Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2014

L'actualité des socialistes du 15 au 21 décembre (mise à jour)

A la une

Le Monde - Anne Hidalgo demande la régularisation de 500 sans-papiers à Paris

La lettre a été postée au lendemain du discours de François Hollande au Musée de l’histoire de l’immigration. Mais l’entourage de la maire de Paris Anne Hidalgo assure que la coïncidence est fortuite. Mardi 16 décembre, la maire PS de Paris a adressé au ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, un courrier appelant le gouvernement à régulariser la situation d’« environ 500 personnes » afin de « stopper l’embolie de l’hébergement » d’urgence.

21 décembre

Le JDD - Baromètre JDD : l'inversion de la courbe pour Hollande?

Le baromètre mensuel Ifop-JDD confirme le rebond de popularité pour François Hollande : bien que toujours très bas, le Président gagne quatre points (17% de satisfaits) et retrouve le niveau qu'il avait en août dernier. Manuel Valls est pour sa part en baisse de deux points, à 35%

France 3 -Marie-Pierre de La Gontrie défie Jean-Paul Huchon pour la candidature socialiste à la région Ile-de-France.

Invitée de Samedi Politique sur France 3 Paris, Marie-Pierre de La Gontrie a déclaré qu'elle était candidate pour conduire les listes PS aux régionales en Ile-de-France. Elle est donc prête à affronter Jean-Paul Huchon, lors d'une éventuelle primaire parmi les militants socialistes franciliens.

 
L'ancien ministre de l'Economie est en plein doute, après son éviction du gouvernement. Celui qui n'est plus que conseiller général tente de se reconstruire, personnellement et politiquement, pour revenir sur le devant de la scène. Récit d'une délicate reconversion.

20 décembre

Le Figaro - Primaire 2017 : la majorité toujours partagée

Des responsables de la majorité ont de nouveau étalé leurs divergences sur la marche à suivre en vue de l'élection présidentielle de 2017, Bruno Le Roux doutant de l'opportunité d'une primaire quand Thierry Mandon l'a de nouveau jugée "indispensable".

Europe 1 - Valls-Hollande, le couple qui a décidé de s'entendre

JE T’AIME, MOI NON PLUS - Après quelques tensions, le Premier ministre et le président semblent vouloir jouer l’entente.

Depuis son arrivée à Matignon le 31 mars dernier, Manuel Valls a pu parfois irriter le chef de l’Etat. Sur le rythme des réformes notamment ou sur l’omniprésence médiatique du Premier ministre, les deux hommes ont connu quelques tensions. Mais selon les informations d’Europe 1, tout serait rentré dans l’ordre. Explications.

FranceTVinfo - Sapin appelle les entreprises à ne pas augmenter les salaires trop vite

"C'est la responsabilité de chaque chef d'entreprise de faire en sorte que les salaires n'augmentent pas considérablement plus que la productivité de cette entreprise", a-t-il déclaré devant des responsables de groupes étrangers et le président du Medef.

Europe 1 - Les frondeurs préparent une "contre-loi" Macron

Le gouvernement a, certes, remis sèchement Martine Aubry à sa place sur le travail le dimanche, mais il n'en a pas pour autant fini avec la contestation. Selon les informations d'Europe 1, certains, au sein du groupe socialistes, sont en effet en train d'organiser la suite de la riposte à la Loi Macron.

19 décembre

Huffington Post - Vote du budget: en attendant la loi Macron, les frondeurs du PS tournent la page 2014

C'est sans conteste l'un des mots de l'année. Rien ne dit qu'elle ne se fera pas entendre en 2015, mais la "fronde" socialiste aura marqué 2014. Ces élus de l'aile gauche du PS ont, ce jeudi 18 novembre, une dernière occasion de marquer leur distance avec le gouvernement pour cette année.

FranceTVinfo - Pour Bruno Le Roux, la loi Macron a de « profonds marqueurs de gauche »

Alors que François Hollande recevait des parlementaires socialistes mercredi, le président du groupe socialiste à l’Assemblée, Bruno Leroux, a voulu marquer une différence avec le prédécesseur du Président de la République. « On n’est pas dans la convocation », il s’agissait pour François Hollande de « discuter » sur ce que veulent les Français. « Ce rapport direct, il est important entre le Président de la République et nos concitoyens. »

Slate - Faut-il soumettre François Hollande à une primaire en 2016? Les Etats-Unis ont peut-être la réponse

Outre-Atlantique, les rares présidents qui ont été menacés lors d'une primaire interne ont été battus lors de l'élection qui ont suivi, et cette procédure est presque devenue purement formelle pour un président sortant.

Soumettre ou ne pas soumettre François Hollande à une primaire ouverte en 2016? Le dilemme shakespearo-cornélien a déjà été tranché par le socialiste Thierry Mandon. Pour convaincre ses camarades, le secrétaire d’Etat à la Réforme de l’Etat invoque l’exemple des Etats-Unis, où, d’après lui, «le président sortant a besoin de ce ressourcement pour être revitalisé».

18 décembre

L'Obs - Retraites, chômeurs... François Rebsamen, ministre des bourdes ?

La déclaration du ministre du Travail sur l’allongement de la durée des cotisations irrite la majorité. D’autant qu'il n’en est pas à son premier couac.

Le Parisien - Hollande reçoit une dizaine de parlementaires et citoyens à dîner mercredi à l'Elysée

François Hollande va se joindre mercredi soir au dîner d'une dizaine de députés socialistes, accompagnés d'autant d'invités personnels, qui va finalement se tenir à l'Elysée, a-t-on appris auprès de la présidence, confirmant une information de France Info.

Le Figaro - Autoroutes : le double jeu de l'État

À quoi joue le gouvernement sur le dossier des autoroutes? Côté pile, il cloue les sociétés d'autoroutes au pilori, les accusant d'augmenter les péages de façon indécente et de dégager de superprofits sur le dos des automobilistes. Dans cette logique, la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, souhaiterait geler les péages en 2015 alors qu'une augmentation de 0,57 % au 1er février était prévue.

Le Figaro, Laurent Bouvet - Droit de vote des étrangers : retour sur 30 ans de promesses non tenues par le PS

Alors que le président de la République a réaffirmé sa volonté d'accorder le droit de voter aux étrangers aux élections locales, Laurent Bouvet revient sur cette promesse maintes fois réitérée par la gauche, mais jamais tenue.

Pour la gauche française, le droit de vote des étrangers non communautaires aux élections locales (aux municipales, en fait) tient à la fois du serpent de mer et du sparadrap du Capitaine Haddock, entre éternel retour sur le devant de la scène politique et impossibilité de s'en défaire.

FranceTVinfo - Des frondeurs à la position du PS : la scission créée par la loi Macron

Pour "Mots croisés", Alice Gauvin et Céline Marchand sont allées à la rencontre des députés du PS opposés à la loi Macron. Des frondeurs de "Vive la gauche" aux députés qui n'avaient pas cette étiquette, tour d'horizon de la problématique pour le Parti.

17 décembre

Le Lab - Un député européen PS scandalisé par le voyage de Moscovici en Grèce

Depuis sa nomination comme commissaire européen aux Affaires économiques le 1er novembre, Pierre Moscovici est une des cibles de prédilection de la droite. Comment l’ex-patron de Bercy, impuissant face aux déficits français, peut-il avoir la charge des finances de l’Union européenne ? Voilà un des sarcasmes les plus couramment répandus sur les réseaux sociaux ou les plateaux télé par l’UMP.

Le Monde - Ségolène Royal dénonce les « postures » de Martine Aubry sur la loi Macron

Ségolène Royal a dénoncé mardi 16 décembre sur BFMTV-RMC les « postures » de Martine Aubry à propos du projet de loi sur la croissance et l’activité, que la maire de Lille s’est engagée à « combattre » pour s’opposer à l’extension du travail le dimanche. « Il faut éviter les postures, c’est facile quand on n’est pas aux responsabilités de dire “y a qu’à”, “faut qu’on”. La loi Macron va dans la bonne direction, je la soutiens », a déclaré la ministre de l’écologie.

Le Figaro - Hollande ne «comprend pas» le combat de Martine Aubry sur le travail du dimanche

Selon le Canard enchaîné, le président de la République comme son premier ministre ne comprennent pas les sorties de Martine Aubry.

Le Monde - Retraites : Rebsamen sème la confusion en évoquant une rallonge de la durée de cotisation

Cafouillage autour de l'épineux dossier des retraites. Interrogé sur France 3, mardi 16 décembre, le ministre du travail, François Rebsamen, a assuré que la durée de cotisation serait, si nécessaire, « allongée ». Une déclaration qui a surpris au moment où la pérennité du système des retraites de base semble mieux assurée à court terme.

France 3 - Philippe Martin : adieu la Région ?!

Petit meurtre entre camarades. Philippe Martin « poignardé » par les instances nationales du PS. C’est le cri de colère des soutiens de l’ancien ministre. La rue de Solferino fixe, par une circulaire, les dates concernant les prochaines régionales. Pour des responsables socialistes, c’est une « circulaire anti-Martin ». Elle lui barre la route de l’Hôtel de Région.

Libé - Rétrospective: les dix mots qui se sont imposés dans l’actualité en 2014

FRONDEURS

Nés au printemps, dans le sillage de la débâcle des municipales, les socialistes critiques de la ligne économique du gouvernement n’ont pas choisi leur surnom, surgi dans les médias. Mais l’adjectif, inspiré par la révolte d’une partie de la noblesse contre le pouvoir monarchique pendant l’enfance de Louis XIV, a fait florès, jusqu’au sein du gouvernement Valls, à mesure que grandissait leur contestation d’une politique jugée trop favorable aux entreprises. Ce collectif hétérogène - une quarantaine de parlementaires allant de membres de l’aile gauche, à d’anciens strauss-kahniens en passant par des aubrystes- , renforcé ces derniers mois par les anciens ministres Benoît Hamon ou Aurélie Filippetti, n’a, pour l’instant, pas été jusqu’à la rupture et une mise en minorité du gouvernement

16 décembre

Le Monde - Lutte contre le chômage : Valls douche les ambitions des régions

Manuel Valls a rappelé, lundi 15 décembre, que la politique de l’emploi restait dans le giron de l’Etat, recadrant ainsi le secrétaire d’Etat chargé de la réforme territoriale, André Vallini, proche de François Hollande, qui s’était dit ouvert à un transfert.
 
 
......« Toutes ces mesures, c’est de la diversion, balaie Emmanuel Maurel, le patron de l’aile gauche du parti. C’est secondaire, totalement en décalage avec la réalité de ce que vivent les Français. Il y a quelque chose d’irréel à parler de nous, de notre identité, comme si on n’avait pas actuellement des camarades au pouvoir en train de faire une politique pour laquelle ils n’ont pas été élus. »

Libé - «La Plateforme», nouvel outil du chantier de la gauche

De jeunes militants socialistes, écologistes ou proches de la gauche radicale veulent «trouver une nouvelle voie» pour sortir la gauche de sa déprime.

François Hollande et Manuel Valls remontent de 3 points dans les sondages, tandis que Nicolas Sarkozy chute de 16 points.

Lextimes - Jospin défavorable à un bouleversement du Conseil constitutionnel

Lionel Jospin, pressenti pour siéger au Conseil constitutionnel, se montre défavorable à des changements qui rapprocheraient le fonctionnement de cette institution de celui de la Cour suprême américaine ou de la Cour européenne des droits de l'Homme, dans un document transmis lundi aux députés.

L'Obs - Ce qu'il faut retenir du discours de Hollande sur l'immigration

Le chef de l'Etat a officiellement inauguré le musée de l'immigration ce lundi. Il en a profité pour fustiger les discours de la peur entretenus par ceux "qui rêvent d'une France en petit".

Le JDD - Hamon sur la loi Macron : "Je ne vois pas les bienfaits"

Dans une interview à paraître dimanche dans nos colonnes, l'ancien ministre Benoît Hamon critique la loi Macron et, plus généralement, la ligne choisie par le gouvernement Valls depuis son départ. Extraits.

15 décembre

Libé - Cambadélis met en garde contre l'«autoélimination» de la gauche

Le chef du PS a interpellé devant la presse les écologistes et les communistes et réclamé des alliances de premier tour aux départementales de mars.

Le Monde - Travail du dimanche : Cambadélis répond à Hamon et pose «trois conditions»

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, s'est déclaré  favorable à un « compromis » sur la loi Macron, notamment sur ses propositions en matière de travail dominical.

Interrogé dans le « 12/13 Dimanche » sur France 3, il a posé trois conditions au feu vert du PS, la première étant que « le repos dominical doit rester la règle, et il faudra que ceci soit dit ».

Le Huffington Post - Travail du dimanche: Benoît Hamon rejoint Martine Aubry et affiche ses ambitions à la tête du PS

Après Martine Aubry, Benoît Hamon. L'ancien ministre annonce dans le Journal du dimanche, le 14 décembre, qu'il votera contre l'extension du travail dominical, tout en affichant ses ambitions pour le prochain congrès du PS.

Benoît Hamon joint sa voix aux nombreuses critiques de la gauche, y compris des socialistes parmi lesquels la maire de Lille Martine Aubry, contre le projet du ministre de l'Economie Emmanuel Macron prévoyant d'étendre jusqu'à 12 le nombre de dimanches travaillés par an.

Bien Public - Le Parti socialiste et ses « nuances de rose »

Pour Thierry Pech, directeur de la Fondation Terra Nova, boîte à idées de la gauche, il n’y a pas de fossé insurmontable entre les frondeurs et la majorité gouvernementale. Avec les premiers résultats économiques, ça ira mieux.

Le Parti socialiste réunissait hier son conseil national (le « parlement ») dans un environnement politique qui ne prête guère à l’euphorie. La cote de popularité du président de la République ne décolle pas, la gauche est divisée sur les choix économiques, le PS s’est fait éliminer du 2e tour de la législative partielle de l’Aube qui verra s’affronter demain l’UMP et le FN. Nous avons demandé à Thierry Pech, directeur de la fondation Terra Nova, le « think tank » de la gauche, s’il est possible de retrouver une dynamique.

Libé - Le PS sous le choc du ménage à Troyes

Eliminé dès le premier tour de la législative partielle au profit d’un duel UMP-FN, le candidat socialiste s’alarme d’une défiance inédite.

13/12/2014

L'actualité des socialistes du 8 au 14 décembre (mise à jour)

A la une

L'Obs - Le PS veut faire peau neuve et prépare son Congrès

Le Parti Socialiste a voulu samedi faire peau neuve en adoptant un vaste programme de "réorganisation", Jean-Christophe Cambadélis ne voulant plus d'une formation de "happy few" mais ouverte sur la société, le PS arrêtant aussi le calendrier menant au congrès de Poitiers début juin.

14 décembre

Le Monde - Le Parti socialiste vise les 500 000 adhérents d'ici à 2017

Entre le PS et l’UMP, la bataille des militants est relancée. Alors que Nicolas Sarkozy a annoncé son intention de faire de sa formation un parti de masse, les socialistes ont de leur côté voté une réforme de l’organisation et notamment du système d’adhésion, samedi 13 décembre, lors du conseil national à Paris. Avec comme objectif d’atteindre les 500 000 cartes d’adhérents d’ici à 2017. « C’est faisable, si on veut bien lever les obstacles qui existent, tous les éléments autobloquants », a affirmé Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du parti, lors d’une conférence de presse.
 
 
.... Le Conseil national a arrêté d’autre part son calendrier menant au Congrès du 5 au 7 juin à Poitiers : dépôt des contributions le 7 février, vote des militants sur les motions le 21 mai, suivi le 28 de l’élection du premier secrétaire (les premiers signataires des deux motions arrivées en tête seront en concurrence). Le Congrès de Poitiers entérinera les résultats du scrutin.

Même si l’agenda de la réunion portait sur cette "réorganisation" du parti et le calendrier du Congrès, les questions d’actualité se sont invitées lors des débats, a-t-on appris de sources concordantes.

 
A l'occasion de ses "Etats généraux", le Parti Socialiste a voulu samedi faire peau neuve en adoptant un vaste programme de "réorganisation".

Le Parti Socialiste veut faire peau neuve. Le PS a adopté un vaste programme de "réorganisation", Jean-Christophe Cambadélis ne voulant plus d'une formation de "happy few", mais ouverte sur la société. L'objectif de ses dirigeants est de parvenir à un parti de 500.000 adhérents d'ici 2017.

L'Express - Le PS veut multiplier par plus de trois son nombre d'adhérents d'ici 2017

Le Parti Socialiste a annoncé son intention d'ouvrir sa formation aux plus grands nombres et se chiffre comme objectif d'atteindre 500 000 adhérents contre 150 000 actuellement.

Le Parisien - Le PS vise 500 000 adhérents en 2017

Le Parti socialiste, qui ne compte plus que 60 000 militants à jour de cotisation, se lance dans une grande opération de reconquête. Objectif : 500 000 militants, le même que celui fixé par Nicolas Sarkozy pour l'UMP d'ici à 2017.

Libé - Les plans de Cambadélis pour relever le PS

DOCUMENT Libération publie en exclusivité le texte qui sera présenté samedi par la direction du PS pour ranimer la maison socialiste. A l'horizon, les municipales de 2020.

Les douze travaux socialistes se poursuivent pour Jean-Christophe Cambadélis. Après avoir bouclé la phase «Etats généraux» avec une nouvelle «charte pour le progrès humain» sous le bras, le premier secrétaire du PS doit faire adopter ce samedi en conseil national la nouvelle organisation du Parti socialiste avant d’entamer l’étape la plus importante pour lui : celle du congrès de Poitiers du 5 au 7 juin prochain.

La Tribune  - Une majorité de Français se dit favorable à la loi Macron

Selon un sondage, 59% des Français notamment considèrent que l'élargissement du travail le dimanche est une avancée sociale contre 41% qui estiment que c'est une régression.

Metro - Quand Montebourg compare Hollande à "un esturgeon"

BONS MOTS - L'ex-ministre de l'Economie était l'invité, jeudi soir, du concours d'éloquence des avocats du barreau de Paris. Parmi les sujets proposés : "Bercy pour ce moment"; "gauche caviar et charisme de l'esturgeon".

Slate - Le travail le dimanche, un débat de société? Chiche!

L'opposition de Martine Aubry à l'extension de l'ouverture des magasins le dimanche est cohérente avec «la charte pour le progrès humain» récemment adoptée par le PS. Sa ligne: la vraie vie se situe forcément hors du travail.

13  décembre

Le Parisien - Le PS veut réduire ses effectifs

Le parti doit faire face à une baisse de la dotation de l'Etat et des cotisations. Il pourrait décider de départs volontaires.

Au PS, on ne parle pas encore officiellement d'un plan de départs volontaires. Mais on s'y prépare. « Nos finances ne sont pas dans le rouge mais nous devons nous adapter pour éviter d'y être dans trois ans », indique Jean-François Debat, le trésorier national.

Le Télégramme - Les carnets d'Anna Cabana. Un devoir d'éloquence

Aux beaux esprits qui s'agitent en coulisses, pariant à qui mieux mieux sur le nom du prochain locataire à Matignon, Montebourg et Cambadélis préfèrent... les plaisirs de l'éloquence et de l'art épistolaire. Si le premier, à ce petit jeu, pèche par manque d'audace, le second révèle un indéniable don pour la provocation ! 

Libé - Travail le dimanche : Macron répond à la critique d'Aubry

Dans une tribune, l'ancienne ministre du Travail se dit opposée à l'assouplissement du travail le dimanche.

Une «régression» ? Pas du tout, répond Macron. A Martine Aubry, qui a dénoncé mercredi l'assouplissement du travail le dimanche, le ministre de l’Economie a assuré mercredi que son projet de loi était «une avancée sociale».

12 décembre

Le Figaro - Martine Aubry prend la tête de la fronde anti-Valls

Martine Aubry entre en résistance. Contre la loi Macron. Mais aussi et surtout contre Manuel Valls, à six mois du prochain congrès du PS, qui s'annonce comme une épreuve de vérité pour la ligne sociale-démocrate ou sociale-libérale du gouvernement. La maire de Lille est une nouvelle fois sortie de sa réserve, mercredi, pour critiquer durement les dispositions concernant le travail du dimanche comprises dans le projet de loi Macron. Ce texte que François Hollande a défini comme une «loi de progrès et de liberté» mais qui sème la zizanie à gauche, était présenté mercredi en grande pompe à l'Élysée par le premier ministre, à l'issue du Conseil des ministres.

11 décembre

Lyon Capitale - Muet demande au gouvernement “d’écouter sa majorité”

Fermement opposé à la loi Macron, qui vise notamment à assouplir la législation sur le travail dominical, Pierre-Alain Muet estime que le Gouvernement ne devrait pas “passer en force pour un résultat économique inexistant”.

Les Echos - Martine Aubry, l’insaisissable

CHRONIQUE - A Manuel Valls et Emmanuel Macron qui se posent en modernes du PS sur le travail du dimanche, la maire de Lille répond « valeurs » et « vision de la société ». Sa modernité à elle.

FranceTVinfo - Le projet de loi Macron divise la majorité

Après des semaines de débats, le ministre de l'Économie a présenté son projet de loi pour relancer la croissance et l'activité en France. Une équipe de France 2 revient sur les mesures phares de la loi Macron.

Le Premier ministre défend une "remise à plat totale" pour obtenir un "rééquilibrage" des relations entre sociétés autoroutières et l'Etat.

Libé - Le PS adopte des mesures de réorganisation, veut faciliter l’adhésion

Le parti socialiste a adopté mardi en bureau national (BN, exécutif) plusieurs mesures de «réorganisation» du parti visant notamment à faciliter les adhésions et à développer la formation des cadres, avec pour but d’atteindre 500.000 militants en 2017.

Ces mesures, présentées par le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis la semaine dernière, ont été adoptées à l’unanimité du BN, selon la direction. Elles doivent encore être approuvées par le conseil national (parlement du parti) samedi prochain.

10 décembre

Marianne - L’Allemagne, le modèle "suicidaire" de l’Europe ?

Assurée d'être réélue à la tête des conservateurs allemands, toujours au sommet de sa popularité, Angela Merkel marche quasi sur l'eau du Rhin et n'en finit pas de donner des leçons de bonne gestion à la France. Hormis Mélenchon qui demande vertement à la chancelière de la boucler, Paris encaisse en silence. Dans un long dossier sur "le naufrage annoncé du modèle allemand", la revue "Books" montre pourtant qu'il y aurait de quoi faire des remarques à la très sûre d'elle Frau Merkel.

Le Figaro - Droit de vote des étrangers : le PS accentue la pression sur Hollande

Jean-Christophe Cambadélis a contacté les partenaires du PS afin de constituer un comité national pour le droit de vote des ressortissants non-communautaires aux élections locales.

9 décembre

Les Echos - Loi Macron : « un projet réellement de gauche », selon Thierry Mandon

Le projet de loi Macron sur la croissance et l’activité suscite de nombreux commentaires au sein de la gauche et de la droite. L’extension du travail le dimanche constitue l’une des pierres d’achoppement des débats.

La Croix - Les associations dénoncent la volte-face du gouvernement sur le tabac

Les militants anti-tabac ne digèrent pas l’adoption d’un amendement modifiant le calcul de la fiscalité des produits du tabac qui doit être voté mardi 9 décembre en première lecture à l’Assemblée.

Europe 1 - Anne Hidalgo, la première des frondeuses

LES SECRETS POLITIQUES - La maire de Paris n'hésite pas à s'opposer au gouvernement. Et agace dans son propre camp.

Tour Triangle, plan anti-diesel, bataille contre le travail le dimanche… Anne Hidalgo est partout. Au point d'agacer certains de ses camarades socialistes. Elle qui a longtemps été la doublure lumière de Bertrand Delanoë ne laisse plus personne indifférent, et surtout pas dans sa famille politique.

Europe 1 - Défaite du PS dans l’Aube : "on paye la politique du gouvernement"

REPORTAGE - Les militants socialistes ont très mal digéré la défaite lors de la législative partielle dans l’Aube.

Il n’y aura pas de candidat socialiste au second tour de la législative partielle dans l’Aube, organisée pour assurer la succession de François Baroin, devenu sénateur. Le PS a subi une claque dimanche en ne recueillant que 14,69% des voix, laissant le candidat UMP Gérard Menuel (40,76%) et le Frontiste Bruno Subtil (27,64%) s’affronter au second tour. Le parti de la rose a perdu 14 points par rapport à l’élection de 2012.

Le JDD - Cambadélis : "Le second temps doit être celui de la guerre aux inégalités"

INTERVIEW - Le patron du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, refuse l’idée "folle" d’un référendum anti-Valls lors du prochain congrès. Il souhaite que le PS ne soit "ni godillot ni gaucho".

8 décembre

Le Figaro - Échéance à hauts risques, le congrès 2015 du PS se tiendra à Poitiers

Soucieux d'éviter un congrès qui tourne en procès de la politique de l'exécutif, Jean-Christophe Cambadélis entre déjà en campagne et annonce qu'il déposera sa propre contribution.

Le JDD - Valls : "Je ne suis pas un déserteur"

Interviewé sur France 2 dimanche soir, Manuel Valls a affirmé vouloir rester à Matignon "jusqu'à la fin du quinquennat" de François Hollande en 2017.

L'Obs - Travail le dimanche : Valls crispe le PS

Le Premier ministre confirme que le projet de loi Macron comprendra la possibilité de travailler jusqu'à 12 dimanches par an. Une mesure qui ne passe pas au PS.

Le numéro 1 du PS a estimé qu'il fallait limiter à sept le nombre de dimanches travaillés par an.

Le JDD - Ce qu'il faut retenir de l'intervention de Valls

Alors qu'il occupe le poste de Premier ministre depuis 250 jours, Manuel Valls était l'invité du 20 heures de France 2 dimanche. Du travail le dimanche au pacte de responsabilité, en passant par son avenir à Matignon, voici les principaux points abordés par le Premier ministre lors de cet entretien.

Europe 1 - Loi Macron : l’Élysée prêt à des concessions

NÉGOCIATIONS - L'exécutif prévoit notamment un report à mars de l'assouplissement des seuils sociaux.

Le projet de loi Macron, censé "déverrouiller l'économie française", sera présenté mercredi en Conseil des ministres, et examiné le 22 janvier à l’Assemblée Nationale. À l'Elysée, il est présenté comme l'une des réformes phares de cette deuxième partie du quinquennat. Et pour mieux la faire passer auprès de sa majorité, l'exécutif est prêt à quelques concessions. Quitte à le scinder en deux et à reporter le débat sur une partie du projet à mars prochain.

Le JDD - L’appel des députés pour la reconnaissance du burn out

EXCLUSIF JDD - Une trentaine d’élus de la majorité exigent que le stress au travail soit pris en charge par la branche accident du travail et maladies professionnelles (AT-MP), financée par le patronat. Les députés invoquent un principe d’équité. Aujourd’hui, le burn out coûterait environ 1 milliard d’euros au régime général de la Sécurité sociale. Selon eux, ce n’est pas à la collectivité, mais aux entreprises de supporter cette charge.

06/12/2014

L'actualité des socialistes du 1er au 7 décembre (mise à jour)

A la une

Slate, Laurent Bouvet - Le PS français rêve de «faire son Bad Godesberg», sans voir qu'il risque d'exploser à vouloir clarifier sa doctrine

En 1959, le parti socialiste allemand rompait avec le marxisme lors de son congrès. Pourquoi le PS, qui organise ses Etats généraux le 6 décembre, est-il obnubilé par cette référence historique?

Les Indocks - Benoît Hamon : du frondeur à l’équilibriste

Depuis sa sortie du gouvernement, Benoît Hamon s’était fait discret. Candidat probable à la tête du PS, l’ancien ministre essaie de restructurer ses troupes après deux ans et demi d’absence à la gauche du parti.

6 et 7 décembre

Le premier secrétaire du parti souhaite le dynamiser. L'objectif est d'augmenter le nombre des adhérents d'ici 2017.

Le Lab - Bataille d'adhérents entre Jean-Christophe Cambadélis et Nicolas Sarkozy

Ils n'auront peut-être pas l'occasion d'en parler au cours d'un débat, mais Jean-Christophe Cambadélis et Nicolas Sarkozy œuvrent, chacun de leur côté, pour booster le nombre des adhérents à leurs partis respectifs.

France 3 - Anne Hidalgo : "Si François Hollande se représente, il n'y a a pas de place pour une primaire"

Anne Hidalgo était l'invité de Samedi Politique sur France 3 Paris, ce midi. Alors que les états-généraux du PS se tiennent à Paris aujourd'hui, elle a fait entendre sa voix dans le débat socialiste avec "la liberté de parole" que lui offre son mandat de maire de Paris

France Info - Une Charte cache misère au PS

Les socialistes se réunissent demain pour formaliser l’adoption de leur « Charte », supposée définir l’identité commune des socialistes. Ce texte a été largement adopté par les militants et validé par toutes les tendances du parti. Pourtant, les divergences demeurent à l’affût.

Le Monde - Etats généraux : Cambadélis déjà en campagne pour le congrès

A le voir se démultiplier, il ne fait aucun doute qu’il est déjà en campagne. Pour conserver son poste de premier secrétaire lors du prochain congrès du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis a choisi la guerre de mouvement. Présentation des états généraux du parti samedi 6 décembre à Paris, réforme de l’organisation du parti lors du conseil national de la semaine suivante, élaboration du programme des élections territoriales en janvier… « A ce moment-là, j’aurai fait 50 % du job », estime-t-il. L’autre moitié serait de se faire réélire, lui qui a été désigné directement par l’exécutif et n’a jamais été adoubé par un vote des militants.
 

La maire de Lille a annoncé jeudi une hausse de la taxe foncière pour compenser la baisse de la dotation de l'État à sa ville.

La maire de Lille avait été claire, lors de sa conférence de presse de rentrée, le 3 octobre: «Si le gouvernement ne revient pas sur la baisse des dotations (aux collectivités territoriales), nous serons obligés de prendre des décisions difficiles et aberrantes.» Une volonté pour Martine Aubry de se dresser en porte-parole, voire en défenseur des collectivités territoriales face au gouvernement.
 
Francetvinfo - Le PS est-il déjà passé à l'après-Hollande ?

Le Parti socialiste clôture samedi à Paris ses Etats généraux par un "grand rassemblement" à la Villette, tandis que se profilent déjà les étapes suivantes : le congrès en juin 2015… et surtout l'éventuelle primaire. Le PS s'émancipe-t-il de François Hollande?

 
Manuel Valls arrive en tête, avec 37%, des personnalités que les sympathisants socialistes souhaitent voir représenter le PS
 
 
Etendre le travail dominical à Paris aura des conséquences sociales et commerciales « lourdes » et les créations d’emplois attendues ne sont pas démontrées. Tel est le constat du rapport de la Mission d’information et d’évaluation (MIE) composée de 16 élus parisiens gauche et droite confondues qui est rendu public, vendredi 5 décembre.
 
 
Les socialistes nordistes ont appris par surprise l'arrivée de l'ancien ministre au côté de Martine Aubry. Et ne le voient pas d'un très bon oeil, même si ses intentions électorales ne sont pas encore claires.

Le Monde, Les décodeurs - L'Allemagne-bashing de Jean-Christophe Cambadélis

Invité dimanche 30 novembre du « Grand rendez-vous » Europe 1, Le Monde et i>Télé, le patron du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a eu bien du mal à défendre le bilan du gouvernement et à se justifier sur certaines réformes que son parti combat. Il a notamment peu apprécié la comparaison entre Paris et Berlin, et s'est empressé de critiquer la politique allemande et ses effets
 
 
Alors que plusieurs mouvements de grève sont annoncés pour la fin décembre parmi les médecins libéraux et dans les cliniques privées pour protester contre le projet de loi santé, Les Echos ont annoncé,dans leur édition du 5 décembre, que la ministre de la santé, Marisol Touraine, serait prête à lâcher du lest.

Olivier Véran, député PS de l’Isère et rapporteur de ce projet de loi santé dont l’examen est programmé début 2015, réagit aux concessions et avance quelques propositions.

Francetvinfo - Quand le premier secrétaire du PS évoque des candidats "possibles" de son parti en 2017

Jean-Christophe Cambadélis a évoqué la possibilité que François Hollande ne soit pas candidat à sa propre succession à la présidentielle de 2017

5 décembre

Le Monde - Changer le nom du PS, c’est le couper de son histoire et le fragiliser, par Michel Rocard

Le Parti socialiste (PS) vit l’une des crises les plus profondes de sa longue histoire. Pourtant, quel paradoxe. Né du refus de la cruauté inhérente au capitalisme, ce parti s’est formé autour de la certitude longtemps affirmée, puis oubliée sans être pour autant démentie, que le capitalisme était caractérisé par une instabilité structurelle qui finirait par l’emporter. Or le capitalisme est toujours là.
 
4 décembre

Sud Ouest - Parti socialiste : un tiers seulement des adhérents à jour de cotisation

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du parti socialiste, a récemment indiqué que 60 000 à 70 000 adhérents du parti, sur 160 000 revendiqués, ont payé leur cotisation cette année

Libé - Travail du dimanche : les députés PS attendent Macron au tournant

Le texte du ministre de l'Economie, qui contient notamment la réforme du travail dominical, est loin de faire l'unanimité dans son camp.

L'Obs - Abus de biens sociaux : Lamdaoui démissionne de l'Elysée

Le conseiller de François Hollande est soupçonné d'avoir perçu en 2007 et 2008 une rémunération supérieure à celle qu'il a déclarée.

Libé - Un député socialiste propose un «droit d’amendement citoyen»

Olivier Faure, député (PS) de Seine-et Marne, prône l’instauration d’un «droit d’amendement citoyen», destiné à garder le lien «entre élus et citoyens entre deux scrutins», dans une tribune publiée dans l’Obs à paraître jeudi. «Alors que nos concitoyens sont sondés tous les jours par les instituts, qu’ils peuvent disposer d’une information quasi illimitée sur internet, qu’ils commentent et se mobilisent sur les réseaux sociaux, ils ont le sentiment d’être dépossédés de toute capacité réelle d’intervention dans le débat public entre deux échéances électorales», écrit-il.

Le Figaro - Manuel Valls veut recoller les morceaux avec la gauche

Le premier ministre ne veut pas quitter Matignon. Ce serait une «désertion». Fragilisé, il lance une «opération reconquête» au PS, avant une année 2015 qui, entre rendez-vous électoraux et congrès socialiste, s'annonce périlleuse pour lui.

Planet - Jean-Marc Germain (PS) trouve "regrettable" de ne pas avoir été invité par Manuel Valls

Interrogé mercredi 3 décembre dans Parlement'air, Jean-Marc Germain estime "regrettable" de ne pas avoir été invité par Manuel Valls à l'apéritif entre parlementaires socialistes organisé à l'Assemblée. Une invitation "un peu bizarre" pour le député frondeur des Hauts-de-Seine. Il ajoute que de toute façon ce type d'événement "fait grossir" les députés et qu'il préfère se concentrer sur "son travail de parlementaire".

 
Le premier Ministre, Manuel Valls, organise ce mercredi soir un "apéro amical et convivial" à l'Assemblée nationale avec plusieurs dizaines de députés et sénateurs socialistes. L'objectif: montrer sa capacité à rassembler.

RFI - Manuel Valls, opération reconquête

Un apéritif avec les parlementaires socialistes, une longue interview télévisée dimanche soir, un discours sur la réduction des inégalités… Le Premier ministre entame une longue séquence pour tenter de rassembler la majorité

Le Figaro - Michel Sapin promet un déficit «largement en dessous de 3% du PIB» en 2017

Le ministre des Finances confirme que la prévision de déficit pour 2015 est ramenée de 4,3% à 4,1%, grâce aux 3,6 milliards d'euros de réduction du déficit annoncées fin octobre.

Le Monde - Center Parcs en Isère : « Toutes les conditions sont réunies pour un nouveau Sivens »

Longtemps restée locale, la contestation du projet de village vacances Center Parcs à Roybon, en Isère, a pris une dimension nationale depuis que la commune est devenue l'hôte d'une nouvelle « zone à défendre » (ZAD) à proximité du site où les travaux de défrichement de la forêt de Chambaran ont commencé.

Libé - L'Assemblée vote la reconnaissance d'un Etat palestinien

Les députés ont adopté ce mardi un projet de résolution non contraignant «invitant» la France à reconnaître la Palestine.

Libé - Reconnaissance d'un Etat palestinien : qui a voté quoi ?

Les socialistes rêvaient d’un «moment d’unité nationale».Leur proposition de résolution pour la reconnaissance d’un Etat palestinien n’a pas fait consensus, mais a été adoptée à une large majorité, ce mardi, par les députés: 339 ont voté pour, 151 contre, 16 se sont abstenus et 68 n’ont pas pris part au vote.

3 décembre

Le Figaro - Sondage : la gauche serait laminée aux législatives

..... Si des élections législatives avaient lieu aujourd'hui, l'opposition (UMP-UDI) décrocherait entre 485 et 505 sièges à l'Assemblée nationale, un record jamais atteint. La gauche serait laminée, le PS, les Verts et le Front de gauche ne sauvant que 56 à 66 sièges. Quant au Front National, avec le scrutin majoritaire actuel, il obtiendrait entre 14 et 24 élus.

Midi Libre - A Nîmes, Benoît Hamon s’en prend à la Banque publique

Benoît Hamon est un élu socialiste plus libre que jamais. Trois mois après avoir été congédié du gouvernement Valls, l'ancien secrétaire d'État à l'Économie sociale et solidaire (ESS) de Jean-Marc Ayrault et éphémère ministre de l'Éducation nationale de Manuel Valls, était invité, lundi, par le député écologiste Christophe Cavard, qui fut rapporteur de la loi sur l'ESS, votée fin juillet.

France Info - Manuel Valls prépare son avenir

Olivier Bost a suivi ce lundi et ce mardi Manuel Valls, Premier ministre, en déplacement à Nantes. Un chef du gouvernement déjà en mode préparation du Congrès.

Il suffit de jeter un œil à son agenda : aux rendez-vous des jours derniers et des jours à venir, Manuel Valls normalement n’a pas l’habitude de s’éterniser. En général quand il se déplace en France, et même en Europe, il ne passe quasiment jamais une seule nuit sur place. Depuis quelques semaines, les choses ont changé.

L'Obs - Fin de la lune de miel entre le gouvernement et le patronat

Manuel Valls et Emmanuel Macron répliquent aux critiques du patronat et demandent à ses dirigeants d'agir pour l'emploi au lieu de se contenter d'exiger toujours plus du gouvernement.

Le Monde - Transparence : Montebourg conteste avoir sous-évalué son appartement

Arnaud Montebourg a-t-il sous-estimé la valeur de son appartement auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique en 2013 ? La question se pose, après la mise en vente du bien en question par l'ancienne femme de l'ex-ministre de l'économie au prix de 1 370 000 euros, soit un montant bien supérieur à celui auquel l'avait estimé Arnaud Montebourg quand il était à Bercy, alors déclaré 890 000 euros, révèle mardi 2 décembre L'Opinion. La différence entre la valeur réclamée aujourd'hui par le vendeur du bien et celle déclarée à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s'établit donc à 480 000 euros.

Libé - François Hollande prêt pour un premier discours sur l’immigration

Le Président se rendra le 15 décembre à la Cité nationale de l'histoire de l'immigration pour sa première allocution sur ce sujet.

L'Obs - Notes, moyennes, brevet : ce qui pourrait changer à l'école

Le Conseil supérieur des programmes a rendu un rapport qui bouscule les habitudes au ministère de l'Education nationale.

Le Monde - Manuel Valls se tourne vers l'énergie hydrolienne

Manuel Valls a annoncé un appel d'offres de 150 millions d'euros en juin 2015, lancé pour les premiers projets de petits parcs éoliens flottants au large des côtes françaises.  « Je sais qu'il est particulièrement attendu par les acteurs de la filière », a déclaré le chef du gouvernement lors de son discours aux assises de l'économie de la mer, à Nantes

Le Monde - Trop d’inégalités en Allemagne, trop de dépenses publiques en France

Que restera-t-il du rapport Pisani-Ferry - Enderlein ? A peine dévoilées, jeudi 27 novembre, les plus audacieuses propositions des deux économistes, visant à faire converger les économies française et allemande, ont reçu une quasi fin de non-recevoir de Paris et Berlin.

Le Point - Les frondeurs du Grand Lyon

Des élus de la majorité ont créé leur propre groupe politique pour une autre métropole.

Au Grand Lyon, et bientôt à la Métropole, ils siègent au sein du groupe politique La Métropole autrement. Menés par Jean-Paul Bret, le maire de Villeurbanne, ils sont onze élus, PS et apparentés, à montrer leur différence au sein de la majorité. "Depuis que la Métropole a été lancée, il y a un an et demi, je mets en garde contre cet enthousiasme excessif qui laisse croire qu'elle nous fera passer de l'ombre à la lumière." Le maire de Villeurbanne - deuxième ville du département avec 150 000 habitants -, chef de file de ces frondeurs à la lyonnaise , n'a jamais été convaincu par la future collectivité.

2 décembre

L'Obs - Le PS lance "un dispositif" anti-FN, "un parti mutant"

Jean-Christophe Cambadélis relève que le Front national est, selon les régions, "très xénophobe, très social, très anti-élite". Il est donc, selon lui, "difficilement saisissable".

Marianne - Jean Glavany : "Il est trop tard pour revenir au septennat"

Depuis quelques mois, le retour au septennat est proposé par certains parlementaires, tous bords politiques confondus. Le député PS Jean Glavany, ministre de l’Agriculture au moment du référendum sur le quinquennat, était sceptique à l'époque. Aujourd'hui, il a accepté ce changement institutionnel et pense même qu'il serait impossible de faire marche arrière car, dit-il, les citoyens ne le comprendraient pas.

Slate, Eric Dupin - Le PS à la recherche de son identité perdue

La charte qui sera soumise au vote des militants début décembre trahit cruellement la nudité idéologique du parti en ce début de troisième millénaire, en le réduisant à un socialisme de bons sentiments

Qui suis-je? Dans quel état j’ère? La question identitaire a de quoi torturer le militant du PS, soutien d’un gouvernement qui, pour le moins, s’octroie quelque liberté à l’égard de la doctrine socialiste. Jean-Christophe Cambadélis en est parfaitement conscient.

Le Figaro - Après les «frondeurs», les députés «vallsistes» ont aussi leur réunion à l'Assemblée

Une cinquantaine de parlementaires proches du premier ministre se réuniront ce mercredi en présence des présidents de groupes à l'Assemblée et au Sénat. Une réunion purement amicale, assure un organisateur.

Le Monde - A Marseille, les comptes de campagne de Marie-Arlette Carlotti rejetés

Les comptes de campagne de Marie-Arlette Carlotti, députée (PS) de Marseille, tête de liste dans le 3e secteur aux municipales en mars, ont été rejetés par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). L’ex-ministre déléguée à la lutte contre l’exclusion du gouvernement Ayrault en a été informée lundi 1er décembre. Elle est la première des huit candidats ayant conduit la liste PS-EELV dans les huit secteurs de la ville à faire connaître la décision de la Commission.

Libé - «Vive la gauche» cherche une issue à la fronde

....  Une étape. En réunissant ce samedi plusieurs centaines de militants socialistes dans un gymnase du XIVe arrondissement de Paris, le collectif «Vive la gauche» a rappelé qu’au sein du PS, le feu couve toujours contre la politique de François Hollande et Manuel Valls. Certes, les projets de lois de finances sont passés sans trop de frayeurs pour le gouvernement. Certes, les parlementaires dits «frondeurs» n’ont pas «réorienté» la politique du président de la République. Personne n’a voulu aller jusqu’à faire tomber Manuel Valls par peur de la dissolution. Mais toute cette frange du PS allant des plus à gauche à quelques proches de Martine Aubry et ex-strausskahniens «chemine», «avance», «se renifle»

1er décembre

Le JDD - Hamon et Filippetti présents à la réunion des frondeurs

Entre 300 et 500 personnes se sont réunies samedi à Paris à l’appel du collectif "Vive la gauche", qui regroupe de nombreux frondeurs du PS pour débattre et échanger. Benoît Hamon et Aurélie Filippetti, anciens ministres de François Hollande, étaient présents à cette première étape d’un "tour de France" des frondeurs.

L'Humanité - L’aile gauche du PS maintient sa pression sur le gouvernement

À quelques mois des élections départementales, et surtout d’un congrès , prévu début juin, les « frondeurs » socialistes du courant « Vive la gauche ! » ont réuni plus de 600 militants, samedi à Paris.

Le Monde - Cambadélis évoque un « dispositif » anti-FN au PS

Jean-Christophe Cambadélis, numéro un socialiste, a évoqué dimanche 30 novembre « un dispositif » au sein de son parti pour contrer le Front national.

Lors de l'émission « Le grand Rendez-vous » (Europe 1, i>TELE, Le Monde), le député a jugé que le FN « est un parti mutant, qui a des propositions par régions » et qui varie les angles: « On est parfois très xénophobe, très social, très anti-élite », selon les régions. Il est donc « difficilement saisissable ».

Le JDD - Les frondeurs craignent "une catastrophe"

INDISCRET - Aurélie Filippetti et Benoît Hamon ont participé  à une réunion des frondeurs samedi.

30/11/2014

L'actualité des socialistes du 24 au 30 novembre (mise à jour)

A la une

20 minutes - A Paris, des «frondeurs» PS dialoguent avec des militants déboussolés

Appels à la mobilisation à gauche et contre l'austérité, mais aussi de nombreux témoignages de militants déboussolés: Benoît Hamon, Aurélie Filippetti et des "frondeurs" du PS se sont réunis samedi dans un gymnase parisien pour préparer 2017.

LCP - Réunion samedi du collectif "Vive la gauche" avec Hamon et Filippetti

Le collectif "Vive la gauche", principalement des "frondeurs" du PS, se réunit samedi à Paris, en présence notamment des anciens ministres Benoît Hamon et Aurélie Filippetti, pour s'ouvrir davantage aux "déçus de la gauche" dans la société et ne plus, selon ses organisateurs, se cantonner à l'action parlementaire

29 et 30 novembre

Le Figaro - Jean-Christophe Cambadélis propose un débat à Nicolas Sarkozy

Les socialistes ne se sont pas bousculés au portillon pour commenter samedi soir la victoire de Nicolas Sarkozy à la présidence de l'UMP. Le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis s'est cependant fendu d'un tweet, dans lequel il note que Nicolas Sarkozy a été «mois bien élu que prévu».

MLyon - Le PS du Rhône condamne les débordements en marge de la manif contre le FN à Lyon

Ce samedi après-midi, alors que le Front National organisait son congrès à la Cité Internationale, une manifestation partait de la place Jean-Macé pour dénoncer la banalisation du parti.
En marge de ce mouvement contestataire, des débordements se sont produits : abribus et commerces vandalisés, charges des CRS…
Le Parti Socialiste, dont certains membres défilaient aux côtés du collectif de vigilance contre l’extrême-droite, a décidé de condamner ces actes.

Yagg - Rémi Féraud: «La “Manif pour tous” a été le vecteur de l’homophobie, quoi qu’elle en dise»

 

D'allure discrète, Rémi Féraud est l'un des hommes-clés de la mandature d'Anne Hidalgo à Paris. Yagg vous propose d'en savoir plus sur lui.

BFMTV - Quand Martine Aubry fait un pas de plus dans la bataille interne du PS

Martine Aubry, la maire de Lille, va déposer une contribution dans le cadre de la préparation du prochain Congrès du Parti socialiste, programmé en juin 2015. Une façon pour l’ancienne Première secrétaire du PS et ses proches de porter leurs idées. Avant de viser plus haut?

28 novembre

Le Monde - Le prochain congrès du PS sera organisé début juin 2015

.... L’un des enjeux politiques du congrès à venir est la capacité à s’unir de toutes les sensibilités critiques du PS. S’ils veulent peser contre les partisans de la politique gouvernementale et de l’axe Hollande-Valls, l’aile gauche du parti, les proches des anciens ministres Benoît Hamon et Arnaud Montebourg, comme les amis de Martine Aubry, doivent s’entendre pour faire bloc.

27 novembre

Libé - René Dosière dénonce un «recul important des pouvoirs de contrôle des députés»

Le député socialiste s'indigne de l'allongement du délai de réponse du gouvernement aux questions des élus, dénonçant la «désinvolture» de l’exécutif.

Le Lab - Pour Valérie Rabault, Montauban a des airs de dictature après l'expulsion d'un journaliste du conseil municipal

#DeniDeDemocratie- Après l'évacuation musclée d'un journaliste au conseil municipal de Montauban mardi 25 novembre, la socialiste Valérie Rabault dénonce un "déni de démocratie" dans cette ville dirigée par la maire UMP Brigitte Barèges, membre de la Droite Populaire.

Paris Match - "La gauche ne doit pas mourir" Liêm Hoang-Ngoc, socialiste affligé mais remonté

L’économiste Liêm Hoang-Ngoc et le professeur de science politique Philippe Marlière publient «La gauche ne doit pas mourir», à la fois réquisitoire contre la politique du gouvernement et appel à la construction d'une véritable alternative à gauche.

26 novembre

Blog Mediapart - Gérard Filoche: "Un gouvernement Cambadélis, Laurent, Cosse, Mélenchon, vite !"

Gérard Filoche est un homme en colère. Membre du bureau national du PS, il critique durement l'orientation économique du gouvernement, incarné selon lui par le premier ministre, Manuel Valls. Souhaitant revenir à l'élan insufflé par le discours du Bourget, cet infatigable militant qui se considère toujours comme "socialiste", appelle de ses voeux un nouveau temps du quinquennat. Marqué à gauche, bien sûr, avec la présence des écologistes et des communistes.

Le Lab - Pour répondre à Valérie Trierweiler, le député PS Eduardo Rihan Cypel souhaite que Hollande raconte lui-même son histoire

IDEE DU JOUR - François Hollande bientôt auteur d'un best-seller ? C'est ce à quoi l’encourage le député PS de Seine-et-Marne, Eduardo Rihan Cypel. Interviewé ce mardi 25 novembre par #DirectPolitique sur le succès de Valérie Trierweiler en tournée promotionnelle à l’étranger, le porte-parole du parti socialiste a exprimé son souhait de voir le président de la République raconter "aussi lui-même son histoire". L'élu prend "très au sérieux les effets de ce que dit Mme Trierweiler sur le président de la République".

Le Point- Prisons : la promesse politique qui ne sera jamais tenue

Le président PS de la commission des Lois, Jean-Jacques Urvoas, rend public un rapport au vitriol sur l'emprisonnement individuel en France.

L'Obs - Lepetit (PS) appelle une partie de la gauche à moins "débiner" le gouvernement

Annick Lepetit, porte-parole des députés socialistes, a critiqué mardi ceux qui à gauche passent du temps à "débiner" l'action du gouvernement, en faisant allusion à Aurélie Filippetti au sujet de Florange.

FranceTVinfo - Manuel Valls veut faciliter le retour des Français vivant à l'étranger

Le Premier ministre a chargé Hélène Conway-Mouret, ex-ministre des Français de l'étranger, de faire des propositions pour inverser la tendance et faire revenir les Français expatriés.

Le Monde - La fuite d'un rapport prônant une modification des 35 heures irrite le PS

Les hiérarques socialistes montent au créneau. Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, a assuré, lundi 24 novembre, qu’il n’y aurait pas en France de remise en cause des trente-cinq heures. Une réaction à des informations parues dans le magazine allemand Der Spiegel assurant qu’un assouplissement des trente-cinq heures et un gel des salaires sur trois ans en France figuraient parmi les propositions d’un rapport sur la croissance commandé par Paris et Berlin.

25 novembre

Le Monde - A Florange, la « visite Potemkine » de François Hollande

Le président qui, malgré les apparences, tient ses promesses. Ou, du moins, qui fait tout pour ne pas trop les bafouer. C’est la posture qu’a résolument adoptée François Hollande, et le message qu’il entendait diffuser, lundi 24 novembre, à l’occasion de son troisième déplacement à Florange (Moselle) en un peu plus de trois ans.

Le JDD - Quatre questions sur une primaire à gauche

Ces dernières semaines, le débat sur l’opportunité d’une primaire pour l’élection présidentielle de 2017 a été relancé à gauche. Malgré son impopularité record, François Hollande ne rejette pas d’emblée l’idée d’une primaire. Questions sur un processus qui n’est plus si improbable.

Le Figaro - 35 heures : pour le PS, un totem qu'on ne touche pas impunément

Cela tient du réflexe de Pavlov. À la seule évocation des 35 heures, la gauche monte sur ses ergots pour défendre ce qu'elle considère comme sa dernière grande réforme sociale, pourtant largement assouplie depuis sa création par Martine Aubry il y a bientôt quinze ans. Sans surprise, le rapport franco-allemand dévoilé par Der Spiegel et prônant un assouplissement des 35 heures dans de nombreux secteurs a provoqué une levée de boucliers orchestrée en trois temps au PS et sur sa gauche.

Les Echos - Florange, ce marqueur ambigu du quinquennat de François Hollande

Dans la vallée de la Fensch, le président a martelé que ses engagements du printemps 2012 avaient été tenus. Un constat que certains ne partagent pas, à l'instar de la députée PS de la Moselle, Aurélie Filippetti.

Marianne - PS : la machine à transformer les ouvriers en tristes "technos"

Edouard Martin, eurodéputé PS et ex-syndicaliste CFDT, a estimé, ce matin sur France inter, que les trente nouveaux CDI sur le site de Florange sont un signal "plutôt positif" et traduisent une reprise de "la dynamique des embauches". Il est loin le leader ouvrier qui n’hésitait pas à qualifier de "traître" le gouvernement Ayrault. Désormais, il s'exprime comme un parfait technocrate.

Paul Alliès - Maupassant à Solférino

 

La direction du Parti socialiste vient d'adopter une "Charte des socialistes pour le progrès humain". C'est un texte de dix pages qui prétend faire la synthèse de 5600 contributions. Il sera adopté par un vote des militants puis par les Etats Généraux réunis le 6 décembre à Paris. Tant sur la forme que sur le fond, le compte n'y est pas. Voilà un texte qui procède plus d'un exercice littéraire que de l'écriture d'une nouvelle perspective politique. Maupassant plutôt que Jaurès.

24 novembre

L'Obs - Légalisation du cannabis : la position de Mme Touraine est rétrograde et manque de courage

LE PLUS. Un éternel débat. Cette semaine, Marisol Touraine, la ministre de la Santé s'est dit opposée à un changement de la loi concernant le cannabis. Plus tôt, une députée PS avait préconisé une légalisation contrôlée dans la sphère privée. Quelle solution choisir ? Le décryptage de Jean-François Hauteville, médecin addictologue.

RTL - Kader Arif serait inquiété par une autre affaire, à Paris

Le "Journal du Dimanche" croit savoir que les affaires de favoritisme qui inquiètent l'ex-secrétaire d'État aux anciens combattants s'étendraient jusqu'à Paris.

France 3 - Philippe Saurel, maire de Montpellier veut deux capitales régionales ?

Quelle capitale régionale pour la nouvelle région englobant Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon ? L'annonce officielle de la fusion date de deux jour et, le maire de Montpellier affirme d'ores et déjà ne pas vouloir jouer les potiches. Tout en prônant la complémentarité.

France 3 - Pascal Cherki, député PS : "Je n'écarte pas l'idée d'une primaire même si François Hollande veut se représenter"

Pascal Cherki était l'invité de Samedi Politique à midi sur l'antenne de France3 Ile-de-France. Le député PS de Paris est plutôt favorable à une primaire à gauche pour l'élection présidentielle même si François Hollande devait se représenter.

23/11/2014

L'actualité des socialistes du 17 au 23 novembre (mise à jour)

A la une

Les Echos - Hollande et Aubry affirment "jouer le double ensemble" face à la crise

François Hollande et Martine Aubry ont affiché malgré des "désaccords" leur bonne entente samedi à Lille, affirmant "former une bonne équipe de double" à l'occasion de la venue de la chef d'Etat dans le Nord pour la finale de la coupe Davis.

Huffington Post - Martine Aubry avec François Hollande à Lille: les griefs que la maire de Lille pourrait évoquer face au président

François Hollande va déjeuner samedi 22 novembre avec Martine Aubry à Lille, avant d'assister au 3e match de la finale de la Coupe Davis.

Après avoir inauguré le marché de Noël, installé à proximité de la Grand'place, la maire socialiste retrouvera le chef de l'État chez Meert, enseigne prisée du général De Gaulle, natif de la capitale des Flandres. La discussion ne devrait cependant pas uniquement tourner autour des gaufres réputées de la célèbre pâtisserie. Martine Aubry a affirmé samedi être aux côtés du président comme dans un "double" au tennis, même s'il y a "des désaccords" entre eux.

23 novembre

France Inter - La République exemplaire de Hollande ?

Le secrétaire d'État aux anciens combattants, Kader Arif a fait "le choix, en responsabilité." Il quitte le gouvernement après avoir été cité dans une enquête préliminaire portant sur des passations suspectes de marchés publics. Les crises s'enchaînent.

Le Figaro - 2017 : François Hollande battu à la primaire par Valls ou Aubry

Alors que le PS s'interroge sur une éventuelle primaire, notre sondage OpinionWay met en lumière le rejet massif dont le chef de l'état fait l'objet dans son propre camp.

Le Progrès - Pour 2017, Gérard Collomb demande une primaire "quoi qu’il arrive"

"Il faut une primaire. Quoi qu’il arrive. Pas simplement au sein du seul Parti socialiste mais avec tous ceux qui veulent former une prochaine majorité présidentielle", déclare le maire de Lyon, Gérard Collomb (PS), dans un entretien publié samedi par Le Figaro.

Le Monde - A Toulouse, soutiens modérés à la suite de la démission de Kader Arif

« C’est mon ami et il le restera dans ces moments difficiles. Maintenant, c’est à lui de se défendre. Il y a de vraies affaires et puis il y a celles lancées par des élus de droite qui ne pensent qu’à des jeux politiques. Selon moi, Kader est victime de cela. » François Briançon, ancien adjoint de Pierre Cohen, le maire PS de la ville battu lors des dernières élections, est un vieux compagnon de route de Kader Arif, qui a démissionné de son poste de secrétaire d’Etat aux anciens combattants, vendredi 21 novembre.

L'Obs - Primaires au PS: 65% des Français favorables

65% des Français, et 81% des sympathisants de gauche, seraient favorables à des primaires socialistes pour la présidentielle de 2017, même si François Hollande se représentait, selon un sondage OpinionWay pour Le Figaro publié vendredi.

22 novembre

Le Monde - Hollande et Aubry, ex-meilleurs ennemis du PS, vont déjeuner en tête à tête

C’est une surprise. François Hollande et Martine Aubry devraient déjeuner en tête à tête samedi 22 novembre dans un restaurant du Vieux-Lille. Une rencontre en marge de la Coupe Davis, mais un déjeuner très politique entre les deux anciens adversaires de la primaire socialiste de 2011.

Le Monde - Jean-Marc Todeschini, de retour aux anciens combattants

Jean-Marc Todeschini, sénateur PS de Moselle, a été nommé vendredi 21 novembre secrétaire d'Etat aux anciens combattants après la démission de Kader Arif. Ce n'est pas la première fois qu'il travaille dans ce ministère puisqu'il avait, sous le gouvernement Jospin, occupé le poste de chef de cabinet de Jean-Pierre Masseret, alors secrétaire d'Etat aux anciens combattants.

BFMTV - Démission de Kader Arif: l'entretien avec Hollande a été très tendu

La liste des ministres limogés ou démissionnaires depuis le début du quinquennat de François Hollande s'est encore allongée vendredi avec le départ du secrétaire d'État aux Anciens combattants Kader Arif, soupçonné de favoritisme dans un dossier d'attribution de marchés publics.

Le Parisien - Présidentielle 2017 : Hollande veut clore le débat sur la primaire à gauche

C'est un rappel à l'ordre en bonne et due forme. Alors que le secrétaire d'Etat à la Réforme de l'État, Thierry Mandon, a relancé mardi le débat sur l'organisation d'une primaire à gauche en vue de la présidentielle de 2017, la jugeant «indispensable», a sifflé la fin de la récréation ce jeudi.

21 novembre

TF1 - Une période d'essai de deux à trois ans pour les CDI, une bonne idée selon Collomb

Si certains prônent la création d'un contrat de travail unique, le maire socialiste de Lyon, Gérard Collomb, préconise de son côté une période d'essai de deux à trois ans pour les contrats à durée indéterminée.

20 Minutes - Le PS doit-il vraiment organiser des primaires pour la présidentielle 2017?

Un membre du gouvernement, pour la première fois, a jugé qu'une primaire à gauche était indispensable même dans le cas où François Hollande se présenterait...

20 novembre

Libé - L’Assemblée se pose trop de questions (écrites)

RÉCIT Dans une proposition de réforme du règlement, Bartolone veut calmer les ardeurs des députés qui abusent parfois de cet outil.

Le Monde - Autoroutes : passe d’armes à distance entre députés et concessionnaires

Le débat sur l’avenir du système autoroutier s’enrichit de nouvelles contributions. Cette fois, ce sont les députés qui apportent leur pierre à l’édifice. Dans un rapport parlementaire, dont la mission a présenté un point d’étape mercredi 19 novembre, les députés cherchent comment rééquilibrer les relations entre les sociétés concessionnaires - Vinci, Eiffage et Abertis - et l’Etat.

Libé - Prime d’activité : Valls promet «un dispositif simple»

Cette mesure, qui doit entrer en vigueur en janvier 2016, est censée proposer une aide en temps réel et non pas un an plus tard, comme la prime pour l'emploi actuelle.

Les Echos - Justice sociale : les signaux de Hollande

Fusion prime pour l’emploi-RSA, visite à Florange... François Hollande tente de parler aux classes populaires.

Les Echos - Emmanuel Macron veut la fin des retraites chapeaux

Le ministre de l’Economie confie une mission à l’IGF. Il souhaite supprimer le système actuel déjà très lourdement taxé, au moins pour les mandataires sociaux.

19 novembre

BFM TV - Le PS adopte un projet de Charte des socialistes

La direction du Parti socialiste a adopté ce mardi un projet de Charte des socialistes. Un texte qui sera soumis aux militants, il vise à définir l'identité du parti.

Les Echos - Il faut une primaire élargie à gauche pour être au second tour en 2017, estime Mandon

Sans primaire élargie, la gauche pourrait être privée de second tour lors de la présidentielle de 2017.
 
 
DANS LA CARAVANE DU PRÉSIDENT Avant de conclure sa tournée dans le Pacifique par Canberra, capitale de l'Australie, où il rencontrera le Premier ministre, Tony Abbott, François Hollande s'est exprimé devant les expatriés français à Sydney.

L'Express - PS: après l'affaire Thévenoud, plongée dans la génération apparatchiks

Ils connaissent tout des congrès, des campagnes et des jeux d'appareil moins la vie réelle... L'affaire Thévenoud, un cas pathologique, a mis en lumière ces jeunes députés biberonnés à la politique. Et qui occupent une place prépondérante dans les rangs du PS à l'Assemblée.

18 novembre

LCP - Cambadélis : "capitulation républicaine" d’une "droite sans boussole"

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste (PS), a vu lundi une "capitulation républicaine sur tous les sujets" d'une droite "sans boussole", en réaction aux déclarations de Nicolas Sarkozy sur la loi Taubira.

Le Parisien - Suppression de l'ISF : Macron dénonce la «provocation» de Gattaz

Pour le , il n'y a donc pas de débat : hors de question que l'impôt sur la fortune soit supprimé. Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, a renvoyé Pierre Gattaz dans les cordes lundi soir. La proposition du président du Medef de supprimer l'ISF, lâchée lundi matin, est une «provocation» selon Emmanuel Macron.

LCP - Carvounas (PS) pour la suppression du 1er ministre et le droit de vote à 16 ans

Le sénateur-maire d'Alfortville, Luc Carvounas (PS), plaide pour "la suppression de la fonction de Premier ministre", la proportionnelle intégrale aux législatives ou encore le droit de vote à 16 ans, dans un livre de la Fondation Jean-Jaurès publié lundi.

Les Echos - Emmanuel Macron veut soutenir l’activité plutôt que le pouvoir d’achat

DECRYPTAGE - Le ministre de l’Economie ne s’est pas lancé dans une guerre tarifaire avec les professions réglementées, prenant le contre-pied de son prédécesseur Arnaud Montebourg.

Le Monde - Cambadélis se pose en rassembleur du PS en vue du prochain congrès

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste depuis l'éviction d'Harlem Désir en avril, veut conserver son poste après le congrès qui se tiendra les 5, 6 et 7 juin 2015. Samedi 15 novembre, il a estimé être le plus à même de regrouper toutes les tendances d'un parti déchiré entre une aile droite fidèle au gouvernement et une aile gauche de plus en plus critique.

Regards - Congrès du PS : une date et bien des possibles

Le congrès du Parti socialiste aura lieu en juin 2015. Actée par le Conseil national ce week-end, la date ne satisfait personne. L’échéance est annoncée à hauts risques pour le gouvernement. Elle l’est aussi pour les gauches du PS et les frondeurs.

17 novembre

Le JDD - François Lamy s'installe avec Aubry à Lille

Martine Aubry a proposé à l’ancien ministre de la Ville, François Lamy, de la rejoindre dans la capitale du Nord. Pour qu’ils y mènent ensemble les combats politiques.

Ils font de la politique ensemble depuis plus de quinze ans. À Paris et maintenant à Lille. Martine Aubry a demandé à François Lamy de venir y militer et ils se sont affichés ensemble, samedi, dans la capitale du Nord. "François avait envie de tourner une page, il a décidé de dédier la deuxième partie de sa vie politique aux quartiers populaires, je lui ai dit "viens t'installer à Lille". On fait de la politique de la même manière", confie Martine Aubry au JDD. Elle ajoute : "Sans François, je n'aurais pas fait ce que j'ai fait au PS, on n'aurait pas redressé le parti, pas pu gagner les élections. J'ai toujours apprécié son engagement, la façon dont il fait de la politique avec une morale, un sens de l'intérêt général, en étant en plus drôle".

Le Monde - A gauche, l’introuvable « majorité alternative »

Tout ce que la gauche compte d’opposants à la politique menée par François Hollande se retrouve dans la rue, samedi 15 novembre, pour une « marche contre l’austérité ». A Paris et dans une quinzaine de villes, militants et élus du Front de gauche, du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), de Nouvelle donne et de l’aile gauche d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) battent le pavé à l’appel du collectif Alternative à l’austérité. L’occasion pour eux de se compter, alors que certains réclament la formation d’une « majorité alternative ».
_____________________________
_____________________________

15/11/2014

L'actualité des socialistes du 10 au 16 novembre (mise à jour)

A la une

Le Parisien - Congrès du PS : Cambadélis pense être le meilleur pour rassembler le parti

Ça a le mérite d'être clair. Jean-Christophe Cambadélis ne voit personne d'autre que lui pour préserver l'unité du . Alors que le conseil national  du parti a approuvé la date du prochain congrès, les 5, 6 et 7 juin 2015 (le lieu sera connu dans quelques jours), le Premier secrétaire du PS se verrait bien conserver son poste après cette échéance. A la question «quelle est la personnalité la plus à même de  rassembler toutes les tendances ?», il répond tout de go ce samedi : «moi».

16 novembre

Le Monde - Croissance : la France fait mieux que prévu au troisième trimestre

C'est mieux que nos voisins Allemands, mais ce n'est pas brillant. Selon les statistiques publiées vendredi 14 novembre par l'Insee, le PIB français a cru de 0,3 % au troisième trimestre, après avoir stagné au premier trimestre et reculé de 0,1 % au second – un chiffre révisé à la baisse. Une bonne nouvelle, au regard des 0,1 % que prévoyaient les conjoncturistes. Surtout, notre économie s'est un peu plus redressée que celle de l'Allemagne (+0,1 %). « Nous devons nous féliciter d'être dans une situation meilleure, meilleure que les allemands », s'est réjoui Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS, sur Europe 1.

15 novembre

Libé - Et si Hollande avait (finalement) réussi son émission sur TF1 ?

RETOUR SUR A rebours des analyses très critiques (y compris à «Libé») sur sa prestation, le chef de l’Etat a gagné en popularité après son émission de mi-mandat.

Com'c'est bizarre - Le signal faible d'un rebond pour le Président

Ce ne sont certes que quelques indices concordant dans le même sens : trois sondages successifs soulignent un léger mieux dans la popularité de François Hollande. Réalisées après son émission de télévision du 6 novembre, ces études doivent être interprétées avec prudence. Elles tendent cependant à démontrer un hiatus manifeste de perception de l’intervention de mi-mandat entre l’opinion, d’une part, et les médias, d’autre part. A l’unanimité très critique de ceux-ci répond, comme un écho, une réaction beaucoup plus nuancée de celle-là. Et si le regard médiatique, jusque dans les colonnes de Libération, était empreint d’une forme d’élitisme panurgique ?

Le Monde, Lui Président - Exemplarité : François Hollande trahi par son entourage?

"Moi, président de la République, je ferai en sorte que mon comportement soit exemplaire." Une promesse prise par François Hollande lors du débat de l'entre-deux-tours. Si rien n'indique pour l'instant que le président ait trahi cet engagement, il n'en va pas de même pour les collaborateurs du chef de l'Etat.

Le Monde - Le prochain congrès du PS sera organisé début juin 2015

Le prochain congrès du Parti socialiste sera organisé les 5, 6 et 7 juin 2015. La commission chargée de délibérer sur la date du prochain congrès du PS doit se prononcer jeudi 13 novembre en début de soirée en faveur de ce calendrier, proposé par le premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis

14 novembre

LCP - Institutions : 22 membres pour la mission Bartolone-Winock, mais sans sénateur UMP

La mission sur l'avenir des institutions co-présidée par le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone et l'historien Michel Winock comprend 11 personnalités qualifiées et 11 parlementaires, mais le groupe UMP au Sénat a refusé d'y participer.

13 novembre

20 minutes - PS: Le casse-tête de l’organisation du prochain congrès

La haute autorité du PS a tranché: le parti doit organiser au premier semestre 2015 son prochain congrès… qui aurait dû, selon les statuts du parti, se dérouler à mi-mandat, soit actuellement. Sauf que du côté de la rue de Solférino, on freine des quatre fers depuis plusieurs mois tandis que les frondeurs -mais pas que- réclament sa tenue rapide. Une commission montée par Jean-Christophe Cambadélis pour décider d’une date doit même rendre son avis ce jeudi.

Le Figaro - Aurélie Filippetti fustige «l'inconséquence» de Jean-Pierre Jouyet

«Je suis atterrée par cette affaire.» Interrogée sur France 3, Aurélie Filippetti porte un regard très critique sur l'affaire qui agite le sommet de l'État après les révélations sur le déjeuner entre Jean-Pierre Jouyet et François Fillon. L'ancienne ministre déplore l'attitude du secrétaire général de l'Elysée. A son sujet, elle considère que c'est «au mieux une maladresse, au pire de l'inconséquence ou de la négligence».

PS - Juliette Méadel : «L'indépendance de la justice est garantie par ce quinquennat»

La porte-parole du Parti socialiste Juliette Méadel était l'invitée de l'émission Les Grandes Gueules sur RMC jeudi 12 novembre.

Le Monde - Selon la haute autorité du PS, le congrès doit se tenir avant juillet 2015

Selon un avis de la haute autorité du Parti socialiste (PS), saisie par la fédération de la Nièvre, le 77e congrès du parti devrait être organisé au plus tard « au premier semestre 2015 ».

L'avis, signé le 7 novembre par le président et le vice-président de la haute autorité, rappelle que les statuts du PS prévoient la réunion du congrès national « dans les six mois suivant les élections présidentielle et législatives » – ce qui fut le cas en octobre 2012 à Toulouse – ainsi qu'« à mi-mandat ».

12 novembre

Le Monde - Jean-Pierre Jouyet fragilisé par son revirement

Il n’est jamais très bon en politique de se démentir soi-même. Jean-Pierre Jouyet est en fâcheuse posture, au sortir d’un week-end qui l’aura vu changer sa version des faits sur le déjeuner qu’il a eu avec François Fillon en juin. Vendredi 7 novembre, le secrétaire général de l’Elysée avait d’abord nié que l’ancien premier ministre ait abordé à table l’affaire Bygmalion et l’implication de Nicolas Sarkozy, demandant à l’exécutif d’intervenir pour faire tomber l’ancien président de la République. Il est revenu deux jours plus tard sur sa déclaration dans un texte lu à l’AFP : « François Fillon m’a fait part de sa grave préoccupation concernant l’affaire Bygmalion. Il s’en est déclaré profondément choqué (…). Il a également soulevé la question de la régularité du paiement des pénalités payées par l’UMP pour le dépassement des dépenses autorisées dans le cadre de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. »

Les Echos - Budget : nouvelles coupes dans les ministères

EXCLUSIF Environ 2,2 milliards de crédits sont annulés pour compenser des dérapages dans la défense, les dépenses sociales et la masse salariale.

11 novembre

Le Monde, Les décodeurs - « Ça ne coûte rien, c'est l'Etat qui paye » : histoire d'une phrase que Hollande n'a jamais prononcée

Des dizaines d'articles, de commentaires, des éditoriaux enflammés... Une petite phrase de François Hollande, lors de son intervention, jeudi 6 novembre sur TF1, a largement fait parler depuis.

Le PS estime ce lundi qu'il est "scandaleux" de "vouloir mêler l'Élysée à une sordide guerre à l'UMP".

Challenges - Cambadélis: "L'UMP tente de camoufler une lutte à mort en jetant la suspicion" sur Jouyet

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a accusé lundi l'UMP de vouloir "camoufler une lutte à mort" en son sein pour la présidentielle de 2017 "en jetant la suspicion" sur le secrétaire général de l'Élysée Jean-Pierre Jouyet.

France 24 - Affaire Jouyet-Fillon : l'ami de François Hollande a-t-il commis la "maladresse" de trop ?

Au cœur d'un imbroglio politique avec l'ex-Premier ministre François Fillon, Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l'Élysée, plonge une nouvelle fois dans l'embarras François Hollande, son ami de plus de 30 ans.

Libé, C'est classe - Mères accompagnatrices: Najat Vallaud-Belkacem n'a pas de voile aux yeux

Sur la laïcité à l’école, il y a deux types de ministres. Les précautionneux, voire les peureux qui craignent de mettre le feu aux poudres, et qui prennent des positions claires mais pas trop, histoire de ne provoquer personne. Parmi eux, on peut ranger Luc Chatel, auteur en 2012 d’une circulaire sur les mères voilées accompagnant les sorties qui laisse une part de flou.

10 novembre

Le Parisien - Etats généraux du PS : Rocard corrige Valls

Le « maître » rappelle à l'ordre l'« élève ». Dans la contribution qu'il vient d'adresser au dans le cadre de ses Etats généraux, égratigne son ancien conseiller aux affaires étudiantes des années 1980, un certain Manuel Valls.

Le Nouvel Obs - Hollande sur TF1 : des Français caricaturaux pour un débat d'une grande superficialité

LE PLUS. François Hollande proche de la population ? Ce jeudi 6 novembre, le président de la République a répondu aux questions de Français sur TF1. Que penser de ce concept ? N'est-il pas biaisé ? Le décryptage de Pierre-Emmanuel Guigo, doctorant à Sciences-Po.

Lyon Capitale - Elections de Vénissieux : le PS local va au Conseil d'Etat

Suite à l'annulation des dernières élections municipales de Vénissieux, le 7 octobre dernier, les représentants des socialistes vénissians viennent de déposer une requête pour contester le jugement du tribunal administratif devant le Conseil d'Etat.

 

08/11/2014

L'actualité des socialistes du 3 au 9 novembre (mise à jour)

Le zapping du PAF - « PS : les désenchantés du Hollandisme » dans Interception sur France Inter

 

Demain dimanche à 9h10 dans son émission « Interception », France Inter diffusera « PS : les désenchantés du hollandisme », un reportage signé Marion Lagardère.

Il n’est pas facile d’être militant ou sympathisant socialiste en ce moment... La popularité du gouvernement est en berne, les promesses de campagne sont loin d’avoir été tenues, le chômage continue d’augmenter et l’économie reste en panne. Cela ne rend pas la tâche du militant de base facile.

A la une

Libé - Etat palestinien: Fabius entrouvre la porte

Alors que des parlementaires de gauche veulent pousser l'exécutif à reconnaître la Palestine, Laurent Fabius a promis que la France devrait «prendre ses responsabilités» si les négociations de paix n'aboutissent pas.

9 novembre

Le JDD - Montebourg, les coulisses d’une reconversion

ENQUÊTE - L’ex-ministre du Redressement productif est retourné cette semaine sur les bancs d’une école de management pour devenir dirigeant d’entreprise. Mais il ne compte pas abandonner la politique pour autant…

Le Monde - Un président trop attentiste pour être convaincant

La décision du président de la République d’intervenir à la télévision, face aux Français et dans un dialogue direct avec quatre d’entre eux, résultait d’un constat très largement partagé dans le pays et dont l’Elysée n’ignore rien : à mi-mandat, François Hollande souffre d’un triple déficit – d’image, de crédibilité, de résultats.

Le Monde - Les annonces de Hollande, un air de déjà-vu

Invité jeudi 6 novembre de TF1 et RTL pour une émission « face aux Français », François Hollande a fait plusieurs annonces. Mais certaines mesures concernées étaient floues ou relevaient du recyclage.

8 novembre

Libé - Fiscalité et croissance : petits et gros bobards de François Hollande

DÉSINTOX Le Président de la République a commis quelques oublis, jeudi sur TF1...

Plombante sur la forme, guère emballante sur le fond, l'interview télévisée de François Hollande s'est également accompagnée de quelques inexactitudes, surtout en matière économique.

Libé - Hausses d'impôt : l’élément de langage qui pourrit la vie de François Hollande

DÉCRYPTAGE En septembre 2012, Ayrault annonçait que 9 Français sur 10 serait épargnés par les hausses d'impôt. Deux ans après, l’exécutif traîne cette phrase comme un boulet. C’est à la fois injuste et mérité.

Le Monde - Les tablettes au collège, la fausse bonne idée de François Hollande

« Des cours de codage » et « une tablette et une formation au numérique » pour tous les élèves de cinquième à partir de la rentrée 2016 : voilà les deux principaux points du « plan numérique » pour l'école qu'a précisé François Hollande, jeudi 6 novembre sur TF1. Les tablettes au collège, c'est presque une spécialité du président de la République : la Corrèze, son fief, équipe depuis 2010 les collégiens en iPad, la tablette d'Apple, dans le cadre d'un programme pilote qui prévoyait initialement d'équiper les élèves d'ordinateurs portables.

Libé - Hollande: «Je me cramponne»

RÉCIT Sur TF1, jeudi soir, François Hollande entendait faire de la pédagogie. Il s’est retrouvé coincé dans une série de face-à-face avec les quatre Français invités et a réaffirmé sa ligne avec véhémence.

Libé - «Le format s'est refermé sur Hollande comme un piège»

RETOUR SUR Le Président étrennait un nouveau type d'émission avec des «Français ordinaires» en intervieweurs. Pas très convaincant.

François Hollande se confrontait ce jeudi soir pour la première fois à un nouveau format d’émission, où quatre «Français ordinaires» étaient chargés de l’interroger à l’occasion de la mi-mandat. Retour sur l’expérience.

Le Figaro - François Hollande à la télé : réactions contrastées à gauche

Après la prestation télévisée de mi-mandat du chef de l'État, jeudi sur TF1, une partie de la gauche le trouve convaincant tandis qu'une autre attend qu'il change sa politique.

Les Echos - Quand Hollande fustigeait le bilan de Sarkozy à mi-mandat

A l’automne 2009, le socialiste s’était appliqué à épingler les « promesses non tenues » du locataire de l’Elysée, touché, selon lui, « sur sa crédibilité ». « Notre société, notait François Hollande, se désespère ».
 

A mi-mandat, le Président est l'invité de TF1 ce jeudi soir. Vous avez commenté la soirée avec l'équipe de Libération et nos invités.

Le Monde - Ce qu'il faut retenir de François Hollande « face aux Français »

A la moitié de son mandat, François Hollande est l'invité jeudi 6 novembre d'une émission « face aux Français ». Dans un propos liminaire, le président de la République a déploré le « dénigrement » de la France.

« Chaque fois que je suis à l'étranger, la France – ce n'est pas moi –, la France est respectée. (…) La France est sans doute le pays au monde le plus respecté, parce que chaque fois qu'il y a une situation difficile, c'est vers la France qu'on se tourne », a-t-il dit.

7 novembre

Le Lab - Hollande a encore toutes ses chances en 2017 : Cambadélis convoque Dilma Roussef

Rien n'est perdu pour François Hollande. La preuve ? Dilma Roussef.

Invité de LCI et Radio Classique ce 6 novembre, et alors qu'on lui fait remarquer que "les Français ont déjà tourné la page de François Hollande", Jean-Christophe Cambadélis évoque le cas de la présidente brésilienne, réélue le 26 octobre malgré les mauvais sondages

Les Echos - Luxleaks: Juncker doit condamner et proposer une directive européenne anti-optimisation fiscale

La secrétaire nationale du PS à l’Economie Karine Berger a souhaité jeudi que Jean-Claude Juncker « condamne extrêmement sérieusement » le système d’évasion fiscale mis en place au Luxembourg et propose une directive pour contrer une « concurrence crépusculaire » entre systèmes fiscaux européens.

Slate - Quatre graphiques qui permettent de comparer la mi-mandat de François Hollande à celle de ses prédécesseurs

Popularité, chômage, croissance, élections partielles: bilan des trente premiers mois de présidence du président socialiste.

Ce jeudi 6 novembre marque la mi-mandat de François Hollande. Pour étalonner son action sur des chiffres, nous avons comparé ses résultats sur quatre critères à ceux de ses prédécesseurs en retenant, pour chacun d'entre eux, les deux premières années et demi d'exercice (30 mois).

Les décodeurs, Le Monde - La proportionnelle à l'Assemblée, qu'est-ce que ça changerait ?

L'UMP s'inquiète de l'éventualité d'une modification du mode de scrutin des législatives, que François Hollande pourrait être tenté de proposer.

A mi-mandat, le président François Hollande, qui s'exprime jeudi 5 novembre à la télévision, pourrait être tenté de relancer une réforme qui figurait dans ses engagements de campagne : l'introduction d'une part de proportionnelle à l'Assemblée nationale.

6 novembre

FranceTVInfo - VIDEO. La France "championne d'Europe pour la reproduction des inégalités" à l'école, selon Benoît Hamon

Dans un extrait de l'émission "Bondy Blog Café" qui sera diffusée le 9 novembre sur France Ô et LCP, l'ex-ministre de l'Education nationale dénonce l'inefficacité de l'école républicaine en matière de réduction des inégalités sociales.

Le Figaro - Survol des centrales par des drones : «Ceux qui font ça sont des irresponsables»

Jean-Yves Le Déaut est député PS, président de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST). Pronucléaire, il a rédigé plusieurs rapports sur la sécurité des centrales et ses travaux sont à l'origine de l'indépendance de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Il revient sur le survol des centrales nucléaires par des drones.

L'Obs - SONDAGE. Manuel Valls, favori des électeurs PS si François Hollande renonce

Dans l'hypothèse où François Hollande ne se représenterait pas, Martine Aubry (39%) serait distancée par le Premier ministre (49%) au sein des sympathisants PS, selon un sondage BVA pour "l'Obs".

Le Monde - Moscovici démissionne de l'Assemblée, le PS menacé de perdre sa majorité absolue

Pierre Moscovici, désormais commissaire européen, a officiellement démissionné de son mandat de député, a-t-on indiqué mardi 4 novembre à la présidence de l'Assemblée. Cette annonce – attendue car les deux postes de l'ancien ministre sont incompatibles – va entraîner la tenue d'une législative partielle à haut risque dans sa circonscription du Doubs.

5 novembre

BFM - La proportionnelle est-elle toujours une option pour Hollande?

Le chef de l'Etat avait promis d'instaurer une dose de proportionnelle aux législatives. L'idée ne semble pas l'avoir quitté et le Président pourrait même proposer la proportionnelle intégrale, avec le risque de faire élire de nombreux députés FN.

4 novembre

Le Lab - De Muet à Pompili, en passant par Guedj, quand Emmanuel Macron multiplie les rencontres

"Quand on a jamais été élu, on a intérêt à venir déminer !" Ce conseil d’amie d’une parlementaire semble avoir été entendu 5 sur 5 par Emmanuel Macron. Avant la présentation de son projet de loi pour l'activité et l'égalité des chances économiques en Conseil des ministres en janvier, il s’est fixé un objectif : voir tout le monde.

Les Echos - Bercy met les pôles de compétitivité à la diète

Bercy ampute de 30  % ses aides au fonctionnement des pôles dans un contexte de montée en puissance programmée des régions

L'Obs - Hollande au plus bas dans les sondages : ne sous-estimons pas Monsieur 3%

LE PLUS. François Hollande est en tournée. Au plus bas dans les sondages, le président de la République est très présent, ces dernier temps, sur les chaînes de télé. Quel image donne t-il ? Est-ce l'occasion de renouer avec les Français ? Le décryptage de notre chroniqueur Thierry de Cabarrus

Slate - L’écologie politique est un champ de bataille

Des débats internes à propos de la participation gouvernementale aux récentes déclarations à propos du drame de Sivens, ce qui se passe au sein d'EELV témoigne des tensions liées à l’insertion de l’écologie dans la vie politique française.

3 novembre

En Gironde, un homme s'est réfugié sur une grue, rapporte "Sud Ouest". Il réclame le remboursement de sa cotisation au PS.

Blog Libé - Sivens, le déménagement du territoire en France par Philippe Pelletier

Ce qui se passe depuis deux ans dans la vallée du Trescou à propos du projet de barrage de Sivens (Tarn) et qui vient brutalement de s’accélérer avec la mort d’un jeune opposant, suite à une charge nocturne de la gendarmerie, illustre à nouveau, et dramatiquement, le déménagement du territoire qui est actuellement à l’œuvre en France.

Au même moment — et ce n’est pas une coïncidence — les plus hautes autorités discutent en effet de deux grands chantiers à implications géographiques extrêmement fortes : d’une part, le Grand Paris, pour lequel le Premier ministre Emmanuel Valls vient de confirmer l’engagement étatique de 1,4 milliard à destination des transports franciliens (1); d’autre part, la Réforme territoriale concernant le regroupement des Régions que vient de confirmer le même Valls (2).
_____________________________
_____________________________

01/11/2014

L'actualité des socialistes du 27 octobre au 2 novembre (mise à jour)

A la une

Marianne - Les votes des "frondeurs" PS disséqués dans la durée

Sur son blog personnel, le journaliste Laurent de Boissieu résume dans une infographie didactique l’évolution des votes des "frondeurs" socialistes. Résultat : s'ils ont du mal à passer la barre des 40 abstentions, un "noyau dur" d’une trentaine de parlementaires existe bel et bien. Et leur existence met en lumière un gouvernement soutenu aujourd'hui par une majorité peau de chagrin.

2 novembre

Marianne - Ce que ne voient pas les "frondeurs", Bernard Roman

Bernard Roman est un convaincu. Et il veut convaincre aussi, chiffres et citation du chef de l'Etat à l'appui. Car pour le député PS du Nord, la politique dictée par François Hollande est la bonne. "Au-delà des postures, écrit-il ainsi, qui peut nier que la France est sans doute aujourd'hui le pays du monde qui a le mieux protégé sa population face à la crise ?"

 

1er novembre

Libé - Pour Valls, Hollande a «une vocation naturelle à être candidat» en 2017

«C’est ma tâche de l’aider à réussir afin que la France en 2017 soit dans un meilleur état qu’en 2012», a ajouté le Premier ministre, dans un entretien à un journal néerlandais.

Libé - Arnaud Montebourg va étudier comment devenir un «haut dirigeant»

L'ancien ministre de l’Economie va suivre un cursus de management à l’'Insead, une école de commerce de Fontainebleau. Et se prépare à monter sa propre entreprise.

Le Monde - Le PS est-il en train de perdre sa base militante ?

Le PS est-il menacé par une hémorragie militante ? Un document interne, révélé par Europe 1 jeudi 30 octobre, montre qu'au 31 juillet le parti enregistrait une forte baisse de ses recettes dues aux adhésions. Ce tableau de bord, dont le PS a confirmé l'authenticité au Monde, présente le budget prévisionnel de l'année 2014, avec 2,3 millions d’euros attendus dans la rubrique « cotisation des militants ». Après sept mois, le parti n'avait récolté que 530 369 euros, soit 60 % de moins qu'espéré à ce moment de l'année. Au-delà de l'impact sur le budget du parti, ces chiffres montrent surtout que beaucoup de militants PS n'ont pas encore repris leur carte, alors que le PS est traversé par une crise interne très forte.

31 octobre

Libé - Matignon a-t-il trop forcé sur les salaires ?

La modération salariale, oui, mais pas pour les conseillers à Matignon ? Selon le journal en ligne Mediapart, après la baisse des salaires dans les cabinets ministériels obligatoire avec Hollande, les fiches de paie des conseillers du Premier ministre, Manuel Valls, ont quelque peu gonflé.

La Gazette des Communes - Cabinets ministériels : le député PS Dosière dénonce des « rémunérations choquantes »

Le député PS René Dosière, spécialise des dépenses de l'État, a jugé jeudi 30 octobre "choquantes" les rémunérations dans les cabinets ministériels du gouvernement Valls, au vu de données figurant dans les annexes du projet de budget 2015.

« Par rapport au gouvernement Ayrault (2013), les rémunérations dans le gouvernement Valls (2014) sont en forte augmentation : +7,1% à 8.201 euros pour la rémunération brute moyenne d’un agent et +4,3% à 2.235 euros pour les indemnités de sujétion » (primes, ndlr), a noté l’élu de l’Aisne sur son blog.

« Il apparaît que c’est au secrétariat d’État à l’Enseignement supérieur que l’on est le mieux payé (12.222 euros/mois), soit deux fois plus qu’à la Francophonie, ministère qui paie le moins bien », selon lui.

J-C Cambadélis : l'Etat de droit va renforcer la confiance des citoyens dans leur gouvernement

( Source: Xinhua ) 31.10.2014 08h23

Le premier secrétaire du Parti socialiste français (PS), Jean-Christophe Cambadélis, a commenté mercredi à Beijing la décision du Parti communiste chinois (PCC) concernant la gouvernance de l'Etat de droit, indiquant que "cela permettra de renforcer l'indépendance de la justice ainsi que la confiance des citoyens dans leur gouvernement. C'est une étape très importante quand on regarde la Chine il y trente ans et quand on regarde la Chine aujourd'hui dans ce domaine".

La visite en Chine de M. Cambadélis a coïncidé avec le 50e anniversaire des relations sino-françaises, célébré actuellement par des centaines d'événements dans les deux pays.

M. Cambadélis a déclaré que le PS était prêt à profiter de cet anniversaire pour intensifier les relations entre les deux partis et les deux pays, ajoutant que les relations entre le PS et le PCC n'avaient jamais cessé depuis leur établissement en 1981.

Les Echos - Simplification : Hollande table sur 11 milliards d'économies

Le chef de l'Etat a juré que le « mouvement », jusqu'à fin 2016, « ne s'arrêtera plus » Il a voulu démontrer que ces mesures faciliteront « la vie quotidienne des Français ».

Un « événement » de deux heures et demie dans la salle des fêtes de l'Elysée. Neuf membres du gouvernement présents, dont le premier d'entre eux, Manuel Valls. Et François Hollande qui, dans son discours de clôture, jure que « le train est parti et ne s'arrêtera plus ». L'exécutif a mis les bouchées doubles, hier, pour promouvoir ses mesures de simplification. Avec le souci de montrer que des mesures éparses, qui risqueraient d'apparaître négligeables, peuvent créer un « choc ». C'est-à-dire produire de la « confiance », de la croissance et des emplois.

Libé - A l’Elysée, le show de simplification

Le Président et le gouvernement ont mis en scène ce jeudi les premières mesures du «choc» destiné à améliorer le fonctionnement de l'administration.

30 octobre

Libé - Les «frondeurs» confirment leur abstention sur le budget de la Sécu

Ces députés socialistes contestent les allègements sans contrepartie de cotisations sur les entreprises, ainsi que l'ampleur des économies programmées en 2015.

L’Assemblée nationale doit adopter mardi le budget de la Sécurité sociale comprenant la modulation des allocations familiales, un vote qui devrait constituer pour l’essentiel une réplique de celui de la semaine dernière sur le budget de l’Etat, malgré un contexte politique tendu.

29 octobre

Le Monde - Comment redonner du sens à la réforme territoriale Par Collectif de 20 présidents de régions

Le 10 octobre dernier, le premier ministre Manuel Valls exprimait sa détermination à régionaliser notre pays devant notre 10e Congrès, réuni à Toulouse (Midi-Pyrénées). Pour la première fois, un chef de gouvernement venait devant les élus régionaux de toutes sensibilités politiques reconnaître que « faire réussir les régions, c’est faire réussir la France ». Il convenait avec eux que la réforme territoriale était un pilier essentiel du redressement du pays puisqu’elle libérerait les énergies et l’initiative, et contribuerait à redonner ainsi confiance dans l’avenir à nos concitoyens, et tout particulièrement à la jeunesse.

29 octobre

L'Express - Face aux frondeurs, l'aile droite du PS peine à s'organiser

Ce mardi après-midi, l'Assemblée vote le budget de la sécurité sociale 2015. Les frondeurs vont à nouveau se montrer et agacer la majorité légitimiste du groupe PS. 

28 octobre

Libé - Gravité

Nul besoin de convoquer Jaurès et Guesde, Mitterrand et Rocard, pour rappeler que l’histoire de la gauche française s’est construite sur de profonds clivages idéologiques. Il serait pourtant trop simple de ne voir aujourd’hui, à travers l’affrontement qui agite les gauches dans la majorité, qu’un nouvel avatar d’une guerre historique. Car au-delà des querelles traditionnelles entre socialistes et libéraux, la gauche est désormais en miettes, constituée d’une kyrielle de familles divergentes, des clans venus parfois fracturer les chapelles anciennes.

Le Nouvel Obs - La France répond à Bruxelles et réduit (un peu plus) son déficit

La France a présenté des "précisions" et des "mesures nouvelles" qui permettront de réduire le déficit public de 3,6 milliards d'euros de plus que prévu, annonce Michel Sapin.

Le Monde - Budget : la France devrait échapper à l'avis négatif de la Commission européenne

Les efforts de Paris ont payé. Selon les informations obtenues par Le Monde de sources européennes concordantes, la Commission européenne ne devrait pas sanctionner d'un avis négatif la France sur son projet de budget 2015, suite à l'envoi par Bercy lundi 27 octobre d'un courrier annonçant des efforts supplémentaires de l'ordre de 3,6 milliards d'euros.

Le Monde (blog) - De la non-inversion de la courbe à l’aveu d’échec : sept mois de communication de M. Rebsamen

"Soyons honnêtes: nous sommes en échec." François Rebsamen s'est voulu très clair, dans Le Parisien du samedi 25 octobre, au lendemain de nouveaux mauvais chiffres du chômage. Après plus de trois ans de hausse quasi-ininterrompue du chômage, le ministre du travail et de l'emploi a expliqué qu'il a "beau faire feu de tout bois, il n'y a pas assez de création d'emplois".

Lyon Capitale - Crise au PS : Joassard “en plein accord avec les frondeurs”

Jules Joassard, conseiller municipal de Sérézin-du-Rhône, atténue l’importance de la crise qui secoue actuellement les instances du PS. Il réaffirme néanmoins que la politique gouvernementale ne répond pas aux attentes des électeurs et des militants.

L'Obs - Hamon (PS) "verra" s'il vote le budget de la sécu, après son abstention sur les recettes

L'ancien ministre PS Benoît Hamon, qui s'est abstenu lors du vote du budget, "verra" s'il votera mardi le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2015, a-t-il expliqué dimanche.

Le Figaro - Budget de la Sécu : les frondeurs du PS préparent un nouveau camouflet pour le gouvernement

Les députés proches du mouvement «Vive la gauche» prévoient de s'abstenir de nouveau massivement sur le budget de la Sécurité sociale et mobilisent leurs troupes à la veille du vote.

27 octobre

RTL - Crise au PS : Hollande appelle à l'unité

Evoquant les divisions de la gauche ce dimanche, François Hollande a prôné l'unité, valeur "que doit rechercher un président de la République" selon lui.
______________________________
______________________________

26/10/2014

L'actualité des socialistes du 20 octobre au 2 novembre (mise à jour)

A la une

France 3 - Martine Aubry, deuxième meilleure candidate du PS derrière Manuel Valls pour 2017, selon un sondage

Plus de huit Français sur dix déclarent ne pas souhaiter que François Hollande se représente à l'élection présidentielle de 2017, selon un sondage réalisé par Odoxa pour CQFD, I>Télé et Le Parisien Aujourd'hui en France et publié samedi.

26 octobre

Libé - Sept sympathisants PS sur dix contre un nouveau nom

Alors que le Premier ministre souhaite construire la «maison commune» de «tous les progressistes», la majorité des sondés, toutes sensibilités politiques confondues, ne souhaitent pas que le PS change de nom.

Le Parisien - PS : les Français préfèrent sa rénovation plutôt que sa mise à mort

Le n'est pas encore . Pas dans l'esprit des Français en tout cas. Le a beau être en crise, l'opinion ne voit pas vraiment l'intérêt de le dissoudre, ni même de le rebaptiser. A en croire deux récents sondages vous êtes en effet une majorité - et a fortiori parmi les sympathisants du PS - à préférer une rénovation du parti de la rue Solférino plutôt qu'une dissolution.

Slate - Cambadélis, l'homme qui doit sauver la vieille maison socialiste

Le premier secrétaire du PS ne veut pas être le liquidateur du parti.

Le premier secrétaire d’un Parti socialiste au pouvoir remplit d’ordinaire un rôle secondaire. Ce n’est alors qu’une fonction d’accompagnement. Le numéro un de la formation gouvernementale a pour mission de mettre en musique le soutien à l’exécutif et de faire avaler aux militants ses choix les plus surprenants au regard de l’orthodoxie idéologique.

Les Echos - Grunberg : « Hollande est pris en étau entre l’Europe et le Parti socialiste »

Pour Gérard Grunberg, politologue au centre d’études européennes de Sciences po, le face à face entre Paris et Bruxelles sur le budget est compliqué par la crise interne au PS. Cette dernière risque selon lui de conduire le chef de l’Etat à privilégier le bras de fer avec la Commission.

L'Obs - Manuel Valls enterre la "gauche passéiste" : l'après-Hollande a déjà commencé

Manuel Valls lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée, le 10 septembre 2014 (M. BUREAU/AFP).

Les ambitieux aiment avoir un train d'avance. Chez les socialistes, on est déjà dans l'après-Hollande et les grandes manœuvres ont commencé. Manuel Valls propose une refonte de la gauche en l'ouvrant au centre. Quant à Benoît Hamon, il se positionne en révolutionnaire pour s’emparer du parti socialiste, pendant qu’Arnaud Montebourg prépare déjà sa candidature à la présidentielle.

L'Obs - Lettre de la Commission sur le budget publiée: Hollande rate l'occasion d'être transparent

LE PLUS. François Hollande s'est fait cordialement taper sur les doigts par Bruxelles. La Commission européenne a envoyé une lettre à la France pour lui signifier son désaccord avec le budget 2015. Des élus PS réclamaient la publication de ce courrier. Ils ont eu gain de cause grâce à Mediapart. Hollande aurait-il dû devancer le site d'information ? Analyse de l'éditorialiste Jean-Marcel Bouguereau.

Le Lab - Budget : Mediapart publie la lettre de Bruxelles à la France, que Hollande refuse de rendre publique

BUDGETLEAKS - "C'est une lettre très banale et on peut ne pas publier des lettres très banales qui  demandent simplement de l'information et qui demandent à poursuivre le dialogue." C'est ainsi que François Hollande justifie son refus de rendre publique la lettre de la Commission européenne adressée au ministre des Finances Michel Sapin, au sujet du projet de budget de la France pour 2015.

25 octobre

Le Monde - L’Assemblée vote la modulation des allocations familiales

A quelques voix d’écart, les députés ont adopté un amendement au budget de la sécurité sociale qui met fin à l’uniformité des allocations familiales.

Le Monde - Les querelles du PS s'immiscent dans l'examen du budget de la Sécurité sociale

Les députés « frondeurs » ont cherché à supprimer, ou au moins à reculer, la réduction de la contribution sociale de solidarité des sociétés, pour éviter des économies au détriment de la branche famille.

L'Obs - Le PS n'est pas une "Playstation". C'est plutôt un jeu vidéo

"L'Obs" s'est installé sur son canapé fétiche, a dépoussiéré sa vieille manette et a allumé sa console pour mieux jouer à un des meilleurs jeux vidéo de l'année : "La folle semaine du Parti socialiste".

Le Lab - Divisions au PS : Jean-Marie Le Guen répond à Henri Emmanuelli et souligne que ce sont les "frondeurs" qui sont minoritaires

"Qu’ils se taisent." Figure de l’aile gauche du PS, Henri Emmanuelli a fustigé, jeudi 23 octobre, les "sociaux-libéraux" du PS que sont à ses yeux Manuel Valls et Jean-Marie Le Guen, assurant que leur ligne n’est pas majoritaire au sein du Parti socialiste. Réponse ce vendredi 24 octobre du berger à la bergère de la part du secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen.

L'Obs - Le contenu de la lettre de Bruxelles à la France enfin dévoilé

Des députés socialistes réclamaient la publication de ce courrier jugé "banal" par François Hollande. C'est finalement Mediapart qui l'a rendu public.

Le Point - 7 sympathisants socialistes sur 10 opposés au changement de nom du PS

Après les déclarations de Manuel Valls et les réactions de certains cadres socialistes, 69 % des sympathisants disent non à un nouveau nom pour le parti.

PlayStation : un dirigeant PS se ridiculise en parlant de jeux vidéo

Jean-Christophe Cambadélis s'est ridiculisé en tentant d'utiliser le mot PlayStation lors d'une interview. Le résultat donne une fois de plus, une vision réductrice et abêtissante des jeux vidéo

Le Parisien - Fracture au PS : les échanges d'amabilités continuent

Les appels au rassemblement de Cambadélis ou Bartolone ne semblent pas avoir été entendus par tous. L'aile gauche et l'aile droite du continuent de s'écharper, alors que la fracture au sein du PS ne cesse de s'agrandir depuis trois jours et le vote du budget 2015.

Le Parisien - VIDEO. Cambadélis : «PS, cela ne veut pas dire PlayStation»

Exaspéré par la guerre qui fait rage parmi ses camarades, Jean-Christophe Cambadélis appelle au cessez-le-feu. Et reste ferme sur le nom du parti : pas question d'en changer.

Le Monde - Budget : les députés PS veulent voir la lettre de Bruxelles à Paris

Plusieurs députés socialistes réclament à l'exécutif que soit rendue publique, comme en Italie, la lettre adressée par la Commission européenne au gouvernement français sur le budget 2015. La rapporteure générale du budget, Valérie Rabault, a adressé, vendredi 24 octobre, une demande officielle au ministre des finances, Michel Sapin, en ce sens.

Huffington Post - Parti socialiste : Aubry ou Hamon, l'impossible incarnation des frondeurs

Entre une majorité chancelante à l'Assemblée nationale, les menaces d'exclusion qui volent par médias interposés et un bureau politique au bord de la crise de nerfs, rien ne va plus au PS. Des tensions qui ne devraient pas s'apaiser tant que l'abcès de la ligne politique de l'exécutif, contestée par une frange croissante de l'appareil, n'aura pas été percé par un congrès dont on attend encore la date.

24 octobre

L'Express - Emmanuelli: "la ligne" des sociaux-libéraux n'est "pas majoritaire au PS, "qu'ils se taisent"

Le député PS Henri Emmanuelli a estimé jeudi que la ligne défendue par les sociaux-libéraux, Manuel Valls en tête, n'était "pas majoritaire à gauche" ni au PS et leur demande de se taire et de "faire leur travail" et non de la "philosophie de bazar".

Libé - Le PS pas prêt d’être en coloc avec les centristes

Division. Les cadres socialistes refusent l’idée de Valls d’un rapprochement des «progressistes».

Tout est histoire de fondations. En relançant jeudi dans l’Obs l’idée d’une «maison commune» dont le salon serait occupé par le PS, Manuel Valls a repris une formule déjà testée par… Martine Aubry. C’était en juillet 2009.

Libé - La «maison commune» de Valls, une vieille idée d'Aubry ?

La formule avait déjà été utilisée en 2009 par l'ex-chef du PS. Le périmètre couvrait toute la gauche, pas le centre.

Le Monde - Valls plaide à nouveau pour une redéfinition du PS

Le Parti socialiste poursuit sa rupture. Alors que Benoît Hamon, Aurélie Filippetti ou encore Martine Aubry et Claude Bartolone se démarquent de l'éxécutif, Manuel Valls plaide à nouveau jeudi matin pour une redéfinition du PS dans une « gauche pragmatique, réformiste et républicaine ».

Libé - Bagarre générale chez les socialistes

L'ex-ministre Benoît Hamon accuse le gouvernement de mener une politique économique qui «menace la République» tandis que le Premier ministre veut «en finir avec la gauche passéiste». De quoi mettre tout le monde en désaccord.

L'Obs - EXCLUSIF. Manuel Valls : "Il faut en finir avec la gauche passéiste"

Le Premier ministre lance un défi à la gauche : "se réinventer ou mourir". Entretien à lire dans "L'Obs", en kiosque le 23 octobre. Extraits.

Le Monde - Cambadélis : rester unis au PS, une « urgente nécessité »

Il a revêtu pour l’occasion ses habits de casque bleu. Jean-Christophe Cambadélis a tenu une conférence de presse jeudi 23 octobre rue de Solférino pour appeler tous ses camarades au calme. Organisée dans l’urgence, la déclaration aura été brève... 2 minutes et 45 secondes exactement. « Les dirigeants socialistes doivent maîtriser leurs propos, a lancé le premier secrétaire du PS. Les socialistes doivent rester unis. Les courants socialistes doivent débattre sans se battre. »

Le Monde - Bartolone juge que changer le nom du PS serait « une faute »

Réagissant aux propos de Manuel Valls dans un entretien à L'Obs mercredi où le premier ministre évoquait l'idée de changer le nom du Parti socialiste – une proposition qu'il avait déjà formulée en 2007 et en 2011 –, Claude Bartolone a estimé que c'était « une faute ».

Le président socialiste de l'Assemblée nationale demande la fin de la guerre au PS. Il renvoie dos à dos "les soi-disant modernes" et les "soi-disant archaïques".

Les Echos - « Je suis socialiste depuis 30 ans », réaffirme Manuel Valls

Le Premier ministre s’est exprimé jeudi matin sur RMC et BFMTV, alors même que le Parti socialiste apparaît divisé, tant sur le fond que sur la forme

Libé - Bartolone invite Valls à se concentrer sur son travail de Premier ministre

L'idée avancée par Manuel Valls de changer le nom du PS «est une faute», estime le président de l'Assemblée nationale.

Les Echos - Après Aubry, Valls creuse le fossé entre socialistes

Le Premier ministre dit vouloir en finir avec la « gauche passéiste ».Certains socialistes se demandent s’il ne prépare pas sa sortie de Matignon.

C’est un parlementaire proche de François Hollande qui s’indigne : « A ce rythme-là, la dissolution va devenir salutaire ! ». C’est un pilier du PS qui se désole : « Personne ne veut vraiment la crise mais tout le monde commence à jouer avec, c’est dangereux ».En cause, l'incroyable journée - une de plus - vécue ce mercredi par le parti socialiste et l’exécutif. Une journée qui a encore accrue le fossé en train de se creuser au sein du parti du Président.

Libé - Une alternative à la ligne Valls

Pour son retour, Martine Aubry s’oppose à une gauche libérale qui dit n’avoir aucun tabou sur les 35 heures ou le travail du dimanche.

23 octobre

Regards - Benoît Hamon au bord de la rupture

L’ancien ministre de l’Éducation, chef du courant Un monde d’avance a franchi un cap dans la critique de l’exécutif. Pour Benoît Hamon, elle « menace la République ». Le porte-parole du gouvernement lui répond en lui indiquant la porte de sortie du PS.

L'Obs - Valls enterre la "gauche passéiste" : "l'après Hollande" a déjà commencé

LE PLUS. Dans "L'Obs" à paraître ce jeudi 23 octobre, Manuel Valls explique qu'il faut "en finir avec la gauche passéiste". De son côté, Benoît Hamon déclarait mercredi que la politique de François Hollande "menace la République". Et pendant ce temps-là, Montebourg enchaîne les réunions politiques. Comment comprendre ces sorties ? On en parle avec Jean-Marcel Bouguereau.

Le Nouvel Obs - La fronde socialiste devient guerre ouverte

par Elizabeth Pineau et Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Attaque en règle de Martine Aubry, sécession d'anciens ministres, vote de justesse sur le budget 2015 et banderilles du Premier ministre à sa gauche: la fronde socialiste fait tanguer un gouvernement amarré à une majorité plus fragile que jamais.

Le Monde - Le plaidoyer de Valls pour une « gauche pragmatique et réformiste »

Alors que le Parti socialiste règle ses comptes publiquement après les défections, puis les déclarations de plusieurs anciens ministres, le premier ministre Manuel Valls revient, dans une longue interview donnée a L'Obs à paraître jeudi 23 octobre, sur ce qu'il considère être les bases d'un PS nouvelle génération, pour « en finir avec la gauche passéiste, qui s'attache à un passé révolu et nostalgique, hantée par le surmoi marxiste et par le souvenir des “Trente Glorieuses” ».

Le Monde - Crise au PS : « Un parti qui a toujours été capable des synthèses les plus extrêmes »

Alors que la crise couve chez les socialistes depuis l'abstention des anciens ministres socialistes Benoît Hamon et Aurélie Filippetti lors du vote sur le volet recettes du budget 2015, Nicolas Chapuis, journaliste au service politique du Monde, a répondu à vos questions.

Le Monde - En décorant Valls, Hollande en profite pour ironiser sur les hommes « controversés »

François Hollande, président de la République, a profité, mercredi 22 octobre, de la remise des insignes de grand-croix de l'ordre du Mérite à son premier ministre, Manuel Valls — comme il est d'usage depuis 1974 quand le chef du gouvernement exerce ses fonctions depuis six mois — pour multiplier les sous-entendus politiques.

Le Monde - Benoît Hamon s'attire les foudres du PS

« Les socialistes doivent débattre sans se battre, a expliqué au Monde, mercredi 22 octobre, le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis. Il n'est pas anormal d'avoir des débats sur la situation économique actuelle. Mais on ne peut pas dire pour autant :  “le gouvernement menace la République.” On ne peut pas tenir des propos comme ça. C'est le FN qui menace la République. »

 
Benoît Hamon a appelé le président à réunir toutes les gauches, contredisant la volonté de "rupture" de Manuel Valls.

Libé - Hamon : «Je ne vais pas quitter le PS»

L'ancien ministre, attaqué par le premier secrétaire du PS pour s'être abstenu sur le vote du budget, a vivement critiqué le gouvernement dont il était membre il y a encore deux mois

LCP - Mandon sur Hamon : "La France n’a pas besoin de ces prophètes de malheur"

Le secrétaire d’État à la Réforme de l’État, Thierry Mandon, a jugé mercredi les propos de Benoit Hamon "grotesques", qualifiant l'ancien ministre et les frondeurs socialistes de "prophètes de malheur".

Le Monde - Attaqué au sein du PS, Gérard Filoche « n'a pas l'intention de partir »

Gérard Filoche, membre du bureau national du Parti socialiste (PS), n'a que faire de la vague d'indignation provoquée par deux de ses tweets écrits après la mort brutale du président-directeur général de Total, Christophe de Margerie. Et encore moins de l'injonction du premier ministre Manuel Valls, qui a indiqué devant l'Assemblée nationale que M. Filoche ne « méritait pas » de rester au PS

FranceTVinfo - Qui est Gérard Filoche, le poil à gratter du PS?

Ce membre remuant du bureau national du PS risque d'être sanctionné par son parti après avoir qualifié de "suceur de sang" le patron de Total, mort lundi.

C'est sur le terrain des idées que Martine Aubry a décidé de placer son retour politique. Beaucoup de réchauffé avec le concept de "care" et sa société bienveillante, mais aussi la référence à une jeune économiste italo-américaine, très attachée à l'idée d'Etat entrepreunarial. Dans son livre, Mariana Mazucatto, la nouvelle référence économique de Martine Aubry, démystifie, entre autres, l'idée d'une Silicon Valley bâtie grâce à des génies de l'innovation et réhabilite l'Etat stratège.

22 octobre

BFMTV - Pour la presse, "le véritable adversaire de Hollande a un visage, celui d'Aubry"

Au lendemain de la charge de Martine Aubry contre le gouvernement, la presse titre sur ces frondeurs qui ont désormais "une figure de proue", prête à se poser "en recours" face à François Hollande.

Les Echos - Stéphane Le Foll : « Les points soulevés par Martine Aubry méritent débat »

Après Arnaud Montebourg, Martine Aubry souhaite désormais une réorientation de la politique économique. Y a-t-il une fracture entre deux socialismes ?

Le Monde - Les députés approuvent à une courte majorité la partie recettes du budget 2015

La partie recettes du projet de loi de finances pour 2015 (PLF 2015) a été approuvée, mardi 21 octobre à l'Assemblée nationale, à une courte majorité : 266 voix pour, 245 contre et 56 abstentions, comme l'a constaté notre journaliste parlementaire présente lors du vote.

Libé - Aubry veut une inflexion, l’exécutif reste inflexible

Hollande et Valls restent fermes après que la maire de Lille a réclamé une réorganisation de la politique économique.

Une socialiste aux recettes d’un autre temps. Voilà comment les partisans de la ligne gouvernementale se sont attachés à dépeindre Martine Aubry, après que cette dernière a critiqué dimanche dans les grandes largeurs la politique économique menée par François Hollande et Manuel Valls.

21 octobre

BFMTV - Critiques de Martine Aubry: Jean-Christophe Cambadélis calme le jeu

Au lendemain des déclarations fracassantes de Martine Aubry, le Premier secrétaire du Parti socialiste a réservé ses premières réactions à BFMTV. Selon-lui, la maire de Lille n'a pas "d'arrière-pensée" et veut être "utile" à sa formation.

Le Nouvel Obs - Aubry - Montebourg : une ligne, deux trajectoires

L'ex-première secrétaire du PS et l'ancien ministre de l'Economie se retrouvent sur la critique de la politique économique. Pour le reste, c'est une autre histoire...

Le Figaro - Les critiques de Martine Aubry, la première des «frondeurs»

«À l'exception peut-être de la réforme fiscale, les sujets d'opposition entre Martine Aubry et ce que l'exécutif va réellement mettre en œuvre vont se réduire à l'épaisseur d'une feuille de papier à cigarette…» C'est ce que croit savoir un responsable de la rue de Solferino, persuadé que l'influence grandissante d'un PS dirigé par Jean-Christophe Cambadélis parviendra à créer un consensus politique entre François Hollande et la maire de Lille.

Le Monde, Françoise Fressoz - Les bons et les moins bons conseils de Martine Aubry

Prenons au mot Martine Aubry. Faisons abstraction de ses relations détestables avec François Hollande.

Oublions la période historique à laquelle elle se réfère pour justifier son offensive politico-médiatique : 1991-1993, la pire qu'ait connue la gauche au pouvoir sous la Ve République, trois années marquées par le chômage de masse et le discrédit moral et qui avaient débouché sur une raclée historique pour le PS aux élections législatives de 1993 !

Slate - «Frondeuse», Aubry? La moitié de ses soutiens ont voté la confiance à Valls

La presse de ce lundi 20 octobre relaie largement l'idée d'un retour dans le jeu politique de Martine Aubry, après l’interview que celle-ci a accordée au Journal du Dimanche. Libération, par exemple, s’est fendu d’un titre évocateur: «La frondeuse».

Ce qualificatif est-il approprié? «Frondeurs» désigne, depuis plusieurs mois, ce groupe de députés qui conteste régulièrement les choix, notamment économiques, du gouvernement, et a marqué son opposition lors de plusieurs votes importants.

Le Monde (blog) - Les promesses tenues et brisées par le gouvernement depuis la rentrée

 

Tous les quinze jours, Lui Président passe au crible l'actualité des promesses de campagne de François Hollande.

Le Lab - Des députés socialistes règlent leurs comptes sur Twitter sur fond de réserve des votes sur le projet de loi de finances

Séance houleuse à l'Assemblée nationale, lundi 20 octobre au soir. Les députés reprenaient l'examen du projet de loi de finances pour 2015. Mais après avoir perdu sur un amendement des radicaux de gauche, le gouvernement, par la voix du secrétaire d'État au Budget Christian Eckert, a fait appel à la réserve des votes sur le reste des amendements en discussion (environ 200), procédure qui permet de reporter l'ensemble des votes à une date ultérieure, programmée à l'avance, et donc de s'assurer une majorité en jouant sur le nombre de députés présents dans l'hémicycle, comme l'explique le blog Les cuisines de l'Assemblée

20 octobre

Le Nouvel Obs - Aubry éreinte la politique économique de Hollande et se pose en chef des frondeurs

Plutôt discrète depuis le début du quinquennat, Martine Aubry est passée à l'offensive en éreintant dans un entretien au Journal du dimanche la politique économique de François Hollande et de Manuel Valls et en se posant clairement en chef de file des députés PS frondeurs.

Le Monde - Martine Aubry apporte son soutien aux « frondeurs » du PS

Dans un entretien au Journal du dimanche, publié dimanche 19 octobre, la maire de Lille, Martine Aubry, demande au président, François Hollande, et au premier ministre, Manuel Valls, d'engager une « réorientation de la politique économique » dans un sens plus favorable à la croissance. Selon elle, le gouvernement doit « emprunter le bon chemin dans les deux ans qui viennent », faute de quoi la gauche va « échouer » en 2017.

Libé, L.Joffrin - Martine Aubry, la social-démocratie et quelques dizaines de milliards

Eternel pharisaïsme des socialistes français… Pendant des lustres et jusqu’à une date très récente (quelques années au plus), il était entendu dans la doxa du PS que les sociaux-démocrates revendiqués se situaient à la droite du parti. La gauche socialiste, au même moment, communiait au culte de «la rupture», de «l’autre politique», de la fidélité à l’anti-capitalisme traditionnel du parti (et essentiellement verbal). Voici que Martine Aubry, qui fait un geste de plus pour prendre la tête de la contestation de gauche de la ligne Valls-Hollande, se réclame, pour marquer sa différence… de la social-démocratie.

Le Figaro -  Les propositions de Martine Aubry pour relancer l'économie

Un «pacte» entre l'État et les collectivités locales, mieux cibler la répartition des aides aux entreprises, créer un impôt unique... Dans une interview au JDD, la maire de Lille fait part de ses idées.

Les Echos - Aubry prend la tête de la fronde contre Valls et Hollande

La maire PS de Lille réclame une « réorientation de la politique économique ». Prononçant un réquisitoire contre le chef de l’Etat, elle veut reprendre 20 milliards de baisses de charges aux entreprises.

Le Monde - Les « frondeurs » du PS saluent le soutien de Martine Aubry

Plusieurs membres de l'aile gauche du Parti socialiste se sont réjouis, dimanche 19 octobre, des prises de position de Martine Aubry qui a critiqué vivement la politique économique du gouvernement.

Le Nouvel Obs - Pourquoi Aubry est sortie de son silence

La maire de Lille a laissé deux ans à Hollande pour mettre en place sa politique. Désormais, elle est décidée à se faire entendre. Et à agir.

Hollande : "Les réformes se poursuivront à un rythme encore accéléré" jusqu'en 2017

S'exprimant face à un parterre de patrons de grandes entreprises étrangères, ce dimanche soir, le chef de l'Etat a assuré que les réformes se "poursuivront" à un "rythme accéléré", jusqu'en 2017. Une réponse indirecte aux critiques formulées par Martine Aubry.

Le Parisien - Macron «en désaccord» avec Aubry défend sa politique

Après avoir fait entendre à plusieurs reprises sa «petite musique» depuis la rentrée, Martine Aubry donne de la voix ce dimanche. La maire de Lille se positionne comme recours pour le , en lançant de vives critiques contre la politique économique menée par et Manuel Valls dans un entretien au Journal du Dimanche.

18/10/2014

L'actualité des socialistes du 13 au 20 octobre (mise à jour)

A la une

Le Monde - Qui sont les expatriés français ?

Convaincue que la France perdait ses « forces vives », l'UMP avait demandé, le 9 avril, la création d'une commission d'enquête parlementaire pour évaluer l'ampleur du phénomène. Six mois plus tard, le rapport rendu public, mercredi 15 octobre, par Yann Galut, député PS du Cher, conteste cette analyse alarmiste. Au-delà des conclusions qu'il tire, il permet aussi, en creux, de mettre des visages sur ces expatriés français, qui ne sont pas que des « cerveaux en fuite ».

18, 19 et 20 octobre

L'Express - Cinq questions sur la VIe République

Les débats sur le passage de la Ve à la VIe République se cristallisent sur quelques questions comme la suppression (ou non) du Premier ministre et le statut du président de la République, ce fameux "monarque républicain" intouchable.

Le JDD - Comment Valls a convaincu le PRG de rester au gouvernement

Les radicaux de gauche ont confirmé à l’issue du comité directeur du parti qu'ils restaient bien au gouvernement. François Hollande et Manuel Valls ont donné au PRG des gages suffisants, comme le montre la longue lettre adressée par le Premier ministre à la direction du parti, que leJDD.fr s'est procurée.

Le gouvernement et la majorité sont arrivés vendredi soir à un compromis sur la baisse des dotations aux collectivités locales, qui sera en partie compensée par une aide à leurs investissements.

Lyon Capitale - PRG : Thierry Braillard restera dans le gouvernement

Fin du suspens, le comité directeur du Parti radical a voté : le PRG ne quittera pas le gouvernement. Conséquence logique de cette décision, le Lyonnais Thierry Braillard restera secrétaire d'État aux Sports.

Le Point - Écotaxe - Delphine Batho : "Il faut renationaliser les autoroutes"

Quand Ségolène Royal propose la gratuité des autoroutes le week-end, Delphine Batho, l'ancienne ministre de l'Écologie, propose de les renationaliser. Le débat fait rage.

Les Echos - Allocations familiales : Jospin l’avait fait... avant d’y renoncer

Pendant un an, en 1998, les allocations familiales ont été plafonnées. Mais la mesure a été supprimée au profit d’un abaissement du quotient familial.

Le Monde - Le gouvernement reste ferme face aux chercheurs en colère

« On sent l’intérêt du public, des élus, des médias qui grandit au fil des jours sur l’avenir de la recherche et l’emploi », s’enthousiasme Patrick Lemaire. Ce biologiste de Montpellier est à l’initiative de Sciences en marche qui, depuis le 25 septembre, a mis sur les routes de France quelque 1 300 chercheurs. A pied, à vélo, ils convergent vers Paris, avec en point d’orgue la manifestation de vendredi 17 octobre.

17 octobre

Le Nouvel Obs - Les allocations familiales seront modulées selon les revenus dès 2015

Cette modification au projet de budget de la Sécurité sociale a été obtenue par les députés PS. La prime à la naissance ne sera pas diminuée, comme cela était prévu initialement.

Le Lab - Les jeunes socialistes exhument une campagne PS de 2008 contre la généralisation du travail le dimanche

BOITE A ARCHIVES - Les jeunes socialistes sont là pour combler les trous de mémoire du gouvernement. Dans un communiqué publié ce 16 octobre, le MJS, connu pour sa liberté de parole à l'égard de l'exécutif, ressort du placard la campagne menée par le groupe socialiste en 2008 contre la généralisation du travail du dimanche voulue par la droite. Ils réagissent ainsi au projet de loi d'Emmanuel Macron dans lequel le ministre de l’Économie proposer d'autoriser jusqu'à 12 ouvertures dominicales par an aux commerces non alimentaires.

Le JDD - Macron, "une cible commode"?

Quelques semaines seulement après sa nomination  à l'Economie, le jeune ministre Emmanuel Macron fait l'objet de toutes les critiques, de droite comme de gauche. Il ne cache plus son agacement.

Le Nouvel Obs + - De Mélenchon à Le Pen : le terrible procès digne des années 30 fait au "banquier" Macron

LE PLUS. Emmanuel Macron est à nouveau la cible de critiques. Après les "illettrées" de Gad, le ministre de l'Économie a expliqué qu'avec son projet de développement des autocars en France "les pauvres voyageront plus facilement". Un nouveau dérapage ? Pour notre chroniqueur Bruno Roger-Petit, ces attaques témoignent plutôt d'un climat politique délétère.

Les Echos - Budget 2015, l'ultime occasion manquée du quinquennat

Dans un contexte d’atonie économique et de déficits abyssaux, ce deuxième budget de la majorité portait les espoirs d’une partie de la gauche et des Français. Ersatz budgétaire, le PLF 2015 est finalement loin d’être à la hauteur.

Le Monde - Jean-Christophe Cambadélis s’inquiète de « la “zemmourisation” du débat français »

Halte à « la “zemmourisation” du débat français ». C’est le cri d’alarme du patron du Parti socialiste.  La « zemmourisation » est une allusion au livre d’Eric Zemmour La Faillite française (Albin Michel), qui connaît le succès en librairies. « Tous les thèmes réactionnaires classiques ont pris le dessus : l’identité par rapport à l’égalité, la liberté pour les Français de souche, et pas pour ceux qui sont issus de l’immigration. C’est extrêmement grave », déplore Jean Christophe Cambadélis, invité mercredi 15 octobre de l’émission « Questions d’info » sur LCP, en partenariat avec Le Monde, France Info et l’AFP.

16 octobre

Le Monde - « En France, il est impossible de remettre en cause la toute-puissance du nucléaire »

Président de la commission du développement durable de l'Assemblée nationale depuis juin 2012, Jean-Paul Chanteguet, député PS de l'Indre, a activement suivi l'élaboration du projet de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, adopté mardi 14 octobre par les députés. Il explique pourquoi, à ses yeux, ce texte n'est pas à la hauteur des enjeux.

15 octobre

Le Nouvel Obs - Hollande, Ayrault et des SMS... Batho raconte les dessous de son limogeage

Dans son livre "Insoumise", l'ancienne ministre de l'Ecologie Delphine Batho livre le récit, et les textos échangés, minute par minute, de son expulsion.

Libé - A EDF, Hollande tourne la page Proglio

Selon nos informations, le chef de l'Etat a tranché et ne reconduira pas l'influent patron à la tête du groupe.

Libé - François Hollande : «Si vous enviez la pauvreté, essayez-la»

A Clichy, lors d'une table ronde avec des représentants de plusieurs associations, le Président a tenté de défendre son plan de lutte contre la pauvreté, lancé en 2013. Sans convaincre.

Le Nouvel Obs - Autoroutes gratuites : "Les inventions à la con c'est gratuit toute la semaine"

Ségolène Royal propose de rendre gratuites les autoroutes le week-end. Une idée repoussée par Manuel Valls et très largement moquée sur les réseaux sociaux.

Libé - «Vive la gauche» publie sa contribution aux états généraux du PS

Le collectif «Vive la gauche», qui rassemble notamment les «frondeurs» socialistes, réclame une réforme fiscale, un «rythme de réduction des dépenses publiques «adapté à la conjoncture», une «réorientation» de l’Europe et une refonte des institutions, dans sa contribution aux états généraux du socialisme.

14 octobre

Les Echos - Allocations familiales : les pistes à l'étude au sein du PS

La modulation pourrait ne concerner que la majoration des allocations à 14 ans. L'aménagement de la prime à la naissance pourrait aussi évoluer.

Le Monde - Allocations familiales : les députés PS veulent réduire l’effort des plus pauvres

A défaut de pouvoir clairement moduler les allocations familiales en fonction des revenus, les députés socialistes devraient s'entendre, mardi 14 octobre, pour durcir à la marge les conditions d'accès à certaines allocations accessoires. C'est en tout cas ce que devrait proposer à ses collègues Marie-Françoise Clergeau, la rapporteure socialiste de la partie famille du budget pour la Sécu pour 2015, qui prévoit officiellement 700 millions d'euros de coupes dans les allocations familiales.

13 octobre

Le Nouvel Obs - Macron et l'assurance chômage : le "drôle de jeu" de Hollande

Pour les éditorialistes, la sortie du ministre de l'Economie prouve le "désarroi" de l'exécutif. Pour certains, "Macron a signé son arrêt de mort politique".

Le Monde - Emmanuel Macron relance le débat sur l'Assurance-chômage et crispe à gauche

Réformer l'Assurance-chômage en France ? « Il ne doit pas y avoir de tabou ni de posture » sur le sujet, estime le ministre de l'économie, Emmanuel Macron, dans une interview au Journal du dimanche.

Pour le président PS de l'Assemblée nationale il n'y a pas de doute, François Hollande "sera à nouveau candidat" à la présidentielle de 2017.

Le Nouvel Obs - Macron allume la mèche, le PRG menace… Dimanche turbulent pour l’exécutif

Le ministre de l'Economie a évoqué une réforme de l'assurance-chômage, tandis que les radicaux de gauche mettent le gouvernement sous pression en exigeant le retrait de nombreuses mesures.

Le Nouvel Obs - Assurance-chômage : Macron a été "maladroit", selon Cambadélis

Le ministre de l'Economie a estimé qu'il fallait réformer l'assurance-chômage. Le Premier secrétaire du PS a répliqué : "Quand le président de la République s'exprime, les ministres appliquent."