat de Bernard Combes, qui pourrait même être réélu conseiller départemental dès ce soir s'il dépasse, finalement, les 50 %

L'Obs - EN DIRECT. Départementales : dernière ligne droite avant les résultats

Suivez, minute par minute, le 1er tour du scrutin. A 17 heures, le taux de participation s'établissait à 42,98%. Retrouvez tous les résultats à partir de 20 heures.

Libé, Joffrin - L’union ou le suicide

Les uns s’abstiennent, les autres se divisent. Une partie des électeurs de gauche s’apprêtent à rester chez eux. Les autres ne savent plus où ils habitent. Triste perspective pour la majorité dans ces élections locales au si fort retentissement national… En ces premiers jours de printemps, entrons-nous dans l’hiver de la gauche ?

Libé - La gauche à la recherche de ses électeurs perdus

Sentiment de trahison, montée de l’individualisme, confiance enfuie… Ceux qui ont élu Hollande en 2012 semblent s’être évaporés, promettant une défaite dimanche.

Lyon Capitale - Touraine (PS)en passe de révolutionner le don d'organes

La Commission des Affaires Sociales de l’assemblée nationale a voté vendredi un amendement à la loi de Santé déposé par Jean-Louis Touraine qui pourrait permettre d'augmenter de 25% le don d'organe en France.

Culturebox - Dutilleux privé de plaque : Jack Lang "abasourdi" par cette "ânerie"

L'ancien ministre socialiste de la Culture Jack Lang s'est déclaré "abasourdi" par la décision de la mairie de Paris de reporter la pose d'une plaque commémorative en l'honneur du compositeur Henri Dutilleux, ajoutant que c'était une "ânerie".

20/03/2015

L'actualité des socialistes du 16 au 22 mars (mise à jour)

Fin de campagne.... prochaine mise à jour dimanche à 20h

A la une

Départementales : une campagne éclipsée par la menace du FN

C’est une drôle de campagne qui raconte une France prête à tout instant à verser dans l’irrationalité. Comme cet homme qui interpelle sa conseillère générale dans le Tarn-et-Garonne, à propos de l’impossible édification de son pigeonnier pour cause de zone inondable. « Qu’est ce que vous allez faire pour moi ? », lance-t-il comme une supplique. Quand l’élue lui répond que cela ne relève pas des compétences du conseil général, il rétorque, désabusé : « Décidément, il n’y a que Marine qui s’occupe de nous… »

20, 21 et 22 mars

Contexte - Garantie jeunesse : la Commission devrait avancer « au moins 50 % des fonds », estime Philip Cordery

Le député PS vient de rendre un rapport sur l’emploi des jeunes en Europe. Il répond aux questions de Contexte.

 
Le ministre de l'Économie était en déplacement jeudi à Fresnes à la rencontre des militants à trois jours du premier tour des départementales.
 
 
Un petit pas pour le socialisme mais un grand pas pour celui qui, bien que n’ayant pas en poche la carte du parti du même nom, tenait meeting, jeudi 19 mars, pour les élections départementales. Certes, la salle était modeste, mais elle était pleine. Deux cents personnes s’étaient déplacées à Fresnes (Val-de-Marne), tout autant pour encourager les candidats du PS, dans ce département – un des deux derniers – dirigé par le PCF, que pour écouter la tête d’affiche du jour : Emmanuel Macron. 
 
 
Manuel Valls s'est rendu dans le fief du président, en Corrèze, à trois jours du premier tour des départementales. Au menu : taper sur Sarkozy, déconstruire le discours du FN, et assurer de sa fidélité au chef de l'Etat.
 

L’épisode de pollution se poursuivant à Paris, la maire PS de la capitale, Anne Hidalgo, a réitéré sa demande de mise en place de la circulation alternée pour la journée de samedi, en raison de la persistance du pic de pollution aux particules fines PM10. 

Les Echos - Benoît Hamon à la recherche de la gauche perdue

L'ancien ministre de Manuel Valls, débarqué fin août, a fait son retour dans le jeu politique comme « haut-parleur des frondeurs ». A trois mois du congrès du PS, cet électron libre oscille entre doute et envie d'agir.
20 mars

Le Monde - Hollande choisit le magazine « Society » pour corriger son image

Par petites touches, François Hollande, à l’approche du troisième anniversaire de son élection, s’emploie à corriger son image. Et sur des supports de plus en plus inattendus. Entre confidences personnelles et vision régalienne, le président accorde ainsi un entretien fleuve au tout nouveau magazine Society, dans son deuxième numéro, à paraître vendredi 20 mars. Un média apparemment décalé pour une stratégie de présentation de lui-même qui se précise, visant à souligner une forme de présidentialité acquise lors des attentats de janvier sans pour autant gommer un sens de la proximité, qui, en campagne, avait constitué l’une de ses forces.

Libé - Montebourg chez Habitat

Reconversion. L'ancien ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a été nommé vice-président du conseil d'administration de la chaîne d'ameublement française Habitat.

Le Monde - La gauche peut-elle perdre la Seine-Saint-Denis ?

L’ancienne banlieue rouge a pris quelques bleus. Dirigée pendant quarante et un ans par les communistes, puis par les socialistes depuis 2008, la Seine-Saint-Denis est un bastion de la gauche depuis la naissance du département, en 1968. « D’habitude, on connaît l’issue des élections à l’avance », confirme Stéphane Troussel, le président socialiste du conseil général. La gauche ou la gauche. Mais si celle-ci reste favorite pour le scrutin départemental des 22 et 29 mars, prévient-il, « l’incertitude existe avec la droite ».
 

En meeting mercredi soir dans le Pas-de-Calais, le Premier ministre a dû s’employer pour booster les socialistes dans un département à haut risque FN.

Libé - En cas de cession, le gouvernement à reculons sur le droit des salariés

Selon «les Echos», la sanction en cas de non respect du droit à l'information des salariés lors de la vente de leur entreprise serait allégée. Hamon juge la réforme «non opportune».

19 mars

Le Monde - Départementales : la déroute annoncée du PS

S'attendant à une sévère défaite, le Parti socialiste fait profil bas avant les élections départementales des 22 et 29 mars. Dépourvue de bilan solide en matière économique, traversée par une ligne de fracture depuis en plus en plus profonde entre légitimistes et « frondeurs », la majorité, et au premier chef Manuel Valls, ont fait du Front national leur principal cible. 
 
 
En meeting lundi soir à Evry, le Premier ministre a vivement répliqué à Nicolas Sarkozy, à quelques jours du premier tour des départementales.

Le Monde - Jean-Christophe Cambadélis : « Il y a une impunité pour le FN »

Pour Jean-Christophe Cambadélis, « il y a aujourd’hui dans notre pays une impunité pour le Front national et l’extrême droite ». Invité du « Forum France Bleu-France Info », mercredi 18 mars, à quelques jours du premier tour des élections départementales, le premier secrétaire du PS, a poursuivi : « Aujourd’hui, on peut dire ce que l’on veut dans l’espace public, on peut faire ce que l’on veut, être soutenu par les banques poutiniennes, détourner les fonds du Parlement européen pour financier l’ensemble de son appareil politique, ça n’intéresse personne. »

Le Monde - Aubry brouille les pistes sur sa succession à Lille

Après l’annonce surprise de l’installation à Lille de l’ancien ministre de la ville François Lamy, le 15 novembre 2014, les rumeurs allaient bon train sur l’avenir de l’ancien conseiller municipal d’opposition de Palaiseau (Essonne). Martine Aubry préparait-elle sa succession en mairie de Lille ? A défaut de clarifier ses intentions pour les élections municipales de 2020, l’ancien ministre du gouvernement Ayrault a confirmé son intention de prendre place de manière durable dans la capitale des Flandres.

Libé - Loi prostitution : démission soudaine d'un sénateur PS opposé à la pénalisation des clients

En désaccord avec le gouvernement, Jean-Pierre Godefroy a démissionné de la commission spéciale sur la loi prostitution.

Le Monde - Ayrault à l’heure des comptes

Une interview à Ouest France pour mobiliser la gauche et régler ses comptes avec Manuel Valls. Jean-Marc Ayrault n'a pas attendu le résultat des élections départementales pour se démarquer fortement de son successeur.

18 mars

Le Monde - Jean-Marc Ayrault, un premier ministre dans les yeux de sa fille

Jean-Marc Ayrault ne semble pas amer, ou rancunier. Un peu interdit plutôt, meurtri aussi, par ces deux années à Matignon et par la façon dont elles se sont terminées. C’est sa fille, Elise, qui, au terme du documentaire qu’elle lui consacre - « Mon père, ce Ayrault », diffusé en avril sur France 3 - le dit : pour elle, sa démission fut un « soulagement ». « Tu souffrais pour moi… », relance l’intéressé.

Le JDD - Départementales : deux économistes prédisent une grande vague bleue

Deux économistes chercheurs à l'université Paris II prédisent une grande vague bleue aux élections départementales, en fonction d'un modèle économétrique qui intègre l'évolution du chômage et la popularité de l'exécutif. L'UMP emporterait environ trois cantons sur quatre. La gauche perdrait des bastions comme le Pas-de-Calais, et le FN remporterait plus de 100 cantons.

LCP - Guedj (PS) : "problème éthique et moral" dans le soutien de Sarkozy à Tron

Jérôme Guedj, le président (PS) du conseil général de l'Essonne, a qualifié lundi de "petit problème éthique et moral" le fait que Nicolas Sarkozy vienne soutenir lundi soir Georges Tron, renvoyé aux assises pour viols et agressions sexuelles.

17 mars

Le Quotidien du Médecin - Loi santé : Olivier Véran s’attaque à la promotion de la maigreur excessive chez les mannequins

Dans le cadre du projet de loi santé, deux amendements interdisant le recours aux mannequins dénutris et l’apologie de l’anorexie ont été déposés ce matin à l’Assemblée nationale par le député PS de l’Isère, le Dr Olivier Véran, neurologue au CHU de Grenoble, par ailleurs rapporteur du volet Promotion et prévention du projet de loi.

Le Figaro - Bouches-du-Rhône : le socialiste Mennucci veut en finir avec Guérini

Le député de Marseille appelle les électeurs à ne pas voter pour le président sortant du Conseil général des Bouches du Rhône mais pour les socialistes.

Libé - PS, UMP, et FN : «La tripartition est un système transitoire»

Jérôme Fourquet, directeur à l’Ifop, analyse les conséquences de la montée de l’extrême droite.

Pour Jérôme Fourquet, directeur du département opinion publique à l’Ifop, l’élimination toujours plus fréquente des candidats PS ou UMP aux premiers tours des scrutins majoritaires peut précipiter la recomposition du paysage politique. De Valls à Juppé, plusieurs responsables de partis ne disent pas autre chose.

16 mars

C Politique : JC Cambadelis

La journaliste reçoit Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti Socialiste. Son portrait, dans l'exercice de sa fonction, ainsi qu'un débat autour d'un thème d'actualité sont les temps forts de l'émission qui se termine par la réponse aux questions diverses, sur la base de SMS ou de questions postéessur les réseaux sociaux par les téléspectateurs.

Le Lab - Les socialistes Claude Bartolone et Jean-Christophe Cambadélis favorables au vote obligatoire qui pourrait être "une piste" contre le FN

Rendre le vote obligatoire permettrait-il de résoudre la crise démocratique qui sévit en France ? L’écologiste François de Rugy le pense, lui qui a déposé une proposition de loi en ce sens. Il a trouvé ce dimanche 15 mars deux soutiens de poids dans la majorité socialiste alors qu'une note d'un think-tank proche du PS plaide en ce sens.

Libé - Sondage: popularité en baisse pour Hollande et Valls

François Hollande et Manuel Valls continuent de perdre les points de popularité acquis après les attentats de janvier avec respectivement 27% et 40% de bonnes opinions, selon un sondage BVA-Orange-iTELE publié samedi.

Le Lab - Manuel Valls met en garde les communistes, qui "peuvent disparaître"

Quoi qu’il en dise, Manuel Valls ne réserve pas ses coups au seul Front national. Dans le Journal du Dimanche de ce 15 mars, le Premier ministre en campagne adresse une sérieuse mise en garde aux communistes dans la perspective de 2017.

Libé - En visite à Amiens, Najat Vallaud-Belkacem joue à domicile

A quelques jours des départementales, la ministre de l'Education nationale s'est rendue vendredi soir dans le quartier de son enfance, pour une visite politique aux airs de retour aux sources.

14/03/2015

L'actualité des socialistes du 9 au 15 mars (mise à jour)

15 mars

L'Express - La croisade acharnée de Manuel Valls contre le FN en quatre actes

En campagne pour les élections départementales depuis le début du mois, Manuel Valls enchaîne les tacles au Front national, favori des scrutins selon les sondages. D'abord alarmiste, le Premier ministre se montre de plus en plus dur.

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis déclare dans un entretien à paraître dimanche dans La Provence qu'il faut dans les Bouches-du-Rhône "en finir avec le système GG: Guérini-Gaudin", refusant d'apporter son soutien à Jean-Noël Guérini en cas de duel contre l'UMP aux départementales.

Le Lab - La blagounette de Claude Bartolone qui espère, "bien sûr", être un jour le roi des éléphants

Chaque samedi, LCI rencontre un acteur majeur de la politique française dans son bureau. L’occasion de découvrir ce qui orne le lieu de travail de ces politiques. Ce 14 mars, c’est au tour du président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, d’ouvrir les portes de son bureau à l’Hôtel de Lassay.

Libé - Hollande veut s’offrir des Verts

Dans la perspective de 2017, le Président veut faire entrer Emmanuelle Cosse au gouvernement, quitte à déstabiliser les écologistes.

Le vert est devenu une matière hautement inflammable et François Hollande ne rechigne pas à jouer avec les allumettes. Profitant des courants contraires qui traversent Europe Ecologie-les Verts (lire ci-contre), le chef de l’Etat a décidé de taper le plus haut possible, lançant les grandes manœuvres autour de la secrétaire nationale du parti, Emmanuelle Cosse.

14 mars

Libé - Hidalgo pour un «parcours d’accompagnement» des jeunes de milieux populaires

La maire (PS) de Paris Anne Hidalgo va mettre en place un «parcours d’accompagnement» des «jeunes héros», issus des milieux populaires, qui veulent «réussir par l’école» et «s’insérer», avec notamment du tutorat et des stages de remise à niveau, a-t-elle annoncé jeudi.

Europe 1 - L’appel du PS à ouvrir des écoles musulmanes inquiète les enseignants

Un communiqué du PS appelle au "développement de l’enseignement privé confessionnel musulman”. Pour les syndicats cette mesure va à l’encontre du vivre-ensemble.

L’affaire cristallise une nouvelle fois le malaise à gauche autour de la laïcité et de l’islam. Un communiqué du parti socialiste, daté du 26 février dernier, appelle au "développement de l’enseignement privé confessionnel musulman”. Cette proposition, qui vise à ouvrir davantage d’écoles musulmanes, figure dans un rapport sur la cohésion républicaine, commandé dans la foulée des attentats de janvier. Repérée le 8 mars par le secrétaire national à la laïcité du Parti radical de gauche, cette annonce inquiète désormais l’ensemble des syndicats de l'Education. Forcé de s’expliquer, le Parti socialiste plaide la “maladresse dans la formulation”.

Laurent Baumel - Rencontre avec François Hollande, départementales, politique du gouvernement – Interview au Figaro 

INTERVIEW – À quelques jours des élections départementales, le député PS d’Indre-et-Loire, l’un des chefs de file des frondeurs, réaffirme sa volonté « d’inflexion sérieuse » de la politique économique et sociale du gouvernement.

13 mars

Bousorama - Hamon "comprend la logique" de Hollande qui devra cependant "répondre" à la demande sociale

L'ancien ministre PS Benoît Hamon "comprend la logique" de François Hollande, qui écarte un changement de ligne économique, mais estime que l'exécutif devra "répondre" à la "demande de pouvoir d'achat, d'emploi" et de "cohésion sociale".

Le Lab - Entre Manuel Valls et les frondeurs, le dialogue de sourds

TOI D'ABORD ! NON, TOI ... - Si François Hollande a rencontré une délégation de "frondeurs" mercredi 11 mars - une démarche très peu appréciée côté députés loyalistes - Manuel Valls ne veut pas, quant à lui, donner trop d'importance à ce rendez-vous. Chose amusante, ce 12 mars, Le Figaro fait dialoguer Premier ministre et représentant des frondeurs par articles interposés. Et visiblement, chacun attend de l'autre un signe.

Le Figaro - «Ministres faibles» : Manuel Valls contredit François Hollande

En marge d'un voyage à dominante économique en Pologne, Manuel Valls a réagi a la déclaration de François Hollande qui estime qu'un «premier ministre fort» est fatalement entouré de «ministre faibles».

Boursorama - Hollande a reçu 14 frondeurs du PS à l'Elysée pour renouer le dialogue

L'opération rabibochage a duré deux heures et demie. François Hollande a reçu quatorze députés «frondeurs» du Parti socialiste à l'Elysée, mercredi soir, dans le salon des Ambassadeurs du palais présidentiel où se tient chaque semaine le Conseil des ministres, pour renouer avec eux un dialogue rompu lors du débat sur la loi Macron. Une conversation bien loin des sanctions envisagées un temps, quand ces élus avaient contraint le gouvernement à passer en force et utliser l'article 49.3  pour imposer ce texte. Parmi les députés conviés à l'Elysée, figuraient Barbara Romagnan, Christian Paul, Pouria Amirshahi, Laurent Baumel, Benoît Hamon, Henri Emmanuelli et Pascal Cherki.

Le Hiffington Post - Manuel Valls dans l'Aisne : un plan ruralité contre le FN à une semaine des élections départementales 2015

DEPARTEMENTALES - Déplacer onze ministres pour annoncer un plan ruralité dans un des fiefs du vote FN, qui plus est à une semaine du premier tour élections départementales... le sens du timing du premier ministre ne manquera pas de donner du grain à moudre à ceux qui l'accusent de faire campagne aux frais de l'Etat.

Le Figaro - François Hollande absout les frondeurs

..... C'est pourtant sur la forme que les frondeurs trouvaient des motifs de satisfaction. «Cette rencontre, c'est la reconnaissance d'un fait politique, c'est nouveau et c'est quelque chose de signifiant», se réjouissait Pouria Amirshahi. Une reconnaissance officielle de l'Élysée qui avait des allures de victoire pour les frondeurs. L'un d'eux, Laurent Baumel, estime à l'issue de la réunion que «François Hollande a écouté tout le monde avec attention», même si, «sur les demandes spécifiques , il n'y a pas eu de réponses». Le député d'Indre-et-Loire dit avoir ressenti «un accord sur la nécessité d'un rassemblement» du PS et de la gauche «sur les questions de fond». «Ce n'est pas le cas de tout le monde», souligne-t-il.

12 mars

Libé - Les frondeurs reçus à l'Elysée, consécration de la dissidence

François Hollande reçoit ce mercredi une délégation de députés frondeurs. De quoi agacer au Parti socialiste, même si tous reconnaissent qu'il est nécessaire de rassembler la gauche.

Le Figaro - La réception des frondeurs à l'Élysée fait enrager les loyalistes du PS

Le président devrait recevoir ce mercredi soir une douzaine de députés issus du groupe des frondeurs du PS afin de calmer les tensions internes au sein de la majorité

Huffington Post - François Hollande reçoit des députés frondeurs à l'Elysée

Des députés socialistes frondeurs seront reçus mercredi 11 mars dans la soirée par François Hollande, a-t-on appris mardi 10 mars de sources concordantes. Aucun de ces députés n'a voulu indiquer à l'AFP s'ils allaient participer à cette rencontre, confirmée par plusieurs autres responsables du groupe socialiste.

 
REPLAY/ÉDITO – À une dizaine de jours des élections départementales, François Hollande reçoit ce soir à l'Élysée les députés frondeurs du PS.

Challenges - Interview exclusive : François Hollande se confie à Challenges

Dans l'entretien qu'il a accordé à Challenges, le président de la République fait front. Aucun regret et aucune concession, notamment vis-à-vis "des frondeurs", ne semblent au programme. Extraits.

Challenges - Les projets de François Hollande avant 2017

 EXCLUSIF Valls et Macron, Front national et élections départementales, croissance et déclinisme… Le chef de l’Etat fait le point sur les dossiers chauds. Entretien exclusif à l’Elysée.

BFMTV - Les frondeurs "ne sont pas irréconciliables", assure Jérôme Guedj

Jérôme Guedj, membre du bureau politique du PS et président du Conseil général de l'Essonne, a prévenu mercredi sur BFMTV que le gouvernement devait "trouver les conditions du rassemblement" pour éviter une défaite dès le premier tour des élections départementales.

Midi Libre - Départementales : Cambadélis déplore un "suicide politique en direct" de la gauche

Mercredi, le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a déploré une division "incompréhensible" de la gauche, un "suicide politique en direct" avant les élections départementales.

La Voix du Nord - «Dropped»: «stupeur et émotion» pour François Hollande, Patrick Kanner souhaite «un hommage national»

François Hollande a fait part de sa «stupeur» et de son «émotion» après le crash mortel en Argentine dans lequel ont péri dix personnes dont huit Français. Patrick Kanner, ministre des Sports, a indiqué qu’il travaillait à l’organisation d’un «hommage national». D’autres politiques ont également réagi.

11 mars

Le Monde - Des promesses de campagne à la loi sur la fin de vie : un grand malentendu ?

C’est l’histoire d’une promesse de campagne si habilement formulée que chacun y a lu ce qu’il voulait y voir. Lorsque le 26 janvier 2012, à la Maison des métallos, à Paris, le candidat François Hollande présente parmi ses soixante engagements pour la France une mesure, la vingt-et-unième, prévoyant une « assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité », les partisans de l’euthanasie ne doutent pas que si le candidat socialiste est élu, une aide active à mourir sera mise en place. Certes, il s’est déclaré opposé à l’euthanasie, mais à l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), on croit que seul le mot lui fait peur.
 
 
La ministre de l’Ecologie a évoqué pour Notre-Dame-des-Landes une consultation citoyenne «au niveau départemental».
 
 
Coulisses . Le débat sur la proposition de loi a été reporté
Trop touchy ? Jeudi, les députés étaient censés examiner une proposition de loi des radicaux de gauche interdisant le port du voile dans les crèches et les centres de loisirs privés financés par de l’argent public.

La Voix du Nord - Martine Aubry: «Quand la gauche n’est pas unie, la gauche perd ou risque de perdre»

Étant donné son poids au Parti socialiste, les déclarations de Martine Aubry sont toujours très attendues. En témoigne le nombre de journalistes ce lundi matin pour la conférence de presse du PS donné au siège de la fédération du nord à l’occasion du lancement officiel de la campagne pour les élections départementales. Martine Aubry a fustigé les communistes et les Verts, qui ont refusé toute alliance dans le Nord. Elle a taclé Nicolas Sarkozy et la droite. Et réagi aux déclarations de Manuel Valls.

10 mars

Libé - La logique comptable fait son lit à l’hôpital

«Libération» a eu accès à un texte confidentiel qui prévoit des économies drastiques, des coupes dans les effectifs, et accroît la centralisation.

9 mars

Le Lab - Jérôme Guedj, comme d'autres frondeurs, "rêve" de discuter avec François Hollande

I HAVE A DREAM – François Hollande va-t-il finir par recevoir les députés "frondeurs" ? Pour certains, c'est une certitude. Reste plus qu'à caler une date, selon le bon vouloir présidentiel.

En attendant, certains élus pas franchement d'accord avec la politique menée par le gouvernement font preuve d'une légère impatience. À l'image de Jérôme Guedj, plus vraiment député depuis le retour à l'Assemblée de François Lamy, mais bien toujours "frondeur".

Libé - Pour Manuel Valls, le Front National est «aux portes du pouvoir» dès 2017

Dans un entretien, le Premier ministre a revendiqué la «stigmatisation du Front national», un parti qui «n’apporte aucune solution», à quelques semaines des élections départementales.

Le Lab - Le vice-président EELV de l'Assemblée Denis Baupin réunira les écolos pro-Hollande début avril

On le sait, deux lignes s'opposent chez les écologistes : les pro-gouvernement et les autres, plutôt tentés par un rapprochement avec le Front de gauche. Selon les informations du Journal du dimanche de ce 8 mars, certains membres de EELV mènent donc une réflexion concrète sur l'émergence d'un pôle pro-gouvernement structuré, quitte à provoquer une scission au sein du parti.

Le JDD - Jean-Marie Le Guen : "On a trop souvent joué avec le FN"

INTERVIEW - Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat (PS) aux Relations avec le Parlement revient sur son analyse politique qu'il vient de rediger pour la Fondation Jean-Jaurès.

Le JDD - EELV : Cécile Duflot n'a pas peur d'une scission 

L’ex-ministre du Logement est convaincue que la majorité des écologistes soutient sa ligne. Et n’est pas inquiète que quelques ténors, comme Jean-Vincent Placé, veuillent rallier Hollande.

06/03/2015

L'actualité des socialistes du 2 au 8 mars (mise à jour)

A la une

Public Sénat - Jean-Marc Germain souhaite le retour des « aubrystes » au gouvernement

Invité de Parlement Hebdo sur Public Sénat et LCP-AN ce vendredi, Jean-Marc Germain, l’un des fers de lance des frondeurs au sein du PS, se dit favorable au retour des « aubrystes » au sein du gouvernement.

Les Echos - Remaniement : les «frondeurs» PS prêts à entrer au gouvernement

Les députés socialistes frondeurs rencontreront François Hollande « dans les jours qui viennent », a annoncé Jean-Marc Germain.

7 mars

La Gazette des Communes - « Les départements sont sauvés », assure Claudy Lebreton

Le président de l'Assemblée des départements de France, Claudy Lebreton (PS), estime, à deux semaines des élections, que "les départements sont sauvés" et que ceux-ci conserveront la plupart de leurs compétences dans la future loi sur l'organisation territoriale de la République (NOTRe).

Les Inrocks - Féministes: le bras de fer qui fait tanguer Paris

Dans le XXe à Paris, la lutte entre Rokhaya Diallo et la maire PS de l’arrondissement, Frédérique Calandra, pourrait mettre à mal la majorité municipale.

Les Echos - Un an après, Manuel Valls toujours en quête d’un bilan

31  Mars 2014 : au lendemain des municipales, Manuel Valls est choisi par François Hollande pour succéder à Jean-Marc Ayrault. Un an après, la force de ses mots ne s’est pas traduite en changements notables pour les Français.

Francetvinfo - Tournée des départementales 2015 : Valls répond à Sarkozy

À quinze jours du premier tour des élections départementales, la campagne tourne à l'affrontement entre l'UMP et le PS. Au coeur du débat, la montée du Front national.

Le Monde, Les décodeurs - Le vote obligatoire changerait-il quelque chose ?

« Un apartheid territorial, social, ethnique » est à l'œuvre dans les quartiers populaires. Au lendemain des attentats de Paris, le premier ministre, Manuel Valls, avait voulu frapper un grand coup et rompre avec un discours convenu sur les banlieues.

Alors que M. Valls préside ce vendredi 6 mars un comité interministériel à la citoyenneté et à l'égalité, le député PS du Val-d'Oise Philippe Doucet a de son côté rendu publiques ses « 24 propositions pour lutter vraiment contre l'apartheid ».

Libé - A Sivens, les zadistes expulsés, les questions évacuées

Le vote par le conseil général du Tarn d’un projet très flou de barrage plus petit ne rassure pas les opposants, qui ont été délogés du site «sans incident».

Le Monde - Les propositions d’un député PS contre l’« apartheid territorial, social et ethnique »

Il y a plus d’un mois, suite aux attentats de Paris, Manuel Valls, avait jeté cette expression controversée dans l’espace public : un « apartheid territorial, social, ethnique » qui se serait « imposé à notre pays » dans les banlieues et quartiers populaires. Vendredi 6 mars, alors que le premier ministre doit présider un comité interministériel à la citoyenneté et à l’égalité et faire des annonces sur la politique de la ville, le député socialiste du Val-d’Oise, Philippe Doucet, a décidé de rendre publiques de son côté ses « 24 propositions pour lutter vraiment contre l’apartheid ».

Europe 1 - Les partisans de Hollande préparent déjà 2017

.... Et les partisans de François Hollande s'y mettent aussi. Un think tank, Démocratie 2012, planche déjà sur son programme pour un second quinquennat.L'Elysée surveille ça de près. Europe 1 a pu assister en exclusivité à la deuxième réunion de ce groupe, créé en 2011 pendant la primaire socialiste et aujourd’hui réactivé. Ce think tank fait régulièrement parvenir des notes à l’Elysée avec des propositions d’idées ou de projets. Au palais, on regarde ça d’un œil distant, mais bienveillant.

Le Monde - Le gouvernement va débloquer 170 millions d'euros pour les contrats aidés

Le gouvernement va débloquer une enveloppe de 170 millions d'euros pour accélérer le nombre de contrats aidés d'ici à l'été, révèlent Les Echos jeudi 5 mars, et dont Le Monde a eu confirmation. Le financement se fera « non pas en prévoyant de nouvelles entrées en plus des 445 000 déjà budgétées pour l'année mais en accélérant le calendrier », et donc en finançant certains contrats sur une durée plus longue que prévu en 2015, explique le journal.

Le Monde - Départementales : Solférino redoute une bérézina dès le premier tour

Face aux prévisions plus que sombres pour les élections départementales, le PS tente de mobiliser ses troupes dans la dernière ligne droite. Le premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis, a tenu une conférence de presse jeudi 5 mars, destinée à relancer la machine socialiste, à deux semaines du premier tour. « Il y a comme un frémissement dans le pays », veut croire le patron de Solférino, qui voit dans les chiffres du chômage de janvier (baisse de 19 100 inscrits en catégorie A) un encouragement à poursuivre la politique menée depuis un an. « Le redressement est en marche. C’est la différence avec les élections municipales, où il n’était même pas perceptible, là où la colère, elle, l’était. »

Le Parisien - Départementales : le PS sonne l'heure de la mobilisation

Branle-bas de combat pour éviter une nouvelle déroute après les municipales et les européennes. A trois semaines du premier tour des élections départementales, Jean-Christophe Cambadélis a lancé jeudi un appel à la mobilisation de l'électorat du PS.

6 mars

Le Monde - Le plan pauvreté de Manuel Valls déçoit les associations

Un long discours, pas moins de 11 ministres et secrétaires d’Etat l’entourant, 49 mesures annoncées et des mots pour dire la « solidarité » affichée. Manuel Valls n’a pas ménagé sa peine lors de la présentation de son « plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale », mardi 3 mars au ministère de la santé. Mais, mis à part l’annonce de la création de la prime d’activité, fusionnant le RSA et la prime pour l’emploi, la déception était visible du côté des acteurs du secteur.

 
Le Premier ministre a présenté le plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté afin de se racheter une image sociale. Mais la seule grande nouvelle est la prime d'activité.
 
 
Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'éducation nationale, reprendra les fonctions de Geneviève Fioraso, secrétaire d'Etat chargée de la recherche et de l'enseignement supérieur, a annoncé l'Elysée jeudi 5 mars. Mme Fioraso a présenté sa démission du gouvernement pour des raisons de santé. 
 
 
Le chef de l’Etat reperd 4 points dans le baromètre CSA pour « Les Echos » et Radio Classique. Le Premier ministre chute de 7 points, victime du 49-3.
 
5 mars

Le Figaro - Départementales : Valls conseille aux candidats PS de ne pas parler d'économie

Pour le premier ministre, le manque de «succès véritables» sur les dossiers économiques impose de mobiliser les électeurs sur d'autres thématiques.

Les Echos - Départementales : Hollande attaque de front le FN

François Hollande a une nouvelle fois mis en garde contre le FN, dont il dit vouloir « arracher les électeurs ». « Car si le FN est dans la République, puisqu’il participe aux élections, c’est tout sauf le parti de la République. Ses propositions sont autant de reculs pour notre pays et pour ses électeurs », prévient-il.

Le Lab - Le PS rode ses éléments de langage à dégainer après la défaite annoncée des départementales

.... Alors que se profilent les élections départementales, Manuel Valls, Jean-Christophe Cambadélis, Bruno Le Roux, Didier Guillaume et le président des Radicaux de gauche Jean-Michel Baylet  se sont réunis le 24 février à Matignon, dévoile le Canard. Objectif : préparer la déroute annoncée.

Le Quotidien du Médecin - Geneviève Fioraso pourrait bientôt quitter le gouvernement

L’information qui avait filtré dans les colonnes de « l’Express » hier a été confirmée ce matin par Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement : « Mme Fioraso connaît des problèmes de santé, qui ont l’air d’être assez graves » et qui pourraient conduire l’actuelle secrétaire d’État chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche à quitter le gouvernement.

Libé - La gauche met de l'eau dans son voile

Obligation de neutralité pour les crèches, pour les centres sociaux, mais finalement pas pour les nounous. Réunis ce mercredi matin en commission des lois pour discuter de la proposition de loi des radicaux de gauche sur l’obligation de neutralité des personnels chargés d'enfants de moins de 6 ans, les députés sont en train de faire machine arrière sur la question des assistantes maternelles. Sous l’impulsion du député PS et ancien maire d’Argenteuil Philippe Doucet, qui a déposé un amendement en ce sens, les parlementaires devraient en effet finalement circonscrire l’obligation de neutralité aux crèches et centres de loisirs dans la proposition de loi qu’ils discuteront en séance publique le 12 mars prochain.

Libé - Hollande demande un «rapprochement» à EDF et Areva

Le président français François Hollande a annoncé mercredi à Madrid avoir demandé aux dirigeants d’Areva et d’EDF de travailler à un «rapprochement» des deux groupes. «J’ai demandé aux dirigeants des deux entreprises de présenter un rapprochement qui pourrait être confirmé dans quelques mois», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. L’objectif est que «les acteurs de l’équipe de France du nucléaire puissent collaborer davantage que ça n’était le cas dans le passé et c’est un euphémisme», a-t-il ajouté.

4 mars

Les Echos - Les députés PS se disent « attachés » à la généralisation du tiers payant

Les députés socialistes sont « attachés » à la généralisation du tiers payant et il faut que les « problèmes techniques » pour sa mise en place soient « réglés », a déclaré, hier, un de leurs porte-parole, Hugues Fourage

Le Lab - Ces 49 députés PS qui avaient prévu de ne pas voter la loi Macron

..... Selon des documents qu’a pu consulter le Lab, le gouvernement et le groupe socialiste de l’Assemblée, présidé par Bruno Le Roux, avaient établi un pointage des votes des différents groupes. Et du leur. Et le verdict était que le texte devait passer par trois voix d’avance (265 pour, 262 contre). D'après les "intentions" des uns et des autres. Une avance trop courte donc pour que le gouvernement prenne le risque d’avoir un vote contre, le forçant à engager le 49.3. La faute aux quelques députés, comme certains fondateurs de Cohérence socialiste (Yann Galut, Alexis Bachelay, Valérie Rabault et Karine Berger) qui ont refusé de révéler leurs intentions de vote, rendant le comptage trop incertain.

3 mars

Le lab - Tout va bien pour les frondeurs, merci pour eux

L'INFO. Ils ont hanté les nuits de François Hollande et Manuel Valls. Les deux têtes de l'exécutif ont même, à cause d'eux, dû dégainer l'arme atomique du 49-3 pour s'assurer que la loi Macron serait votée. Eux, ce sont "les frondeurs", ces élus socialistes qui ne cautionnent pas la politique du gouvernement. Sauf qu'après avoir été tancés par nombre de leurs petits camarades, ces élus sortent finalement ragaillardis de cette séquence.

Libé, l'édito de Joffrin - Force majeure

On connaît le vieux dicton électoral : au premier tour, on choisit, au second tour, on élimine. Au premier tour, parmi huit ou dix noms, on désigne le candidat qu’on aime, au second, entre les deux qui restent en piste, on écarte celui qu’on déteste. C’était hier… Désormais la montée du Front national place la gauche devant un autre aphorisme, nettement plus désagréable : au premier tour, on est éliminé, au second tour, on n’a plus le choix.

Le lab - Pour Henri Emmanuelli, la ligne politique de Manuel Valls pourrait être "mortifère pour la gauche

CAMARADES - Henri Emmanuelli sort de sa réserve. Celui qui a signé la contribution de Benoît Hamon en vue du congrès du PS, qui se déroulera à Poitiers les 5, 6 et 7 juin, a décidé de briguer un nouveau mandat de président du Conseil général des Landes. Et pour ce faire, il se démarque de la ligne gouvernementale. Au JDD, daté du 1er mars, il justifie sa démarche en expliquant que "ce n'est pas le moment de tourner le dos".

L'Obs - Cambadélis (PS): Sarkozy entre "coup de rabot" et "coup de marteau"

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, a estimé que le programme de Nicolas Sarkozy se résumait à un "coup de rabot sur notre modèle social" et un "coup de marteau sur la République", après son entretien au Figaro lundi.

Le Figaro - L'avertissement à Hollande du frondeur Christian Paul : «Il est minuit moins le quart»

Le député frondeur de la Nièvre pourrait être discrètement reçu par le président de la République, inquiet pour la cohésion de sa majorité. Il juge que les réformes portées depuis deux ans ne portent pas leurs fruits.

Revoir l'émission

Le Parisien - Sondage : les frondeurs du PS ont la cote

Si les Français ne partagent pas forcément leurs idées, ils comprennent la démarche des frondeurs du Parti socialiste. C'est ce que montre notre sondage* Odoxa publié ce dimanche. Les députés frondeurs PS recueillent ainsi 55% de bonnes opinions, 65% des Français jugeant «normal» qu'ils s'opposent au gouvernement et 70% estimant que le PS devrait «rappeler à François Hollande ses engagements de campagne».

20 minutes - Frondeurs du PS: «Les Français nous disent qu’ils comprennent notre démarche», se réjouit Amirshahi

INTERVIEW Le député Pouria Amirshahi réagit au sondage sur la perception qu’ont les Français de la gauche du PS...

2 mars

Le Lab - François Hollande devrait rencontrer les députés "frondeurs" au cours du mois de mars

CAJOLER - François Hollande a beau les qualifier de "complètement dingos", les députés "frondeurs" sont en passe d'être écoutés. Ou au moins reçus. Comme le révèle un confidentiel du JDD dimanche 1er mars, les députés Laurent Baumel, Christian Paul, Pouria Amirshahi et d'autres devraient s'entretenir courant mars avec François Hollande. Si le lieu reste à déterminer, la rencontre devrait se faire dans la première quinzaine du mois.

Politis – Laurent Baumel “J’essaie de sauver le PS plutôt que de le fuir”

Député d’Indre-et-Loire, Laurent Baumel revient sur la crise politique engendrée par la loi Macron et sur la stratégie des frondeurs.

Il n’est pas le plus gauchiste des frondeurs, mais cela n’empêche pas Laurent Baumel d’en être l’un des principaux porte-parole. Élu pour la première fois député (d’Indre-et-Loire) en 2012, cet ancien strauss-kahnien est l’un des trente et un députés à s’être abstenus, en septembre, sur le vote de confiance au gouvernement Valls 2.

Marianne - Le hollandisme de souche, Joseph Macé-Scaron

Le refus permanent de nommer les choses est bien l'essence du hollandisme du souche. La scène se passe au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France, qui n'est plus connu, aujourd'hui, que sous son acronyme : Crif. Loin de l'esprit universaliste de Théo Klein, cet événement mi-politique, mi-mondain est devenu, avec le temps et la confusion intellectuelle, la manifestation pas très habile des noces du communautarisme et de l'entre-soi. Un tout petit monde - les hommes avec de longues écharpes blanches et les dames en robe de soirée - se presse ainsi autour des tables pour se faire morigéner par le président du Crif, l'inénarrable Roger Cukierman, qui défend les Français de confession juive avec la grâce et l'habileté de Mr Bean lorsqu'il prépare la dinde de Noël

Les Echos - Départementales 2015 : les départements qui pourraient basculer

Entre 30 et 40 départements, sur 101, semblent susceptibles de basculer à droite lors des élections départementales des 22 et 29 mars. Le FN pourrait remporter le Var, le Vaucluse, voire le Pas-de-Calais.

Le Monde - Comment la nouvelle prime d’activité va fonctionner

La prime pour l’emploi (PPE) et le RSA activité sont bientôt morts, bienvenue à la nouvelle « prime d’activité ». Le Monde a eu connaissance des modalités précises de cette nouvelle prestation, qui devraient être présentées mardi 3 mars par le premier ministre, Manuel Valls. Elle entérine la fusion PPE-RSA, dont la complexité et le manque d’efficacité sont critiqués depuis longtemps, mais qui a jusqu’ici toujours été retardée par crainte de faire trop de perdants.

01/03/2015

L'actualité des socialistes du 23 février au 2 mars (mise à jour)

A la une

Politis – Laurent Baumel “J’essaie de sauver le PS plutôt que de le fuir”

Député d’Indre-et-Loire, Laurent Baumel revient sur la crise politique engendrée par la loi Macron et sur la stratégie des frondeurs.

Il n’est pas le plus gauchiste des frondeurs, mais cela n’empêche pas Laurent Baumel d’en être l’un des principaux porte-parole. Élu pour la première fois député (d’Indre-et-Loire) en 2012, cet ancien strauss-kahnien est l’un des trente et un députés à s’être abstenus, en septembre, sur le vote de confiance au gouvernement Valls 2.

1er et 2 mars

Marianne - Le hollandisme de souche, Joseph Macé-Scaron

Le refus permanent de nommer les choses est bien l'essence du hollandisme du souche. La scène se passe au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France, qui n'est plus connu, aujourd'hui, que sous son acronyme : Crif. Loin de l'esprit universaliste de Théo Klein, cet événement mi-politique, mi-mondain est devenu, avec le temps et la confusion intellectuelle, la manifestation pas très habile des noces du communautarisme et de l'entre-soi. Un tout petit monde - les hommes avec de longues écharpes blanches et les dames en robe de soirée - se presse ainsi autour des tables pour se faire morigéner par le président du Crif, l'inénarrable Roger Cukierman, qui défend les Français de confession juive avec la grâce et l'habileté de Mr Bean lorsqu'il prépare la dinde de Noël

Les Echos - Départementales 2015 : les départements qui pourraient basculer

Entre 30 et 40 départements, sur 101, semblent susceptibles de basculer à droite lors des élections départementales des 22 et 29 mars. Le FN pourrait remporter le Var, le Vaucluse, voire le Pas-de-Calais.

Le Monde - Comment la nouvelle prime d’activité va fonctionner

La prime pour l’emploi (PPE) et le RSA activité sont bientôt morts, bienvenue à la nouvelle « prime d’activité ». Le Monde a eu connaissance des modalités précises de cette nouvelle prestation, qui devraient être présentées mardi 3 mars par le premier ministre, Manuel Valls. Elle entérine la fusion PPE-RSA, dont la complexité et le manque d’efficacité sont critiqués depuis longtemps, mais qui a jusqu’ici toujours été retardée par crainte de faire trop de perdants.

28 février

L'Express - Aubry, si près, si loin du pouvoir

Tiraillée entre l'envie de peser sur le plan national et le souhait de se concentrer sur son fief lillois, Martine Aubry ira-t-elle au clash lors du congrès du PS, en juin?

Francetvinfo - Emmanuel Macron : "C'est à l'approche du combat que le samouraï acquiert la sérénité"

"Envoyé spécial" vous a proposé le jeudi 26 février un portrait du jeune ministre de l'Économie, Emmanuel Macron. Cet extrait du chapitre 1, intitulé "Candide ou l'optimisme", vous fait découvrir son côté philosophe.

Le Point - Laurent Baumel : "Le vallsisme se nourrit d'avoir des ennemis"

Le député frondeur de l'Indre-et-Loire réagit à la résolution du bureau national du PS et dénonce la méthode du Premier ministre. Interview.

Après l'utilisation de l'article 49.3 de la Constitution pour faire passer en force la loi Macron, le bureau national du Parti socialiste promettait d'être mouvementé. Si la direction du parti n'a pas pris de sanction à l'égard des frondeurs, il faudra désormais suivre ses consignes de vote sur les textes "après audition du gouvernement". Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a dû trouver un juste milieu entre renforcer la discipline du groupe et éviter de cogner trop fort sur les rebelles pour afficher un semblant d'unité. Laurent Baumel, député frondeur d'Indre-et-Loire, revient sur ce texte, les divisions de la gauche, et la méthode du Premier ministre.

27 février

Libé -«Les gens me connaissent, ils votent pour moi, pas pour François Hollande»

Libération suit jusqu'au congrès du PS la vie militante de deux sections socialistes. Aujourd'hui, à Amiens, le candidat local, élu depuis trente ans, lance la campagne départementale en tandem avec une novice en politique.

Libé - Dialogue social : avis de temps calme au PS

A première vue, le texte sur le dialogue social présenté ce mardi par Manuel Valls ne devrait pas recréer le psychodrame socialiste connu avec la loi Macron.

Une semaine après la loi Macron, c’était le texte qui aurait pu enflammer de nouveau la plaine socialiste. Mais à la direction du PS, compte tenu du psychodrame autour du 49.3 et des mesures a minima annoncées ce mercredi par Manuel Valls, on ne craint pas de remake. «Le gouvernement ne peut pas braquer la CFDT» qui a déjà fixé ses «lignes rouges» sur le futur texte, prédit un proche du premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis.

L'Obs - Cambadélis veut sanctionner la visite du député PS chez Assad : ce n'est pas démocratique

Le chef de l'Etat et le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, ont sévèrement condamné le déplacement diplomatique en Syrie du député PS Gérard Bapt. Après l'épisode des frondeurs et de la motion de censure, les menaces de sanction pleuvent au PS. Une gestion du parti qui est tout sauf démocratique, estime notre contributrice Dominique Bochel Guégan.

Les Echos - Macron fustige les « fainéants » du PS et critique Hamon

Le ministre de l’Economie critique les « jeux d’appareil » qui ont, d’après lui, « pris en otage » son projet de loi sur la croissance et l’activité, quelques mois avant le congrès du Parti socialiste de juin.
 

Emmanuel Macron n'a décidément pas encaissé les soubresauts politiques qui ont entouré son projet de loi, adopté en force la semaine dernière grâce à l'article 49-3. Dans une interview au Monde, le ministre s'est même indirectement et violemment attaqué aux frondeurs.

 
Emmanuel Macron est revenu, ce jeudi dans "Le Monde", sur l'épisode du 49-3 employé pour faire passer son projet de loi. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le ministre de l'Economie est remonté contre les frondeurs.
 
 
INVITÉ RTL - Le Premier secrétaire du PS a évoqué le besoin d'union de la gauche et sa relation avec le Premier ministre, notamment par rapport aux frondeurs

Libé - 35 heures, seuils sociaux... Le florilège libéral du gouvernement

En amont de la rencontre sur la réforme du dialogue social organisée à Matignon, ce mercredi à 15 heures, en présence des partenaires sociaux, retour sur le discours socialement décomplexé du gouvernement en 14 citations.

26 février

L'Express - Un remaniement du gouvernement après les départementales ' Sans doute à minima

Paris - Evoqué dans les cercles politiques avant la folle semaine du "49-3", un remaniement du gouvernement après les départementales reste d'actualité, mais pourrait se révéler très réduit, à en croire certaines sources dans la majorité.

France Inter - A quoi joue donc Martine Aubry?

Maintenant que les frondeurs ont fait trembler le gouvernement, au PS, tous les regards se tournent vers Martine Aubry. Soit elle rentre dans la bataille du prochain congrès du PS en juin, et cela peut faire tomber Manuel Valls ; soit elle rentre dans le rang.

C'est donc l'heure des choix.

Le Figaro, blog - Aubry, Cambadelis, Hamon, Collomb... Un Congrès du PS bien peu numérique

Du 5 au 7 juin, le Parti Socialiste tiendra son Congrès à Poitiers. De même que le Baromètre des Primaires de l’UMP s’attache à analyser l’activité des principaux leaders de l’opposition (Xavier Bertrand, Christian Estrosi, François Fillon, Alain Juppé, Bruno Le Maire et Nicolas Sarkozy) sur Twitter, Facebook, Instagram et YouTube, le Baromètre du Congrès du PS détaillera au fil du printemps celle des premiers signataires des sept principales contributions soumises aux militants : Martine Aubry, Karine Berger, Jean-Christophe Cambadelis, Gérard Collomb, Benoit Hamon, Emmanuel Maurel et Christian Paul.

L'Obs - PS: Cambadélis en équilibriste entre les "frondeurs" et le gouvernement

Une sorte de jugement de Salomon: c'est ce qu'il ressort des décisions prises par la direction du PS mardi, qui a rappelé à l'ordre les députés "frondeurs" pour avoir voulu voter "contre" la loi Macron, tout en réclamant, sur ce texte, d'être davantage écouté par le gouvernement.

L'Obs - Loi Macron : le Parti socialiste ne punit pas les "frondeurs"

Le PS a quand même rappelé à l'ordre les députés "frondeurs" pour avoir voulu voter "contre" la loi Macron. Mais il a aussi réclamé d'être davantage écouté par le gouvernement.

Le Point - Municipales : à Vénissieux, une élection peut en cacher une autre

Des élections municipales sont organisées en même temps que les départementales. Un enjeu pour le maire PS de Lyon qui entend conserver sa majorité à la métropole.

25 février

TF1 - Loi Macron : Cambadélis joue l'équilibriste au PS pour éviter les déchirures

Le PS a rappelé mardi à ses parlementaires l'obligation "en toutes circonstances" de "respecter la régle de l'unité de vote de leur groupe", dans une "résolution" présentée lors d'un bureau national du parti.

L'Express - Bureau national du PS: pas de sanction, et une résolution "mi-chèvre, mi-chou"

Adoptée, la résolution présentée ce mardi par le parti ne satisfait pour autant pas tout le monde. Elle rappelle à l'ordre les frondeurs sans exonérer pour autant le gouvernement de ses responsabilités.  

Les Echos - Le PS appelle à « l’unité de vote » mais veut être entendu sur la loi Macron

Après l’utilisation du 49-3 sur le projet de loi Macron, le bureau national du PS a rappelé les frondeurs à l’ordre. Mais il estime aussi que sa recommandation sur le travail du dimanche n’a pas « été étudiée comme elle aurait dû »

Public Sénat - Le PS entre « cour d’école » et « débat politique »

Après la résistance des députés PS « frondeurs », qui ont contraint Manuel Valls à recourir au 49-3 sur la loi Macron, c’est un bureau national en forme de rappel à l’ordre qui s’annonce. Les explications devraient être franches, mais le PS ne devrait pas prononcer d’exclusion.

Libé - PS: «franche explication» en vue au bureau national

Taper du poing sur la table, mais sans forcément pousser à la sanction contrer les frondeurs: le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis a promis de «mettre les points sur les i» mardi lors d’un bureau national, après la semaine houleuse vécue par la majorité.

BFMTV - Le Bureau national du PS se penche en douceur sur le cas des "frondeurs"

Le bureau national du PS mardi doit mettre un terme aux scènes de désaccord public au sein de la majorité. Entre des frondeurs, peu présents au sein de l'instance, qui veulent du débat et des pro-gouvernement qui appellent à la solidarité, les échanges devraient être fermes, mais calmes à un mois des élections départementales.

Le Monde - Bruno Le Roux : « Le comportement des frondeurs est individualiste »

Quelques heures avant le bureau national du PS, le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Bruno Le Roux, a de nouveau appelé les « frondeurs » à la « responsabilité », mardi 24 février, sur BFM-TV,et exclu d’éventuelles sanctions à leur encontre. « La liberté est totale au PS, a-t-il rappelé. Mais quand une décision est prise, elle s’impose à tous. Je dis simplement qu’il y a des règles. Il y a des statuts et un règlement qui nous engagent. »

Paris Match - Montebourg, Hamon, Filippetti, Dans les coulisses d’un crash politique

Dans « Les grands garçons » (Editions Plon), le journaliste Claude Askolovitch décrypte les ressorts qui ont conduit au sacrifice d’une grande partie de la génération des quadras-quinquas du PS: Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti. Manuel Valls fait figure de rescapé. Derrière les trentenaires poussent. Emmanuel Macron en tête.

20 minutes - VIDEO. «Français de souche»: D'Aurélie Filippetti à Valérie Trierweiler en passant par Thierry Mariani, l’expression utilisée par François Hollande ne passe pas

POLEMIQUE Au dîner annuel du Crif, le président a employé ce concept jusque-là utilisé pour qualifier les auteurs de la profanation du cimetière juif de Sarre-Union...

Le Lab - Les frondeurs sanctionnés ? Ce serait une première depuis ...1998

ÇA VA BARDER ... OU PAS -   Promis, ça va être sportif ! Une grosse explication entre les patrons de Solférino et les "frondeurs" et autres opposants à la loi Macron. Suite à l'utilisation du 49-3 pour faire passer le texte face à l'hostilité d'une partie du groupe socialiste qui menaçait de s'abstenir ou de voter contre, l'exécutif et les patrons du parti et du groupe socialiste à l'Assemblée ne décolèrent pas. Est annoncée pour mardi 24, une réunion tonique du Bureau national du PS (l'instance dirigeante du parti où sont représentées toutes les tendances du parti). Une explication de texte qui ne devrait pas entraîner pour autant de sanction.    

24 février

Le Monde - Pour les élections départementales, la gauche en ordre dispersé

Si les socialistes ont fort à faire pour garder leur cohésion en interne, ils doivent aussi éviter de perdre totalement le contact avec leurs partenaires de gauche. La finalisation des listes de candidature pour les départementales avait donné le ton dès lundi 16 février d’une semaine marquée du sceau de la division. La carte des alliances dessine le portrait d’une gauche atomisée.
 
 
JUSTE UNE MISE AU POINT - Après le douloureux épisode du 49-3, le bureau national du Parti socialiste, qui se tient mardi, s'annonce animé.

Une semaine après le psychodrame, l'heure est aux explications. Le recours contraint à l'article 49-3 pour faire passer la loi Macron à l'Assemblée nationale sera le principal sujet du bureau national du Parti socialiste, qui se réunit mardi en fin d'après-midi. Avec cette question : quel sort réserver aux "frondeurs", tenus pour responsables de ce couac ?

 
Le bureau national du Parti socialiste de ce mardi 24 s'annonce tendu. Dans le viseur du patron de Solférino et du gouvernement: les frondeurs qui étaient prêts à voter contre la loi Macron et ont forcé Manuel Valls au passage en force. "Pas acceptable", pour une majorité du parti.

Francetvinfo - Le PS va-t-il survivre au quinquennat de François Hollande ?

Pour comprendre la crise que traverse la majorité, francetv info a interrogé Denis Lefebvre, spécialiste de l'histoire du Parti socialiste.

A moins de quatre mois du congrès de Poitiers, le Parti socialiste est-il menacé d'une scission ? A-t-il déjà connu des crises aussi fortes par le passé ? Alors que la majorité a connu de nouvelles turbulences durant la semaine, avec l'emploi de 49.3 pour faire passer la loi Macron, mardi 17 février, francetv info a interrogé l'historien Denis Lefebvre. Auteur de nombreux ouvrages sur l'histoire du PS (Le Socialisme pour les nuls, 2008), il est secrétaire général de l'Office universitaire de recherche socialiste (OURS).

23 février

BFMTV - Le Foll aux frondeurs: "Il y a une solidarité à avoir"

"Quand on est élu et qu'on souhaite une étiquette, qui est liée je le rappelle à une élection présidentielle, il y a une solidarité à avoir", a indiqué Stéphane Le Foll à l'adresse des frondeurs dimanche.

France Inter - Bruno Le Roux : " Si les députés ne veulent plus soutenir le gouvernement, c'est à eux d'en tirer les conséquences"

Bilan de santé de la majorité au terme d'une semaine mouvementée marquée par le recours au 49-3 et le rejet d'une motion de censure contre le gouvernement : le chef de file des députés PS est l'invité de Marc Fauvelle.

RFI - Après la loi Macron, le PS au bord de la rupture

Le Parti socialiste sort plus divisé que jamais de la crise politique liée à la loi Macron, passée en force grâce à l'article 49-3. Une situation délicate à quatre mois d'un congrès interne qui s'annonce houleux. Mardi, le PS tiendra un bureau national pour en tirer les enseignements, peut-être pour prononcer des sanctions qu’une partie des socialistes réclament. En tout cas, l’ambiance entre socialistes reste tendue.

itélé - Jean-Marie Le Guen : "Les frondeurs ne sont pas rentrés dans le jeu parlementaire"

Slate - Samia Ghali: «Dans les quartiers, le bonheur n'existe plus»

Pour la sénatrice et maire de secteur de Marseille, l'espoir des premières années de mandat a laissé place à une forme d'impuissance, avec les dommages collatéraux que sa proximité avec les habitants impose.

Le Lab - Pour le congrès du PS, Benoît Hamon n'inquiète pas Jean-Christophe Cambadélis : "Benoît Hamon, c'est Guy Mollet "

L'ambiance entre Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, et Benoît Hamon, ancien ministre de l'Éducation, est *un peu* tendue. Déjà fin 2014, le Lab révélait la plainte du camp Hamon suite à une lettre de Cambadélis adressée au CSA dans laquelle il considérait le député des Yvelines comme un "personnage hostile au président de la République". Alors que le congrès du parti se tiendra en juin à Poitiers, les petites gentillesses entre les deux reprennent.

Le JDD - Emmanuel Macron : "Nous n'allons pas décevoir…"

INTERVIEW - Emmanuel Macron, ministre de l'économie, revient pour le JDD sur l'adoption au forceps de sa loi croissance et activité. Et évoque les réformes à venir.

Direct Matin - ondage : Aucune personnalité à gauche de Valls ne ferait mieux que lui

Pour les Français, aucune des personnalités politiques situées à la gauche de Manuel Valls ne ferait mieux que lui, selon un sondage BVA réalisé pour Orange et iTÉLÉ.

Le JDD - Manuel Valls lance le chantier du code du travail

Le gouvernement est décidé à poursuivre les réformes et à obliger les frondeurs à choisir. Il y va de l’intérêt national, dit-on à Matignon et à Bercy.

Le Parisien - PS : à Lyon, les frondeurs inquiètent les militants

« C’est lamentable, puéril et irresponsable ! » Fabien Gueguen, 23 ans, membre du PS depuis 2011, n’a pas de mots assez durs pour qualifier le spectacle qu’offrent actuellement les députés de la majorité. « On a l’impression qu’ils défendent leur propre intérêt plutôt que l’intérêt général », juge cet étudiant en droit lyonnais.

Le JDD - Pour Cambadélis, c'est le vote FN qui a amené à la profanation d'un cimetière juif

Invité dimanche de l'émission Le Supplément sur Canal +, le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a expliqué que le score du FN à Sarre-Union, dans le Bas-Rhin, n'est pas étranger à la profanation du cimetière juif la semaine dernière. Le parti de Marine Le Pen a réagi.

22/02/2015

L'actualité des socialistes du 9 au 22 février (mise à jour)

A la une

Francetvinfo - Rechute de popularité pour Hollande et Valls

Après le bond spectaculaire du mois de janvier, le chef de l'Etat et son Premier ministre voient leur cote de popularité reculer en février, selon un sondage publié dans "Le journal du dimanche".

22 février

Slate - Le choc brutal des légitimités économique et démocratique

Sur la loi Macron comme en Grèce se joue un affrontement entre les engagements pris devant les électeurs et les contraintes extra-politiques, entre les promesses et le savoir économique.

Le Lab - Comment Razzy Hammadi tente d'expliquer sa proposition d'interdire aux députés socialistes de voter contre un texte du gouvernement

Razzy Hammadi ne veut pas revivre le psychodrame de la loi Macron. Et pour cela, le député de Seine-Saint-Denis a une proposition simple: interdire aux députés PS de voter contre les textes du gouvernement. Une mesure que l'élu verrait bien être intégrée au "règlement du parti" lors du congrès de Poitiers, comme il le confiait au Figaro jeudi . Problème ? Cela n'est pas vraiment compatible avec la Constitution qui stipule dans son article 27 que "tout mandat impératif est nul" et que le "droit de vote des membres du Parlement est personnel." Vendredi 20 février, l'ancien président du MJS a donc été obligé de mettre un peu d'eau dans son vin.

Le Lab - Hospitalisé à New York, Arnaud Montebourg donnera bien sa conférence à Princeton lundi 23 février

Is it a plane ? Is it a bird ? No, it's Arnaud Montebourg. Qu'on se le dise : ce n'est pas un miroir, fut-il gigantesque, qui va empêcher l'ancien ministre de l'Économie de faire ce qu'il lui plait. Arnaud Montebourg sera donc bien à Princeton lundi 23 février pour donner une conférence. Ce qui n'était pas garanti.

Le Lab - Comment les socialistes ont essayé de gagner la voix de Thomas Thévenoud sur la loi Macron

Le gouvernement de Manuel Valls n'était pas prêt à tout pour faire voter la fameuse loi Macron. Pas question, par exemple de devoir l'adoption à un député centriste ou UMP. Mais l'exécutif se serait quand même bien accommodé de la voix de Thomas Thévenoud.

L'Obs - Six Français sur dix pensent que le PS va imploser après la loi Macron

Six Français sur dix pensent que le Parti socialiste va imploser, à la suite des divisions nées du débat sur la loi Macron, selon un sondage Odoxa pour CQFD et iTELE publié vendredi.

DNA - Élections départementales : de 30 à 40 départements pourraient basculer

Entre trente et quarante départements, sur 101, semblent susceptibles de basculer à droite lors des élections départementales des 22 et 29 mars.

21 février

Libé - Frondeurs: ressentiment et interrogations chez les socialistes

Le coup d’éclat des «frondeurs» sur la loi Macron a laissé des traces profondes de ressentiment chez plusieurs socialistes qui, pour certains, vont jusqu’à prôner l’exclusion pure et simple de ces députés rebelles.

Cette solution radicale de l’exclusion n’a toutefois pas les faveurs d’importantes personnalités socialistes, qui reconnaissent cependant que le PS doit observer une plus stricte discipline majoritaire.

Europe 1 - Pour Valls, le 49-3 est la faute de… Cambadélis

L’exécutif veut tirer les leçons de "l'épisode 49.3". Et surtout comprendre comment il en est arrivé à être contraint d'utiliser cette arme constitutionnelle pour faire passer la loi Macron. Selon les informations d'Europe 1, un homme est particulièrement dans le viseur de Manuel Valls : Jean-Christophe Cambadélis. Le premier secrétaire du parti socialiste est clairement accusé de ne pas avoir fait son job.

Politique.net - Le cadeau caché de la loi Macron : une réduction d'impôts de 900 millions d'euros pour les plus riches

Difficile de s'y retrouver dans la loi Macron, car il y a tout et n'importe quoi : libéralisation du transport de car, travail le dimanche, révision des modalités de licenciement, financement des entreprises, etc. Mais il y a un article de loi injustement méconnu : il s'agit de l'article 34 sur l'allègement de la fiscalité des actions gratuites.

LCP - Thierry Mandon : les frondeurs « ne peuvent pas avoir des responsabilités » au PS

Le secrétaire d’Etat à la Réforme de l’Etat et à la Simplification était l’invité de Parlement hebdo sur Public Sénat et LCP-AN ce vendredi. Interrogé sur les « frondeurs » du PS qui ont contraint Manuel Valls à avoir recours à l’article 49 alinéa 3 de la Constitution pour passer en force sur la loi Macron, il a appelé à une forme de sanction

Les Echos - "Loi Macron" : et maintenant ?

Le texte a été adopté en première lecture à l'Assemblée au prix d'un recours douloureux à l'article 49-3. Il doit maintenant être examiné par le Sénat avant de subir l'épreuve de la seconde lecture au Palais-Bourbon. Dans quelles conditions ?

20 minutes - Motion de censure: «L’UMP est dans une obsession de revanche»

INTERVIEW C'est ce qu'estime Pouria Amirshahi, député PS des Français établis à l'étranger, et frondeur qui ne votera pas la motion de censure ce jeudi...

20 février

LCP - Hamon (PS) ne votera "évidemment" pas la motion de censure

Un des porte-voix de l'aile gauche du PS, Benoît Hamon, a dit jeudi qu'il ne voterait "évidemment" pas la motion de censure dans l'après-midi, estimant toutefois que la politique économique et budgétaire du gouvernement "échoue".

Le Point - 49.3 : le fossé se creuse entre PS et frondeurs

Les députés frondeurs n'excluent plus un changement de Premier ministre, tandis que le président du groupe Bruno Le Roux les appelle à "se ressaisir".

Le président de l'Assemblée appelle au rassemblement des socialistes après le traumatisme causé par le recours à l'article 49-3.

Slate - Derrière le 49-3 se cache le congrès du PS

Les grandes déclarations des uns et des autres sur la question du travail le dimanche ne servent que d’éblouissement idéologique alors que les choses importantes se passent dans les sombres coulisses: combien de voix chaque «motion» récoltera en juin? Qui mettra la main sur Solferino?

Le Figaro - Michèle Delaunay : « Le gouvernement a cédé au lobby du tabac »

INTERVIEW - Pour la députée PS de la Gironde et cancérologue, l'adoption d'un nouveau mode de calcul de la taxe du tabac résulte de la pression des cigarettiers et des buralistes.
 
 
DÉCRYPTAGE Anticipant une nouvelle vague UMP et la montée du FN, le PS craint également des alliances naissantes à sa gauche.

L'Obs - "Tout cela va se payer" : les députés dans la zone de turbulences

Au PS, frondeurs et partisans du texte d'Emmanuel Macron ont, sans surprise, campé sur leur position ce mercredi. Du pain béni pour l'opposition.

Boursorama - La loi Macron creuse les divisions du PS avant son congrès par Elizabeth Pineau

PARIS, 18 février (Reuters) - Le Parti socialiste sort plus divisé que jamais de la crise politique liée à la loi Macron, à quatre mois d'un congrès interne qui s'annonce aussi orageux que les récents débats entre le gouvernement et une partie de sa majorité.

19 février

Le Lab - Après le 49.3, les députés frondeurs appellent du pied François Hollande à changer de Premier ministre

Malgré l'annonce du gouvernement de recourir à l'article 49.3 et le fait que la loi Macron sera donc -vraisemblablement- adoptée, tout ne semble pas perdu pour les députés PS frondeurs qui espèrent encore faire plier l'exécutif sur sa ligne économique. Quitte à ce que cela entraîne le départ de Manuel Valls. Le changement de Premier ministre? "C'est une option" confirme Christian Paul, invité sur LCI, mercredi 18 février.

Libé - Loi Macron, Aubry «regrette qu'on n'ait pas continué à discuter»

Les réactions politiques sont nombreuses au lendemain de la décision du Premier ministre d'avoir recours à l'article 49.3 de la Constitution pour faire passer la loi Macron.

Huffington Post - Emmanuel Macron et le 49.3: la méthode du novice mise en échec par "le mur de la vieille politique"

"Ce n'est pas un politique." "Il n'a pas encore tous les codes du milieu." Ces déclarations de ténors socialistes pour parler d'Emmanuel Macron avant le début de l'examen de sa loi prennent désormais un sens nouveau. Au lendemain de la décision de Manuel Valls de passer en force, via le 49.3, c'est bien de l'échec du jeune ministre de l'Economie dont il est question.

Le Monde - Après Macron et Valls, François Hollande justifie le recours au 49-3

Après Emmanuel Macron et Manuel Valls, c'est au tour de François Hollande de justifier le recours à l'article 49-3 pour le projet de loi Macron.

Marianne - Loi Macron : mais pourquoi Valls a-t-il choisi le passage en force ?

Manuel Valls vient donc d'annoncer qu'il utilise le mécanisme du 49-3 pour faire passer la loi Macron. Une surprise puisque les pronostics sur les votes étaient plutôt positifs. Une mauvaise nouvelle pour l'exécutif s'il envisageait de jouer la carte du rassemblement...

Hufington Post - Emmanuel Macron n'a pas sa carte de membre du Parti socialiste

Il a poursuivi ce qui devait être le service après-vente de sa loi. Après le 20 heures de France 2 mardi soir, Emmanuel Macron était sur RMC et BFMV ce jeudi matin. Mais le ministre de l'Economie en est réduit dans les deux cas à justifier le passage en force du gouvernement pour faire adopter son texte. "C'est un acte de responsabilité, pas d'autorité", a-t-il tenté de faire croire.

FranceTVinfo - La fracture profonde de la majorité

Au lendemain du passage sans vote de la loi Macron à l'Assemblée, la division est bien marquée entre le gouvernement de Manuel Valls et les dissidents de gauche, notamment socialistes.

Huffington Post - Loi Macron : les députés frondeurs menacés d'exclusion du PS

Au lendemain du recours à l'article 49-3 de la Constitution, certains défenseurs de la loi Macron l'ont mauvaise. En témoignent les menaces formulées par Stéphane Le Foll ou encore Bruno Le Roux à l'encontre des frondeurs qui ont poussé l'exécutif à faire passer en force le texte d'Emmanuel Macron.

Huffington Post - Motion de censure: les frondeurs ont-ils réfléchi au coup d'après?

.... Pas question en effet pour un seul frondeur de joindre sa voix à celle de l'opposition, pas plus que pour les élus écologistes. "Ne perdez pas votre temps avec ça, il n'y aura aucun frondeur qui la votera, la motion de censure", éludait dès mercredi Laurent Baumel qui ne préfère pas réagir aux menaces d'exclusion de la part du gouvernement.

L'Humanité - Les députés de gauche cherchent une parade au 49-3

Après le coup de force de mardi, la tension n’est pas retombée et le fossé ouvert à gauche est loin d’être comblé entre les deux lignes qui mettent aux prises un gouvernement minoritaire et des députés cherchant à faire respecter le Parlement. Au cœur des débats, le vote sur la motion de censure, prévu cet après-midi.

Les Echos - Pascal Perrineau : « On s’éloigne de plus en plus de ce qu’a été le hollandisme de 2012 »

Professeur à Sciences-Po, le politologue Pascal Perrineau tire les enseignements du recours au 49-3 sur la loi Macron, et met en garde la classe politique : « L’opinion est inquiète et même en colère ».

Le Monde, Les décodeurs - Pourquoi la motion de censure a très peu de chances de passer

Découlant logiquement de l'utilisation de l'alinéa 3 de l'article 49 de la Constitution, l'Assemblée votera, jeudi 19 février, une motion de censure contre le gouvernement. Déposée par l'Union pour un mouvement populaire (UMP) et l'Union des démocrates et indépendants (UDI), celle-ci a très peu de chances de passer. La motion de censure, si elle est approuvée, entraîne la démission du gouvernement. Jamais cependant une motion de censure n'a été adoptée après l'utilisation du 49-3.

Slate - Loi Macron: lors de la dernière utilisation du 49-3, François Hollande avait condamné un «coup de force»

Pour la première fois sous le quinquennat de François Hollande, le gouvernement a décidé, ce mardi 17 février, d'avoir recours à l’article 49 alinéa 3 de la Constitution sur la loi Macron. Cet article autorise le gouvernement à faire adopter un texte sans vote, le seul moyen de l’empêcher étant le vote d’une motion de censure par la majorité absolue des députés dans les 24 heures.

La Tribune - Loi Macron : Valls dégaine le "49-3" pour faire passer le texte en force

Inquiet de ne pas avoir de majorité, Manuel Valls a décidé d'utiliser l'article 49-3 pour faire passer la loi Macron

18 fevrier

INFO LCI. La loi Macron sera-t-elle votée ? Conseil des ministres exceptionnel à l'Elysée

Le Premier ministre a déclaré mardi matin devant les députés socialistes qu'à ce stade, le projet de loi Macron "ne passe pas" le cap du vote de l'Assemblée, ont rapporté plusieurs parlementaires à l'AFP. Selon nos informations, un conseil des ministres exceptionnel doit avoir lieu à 14h30 à l'Elysée.

Le JDD - Manuel Valls craint un rejet de la loi Macron

A quelques heures du vote prévu à l'Assemblée nationale, le Premier ministre Manuel Valls a affirmé mardi matin devant les députés PS qu'à ce stade, "la loi Macron ne (passait) pas". Une partie des frondeurs socialistes envisage en effet de voter contre le texte du ministre de l'Economie, de même qu'une grande majorité des députés écologistes et des élus Front de gauche.

15, 16 et 17 février

Libé - Benoît Hamon (PS) votera contre la loi Macron

L’ancien ministre et député socialiste Benoît Hamon a annoncé dimanche qu’il voterait «contre» la loi Macron, regrettant que le gouvernement n’ait pas introduit dans le texte un plancher minimum de compensations pour les travailleurs du dimanche.

Le lab - Soutien à la loi Macron ? Arnaud Montebourg dément appeler à vote pour, ses proches s'abstiendront

Non, Arnaud Montebourg ne s'est pas rangé parmi les soutiens de la loi Macron, qui doit être votée ce mardi 17 février à l'Assemblée. Un écho du Parisien relayait des propos de l'ancien ministre appelant les députés socialistes à voter le texte. Auprès du Lab, l'ancien ministre dément cette déclaration. Ce qu'avait souligné ce matin Benoît Hamon sur France Inter.

RTL - Hamon tacle Cambadélis, Valls le recadre : un mini congrès PS avant l'heure

LE DÉCODEUR POLITIQUE - En 24 heures, les piques lancées entre Benoît Hamon et Manuel Valls ont donné un avant-goût du congrès socialiste qui se tiendra en juin

Le JDD - Loi Macron : Hamon et les frondeurs font de la résistance

L'ancien ministre Benoît Hamon comme plusieurs députés frondeurs devraient voter mardi contre la loi Macron. Une position qui agace au plus haut point l'exécutif.

Libé - Loi Macron : la pêche aux voix in extremis

Après des semaines de débat, l’adoption définitive du texte a lieu ce mardi. Le nombre de votes contre côté PS s’annonce inédit.

L'Obs - Valls "sous influence juive" : BHL dénonce une "phrase immonde"

Répondant à une question de Jean-Jacques Bourdin, l'ancien ministre PS Roland Dumas a provoqué un tollé en affirmant que Manuel Valls était "probablement" sous "influence juive".

Le Monde - Départementales : les écologistes préfèrent s’allier au Front de gauche

Chez les écologistes, la constitution des listes pour les élections départementales a relevé du travail de dentelle. Dans ce parti décentralisé, chaque région, voire chaque département, a eu toute latitude pour décider de sa stratégie d’alliance et du nom de ses candidats. Dans de nombreux départements, les choix se sont même faits canton par canton, ce qui peut donner un résultat en apparence confus.
 

Le député PS "frondeur" Laurent Baumel souhaite que le système politique français se rééquilibre au profit du parlement, ce qui permettrait, à ses yeux, la suppression du droit de dissolution et de l'article 49/3. Dans une interview à L'Obs publiée aujourd'hui, l'élu d'Indre-et-Loire parle de "monarchie républicaine sans contre-pouvoirs parlementaires". Il déplore une "relégation des parlementaires au profit des cabinets ministériels", ce qui "coupe le pouvoir des réalités sociales".

Challenges - Travail dominical: "un recul démocratique" selon Hidalgo

C'est la dernière ligne droite pour le projet de loi Macron à l'Assemblée Nationale. Le débat se focalise sur la réforme du travail dominical, contre laquelle la maire de Paris s'insurge

RTL -Travail le dimanche : Macron dit non aux frondeurs

Agitant la menace de ne pas voter la loi, les députés PS "frondeurs" ont appelé Emmanuel Macron au "compromis politique" ce samedi.

Libé - Travail dominical: les frondeurs appellent Macron au «compromis», celui-ci dit non

Les députés PS «frondeurs» ont appelé samedi Emmanuel Macron au «compromis politique» sur le travail le dimanche, menaçant de ne pas voter son projet de loi mardi, mais le ministre a rejeté tout «compromis de façade» pour «rallier des voix».

Libé - Loi Macron: match en vue sur le volet social

Tout le monde attend le match gouvernement-frondeurs qui devrait se jouer ce week-end sur les bancs de l’Assemblée nationale. En jeu, les discussions sur le volet social du projet de loi pour l’activité, la croissance et l’égalité des chances économiques du ministre de l’Économie, Emmanuel Macron. Réforme des licenciements collectifs, allégement des sanctions applicables en cas d’entrave au fonctionnement des institutions représentatives du personnel, réforme prud’homale et mise en place d’un barème des indemnités de licenciement: les sujets de désaccord s’annoncent nombreux avant le vote global, mardi après-midi. Sans oublier l’enjeu du travail dominical qui divise la majorité.

Libé - Loi Macron : les frondeurs réduits à suivre le mouvement

Malgré des interventions visant à attaquer le projet de loi, les députés PS contestataires pèseront peu dans la balance lors du vote.

Libé - La caution de deux «frondeurs» sur le travail dominical

Le chef de file des députés PS, Bruno Le Roux, les appelle ses «super-héros». Sa «carte maîtresse» pour emporter la pleine adhésion des socialistes lors du vote du projet de loi Macron le 17 février. C’est que Stéphane Travert et Denys Robiliard, rapporteurs thématiques des deux chapitres du texte les plus polémiques à gauche - l’ouverture des commerces le dimanche et la réforme du droit de licenciement économique -, sont étiquetés «frondeurs».

FranceTVinfo - Loi Macron : feu vert au travail du dimanche

En France, le texte sur le travail du dimanche va être assoupli et étendu. L'article du projet de loi Macron a été voté par les députés ce samedi 14 février.

Le Parisien - Les ministres bâillonnés pour le congrès du PS

Pour éviter les couacs, Matignon a donné l'ordre aux ministres de ne pas signer de contribution en vue du congrès du PS, en juin. Des consignes qui agacent.

Le Parisien - PS : le coup de force de Cambadélis

Jean-Christophe Cambadélis fait plus que jamais figure de favori pour garder la tête du PS. L'actuel patron des socialistes dévoile ce matin la liste de ses soutiens en vue du congrès prévu en juin à Poitiers (Vienne). Selon nos informations, pas moins de 270 parlementaires le rejoignent.

12, 13 et 14 février

Boursier.com - Les cotes de François Hollande et Manuel Valls retombent

Un mois après les attentats de Paris, François Hollande et Manuel Valls perdent respectivement 5 et 6 points dans le baromètre Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio.

L'Express - Le régime des intermittents introduit dans la loi au printemps

Paris, 11 fév 2015 - Le Premier ministre Manuel Valls a précisé mercredi que le régime spécifique des intermittents du spectacle serait inscrit dans la loi "rapidement, dès la mi-2015", probablement dans le projet de loi de modernisation du dialogue social présenté au printemps.

Le Lab - Quand Hollande, Moscovici et Pellerin faisaient l’école buissonnière à la Cour des comptes

La Cour des comptes dévoile ce mercredi 11 février son traditionnel rapport public annuel, diagnostic redouté de la gestion de la dépense publique en France. L’occasion de se pencher sur les jeunes années passées à la Cour des comptes par François Hollande et d’autres figures de la majorité issues de l’institution fondée par Napoléon Ier.

Les Echos - Départementales : dans les Bouches-du-Rhône, Guérini mène toujours le bal à gauche

L’ex-homme fort du Parti socialiste, qui n’a pas perdu son influence sur la gauche départementale, se présente à Marseille.
 
 
RECONVERSION BIS - Selon l’AFP, l’ancien ministre de l’Economie et du Redressement productif va donner des cours de macroéconomie à Princeton, une prestigieuse université américaine du New Jersey du 16 au 26 février.

Le Monde - Les députés ne pourront plus acheter leur permanence avec leur indemnité

Un pas de plus vers le contrôle. Mercredi 18 février, en recevant le rapport des députés-questeurs en charge des finances du Palais-Bourbon, le bureau de l’Assemblée nationale devrait prendre une décision radicale concernant l’IRFM, cette « indemnité représentative de frais de mandat » dont dispose chaque député. D’un montant de 5 770 euros bruts mensuels, elle s’ajoute à la rémunération nette des élus et est régulièrement l’objet de critiques et de polémiques car elle n’est soumise à aucun contrôle et non imposable. Plusieurs députés se sont déjà fait attraper la main dans le sac, utilisant cette somme normalement réservée à leurs frais professionnels pour des cadeaux ou des voyages personnels. Si le président (PS) de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, a déjà fait baisser de 10 % cette indemnité dès le mois de juin 2012, des anomalies persistent dans son utilisation.

L'Express - Congrès du PS: qui défiera vraiment Jean-Christophe Cambadélis?

Par la pluie de textes déposés en amont du Congrès du PS, les socialistes manifestent plus leur envie de débat que de changement de tête. Mais si les départementales se passaient mal, qui pourrait monter au créneau pour briguer le poste de premier secrétaire du parti?

11 février

Le Dauphiné Libéré - Jean-Christophe Cambadélis : « Il y a un risque d’éclatement du PS»

Dans une interview à paraître demain dans notre journal, Jean-Christophe Cambadélis n’exclut pas le risque d’éclatement du parti socialiste, dont il est le Premier secrétaire

Le JDD - Trois ministres se risquent aux départementales

Peu de membres du gouvernement mèneront campagne. Cinq d’entre eux ont un mandat départemental, mais seuls Patrick Kanner, André Vallini et Ségolène Neuville se représentent.

Le Figaro - À Marseille, Manuel Valls tourne la page des attentats

Le déplacement de deux jours du premier ministre dans la Cité phocéenne s'est déroulé dans une ambiance tendue, bien loin de l'état d'esprit des manifestations du 11 janvier.

L'Obs - Barbier devant les députés PS: "cette victoire est collective"

Le socialiste Frédéric Barbier, qui a remporté dimanche face au FN la législative partielle dans le Doubs, a salué mardi devant les députés de son groupe une "victoire collective", a constaté une journaliste de l'AFP.

L'Express - Congrès du PS: à quoi joue Martine Aubry avec sa contribution?

Martine Aubry n'a pas signé la contribution de Jean-Christophe Cambadélis, en amont du Congrès de Poitiers. Pire: la maire de Lille a déposé sa propre contribution. Mais elle n'en est pas encore à vouloir reprendre la tête du PS.
 
Le JDD - Karine Berger : "La gauche a le devoir absolu de réhabiliter l'impôt citoyen"

INTERVIEW – La députée socialiste, Karine Berger, se dit "choquée" par l'affaire des Swissleaks, qui met en lumière un vaste système de fraude fiscale via la banque HSBC. Membre de la commission des finances de l'Assemblée nationale et secrétaire national du PS à l'Economie, elle redoute les conséquences de ce nouveau scandale.

10 février

Le Figaro - Sondage : après l'embellie post-Charlie Hebdo, François Hollande replonge

La hausse spectaculaire du président de la République dans les sondages aura été de courte durée selon le baromètre Ipsos-Le Point.

Le Monde - Quand Jean-Christophe Cambadélis cible Bruno Le Maire

Bruno le Maire, l’homme le « plus dangereux » à l’UMP ? C’est en tout cas l’avis de Jean-Christophe Cambadélis, numéro un du PS. Dimanche, sur Radio J, le premier secrétaire, au lendemain du conseil national de l’UMP, a également estimé que Nicolas Sarkozy « fait flop », Alain Juppé « fait toc ».

Le Monde, Les décodeurs - Le PS ne fait pas plus « monter le FN » que ce dernier fait « gagner le PS »

C'est devenu un classique, à droite, pour justifier une défaite ou évoquer une bataille électorale impliquant le FN et le PS : les renvoyer dos à dos. C'est ce qu'a fait Brice Hortefeux, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, à propos de l'élection partielle du Doubs, remportée sur le fil par le PS. 

Le Monde - Travail le dimanche : Hidalgo conditionne son soutien aux nouvelles zones

La maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), s'est dite ouverte, lundi 9 février, à la création de zones touristiques internationales à Paris, prévues par le volet sur le travail du dimanche de la loi Macron. L'édile a cependant conditionné ce soutien à la condition que le dernier mot revienne aux élus locaux plutôt qu'à l'Etat.

Le Point - Législative dans le Doubs : le PS l'emporte d'une courte tête

Le socialiste Frédéric Barbier est élu : il obtient 51,43 % des voix contre 48,57 % à la candidate du Front national Sophie Montel.

Le Parisien - Législative dans le Doubs : Frédéric Barbier (PS), le discret laboureur

... Frédéric Barbier, 54 ans, cadre d'Electricité réseau distribution France (ERDF), est un homme de terroir d'un naturel prudent. Vice-président du conseil général du Doubs depuis 2011, cet enfant du pays (il est né à Audincourt et a grandi à Pont-de-Roide, dont il a été premier adjoint au maire) est propulsé au Palais-Bourbon en 2012 en tant que suppléant de Pierre Moscovici, nommé ministre de l'Economie.

9 février

Marianne - PS : à l'approche du congrès, alerte au tripatouillage !

Le PS réunit son Conseil national ce samedi. A cinq mois du prochain congrès, la tension monte d'un cran entre les différentes sensibilités du parti. En cause, le flou artistique qui règne autour du nombre exact d'adhérents ainsi que des suspicions de "ménages de printemps" qui seraient en cours au sein de certaines fédérations. Entre la direction et l'aile gauche, c'est désormais à couteaux tirés...

L'Obs - Le Foll pointe une "radicalisation de droite" de la nouvelle génération UMP

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, a pointé dimanche "une nouvelle génération" à l'UMP positionnée "sur une radicalisation de droite", citant Laurent Wauquiez et Bruno Le Maire.

Huffington Post - Jean-Christophe Cambadélis déplore que les juifs de France soient assimilés à Israël et les musulmans à Daech

Même s'il ne met pas "sur le même plan" l’État hébreu et Daech, Jean-Christophe Cambadélis, numéro un du PS, a déploré dimanche 08 février que l'on assimile les juifs à Israël et les musulmans à l'organisation État islamique.

 
ÉCLAIRAGE - Le parti se lance dans une longue campagne afin que ses militants désignent leur prochain premier secrétaire.
 
Pour le numéro un du PS, Nicolas Sarkozy "fait flop", Alain Juppé "fait toc", et le "plus dangereux" à l'UMP, c'est Bruno le Maire.

06/02/2015

L'actualité des socialistes du 2 au 8 février (mise à jour)

A la une

Le Monde - Cambadélis se pose en rassembleur pour le congrès du PS

Il faut être socialiste et aimer la littérature de parti pour apprécier dans toutes ses subtilités la phase dite « des contributions ». Le premier round du congrès s’est achevé vendredi 6 février avec le dépôt des textes d’orientation générale de tout ce que Solférino compte de courants. Le dépôt des motions, sur lesquelles les militants sont appelés à voter, et dont doit émerger le nom du futur premier secrétaire du PS, doit s’effectuer avant le 11 avril.

8 février

Le Monde - François Hollande et son rendez-vous avec les banlieues

François Hollande était attendu sur sa politique à l’égard des banlieues. Les attentats de janvier ont braqué de manière spectaculaire les projecteurs sur ces territoires relégués. Les habitants de ces quartiers populaires le vivent mal, redoutant une stigmatisation toujours plus blessante. En abordant plusieurs fois le sujet lors de sa conférence de presse, jeudi 5 février, et en employant des mots forts, le président de la République a donné le sentiment que, cette fois-ci, le rendez-vous ne serait pas manqué.
 
 
Le président de la République s’est trouvé. L’esprit du 11 janvier lui va comme un gant. Jeudi 5 février, lors de sa cinquième conférence de presse, François Hollande a rompu avec la stature défensive. ll surfe sur « cette grande fierté » qui fut aussi « un grand malheur » : la mobilisation du peuple français contre les attentats terroristes.
 
7 février
 
 
La popularité de François Hollande se redresse de six points, à 22%, et celle de Manuel Valls de huit, à 35%, selon le baromètre mensuel YouGov/Huffington Post/iTELE publié jeudi.
 
 
Lors de sa conférence de presse, le président de la République a notamment annoncé un service civique universel de huit mois ouvert à tous les jeunes dès le 1er juin. Sur le front international, il se rendra à Kiev ce jeudi avec Merkel.

Le Monde, les Décodeurs - Service civique, universel, citoyen : pour s'y retrouver dans les annonces de François Hollande

Renforcer les liens de la jeunesse avec la nation pour que jamais les attaques terroristes de janvier ne puissent se reproduire : telle est l'obsession d'une bonne partie de la classe politique depuis plusieurs semaines, qui rivalisent de propositions pour y parvenir.

Public sénat - Conférence de presse : Hollande ajuste son costume de Président

François Hollande a profité de sa conférence de presse pour prolonger « l’esprit du 11 janvier », un mois après les attentats qui lui ont permis de renforcer sa stature présidentielle. « J’ai forcément changé » après les événements, assure le Président qui s’est envolé en Ukraine pour tenter de résoudre « la guerre ».

France Info - Hollande annonce la création d'un "contrat civique" et d'une "réserve citoyenne"

Le chef de l'Etat a annoncé, jeudi lors de sa conférence de presse, un nouveau contrat civique avec la mise en place d’un service universel pour les jeunes et la création d’une réserve citoyenne pour tous les Français. Un mois après les attentats, il a aussi dit son devoir de "prolonger l'esprit" de janvier 2015. Il a annoncé la création d'une agence nationale pour le développement économique.

6 février

Les Echos - Politique de la ville : les associations en difficulté financière

Il faut absolument protéger les associations de taille intermédiaire qui participent à la politique de la ville, le président de la République en est bien conscient », assure Françoise Dumas. La députée (PS) du Gard a publié fin 2014 un rapport sur les difficultés du monde associatif, proposant plusieurs pistes qui pourraient être reprises aujourd’hui par l’Elysée. Les associations des quartiers, comme toutes les autres (1,3 million), pâtissent de la crise des vocations des bénévoles. Elles subissent aussi la baisse des dotations des collectivités, qui pèsent 27 % de leur financement.

Le Monde - Entre Hollande et Tsipras, l’entente cordiale… en apparence

En surface, ils sont d’accord. « La France doit jouer un rôle de protagoniste pour un changement de politique en Europe », a expliqué Alexis Tsipras. « Le dialogue entre la Grèce et ses partenaires européens doit se dérouler en vue de trouver un accord », a répondu François Hollande. La déclaration commune du président français et du premier ministre grec, mercredi 4 février après midi à l’Elysée à l’issue de leur premier entretien, a parfaitement respecté les formes. Mais ce premier contact n’augure en rien de la suite des événements, et du jeu exact que jouera Paris, dans les prochaines semaines, entre Athènes, Berlin et Bruxelles.

Le Parisien - Nouvelle hausse des cotes de confiance de Hollande et Valls (TNS-Sofres)

Les cotes de confiance de François Hollande (23%, +3 points) et de Manuel Valls (48%, +7) connaissent de nouvelles hausses en février, selon le baromètre TNS Sofres pour Le Figaro Magazine publié mercredi. Quelque 23% des sondés font confiance au chef de l'État pour résoudre les "problèmes" de la France.

5 février

Lyon Capitale - Olivier Brachet s'explique sur sa démission

Démissionnaire ce lundi de son mandat de vice-président de la métropole en charge du logement, Olivier Brachet revient sur ses motivations pour Lyon Capitale. Il justifie son choix par une baisse des budgets de sa délégation mais aussi par un problème de gouvernance et d'écoute de Gérard Collomb. Et il ne mâche pas ses mots : "j'ai constaté un raidissement du discours sur la question sociale".

Le Monde - Christophe Borgel : « Un FN fort n'est pas une opportunité pour le PS »

Christophe Borgel, secrétaire national aux élections du Parti socialiste, analyse le résultat du premier tour de l'élection législative partielle dans la 4e circonscription du Doubs qui a vu la candidate FN arriver en tête devant le représentant du PS.
 
4 février
 
 
Les amis de la maire de Lille veulent pousser le premier secrétaire socialiste à inscrire dans une future «motion commune» la réorientation budgétaire qu'ils souhaitent.
 
 
«Maintenant la gauche», l’un des courants de l’aile gauche du Parti socialiste, réclame un «sursaut républicain» passant par une «politique de relance économique» et appelle le PS à ne pas montrer de «solidarité aveugle avec l’exécutif», dans un texte préparatoire au congrès.
 

Le congrès du Parti socialiste se tiendra à Poitiers au mois de juin. Le courant réformiste porté par le sénateur-maire de Lyon a rendu publique sa contribution, dans laquelle on retrouve les grandes options saint-simoniennes de Gérard Collomb en matière économique. Mais les propositions les plus innovantes portent sur l’Europe et la réorganisation du PS.

Cette contribution citoyenne participative respecte notre mode de fonctionnement en cours depuis près de 3 ans. Plusieurs dizaines de textes ont été rédigés par près de 60 militantEs pour alimenter la réflexion collective. Un séminaire nous a réuniEs les 17 et 18 janvier 2015 pour finaliser cette contribution: Oser, la gauche citoyenne (O.L.G.C.).
 
Contribution Inventons Demain «  Inventons Demain : ni Courtisans, ni Frondeurs, mais attachés au débat d’idées » 

 Si ce congrès se résume encore à des postures ou des jeux de courants stériles, alors ce congrès sera raté. Cela ne ferait que prolonger le lent mais douloureux déclin de notre parti. Un déclin que certains ne voient pas venir, enfermés dans des vieilles certitudes inébranlables, dont celle qui consiste à croire qu’il y aura toujours un parti socialiste et des élus, et que dès lors, on peut éviter le débat d’idées aujourd’hui.

Contribution AGIS - Agir pour vivre « libres » ensemble :
 

1 –  Agir pour le bonheur éducatif et pour une laïcité ressourcée
Repenser un système public d’éducation à partir de la petite enfance et tout au long de la vie. Sortir le système éducatif français de la sanction/évaluation/échec. Aller vers le lycée unique. Créer des pôles d’excellence. Donner les outils aux jeunes pour devenir des citoyens bien informés et réactifs par rapport aux enjeux actuels de notre planète. Aborder la question sans fragmenter les domaines (préscolaire, maternelle, élémentaire, collège, lycée, université, parcours de formation continue) et en englobant tous les acteurs du système (élèves, enseignants, parents, autres personnels, etc.). Redéfinir le métier d’enseignant
 
 
Contribution Générale pour le congrès de Poitiers

En 2015, la gauche en action est à la croisée des chemins. Les Socialistes détiennent une majorité parlementaire qui est fragilisée par des résultats économiques trop parcellaires tandis que la débâcle des municipales de 2013 a transformé la plupart de nos bastions en terres de reconquête ! Les partenaires de gauche sont eux aussi fortement affaiblis, tandis que le Centre gauche du Modem s’est rangé sans retour possible à droite, derrière l’UMP.

Génération - mai - Grèce et Espagne : soyons euro-progressistes !

Si la France se réforme, ce n’est pas pour satisfaire telle institution internationale ou telle autre européenne. C’est avant tout pour remettre en ordre de marche son appareil productif, ses compétitivités, et in fine son économie globale. Il ne s’agit nullement de la manifestation d’une quelconque soumission aux injonctions pouvant émaner de Washington ou de Bruxelles. Contrairement à ce que laissent penser les populistes de tout poil, les nations sont souveraines, et leurs gouvernements – démocratiquement élus – libres d’agir comme ils l’entendent.

3 février

L'Obs - Cambadélis à Mélenchon: "Jean-Luc, tu n'es plus au PS, alors, lâche-le"

Jean-Christophe Cambadélis a répliqué dimanche aux critiques de Jean-Luc Mélenchon sur le Parti socialiste, l'apostrophant en ces termes: "Tu n'es plus au PS, lâche-le".

Lyon 1ère - Un proche de Gérard Collomb claque la porte de la métropole

Olivier Brachet, directeur de campagne de Gérard Collomb aux dernières municipales, a annoncé ce lundi qu'il démissionnait de la métropole lyonnaise, où il était vice-président à l'habitat, au logement et à la politique de la ville. Brachet explique sa décision par des "désaccords profonds".

L'Obs - Législative du Doubs: "soulagement" au PS mais prudence pour la suite

Le Parti socialiste exprimait un certain "soulagement", lundi, après sa qualification au second tour de la partielle législative du Doubs, mais rien n'est acquis pour dimanche, ni pour les départementales de mars qui s'annoncent périlleuses pour la gauche.

Le Monde , Les décodeurs - Législative partielle dans le Doubs : les mauvais comptes de NKM

Encore une législative partielle où le Front national arrive au second tour. Mais à la différence des précédentes, ce n'est pas le Parti socialiste qui en a fait les frais dans la 4e circonscription du Doubs, dimanche 1er février, mais l'UMP, dont le candidat, Charles Demouge, a été éliminé au premier tour en arrivant troisième (26,54 %). Le principal parti d'opposition a toutefois aussitôt minimisé l'impact de cette défaite et mis en lumière l'échec du PS, arrivé derrière le Front national. A l'image de Nathalie Kosciusko-Morizet, députée de l'Essonne et vice-présidente déléguée de l'UMP, invitée lundi matin de BFM TV et RMC.

Les Echos - Législative du Doubs : Valls appelle la droite au «rassemblement» autour du candidat PS

Le Premier ministre a de nouveau appelé ce lundi la droite au « rassemblement » autour du candidat socialiste Frédéric Barbier, opposé à une candidat FN au second tour dimanche d’une législative partielle dans le Doubs.

Le Monde - Martine Aubry engage le fer avec Xavier Bertrand

Après l’annonce, dimanche 1er février, de son intention de mener une liste UMP aux élections régionales dans le Nord – Pas-de-CalaisPicardie, Xavier Bertrand n’a pas laissé Martine Aubry de marbre. « Ce qui m’a choquée, c’est que dès qu’il s’exprime, c’est pour nous attaquer, a regretté Martine Aubry. Ce n’est pas comme cela que l’on fait de la politique. C’est projet contre projet. »

Le Figaro - Doubs : le Parti socialiste profite de l'effet postattentats

La qualification inattendue du candidat PS dans la législative partielle du Doubs est une excellente surprise pour le PS.

Il y a quelques jours, un conseiller de François Hollande, qui réfléchissait aux impacts des événements de janvier, prévenait, lucide: «Le président va gagner quelques points dans les sondages mais le vrai test, ce seront les élections. Tous les commentateurs se demanderont alors ce que les événements ont changé dans les urnes.» Voilà François Hollande et les socialistes fixés. Le candidat du PS, Frédéric Barbier, qui remplaçait Pierre Moscovici dans l'hémicycle depuis 2012, s'est qualifié à l'arraché pour le deuxième tour de l'élection partielle de dimanche.

2 février

Rue 89 - La « Pasokisation », le danger qui menace le Parti socialiste ?

Dans Le Journal du dimanche de ce 1er février, Jean-Luc Mélenchon qualifie le Parti socialiste, qu’il a quitté en 2008, d’« astre mort », poursuivant la métaphore du pédalo devenu désormais le « radeau de la méduse ». Depuis la victoire de Syriza aux législatives dimanche dernier, la gauche radicale ne cesse de comparer le PS français à son homologue grec, le Pasok. Ce dernier s’est effondré à moins de 5% des voix tandis que son leader historique, Georges Papandréou, n’a même pas été réélu au Parlement.

L'Obs - Cambadélis ironise sur "la petite obsession socialiste" de Mélenchon

Jean-Christophe Cambadélis a ironisé dimanche sur "la petite obsession socialiste" de Jean-Luc Mélenchon, qui a qualifié le Parti Socialiste d'"astre mort", le premier secrétaire du PS soulignant qu'il ne fallait pas "opposer une gauche à une autre".

Le Figaro - Manuel Valls appelle les socialistes à l'unité

Le premier ministre, Manuel Valls, a lancé dimanche un vibrant appel à l'unité dans la perspective des départementales, en s'exprimant devant les secrétaires de section du Parti Socialiste, réunis à la Mutualité, et a rendu un hommage appuyé au responsable du parti, Jean-Christophe Cambadélis.

Huffington Pst - Le Parti socialiste se réunit pour préparer "l'après-Charlie"... et les élections départementales qui s'annoncent comme une déroute

Jean-Christophe Cambadélis convie dimanche 1er février à Paris un millier de secrétaires de section du PS, reflet de la base du parti, pour une réunion consacrée à l'"après-Charlie", mais les départementales de mars, thème initial du rassemblement, et le congrès de juin devraient faire l'objet de nombreux apartés.

Le Figaro - Cambadélis pour un cessez-le-feu à gauche

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a appelé aujourd'hui les responsables de la "gauche radicale" française à un "cessez-le-feu" le temps de la campagne des élections départementales des 22 et 29 mars.

 

31/01/2015

L.'actualité des socialistes du 26 janvier au 1er février (mise à jour)

A la une

Le Monde - Plaidoyer pour un Service national républicain obligatoire Par Yves Blein, député du Rhône (PS)

Le premier ministre et la ministre de l’éducation nationale ont annoncé une importante série de mesures propres à renforcer l’éducation civique et mieux encadrer les comportements des enfants à l’école. C’est d’évidence une excellente chose. Mais je plaide pour que ces mesures soient complétées par la création d’un Service national républicain, obligatoire, à effectuer entre 16 et 25 ans.

31 janvier et 1er février

Le Monde - A Pékin, Valls jure fidélité à Hollande

Depuis Pékin, Manuel Valls n’a pas seulement adressé un message aux investisseurs chinois. Le premier ministre a également profité de sa visite officielle en République populaire de Chine pour envoyer un message très politique à la France et plus particulièrement à la gauche française. Un message qui peut se résumer ainsi : il ne faudra pas compter sur lui pour engager un bras de fer avec François Hollande en vue de l’élection présidentielle de 2017. M. Valls l’avait déjà laissé entendre depuis de longs mois, mais il a été rarement aussi clair que cette fois-ci.
 
 
A l’Assemblée nationale, l’examen du projet de loi Macron n’en était pas encore arrivé au tour de l’article 28 que celui-ci animait déjà la séance de questions au gouvernement mercredi 28 janvier. En réponse à l’inquiétude exprimée à son sujet par la députée écologiste Michèle Bonneton, Ségolène Royal s’est voulue conciliante : « Le gouvernement est tout à fait ouvert au dépôt et au vote d’un amendemement destiné à garantir la non-régression en matière de droit à l’environnement. »

La Nouvelle République - Laurent Baumel, un frondeur sacré député de l’année 2014

Les députés frondeurs auront incontestablement été les « héros » de l'année politique à lʼAssemblée nationale. Laurent Baumel, l'un des animateurs du mouvement et député de la 4e circonscription d'Indre-et-Loire, devrait être désigné "député de l'année" par la revue du Trombinoscope ce mardi.

Boursier.com - Le gouvernement va renoncer au texte sur le "secret des affaires"

Il n'y aura pas de "secret des affaires" dans le projet de loi Macron... Face à colère des médias, le gouvernement a décidé de renoncer à cette mesure très contestée. L'information, révélée par 'Le Monde', a été confirmée à Reuters par des sources gouvernementale et proches du groupe parlementaire socialiste à l'Assemblée nationale. Selon le journal, la décision de retirer cette disposition du projet de loi sur la croissance et l'activité a été prise à l'issue de discussions entre François Hollande et Emmanuel Macron, et doit être officialisée ce vendredi.

Le Monde - Quand Cambadélis (PS) tance le porte-parole d’EELV

« Irresponsable », « spectacle lamentable », « accroc inadmissible dans l’union de la gauche »… Mais qu’a donc fait Julien Bayou, porte-parole d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), pour énerver le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, au point de lui faire signer un communiqué de presse au ton courroucé ?

Les Echos - Pesticides : le gouvernement veut diviser l’usage par deux d’ici à 2025

Un nouveau plan de réduction des pesticides dans l’agriculture est présenté ce vendredi, basé sur l’extension de fermes pionnières et des incitations aux distributeurs pour optimiser leur utilisation. Les ONG auraient voulu aller plus loin.

Le point - Dans le Doubs, une législative partielle à risque pour le PS

L'esprit du 11 janvier, après les attentats de Paris, permettra-t-il au PS de sauver dimanche son siège de député du Doubs ? Le pari, difficile tant la concurrence à gauche est forte face à l'UMP et au FN, sera un test à quelques semaines des départementales.

30 janvier

Les Echos - Bartolone demande à Larcher de ne "pas perdre son sang-froid"

Le président du Sénat estime qu’il « ne lui est plus possible » de travailler avec le président de l’Assemblée, après que celui-ci s’est prononcé pour la disparition de la Haute Assemblée.

Libé - Secret des affaires : l’alerte est donnée

L’amendement adopté le 20 janvier devrait être modifié. En jeu : la défense des lanceurs d’alerte et de la liberté d’informer.

Le Monde, Les décodeurs - La liberté d'informer serait-elle vraiment menacée par le « secret des affaires » ?

Le tollé ne faiblit pas : les dispositions concernant le « secret des affaires » que pourrait contenir la future loi Macron hérissent journalistes et défenseurs de la liberté d'informer. Une pétition a été lancée et les réseaux sociaux résonnent de ce projet de loi.

29 janvier

Libé - Meeting de Valls perturbé : «La CGT a été irresponsable»

Martial Bourquin, sénateur-maire PS d’Audincourt (Doubs), était au côté de Manuel Valls lors du meeting chahuté − notamment par la CGT Energie − que le Premier ministre a tenu mardi dans le Doubs, où une législative partielle se tient dimanche pour élire le successeur du PS Pierre Moscovici.

Libé - Une primaire de l'«alternative» : chiche ?

Puisque Jean-Luc Mélenchon parle déjà de «candidature commune» de la gauche radicale et des écologistes, il doit accepter de se convertir au principe de la primaire. Sous peine de paralyser le rassemblement rouge et vert qui s'esquisse.

Libé - Le PS envisage un service civique obligatoire pour les jeunes

D'après un document qu'a pu consulter le Lab, le groupe socialiste à l'Assemblée pourrait proposer la création d'un service civique obligatoire, pour tous les jeunes de 16 à 26 ans.

Libé - Hollande : la Shoah «doit pouvoir être enseignée partout, sans aucune restriction»

Le président français a annoncé un renforcement des sanctions contre le racisme et l'antisémitisme avant de se rendre au 70e anniversaire de la libération des camps nazis à Auschwitz.

RFI - Loi Macron: les députés frondeurs dénoncent un texte libéral

L'Assemblée nationale a commencé à examiner lundi 26 janvier le très controversé projet de loi Macron de modernisation de l'économie. Un texte libéral, dénoncé comme tel par la minorité des socialistes frondeurs, au lendemain de la victoire de Syriza en Grèce.

Le Parisien - Grèce : Yanis Varoufakis, le ministre des Finances qui détonne

Cet économiste de 53 ans qui avait prédit la crise des «subprimes» en 2008 est le nouveau ministre des Finances grec. Très critique des plans de sauvetage de 2010 et 2011, il plaide pour une réorientation de la politique économique européenne. Et ne mâche pas ses mots pour critiquer l'Allemagne et la France.

La Provence - Sondages : fin de "l'effet 11 janvier" pour Hollande, ça se resserre pour les départementales

Le nouveau sondage réalisé ce mois-ci par Odoxa pour L'Express, la presse quotidienne régionale et France Inter, revient sur la spectaculaire hausse de popularité de l'exécutif au lendemain des attentats de Paris ainsi que sur les intentions de vote aux élections départementales. Revue de détail.

28 janvier

Presse Océan - Sondage : Manuel Valls (PS) apprécié par la majorité des Français

Odoxa présente aujourd'hui son nouveau baromètre politique. En partenariat avec l’Express, la Presse Quotidienne Régionale et France Inter, cette enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet les 22 et 23 janvier 2015. La popularité de l’exécutif est en nette hausse en janvier. Mais l’effet 11 janvier est désormais terminé. Si Hollande reste très impopulaire, Valls est désormais apprécié par une majorité de Français. Les résultats et l'analyse de son président Gaël Sliman.

L'Express - Loi Macron: lanceurs d'alerte et journalistes condamnent la protection du secret des affaires

Députés de droite et de gauche se sont entendus pour glisser dans la loi Macron un amendement créant le "secret des affaires". Diffuser une information jugée sensible par une entreprise sera ainsi passible d'une peine de prison.

Le Figaro - Partielle dans le Doubs : Valls va tenter de sauver les meubles

Le premier ministre vient soutenir mardi soir le candidat socialiste qui va tenter de succéder à Pierre Moscovici dans une législative partielle qui s'annonce compliquée pour la majorité.

Les Echos - Le PS peaufine le projet d’un «service national républicain»

Les députés PS travaillent, sous la houlette du député du Rhône, Yves Blein, à une proposition de loi pour créer un «service national républicain» d’une durée de six mois qui concernerait tous les jeunes de 16 à 25 ans.

27 janvier

L'Obs - Le Roux (PS): la gauche française au pouvoir, "point d'appui" de Tsipras en Europe

Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l'Assemblée, a promis lundi que la gauche française au pouvoir jouerait un rôle de "point d'appui" pour le parti de gauche radicale Syriza, dont la victoire en Grèce est une "bonne chose pour l'Europe".

Le Monde - Cahuzac soupçonné d'avoir aussi caché au fisc des revenus sur des comptes de sa mère

Déjà poursuivi pour son compte caché en Suisse, puis à Singapour, l'ancien ministre du budget Jérôme Cahuzac est soupçonné d'avoir dissimulé des revenus au fisc en les versant sur des comptes bancaires de sa mère, a appris l'AFP, lundi 26 janvier, de source proche du dossier.

L'Obs - La victoire de Syriza met Hollande face à une responsabilité historique

La gauche grecque ne parviendra pas, seule, à réorienter la zone euro dans un sens plus social. Mais le président français peut l'aider.

Challenges, Nicolas Domenach - Comment les socialistes français pensent digérer le succès de Syriza

Si les dirigeants socialistes affichent une sérénité qu’ils voudraient offensive, il n’en reste pas moins une angoisse qui se renforce avec l'illusion d'un Syriza à la française.

Politis - Elections grecques : le PS résistant de la 25eme heure

Oublié le Pasok qui jusqu’à ces derniers jours était son « parti frère », membre de l’Internationale socialiste que présidait George Papandreou (photo) quand, Premier ministre, il lançait les premiers plans d’austérité et déroulait le tapis rouge à la Troïka. Le PS s’est félicité, dimanche soir, « de la victoire des forces de gauche en Grèce », « une bonne nouvelle pour le peuple grec », selon son secrétaire national à l’Europe, Philip Cordery.

26 janvier

L'Obs - En France, la gauche s'empare de la victoire de Syriza

En France, la gauche de la gauche, des frondeurs socialistes au PCF en passant par EELV, applaudit la victoire du parti anti-austérité grec et souhaite en tirer des leçons pour l'Europe.

Atlantico - Christian Paul : “Le PS devrait analyser pourquoi son homologue grec est aujourd’hui à 3%"

Pour l'une des figures emblématiques des frondeurs, le groupe "dissident" au Parlement sera plus constructif en 2015, et commencera notamment par de multiples contre-propositions lors des débats qui porteront sur la loi Macron à partir du lundi 26 janvier.

CBanque - Les « frondeurs » PS demandent des réformes structurelles, dont une réforme bancaire

Les frondeurs socialistes du collectif « Vive la gauche » réclament une série de « réformes structurelles », dont une réforme bancaire plus poussée que celle de 2013 et un soutien fiscal à l'investissement, dans un texte publié dimanche.

Boursorama - Loi Macron : Dray juge "pas possible de continuer une sorte de guérilla interne au PS"

Julien Dray, l'un des vice-présidents du conseil régional d'Ile-de-France et un proche de François Hollande, a jugé dimanche au sujet des "frondeurs" qu'il n'était "pas possible de continuer une sorte de guerilla interne au PS" et épinglé leurs amendements "de dernière minute" sur le projet de loi Macron, y compris pour défendre des "professions libérales".

Libé - Hollande en slalom à Davos

Au Forum économique mondial, le Président a interpellé la finance pour lutter contre le terrorisme. Et vanté ses réformes.

Metro - Jean-Jack Queyranne : "Ne pas s'affaiblir avec des manœuvres politiciennes"

ELECTIONS REGIONALES – Certains socialistes, dont Gérard Collomb, tentent-ils d'empêcher le président PS de la Région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, de se présenter à sa propre succession en fin d'année ? Le maire de Lyon a démenti, et l'intéressé donne son point de vue à "metronews".

Marianne - Laïcité : l'ébauche du début d'un commencement d'une autocritique au PS

Alors que l'exécutif entend que l'école soit à nouveau le lieu de transmission des valeurs républicaines, en coulisse, des membres du PS s'interrogent sur leurs petits arrangements avec la laïcité depuis des années. Une remise en question qui porte notamment sur les pratiques du "socialisme municipal" et le "clientélisme communautaire"...

Le Figaro - Pour Cambadélis, le FN perdra de son élan

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a estimé aujourd'hui que la dynamique dont bénéficiait le Front national avait été ralentie et la stature de présidentiable de Marine Le Pen affectée par les suites des attentats de Paris.

Le Figaro - Manuel Valls, toujours plus populaire

Deux sondages publiés dimanche dans Le Parisien et le JDD relèvent une hausse de la popularité du premier ministre aux lendemains des attaques terroristes qui ont visé le pays.

BFMTV - Le groupe PS perd la majorité absolue à l’Assemblée

Le départ du député Jean-Pierre Maggi vers le groupe des radicaux de gauche prive le groupe PS de la majorité absolue dans l'hémicycle.

Cette fois, c'est acté. Avant même la législative partielle de dimanche prochain, dans le Doubs, pour élire le remplaçant du socialiste Pierre Moscovici, nommé Commissaire européen en octobre dernier, le groupe PS vient de perdre sa majorité absolue à l'Assemblée nationale. Le départ du député Jean-Pierre Maggi vers le groupe des radicaux de gauche, annoncé samedi au Journal officiel, fait en effet passer les effectifs du groupe socialiste, républicain et citoyen (SRC) à 287 représentants (273 membres et 14 apparentés).