Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2015

L'actualité des socialistes du 9 au 15 mars (mise à jour)

15 mars

L'Express - La croisade acharnée de Manuel Valls contre le FN en quatre actes

En campagne pour les élections départementales depuis le début du mois, Manuel Valls enchaîne les tacles au Front national, favori des scrutins selon les sondages. D'abord alarmiste, le Premier ministre se montre de plus en plus dur.

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis déclare dans un entretien à paraître dimanche dans La Provence qu'il faut dans les Bouches-du-Rhône "en finir avec le système GG: Guérini-Gaudin", refusant d'apporter son soutien à Jean-Noël Guérini en cas de duel contre l'UMP aux départementales.

Le Lab - La blagounette de Claude Bartolone qui espère, "bien sûr", être un jour le roi des éléphants

Chaque samedi, LCI rencontre un acteur majeur de la politique française dans son bureau. L’occasion de découvrir ce qui orne le lieu de travail de ces politiques. Ce 14 mars, c’est au tour du président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, d’ouvrir les portes de son bureau à l’Hôtel de Lassay.

Libé - Hollande veut s’offrir des Verts

Dans la perspective de 2017, le Président veut faire entrer Emmanuelle Cosse au gouvernement, quitte à déstabiliser les écologistes.

Le vert est devenu une matière hautement inflammable et François Hollande ne rechigne pas à jouer avec les allumettes. Profitant des courants contraires qui traversent Europe Ecologie-les Verts (lire ci-contre), le chef de l’Etat a décidé de taper le plus haut possible, lançant les grandes manœuvres autour de la secrétaire nationale du parti, Emmanuelle Cosse.

14 mars

Libé - Hidalgo pour un «parcours d’accompagnement» des jeunes de milieux populaires

La maire (PS) de Paris Anne Hidalgo va mettre en place un «parcours d’accompagnement» des «jeunes héros», issus des milieux populaires, qui veulent «réussir par l’école» et «s’insérer», avec notamment du tutorat et des stages de remise à niveau, a-t-elle annoncé jeudi.

Europe 1 - L’appel du PS à ouvrir des écoles musulmanes inquiète les enseignants

Un communiqué du PS appelle au "développement de l’enseignement privé confessionnel musulman”. Pour les syndicats cette mesure va à l’encontre du vivre-ensemble.

L’affaire cristallise une nouvelle fois le malaise à gauche autour de la laïcité et de l’islam. Un communiqué du parti socialiste, daté du 26 février dernier, appelle au "développement de l’enseignement privé confessionnel musulman”. Cette proposition, qui vise à ouvrir davantage d’écoles musulmanes, figure dans un rapport sur la cohésion républicaine, commandé dans la foulée des attentats de janvier. Repérée le 8 mars par le secrétaire national à la laïcité du Parti radical de gauche, cette annonce inquiète désormais l’ensemble des syndicats de l'Education. Forcé de s’expliquer, le Parti socialiste plaide la “maladresse dans la formulation”.

Laurent Baumel - Rencontre avec François Hollande, départementales, politique du gouvernement – Interview au Figaro 

INTERVIEW – À quelques jours des élections départementales, le député PS d’Indre-et-Loire, l’un des chefs de file des frondeurs, réaffirme sa volonté « d’inflexion sérieuse » de la politique économique et sociale du gouvernement.

13 mars

Bousorama - Hamon "comprend la logique" de Hollande qui devra cependant "répondre" à la demande sociale

L'ancien ministre PS Benoît Hamon "comprend la logique" de François Hollande, qui écarte un changement de ligne économique, mais estime que l'exécutif devra "répondre" à la "demande de pouvoir d'achat, d'emploi" et de "cohésion sociale".

Le Lab - Entre Manuel Valls et les frondeurs, le dialogue de sourds

TOI D'ABORD ! NON, TOI ... - Si François Hollande a rencontré une délégation de "frondeurs" mercredi 11 mars - une démarche très peu appréciée côté députés loyalistes - Manuel Valls ne veut pas, quant à lui, donner trop d'importance à ce rendez-vous. Chose amusante, ce 12 mars, Le Figaro fait dialoguer Premier ministre et représentant des frondeurs par articles interposés. Et visiblement, chacun attend de l'autre un signe.

Le Figaro - «Ministres faibles» : Manuel Valls contredit François Hollande

En marge d'un voyage à dominante économique en Pologne, Manuel Valls a réagi a la déclaration de François Hollande qui estime qu'un «premier ministre fort» est fatalement entouré de «ministre faibles».

Boursorama - Hollande a reçu 14 frondeurs du PS à l'Elysée pour renouer le dialogue

L'opération rabibochage a duré deux heures et demie. François Hollande a reçu quatorze députés «frondeurs» du Parti socialiste à l'Elysée, mercredi soir, dans le salon des Ambassadeurs du palais présidentiel où se tient chaque semaine le Conseil des ministres, pour renouer avec eux un dialogue rompu lors du débat sur la loi Macron. Une conversation bien loin des sanctions envisagées un temps, quand ces élus avaient contraint le gouvernement à passer en force et utliser l'article 49.3  pour imposer ce texte. Parmi les députés conviés à l'Elysée, figuraient Barbara Romagnan, Christian Paul, Pouria Amirshahi, Laurent Baumel, Benoît Hamon, Henri Emmanuelli et Pascal Cherki.

Le Hiffington Post - Manuel Valls dans l'Aisne : un plan ruralité contre le FN à une semaine des élections départementales 2015

DEPARTEMENTALES - Déplacer onze ministres pour annoncer un plan ruralité dans un des fiefs du vote FN, qui plus est à une semaine du premier tour élections départementales... le sens du timing du premier ministre ne manquera pas de donner du grain à moudre à ceux qui l'accusent de faire campagne aux frais de l'Etat.

Le Figaro - François Hollande absout les frondeurs

..... C'est pourtant sur la forme que les frondeurs trouvaient des motifs de satisfaction. «Cette rencontre, c'est la reconnaissance d'un fait politique, c'est nouveau et c'est quelque chose de signifiant», se réjouissait Pouria Amirshahi. Une reconnaissance officielle de l'Élysée qui avait des allures de victoire pour les frondeurs. L'un d'eux, Laurent Baumel, estime à l'issue de la réunion que «François Hollande a écouté tout le monde avec attention», même si, «sur les demandes spécifiques , il n'y a pas eu de réponses». Le député d'Indre-et-Loire dit avoir ressenti «un accord sur la nécessité d'un rassemblement» du PS et de la gauche «sur les questions de fond». «Ce n'est pas le cas de tout le monde», souligne-t-il.

12 mars

Libé - Les frondeurs reçus à l'Elysée, consécration de la dissidence

François Hollande reçoit ce mercredi une délégation de députés frondeurs. De quoi agacer au Parti socialiste, même si tous reconnaissent qu'il est nécessaire de rassembler la gauche.

Le Figaro - La réception des frondeurs à l'Élysée fait enrager les loyalistes du PS

Le président devrait recevoir ce mercredi soir une douzaine de députés issus du groupe des frondeurs du PS afin de calmer les tensions internes au sein de la majorité

Huffington Post - François Hollande reçoit des députés frondeurs à l'Elysée

Des députés socialistes frondeurs seront reçus mercredi 11 mars dans la soirée par François Hollande, a-t-on appris mardi 10 mars de sources concordantes. Aucun de ces députés n'a voulu indiquer à l'AFP s'ils allaient participer à cette rencontre, confirmée par plusieurs autres responsables du groupe socialiste.

 
REPLAY/ÉDITO – À une dizaine de jours des élections départementales, François Hollande reçoit ce soir à l'Élysée les députés frondeurs du PS.

Challenges - Interview exclusive : François Hollande se confie à Challenges

Dans l'entretien qu'il a accordé à Challenges, le président de la République fait front. Aucun regret et aucune concession, notamment vis-à-vis "des frondeurs", ne semblent au programme. Extraits.

Challenges - Les projets de François Hollande avant 2017

 EXCLUSIF Valls et Macron, Front national et élections départementales, croissance et déclinisme… Le chef de l’Etat fait le point sur les dossiers chauds. Entretien exclusif à l’Elysée.

BFMTV - Les frondeurs "ne sont pas irréconciliables", assure Jérôme Guedj

Jérôme Guedj, membre du bureau politique du PS et président du Conseil général de l'Essonne, a prévenu mercredi sur BFMTV que le gouvernement devait "trouver les conditions du rassemblement" pour éviter une défaite dès le premier tour des élections départementales.

Midi Libre - Départementales : Cambadélis déplore un "suicide politique en direct" de la gauche

Mercredi, le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a déploré une division "incompréhensible" de la gauche, un "suicide politique en direct" avant les élections départementales.

La Voix du Nord - «Dropped»: «stupeur et émotion» pour François Hollande, Patrick Kanner souhaite «un hommage national»

François Hollande a fait part de sa «stupeur» et de son «émotion» après le crash mortel en Argentine dans lequel ont péri dix personnes dont huit Français. Patrick Kanner, ministre des Sports, a indiqué qu’il travaillait à l’organisation d’un «hommage national». D’autres politiques ont également réagi.

11 mars

Le Monde - Des promesses de campagne à la loi sur la fin de vie : un grand malentendu ?

C’est l’histoire d’une promesse de campagne si habilement formulée que chacun y a lu ce qu’il voulait y voir. Lorsque le 26 janvier 2012, à la Maison des métallos, à Paris, le candidat François Hollande présente parmi ses soixante engagements pour la France une mesure, la vingt-et-unième, prévoyant une « assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité », les partisans de l’euthanasie ne doutent pas que si le candidat socialiste est élu, une aide active à mourir sera mise en place. Certes, il s’est déclaré opposé à l’euthanasie, mais à l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), on croit que seul le mot lui fait peur.
 
 
La ministre de l’Ecologie a évoqué pour Notre-Dame-des-Landes une consultation citoyenne «au niveau départemental».
 
 
Coulisses . Le débat sur la proposition de loi a été reporté
Trop touchy ? Jeudi, les députés étaient censés examiner une proposition de loi des radicaux de gauche interdisant le port du voile dans les crèches et les centres de loisirs privés financés par de l’argent public.

La Voix du Nord - Martine Aubry: «Quand la gauche n’est pas unie, la gauche perd ou risque de perdre»

Étant donné son poids au Parti socialiste, les déclarations de Martine Aubry sont toujours très attendues. En témoigne le nombre de journalistes ce lundi matin pour la conférence de presse du PS donné au siège de la fédération du nord à l’occasion du lancement officiel de la campagne pour les élections départementales. Martine Aubry a fustigé les communistes et les Verts, qui ont refusé toute alliance dans le Nord. Elle a taclé Nicolas Sarkozy et la droite. Et réagi aux déclarations de Manuel Valls.

10 mars

Libé - La logique comptable fait son lit à l’hôpital

«Libération» a eu accès à un texte confidentiel qui prévoit des économies drastiques, des coupes dans les effectifs, et accroît la centralisation.

9 mars

Le Lab - Jérôme Guedj, comme d'autres frondeurs, "rêve" de discuter avec François Hollande

I HAVE A DREAM – François Hollande va-t-il finir par recevoir les députés "frondeurs" ? Pour certains, c'est une certitude. Reste plus qu'à caler une date, selon le bon vouloir présidentiel.

En attendant, certains élus pas franchement d'accord avec la politique menée par le gouvernement font preuve d'une légère impatience. À l'image de Jérôme Guedj, plus vraiment député depuis le retour à l'Assemblée de François Lamy, mais bien toujours "frondeur".

Libé - Pour Manuel Valls, le Front National est «aux portes du pouvoir» dès 2017

Dans un entretien, le Premier ministre a revendiqué la «stigmatisation du Front national», un parti qui «n’apporte aucune solution», à quelques semaines des élections départementales.

Le Lab - Le vice-président EELV de l'Assemblée Denis Baupin réunira les écolos pro-Hollande début avril

On le sait, deux lignes s'opposent chez les écologistes : les pro-gouvernement et les autres, plutôt tentés par un rapprochement avec le Front de gauche. Selon les informations du Journal du dimanche de ce 8 mars, certains membres de EELV mènent donc une réflexion concrète sur l'émergence d'un pôle pro-gouvernement structuré, quitte à provoquer une scission au sein du parti.

Le JDD - Jean-Marie Le Guen : "On a trop souvent joué avec le FN"

INTERVIEW - Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat (PS) aux Relations avec le Parlement revient sur son analyse politique qu'il vient de rediger pour la Fondation Jean-Jaurès.

Le JDD - EELV : Cécile Duflot n'a pas peur d'une scission 

L’ex-ministre du Logement est convaincue que la majorité des écologistes soutient sa ligne. Et n’est pas inquiète que quelques ténors, comme Jean-Vincent Placé, veuillent rallier Hollande.

06/03/2015

L'actualité des socialistes du 2 au 8 mars (mise à jour)

A la une

Public Sénat - Jean-Marc Germain souhaite le retour des « aubrystes » au gouvernement

Invité de Parlement Hebdo sur Public Sénat et LCP-AN ce vendredi, Jean-Marc Germain, l’un des fers de lance des frondeurs au sein du PS, se dit favorable au retour des « aubrystes » au sein du gouvernement.

Les Echos - Remaniement : les «frondeurs» PS prêts à entrer au gouvernement

Les députés socialistes frondeurs rencontreront François Hollande « dans les jours qui viennent », a annoncé Jean-Marc Germain.

7 mars

La Gazette des Communes - « Les départements sont sauvés », assure Claudy Lebreton

Le président de l'Assemblée des départements de France, Claudy Lebreton (PS), estime, à deux semaines des élections, que "les départements sont sauvés" et que ceux-ci conserveront la plupart de leurs compétences dans la future loi sur l'organisation territoriale de la République (NOTRe).

Les Inrocks - Féministes: le bras de fer qui fait tanguer Paris

Dans le XXe à Paris, la lutte entre Rokhaya Diallo et la maire PS de l’arrondissement, Frédérique Calandra, pourrait mettre à mal la majorité municipale.

Les Echos - Un an après, Manuel Valls toujours en quête d’un bilan

31  Mars 2014 : au lendemain des municipales, Manuel Valls est choisi par François Hollande pour succéder à Jean-Marc Ayrault. Un an après, la force de ses mots ne s’est pas traduite en changements notables pour les Français.

Francetvinfo - Tournée des départementales 2015 : Valls répond à Sarkozy

À quinze jours du premier tour des élections départementales, la campagne tourne à l'affrontement entre l'UMP et le PS. Au coeur du débat, la montée du Front national.

Le Monde, Les décodeurs - Le vote obligatoire changerait-il quelque chose ?

« Un apartheid territorial, social, ethnique » est à l'œuvre dans les quartiers populaires. Au lendemain des attentats de Paris, le premier ministre, Manuel Valls, avait voulu frapper un grand coup et rompre avec un discours convenu sur les banlieues.

Alors que M. Valls préside ce vendredi 6 mars un comité interministériel à la citoyenneté et à l'égalité, le député PS du Val-d'Oise Philippe Doucet a de son côté rendu publiques ses « 24 propositions pour lutter vraiment contre l'apartheid ».

Libé - A Sivens, les zadistes expulsés, les questions évacuées

Le vote par le conseil général du Tarn d’un projet très flou de barrage plus petit ne rassure pas les opposants, qui ont été délogés du site «sans incident».

Le Monde - Les propositions d’un député PS contre l’« apartheid territorial, social et ethnique »

Il y a plus d’un mois, suite aux attentats de Paris, Manuel Valls, avait jeté cette expression controversée dans l’espace public : un « apartheid territorial, social, ethnique » qui se serait « imposé à notre pays » dans les banlieues et quartiers populaires. Vendredi 6 mars, alors que le premier ministre doit présider un comité interministériel à la citoyenneté et à l’égalité et faire des annonces sur la politique de la ville, le député socialiste du Val-d’Oise, Philippe Doucet, a décidé de rendre publiques de son côté ses « 24 propositions pour lutter vraiment contre l’apartheid ».

Europe 1 - Les partisans de Hollande préparent déjà 2017

.... Et les partisans de François Hollande s'y mettent aussi. Un think tank, Démocratie 2012, planche déjà sur son programme pour un second quinquennat.L'Elysée surveille ça de près. Europe 1 a pu assister en exclusivité à la deuxième réunion de ce groupe, créé en 2011 pendant la primaire socialiste et aujourd’hui réactivé. Ce think tank fait régulièrement parvenir des notes à l’Elysée avec des propositions d’idées ou de projets. Au palais, on regarde ça d’un œil distant, mais bienveillant.

Le Monde - Le gouvernement va débloquer 170 millions d'euros pour les contrats aidés

Le gouvernement va débloquer une enveloppe de 170 millions d'euros pour accélérer le nombre de contrats aidés d'ici à l'été, révèlent Les Echos jeudi 5 mars, et dont Le Monde a eu confirmation. Le financement se fera « non pas en prévoyant de nouvelles entrées en plus des 445 000 déjà budgétées pour l'année mais en accélérant le calendrier », et donc en finançant certains contrats sur une durée plus longue que prévu en 2015, explique le journal.

Le Monde - Départementales : Solférino redoute une bérézina dès le premier tour

Face aux prévisions plus que sombres pour les élections départementales, le PS tente de mobiliser ses troupes dans la dernière ligne droite. Le premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis, a tenu une conférence de presse jeudi 5 mars, destinée à relancer la machine socialiste, à deux semaines du premier tour. « Il y a comme un frémissement dans le pays », veut croire le patron de Solférino, qui voit dans les chiffres du chômage de janvier (baisse de 19 100 inscrits en catégorie A) un encouragement à poursuivre la politique menée depuis un an. « Le redressement est en marche. C’est la différence avec les élections municipales, où il n’était même pas perceptible, là où la colère, elle, l’était. »

Le Parisien - Départementales : le PS sonne l'heure de la mobilisation

Branle-bas de combat pour éviter une nouvelle déroute après les municipales et les européennes. A trois semaines du premier tour des élections départementales, Jean-Christophe Cambadélis a lancé jeudi un appel à la mobilisation de l'électorat du PS.

6 mars

Le Monde - Le plan pauvreté de Manuel Valls déçoit les associations

Un long discours, pas moins de 11 ministres et secrétaires d’Etat l’entourant, 49 mesures annoncées et des mots pour dire la « solidarité » affichée. Manuel Valls n’a pas ménagé sa peine lors de la présentation de son « plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale », mardi 3 mars au ministère de la santé. Mais, mis à part l’annonce de la création de la prime d’activité, fusionnant le RSA et la prime pour l’emploi, la déception était visible du côté des acteurs du secteur.

 
Le Premier ministre a présenté le plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté afin de se racheter une image sociale. Mais la seule grande nouvelle est la prime d'activité.
 
 
Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'éducation nationale, reprendra les fonctions de Geneviève Fioraso, secrétaire d'Etat chargée de la recherche et de l'enseignement supérieur, a annoncé l'Elysée jeudi 5 mars. Mme Fioraso a présenté sa démission du gouvernement pour des raisons de santé. 
 
 
Le chef de l’Etat reperd 4 points dans le baromètre CSA pour « Les Echos » et Radio Classique. Le Premier ministre chute de 7 points, victime du 49-3.
 
5 mars

Le Figaro - Départementales : Valls conseille aux candidats PS de ne pas parler d'économie

Pour le premier ministre, le manque de «succès véritables» sur les dossiers économiques impose de mobiliser les électeurs sur d'autres thématiques.

Les Echos - Départementales : Hollande attaque de front le FN

François Hollande a une nouvelle fois mis en garde contre le FN, dont il dit vouloir « arracher les électeurs ». « Car si le FN est dans la République, puisqu’il participe aux élections, c’est tout sauf le parti de la République. Ses propositions sont autant de reculs pour notre pays et pour ses électeurs », prévient-il.

Le Lab - Le PS rode ses éléments de langage à dégainer après la défaite annoncée des départementales

.... Alors que se profilent les élections départementales, Manuel Valls, Jean-Christophe Cambadélis, Bruno Le Roux, Didier Guillaume et le président des Radicaux de gauche Jean-Michel Baylet  se sont réunis le 24 février à Matignon, dévoile le Canard. Objectif : préparer la déroute annoncée.

Le Quotidien du Médecin - Geneviève Fioraso pourrait bientôt quitter le gouvernement

L’information qui avait filtré dans les colonnes de « l’Express » hier a été confirmée ce matin par Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement : « Mme Fioraso connaît des problèmes de santé, qui ont l’air d’être assez graves » et qui pourraient conduire l’actuelle secrétaire d’État chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche à quitter le gouvernement.

Libé - La gauche met de l'eau dans son voile

Obligation de neutralité pour les crèches, pour les centres sociaux, mais finalement pas pour les nounous. Réunis ce mercredi matin en commission des lois pour discuter de la proposition de loi des radicaux de gauche sur l’obligation de neutralité des personnels chargés d'enfants de moins de 6 ans, les députés sont en train de faire machine arrière sur la question des assistantes maternelles. Sous l’impulsion du député PS et ancien maire d’Argenteuil Philippe Doucet, qui a déposé un amendement en ce sens, les parlementaires devraient en effet finalement circonscrire l’obligation de neutralité aux crèches et centres de loisirs dans la proposition de loi qu’ils discuteront en séance publique le 12 mars prochain.

Libé - Hollande demande un «rapprochement» à EDF et Areva

Le président français François Hollande a annoncé mercredi à Madrid avoir demandé aux dirigeants d’Areva et d’EDF de travailler à un «rapprochement» des deux groupes. «J’ai demandé aux dirigeants des deux entreprises de présenter un rapprochement qui pourrait être confirmé dans quelques mois», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. L’objectif est que «les acteurs de l’équipe de France du nucléaire puissent collaborer davantage que ça n’était le cas dans le passé et c’est un euphémisme», a-t-il ajouté.

4 mars

Les Echos - Les députés PS se disent « attachés » à la généralisation du tiers payant

Les députés socialistes sont « attachés » à la généralisation du tiers payant et il faut que les « problèmes techniques » pour sa mise en place soient « réglés », a déclaré, hier, un de leurs porte-parole, Hugues Fourage

Le Lab - Ces 49 députés PS qui avaient prévu de ne pas voter la loi Macron

..... Selon des documents qu’a pu consulter le Lab, le gouvernement et le groupe socialiste de l’Assemblée, présidé par Bruno Le Roux, avaient établi un pointage des votes des différents groupes. Et du leur. Et le verdict était que le texte devait passer par trois voix d’avance (265 pour, 262 contre). D'après les "intentions" des uns et des autres. Une avance trop courte donc pour que le gouvernement prenne le risque d’avoir un vote contre, le forçant à engager le 49.3. La faute aux quelques députés, comme certains fondateurs de Cohérence socialiste (Yann Galut, Alexis Bachelay, Valérie Rabault et Karine Berger) qui ont refusé de révéler leurs intentions de vote, rendant le comptage trop incertain.

3 mars

Le lab - Tout va bien pour les frondeurs, merci pour eux

L'INFO. Ils ont hanté les nuits de François Hollande et Manuel Valls. Les deux têtes de l'exécutif ont même, à cause d'eux, dû dégainer l'arme atomique du 49-3 pour s'assurer que la loi Macron serait votée. Eux, ce sont "les frondeurs", ces élus socialistes qui ne cautionnent pas la politique du gouvernement. Sauf qu'après avoir été tancés par nombre de leurs petits camarades, ces élus sortent finalement ragaillardis de cette séquence.

Libé, l'édito de Joffrin - Force majeure

On connaît le vieux dicton électoral : au premier tour, on choisit, au second tour, on élimine. Au premier tour, parmi huit ou dix noms, on désigne le candidat qu’on aime, au second, entre les deux qui restent en piste, on écarte celui qu’on déteste. C’était hier… Désormais la montée du Front national place la gauche devant un autre aphorisme, nettement plus désagréable : au premier tour, on est éliminé, au second tour, on n’a plus le choix.

Le lab - Pour Henri Emmanuelli, la ligne politique de Manuel Valls pourrait être "mortifère pour la gauche

CAMARADES - Henri Emmanuelli sort de sa réserve. Celui qui a signé la contribution de Benoît Hamon en vue du congrès du PS, qui se déroulera à Poitiers les 5, 6 et 7 juin, a décidé de briguer un nouveau mandat de président du Conseil général des Landes. Et pour ce faire, il se démarque de la ligne gouvernementale. Au JDD, daté du 1er mars, il justifie sa démarche en expliquant que "ce n'est pas le moment de tourner le dos".

L'Obs - Cambadélis (PS): Sarkozy entre "coup de rabot" et "coup de marteau"

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, a estimé que le programme de Nicolas Sarkozy se résumait à un "coup de rabot sur notre modèle social" et un "coup de marteau sur la République", après son entretien au Figaro lundi.

Le Figaro - L'avertissement à Hollande du frondeur Christian Paul : «Il est minuit moins le quart»

Le député frondeur de la Nièvre pourrait être discrètement reçu par le président de la République, inquiet pour la cohésion de sa majorité. Il juge que les réformes portées depuis deux ans ne portent pas leurs fruits.

Revoir l'émission

Le Parisien - Sondage : les frondeurs du PS ont la cote

Si les Français ne partagent pas forcément leurs idées, ils comprennent la démarche des frondeurs du Parti socialiste. C'est ce que montre notre sondage* Odoxa publié ce dimanche. Les députés frondeurs PS recueillent ainsi 55% de bonnes opinions, 65% des Français jugeant «normal» qu'ils s'opposent au gouvernement et 70% estimant que le PS devrait «rappeler à François Hollande ses engagements de campagne».

20 minutes - Frondeurs du PS: «Les Français nous disent qu’ils comprennent notre démarche», se réjouit Amirshahi

INTERVIEW Le député Pouria Amirshahi réagit au sondage sur la perception qu’ont les Français de la gauche du PS...

2 mars

Le Lab - François Hollande devrait rencontrer les députés "frondeurs" au cours du mois de mars

CAJOLER - François Hollande a beau les qualifier de "complètement dingos", les députés "frondeurs" sont en passe d'être écoutés. Ou au moins reçus. Comme le révèle un confidentiel du JDD dimanche 1er mars, les députés Laurent Baumel, Christian Paul, Pouria Amirshahi et d'autres devraient s'entretenir courant mars avec François Hollande. Si le lieu reste à déterminer, la rencontre devrait se faire dans la première quinzaine du mois.

Politis – Laurent Baumel “J’essaie de sauver le PS plutôt que de le fuir”

Député d’Indre-et-Loire, Laurent Baumel revient sur la crise politique engendrée par la loi Macron et sur la stratégie des frondeurs.

Il n’est pas le plus gauchiste des frondeurs, mais cela n’empêche pas Laurent Baumel d’en être l’un des principaux porte-parole. Élu pour la première fois député (d’Indre-et-Loire) en 2012, cet ancien strauss-kahnien est l’un des trente et un députés à s’être abstenus, en septembre, sur le vote de confiance au gouvernement Valls 2.

Marianne - Le hollandisme de souche, Joseph Macé-Scaron

Le refus permanent de nommer les choses est bien l'essence du hollandisme du souche. La scène se passe au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France, qui n'est plus connu, aujourd'hui, que sous son acronyme : Crif. Loin de l'esprit universaliste de Théo Klein, cet événement mi-politique, mi-mondain est devenu, avec le temps et la confusion intellectuelle, la manifestation pas très habile des noces du communautarisme et de l'entre-soi. Un tout petit monde - les hommes avec de longues écharpes blanches et les dames en robe de soirée - se presse ainsi autour des tables pour se faire morigéner par le président du Crif, l'inénarrable Roger Cukierman, qui défend les Français de confession juive avec la grâce et l'habileté de Mr Bean lorsqu'il prépare la dinde de Noël

Les Echos - Départementales 2015 : les départements qui pourraient basculer

Entre 30 et 40 départements, sur 101, semblent susceptibles de basculer à droite lors des élections départementales des 22 et 29 mars. Le FN pourrait remporter le Var, le Vaucluse, voire le Pas-de-Calais.

Le Monde - Comment la nouvelle prime d’activité va fonctionner

La prime pour l’emploi (PPE) et le RSA activité sont bientôt morts, bienvenue à la nouvelle « prime d’activité ». Le Monde a eu connaissance des modalités précises de cette nouvelle prestation, qui devraient être présentées mardi 3 mars par le premier ministre, Manuel Valls. Elle entérine la fusion PPE-RSA, dont la complexité et le manque d’efficacité sont critiqués depuis longtemps, mais qui a jusqu’ici toujours été retardée par crainte de faire trop de perdants.

01/03/2015

L'actualité des socialistes du 23 février au 2 mars (mise à jour)

A la une

Politis – Laurent Baumel “J’essaie de sauver le PS plutôt que de le fuir”

Député d’Indre-et-Loire, Laurent Baumel revient sur la crise politique engendrée par la loi Macron et sur la stratégie des frondeurs.

Il n’est pas le plus gauchiste des frondeurs, mais cela n’empêche pas Laurent Baumel d’en être l’un des principaux porte-parole. Élu pour la première fois député (d’Indre-et-Loire) en 2012, cet ancien strauss-kahnien est l’un des trente et un députés à s’être abstenus, en septembre, sur le vote de confiance au gouvernement Valls 2.

1er et 2 mars

Marianne - Le hollandisme de souche, Joseph Macé-Scaron

Le refus permanent de nommer les choses est bien l'essence du hollandisme du souche. La scène se passe au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France, qui n'est plus connu, aujourd'hui, que sous son acronyme : Crif. Loin de l'esprit universaliste de Théo Klein, cet événement mi-politique, mi-mondain est devenu, avec le temps et la confusion intellectuelle, la manifestation pas très habile des noces du communautarisme et de l'entre-soi. Un tout petit monde - les hommes avec de longues écharpes blanches et les dames en robe de soirée - se presse ainsi autour des tables pour se faire morigéner par le président du Crif, l'inénarrable Roger Cukierman, qui défend les Français de confession juive avec la grâce et l'habileté de Mr Bean lorsqu'il prépare la dinde de Noël

Les Echos - Départementales 2015 : les départements qui pourraient basculer

Entre 30 et 40 départements, sur 101, semblent susceptibles de basculer à droite lors des élections départementales des 22 et 29 mars. Le FN pourrait remporter le Var, le Vaucluse, voire le Pas-de-Calais.

Le Monde - Comment la nouvelle prime d’activité va fonctionner

La prime pour l’emploi (PPE) et le RSA activité sont bientôt morts, bienvenue à la nouvelle « prime d’activité ». Le Monde a eu connaissance des modalités précises de cette nouvelle prestation, qui devraient être présentées mardi 3 mars par le premier ministre, Manuel Valls. Elle entérine la fusion PPE-RSA, dont la complexité et le manque d’efficacité sont critiqués depuis longtemps, mais qui a jusqu’ici toujours été retardée par crainte de faire trop de perdants.

28 février

L'Express - Aubry, si près, si loin du pouvoir

Tiraillée entre l'envie de peser sur le plan national et le souhait de se concentrer sur son fief lillois, Martine Aubry ira-t-elle au clash lors du congrès du PS, en juin?

Francetvinfo - Emmanuel Macron : "C'est à l'approche du combat que le samouraï acquiert la sérénité"

"Envoyé spécial" vous a proposé le jeudi 26 février un portrait du jeune ministre de l'Économie, Emmanuel Macron. Cet extrait du chapitre 1, intitulé "Candide ou l'optimisme", vous fait découvrir son côté philosophe.

Le Point - Laurent Baumel : "Le vallsisme se nourrit d'avoir des ennemis"

Le député frondeur de l'Indre-et-Loire réagit à la résolution du bureau national du PS et dénonce la méthode du Premier ministre. Interview.

Après l'utilisation de l'article 49.3 de la Constitution pour faire passer en force la loi Macron, le bureau national du Parti socialiste promettait d'être mouvementé. Si la direction du parti n'a pas pris de sanction à l'égard des frondeurs, il faudra désormais suivre ses consignes de vote sur les textes "après audition du gouvernement". Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a dû trouver un juste milieu entre renforcer la discipline du groupe et éviter de cogner trop fort sur les rebelles pour afficher un semblant d'unité. Laurent Baumel, député frondeur d'Indre-et-Loire, revient sur ce texte, les divisions de la gauche, et la méthode du Premier ministre.

27 février

Libé -«Les gens me connaissent, ils votent pour moi, pas pour François Hollande»

Libération suit jusqu'au congrès du PS la vie militante de deux sections socialistes. Aujourd'hui, à Amiens, le candidat local, élu depuis trente ans, lance la campagne départementale en tandem avec une novice en politique.

Libé - Dialogue social : avis de temps calme au PS

A première vue, le texte sur le dialogue social présenté ce mardi par Manuel Valls ne devrait pas recréer le psychodrame socialiste connu avec la loi Macron.

Une semaine après la loi Macron, c’était le texte qui aurait pu enflammer de nouveau la plaine socialiste. Mais à la direction du PS, compte tenu du psychodrame autour du 49.3 et des mesures a minima annoncées ce mercredi par Manuel Valls, on ne craint pas de remake. «Le gouvernement ne peut pas braquer la CFDT» qui a déjà fixé ses «lignes rouges» sur le futur texte, prédit un proche du premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis.

L'Obs - Cambadélis veut sanctionner la visite du député PS chez Assad : ce n'est pas démocratique

Le chef de l'Etat et le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, ont sévèrement condamné le déplacement diplomatique en Syrie du député PS Gérard Bapt. Après l'épisode des frondeurs et de la motion de censure, les menaces de sanction pleuvent au PS. Une gestion du parti qui est tout sauf démocratique, estime notre contributrice Dominique Bochel Guégan.

Les Echos - Macron fustige les « fainéants » du PS et critique Hamon

Le ministre de l’Economie critique les « jeux d’appareil » qui ont, d’après lui, « pris en otage » son projet de loi sur la croissance et l’activité, quelques mois avant le congrès du Parti socialiste de juin.
 

Emmanuel Macron n'a décidément pas encaissé les soubresauts politiques qui ont entouré son projet de loi, adopté en force la semaine dernière grâce à l'article 49-3. Dans une interview au Monde, le ministre s'est même indirectement et violemment attaqué aux frondeurs.

 
Emmanuel Macron est revenu, ce jeudi dans "Le Monde", sur l'épisode du 49-3 employé pour faire passer son projet de loi. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le ministre de l'Economie est remonté contre les frondeurs.
 
 
INVITÉ RTL - Le Premier secrétaire du PS a évoqué le besoin d'union de la gauche et sa relation avec le Premier ministre, notamment par rapport aux frondeurs

Libé - 35 heures, seuils sociaux... Le florilège libéral du gouvernement

En amont de la rencontre sur la réforme du dialogue social organisée à Matignon, ce mercredi à 15 heures, en présence des partenaires sociaux, retour sur le discours socialement décomplexé du gouvernement en 14 citations.

26 février

L'Express - Un remaniement du gouvernement après les départementales ' Sans doute à minima

Paris - Evoqué dans les cercles politiques avant la folle semaine du "49-3", un remaniement du gouvernement après les départementales reste d'actualité, mais pourrait se révéler très réduit, à en croire certaines sources dans la majorité.

France Inter - A quoi joue donc Martine Aubry?

Maintenant que les frondeurs ont fait trembler le gouvernement, au PS, tous les regards se tournent vers Martine Aubry. Soit elle rentre dans la bataille du prochain congrès du PS en juin, et cela peut faire tomber Manuel Valls ; soit elle rentre dans le rang.

C'est donc l'heure des choix.

Le Figaro, blog - Aubry, Cambadelis, Hamon, Collomb... Un Congrès du PS bien peu numérique

Du 5 au 7 juin, le Parti Socialiste tiendra son Congrès à Poitiers. De même que le Baromètre des Primaires de l’UMP s’attache à analyser l’activité des principaux leaders de l’opposition (Xavier Bertrand, Christian Estrosi, François Fillon, Alain Juppé, Bruno Le Maire et Nicolas Sarkozy) sur Twitter, Facebook, Instagram et YouTube, le Baromètre du Congrès du PS détaillera au fil du printemps celle des premiers signataires des sept principales contributions soumises aux militants : Martine Aubry, Karine Berger, Jean-Christophe Cambadelis, Gérard Collomb, Benoit Hamon, Emmanuel Maurel et Christian Paul.

L'Obs - PS: Cambadélis en équilibriste entre les "frondeurs" et le gouvernement

Une sorte de jugement de Salomon: c'est ce qu'il ressort des décisions prises par la direction du PS mardi, qui a rappelé à l'ordre les députés "frondeurs" pour avoir voulu voter "contre" la loi Macron, tout en réclamant, sur ce texte, d'être davantage écouté par le gouvernement.

L'Obs - Loi Macron : le Parti socialiste ne punit pas les "frondeurs"

Le PS a quand même rappelé à l'ordre les députés "frondeurs" pour avoir voulu voter "contre" la loi Macron. Mais il a aussi réclamé d'être davantage écouté par le gouvernement.

Le Point - Municipales : à Vénissieux, une élection peut en cacher une autre

Des élections municipales sont organisées en même temps que les départementales. Un enjeu pour le maire PS de Lyon qui entend conserver sa majorité à la métropole.

25 février

TF1 - Loi Macron : Cambadélis joue l'équilibriste au PS pour éviter les déchirures

Le PS a rappelé mardi à ses parlementaires l'obligation "en toutes circonstances" de "respecter la régle de l'unité de vote de leur groupe", dans une "résolution" présentée lors d'un bureau national du parti.

L'Express - Bureau national du PS: pas de sanction, et une résolution "mi-chèvre, mi-chou"

Adoptée, la résolution présentée ce mardi par le parti ne satisfait pour autant pas tout le monde. Elle rappelle à l'ordre les frondeurs sans exonérer pour autant le gouvernement de ses responsabilités.  

Les Echos - Le PS appelle à « l’unité de vote » mais veut être entendu sur la loi Macron

Après l’utilisation du 49-3 sur le projet de loi Macron, le bureau national du PS a rappelé les frondeurs à l’ordre. Mais il estime aussi que sa recommandation sur le travail du dimanche n’a pas « été étudiée comme elle aurait dû »

Public Sénat - Le PS entre « cour d’école » et « débat politique »

Après la résistance des députés PS « frondeurs », qui ont contraint Manuel Valls à recourir au 49-3 sur la loi Macron, c’est un bureau national en forme de rappel à l’ordre qui s’annonce. Les explications devraient être franches, mais le PS ne devrait pas prononcer d’exclusion.

Libé - PS: «franche explication» en vue au bureau national

Taper du poing sur la table, mais sans forcément pousser à la sanction contrer les frondeurs: le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis a promis de «mettre les points sur les i» mardi lors d’un bureau national, après la semaine houleuse vécue par la majorité.

BFMTV - Le Bureau national du PS se penche en douceur sur le cas des "frondeurs"

Le bureau national du PS mardi doit mettre un terme aux scènes de désaccord public au sein de la majorité. Entre des frondeurs, peu présents au sein de l'instance, qui veulent du débat et des pro-gouvernement qui appellent à la solidarité, les échanges devraient être fermes, mais calmes à un mois des élections départementales.

Le Monde - Bruno Le Roux : « Le comportement des frondeurs est individualiste »

Quelques heures avant le bureau national du PS, le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Bruno Le Roux, a de nouveau appelé les « frondeurs » à la « responsabilité », mardi 24 février, sur BFM-TV,et exclu d’éventuelles sanctions à leur encontre. « La liberté est totale au PS, a-t-il rappelé. Mais quand une décision est prise, elle s’impose à tous. Je dis simplement qu’il y a des règles. Il y a des statuts et un règlement qui nous engagent. »

Paris Match - Montebourg, Hamon, Filippetti, Dans les coulisses d’un crash politique

Dans « Les grands garçons » (Editions Plon), le journaliste Claude Askolovitch décrypte les ressorts qui ont conduit au sacrifice d’une grande partie de la génération des quadras-quinquas du PS: Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti. Manuel Valls fait figure de rescapé. Derrière les trentenaires poussent. Emmanuel Macron en tête.

20 minutes - VIDEO. «Français de souche»: D'Aurélie Filippetti à Valérie Trierweiler en passant par Thierry Mariani, l’expression utilisée par François Hollande ne passe pas

POLEMIQUE Au dîner annuel du Crif, le président a employé ce concept jusque-là utilisé pour qualifier les auteurs de la profanation du cimetière juif de Sarre-Union...

Le Lab - Les frondeurs sanctionnés ? Ce serait une première depuis ...1998

ÇA VA BARDER ... OU PAS -   Promis, ça va être sportif ! Une grosse explication entre les patrons de Solférino et les "frondeurs" et autres opposants à la loi Macron. Suite à l'utilisation du 49-3 pour faire passer le texte face à l'hostilité d'une partie du groupe socialiste qui menaçait de s'abstenir ou de voter contre, l'exécutif et les patrons du parti et du groupe socialiste à l'Assemblée ne décolèrent pas. Est annoncée pour mardi 24, une réunion tonique du Bureau national du PS (l'instance dirigeante du parti où sont représentées toutes les tendances du parti). Une explication de texte qui ne devrait pas entraîner pour autant de sanction.    

24 février

Le Monde - Pour les élections départementales, la gauche en ordre dispersé

Si les socialistes ont fort à faire pour garder leur cohésion en interne, ils doivent aussi éviter de perdre totalement le contact avec leurs partenaires de gauche. La finalisation des listes de candidature pour les départementales avait donné le ton dès lundi 16 février d’une semaine marquée du sceau de la division. La carte des alliances dessine le portrait d’une gauche atomisée.
 
 
JUSTE UNE MISE AU POINT - Après le douloureux épisode du 49-3, le bureau national du Parti socialiste, qui se tient mardi, s'annonce animé.

Une semaine après le psychodrame, l'heure est aux explications. Le recours contraint à l'article 49-3 pour faire passer la loi Macron à l'Assemblée nationale sera le principal sujet du bureau national du Parti socialiste, qui se réunit mardi en fin d'après-midi. Avec cette question : quel sort réserver aux "frondeurs", tenus pour responsables de ce couac ?

 
Le bureau national du Parti socialiste de ce mardi 24 s'annonce tendu. Dans le viseur du patron de Solférino et du gouvernement: les frondeurs qui étaient prêts à voter contre la loi Macron et ont forcé Manuel Valls au passage en force. "Pas acceptable", pour une majorité du parti.

Francetvinfo - Le PS va-t-il survivre au quinquennat de François Hollande ?

Pour comprendre la crise que traverse la majorité, francetv info a interrogé Denis Lefebvre, spécialiste de l'histoire du Parti socialiste.

A moins de quatre mois du congrès de Poitiers, le Parti socialiste est-il menacé d'une scission ? A-t-il déjà connu des crises aussi fortes par le passé ? Alors que la majorité a connu de nouvelles turbulences durant la semaine, avec l'emploi de 49.3 pour faire passer la loi Macron, mardi 17 février, francetv info a interrogé l'historien Denis Lefebvre. Auteur de nombreux ouvrages sur l'histoire du PS (Le Socialisme pour les nuls, 2008), il est secrétaire général de l'Office universitaire de recherche socialiste (OURS).

23 février

BFMTV - Le Foll aux frondeurs: "Il y a une solidarité à avoir"

"Quand on est élu et qu'on souhaite une étiquette, qui est liée je le rappelle à une élection présidentielle, il y a une solidarité à avoir", a indiqué Stéphane Le Foll à l'adresse des frondeurs dimanche.

France Inter - Bruno Le Roux : " Si les députés ne veulent plus soutenir le gouvernement, c'est à eux d'en tirer les conséquences"

Bilan de santé de la majorité au terme d'une semaine mouvementée marquée par le recours au 49-3 et le rejet d'une motion de censure contre le gouvernement : le chef de file des députés PS est l'invité de Marc Fauvelle.

RFI - Après la loi Macron, le PS au bord de la rupture

Le Parti socialiste sort plus divisé que jamais de la crise politique liée à la loi Macron, passée en force grâce à l'article 49-3. Une situation délicate à quatre mois d'un congrès interne qui s'annonce houleux. Mardi, le PS tiendra un bureau national pour en tirer les enseignements, peut-être pour prononcer des sanctions qu’une partie des socialistes réclament. En tout cas, l’ambiance entre socialistes reste tendue.

itélé - Jean-Marie Le Guen : "Les frondeurs ne sont pas rentrés dans le jeu parlementaire"

Slate - Samia Ghali: «Dans les quartiers, le bonheur n'existe plus»

Pour la sénatrice et maire de secteur de Marseille, l'espoir des premières années de mandat a laissé place à une forme d'impuissance, avec les dommages collatéraux que sa proximité avec les habitants impose.

Le Lab - Pour le congrès du PS, Benoît Hamon n'inquiète pas Jean-Christophe Cambadélis : "Benoît Hamon, c'est Guy Mollet "

L'ambiance entre Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, et Benoît Hamon, ancien ministre de l'Éducation, est *un peu* tendue. Déjà fin 2014, le Lab révélait la plainte du camp Hamon suite à une lettre de Cambadélis adressée au CSA dans laquelle il considérait le député des Yvelines comme un "personnage hostile au président de la République". Alors que le congrès du parti se tiendra en juin à Poitiers, les petites gentillesses entre les deux reprennent.

Le JDD - Emmanuel Macron : "Nous n'allons pas décevoir…"

INTERVIEW - Emmanuel Macron, ministre de l'économie, revient pour le JDD sur l'adoption au forceps de sa loi croissance et activité. Et évoque les réformes à venir.

Direct Matin - ondage : Aucune personnalité à gauche de Valls ne ferait mieux que lui

Pour les Français, aucune des personnalités politiques situées à la gauche de Manuel Valls ne ferait mieux que lui, selon un sondage BVA réalisé pour Orange et iTÉLÉ.

Le JDD - Manuel Valls lance le chantier du code du travail

Le gouvernement est décidé à poursuivre les réformes et à obliger les frondeurs à choisir. Il y va de l’intérêt national, dit-on à Matignon et à Bercy.

Le Parisien - PS : à Lyon, les frondeurs inquiètent les militants

« C’est lamentable, puéril et irresponsable ! » Fabien Gueguen, 23 ans, membre du PS depuis 2011, n’a pas de mots assez durs pour qualifier le spectacle qu’offrent actuellement les députés de la majorité. « On a l’impression qu’ils défendent leur propre intérêt plutôt que l’intérêt général », juge cet étudiant en droit lyonnais.

Le JDD - Pour Cambadélis, c'est le vote FN qui a amené à la profanation d'un cimetière juif

Invité dimanche de l'émission Le Supplément sur Canal +, le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a expliqué que le score du FN à Sarre-Union, dans le Bas-Rhin, n'est pas étranger à la profanation du cimetière juif la semaine dernière. Le parti de Marine Le Pen a réagi.

22/02/2015

L'actualité des socialistes du 9 au 22 février (mise à jour)

A la une

Francetvinfo - Rechute de popularité pour Hollande et Valls

Après le bond spectaculaire du mois de janvier, le chef de l'Etat et son Premier ministre voient leur cote de popularité reculer en février, selon un sondage publié dans "Le journal du dimanche".

22 février

Slate - Le choc brutal des légitimités économique et démocratique

Sur la loi Macron comme en Grèce se joue un affrontement entre les engagements pris devant les électeurs et les contraintes extra-politiques, entre les promesses et le savoir économique.

Le Lab - Comment Razzy Hammadi tente d'expliquer sa proposition d'interdire aux députés socialistes de voter contre un texte du gouvernement

Razzy Hammadi ne veut pas revivre le psychodrame de la loi Macron. Et pour cela, le député de Seine-Saint-Denis a une proposition simple: interdire aux députés PS de voter contre les textes du gouvernement. Une mesure que l'élu verrait bien être intégrée au "règlement du parti" lors du congrès de Poitiers, comme il le confiait au Figaro jeudi . Problème ? Cela n'est pas vraiment compatible avec la Constitution qui stipule dans son article 27 que "tout mandat impératif est nul" et que le "droit de vote des membres du Parlement est personnel." Vendredi 20 février, l'ancien président du MJS a donc été obligé de mettre un peu d'eau dans son vin.

Le Lab - Hospitalisé à New York, Arnaud Montebourg donnera bien sa conférence à Princeton lundi 23 février

Is it a plane ? Is it a bird ? No, it's Arnaud Montebourg. Qu'on se le dise : ce n'est pas un miroir, fut-il gigantesque, qui va empêcher l'ancien ministre de l'Économie de faire ce qu'il lui plait. Arnaud Montebourg sera donc bien à Princeton lundi 23 février pour donner une conférence. Ce qui n'était pas garanti.

Le Lab - Comment les socialistes ont essayé de gagner la voix de Thomas Thévenoud sur la loi Macron

Le gouvernement de Manuel Valls n'était pas prêt à tout pour faire voter la fameuse loi Macron. Pas question, par exemple de devoir l'adoption à un député centriste ou UMP. Mais l'exécutif se serait quand même bien accommodé de la voix de Thomas Thévenoud.

L'Obs - Six Français sur dix pensent que le PS va imploser après la loi Macron

Six Français sur dix pensent que le Parti socialiste va imploser, à la suite des divisions nées du débat sur la loi Macron, selon un sondage Odoxa pour CQFD et iTELE publié vendredi.

DNA - Élections départementales : de 30 à 40 départements pourraient basculer

Entre trente et quarante départements, sur 101, semblent susceptibles de basculer à droite lors des élections départementales des 22 et 29 mars.

21 février

Libé - Frondeurs: ressentiment et interrogations chez les socialistes

Le coup d’éclat des «frondeurs» sur la loi Macron a laissé des traces profondes de ressentiment chez plusieurs socialistes qui, pour certains, vont jusqu’à prôner l’exclusion pure et simple de ces députés rebelles.

Cette solution radicale de l’exclusion n’a toutefois pas les faveurs d’importantes personnalités socialistes, qui reconnaissent cependant que le PS doit observer une plus stricte discipline majoritaire.

Europe 1 - Pour Valls, le 49-3 est la faute de… Cambadélis

L’exécutif veut tirer les leçons de "l'épisode 49.3". Et surtout comprendre comment il en est arrivé à être contraint d'utiliser cette arme constitutionnelle pour faire passer la loi Macron. Selon les informations d'Europe 1, un homme est particulièrement dans le viseur de Manuel Valls : Jean-Christophe Cambadélis. Le premier secrétaire du parti socialiste est clairement accusé de ne pas avoir fait son job.

Politique.net - Le cadeau caché de la loi Macron : une réduction d'impôts de 900 millions d'euros pour les plus riches

Difficile de s'y retrouver dans la loi Macron, car il y a tout et n'importe quoi : libéralisation du transport de car, travail le dimanche, révision des modalités de licenciement, financement des entreprises, etc. Mais il y a un article de loi injustement méconnu : il s'agit de l'article 34 sur l'allègement de la fiscalité des actions gratuites.

LCP - Thierry Mandon : les frondeurs « ne peuvent pas avoir des responsabilités » au PS

Le secrétaire d’Etat à la Réforme de l’Etat et à la Simplification était l’invité de Parlement hebdo sur Public Sénat et LCP-AN ce vendredi. Interrogé sur les « frondeurs » du PS qui ont contraint Manuel Valls à avoir recours à l’article 49 alinéa 3 de la Constitution pour passer en force sur la loi Macron, il a appelé à une forme de sanction

Les Echos - "Loi Macron" : et maintenant ?

Le texte a été adopté en première lecture à l'Assemblée au prix d'un recours douloureux à l'article 49-3. Il doit maintenant être examiné par le Sénat avant de subir l'épreuve de la seconde lecture au Palais-Bourbon. Dans quelles conditions ?

20 minutes - Motion de censure: «L’UMP est dans une obsession de revanche»

INTERVIEW C'est ce qu'estime Pouria Amirshahi, député PS des Français établis à l'étranger, et frondeur qui ne votera pas la motion de censure ce jeudi...

20 février

LCP - Hamon (PS) ne votera "évidemment" pas la motion de censure

Un des porte-voix de l'aile gauche du PS, Benoît Hamon, a dit jeudi qu'il ne voterait "évidemment" pas la motion de censure dans l'après-midi, estimant toutefois que la politique économique et budgétaire du gouvernement "échoue".

Le Point - 49.3 : le fossé se creuse entre PS et frondeurs

Les députés frondeurs n'excluent plus un changement de Premier ministre, tandis que le président du groupe Bruno Le Roux les appelle à "se ressaisir".

Le président de l'Assemblée appelle au rassemblement des socialistes après le traumatisme causé par le recours à l'article 49-3.

Slate - Derrière le 49-3 se cache le congrès du PS

Les grandes déclarations des uns et des autres sur la question du travail le dimanche ne servent que d’éblouissement idéologique alors que les choses importantes se passent dans les sombres coulisses: combien de voix chaque «motion» récoltera en juin? Qui mettra la main sur Solferino?

Le Figaro - Michèle Delaunay : « Le gouvernement a cédé au lobby du tabac »

INTERVIEW - Pour la députée PS de la Gironde et cancérologue, l'adoption d'un nouveau mode de calcul de la taxe du tabac résulte de la pression des cigarettiers et des buralistes.
 
 
DÉCRYPTAGE Anticipant une nouvelle vague UMP et la montée du FN, le PS craint également des alliances naissantes à sa gauche.

L'Obs - "Tout cela va se payer" : les députés dans la zone de turbulences

Au PS, frondeurs et partisans du texte d'Emmanuel Macron ont, sans surprise, campé sur leur position ce mercredi. Du pain béni pour l'opposition.

Boursorama - La loi Macron creuse les divisions du PS avant son congrès par Elizabeth Pineau

PARIS, 18 février (Reuters) - Le Parti socialiste sort plus divisé que jamais de la crise politique liée à la loi Macron, à quatre mois d'un congrès interne qui s'annonce aussi orageux que les récents débats entre le gouvernement et une partie de sa majorité.

19 février

Le Lab - Après le 49.3, les députés frondeurs appellent du pied François Hollande à changer de Premier ministre

Malgré l'annonce du gouvernement de recourir à l'article 49.3 et le fait que la loi Macron sera donc -vraisemblablement- adoptée, tout ne semble pas perdu pour les députés PS frondeurs qui espèrent encore faire plier l'exécutif sur sa ligne économique. Quitte à ce que cela entraîne le départ de Manuel Valls. Le changement de Premier ministre? "C'est une option" confirme Christian Paul, invité sur LCI, mercredi 18 février.

Libé - Loi Macron, Aubry «regrette qu'on n'ait pas continué à discuter»

Les réactions politiques sont nombreuses au lendemain de la décision du Premier ministre d'avoir recours à l'article 49.3 de la Constitution pour faire passer la loi Macron.

Huffington Post - Emmanuel Macron et le 49.3: la méthode du novice mise en échec par "le mur de la vieille politique"

"Ce n'est pas un politique." "Il n'a pas encore tous les codes du milieu." Ces déclarations de ténors socialistes pour parler d'Emmanuel Macron avant le début de l'examen de sa loi prennent désormais un sens nouveau. Au lendemain de la décision de Manuel Valls de passer en force, via le 49.3, c'est bien de l'échec du jeune ministre de l'Economie dont il est question.

Le Monde - Après Macron et Valls, François Hollande justifie le recours au 49-3

Après Emmanuel Macron et Manuel Valls, c'est au tour de François Hollande de justifier le recours à l'article 49-3 pour le projet de loi Macron.

Marianne - Loi Macron : mais pourquoi Valls a-t-il choisi le passage en force ?

Manuel Valls vient donc d'annoncer qu'il utilise le mécanisme du 49-3 pour faire passer la loi Macron. Une surprise puisque les pronostics sur les votes étaient plutôt positifs. Une mauvaise nouvelle pour l'exécutif s'il envisageait de jouer la carte du rassemblement...

Hufington Post - Emmanuel Macron n'a pas sa carte de membre du Parti socialiste

Il a poursuivi ce qui devait être le service après-vente de sa loi. Après le 20 heures de France 2 mardi soir, Emmanuel Macron était sur RMC et BFMV ce jeudi matin. Mais le ministre de l'Economie en est réduit dans les deux cas à justifier le passage en force du gouvernement pour faire adopter son texte. "C'est un acte de responsabilité, pas d'autorité", a-t-il tenté de faire croire.

FranceTVinfo - La fracture profonde de la majorité

Au lendemain du passage sans vote de la loi Macron à l'Assemblée, la division est bien marquée entre le gouvernement de Manuel Valls et les dissidents de gauche, notamment socialistes.

Huffington Post - Loi Macron : les députés frondeurs menacés d'exclusion du PS

Au lendemain du recours à l'article 49-3 de la Constitution, certains défenseurs de la loi Macron l'ont mauvaise. En témoignent les menaces formulées par Stéphane Le Foll ou encore Bruno Le Roux à l'encontre des frondeurs qui ont poussé l'exécutif à faire passer en force le texte d'Emmanuel Macron.

Huffington Post - Motion de censure: les frondeurs ont-ils réfléchi au coup d'après?

.... Pas question en effet pour un seul frondeur de joindre sa voix à celle de l'opposition, pas plus que pour les élus écologistes. "Ne perdez pas votre temps avec ça, il n'y aura aucun frondeur qui la votera, la motion de censure", éludait dès mercredi Laurent Baumel qui ne préfère pas réagir aux menaces d'exclusion de la part du gouvernement.

L'Humanité - Les députés de gauche cherchent une parade au 49-3

Après le coup de force de mardi, la tension n’est pas retombée et le fossé ouvert à gauche est loin d’être comblé entre les deux lignes qui mettent aux prises un gouvernement minoritaire et des députés cherchant à faire respecter le Parlement. Au cœur des débats, le vote sur la motion de censure, prévu cet après-midi.

Les Echos - Pascal Perrineau : « On s’éloigne de plus en plus de ce qu’a été le hollandisme de 2012 »

Professeur à Sciences-Po, le politologue Pascal Perrineau tire les enseignements du recours au 49-3 sur la loi Macron, et met en garde la classe politique : « L’opinion est inquiète et même en colère ».

Le Monde, Les décodeurs - Pourquoi la motion de censure a très peu de chances de passer

Découlant logiquement de l'utilisation de l'alinéa 3 de l'article 49 de la Constitution, l'Assemblée votera, jeudi 19 février, une motion de censure contre le gouvernement. Déposée par l'Union pour un mouvement populaire (UMP) et l'Union des démocrates et indépendants (UDI), celle-ci a très peu de chances de passer. La motion de censure, si elle est approuvée, entraîne la démission du gouvernement. Jamais cependant une motion de censure n'a été adoptée après l'utilisation du 49-3.

Slate - Loi Macron: lors de la dernière utilisation du 49-3, François Hollande avait condamné un «coup de force»

Pour la première fois sous le quinquennat de François Hollande, le gouvernement a décidé, ce mardi 17 février, d'avoir recours à l’article 49 alinéa 3 de la Constitution sur la loi Macron. Cet article autorise le gouvernement à faire adopter un texte sans vote, le seul moyen de l’empêcher étant le vote d’une motion de censure par la majorité absolue des députés dans les 24 heures.

La Tribune - Loi Macron : Valls dégaine le "49-3" pour faire passer le texte en force

Inquiet de ne pas avoir de majorité, Manuel Valls a décidé d'utiliser l'article 49-3 pour faire passer la loi Macron

18 fevrier

INFO LCI. La loi Macron sera-t-elle votée ? Conseil des ministres exceptionnel à l'Elysée

Le Premier ministre a déclaré mardi matin devant les députés socialistes qu'à ce stade, le projet de loi Macron "ne passe pas" le cap du vote de l'Assemblée, ont rapporté plusieurs parlementaires à l'AFP. Selon nos informations, un conseil des ministres exceptionnel doit avoir lieu à 14h30 à l'Elysée.

Le JDD - Manuel Valls craint un rejet de la loi Macron

A quelques heures du vote prévu à l'Assemblée nationale, le Premier ministre Manuel Valls a affirmé mardi matin devant les députés PS qu'à ce stade, "la loi Macron ne (passait) pas". Une partie des frondeurs socialistes envisage en effet de voter contre le texte du ministre de l'Economie, de même qu'une grande majorité des députés écologistes et des élus Front de gauche.

15, 16 et 17 février

Libé - Benoît Hamon (PS) votera contre la loi Macron

L’ancien ministre et député socialiste Benoît Hamon a annoncé dimanche qu’il voterait «contre» la loi Macron, regrettant que le gouvernement n’ait pas introduit dans le texte un plancher minimum de compensations pour les travailleurs du dimanche.

Le lab - Soutien à la loi Macron ? Arnaud Montebourg dément appeler à vote pour, ses proches s'abstiendront

Non, Arnaud Montebourg ne s'est pas rangé parmi les soutiens de la loi Macron, qui doit être votée ce mardi 17 février à l'Assemblée. Un écho du Parisien relayait des propos de l'ancien ministre appelant les députés socialistes à voter le texte. Auprès du Lab, l'ancien ministre dément cette déclaration. Ce qu'avait souligné ce matin Benoît Hamon sur France Inter.

RTL - Hamon tacle Cambadélis, Valls le recadre : un mini congrès PS avant l'heure

LE DÉCODEUR POLITIQUE - En 24 heures, les piques lancées entre Benoît Hamon et Manuel Valls ont donné un avant-goût du congrès socialiste qui se tiendra en juin

Le JDD - Loi Macron : Hamon et les frondeurs font de la résistance

L'ancien ministre Benoît Hamon comme plusieurs députés frondeurs devraient voter mardi contre la loi Macron. Une position qui agace au plus haut point l'exécutif.

Libé - Loi Macron : la pêche aux voix in extremis

Après des semaines de débat, l’adoption définitive du texte a lieu ce mardi. Le nombre de votes contre côté PS s’annonce inédit.

L'Obs - Valls "sous influence juive" : BHL dénonce une "phrase immonde"

Répondant à une question de Jean-Jacques Bourdin, l'ancien ministre PS Roland Dumas a provoqué un tollé en affirmant que Manuel Valls était "probablement" sous "influence juive".

Le Monde - Départementales : les écologistes préfèrent s’allier au Front de gauche

Chez les écologistes, la constitution des listes pour les élections départementales a relevé du travail de dentelle. Dans ce parti décentralisé, chaque région, voire chaque département, a eu toute latitude pour décider de sa stratégie d’alliance et du nom de ses candidats. Dans de nombreux départements, les choix se sont même faits canton par canton, ce qui peut donner un résultat en apparence confus.
 

Le député PS "frondeur" Laurent Baumel souhaite que le système politique français se rééquilibre au profit du parlement, ce qui permettrait, à ses yeux, la suppression du droit de dissolution et de l'article 49/3. Dans une interview à L'Obs publiée aujourd'hui, l'élu d'Indre-et-Loire parle de "monarchie républicaine sans contre-pouvoirs parlementaires". Il déplore une "relégation des parlementaires au profit des cabinets ministériels", ce qui "coupe le pouvoir des réalités sociales".

Challenges - Travail dominical: "un recul démocratique" selon Hidalgo

C'est la dernière ligne droite pour le projet de loi Macron à l'Assemblée Nationale. Le débat se focalise sur la réforme du travail dominical, contre laquelle la maire de Paris s'insurge

RTL -Travail le dimanche : Macron dit non aux frondeurs

Agitant la menace de ne pas voter la loi, les députés PS "frondeurs" ont appelé Emmanuel Macron au "compromis politique" ce samedi.

Libé - Travail dominical: les frondeurs appellent Macron au «compromis», celui-ci dit non

Les députés PS «frondeurs» ont appelé samedi Emmanuel Macron au «compromis politique» sur le travail le dimanche, menaçant de ne pas voter son projet de loi mardi, mais le ministre a rejeté tout «compromis de façade» pour «rallier des voix».

Libé - Loi Macron: match en vue sur le volet social

Tout le monde attend le match gouvernement-frondeurs qui devrait se jouer ce week-end sur les bancs de l’Assemblée nationale. En jeu, les discussions sur le volet social du projet de loi pour l’activité, la croissance et l’égalité des chances économiques du ministre de l’Économie, Emmanuel Macron. Réforme des licenciements collectifs, allégement des sanctions applicables en cas d’entrave au fonctionnement des institutions représentatives du personnel, réforme prud’homale et mise en place d’un barème des indemnités de licenciement: les sujets de désaccord s’annoncent nombreux avant le vote global, mardi après-midi. Sans oublier l’enjeu du travail dominical qui divise la majorité.

Libé - Loi Macron : les frondeurs réduits à suivre le mouvement

Malgré des interventions visant à attaquer le projet de loi, les députés PS contestataires pèseront peu dans la balance lors du vote.

Libé - La caution de deux «frondeurs» sur le travail dominical

Le chef de file des députés PS, Bruno Le Roux, les appelle ses «super-héros». Sa «carte maîtresse» pour emporter la pleine adhésion des socialistes lors du vote du projet de loi Macron le 17 février. C’est que Stéphane Travert et Denys Robiliard, rapporteurs thématiques des deux chapitres du texte les plus polémiques à gauche - l’ouverture des commerces le dimanche et la réforme du droit de licenciement économique -, sont étiquetés «frondeurs».

FranceTVinfo - Loi Macron : feu vert au travail du dimanche

En France, le texte sur le travail du dimanche va être assoupli et étendu. L'article du projet de loi Macron a été voté par les députés ce samedi 14 février.

Le Parisien - Les ministres bâillonnés pour le congrès du PS

Pour éviter les couacs, Matignon a donné l'ordre aux ministres de ne pas signer de contribution en vue du congrès du PS, en juin. Des consignes qui agacent.

Le Parisien - PS : le coup de force de Cambadélis

Jean-Christophe Cambadélis fait plus que jamais figure de favori pour garder la tête du PS. L'actuel patron des socialistes dévoile ce matin la liste de ses soutiens en vue du congrès prévu en juin à Poitiers (Vienne). Selon nos informations, pas moins de 270 parlementaires le rejoignent.

12, 13 et 14 février

Boursier.com - Les cotes de François Hollande et Manuel Valls retombent

Un mois après les attentats de Paris, François Hollande et Manuel Valls perdent respectivement 5 et 6 points dans le baromètre Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio.

L'Express - Le régime des intermittents introduit dans la loi au printemps

Paris, 11 fév 2015 - Le Premier ministre Manuel Valls a précisé mercredi que le régime spécifique des intermittents du spectacle serait inscrit dans la loi "rapidement, dès la mi-2015", probablement dans le projet de loi de modernisation du dialogue social présenté au printemps.

Le Lab - Quand Hollande, Moscovici et Pellerin faisaient l’école buissonnière à la Cour des comptes

La Cour des comptes dévoile ce mercredi 11 février son traditionnel rapport public annuel, diagnostic redouté de la gestion de la dépense publique en France. L’occasion de se pencher sur les jeunes années passées à la Cour des comptes par François Hollande et d’autres figures de la majorité issues de l’institution fondée par Napoléon Ier.

Les Echos - Départementales : dans les Bouches-du-Rhône, Guérini mène toujours le bal à gauche

L’ex-homme fort du Parti socialiste, qui n’a pas perdu son influence sur la gauche départementale, se présente à Marseille.
 
 
RECONVERSION BIS - Selon l’AFP, l’ancien ministre de l’Economie et du Redressement productif va donner des cours de macroéconomie à Princeton, une prestigieuse université américaine du New Jersey du 16 au 26 février.

Le Monde - Les députés ne pourront plus acheter leur permanence avec leur indemnité

Un pas de plus vers le contrôle. Mercredi 18 février, en recevant le rapport des députés-questeurs en charge des finances du Palais-Bourbon, le bureau de l’Assemblée nationale devrait prendre une décision radicale concernant l’IRFM, cette « indemnité représentative de frais de mandat » dont dispose chaque député. D’un montant de 5 770 euros bruts mensuels, elle s’ajoute à la rémunération nette des élus et est régulièrement l’objet de critiques et de polémiques car elle n’est soumise à aucun contrôle et non imposable. Plusieurs députés se sont déjà fait attraper la main dans le sac, utilisant cette somme normalement réservée à leurs frais professionnels pour des cadeaux ou des voyages personnels. Si le président (PS) de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, a déjà fait baisser de 10 % cette indemnité dès le mois de juin 2012, des anomalies persistent dans son utilisation.

L'Express - Congrès du PS: qui défiera vraiment Jean-Christophe Cambadélis?

Par la pluie de textes déposés en amont du Congrès du PS, les socialistes manifestent plus leur envie de débat que de changement de tête. Mais si les départementales se passaient mal, qui pourrait monter au créneau pour briguer le poste de premier secrétaire du parti?

11 février

Le Dauphiné Libéré - Jean-Christophe Cambadélis : « Il y a un risque d’éclatement du PS»

Dans une interview à paraître demain dans notre journal, Jean-Christophe Cambadélis n’exclut pas le risque d’éclatement du parti socialiste, dont il est le Premier secrétaire

Le JDD - Trois ministres se risquent aux départementales

Peu de membres du gouvernement mèneront campagne. Cinq d’entre eux ont un mandat départemental, mais seuls Patrick Kanner, André Vallini et Ségolène Neuville se représentent.

Le Figaro - À Marseille, Manuel Valls tourne la page des attentats

Le déplacement de deux jours du premier ministre dans la Cité phocéenne s'est déroulé dans une ambiance tendue, bien loin de l'état d'esprit des manifestations du 11 janvier.

L'Obs - Barbier devant les députés PS: "cette victoire est collective"

Le socialiste Frédéric Barbier, qui a remporté dimanche face au FN la législative partielle dans le Doubs, a salué mardi devant les députés de son groupe une "victoire collective", a constaté une journaliste de l'AFP.

L'Express - Congrès du PS: à quoi joue Martine Aubry avec sa contribution?

Martine Aubry n'a pas signé la contribution de Jean-Christophe Cambadélis, en amont du Congrès de Poitiers. Pire: la maire de Lille a déposé sa propre contribution. Mais elle n'en est pas encore à vouloir reprendre la tête du PS.
 
Le JDD - Karine Berger : "La gauche a le devoir absolu de réhabiliter l'impôt citoyen"

INTERVIEW – La députée socialiste, Karine Berger, se dit "choquée" par l'affaire des Swissleaks, qui met en lumière un vaste système de fraude fiscale via la banque HSBC. Membre de la commission des finances de l'Assemblée nationale et secrétaire national du PS à l'Economie, elle redoute les conséquences de ce nouveau scandale.

10 février

Le Figaro - Sondage : après l'embellie post-Charlie Hebdo, François Hollande replonge

La hausse spectaculaire du président de la République dans les sondages aura été de courte durée selon le baromètre Ipsos-Le Point.

Le Monde - Quand Jean-Christophe Cambadélis cible Bruno Le Maire

Bruno le Maire, l’homme le « plus dangereux » à l’UMP ? C’est en tout cas l’avis de Jean-Christophe Cambadélis, numéro un du PS. Dimanche, sur Radio J, le premier secrétaire, au lendemain du conseil national de l’UMP, a également estimé que Nicolas Sarkozy « fait flop », Alain Juppé « fait toc ».

Le Monde, Les décodeurs - Le PS ne fait pas plus « monter le FN » que ce dernier fait « gagner le PS »

C'est devenu un classique, à droite, pour justifier une défaite ou évoquer une bataille électorale impliquant le FN et le PS : les renvoyer dos à dos. C'est ce qu'a fait Brice Hortefeux, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, à propos de l'élection partielle du Doubs, remportée sur le fil par le PS. 

Le Monde - Travail le dimanche : Hidalgo conditionne son soutien aux nouvelles zones

La maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), s'est dite ouverte, lundi 9 février, à la création de zones touristiques internationales à Paris, prévues par le volet sur le travail du dimanche de la loi Macron. L'édile a cependant conditionné ce soutien à la condition que le dernier mot revienne aux élus locaux plutôt qu'à l'Etat.

Le Point - Législative dans le Doubs : le PS l'emporte d'une courte tête

Le socialiste Frédéric Barbier est élu : il obtient 51,43 % des voix contre 48,57 % à la candidate du Front national Sophie Montel.

Le Parisien - Législative dans le Doubs : Frédéric Barbier (PS), le discret laboureur

... Frédéric Barbier, 54 ans, cadre d'Electricité réseau distribution France (ERDF), est un homme de terroir d'un naturel prudent. Vice-président du conseil général du Doubs depuis 2011, cet enfant du pays (il est né à Audincourt et a grandi à Pont-de-Roide, dont il a été premier adjoint au maire) est propulsé au Palais-Bourbon en 2012 en tant que suppléant de Pierre Moscovici, nommé ministre de l'Economie.

9 février

Marianne - PS : à l'approche du congrès, alerte au tripatouillage !

Le PS réunit son Conseil national ce samedi. A cinq mois du prochain congrès, la tension monte d'un cran entre les différentes sensibilités du parti. En cause, le flou artistique qui règne autour du nombre exact d'adhérents ainsi que des suspicions de "ménages de printemps" qui seraient en cours au sein de certaines fédérations. Entre la direction et l'aile gauche, c'est désormais à couteaux tirés...

L'Obs - Le Foll pointe une "radicalisation de droite" de la nouvelle génération UMP

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, a pointé dimanche "une nouvelle génération" à l'UMP positionnée "sur une radicalisation de droite", citant Laurent Wauquiez et Bruno Le Maire.

Huffington Post - Jean-Christophe Cambadélis déplore que les juifs de France soient assimilés à Israël et les musulmans à Daech

Même s'il ne met pas "sur le même plan" l’État hébreu et Daech, Jean-Christophe Cambadélis, numéro un du PS, a déploré dimanche 08 février que l'on assimile les juifs à Israël et les musulmans à l'organisation État islamique.

 
ÉCLAIRAGE - Le parti se lance dans une longue campagne afin que ses militants désignent leur prochain premier secrétaire.
 
Pour le numéro un du PS, Nicolas Sarkozy "fait flop", Alain Juppé "fait toc", et le "plus dangereux" à l'UMP, c'est Bruno le Maire.

06/02/2015

L'actualité des socialistes du 2 au 8 février (mise à jour)

A la une

Le Monde - Cambadélis se pose en rassembleur pour le congrès du PS

Il faut être socialiste et aimer la littérature de parti pour apprécier dans toutes ses subtilités la phase dite « des contributions ». Le premier round du congrès s’est achevé vendredi 6 février avec le dépôt des textes d’orientation générale de tout ce que Solférino compte de courants. Le dépôt des motions, sur lesquelles les militants sont appelés à voter, et dont doit émerger le nom du futur premier secrétaire du PS, doit s’effectuer avant le 11 avril.

8 février

Le Monde - François Hollande et son rendez-vous avec les banlieues

François Hollande était attendu sur sa politique à l’égard des banlieues. Les attentats de janvier ont braqué de manière spectaculaire les projecteurs sur ces territoires relégués. Les habitants de ces quartiers populaires le vivent mal, redoutant une stigmatisation toujours plus blessante. En abordant plusieurs fois le sujet lors de sa conférence de presse, jeudi 5 février, et en employant des mots forts, le président de la République a donné le sentiment que, cette fois-ci, le rendez-vous ne serait pas manqué.
 
 
Le président de la République s’est trouvé. L’esprit du 11 janvier lui va comme un gant. Jeudi 5 février, lors de sa cinquième conférence de presse, François Hollande a rompu avec la stature défensive. ll surfe sur « cette grande fierté » qui fut aussi « un grand malheur » : la mobilisation du peuple français contre les attentats terroristes.
 
7 février
 
 
La popularité de François Hollande se redresse de six points, à 22%, et celle de Manuel Valls de huit, à 35%, selon le baromètre mensuel YouGov/Huffington Post/iTELE publié jeudi.
 
 
Lors de sa conférence de presse, le président de la République a notamment annoncé un service civique universel de huit mois ouvert à tous les jeunes dès le 1er juin. Sur le front international, il se rendra à Kiev ce jeudi avec Merkel.

Le Monde, les Décodeurs - Service civique, universel, citoyen : pour s'y retrouver dans les annonces de François Hollande

Renforcer les liens de la jeunesse avec la nation pour que jamais les attaques terroristes de janvier ne puissent se reproduire : telle est l'obsession d'une bonne partie de la classe politique depuis plusieurs semaines, qui rivalisent de propositions pour y parvenir.

Public sénat - Conférence de presse : Hollande ajuste son costume de Président

François Hollande a profité de sa conférence de presse pour prolonger « l’esprit du 11 janvier », un mois après les attentats qui lui ont permis de renforcer sa stature présidentielle. « J’ai forcément changé » après les événements, assure le Président qui s’est envolé en Ukraine pour tenter de résoudre « la guerre ».

France Info - Hollande annonce la création d'un "contrat civique" et d'une "réserve citoyenne"

Le chef de l'Etat a annoncé, jeudi lors de sa conférence de presse, un nouveau contrat civique avec la mise en place d’un service universel pour les jeunes et la création d’une réserve citoyenne pour tous les Français. Un mois après les attentats, il a aussi dit son devoir de "prolonger l'esprit" de janvier 2015. Il a annoncé la création d'une agence nationale pour le développement économique.

6 février

Les Echos - Politique de la ville : les associations en difficulté financière

Il faut absolument protéger les associations de taille intermédiaire qui participent à la politique de la ville, le président de la République en est bien conscient », assure Françoise Dumas. La députée (PS) du Gard a publié fin 2014 un rapport sur les difficultés du monde associatif, proposant plusieurs pistes qui pourraient être reprises aujourd’hui par l’Elysée. Les associations des quartiers, comme toutes les autres (1,3 million), pâtissent de la crise des vocations des bénévoles. Elles subissent aussi la baisse des dotations des collectivités, qui pèsent 27 % de leur financement.

Le Monde - Entre Hollande et Tsipras, l’entente cordiale… en apparence

En surface, ils sont d’accord. « La France doit jouer un rôle de protagoniste pour un changement de politique en Europe », a expliqué Alexis Tsipras. « Le dialogue entre la Grèce et ses partenaires européens doit se dérouler en vue de trouver un accord », a répondu François Hollande. La déclaration commune du président français et du premier ministre grec, mercredi 4 février après midi à l’Elysée à l’issue de leur premier entretien, a parfaitement respecté les formes. Mais ce premier contact n’augure en rien de la suite des événements, et du jeu exact que jouera Paris, dans les prochaines semaines, entre Athènes, Berlin et Bruxelles.

Le Parisien - Nouvelle hausse des cotes de confiance de Hollande et Valls (TNS-Sofres)

Les cotes de confiance de François Hollande (23%, +3 points) et de Manuel Valls (48%, +7) connaissent de nouvelles hausses en février, selon le baromètre TNS Sofres pour Le Figaro Magazine publié mercredi. Quelque 23% des sondés font confiance au chef de l'État pour résoudre les "problèmes" de la France.

5 février

Lyon Capitale - Olivier Brachet s'explique sur sa démission

Démissionnaire ce lundi de son mandat de vice-président de la métropole en charge du logement, Olivier Brachet revient sur ses motivations pour Lyon Capitale. Il justifie son choix par une baisse des budgets de sa délégation mais aussi par un problème de gouvernance et d'écoute de Gérard Collomb. Et il ne mâche pas ses mots : "j'ai constaté un raidissement du discours sur la question sociale".

Le Monde - Christophe Borgel : « Un FN fort n'est pas une opportunité pour le PS »

Christophe Borgel, secrétaire national aux élections du Parti socialiste, analyse le résultat du premier tour de l'élection législative partielle dans la 4e circonscription du Doubs qui a vu la candidate FN arriver en tête devant le représentant du PS.
 
4 février
 
 
Les amis de la maire de Lille veulent pousser le premier secrétaire socialiste à inscrire dans une future «motion commune» la réorientation budgétaire qu'ils souhaitent.
 
 
«Maintenant la gauche», l’un des courants de l’aile gauche du Parti socialiste, réclame un «sursaut républicain» passant par une «politique de relance économique» et appelle le PS à ne pas montrer de «solidarité aveugle avec l’exécutif», dans un texte préparatoire au congrès.
 

Le congrès du Parti socialiste se tiendra à Poitiers au mois de juin. Le courant réformiste porté par le sénateur-maire de Lyon a rendu publique sa contribution, dans laquelle on retrouve les grandes options saint-simoniennes de Gérard Collomb en matière économique. Mais les propositions les plus innovantes portent sur l’Europe et la réorganisation du PS.

Cette contribution citoyenne participative respecte notre mode de fonctionnement en cours depuis près de 3 ans. Plusieurs dizaines de textes ont été rédigés par près de 60 militantEs pour alimenter la réflexion collective. Un séminaire nous a réuniEs les 17 et 18 janvier 2015 pour finaliser cette contribution: Oser, la gauche citoyenne (O.L.G.C.).
 
Contribution Inventons Demain «  Inventons Demain : ni Courtisans, ni Frondeurs, mais attachés au débat d’idées » 

 Si ce congrès se résume encore à des postures ou des jeux de courants stériles, alors ce congrès sera raté. Cela ne ferait que prolonger le lent mais douloureux déclin de notre parti. Un déclin que certains ne voient pas venir, enfermés dans des vieilles certitudes inébranlables, dont celle qui consiste à croire qu’il y aura toujours un parti socialiste et des élus, et que dès lors, on peut éviter le débat d’idées aujourd’hui.

Contribution AGIS - Agir pour vivre « libres » ensemble :
 

1 –  Agir pour le bonheur éducatif et pour une laïcité ressourcée
Repenser un système public d’éducation à partir de la petite enfance et tout au long de la vie. Sortir le système éducatif français de la sanction/évaluation/échec. Aller vers le lycée unique. Créer des pôles d’excellence. Donner les outils aux jeunes pour devenir des citoyens bien informés et réactifs par rapport aux enjeux actuels de notre planète. Aborder la question sans fragmenter les domaines (préscolaire, maternelle, élémentaire, collège, lycée, université, parcours de formation continue) et en englobant tous les acteurs du système (élèves, enseignants, parents, autres personnels, etc.). Redéfinir le métier d’enseignant
 
 
Contribution Générale pour le congrès de Poitiers

En 2015, la gauche en action est à la croisée des chemins. Les Socialistes détiennent une majorité parlementaire qui est fragilisée par des résultats économiques trop parcellaires tandis que la débâcle des municipales de 2013 a transformé la plupart de nos bastions en terres de reconquête ! Les partenaires de gauche sont eux aussi fortement affaiblis, tandis que le Centre gauche du Modem s’est rangé sans retour possible à droite, derrière l’UMP.

Génération - mai - Grèce et Espagne : soyons euro-progressistes !

Si la France se réforme, ce n’est pas pour satisfaire telle institution internationale ou telle autre européenne. C’est avant tout pour remettre en ordre de marche son appareil productif, ses compétitivités, et in fine son économie globale. Il ne s’agit nullement de la manifestation d’une quelconque soumission aux injonctions pouvant émaner de Washington ou de Bruxelles. Contrairement à ce que laissent penser les populistes de tout poil, les nations sont souveraines, et leurs gouvernements – démocratiquement élus – libres d’agir comme ils l’entendent.

3 février

L'Obs - Cambadélis à Mélenchon: "Jean-Luc, tu n'es plus au PS, alors, lâche-le"

Jean-Christophe Cambadélis a répliqué dimanche aux critiques de Jean-Luc Mélenchon sur le Parti socialiste, l'apostrophant en ces termes: "Tu n'es plus au PS, lâche-le".

Lyon 1ère - Un proche de Gérard Collomb claque la porte de la métropole

Olivier Brachet, directeur de campagne de Gérard Collomb aux dernières municipales, a annoncé ce lundi qu'il démissionnait de la métropole lyonnaise, où il était vice-président à l'habitat, au logement et à la politique de la ville. Brachet explique sa décision par des "désaccords profonds".

L'Obs - Législative du Doubs: "soulagement" au PS mais prudence pour la suite

Le Parti socialiste exprimait un certain "soulagement", lundi, après sa qualification au second tour de la partielle législative du Doubs, mais rien n'est acquis pour dimanche, ni pour les départementales de mars qui s'annoncent périlleuses pour la gauche.

Le Monde , Les décodeurs - Législative partielle dans le Doubs : les mauvais comptes de NKM

Encore une législative partielle où le Front national arrive au second tour. Mais à la différence des précédentes, ce n'est pas le Parti socialiste qui en a fait les frais dans la 4e circonscription du Doubs, dimanche 1er février, mais l'UMP, dont le candidat, Charles Demouge, a été éliminé au premier tour en arrivant troisième (26,54 %). Le principal parti d'opposition a toutefois aussitôt minimisé l'impact de cette défaite et mis en lumière l'échec du PS, arrivé derrière le Front national. A l'image de Nathalie Kosciusko-Morizet, députée de l'Essonne et vice-présidente déléguée de l'UMP, invitée lundi matin de BFM TV et RMC.

Les Echos - Législative du Doubs : Valls appelle la droite au «rassemblement» autour du candidat PS

Le Premier ministre a de nouveau appelé ce lundi la droite au « rassemblement » autour du candidat socialiste Frédéric Barbier, opposé à une candidat FN au second tour dimanche d’une législative partielle dans le Doubs.

Le Monde - Martine Aubry engage le fer avec Xavier Bertrand

Après l’annonce, dimanche 1er février, de son intention de mener une liste UMP aux élections régionales dans le Nord – Pas-de-CalaisPicardie, Xavier Bertrand n’a pas laissé Martine Aubry de marbre. « Ce qui m’a choquée, c’est que dès qu’il s’exprime, c’est pour nous attaquer, a regretté Martine Aubry. Ce n’est pas comme cela que l’on fait de la politique. C’est projet contre projet. »

Le Figaro - Doubs : le Parti socialiste profite de l'effet postattentats

La qualification inattendue du candidat PS dans la législative partielle du Doubs est une excellente surprise pour le PS.

Il y a quelques jours, un conseiller de François Hollande, qui réfléchissait aux impacts des événements de janvier, prévenait, lucide: «Le président va gagner quelques points dans les sondages mais le vrai test, ce seront les élections. Tous les commentateurs se demanderont alors ce que les événements ont changé dans les urnes.» Voilà François Hollande et les socialistes fixés. Le candidat du PS, Frédéric Barbier, qui remplaçait Pierre Moscovici dans l'hémicycle depuis 2012, s'est qualifié à l'arraché pour le deuxième tour de l'élection partielle de dimanche.

2 février

Rue 89 - La « Pasokisation », le danger qui menace le Parti socialiste ?

Dans Le Journal du dimanche de ce 1er février, Jean-Luc Mélenchon qualifie le Parti socialiste, qu’il a quitté en 2008, d’« astre mort », poursuivant la métaphore du pédalo devenu désormais le « radeau de la méduse ». Depuis la victoire de Syriza aux législatives dimanche dernier, la gauche radicale ne cesse de comparer le PS français à son homologue grec, le Pasok. Ce dernier s’est effondré à moins de 5% des voix tandis que son leader historique, Georges Papandréou, n’a même pas été réélu au Parlement.

L'Obs - Cambadélis ironise sur "la petite obsession socialiste" de Mélenchon

Jean-Christophe Cambadélis a ironisé dimanche sur "la petite obsession socialiste" de Jean-Luc Mélenchon, qui a qualifié le Parti Socialiste d'"astre mort", le premier secrétaire du PS soulignant qu'il ne fallait pas "opposer une gauche à une autre".

Le Figaro - Manuel Valls appelle les socialistes à l'unité

Le premier ministre, Manuel Valls, a lancé dimanche un vibrant appel à l'unité dans la perspective des départementales, en s'exprimant devant les secrétaires de section du Parti Socialiste, réunis à la Mutualité, et a rendu un hommage appuyé au responsable du parti, Jean-Christophe Cambadélis.

Huffington Pst - Le Parti socialiste se réunit pour préparer "l'après-Charlie"... et les élections départementales qui s'annoncent comme une déroute

Jean-Christophe Cambadélis convie dimanche 1er février à Paris un millier de secrétaires de section du PS, reflet de la base du parti, pour une réunion consacrée à l'"après-Charlie", mais les départementales de mars, thème initial du rassemblement, et le congrès de juin devraient faire l'objet de nombreux apartés.

Le Figaro - Cambadélis pour un cessez-le-feu à gauche

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a appelé aujourd'hui les responsables de la "gauche radicale" française à un "cessez-le-feu" le temps de la campagne des élections départementales des 22 et 29 mars.

 

31/01/2015

L.'actualité des socialistes du 26 janvier au 1er février (mise à jour)

A la une

Le Monde - Plaidoyer pour un Service national républicain obligatoire Par Yves Blein, député du Rhône (PS)

Le premier ministre et la ministre de l’éducation nationale ont annoncé une importante série de mesures propres à renforcer l’éducation civique et mieux encadrer les comportements des enfants à l’école. C’est d’évidence une excellente chose. Mais je plaide pour que ces mesures soient complétées par la création d’un Service national républicain, obligatoire, à effectuer entre 16 et 25 ans.

31 janvier et 1er février

Le Monde - A Pékin, Valls jure fidélité à Hollande

Depuis Pékin, Manuel Valls n’a pas seulement adressé un message aux investisseurs chinois. Le premier ministre a également profité de sa visite officielle en République populaire de Chine pour envoyer un message très politique à la France et plus particulièrement à la gauche française. Un message qui peut se résumer ainsi : il ne faudra pas compter sur lui pour engager un bras de fer avec François Hollande en vue de l’élection présidentielle de 2017. M. Valls l’avait déjà laissé entendre depuis de longs mois, mais il a été rarement aussi clair que cette fois-ci.
 
 
A l’Assemblée nationale, l’examen du projet de loi Macron n’en était pas encore arrivé au tour de l’article 28 que celui-ci animait déjà la séance de questions au gouvernement mercredi 28 janvier. En réponse à l’inquiétude exprimée à son sujet par la députée écologiste Michèle Bonneton, Ségolène Royal s’est voulue conciliante : « Le gouvernement est tout à fait ouvert au dépôt et au vote d’un amendemement destiné à garantir la non-régression en matière de droit à l’environnement. »

La Nouvelle République - Laurent Baumel, un frondeur sacré député de l’année 2014

Les députés frondeurs auront incontestablement été les « héros » de l'année politique à lʼAssemblée nationale. Laurent Baumel, l'un des animateurs du mouvement et député de la 4e circonscription d'Indre-et-Loire, devrait être désigné "député de l'année" par la revue du Trombinoscope ce mardi.

Boursier.com - Le gouvernement va renoncer au texte sur le "secret des affaires"

Il n'y aura pas de "secret des affaires" dans le projet de loi Macron... Face à colère des médias, le gouvernement a décidé de renoncer à cette mesure très contestée. L'information, révélée par 'Le Monde', a été confirmée à Reuters par des sources gouvernementale et proches du groupe parlementaire socialiste à l'Assemblée nationale. Selon le journal, la décision de retirer cette disposition du projet de loi sur la croissance et l'activité a été prise à l'issue de discussions entre François Hollande et Emmanuel Macron, et doit être officialisée ce vendredi.

Le Monde - Quand Cambadélis (PS) tance le porte-parole d’EELV

« Irresponsable », « spectacle lamentable », « accroc inadmissible dans l’union de la gauche »… Mais qu’a donc fait Julien Bayou, porte-parole d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), pour énerver le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, au point de lui faire signer un communiqué de presse au ton courroucé ?

Les Echos - Pesticides : le gouvernement veut diviser l’usage par deux d’ici à 2025

Un nouveau plan de réduction des pesticides dans l’agriculture est présenté ce vendredi, basé sur l’extension de fermes pionnières et des incitations aux distributeurs pour optimiser leur utilisation. Les ONG auraient voulu aller plus loin.

Le point - Dans le Doubs, une législative partielle à risque pour le PS

L'esprit du 11 janvier, après les attentats de Paris, permettra-t-il au PS de sauver dimanche son siège de député du Doubs ? Le pari, difficile tant la concurrence à gauche est forte face à l'UMP et au FN, sera un test à quelques semaines des départementales.

30 janvier

Les Echos - Bartolone demande à Larcher de ne "pas perdre son sang-froid"

Le président du Sénat estime qu’il « ne lui est plus possible » de travailler avec le président de l’Assemblée, après que celui-ci s’est prononcé pour la disparition de la Haute Assemblée.

Libé - Secret des affaires : l’alerte est donnée

L’amendement adopté le 20 janvier devrait être modifié. En jeu : la défense des lanceurs d’alerte et de la liberté d’informer.

Le Monde, Les décodeurs - La liberté d'informer serait-elle vraiment menacée par le « secret des affaires » ?

Le tollé ne faiblit pas : les dispositions concernant le « secret des affaires » que pourrait contenir la future loi Macron hérissent journalistes et défenseurs de la liberté d'informer. Une pétition a été lancée et les réseaux sociaux résonnent de ce projet de loi.

29 janvier

Libé - Meeting de Valls perturbé : «La CGT a été irresponsable»

Martial Bourquin, sénateur-maire PS d’Audincourt (Doubs), était au côté de Manuel Valls lors du meeting chahuté − notamment par la CGT Energie − que le Premier ministre a tenu mardi dans le Doubs, où une législative partielle se tient dimanche pour élire le successeur du PS Pierre Moscovici.

Libé - Une primaire de l'«alternative» : chiche ?

Puisque Jean-Luc Mélenchon parle déjà de «candidature commune» de la gauche radicale et des écologistes, il doit accepter de se convertir au principe de la primaire. Sous peine de paralyser le rassemblement rouge et vert qui s'esquisse.

Libé - Le PS envisage un service civique obligatoire pour les jeunes

D'après un document qu'a pu consulter le Lab, le groupe socialiste à l'Assemblée pourrait proposer la création d'un service civique obligatoire, pour tous les jeunes de 16 à 26 ans.

Libé - Hollande : la Shoah «doit pouvoir être enseignée partout, sans aucune restriction»

Le président français a annoncé un renforcement des sanctions contre le racisme et l'antisémitisme avant de se rendre au 70e anniversaire de la libération des camps nazis à Auschwitz.

RFI - Loi Macron: les députés frondeurs dénoncent un texte libéral

L'Assemblée nationale a commencé à examiner lundi 26 janvier le très controversé projet de loi Macron de modernisation de l'économie. Un texte libéral, dénoncé comme tel par la minorité des socialistes frondeurs, au lendemain de la victoire de Syriza en Grèce.

Le Parisien - Grèce : Yanis Varoufakis, le ministre des Finances qui détonne

Cet économiste de 53 ans qui avait prédit la crise des «subprimes» en 2008 est le nouveau ministre des Finances grec. Très critique des plans de sauvetage de 2010 et 2011, il plaide pour une réorientation de la politique économique européenne. Et ne mâche pas ses mots pour critiquer l'Allemagne et la France.

La Provence - Sondages : fin de "l'effet 11 janvier" pour Hollande, ça se resserre pour les départementales

Le nouveau sondage réalisé ce mois-ci par Odoxa pour L'Express, la presse quotidienne régionale et France Inter, revient sur la spectaculaire hausse de popularité de l'exécutif au lendemain des attentats de Paris ainsi que sur les intentions de vote aux élections départementales. Revue de détail.

28 janvier

Presse Océan - Sondage : Manuel Valls (PS) apprécié par la majorité des Français

Odoxa présente aujourd'hui son nouveau baromètre politique. En partenariat avec l’Express, la Presse Quotidienne Régionale et France Inter, cette enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet les 22 et 23 janvier 2015. La popularité de l’exécutif est en nette hausse en janvier. Mais l’effet 11 janvier est désormais terminé. Si Hollande reste très impopulaire, Valls est désormais apprécié par une majorité de Français. Les résultats et l'analyse de son président Gaël Sliman.

L'Express - Loi Macron: lanceurs d'alerte et journalistes condamnent la protection du secret des affaires

Députés de droite et de gauche se sont entendus pour glisser dans la loi Macron un amendement créant le "secret des affaires". Diffuser une information jugée sensible par une entreprise sera ainsi passible d'une peine de prison.

Le Figaro - Partielle dans le Doubs : Valls va tenter de sauver les meubles

Le premier ministre vient soutenir mardi soir le candidat socialiste qui va tenter de succéder à Pierre Moscovici dans une législative partielle qui s'annonce compliquée pour la majorité.

Les Echos - Le PS peaufine le projet d’un «service national républicain»

Les députés PS travaillent, sous la houlette du député du Rhône, Yves Blein, à une proposition de loi pour créer un «service national républicain» d’une durée de six mois qui concernerait tous les jeunes de 16 à 25 ans.

27 janvier

L'Obs - Le Roux (PS): la gauche française au pouvoir, "point d'appui" de Tsipras en Europe

Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l'Assemblée, a promis lundi que la gauche française au pouvoir jouerait un rôle de "point d'appui" pour le parti de gauche radicale Syriza, dont la victoire en Grèce est une "bonne chose pour l'Europe".

Le Monde - Cahuzac soupçonné d'avoir aussi caché au fisc des revenus sur des comptes de sa mère

Déjà poursuivi pour son compte caché en Suisse, puis à Singapour, l'ancien ministre du budget Jérôme Cahuzac est soupçonné d'avoir dissimulé des revenus au fisc en les versant sur des comptes bancaires de sa mère, a appris l'AFP, lundi 26 janvier, de source proche du dossier.

L'Obs - La victoire de Syriza met Hollande face à une responsabilité historique

La gauche grecque ne parviendra pas, seule, à réorienter la zone euro dans un sens plus social. Mais le président français peut l'aider.

Challenges, Nicolas Domenach - Comment les socialistes français pensent digérer le succès de Syriza

Si les dirigeants socialistes affichent une sérénité qu’ils voudraient offensive, il n’en reste pas moins une angoisse qui se renforce avec l'illusion d'un Syriza à la française.

Politis - Elections grecques : le PS résistant de la 25eme heure

Oublié le Pasok qui jusqu’à ces derniers jours était son « parti frère », membre de l’Internationale socialiste que présidait George Papandreou (photo) quand, Premier ministre, il lançait les premiers plans d’austérité et déroulait le tapis rouge à la Troïka. Le PS s’est félicité, dimanche soir, « de la victoire des forces de gauche en Grèce », « une bonne nouvelle pour le peuple grec », selon son secrétaire national à l’Europe, Philip Cordery.

26 janvier

L'Obs - En France, la gauche s'empare de la victoire de Syriza

En France, la gauche de la gauche, des frondeurs socialistes au PCF en passant par EELV, applaudit la victoire du parti anti-austérité grec et souhaite en tirer des leçons pour l'Europe.

Atlantico - Christian Paul : “Le PS devrait analyser pourquoi son homologue grec est aujourd’hui à 3%"

Pour l'une des figures emblématiques des frondeurs, le groupe "dissident" au Parlement sera plus constructif en 2015, et commencera notamment par de multiples contre-propositions lors des débats qui porteront sur la loi Macron à partir du lundi 26 janvier.

CBanque - Les « frondeurs » PS demandent des réformes structurelles, dont une réforme bancaire

Les frondeurs socialistes du collectif « Vive la gauche » réclament une série de « réformes structurelles », dont une réforme bancaire plus poussée que celle de 2013 et un soutien fiscal à l'investissement, dans un texte publié dimanche.

Boursorama - Loi Macron : Dray juge "pas possible de continuer une sorte de guérilla interne au PS"

Julien Dray, l'un des vice-présidents du conseil régional d'Ile-de-France et un proche de François Hollande, a jugé dimanche au sujet des "frondeurs" qu'il n'était "pas possible de continuer une sorte de guerilla interne au PS" et épinglé leurs amendements "de dernière minute" sur le projet de loi Macron, y compris pour défendre des "professions libérales".

Libé - Hollande en slalom à Davos

Au Forum économique mondial, le Président a interpellé la finance pour lutter contre le terrorisme. Et vanté ses réformes.

Metro - Jean-Jack Queyranne : "Ne pas s'affaiblir avec des manœuvres politiciennes"

ELECTIONS REGIONALES – Certains socialistes, dont Gérard Collomb, tentent-ils d'empêcher le président PS de la Région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, de se présenter à sa propre succession en fin d'année ? Le maire de Lyon a démenti, et l'intéressé donne son point de vue à "metronews".

Marianne - Laïcité : l'ébauche du début d'un commencement d'une autocritique au PS

Alors que l'exécutif entend que l'école soit à nouveau le lieu de transmission des valeurs républicaines, en coulisse, des membres du PS s'interrogent sur leurs petits arrangements avec la laïcité depuis des années. Une remise en question qui porte notamment sur les pratiques du "socialisme municipal" et le "clientélisme communautaire"...

Le Figaro - Pour Cambadélis, le FN perdra de son élan

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a estimé aujourd'hui que la dynamique dont bénéficiait le Front national avait été ralentie et la stature de présidentiable de Marine Le Pen affectée par les suites des attentats de Paris.

Le Figaro - Manuel Valls, toujours plus populaire

Deux sondages publiés dimanche dans Le Parisien et le JDD relèvent une hausse de la popularité du premier ministre aux lendemains des attaques terroristes qui ont visé le pays.

BFMTV - Le groupe PS perd la majorité absolue à l’Assemblée

Le départ du député Jean-Pierre Maggi vers le groupe des radicaux de gauche prive le groupe PS de la majorité absolue dans l'hémicycle.

Cette fois, c'est acté. Avant même la législative partielle de dimanche prochain, dans le Doubs, pour élire le remplaçant du socialiste Pierre Moscovici, nommé Commissaire européen en octobre dernier, le groupe PS vient de perdre sa majorité absolue à l'Assemblée nationale. Le départ du député Jean-Pierre Maggi vers le groupe des radicaux de gauche, annoncé samedi au Journal officiel, fait en effet passer les effectifs du groupe socialiste, républicain et citoyen (SRC) à 287 représentants (273 membres et 14 apparentés).

24/01/2015

L'actualité des socialistes du 19 au 25 janvier (mise à jour)

A la une

Public Sénat - Après les attentats, le congrès du PS est-il « fini » ?

Suite aux attentats, certains socialistes pensent qu’il ne sera plus possible pour l’aile gauche du PS de contester la ligne économique de François Hollande et Manuel Valls. A l’aile gauche, si on n’enterre pas encore le congrès du mois de juin, on parle de « dispute apaisée »…

Slate - Syriza, une chance pour Hollande

Evidemment, les soutiens français les plus évidents de la gauche radicale grecque sont plutôt Cécile Duflot, Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon. Mais, si le parti d'Alexis Tsipras accède au pouvoir, Hollande pourrait se retrouver dans la position qu’il adore: celle du médiateur et du conciliateur entre deux orientations extrêmes, celui qui fait la synthèse.

24 et 25 janvier

Europe 1 - Attentats : Aubry félicite Hollande et Valls

La maire de Lille, d'habitude critique vis-à-vis de l'exécutif, a estimé vendredi que François Hollande "était un chef d'Etat au plein sens du terme".

Libé - Rouges et verts mettent leurs «espoirs» en «chantiers»

A la gauche du PS, ça bouge. Après avoir soutenu les Grecs de Syriza lundi soir à Paris et avoir redoublé de bonnes intentions depuis cet été, le temps des travaux pratiques semble venu.

Dans un appel intitulé «Chantiers d’espoir» et publié sur Mediapart, plusieurs responsables politiques, associatifs, syndicaux et intellectuels ont annoncé jeudi vouloir «construire […] et élaborer une alternative politique, sociale et écologiste», «susciter des rencontres, partout en France, pour tracer un nouveau chemin».

Mediapart - Chantiers d’espoir

« Mettre un coup d’arrêt à l’avancée de la droite et de l’extrême droite », revivifier les « valeurs d’égalité et de liberté » et « faire émerger une alternative à gauche porteuse d’une politique, citoyenne, féministe, écologiste et solidaire »: c'est le projet porté par l'appel « Chantiers d'espoir », construit par des animateurs du mouvement social, militants syndicaux, associatifs, altermondialistes, féministes, des représentants nationaux d’Europe EELV, du Front de Gauche…

Le site Web de Chantiers d'espoir

Libé - A la gauche du PS, l'espoir en «chantiers»

Dans un appel publié par Mediapart, 500 personnalités politiques, associatives, syndicales et intellectuelles appellent à «construire une alternative». Duflot et Mélenchon compris.

23 janvier

Europe 1 - BCE : une (discrète) satisfaction pour Hollande

BONNE NOUVELLE - Le chef de l'Etat militait pour une relance monétaire au niveau européen. Mais il devrait se garder de tout triomphalisme, le sujet étant un point de crispation avec l'Allemagne.

L'Obs - Morale, laïcité, bénévolat... Ce que propose Najat Vallaud-Belkacem pour l'école

Renforcement de la formation des professeurs, cours d'éducation aux médias... Le gouvernement dévoile une batterie de mesures pour réaffirmer les valeurs républicaines à l'école.

Le Monde - « Apartheid » : Valls appelle Sarkozy à « penser à la France »

« Dans ces moments-là, ceux qui gouvernent et ceux qui hier ont gouverné, doivent être grands, pas petits. » Manuel Valls a répondu, jeudi 22 janvier, à Nicolas Sarkozy, qui l’avait accusé d’avoir commis une « faute » en parlant d’« apartheid ». Le premier ministre a également reproché à l’ex-président de vouloir « briser l’esprit [d’unité nationale] du 11 janvier ».

Le Monde - Valls veut lutter contre la « ghettoïsation et la ségrégation »

Manuel Valls a déclaré, jeudi 22 janvier, que la lutte contre la « ghettoïsation » dans les quartiers pauvres passait par une « politique du peuplement ». Le premier ministre s’exprimait à Matignon en introduction des mesures annoncées par sa ministre de l’éducation dans le cadre de la « grande mobilisation » déclenchée après les tueries des 7, 8 et 9 janvier à Paris et à Montrouge.

L'Obs - Dans le Doubs, les attentats parisiens rebattent les cartes de la campagne électorale

Des tracts FN sur le "péril islamiste", des militants PS qui espèrent surfer sur le regain de popularité de François Hollande: dans le Doubs, appelé à pourvoir le 1er février le siège de député de Pierre Moscovici parti à Bruxelles, les attentats de Paris ont rebattu les cartes d'une élection très ouverte.

Lyon Capitale - Régionales 2015 : Collomb dément vouloir écarter Queyranne

Selon Le Progrès, le maire de Lyon chercherait à évincer le président de l’actuel conseil régional de sa propre succession. Gérard Collomb dément l’information.

Le Monde - Manuel Valls annonce la création de 2680 postes pour lutter contre le terrorisme

Un renforcement des moyens humains et matériels : c’est l’essentiel de la réponse apportée mercredi 21 janvier par l’exécutif, deux semaines jour pour jour après la tuerie de Charlie Hebdo, en matière de lutte antiterroriste. Le premier ministre a annoncé un budget de 425 millions d’euros sur trois ans en matériel. Avec le coût du personnel, l’enveloppe devrait se monter à 736 millions d’euros d’ici 2017, dont 246 millions pour 2015 Le président l’avait confié à ses proches, ces derniers jours : « L’attitude de la droite, illustrée par ce que faisait Sarkozy, c’est : un événement, une loi. La gauche, elle, explique qu’il n’y a qu’à appliquer les textes. J’entends pour ma part être pragmatique : ce qu’il faut, c’est corriger, améliorer. » 

Libé - Le PS face aux douze travaux de Macron

Le nombre de dimanches ouvrés demeure le principal point de division entre élus socialistes.

Avec prudence mais détermination. Larvée la semaine dernière, l’offensive de la majorité contre la loi «pour la croissance et l’activité», dite loi Macron, s’organise en vue de son examen dans l’hémicycle à partir de lundi.

22 janvier

Libé - Valls dénonce un «apartheid territorial, social et ethnique» en France

.... Il a fait du «parler vrai» sa marque de fabrique. Manuel Valls, en adressant mardi ses vœux à la presse, en a apporté une nouvelle preuve. Après les attentats des 7, 8 et 9 janvier, le Premier ministre a dressé le portrait d’une partie de la France où sévit, selon lui, «l’apartheid territorial, social et ethnique». Dans son discours distribué à la presse quelques minutes plus tôt, ce mot chargé d’histoire est venu coiffer celui de «relégation périurbaine et de ghettos». Auxquels «s’additionnent les discriminations quotidiennes, parce qu’on n’a pas le bon nom de famille, la bonne couleur de peau ou bien parce que l’on est une femme».

Libé - Hollande opposé au retour de la «peine d’indignité nationale»

La mesure défendue par la droite, et un temps envisagée comme l'une des pistes pour lutter contre le terrorisme, ne devrait pas figurer dans les annonces du Premier ministre ce mercredi.

Libé - La photo trompeuse d’une gauche «Syriza» à la française

.... Et que dire des socialistes présents... Il s’en est fallu de très peu pour que Guillaume Balas, eurodéputé proche de Benoît Hamon et pourtant très critique avec les «politiques d’austérité imposées» par la Commission européenne, ne soit sifflé par une partie de la salle. S’il a reçu des applaudissements, on a entendu certains militants présents se moquer de lui. Ils n’ont plus aucune confiance dans les responsables politiques tenant le poing et la rose. Même s’ils leur apportent des preuves de leur rédemption.

L'Obs - Anne Hidalgo (PS) veut créer une carte du citoyen parisien

La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) a dévoilé mercredi une batterie de mesures destinées à conforter le vivre-ensemble, parmi lesquelles la création d'une "carte du citoyen de Paris", deux semaines après les attentats qui ont ensanglanté Paris.

Libé - Cazeneuve défend Taubira, attaquée par la droite

Pas d'unité nationale qui tienne entre l'UMP et la garde des Sceaux. Alors que la droite plaide pour un durcissement dans le contexte post-attentats, le ministre de l'Intérieur a vanté la sévérité de la politique pénale.

Bondy Blog - Bariza Khiari : "les musulmans sont dans une injonction contradictoire"

Sénatrice (PS) de Paris depuis 2004, Bariza Khiari se dit “farouchement républicaine et sereinement musulmane”. Peu sollicitée par les médias depuis les attentats qui ont frappé Paris la semaine dernière, elle confie ses frustrations, ses colères, mais aussi ses espoirs dans une société plus égalitaire où les citoyens auraient envie de “faire ensemble”. Entretien réalisé en marge d’une conférence sur la liberté d’expression à l’Unesco.

21 janvier

Le Monde - L’« apartheid » en France ? Pourquoi les mots de Manuel Valls marquent une rupture

Manuel Valls avait déjà parlé de « ghetto » et de « ségrégation », voire d’« apartheid ». C’était en 2005, et il n’était alors que maire d’Evry (50 000 habitants) et socialiste en rupture idéologique avec son parti sur les enjeux d’intégration et de sécurité. Dix ans plus tard, à l’occasion de ses vœux à la presse, mardi 20 janvier, c’est le premier ministre qui parle. Avec des mots inédits pour qualifier la situation des quartiers sensibles en France, une semaine après les attaques terroristes qui ont fait 17 morts. Pour décrire la gravité de la situation des quartiers français, Manuel Valls parle publiquement de « ghettos » et d’« apartheid territorial, social, ethnique » – chaque mot compte, et le dernier plus que les autres dans un pays où la question ethnique demeure un tabou politique et intellectuel.

Europe 1 - Filippetti pointe le "sentiment de ségrégation" en France

La députée socialiste et ancienne ministre de la Culture était l'invitée du Club de la presse, mardi sur Europe 1.

Le Point - Loi Macron : les députés PS frondeurs jugent le texte "pas votable en l'état"

Les députés socialistes frondeurs vont défendre des amendements à la loi Macron, pour des améliorations notamment sur le travail dominical, le texte n'étant "pas votable en l'état" pour eux, ont indiqué mardi leurs animateurs. "Il n'y aurait rien de pire que les attentats terroristes arrêtent le débat au sein de la gauche. Nous espérons que la période permettra un débat de plus grande qualité", a déclaré Jean-Marc Germain, une semaine avant le début de l'examen dans l'hémicycle du projet de loi sur la croissance et l'activité.

Les Echos - L'exécutif va lancer « l'acte II de la refondation de l'école »

François Hollande présente aujourd'hui ses voeux au monde éducatif.
Manuel Valls promet « des propositions immédiates » et « une méthode ».

Libé - Départementales: «fierté» retrouvée des candidats PS après les attentats, selon Poignant

Bernard Poignant, conseiller de François Hollande, a affirmé mardi qu’il y avait une «fierté» retrouvée des candidats socialistes aux départementales après la gestion des attentats par l’exécutif, affirmant que le PS ne connaîtrait pas de débâcle lors du scrutin.

Boursier.com - "Jouer l'échec de la gauche qui gouverne n'est pas la solution" prévient Stéphane Le Foll

Les élections législatives se tiendront dimanche en Grèce, et en France, plusieurs personnalités politiques se sont mobilisées lundi soir... Jean-Luc Mélenchon, du parti de gauche, Pierre Laurent, le patron du parti communiste et Cécile Duflot, l'ancienne ministre de l'Ecologie étaient parmi eux, réunis en meeting à Paris pour soutenir le parti Syriza, favori des sondages. Ils se sont présentés comme une alternative à gauche, réclamant un changement de politique et d'équipe gouvernementale...

Libé - Syriza esquisse une «alternative» en France

Lors d’un meeting de soutien à Paris lundi soir, Cécile Duflot et l’aile gauche du PS ont fait tribune commune avec Mélenchon et les communistes pour soutenir les Grecs de Syriza. Une première depuis 2012.

20 janvier

Le Point - Baromètre Ipsos/"Le Point" - Hollande deux fois plus populaire que le mois dernier !

Tous les acteurs de la marche républicaine profitent d'un rebond de popularité. Et au premier chef, François Hollande et son Premier ministre.

Le Lab - Jean-Christophe Cambadélis sur Nicolas Sarkozy : "Il me connaît depuis le 1er jour"

PASSION ARCHIVE - Non, décidément Jean-Christophe Cambadélis ne veut pas lâcher Nicolas Sarkozy. Après avoir proposé plusieurs fois un débat entre eux deux, le premier secrétaire du Parti socialiste avait tenté de joindre le président de l'UMP le 7 janvier, jour de l'attentat à Charlie Hebdo. En vain, puisque l'ancien président, finalement joint par Manuel Valls lui-même, avait rétorqué : "Je ne connais pas Monsieur Cambadélis".

LCP - Loi Macron : les députés proposent entre 0 et 12 dimanches travaillés

La commission spéciale chargée d’étudier le projet de loi a ajusté, la nuit dernière, les dispositions concernant le travail dominical. Les députés ont modifié dimanche soir, en commission spéciale, les dispositions de la loi Macron concernant le travail dominical. Finalement, les maires pourront fixer de 0 à 12 dimanches travaillés chaque année pour les commerces de leur villes.
 
 
Le premier secrétaire du PS, qui appelle à «maintenir l’esprit du 11 janvier», estime par contre que Marine Le Pen «ne se nourrit que de la division nationale».

Le Figaro - Sénat: les collèges resteront aux départements

Les collèges resteront de la compétence des départements, le Sénat ayant refusé aujourd'hui de les transférer aux régions comme le prévoyait le gouvernement dans son projet de loi de Nouvelle organisation territoriale de la République. Devant l'opposition frontale des sénateurs, le gouvernement a préféré retirer un amendement qu'il avait déposé pour rétablir sa version initiale, alors que la commission des lois du Sénat avait décidé de maintenir la gestion actuelle des collèges par les départements, tout en donnant la possibilité de les transférer aux métropoles.

Europe 1 - Cambadélis n'est pas opposé à l'idée d'une "indignité nationale"

Le premier secrétaire du PS n'a "pas d'a priori" sur cette proposition émise par l'UMP pour punir les terroristes.

Libé - Hollande: «La vie doit continuer mais rien ne sera plus comme avant»»

Le Président, de retour dans son fief de Tulle pour les vœux, appelle à la cohésion du pays et veut que «la vie reprenne sa place», une semaine après les attentats qui ont touché la France.

Libé - Hollande à la recherche d'un nouvel équilibre

Le Président, dont l'action a été saluée durant les dix jours d'émoi qui ont suivi les attentats, entre dans une autre phase. Son défi est de montrer que «la vie continue» sans tourner la page trop vite.

19 janvier

Le Monde - Michel Rocard : « Il n'y a pas lieu de remettre en cause la politique d'immigration »

Michel Rocard, ancien premier ministre socialiste (1988-1991), met en garde dans une interview au Journal du dimanche, dimanche 18 janvier, contre toute remise en cause de la politique d'immigration en France après les attentats en  région parisienne de la semaine dernière 

Le JDD - Rocard : "On ne peut pas mettre des barbelés à toutes nos frontières"

INTERVIEW - L’ex-Premier ministre socialiste, Michel Rocard, évoque pour le JDD les suites des attentats de la semaine dernière. Il pense notamment que le FN aurait dû trouver sa place dans la marche républicaine. Extraits de l'entretien à paraître dimanche.

Le Figaro - Le PS craint de voir se rallumer la guerre des gauches

«Dans ces moments-là, il ne faut pas trop faire de politique…» Patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis cherche à préserver «l'esprit du 11 janvier» et ce, «le plus longtemps possible». Dimanche sur Europe 1-i-Télé-Le Monde, le député de Paris a ainsi salué «un certain nombre de propositions qui ont été faites dans un esprit constructif» par l'UMP. Avec une mise en garde: «Notre débat national a tendance à culpabiliser tout le monde (…), un jour les quartiers, puis l'école, puis les musulmans.»

Libé - Travail dominical des élus sur la loi Macron

Réforme . Le texte du ministre de l’Economie reste un sujet d’inquiétude pour certains députés de gauche.

20 minutes - Loi Macron: Premier compromis sur le travail le dimanche

Au travail le dimanche pour discuter… du travail le dimanche. C’est le sort réservé aux députés membres de la commission spéciale de l’Assemblée nationale pour examiner  le projet de loi Macron. Mais ils ne seront pas venus pour rien car un compromis a été trouvé entre la majorité socialiste, opposée au travail dominical, et Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie.

Le Figaro - Claude Bartolone : « Pas de loi de circonstance » contre le terrorisme

Claude Bartolone ne «veut pas de loi de circonstance (…), pas de loi slogan» pour lutter contre le terrorisme. Invité dimanche soir du «Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro», le président de l'Assemblée nationale a rappelé qu'une loi pour renforcer la lutte contre le terrorisme avait été adoptée le 14 novembre 2014, dont les décrets d'application vont être publiés. «Toute loi a besoin d'être évaluée», a insisté le député PS de Seine-Saint-Denis, qui a ajouté qu'il y avait «besoin de moyens supplémentaires pour le renseignement».

La question très controversée du travail dominical est discutée par les députés.

Les députés de la commission spéciale sur la loi Macron ont commencé ce samedi à minuit à s'attaquer à la réforme des règles d'ouverture des commerces le dimanche, un point très controversé au sein de la gauche. Les députés se sont limités à une discussion générale et commenceront à étudier les amendements ce dimanche matin.

17/01/2015

L'actualité des socialistes du 12 au 18 janvier (mise à jour)

A la une

Libé - Hollande: «La France doit expliquer qu'elle a un sens élevé de la liberté d’expression»

De retour dans son fief de Tulle pour les vœux, le Président, complimenté pour sa gestion des attentats, veut faire passer le message que «la vie doit continuer».

Un grand bain d’ordinaire après dix jours extraordinaires. Les Corréziens ont reçu cinq sur cinq le message de François Hollande pour qui «la vie doit continuer» après les attaques de la semaine dernière.

En une semaine, la popularité de François Hollande a bondi de 10 points et se trouve maintenant à 34%.

18 janvier

Libé - A Fréjus, mobilisation pour le retour de Libé

Vingt à trente personnes se sont retrouvées, unes du journal en main, pour protester contre le choix de la mairie FN de faire des économies en supprimant Libé et Le Figaro de la médiathèque.

20 minutes - «Le seul moteur de notre croissance, c’est justement la dépense publique»

Les «économistes atterrés» présentent ce vendredi leur «Nouveau Manifeste» en espérant souffler quelques idées pour relancer la croissance et privilégier une économie plus verte et juste...

Les «économistes atterrés» publient mercredi 21 janvier un Nouveau Manifeste pour décliner 15 chantiers pour une autre économie. Philippe Légé, l’un des auteurs, également enseignant en économie à l’université de Picardie, répond aux questions sur la crise économique en France et en Europe

17 janvier

Le Lab - Le PS dénonce l'arrêt des abonnements à "Libération" et au "Figaro" de la mairie FN de Fréjus

C'est par voie de communiqué que le parti dirigé par Jean-Christophe Cambadélis a réagi, vendredi 16 janvier, à la décision du maire FN de Fréjus de mettre fin aux abonnements à Libération et le Figaro de la médiathèque municipale.

Le PS, par la voix d'Elsa Di Meo et Sarah Proust, secrétaires nationales du Parti socialiste, dénonce cette décision. Et il le fait en se référant à la grande marche républicaine du 11 janvier, quand "des millions de Français viennent de descendre dans la rue pour défendre la liberté d'expression".

La Tribune - Quand Macron reproche à Duflot d'"agiter des peurs par des excès et des approximations"

Présent à l'Assemblée pour défendre son texte pour la croissance et l'activité, le ministre de l'Économie a été pris à partie par la députée EELV et ancienne ministre du Logement.

Le Point - Philippe Esnol : "On a reçu l'ordre de fermer les yeux sur le port de la burka"

Après Malek Boutih, le sénateur radical Philippe Esnol (ex-PS) met les pieds dans le plat à propos de la montée du fondamentalisme religieux. Entretien.

Le Lab - Attentats : le député PS Jean Glavany pointe la responsabilité de la gauche et de la droite

Quand il s'agit de pointer les responsabilités politiques des attaques terroristes perpétrées en France en janvier, Jean Glavany n'y va pas par quatre chemins : tout le monde est responsable, selon le député PS des Hautes-Pyrénées.

16 janvier

L'Express - Union nationale: au PS, les frondeurs rongent leur frein

Jean-Christophe Cambadélis a invité les socialistes à prendre de "la hauteur", au nom de l'unité nationale, lors de ses voeux à la presse mercredi. Fini les coups de colère des "frondeurs" qui irritaient les "légitimistes" du PS? Pour le moment. 

Le Figaro - Charlie Hebdo: des fonctionnaires aussi ont refusé de respecter la minute de silence

Signalés à Lille et à Paris, les quatre agents ont été suspendus de leurs fonctions et risquent la radiation. L'un d'eux est sous le coup d'une plainte pour apologie du terrorisme après avoir jugé «compréhensible» l'acte meurtrier des frères Kouachi.

La Croix - Olivier Faure: «L'école a fait trop de place au respect de la différence, au détriment du respect du commun de la République»

Olivier Faure, porte-parole du parti socialiste, député de Seine-et-Marne est l'invité de «Face aux Chrétiens» le jeudi 15 janvier 2015.

Le Figaro - Régionales : militants PS appelés à trancher

La désignation par les militants socialistes des têtes de liste PS pour les régionales aura lieu, dans quatre régions, après les départementales de mars, a indiqué jeudi le secrétaire national du Parti socialiste aux élections, Christophe Borgel.

Le Monde - Le futur TGV Poitiers-Limoges, nouveau grand projet inutile

Parmi les projets de TGV encore envisagés dans l’Hexagone en ces temps d’austérité, la construction d’une ligne de 115 km reliant Poitiers à Limoges est peut-être la plus décriée. N’empêche, après des années de tergiversations, la décision de la déclarer d’utilité publique vient d’être prise in extremis et publiée dans la foulée. L’annonce figure au Journal officiel du dimanche 11 janvier et porte la signature de Manuel Valls, des membres de son gouvernement chargé de l’écologie, Ségolène Royal, et des transports, Alain Vidalies. Le décret correspondant précise que les travaux sont considérés comme « urgents », les expropriations nécessaires pourront durer quinze ans.

Le Monde - Le PS propose un « pacte national sur la sécurité »

Jean-Christophe Cambadélis devait proposer, mercredi 14 janvier, lors de ses vœux à la presse, la mise en place d’un « pacte national de combat contre le terrorisme ». Le texte reprendrait les principales propositions émises par Manuel Valls à la tribune de l’Assemblée nationale, mardi, et serait proposé aux autres formations politiques.

15 janvier

Libé - Des élus et des médecins lancent un appel pour le tiers payant

Ils dénoncent notamment la grève administrative pratiquée par certains praticiens, qui consiste à faire des feuilles de soin pour engorger les services de la Sécurité sociale.

Le Monde - Les fermes consignes de Christiane Taubira aux procureurs

Christiane Taubira a envoyé, lundi 12 janvier, une circulaire très ferme aux parquets après les attentats contre Charlie Hebdo et le magasin casher de la Porte de Vincennes à Paris, pour poursuivre les actes ou les propos racistes ou antisémites « avec rigueur et fermeté ».

Le Monde - Le discours de Valls à l'Assemblée quasi unanimement salué par la classe politique

Après la « marche républicaine » de dimanche 11 janvier, c'était au tour des députés d'incarner l'unité nationale. A l'Assemblée nationale, mardi 13 janvier, lors de la traditionnelle séance de questions au gouvernement transformée en hommage aux victimes des attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge et du supermarché casher de la porte de Vincennes, les députés ont entonné ensemble la Marseillaise puis salué quasi unaniment le discours de Manuel Valls.
 
 
Depuis que Nicolas Sarkozy est devenu président de l'UMP, le premier secrétaire du PS a lancé à plusieurs reprises des invitations au débat. En vain.
 
 
Selon le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, chacun "garde ses convictions" dans le parti de la majorité mais "l'état d'esprit a changé" après les attentats et les manifestations.
 
L'Express - Après les attentats islamistes, la sourde complainte des musulmans

Eux pratiquent un islam dénué d'extrémisme. A Strasbourg, à Lyon ou à Pierrefitte, en Seine-Saint-Denis, ils confient leur désarroi après la vague d'attentats islamistes. Un malaise qui recèle aussi sa part de contradictions.

Libé - Nucléaire : Royal refuse de «polémiquer» avec Duflot

La ministre de l'Ecologie avait estimé nécessaire de construire de nouveaux réacteurs nucléaires en France pour remplacer certaines vieilles centrales.

Le Monde - Les quartiers populaires tentent de se mobiliser contre l’extrémisme

Rendre un hommage des banlieues aux victimes des attentats. Et afficher leur inquiétude sur les conséquences des actes terroristes pour leurs habitants. Quelque 200 personnes, responsables associatifs, élus de banlieue, citoyens se sont rassemblées devant la préfecture de Bobigny (Seine-Saint-Denis) lundi 12 janvier, à l’appel de la coordination Pas sans nous. Peu de monde - et surtout une absence notable des jeunes des quartiers - mais la manifestation se voulait avant tout symbolique.
 
14 janvier

Le Parisien - Attentats : «Le peuple français à la hauteur de son histoire», estime Valls

Alors le président Hollande a rendu hommage mardi matin aux policiers morts dans les attentats de la semaine dernière et que les quatre juifs tués porte de Vincennes ont été inhumés en Israël, l'Assemblée nationale rend hommage ce mardi après-midi aux 17 victimes.

Le quotidien du médecin - Des médecins proches du PS lancent un appel en faveur du tiers payant généralisé

Le Dr Philippe Sopena, médecin généraliste à Paris et ex-vice président de MG France, ainsi que d’autres acteurs dans la mouvance santé du Parti socialiste, lancent un long appel* à « tenir bon » sur le tiers payant généralisé (TPG),« une vraie et bonne réforme ».

Le Monde - Les meilleurs slogans des manifestations en hommage à « Charlie Hebdo »

Libé, Laurent Joffrin - Un élan magnifique

EDITORIAL

L’espoir, avec le chagrin, marchait en tête du cortège. Dévastée, en pleurs, fatiguée du tumulte, mais chavirée par une solidarité grande comme la mer, l’équipe de Charlie a marché dans Paris, suivie par plus d’un million et demi de personnes, c’est-à-dire par la République. Elle a cheminé sous les applaudissements d’une population fervente massée sur les trottoirs et les balcons, où l’on voyait, presque à chaque fenêtre, un calicot «Je suis Charlie», une couverture de l’hebdo et même des unes de Libé. Avec elle, les familles des victimes juives du supermarché, les proches des policiers tués et une troupe de journalistes, pour une fois populaires, suivis par quarante chefs d’Etat. La plus grande manifestation depuis la Libération ! Quelque chose d’inouï s’est passé dimanche dans les rues de France. Contre la violence, contre l’obscurantisme, contre la division des communautés, le pays de Voltaire et de Cabu s’est soulevé dans un immense élan civique. La République a été frappée au cœur. Deux jours plus tard, la République est debout.

13 janvier

RFI - Syriza, Podemos: Europe, la nouvelle gauche chasse t’elle la vieille garde sociale-démocrate ?

La nouvelle gauche affole les bourses européennes, Bruxelles s’interroge ? Et si Alexis Tsipras, le leader de Syriza devenait le prochain premier ministre grec ? Et si en Espagne, les sondages qui placent Podemos en tête des intentions de vote se confirmaient ?  L’euro serait-il menacé ? Et les sociaux-démocrates sont-ils condamnés ou bien vont-ils se régénérer au contact de cette gauche radicale ?

Libé - Dans la foulée de la manif, Cambadélis (PS) invite à tout-va

Le patron du PS veut organiser plusieurs rencontres «bilatérales» avec les partis ayant marché dimanche, du Parti de gauche à l'UMP.

Libé - François Hollande endosse le statut du commandeur

En pilotant les opérations et en multipliant les gestes d’apaisement, le Président a retrouvé une légitimité et s’est replacé au centre du jeu.

Le Monde - La tentation d’un « Patriot Act » à la française

Rien de pire, pour le droit, que ces moments d’intense unanimité, que cette vague d’émotion qui submerge la raison. Or, le code pénal a les plus grandes difficultés à revenir en arrière. Les mesures exceptionnelles prises en temps de crise s’ancrent à jamais dans les textes : peu à peu, les procédures dérogatoires prennent le pas sur le droit commun. Faut-il un « Patriot Act » à la française, après les tueries de Charlie Hebdo et de la porte de Vincennes ? Le lobbying des policiers, c’est de bonne guerre, a commencé, pour faire oublier les failles du dispositif et réclamer plus de moyens.
 

Comment n'y ont-ils pas songé ? Ils auraient « dû venir » en brandissant bien haut les caricatures de Benyamin Netanyahou, du roi Abdallah II de Jordanie, du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, du premier ministre turc Ahmet Davutoglu, tous ces dignitaires inégalement démocrates qu'ils ont croqués. Et même de Nicolas Sarkozy. « Ç'aurait été comme un dessin de famille qui aurait précédé l'autre », celle qui défilait autour du président, François Hollande, regrette Luz, un des dessinateurs de Charlie Hebdo.

12 janvier
 
 
 
Une soixantaine de chefs d'Etat et la quasi-totalité des responsables français se sont rassemblés à Paris, où plus d'un million de manifestants rendent hommage aux victimes de l'attentat de «Charlie Hebdo» et des prises d'otages qui ont suivi.
 
 
Selon des chiffres actualisés de la police en début de soirée, au moins 300 000 personnes ont défilé ce dimanche après-midi dans le centre de Lyon en hommage aux victimes des attentats des derniers jours, soit un quart de la population de l’agglomération. Le parcours initial avait dû être rallongé pour contenir la foule qui continuait d'affluer.

A la veille des hommages œcuméniques rendus aux victimes de Charlie Hebdo, et alors que les Français se rassemblent déjà un peu partout en France, certains dessinateurs et journalistes de l'hebdomadaire satirique ont exprimé leur surprise face à un tel engouement. Des manifestations de soutien qui peuvent sonner étrangement, envers un journal qui a toujours cultivé l'irrévérence et l'art de ne pas se faire que des amis.
 

10/01/2015

L'actualité des socialistes du 29 décembre au 11 janvier (mise à jour)

En vidéo toute la fin de semaine avec Charlie Hebdo dans les archives de l'INA

A la une 

L'Obs - "Charlie Hebdo" : unité nationale pour la marche républicaine

Partis, associations, syndicats... Tous appellent à manifester dimanche à Paris après l'attentat qui a coûté la vie à douze personnes. Absent, le FN dénonce son "exclusion".

10 et 11 janvier

Alternatives Economiques - Adieu à Bernard Maris

Parmi les victimes de l'attentat du 7 janvier contre Charlie Hebdo figurait Bernard Maris. Il a longtemps été collaborateur de notre journal. Nous lui rendons hommage, et vous proposons de redécouvrir quelques unes de ses contributions.

Mediapart, Les économistes atterrés - Nous sommes tous des neveux d'Oncle Bernard

En ce sinistre 7 janvier 2015, l’humour et l’intelligence ont perdu plusieurs de leurs figures les plus emblématiques. S’il n’est bien évidemment pas question de hiérarchiser ces douze disparitions, nous souhaitons rappeler à tous le message délivré par notre collègue et ami économiste Bernard Maris, message que les compères caricaturistes d’Oncle Bernard relayaient avec tant de justesse et de drôlerie dans les colonnes de Charlie Hebdo.

Mediapart - Hommage à Bernard Maris, chercheur et directeur au Lereps (1990-1998)

François Morin, professeur émérite, ancien directeur du Laboratoire d’étude et de recherche sur l’économie, les politiques et les systèmes sociaux (Lereps, Toulouse 1), salue en son ancien collègue et ami « un visionnaire des impasses actuelles de nos sociétés développées et de leurs logiciels intellectuels ».

Slate - Bernard Maris était le respect, l’érudition et la gentillesse

Agé de 68 ans, «l'oncle Bernard» de Charlie Hebdo défendait avec science, mais aussi avec originalité et loufoquerie, les thèses économiques de gauche dans le débat public.

Il était cultivé, il était doux, il était curieux, il était démocrate. Bernard Maris, 68 ans, fait partie de la liste des victimes de l'attentat commis contre Charlie Hebdo, ce mercredi 7 janvier. Il écrivait, sous la signature d’«Oncle Bernard», des billets pour raconter l’économie, pour l’expliquer dans des journaux, dont Charlie, qu’il contribua à relancer en 1992. Sa qualité de pédagogue hors pair lui avait valu d’occuper de bons emplacements dans une presse où cette discipline de chiffres ne provoque en général pas un enthousiasme gigantesque.

8 et 9 janvier

REPLAY – Juliette Méadel, la porte-parole du PS, revient sur l'"exclusion" du Front national de la "marche républicaine" prévue pour dimanche prochain, en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo.

Le Point - EXCLUSIF. Comment Montebourg prépare son retour politique

Non, Arnaud Montebourg n'est pas un retraité de la politique qui aurait fait le choix de se tourner tout entier vers l'entreprise. L'ancien ministre du Redressement productif fourbit dès à présent les armes de son retour qui aura lieu, en juin, à l'occasion du congrès du Parti socialiste à Poitiers. Il compte s'imposer dans le combat sur les idées en déposant, selon nos informations, sa propre contribution et mobilise dès à présent ses équipes de Des idées et des rêves, le mouvement qu'il a fondé pour porter sa candidature à la présidentielle de 2017.

Les Echos - La présence ou pas du FN à la marche républicaine au coeur des débats

Les «partis républicains» préparent, ce jeudi, la marche républicaine ce dimanche à Paris après l’attentat contre Charlie Hebdo. La question de l’intégration du FN à ce défilé fait débat.
 
 
On ignore encore quels politiques participeront à la manifestation du dimanche 11 janvier, à Paris, après les attentats terroristes contre Charlie Hebdo. Ce que l'on sait, en revanche, c'est que le PS se divise sur la question du FN. Faut-il convier le parti de Marine Le Pen à la marche organisée dans la capitale ?

7 janvier

Le Figaro - Un élu PS conseille aux plus démunis de moins prendre les transports

Proche de Gérard Collomb, le président du syndicat des transports du Rhône se dit contre la gratuité des transports en commun et suggère qu'on apprenne aux plus pauvres à se déplacer uniquement en cas de «besoin».

4, 5 et 6 janvier

Libé - PS: la question d’une primaire éludée par Hollande, repoussée par Cambadélis 

François Hollande et Jean-Christophe Cambadélis ont éludé ou repoussé, lundi, la question d’une éventuelle primaire pour 2017, alors que le chef de l’Etat fait tout pour pouvoir se représenter à la prochaine présidentielle. 

Notre-Dame-des-Landes : les fausses certitudes de François Hollande

L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes se fera, dès que les recours auront été épuisés. La déclaration de François Hollandelors de son interview sur France Inter lundi 5 janvier, annonce-t-elle un prochain démarrage du chantier au nord de Nantes et la réouverture du conflit avec les zadistes installés dans le bocage ?

Libé - Hollande : «C’est quand la gauche est forte moralement qu’elle peut rassembler

Retrouvez les principaux extraits de l'interview du Président sur France Inter ce lundi matin.» 

Cinq jours après ses voeux, François Hollande était l'invité ce lundi matin de la matinale de France Inter, deux heures d'émission à répondre aux journalistes et à quelques auditeurs, dans la droite ligne de sa nouvelle «stratégie relationnelle».

Le Monde - Hollande : l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes « sera lancé"

Le président de la République a commencé l'année 2015 par un long entretien de près de deux heures sur France Inter, lundi 5 janvier, consacré, notamment, aux questions politiques.

Le Monde, Les décodeurs - Retrouvez l'intégralité des déclarations de François Hollande

La Provence - Le député Maggi met le feu à la majorité ps à l'assemblée

Bruno Le Roux n'a pas du tout apprécié. En lisant le courrier du député-maire de Velaux Jean-Pierre Maggi qui lui annonçait, en fin d'année, son intention de quitter le groupe PS à Assemblée pour rejoindre celui du RRDP (essentiellement des radicaux de gauche), le patron des députés socialistes a vu rouge.

Le Lab - La réponse aigre-douce de Juliette Méadel, porte-parole du PS, à Cécile Duflot sur la loi Macron

MEILLEURS VŒUX - Le texte ne sera examiné à l'Assemblée qu'à partir du 26 janvier, mais Cécile Duflot appelle d'ores et déjà à le "mettre en échec". Dans une tribune publiée par le JDD dimanche 4 janvier, l'ancienne ministre du Logement dit tout le mal qu'elle pense de la loi Macron ,qualifiée de "grand bond en arrière" et d'"occasion manquée de changer de modèle".

Europe 1 - Quel bilan économique pour la France en 2014 ?

Eric Heyer et A. Verdier-Molinier dressent le bilan économique de la France pour 2014, qui est lourd, à divers niveaux, comme le chômage, par exemple.

Christophe Pierrel actuellement directeur de cabinet du ministre de la ville de la jeunesse et des sports va rejoindre le cabinet du Président lundi 5 janvier.

 
Selon "Libération", le premier secrétaire du PS prépare le prochain congrès du parti prévu pour le mois de juin et veut rassembler les deux camps socialistes sous une même motion.

RFI - Bilan de l’année économique en France

Benjamin Coriat, professeur d’économie à Paris 13, coordinateur de l’ouvrage « Changer d’économie, nos propositions pour 2012 » aux éditions Les liens qui libèrent.

2 et 3 janvier

L'Obs - Légion d'honneur : la réjouissante piqûre de Piketty

En refusant la breloque napo-républicaine, l'économiste ne fait pas qu'affirmer son indépendance, il dit aussi tout le mal qu'il pense de la politique économique du gouvernement français.

Slate - Elections départementales: le PS rayé de la carte dans certains territoires?

Le PS sait déjà qu'il va perdre ces élections, mais une autre peur s'installe: celle de son élimination totale de plusieurs conseils départementaux.

Le Parisien - Au PS, les frondeurs s'opposent... mais pas trop

Ces députés de la gauche socialiste défient Manuel Valls. Pour la première fois, notre journal a analysé le vote des projets de loi. Il en ressort que le pouvoir de nuisance des frondeurs reste limité. Pour le moment.

Libé - Légion d'honneur : Piketty rejette le fait du prince

L'économiste ne veut pas de la Légion d'honneur. Très proche du PS pendant la campagne, il a depuis pris ses distances avec le pouvoir en place.

L'Obs - Ce que préconise Piketty pour la France, l'Europe et le monde

Sa méthode, ses constats et ses préconisations : comprendre la réflexion de Thomas Piketty... et pourquoi il a refusé la Légion d'honneur.

RTBF - 2014 année de l'économiste Piketty, prophète partout sauf en son pays

1,5 million d'exemplaires vendus pour son "Capital au XXIème siècle", des traductions dans plusieurs langues dont le chinois, l'oreille de la Maison Blanche: 2014 fut l'année de la consécration internationale pour l'économiste français Thomas Piketty. 2015 pourrait-elle être celle d'un plus fort écho en France?

31 décembre et 1er janvier

L'Obs - Hollande: des vœux "combatifs" pour fixer les priorités de 2015

Fidèle à la tradition, François Hollande présente à 20H00 mercredi ses vœux aux Français, dans un état d'esprit "combatif" pour "affirmer les priorités et la tonalité de l'année 2015", même si aucune annonce majeure n'est attendue, selon l’Élysée.

Le Monde, Big Browser - La dernière pique de Montebourg et Filippetti à Hollande en 2014

Les ex-ministres Arnaud Montebourg et Aurélie Filippetti, qui ont quitté avec fracas le gouvernement en août, se sont rappelés au bon souvenir de François Hollande en saluant publiquement la décision du chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, de nationaliser provisoirement les aciéries Ilva et ses 5 000 salariés, en difficultés financières.

En louant la "leçon magistrale de courage de Renzi à François Hollande", et en utilisant le mot-clé #Florange, Arnaud Montebourg rappelait, une fois encore, que l'exécutif français avait refusé de faire de même pour le site sidérurgique d'ArcelorMittal en 2012. Aurélie Filippetti écrit, elle, qu'"une administration doit savoir prendre des décisions courageuses".

RFI - Hollande «combatif» avant de présenter ses vœux aux Français

2014, 365 jours que François Hollande voudrait certainement oublier. Une année compliquée pour le président français qui, dans quelques heures, prononcera les vœux à ses compatriotes. L'allocution doit durer une dizaine de minutes, dans un esprit que l'on annonce combatif. Le chef de l'Etat doit s'engager car 2015 sera plus que jamais l'année de tous les dangers.

L'Obs - Pourquoi François Hollande risque de ne pas aimer 2015

L'année aura tout d'une course d'obstacle : élections départementales et régionales, congrès du PS, chômage…

Libé - Chômage des jeunes : Mandon se prend les pieds dans la courbe

DÉSINTOX Le secrétaire d'Etat assure que le nombre de chômeurs de moins de 25 ans a diminué depuis l'élection de François Hollande. On en est loin...

«Vous savez que le chômage des jeunes reste, même s’il a crû ces dernières semaines, inférieur à celui que nous avons trouvé en 2012. S’il y a un domaine où le chômage a baissé, c’est le chômage des jeunes.»

29 et 30 décembre

L'Obs - Valls prévient : des années de "sacrifices" attendent les Français

"Nous devons faire des efforts pour que la France soit plus forte, pour que ses entreprises soient plus compétitives et pour que son secteur public soit plus efficace", détaille le Premier ministre.

Le Parisien - Régionales : le cas Huchon divise le PS

Le président de la région Ile-de-France devrait briguer un 4e mandat pour le scrutin de décembre prochain. Sa n° 2, elle aussi candidate, a le soutien de plusieurs leaders PS.

Le JDD - Voeux : François Hollande veut mettre "un coup de collier"

C’est depuis son bureau de l’Élysée que François Hollande présentera ses voeux mercredi soir, à 20 heures. Optimiste, il pense que "ça peut encore marcher".Ce n'est pas un simple détail technique. C'est un choix politique, qui en dit long. Le JDD révèle que, mercredi soir à 20 heures, François Hollande présentera ses voeux aux Français non pas depuis un studio aménagé, ou, comme en 2012, depuis la salle des fêtes de la présidence, mais assis à son bureau, au cœur de l'Élysée.

Le Lab - François Hollande se veut résolument optimiste pour 2015

François Hollande est optimiste. Un an après avoir annoncé le pacte de responsabilité et affiché son orientation sociale-démocrate, le chef de l'État se prépare à d'autres vœux, ceux de 2015, au cours desquels il ne fera pas de grande annonce. C'est sûr. "Je ne vais pas annoncer un deuxième pacte de responsabilité", s’est d’ailleurs amusé le président selon des propos rapportés vendredi 26 décembre par Le Figaro. N'empêche, pour cette nouvelle année, François Hollande se veut confiant. Comme toujours.

28/12/2014

L'actualité des socialistes du 22 au 28 décembre (mise à jour)

A la une

Le Monde, Les décodeurs  - La loi Macron respecte-t-elle les promesses de François Hollande?

Présenté en conseil des ministres le 10 décembre, le projet de loi « pour la croissance et l'activité" porté par le ministre de l'économie Emmanuel Macron clive la majorité : trop libérale pour l'aile gauche des "frondeurs", "fourre-tout" pour  le Premier secrétaire du Parti Socialiste Jean-Christophe Cambadélis… Mais où se situe-t-elle par rapport au programme de campagne de François Hollande ?

Pour savoir si la loi Macron est dans l'esprit de ce programme socialiste, Lui Président a classé les principales propositions du texte en fonction de leur conformité - ou non - à ce dernier.

Libé - PS : Cambadélis et Bartolone accordent leurs violons électoraux

ENQUÊTE Le patron de Solférino et le président de l’Assemblée nationale, associés depuis 2007, préparent activement une grande alliance pour le congrès du PS de Poitiers, début juin. Objectif : recentrer le gouvernement à gauche. Certains y voient déjà un verrouillage du parti.

28 décembre

France Info - Catastrophe de Liévin : Manuel Valls rend hommage au monde ouvrier

Le Premier ministre était présent samedi aux commémorations de l'accident de mine du 27 décembre 1974 dans le Pas-de-Calais. Manuel Valls a profité de ce moment de recueillement pour saluer et renouer avec le monde ouvrier "qui a bâti la France".

26 et 27 décembre

Libé - Pourquoi Hollande a arrêté la méthode Coué

LIBÉ ANTICRISE Le Président s’est voulu positif en arrivant à l’Elysée, pour ne pas «ajouter de la crise à la crise». Quitte à perdre en crédibilité.

Libé - Noël : Matignon offre des éléments de langage pour les repas de famille

Le gouvernement a publié sur son site internet à l’occasion des fêtes de fin d’année un bingo »#RepasDeFamille», destiné à «casser les idées reçues» sur des grands thèmes d’actualité - travail du dimanche, impôts, mariage pour tous... - mais aussi et surtout à promouvoir l’action gouvernementale.

Le Figaro - L'année 2015 de François Hollande et du PS vue par Thomas Guénolé

Le politologue Thomas Guénolé a imaginé le scénario de l'année 2015 pour le PS et pour François Hollande. Celle-ci s'annonce cauchemardesque.

L'Obs - Maurel (PS): les socialistes ne voteront pas la loi Macron "en l'état"

Emmanuel Maurel, secrétaire national du PS et membre de l'aile gauche du parti, prévoit que les députés socialistes "voteront majoritairement contre" la loi Macron "si elle est maintenue en l'état, et réclame "une réorientation profonde du quinquennat".

Le Figaro - Parti socialiste : hollandais et vallsistes se mobilisent

«L'année qui s'achève fut sans doute la pire que le Parti socialiste ait connue sur le plan électoral depuis 1993, avec trois défaites successives aux élections municipales, européennes et sénatoriales.» Ce constat, ce sont des socialistes qui l'ont eux-mêmes dressé. Précisément, une quarantaine de premiers secrétaires fédéraux du PS. Pas des frondeurs, loin de là. Ils sont majoritairement hollandais

BFMTV - Pour François Hollande, 2015 sera l'année de la reconquête

François Hollande a poursuivi son opération reconquête des Français au terme d'une année difficile mais jugée utile pour la suite du quinquennat. Et le président de la République, en déplacement à Saint-Pierre-et-Miquelon ce mercredi, se tourne désormais vers l'avenir, le regard tourné sur 2017 et la prochaine présidentielle.

Le Monde, Les décodeurs - Transparence de la vie politique : Macron, ses millions, et les autres

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a publié vendredi dernier les déclarations d'intérêts et de patrimoine des derniers entrants au gouvernement, ainsi que les rectifications de certains anciens.

Paul Alliès - Jours tranquilles à Solférino: l'édifiante histoire d'un non-débat sur les institutions

 

Jean-Christophe Cambadélis vient de boucler la feuille de route tracée lors de son arrivée à la tête du PS, en avril dernier: affirmer une direction "virile" capable de protéger l'appareil d'un parti entré dans une des plus graves crises de son histoire. Le  Conseil national du 13 décembre a adopté un rapport définissant un "parti 2.0, ouvert à tous les Français et qui sait les associer et les solliciter pleinement dans son fonctionnement" .

La réalité est aux antipodes de ces généreuses perspectives. Malgré les annonces vibrionnantes, l'appareil n'en finit pas de se fermer comme une huitre avant un soir de réveillon. En témoigne très concrètement l'édifiante histoire du débat sur " la réforme des institutions ". On la résume ici telle que vécue en temps réel.

24 et 25 décembre

Le Monde - Congrès du PS : les partisans de Hollande tentent une démonstration de force

Les partisans de François Hollande commencent à se compter en vue du prochain congrès du Parti socialiste qui se tiendra à Poitiers, en juin 2015. Dans une tribune publiée sur le site de Libération, lundi 22 décembre, 41 premiers secrétaires fédéraux (les responsables départementaux du PS), fidèles au chef de l’Etat, lancent un appel au « rassemblement » et à l’« unité » en vue de cette échéance.
 
Le JDD - Hollande, déjà la tête à 2015

Après douze mois douloureux, François Hollande ne s'accorde pas vraiment de répit pour les fêtes de fin d'année. Dès les premiers jours de 2015, il multipliera les cérémonies officielles et déplacements.

Le Monde - Manuel Valls « craint » que les chiffres du chômage de novembre « ne soient pas bons »

Manuel Valls « craint » que les chiffres du chômage de novembre, rendus publics mercredi 24 décembre, « ne soient pas bons ». Invité au micro d'Europe 1 mardi, le premier ministre a déclaré :

« Nous avons connu encore au mois de novembre des destructions d'emplois, des faillites d'entreprises. Avec un niveau de croissance aussi faible que celui que nous avons connu en 2014, (…) il ne faut malheureusement pas s'attendre, je le crains, à une bonne nouvelle. »

Libé - La bras droit de Huchon rêve de sa grande couronne

Marie-Pierre de La Gontrie, vice-présidente PS de la région Ile-de-France, vise la place de son patron, qui concourt pour un quatrième mandat.

France 3 - Pesticides : utilisation en hausse en 2013

C’est un rapport remis par le député Ps Meurthe-et-Mosellan Dominique Potier qui l’affirme. Après un mieux en 2012, l'utilisation des pesticides agricoles en France s'est accrue de 9,2% en 2013. Manuel Valls demande un nouveau plan.

22 et 23 décembre
 

Ce fut le coup de tonnerre politique de l’été. Le 26 août 2014, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon sont éjectés du gouvernement suite à leur attaque concertée contre les orientations économiques de François Hollande la veille à Frangy-en-Bresse. Depuis, l’ancien patron de Bercy et l’ex-ministre de l’Education nationale sont revenus à plusieurs reprises sur le déroulé des évènements qui ont conduit à leur éviction par Manuel Valls.

Ce dernier, au contraire, n’avait pas encore livré sa version des faits. C’est désormais chose faite, dans un livre du journaliste Jean-Pierre Bédéï, Sur proposition du Premier ministre… (L’Archipel), à paraître en janvier 2015.
 
 
Libération publie ce lundi un sondage qui témoigne de l'engouement d'une partie des sympathisants de gauche pour le maire de Bordeaux. Pour Christophe Bouillaud, cette popularité résulte de la «droitisation» de ses adversaires à l'UMP.
 
 Christophe Bouillaud est professeur agrégé de science politique à l'Institut d'Études politiques de Grenoble depuis 1999, agrégé de sciences sociales (1988), ancien élève de l'Ecole normale supérieure.
 
 
Après l’ex-première secrétaire du PS, Martine Aubry, qui a qualifié le projet de loi Macron de « régression » concernant le travail du dimanche, c’est au tour de Pierre Joxe, autre forte personnalité socialiste, d’attaquer.
 
Le JDD - La taxe à 75% d’Hollande vit ses dernières heures

La taxe sur le haut revenu, mesure étendard pensée par François Hollande pendant la dernière présidentielle, n’existera plus à partir du 1er janvier 2015. Cet impôt avait connu une mise en œuvre chaotique : retoquée par le Conseil constitutionnel, elle a été finalement transformée en impôt sur les entreprises employant des hauts revenus.

Le Monde - Marseille : le député PS Henri Jibrayel mis en examen pour abus de confiance

Le député socialiste des quartiers nord de Marseille, Henri Jibrayel, a été mis en examen, vendredi 19 décembre, pour abus de confiance et prise illégale d’intérêts. Le juge d’instruction marseillais Valéry Muller n’a pas sollicité de levée d’immunité parlementaire, aucune mesure coercitive n’étant envisagée.

Le JDD - Elections : la gauche envisage le pire pour 2015

Les départementales des 22 et 29 mars, les régionales de l’automne : les experts du PS s’attendent à une "annus horribilis".D'abord, la première joue. Ensuite seulement, après la claque de mars avec les départementales, ils penseront à tendre l'autre joue. Cette fois pour les régionales. L'année 2015 s'avance et, électoralement, "ça va être un massacre", confie l'un des spécialistes ès élections de la majorité. "La gauche va perdre 40 départements. Il en restera entre 16 et 20 pour le PS, un à deux pour les radicaux de gauche, un pour le PC", estime un membre de la direction du PS, qui craint que l'Aisne, le Vaucluse et le Var ne basculent du côté du FN