Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2019

L'actualité des socialistes du 15 au 21 novembre

ADP

Les Echos - ADP : les pro-référendum tout près de la barre du million de signatures

Selon le dernier décompte, 969.000 Français ont signé la proposition de loi référendaire. Loin des 4,7 millions de paraphes nécessaires, les opposants à la privatisation d'ADP misent sur le seuil symbolique du million pour mettre la pression sur Emmanuel Macron.

Ils ne déposent pas les armes. Même si la barre des 4,7 millions de signatures est  depuis longtemps hors d'atteinte , les opposants à la privatisation d'ADP continuent de pousser en faveur d'un référendum d'initiative partagée (RIP). Une vingtaine de parlementaires - parmi lesquels les socialistes Olivier Faure, Valérie Rabault, Patrick Kanner, le communiste Pierre Laurent, la LFI Bénédicte Taurine et le LR Gilles Carrez - ont profité ce mercredi du Congrès des maires afin de promouvoir le dispositif, plus précisément les possibilités qui sont offertes aux élus locaux pour le faire connaître.

5 DECEMBRE

France Info - Grève du 5 décembre : le coup de pression de la CFDT

La CFDT-Cheminots a annoncé se rallier à la grève du 5 décembre prochain, contre la réforme des retraites.

Jeudi 21 novembre, la CFDT-Cheminots a annoncé rejoindre le mouvement du 5 décembre prochain contre la réforme des retraites. "Si le Premier ministre ne prend pas les choses en charge très rapidement et ne répond pas clairement à nos revendications, la CFDT est susceptible d'appeler à la grève le 5 et pas une grève carrée, une grève reconductible, pour obtenir satisfaction", a déclaré le secrétaire général CFDT-Cheminots, Didier Aubert

RETRAITES

Alternatives économiques - Tribune Rapport du COR : un déficit construit de toutes pièces, Henri Sterdyniak

Le gouvernement a demandé au Conseil d’orientation des retraites (COR) de publier une nouvelle prévision des finances du régime allant jusqu’en 2030. Peu de temps donc après la projection de juin, qui allait jusqu’en 2070. Son objectif est clair : il s’agit de montrer que le système est déficitaire et donc qu’il faut des mesures de correction avant 2025, date envisagée pour la mise en place de la retraite par points, « pour redresser l’équilibre financier du régime ».

LAICITE

Le Parisien - Laïcité : le virage du PS

Longtemps hésitant dans la lutte contre le communautarisme, le PS veut désormais afficher une ligne sans ambiguïté en faveur d’une République laïque.

La décision a été prise discrètement et pourtant elle pourrait s'avérer historique. Par son importance et parce qu'elle renoue avec les sources du socialisme dont le PS — ou tout au moins une partie de ses membres — s'était considérablement écarté depuis les années 1990. Dans la nuit du 5 novembre, le bureau national du parti a décidé à l'unanimité (moins une abstention) que « le principe de la défense d'une République laïque » devait entrer dans le corpus idéologique du PS.

LE MACRONISME

Le Vent se lève - Jérôme Sainte-Marie : « Le macronisme est un projet minoritaire »

Le jour de la parution de son dernier livre, nous avons retrouvé Jérôme Sainte-Marie dans un café du quartier latin. Politologue et président de l’institut PollingVox, il publie en ce mois de novembre un ouvrage intitulé Bloc contre bloc. La dynamique du macronisme aux éditions du Cerf. Enquêtes sociologiques et études d’opinion à l’appui, il y décrit la structuration du bloc élitaire qui forme la base sociale d’Emmanuel Macron. Dans ce livre, dont chaque chapitre s’ouvre par une citation de Karl Marx tirée du 18 brumaire de Louis Bonaparte, il mobilise une grille de lecture qui révèle les grandes dynamiques à l’œuvre dans le moment politique clé que nous vivons. Cet entretien est aussi le moyen de revenir sur le conflit de classes particulièrement violent qu’a constitué le mouvement des gilets jaunes et d’examiner les scénarios politiques qui s’esquissent tandis que la société française continue de se polariser autour de deux blocs antagonistes.

Non Fiction - Le macronisme

Deux ans après la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle, il est désormais possible d’analyser son ascension, ses idées et sa manière de gouverner.

Le macronisme continue de susciter de nombreuses publications. Les plus anciennes, où l’enthousiasme de la découverte avait parfois pris une grande part, ont cédé la place à des livres qui analysent les politiques menées, le soutien ou la méfiance qu’elles s’attirent et l’action du gouvernement et en particulier du président. D’autres cherchent à éclairer, avec un peu plus de recul, les conditions qui ont permis cette conquête du pouvoir et les conclusions que l’on peut en tirer. Leur contenu est souvent très critique et les livres favorables, contrairement à la période qui avait précédé l’élection, se comptent aujourd’hui sur les doigts d’une main. Ce qui conduit à un dossier quelque peu déséquilibré, mais qui a vocation à être complété par la suite en fonction des parutions.

BUDGET

Public Sénat - Budget : les sénateurs PS dénoncent « une politique de Shadoks »

Pour les sénateurs PS, le gouvernement répond aux crises sociales par des annonces qu’il finance sur d’autres budgets. « On comble en creusant ailleurs » dénonce le sénateur PS Claude Raynal, « c’est les Shadoks ».

Pourquoi les Shadoks pompent ? On ne le saura jamais. Mais ils ont souvent été source d’inspiration pour les politiques. A la veille du début de l’examen du budget 2020 par le Sénat, les sénateurs PS dénoncent les choix du gouvernement. Ils y voient « une politique de Shadoks » raille Claude Raynal, sénateur PS de la Haute-Garonne et chef de file du groupe sur le projet de loi de finances.

CONVENTION CLIMAT

Reporterre - À la convention citoyenne pour le climat, les participants débattent aussi de la justice sociale

Ce week-end s’est déroulé la troisième session de la convention citoyenne pour le climat. Les 150 citoyens tirés au sort ont présenté une trentaine de mesures à approfondir. Emmanuel Macron a annoncé qu’il serait auditionné par la convention en janvier.

« Bienvenue dans la complexité ! » C’est par cet avertissement que l’ancien ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a accueilli les 150 membres de la convention citoyenne pour le climat, réunie pour sa troisième session vendredi 15, samedi 16 et dimanche 17 novembre au Conseil économique, social et environnemental (Cese). Cette assemblée de 150 personnes tirées au sort , puis choisies par un institut de sondage, doit proposer d’ici fin janvier 2020 des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % en 2030 « dans un esprit de justice sociale », selon les termes de son mandat. Elles seront ensuite soumises soit à référendum, soit au vote du Parlement, soit à une application réglementaire directe, comme promis par Emmanuel Macron. Le président de la République a annoncé dimanche qu’il acceptait de se faire auditionner par la convention en janvier prochain.

Alternatives économiques - Entretien « La Convention citoyenne pour le climat est une innovation démocratique majeure »

Professeur de science politique à l’université Paris-1, Loïc Blondiaux est membre du comité de gouvernance de la Convention citoyenne pour le climat, au titre de spécialiste de la démocratie participative. Les 150 citoyens tirés au sort ont pour mission de faire des propositions afin d’abaisser de 40 % le niveau des émissions de gaz à effet de serre (par rapport à 1990) d’ici 2030, dans un esprit de justice sociale.

Deux week-ends de travail ont déjà eu lieu et quatre autres week-ends sont programmés, la Convention étant tenue de rendre son travail le 26 janvier 2020. Il a été prévu qu’elle puisse se réunir une dernière fois, en février, après que le gouvernement ou le président de la République a pris sa décision. Loïc Blondiaux répond aux critiques dont la Convention fait l’objet et salue la qualité du travail participatif en cours.

LYON

Paris-Match - Sondage exclusif : Sans Collomb candidat, zizanie à Lyon

Selon un sondage Ifop, Gérard Collomb qui a choisi de se présenter à la métropole de Lyon n’est pas assuré que la République en Marche alliée au MoDem conservent la ville. Les écologistes seraient même en tête.  

Gérard Collomb ne pourra pas se couper en deux. Le maire de Lyon sortant a fait son choix: il sera candidat à la métropole et désignera un candidat pour diriger la liste dans la capitale des Gaules. Et c’est là que ça se corse pour l’ancien ministre de l’Intérieur. La République en Marche (LREM) alliée au MoDem ne sont pas du tout assurés de l’emporter. Selon un sondage IFOP commandé par le think tank « Lord Nelson » et que Paris Match publie en exclusivité, les élections municipales seraient marquées par un inédit morcellement électoral rendant le résultat très indécis sans la présence de Gérard Collomb à la tête d’une liste. Deux scénarios ont été testés par l’institut Ifop. Il réserve bien des surprises qui devraient alimenter le débat entre Rhône et Saône.

PS

RTL - Olivier Faure : le PS craint "la disparition de la gauche, si elle part divisée aux élections"

Samedi, le numéro un du Parti socialiste, Olivier Faure, a appelé "collectivement à un grand dépassement" pour sauver son parti.

La gauche peut "disparaître si elle part divisée aux élections", qu'elles soient "municipales ou présidentielles". Voici le cri d'alarme lancé auprès de l'AFP samedi par le numéro un du PS, Olivier Faure, qui participait à Haute-Goulaine, près de Nantes, à un forum sur la "social-écologie".

L'ECOLE

Observatoire des inégalités - Le parcours d’une génération à l’école selon l’origine sociale

Données 12 novembre 2019

Au collège, les enfants d’employés et d’ouvriers sont presque trois fois plus nombreux que les enfants de cadres supérieurs. À bac + 5, c’est l’inverse. Que s’est-il passé ?

Au collège, les enfants d’employés et d’ouvriers sont presque trois fois plus nombreux que les enfants de cadres supérieurs. Au sommet des études supérieures, à bac + 6 ou plus, les enfants de cadres supérieurs sont sept fois plus représentés. Une étude du ministère de l’Enseignement supérieur [1] décrit la trajectoire d’une génération, celle qui a obtenu le bac en 2008, tout au long de ses études. Elle met en lumière la façon dont les écarts entre milieux sociaux se creusent au fil du temps.

WARREN

Telos - Elizabeth Warren est-elle socialiste?

Avec une entrée en campagne réussie d’Elizabeth Warren, une dynamique de campagne qui lui semble favorable a depuis que Joe Biden traîne le boulet ukrainien, la question du programme devient centrale. Si Warren a repris à son compte le « Medicare for all » de Sanders, elle se veut réaliste en matière budgétaire, ne se décrit pas comme anticapitaliste, et vante les mérites du marché dont elle entend restaurer l’efficacité face à la rente, au capitalisme de connivence et à la corruption.

HOLLANDE

Fondation Jean Jaurès - Répondre à la crise démocratique

Le constitutionnaliste Jean-Philippe Derosier, professeur de droit public à l’université de Lille, auteur du blog La Constitution décodée, analyse, dans sa sixième contribution d’une série réalisée en partenariat avec L’Hétairie, les propositions institutionnelles de François Hollande.

C’est ce que François Hollande, président de la République de 2012 à 2017, propose d’aborder dans un ouvrage paru le 23 octobre, chez Fayard. Il a accepté de venir en débattre avec les étudiants, à la faculté de droit de l’université de Lille, ce mardi 12 novembre 2019.

Dans le cadre d’entretiens, l’ancien président de la République répond aux questions posées par Marc-Olivier Padis, directeur des études de Terra Nova, à partir de son expérience : « J’ai pu moi-même faire le constat des ambiguïtés et des contradictions de notre Constitution. Elle tente de plus en plus mal de conjuguer le régime parlementaire avec une dérive présidentialiste qu’amplifie le quinquennat. Loin d’ajouter les avantages de l’autorité et de la responsabilité, ce mélange des genres aboutit à une confusion au sein de l’exécutif, avec la dyarchie président-Premier ministre, et à une concentration excessive des pouvoirs au détriment du Parlement. Elle conduit la majorité à l’Assemblée nationale à un dilemme impossible : la loyauté jusqu’au bout ou la fronde jusqu’à sa perte » (page 14).

19/11/2019

Laïcité République - Renaud Dély : Président du jury 2019

17:25 Publié dans Vidéo | Tags : laicité | Lien permanent

30/10/2019

L'Aurore - Voir au-delà du voile, Gilles Clavreul

Quelle mouche l’a donc piqué ? En déplacement à La Réunion – un déplacement tourné vers les sujets économiques et sociaux – Emmanuel Macron est longuement revenu, une fois encore, sur l’énième polémique sur le voile, déclenchée par la lamentable interpellation d’un élu d’extrême-droite à l’encontre d’une femme voilée assistant à une session du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté.

Une majorité de plus en plus agitée

Retour en arrière : le discours très ferme prononcé après l’attentat de la préfecture de police, appelant à lutter sans faiblesse contre « l’hydre islamiste », manifestait une netteté nouvelle, tardive mais bienvenue, pour dénoncer non pas seulement le terrorisme qui tue, mais aussi l’islamisme qui enflamme les consciences et conditionne les esprits. Puis survient la « polémique Odoul », et les choses se compliquent d’un coup : non pas sur la dénonciation du comportement de l’édile, là-dessus le consensus est presque général ; mais sur le statut des mères accompagnatrices et, plus largement, sur le regard porté sur le voile par les acteurs politiques. Mais voilà que s’opposent, de nouveau, au sein de la majorité, la ligne libérale et accommodante défendue notamment par le député Aurélien Taché, et une ligne républicaine et ferme incarnée par Jean-Michel Blanquer qui, tout en rappelant le droit existant – les mères accompagnatrices sont de simples usagers du service public, elles peuvent user de leur liberté d’expression du moment qu’elles ne font pas de prosélytisme - affirme que le voile n’est « pas souhaitable » dans notre société. A partir de là, et comme nous l’avons dit depuis longtemps, apparaissent deux macronismes irréconciliables ; au point que le Premier ministre tente, sans grand succès, de calmer le jeu, en réaffirmant la volonté du gouvernement de lutter avec la dernière énergie contre « le communautarisme », tout en excluant que la majorité rejoigne la proposition de loi des Républicains interdisant les signes religieux des mères accompagnatrices. Las, cela ne suffit pas, et la polémique s’envenime au point que le ministre de l’Education demande des sanctions disciplinaires contre Aurélien Taché.

Lire la suite
________________
________________

17:41 Publié dans Tribune | Tags : clavreul, laicite | Lien permanent

11/09/2019

Fondation Jean Jaurès - Lettres sur la laïcité, Alain Bergounioux, Laurent Bouvet

Cet essai, qui prolonge l’échange épistolaire que Alain Bergounioux et Laurent Bouvet avaient entamé sur le site de Telos, est né d’une conviction : s’il est vain de tenter trouver un « compromis » sur ce qu’est la laïcité, il reste d’une criante utilité d’en parler. La Fondation Jean-Jaurès fait ainsi le pari que le débat public s’enrichira en montrant les points d’accord comme les pierres d’achoppement sur ce sujet brûlant.

.... La liberté est en effet le fil rouge de ce dialogue, qui pose en filigrane une question centrale face à la montée de l’individualisme : comment choisir, et peut-on choisir, en somme, entre la liberté du citoyen et la liberté de l’individu ?

Ce qui est passionnant et enrichissant dans cet échange épistolaire, c’est que les deux auteurs semblent d’accord sur le fait que les conflits d’interprétation sur la laïcité ne se refermeront pas. Par ailleurs, ils se rejoignent sur le fait qu’il y a un choix à opérer entre deux conceptions de la liberté s’agissant de la laïcité, libérale ou républicaine, et qu’il est de la liberté de chacun de privilégier l’une ou l’autre pour construire l’espace commun politique.

Lire la suite
_________________
_________________

08:30 Publié dans Analyses | Tags : bergounioux, bouvet, laicité | Lien permanent

27/08/2019

Le meilleur de 2018/19 - Fondation Jean Jaurès - Les Français et la laïcité : état des lieux

Socle de notre cohésion nationale, la laïcité est pourtant un sujet qui suscite des controverses parfois explosives dans le pays, et des remous au sein même des familles politiques. Petit état des lieux de ce que pensent les Français, et plus spécifiquement les sympathisants de La République en marche, quand on leur parle de laïcité et d’une éventuelle modification de la loi de 1905.

La laïcité est l’un des socles de notre cohésion nationale, mais aussi un point de repère important pour les citoyens français, dans une époque où ces points de repère ont tendance à manquer, une époque où le « bougisme » permanent et l’individualisme créent des troubles, des questionnements, des tâtonnements.

Retrouvez l’enquête complète PDF, 2.15M

Lire la suite
_________________
_________________

14:30 Publié dans Analyses | Tags : laicite, fondation jean jaures | Lien permanent

21/03/2019

L'actualité des socialistes du 8 au 16 mars

EUROPEENNES

Le Parisien - Européennes : «Le PS ne s’effacera pas», prévient Olivier Faure

Le Parti socialiste a intronisé ce samedi le leader de Place Publique Raphaël Glucksmann, tête de liste aux européennes. Le n°1 du parti espère ainsi donner l’exemple à la gauche pour qu’elle se «rassemble» enfin.

Le Premier secrétaire du PS Olivier Faure a reçu mandat, samedi, du Conseil national de son parti pour monter une liste menée par Raphaël Glucksmann, cofondateur de Place Publique. Un effacement historique qu’Olivier Faure justifie.

France Info - Elections européennes : le Parti socialiste désigne l'essayiste Raphaël Glucksmann comme tête de liste

La veille, Raphaël Glucksmann expliquait vouloir défendre "une offre écologique et sociale".

Le Conseil national du PS a approuvé, samedi 16 mars, une résolution désignant Raphaël Glucksmann, essayiste et fondateur de Place publique, comme tête de liste pour les européennes. La résolution prévoit également la constitution d'une liste comportant pour moitié des candidats estampillés PS, pour moitié des candidats issus du mouvement Place publique, de la société civile et des autres formations politiques de gauche engagées dans des discussions avec le PS et Place publique.

L'Express - Européennes : Olivier Faure lance sa campagne derrière Raphaël Glucksmann

Le Premier secrétaire du PS a obtenu l'aval de son parti pour se ranger derrière Raphaël Glucksmann lors des élections européennes.

L'occasion était trop belle de réunir les nouveaux alliés et de s'offrir une première photo de famille. Il est 13 heures ce samedi 16 mars. Olivier Faure vient d'achever son discours de clôture du Conseil national du Parti socialiste. Avec ses proches, il prend le métro parisien. Direction la Place de l'opéra

Le Figaro - Européennes: le PS entérine son alliance avec Place publique de Raphaël Glucksmann

L’essayiste sera la tête de liste du Parti socialiste aux élections européennes. Malgré les tergiversations de certains cadres du parti, l’alliance avec le mouvement Place publique a été majoritairement approuvée samedi.

Olivier Faure en a lui-même convenu dans son discours, ce conseil national du Parti socialiste était «un peu agité». Sa stratégie pour les élections européennes a néanmoins été entérinée par le parlement du parti, rassemblé samedi à la Maison de la Chimie, à Paris. 128 membres ont voté pour, 5 contre, 3 se sont abstenus et 35 n’ont pas pris part au vote.

France Inter - Raphaël Glucksmann : "On va entrer en campagne, cette campagne vise à ébranler la scène politique"

Le fondateur du Mouvement Place Publique, Raphaël Glucksmann était l'invité de Nicolas Demorand à 8h20. Il a annoncé le lancement d'une liste commune avec Claire Nouvian, avec qui il avait fondé Place Publique, en vue des Européennes, et appelle au rassemblement de la gauche dans cette liste.

Libé - Européennes : Glucksmann en tête, Faure en renfort

Alors que le leader de Place publique va confirmer ce vendredi qu’il conduira une liste lors du scrutin du 26 mai, le PS devrait annoncer samedi qu’il fera cause commune avec le jeune mouvement.

Huffington Post - Européennes: Glucksmann candidat, peut-être avec le soutien du PS

L'essayiste va annoncer ce vendredi qu'il compte prendre la tête d'une liste de rassemblement à gauche.

L'essayiste Raphaël Glucksmann doit annoncer ce vendredi 15 mars sa candidature pour les élections européennes de mai, avec l'objectif de prendre la tête d'une liste de rassemblement de la gauche soutenue par le Parti socialiste, a appris jeudi l'AFP auprès de sources concordantes.

L'Obs - Raphaël Glucksmann se lance dans la course aux européennes, remous au PS

L’essayiste dirigera une liste qui pourrait être soutenue par le PS, si Olivier Faure obtient la majorité pour cette aventure électorale.

Quelques jours avant de lancer Place Publique, en novembre dernier, Raphaël Glucksmann nous confiait "a priori ne pas vouloir être candidat aux européennes". Surtout, il ne voulait pas "rajouter une liste de plus". Mais finalement, ce vendredi matin sur France Inter puis lors d’une conférence de presse à la Maison de l’Europe en compagnie de Claire Nouvian (et en l’absence remarquable de l’économiste Thomas Porcher), l’essayiste va annoncer qu’il conduira bel et bien une liste. "Je suis au clair sur la stratégie. On va y aller", expliquait-il en privé il y a quelques jours.

PIKETTY

Libé - Tribune de Faure (PS), Laurent (PCF) et de chercheurs pour taxer les multinationales

Olivier Faure et Pierre Laurent signent avec des chercheurs, dont l’économiste Thomas Piketty, une tribune publiée lundi dans Le Monde, demandant que les multinationales comme Nike ou Total paient «leurs impôts là où elles font leur chiffre d’affaires».

«Pourquoi ne taxer que les Gafa ? McDonald’s, Nike, Fiat et Total n’utilisent-ils pas eux aussi les paradis fiscaux à grande échelle ?», se demandent les 24 signataires de la tribune qui interpellent le gouvernement français.

INEGALITES

Non Fiction - Lutter contre les petites inégalités grâce aux petites solidarités ?

La réduction des inégalités (revenu, patrimoine, etc.), qui se sont beaucoup accrues au cours des dernières décennies, s’impose aujourd’hui comme un objectif évident vers lequel nos sociétés devraient tendre. Sans négliger cet aspect, François Dubet met l’accent, dans un livre important, sur un autre phénomène : le développement d’un très grand nombre de petites inégalités au sein de nos sociétés qui se sont beaucoup fragmentées en même temps qu’elles se complexifiaient. Selon le sociologue, elles pourraient expliquer le déferlement de colères, de ressentiments et d’indignations que nous enregistrons actuellement, davantage que le niveau et l’évolution des grandes inégalités.

Observatoire des inégalités - L’évolution des inégalités de salaires entre hommes et femmes

Les écarts de salaires entre les femmes et les hommes se réduisent. Ils ont régulièrement baissé du milieu des années 1970 à la fin des années 1990. Depuis 1995, le rattrapage se poursuit, mais à un rythme ralenti. Selon cette tendance, il faudrait encore plusieurs dizaines d’années pour atteindre l’égalité salariale entre femmes et hommes.

Dans les années 1950, les femmes employées à temps complet [1] percevaient en moyenne deux tiers des salaires masculins. En 1998, elles ont franchi le seuil des 80 %. Le rattrapage a été particulièrement rapide entre le milieu des années 1970 et le milieu des années 1980. Depuis, il se poursuit à un rythme plus lent. Les femmes ont grignoté seulement trois points au cours des quinze dernières années, pour atteindre 83,5 % du niveau de salaire des hommes en 2015.

ALGERIE

Libé - Benjamin Stora : «Les Algériens ont beaucoup appris de ce qu’ils ont subi»

Pour l’historien spécialiste du Maghreb, les défections en cascade de figures historiques, mais aussi des syndicats, de la magistrature et de l’armée, ont contribué au renoncement du clan Bouteflika.

Benjamin Stora (1) est historien, spécialiste du Maghreb. Nous l’avons joint peu après l’annonce du renoncement de Bouteflika à briguer un cinquième mandat consécutif.

LA FRANCE INSOUMISE

Le Vent se lève - La France insoumise : du parti au mouvement

Un des faits les plus notables des dernières années est l’évolution accélérée des partis vers l’adoption de formes mouvementistes. Sous l’effet de la critique de la représentation et de l’entrée dans une société plus liquide, les entreprises politiques ont fini par intégrer de nouvelles formes d’engagement politique, pas nécessairement plus démocratiques. Les cas les plus notables en France sont En Marche ! et La France insoumise, en partie héritière du Parti de gauche. Analyse d’une mutation à partir du cas du mouvement fondé par Jean-Luc Mélenchon.

EUROPE

Fondation Jean Jaurès - Le banquier et le citoyen. L’Europe face aux crises financières

Dix ans après la crise des subprimes, alors que l’euro fête ses vingt ans, les mécanismes mis en place au niveau européen sont-ils suffisants pour faire face aux risques d’une nouvelle crise financière ? La régulation est une affaire trop sérieuse pour être laissée aux seuls banquiers, juristes et économistes et les citoyens ont, eux aussi, le droit de se forger une opinion. C’est le sens de cet essai : en démystifiant la finance, en analysant les événements financiers les plus marquants, en apportant données, témoignages et anecdotes, Michael Vincent rend visibles les dynamiques qui font tourner le carrousel infernal, afin que soient tirées toutes les leçons des dix dernières années.

MARX

Le Vent se lève - Jean-Numa Ducange : « Il y a un dialogue constant entre la France et Marx »

Spécialiste des gauches dans les pays germanophones et en France, des marxismes et de la Révolution française, Jean-Numa Ducange est maître de conférences à l’Université de Rouen. Auteur de Jules Guesde, l’anti Jaurès ?, il présente la biographie d’un homme passé aujourd’hui au second plan. Nous sommes revenus avec lui sur des figures marquantes de gauche, l’héritage du marxisme ainsi que sa perception des gilets jaunes en tant qu’historien.

ECOLO

Le Monde - Climat : l’association Anciela catalyse les bonnes volontés

Forte d’une centaine de bénévoles, cette association lyonnaise encourage et soutient les initiatives individuelles ou collectives en faveur du climat et du mieux-vivre ensemble.

Sur ce grand panneau souple accroché dans le local de l’association Anciela, rue Rachais, dans le 7e arrondissement de Lyon, le plan stylisé d’une ville. Mais aux rues, immeubles, squares, habitants, ont été ajoutées une trentaine de petites bornes, telles des épingles plantées. On croirait un jeu pour enfant. Mais l’affaire est on ne peut plus sérieuse. Chaque borne porte un numéro, qui renvoie à une initiative possible pour améliorer l’environnement : épicerie zéro déchet, composteur collectif, hôtel à insectes, jardin partagé, rucher sur les toits, boîte à livres… « On se sert de ce panneau comme d’un support pédagogique, c’est une sorte de cartes des actions qu’on peut mener prêt de chez soi », explique Justine Swordy, 27 ans, animatrice. L’affiche symbolise ainsi toute l’activité de l’association.

DEMOCRATIE

 
Voté par l’Assemblée nationale en octobre 2018, le Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) est actuellement examiné par le Sénat. C’est l’occasion de revenir sur la démocratie d’entreprise, qui vient de faire en France l’objet d’une abondante littérature.

Le projet de loi PACTE

« Son ambition est claire : des entreprises libérées, mieux financées, plus innovantes et plus justes ». Voilà comment le gouvernement français présentait le 9 octobre dernier sur Twitter ce vaste projet de loi. Pour réaliser cette ambition, il doit en particulier faciliter les liquidations judiciaires, simplifier la création d’entreprises, tourner les PME françaises vers l’export et les faire grossir, notamment en limitant les « effets de seuil » (par exemple, le seuil à partir duquel une entreprise doit se doter d’un règlement intérieur et d’un local de restauration passera de 20 ou 25 personnes à 50).

Le Monde, Françaoise Fressoz - La démocratie, en danger, doit se réinventer

Pour contrer la montée des régimes populistes, il serait temps de « remoraliser » la mondialisation et d’y inclure les peuples.

Le Cercle des économistes. En mai 2017, le V-Dem Institute, un institut de recherche international basé en Suède, avait placé la France en tête des démocraties libérales. En compilant plus de 300 indicateurs à travers 174 pays, il avait distingué l’Hexagone pour la stabilité de ses institutions, la régularité de ses élections, la présence de contrepoids efficaces à l’exécutif et l’existence de puissants mécanismes de redistribution permettant de réduire les inégalités.

Le Monde - Marcel Gauchet : « Je crains une anomie démocratique »

Ce qui pose problème aujourd’hui, ce n’est pas le principe démocratique mais la façon de le traduire et de le faire fonctionner, estime le philosophe et historien Marcel Gauchet.

Penseur de la démocratie, le philosophe et historien Marcel Gauchet est directeur d’études émérite à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), rédacteur en chef de la revue Le Débat (Gallimard), l’une des principales revues intellectuelles françaises, qu’il a fondée avec l’historien Pierre Nora en 1980. Il est l’auteur notamment d’une tétralogie consacrée à L’Avènement de la démocratie (Gallimard, 2017).

Trois assemblées citoyennes tirées au sort ont fait de l’Irlande un laboratoire exceptionnel pour la démocratie délibérative – entraînant des révisions constitutionnelles majeures : la légalisation du mariage homosexuel et de l’avortement. Comment expliquer ce processus d’une portée inédite ?

Le sort de la démocratie

Le XXIe siècle voit la montée en puissance de « l’impératif délibératif » [1], et cela n’est jamais aussi clair que dans le cas de la République d’Irlande. Trois assemblées citoyennes tirées au sort ont récemment fait de l’Irlande un laboratoire exceptionnel pour l’expérimentation démocratique qui s’institutionnalise progressivement et s’articule à l’outil référendaire pour provoquer des révisions constitutionnelles majeures : la légalisation du mariage homosexuel et de l’avortement. Comment expliquer ce processus d’une portée inédite au niveau mondial ?

LAICITE

Non Fiction - Un « républicanisme » identitaire

Selon le politologue Laurent Bouvet, la nouveauté qui justifie le titre choisi est le surgissement, depuis une trentaine d’années, d’un islam visible, dont le symbole est le foulard dit « islamique ». Cette histoire, commencée en 1989 à Creil, est bien connue et il est inutile d’en rappeler les moments forts. D’une façon générale, l’auteur considère le rapport à l’islam comme révélateur des désaccords interprétatifs sur ce qu’est réellement la laïcité, tout particulièrement au sein de la gauche. Quels sont les points saillants de son argumentation ?

On a tendance, selon L. Bouvet, à définir la laïcité instaurée par la loi de 1905 comme une laïcité libérale et, ce faisant, à la réduire à un dispositif juridique, la séparation du politique et du religieux. De surcroît, on transformerait le principe, incontestablement central, de la liberté de conscience en liberté religieuse dont elle n’est qu’une simple composante. Mais la laïcité qu’Aristide Briand défendait n’était nullement libérale : elle exprimait un point de vue républicain modéré, et il conviendrait de combattre le glissement (voire la trahison) opéré depuis, sous la néfaste influence du libéralisme anglo-saxon.

ECHEC SCOLAIRE

La Vie des idées - Échec scolaire et immigration, À propos de : Mathieu Ichou, Les enfants d’immigrés à l’école. Inégalités scolaires, du primaire à l’enseignement supérieur, Puf

Pour expliquer le constat d’un échec scolaire plus important des élèves issus de l’immigration, M. Ichou propose de prendre en compte les caractéristiques pré-migratoires des familles. En s’appuyant sur des données et des méthodes originales, il pose de solides fondations pour renouveler le débat.

L’ouvrage de Mathieu Ichou a pour ambition de « rompre avec la vision de l’immigration comme problème social » (p. 271), et ce n’est pas une mince affaire tant la question en France soulève des débats et controverses qui semblent indépassables. Les convictions des uns se heurtent aux croyances des autres, et les termes du débat peinent souvent à se renouveler. La nature et l’ampleur des débats et prises de position en lien avec la « statistique ethnique » ou « statistique des origines » en témoignent. Ici, Mathieu Ichou tente, avec succès, de démontrer son hypothèse centrale : faire le constat d’un échec scolaire plus important des élèves issus de l’immigration cache en réalité une hétérogénéité importante des parcours scolaires de ces élèves.

PROGRES SOCIAL

Non Fiction - Redonner un sens au progrès

Quel crédit accorder aujourd’hui à l’idée de progrès social ? Quelle vision cohérente peut-on en proposer et quelles transformations faudrait-il mettre en œuvre pour avancer dans sa direction ? A ces questions, le Manifeste pour le progrès social, synthèse des travaux d’un panel d’universitaires, apporte des réponses dont la concrétisation ne dépend que de nous. A sa manière, en évitant les grandes envolées, il offre une plateforme réaliste à bien des idées radicales et tord le cou à bien des conceptions étriquées de l’économie et des réformes à faire. On pourrait trouver qu’il en dit trop, s’agissant d’un « manifeste », ou pas assez, pour qui voudrait entrer dans le détail des réformes proposées. Toutefois, l’équilibre était certainement difficile à trouver et les auteurs voulaient visiblement rendre compte des débats qui ont occupé une partie des travaux du panel.

Non Fiction - Entretien avec Marc Fleurbaey sur le progrès social

Marc Fleurbaey vient de publier la traduction française du Manifeste pour le progrès social , qui est une introduction aux travaux d'un important panel international d'universitaires. Il a accepté de répondre à nos questions pour présenter cet ouvrage à nos lecteurs.

Nonfiction : L’ouvrage que vous avez coordonné pour faire connaître le travail du Panel international pour le progrès social (PIPS) vient de paraître en français. Est-ce que vous pourriez présenter pour nos lecteurs l’origine du Panel et le but que celui-ci poursuit ?

Marc Fleurbaey : L’objectif du Panel est de faire le point sur les tendances des sociétés du monde et d’explorer les pistes de réformes, les idées novatrices qui apparaissent prometteuses pour progresser vers la réduction des injustices et l’épanouissement de chacun.

ASCENSEUR SOCIAL

Telos - Non, l’ascenseur social n’est pas en panne! (2)

Il y a deux ans et demi, je publiais dans Telos un article sous ce même titre, fondé sur les données de l’INSEE issues des enquêtes Formation et qualification professionnelle (FQP), une des principales sources sur la mobilité sociale en France. Or l’INSEE vient de publier les premiers résultats de la dernière enquête FQP réalisée en 2014-2015[1]. Ils justifient pleinement, à partir de données récentes, le titre que je donnais au papier de 2016, « l’ascenseur social n’est pas en panne ». Il me semble donc utile de revenir sur ces résultats, tant l’idée fausse qu’il n’y a plus de mobilité sociale en France (ou seulement du déclassement) est ancrée dans l’opinion (et malheureusement propagée bien souvent par les médias, voire par certains intellectuels).

13/03/2019

L'actualité des socialistes du 1er au 7 mars

LE PACTE SOCIAL ET ECOLOGIQUE

Francetvinfo - Nicolas Hulot, la CFDT et 17 organisations lancent "un appel pour un pacte social et écologique"

Des organisations, associations et syndicats lancent mardi un appel pour "donner à chacun le pouvoir de vivre".

La CFDT, la Fondation Nicolas Hulot, la Fondation Abbé Pierre et 16 autres organisations* lancent "un appel pour un pacte social et écologique", un "pacte du pouvoir de vivre" comprenant 66 propositions, que franceinfo dévoile en exclusivité mardi 5 mars.

"Le premier message, c'est de dire qu'il faut changer de modèle de développement et dire qu'il faut remettre la question sociale et écologique au cœur de notre modèle de société", a expliqué Laurent Berger, le patron de la CFDT mardi sur franceinfo. "Le second, c'est vous ne ferez pas sans nous."

Le Monde, éditorial - Laurent Berger et Nicolas Hulot esquissent un projet de société alternatif

Le secrétaire général de la CFDT et l’ancien ministre de la transition écologique ont présenté, le 5 mars, 66 propositions dessinant un nouveau « pacte social et écologique », à rebours des choix du gouvernement.

Représentant une alliance de dix-neuf organisations issues de la protection de l’environnement et du mouvement social, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, et Nicolas Hulot, ancien ministre de la transition écologique, qui a démissionné de son poste en août 2018, aujourd’hui président de la fondation qui porte son nom, présentent un projet « pour donner à chacun le pouvoir de vivre ». Celui-ci rompt avec la politique du gouvernement, sur fond de crise des « gilets jaunes » et de mobilisations pour le climat.

20 minutes - Nicolas Hulot et Laurent Berger réclament un «big bang fiscal» pour un pacte social et écologique

PROJET Les 19 organisations environnementales, de solidarité et d’éducation, mutuelles et syndicats veulent « rendre définitivement indissociable l’enjeu écologique et l’enjeu social »

Un « big bang fiscal », c’est ce qu’ont réclamé, ce mardi, Nicolas Hulot et Laurent Berger, dans le cadre d’un pacte social et écologique, porté par dix-neuf organisations, dont la CFDT et la Fondation Nicolas Hulot, qui comporte 66 propositions.

« Cette coalition » de 19 organisations environnementales, de solidarité et d’éducation, mutuelles et syndicats « veut rendre définitivement indissociable l’enjeu écologique et l’enjeu social », a déclaré l'ancien ministre de la Transition écologique et solidaire d'Emmanuel Macron dans une interview au Monde, conjointe avec le numéro un de la CFDT.

EUROPEENNES

Francetvinfo - POINT DE VUE. Pourquoi EELV, le PS et Génération.s doivent s'unir pour les européennes

Proximité européenne, politique, idéologique, sociologique... Pour Gilles Finchelstein, directeur général de la Fondation Jean-Jaurès, rien ne justifie la désunion des socialistes et des écologistes en vue du scrutin du 26 mai.

Qu'est-ce qui justifie qu'Europe Ecologie-Les Verts, le Parti socialiste et le mouvement Génération.s de Benoît Hamon abordent les élections européennes du 26 mai plus désunis que jamais ? Pour Gilles Finchelstein, directeur général de la Fondation Jean-Jaurès, la réponse semble claire : rien, à l'exception des postures politiciennes des responsables de ces trois partis de gauche. Dans un point de vue publié sur franceinfo, il donne ainsi raison à l'essayiste Raphaël Glucksmann, qui plaide depuis des mois en faveur d'une union des gauches. Il s'exprime ici librement.

Le JDD - Raphaël Glucksmann et Place publique dans une impasse

Après le refus d'EELV, du PCF et de Benoît Hamon, seul le PS est encore disponible pour une alliance. Un tête‑à-tête dont Place publique ne veut pas.

Depuis le week-end dernier et la réunion à huis clos de Place publique à Metz, Raphaël Glucksmann n'avait rien dit. Est-ce le signe que son mouvement, lancé avec l'économiste Thomas Porcher et l'écologiste Claire Nouvian pour créer en vue des européennes un large rassemblement d'une gauche écologiste, se trouve dans une impasse? Beaucoup le pensent, au PS, chez Benoît Hamon ou à Europe Écologie-Les Verts (EELV). "Je ne dirais pas que nous sommes dans une impasse, mais il y a un problème, c'est sûr", reconnaît Glucksmann.…

Paris Match - Sondage européennes : la gauche éparpillée

Dans la deuxième vague de notre sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio, la division des forces de gauche se confirme à moins de trois mois des élections européennes du 26 mai.

Paris Match : les Européennes en temps réel

 

 

RIC

France Culture - Loïc Blondiaux : "Il n'y a pas de démocratie sans citoyens qui débattent et qui s'écoutent"

Démocratie: comment sortir de l'impasse ? Invité de la deuxième heure le professeur Loïc Blondiaux, qui travaille sur les enjeux de la démocratie participative depuis quinze ans et qui a participé aux travaux sur le "RIC délibératif" du think tank Terra Nova

Tandis que le grand débat national se poursuit un peu partout en France, et qu’aujourd’hui est annoncé un quinzième jour de manifestations des gilets jaunes, jeudi l’une des revendications phares des gilets jaunes, le référendum d’initiative citoyenne, a été débattu à l’Assemblée nationale, porté par les députés La France insoumise. Soutenu par deux Français sur trois dans les derniers sondages, cette mesure vise à donner plus de voix à chacun... Après trois heures de débat souvent tendu, la proposition de loi a été écartée et renvoyée en commission. Deux jours plus tôt, le Think Tank Terra Nova s’est invité dans la réflexion sur l’avenir de notre démocratie en rendant une note sur le fameux RIC. Huit universitaires ont planché sur la question, dont le professeur de sciences politiques Loïc Blondiaux. Est-ce la solution pour sortir de l'impasse démocratique actuelle?

TRANSITION SOCIALE-ECOLOGIQUE

OFCE - Justice climatique et transition sociale-écologique par Éloi Laurent

Il y a quelque chose de profondément rassurant à voir l’ampleur grandissante des marches pour le climat dans plusieurs pays du globe. Une partie de la jeunesse prend conscience de l’injustice qu’elle subira de plein fouet du fait de choix sur lesquels elle n’a pas (encore) de prise. Mais la reconnaissance de cette inégalité intergénérationnelle se heurte au mur de l’inégalité intra-générationnelle : la mise en œuvre d’une véritable transition écologique ne pourra pas faire l’économie de la question sociale ici et maintenant et notamment de l’impératif de réduction des inégalités. Autrement dit, la transition écologique sera sociale-écologique ou ne sera pas. C’est le cas en France, où la stratégie écologique nationale, à 90% inefficace aujourd’hui, doit être revue de fond en comble, comme proposé dans le nouveau Policy Brief de l’OFCE (n° 52, 21 février 2019).

 

GILETS JAUNES
 
Fondation Jean Jaurès - Génération cariste : comment la crise des « gilets jaunes » a révélé le destin des classes populaires, Jérôme Fourquet, Jean-Laurent Cassely

..... Le mouvement des « gilets jaunes » est certes hétérogène mais les données de sondages dont nous disposons permettent néanmoins de mettre en évidence certaines lignes de forces sociologiques de ce groupe qui s’est agrégé lors de cette mobilisation. 18 % des Français se sont identifiés au mouvement, d’après une enquête de l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès réalisée en décembre dernier, au pic de la mobilisation. 

Si seuls 11 % des cadres supérieurs et des professions intellectuelles se sentent « gilets jaunes », cette identification étant également inférieure à la moyenne parmi les professions intermédiaires (13 %), ce mouvement a en revanche résonné bien davantage parmi les catégories populaires : 26 % des ouvriers et des employés mais également la même proportion d’indépendants (commerçants, artisans, petits chefs d’entreprise et agriculteurs) se sont identifiés aux « gilets jaunes ». 
 

À partir de l’observation locale menée par le sociologue R. Challier, le mouvement des gilets jaunes révèle son pouvoir transformateur de la conscience de classe.

Le mouvement des gilets jaunes, né à l’automne 2018, a déjà fait l’objet de nombreux commentaires politiques et médiatiques. Certains acteurs politiques ont dénoncé un mouvement séditieux et/ou réactionnaire, d’autres ont célébré une « insurrection enfin venue ». Quant aux commentaires scientifiques produits à chaud, ils ont surtout consisté dans l’analyse des racines structurelles de la mobilisation [1] ou des mises en perspective historique [2], mais sans mettre en place d’enquête spécifique. Les premières enquêtes collectives en cours, principalement quantitatives, fournissent des informations bienvenues sur la sociographie d’ensemble des gilets jaunes, comme l’ancrage du mouvement au sein des classes populaires périurbaines ou vivant à distance des métropoles et le caractère transpartisan du mouvement

INEGALITES
 
 
Analyses 28 février 2019

En vingt ans, les niveaux de vie des classes moyennes et des 10 % les plus pauvres ont faiblement progressé. Les 10 % les plus aisés se sont enrichis, malgré une stagnation de leurs revenus moyens sur ces dix dernières années. Une analyse extraite du Centre d’observation de la société.

Comment évolue le niveau de vie des catégories aisées, des classes moyennes et des plus pauvres ? Ces vingt dernières années ont été très bénéfiques pour les plus riches, mais la progression n’a pas été linéaire, loin de là. Le jugement que l’on peut porter sur l’évolution dépend beaucoup de la période de temps que l’on choisit.

EUROPE

Observatoire des inégalités - Entre Européens, les inégalités de revenus diminuent

Analyses 22 février 2019

En dix ans, les inégalités de revenus ont diminué en Europe. Dans les pays d’Europe centrale, le rattrapage est impressionnant. Mais en Europe du Sud, les pauvres subissent un revers majeur qui a épargné les plus aisés. Un extrait de l’analyse de Zsolt Darvas, économiste du centre de réflexion Bruegel.

Les 20 % les plus pauvres des Européens percevaient 5 % du total des revenus du continent en 2007 [1], une part qui a progressivement augmenté, pour atteindre 6 % en 2016. Cet indicateur montre d’abord l’ampleur des inégalités : cette catégorie reçoit une part du gâteau très inférieure à son poids dans la population. Toutefois, l’évolution sur dix ans témoigne d’un rattrapage [2]. Le deuxième groupe, compris entre les 20 % et les 40 % les plus pauvres sur l’échelle des revenus, a également bénéficié d’une augmentation de leur part dans le revenu total, de 11,7 % en 2007 à 12,3 % en 2016.

SENAT

Paul Alliès - Sénat: une rédemption en trompe-l’œil

La commission d’enquête sénatoriale sur l’affaire Benalla est en passe d’ériger la seconde Chambre en salutaire contre-pouvoir au présidentialisme qui ronge la V° République. Et si ce n’était qu’un trompe-l’œil, une peinture décorative créant l’illusion du réel ?
 
Le concert est unanime et il est laudateur. Avec son rapport sur l’affaire Benalla, la commission présidée par le Républicain Philippe Bas, assisté de Muriel Jourda (du même parti) et du socialiste Jean-Pierre Sueur promouvrait le Sénat au rang d’une institution utile et efficace. Dans cette saison de décomposition des partis traditionnels, la forme même de cette cohabitation gauche-droite est de nature à nourrir les espoirs d’un rééquilibrage politico-institutionnel.
 

8 MARS

Jean Gadrey - Mini-bilan pour le 8 mars : inégalités et sexisme toujours révoltants, mais de plus en plus de femmes dans les mobilisations pour la justice sociale et environnementale

Je précise : il s’agit d’un mini-bilan pour le 8 mars… et les autres jours. Commençons par les inégalités professionnelles. Elles restent énormes. Courte sélection de chiffres que j’ai déjà mentionnés, mais leur rappel régulier ne fait pas de mal.

On sait que les femmes en emploi ont des rémunérations bien moindres que celles des hommes, et que les taux d’emploi des femmes (% de femmes en emploi dans l’ensemble des femmes d’âge actif) sont plus bas eux aussi. Mais une autre inégalité vient alourdir les précédentes : à niveau DE DIPLÔME égal, les femmes accèdent nettement moins que les hommes aux professions les plus valorisées et leurs rémunérations sont très inférieures.

Comment expliquer en féministe que certaines femmes acceptent la domination masculine ? Ce n’est pas un choix, mais un « consentement actif », selon Manon Garcia qui se place dans la lignée de Simone de Beauvoir.

La philosophe Manon Garcia tente avec son premier ouvrage un véritable numéro d’équilibre. Poser la question de la soumission féminine depuis une perspective féministe relève d’un travail exigeant, puisqu’à tout moment se profile la menace d’une double récupération : l’une antiféministe – les femmes, par nature, aiment être soumises – l’autre colonialiste et orientaliste – les femmes de « là-bas » sont soumises, celles de « chez nous » sont libres et émancipées.

Le Point - Yvette Roudy : « Moi, j'interdirais le voile islamique »

ENTRETIEN. La première ministre à avoir été chargée des Droits des femmes, qui préface une réédition du manifeste « La Femme mystifiée », nous parle laïcité et égalité salariale.

C'était en 1964. Après avoir commencé à travailler dans une usine de conserverie à 17 ans, puis avoir passé son bac en cours du soir, Yvette Roudy s'initie au féminisme en traduisant The Feminine Mystique. Une révélation. Ce best-seller de la journaliste américaine Betty Friedan évoque ce « problème sans nom » dont souffrent celles qu'on n'appelait pas encore les « desperate housewives » (femmes au foyer désespérées). Yvette Roudy deviendra signataire du Manifeste des 343, députée européenne, puis ministre des Droits de la femme.

CO2

Le Monde - Toute la chaîne alimentaire mondiale pèse pour un tiers des émissions de CO2

La conclusion de l’étude additionne l’impact carbone de toutes les étapes, de la production jusqu’à la consommation, et y compris le gaspillage.

Une pizza faite maison, achetée surgelée ou consommée au restaurant n’aura pas la même saveur. Et pas le même impact carbone. Pour la première, il faudra tenir compte de l’empreinte carbone de chaque ingrédient et de leur mode de préparation et de cuisson. Pour la deuxième seront intégrés le procédé de fabrication en usine, le transport et la conservation. Pour la dernière devra entrer en considération l’énergie consommée par l’établissement.

IMPOTS

OFCE - Pour une réforme de l’imposition des couples par Guillaume Allègre, Hélène Périvier et Muriel Pucci, CES, Université Paris 1

Le passage à l’imposition à la source en janvier 2019 a modifié le mode de prélèvement de l’impôt sur le revenu (IR) en appliquant un paiement de l’impôt directement sur la fiche de paie individuelle. Mais, les couples mariés ou pacsés déclarent toujours leurs revenus conjointement et se voient attribuer deux parts fiscales (système de quotient conjugal, qui applique au barème de l’IR le revenu moyen du couple), alors que les couples vivant en union libre déclarent leurs revenus séparément avec une part fiscale chacun. Ainsi, le mode de prélèvement de l’IR a été individualisé alors que son calcul reste fondé sur les revenus du couple pour ceux qui sont mariés ou pacsés. Ce mode de prélèvement applique par défaut le taux moyen du couple aux deux salaires. Lorsque les revenus des deux époux ou pacsés sont très différents, cela ampute alors fortement le salaire net d’IR de celui, ou le plus souvent de celle, ayant le revenu le plus faible et réduit fortement l’IR de son conjoint mieux rémunéré.

FRACTURES

Délits d'opinion - Les fractures sociales : les vraies causes du mal-être français

De la « diagonale du vide » du XIXème à La France Périphérique de Christophe Guilluy en 2014, la question des fractures et inégalités territoriales anime depuis longtemps la politique française. Si bien que c’est cette clef de lecture qui est désormais utilisée par les dirigeants politiques et les journalistes pour analyser a posteriori les phénomènes politiques récents, comme le « Non » au référendum de 2005 ou l’émergence durable du Front National. Plus récemment, les manifestations des « Gilets jaunes » ont remis sur le devant de la scène l’inquiétude français des fractures territoriales.

RUFFIN

Le Point - Les ambiguïtés assumées de François Ruffin

Le député de La France insoumise publie un brûlot contre Emmanuel Macron. Brillant, mais non dénué de sous-entendus sur les « puissants amis » du président.

On tient donc le premier opposant à Emmanuel Macron. Opposant, le mot est faible, puisque François Ruffin déteste le chef de l'État, et il ne s'en cache pas. Avec lui, c'est le retour de la politique, de la lutte des classes, d'une rhétorique d'avant-guerre, d'une violence dans l'affrontement et de sa mise en spectacle. François Ruffin concentre tout ça dans un livre. Comme il ne fait jamais rien comme les autres, il a tenu secrète la date de parution de son pamphlet dédié à Emmanuel Macron. Le titre : Ce pays que tu ne connais pas.

PORTUGAL

7 sur 7 - Portugal: le gouvernement socialiste survit sans peine à une motion de censure

La majorité de gauche au Parlement portugais a rejeté mercredi une motion de censure déposée par un parti minoritaire de droite contre le gouvernement socialiste, qui garde l'avantage dans les sondages en vue des élections européennes et législatives de cette année.

Sans surprise, les députés socialistes et leurs alliés de la gauche antilibérale ont voté contre le texte soumis par le Parti populaire (CDS-PP), qui ne compte que 18 élus sur 230, et soutenu du bout des lèvres par la principale formation d'opposition, le Parti social-démocrate (PSD, centre droit).

FONCTION TERRITORIALE

La Gazette des communes - Anicet Le Pors : « Le statut sera progressivement contourné et mis en extinction»

Trente-cinq ans après la création de la fonction publique territoriale, le « père » du statut, Anicet Le Pors, conseiller d'Etat honoraire, ancien ministre, dénonce avec esprit ce qu’il estime être la dangerosité du programme d’Emmanuel Macron pour la fonction publique.

Le gouvernement a officiellement lancé le 1er février une réforme de la fonction publique dont la traduction législative devrait intervenir dans le courant de l’année 2019. « Une énième », disent les plus expérimentés, comme pour se rassurer. Les plus inquiets pensent que ce nouveau coup de semonce pourrait avoir des conséquences dramatiques pour les services publics.

MICROPLASTIQUES

Jean Gadrey - Les microplastiques sont-ils le prochain désastre sanitaire et environnemental ?

J’ai demandé à Thierry Uso, dont j’apprécie depuis longtemps les analyses des enjeux de l’eau, s’il accepterait de rédiger un billet sur un sujet qui commence à poindre dans le débat public alors que la pollution correspondante est déjà massive. Je le remercie d’avoir accepté. Voici son billet :

L’Union Européenne est actuellement engagée dans la rédaction de règlements et la révision de plusieurs directives dans le domaine de l’eau. Ce processus législatif va orienter pour les 30 ans à venir non seulement la politique de l’eau en Europe mais aussi celle de l’agriculture, de l’environnement et du climat. Or, le législateur est confronté à un défi inattendu et dont il a du mal aujourd’hui à évaluer l’ampleur : les micro-polluants émergents, et particulièrement les microplastiques.

AEROPORT DE PARIS

Marianne - Aéroports de Paris, Des intellectuels s'engagent contre la vente d'ADP : "On peut trouver 250 millions autrement qu'en privatisant une infrastructure stratégique"
 
Avec l'essayiste Coralie Delaume, l'économiste David Cayla a lancé dimanche 24 février une pétition en ligne contre la privatisation des aéroports parisiens, prévue par la loi Pacte.

David Cayla, enseignant-chercheur en économie à l'université d'Angers, est membre des Economistes atterrés. Avec l'essayiste Coralie Delaume, il a lancé ce dimanche 24 février une pétition en ligne contre la privatisation d'Aéroport de Paris, prévue dans la loi Pacte actuellement débattue au Parlement, et notamment défendue par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et le Premier ministre Edouard Philippe. Elle a déjà obtenu près de 10.000 signatures. L'économiste nous explique les raisons de son opposition à ce projet.

DECATHLON

Libé - Tribune - Femmes voilées : «Ce que la République veut, parfois, Allah ne le veut pas» Par Zineb El Rhazoui , journaliste
 
La journaliste Zineb El Rhazoui répond à la tribune d'un collectif de femmes portant le voile parue dans «Libération», racontant les discriminations à leur encontre.
 
Que veulent les femmes voilées ? Tout. Dans une tribune publiée par Libération le 1er mars, un collectif de femmes voilées réclame de faire tomber toutes les barrières qui résistent à l’entrisme de l’étendard féminin de l’idéologie islamiste. Un cri anti-discriminatoire? Voyons voir !

Nadia Geerts - Les dessous du hijab de running

La décision récente de Décathlon France de commercialiser un hijab de running – ou pas, en tout cas pas en France, mais si quand même, et puis plutôt pas – oppose comme d’habitude les gentils partisans de la liberté des femmes de se voiler si elles le souhaitent aux méchants empêcheurs de sortir de chez soi dans la tenue de son choix. Débat mal embouché, s’il en est, mais qui n’est en réalité que la énième resucée d’un débat que l’on rejoue sans fin depuis 1989 et l’affaire du voile à Creil.

12/03/2019

Non Fiction - Un « républicanisme » identitaire

Selon le politologue Laurent Bouvet, la nouveauté qui justifie le titre choisi est le surgissement, depuis une trentaine d’années, d’un islam visible, dont le symbole est le foulard dit « islamique ». Cette histoire, commencée en 1989 à Creil, est bien connue et il est inutile d’en rappeler les moments forts. D’une façon générale, l’auteur considère le rapport à l’islam comme révélateur des désaccords interprétatifs sur ce qu’est réellement la laïcité, tout particulièrement au sein de la gauche. Quels sont les points saillants de son argumentation ?

On a tendance, selon L. Bouvet, à définir la laïcité instaurée par la loi de 1905 comme une laïcité libérale et, ce faisant, à la réduire à un dispositif juridique, la séparation du politique et du religieux. De surcroît, on transformerait le principe, incontestablement central, de la liberté de conscience en liberté religieuse dont elle n’est qu’une simple composante. Mais la laïcité qu’Aristide Briand défendait n’était nullement libérale : elle exprimait un point de vue républicain modéré, et il conviendrait de combattre le glissement (voire la trahison) opéré depuis, sous la néfaste influence du libéralisme anglo-saxon.

Lire la suite
_________________
_________________

20:50 Publié dans Analyses | Tags : bouvet, laicite | Lien permanent

25/01/2019

Europe 1 - Réforme de la loi de 1905 : Laurent Bouvet y voit "une ingérence" de l'État dans les religions

17:30 Publié dans Vidéo | Tags : laurent bouvet, laicite, loi de 1905 | Lien permanent

23/01/2019

Fondation Jean Jaurès - Faut-il réformer la laïcité française ? Débat avec Laurent Bouvet

Alors que l’État prépare une réforme de la loi de 1905, qui doit notamment structurer l’islam de France, Laurent Bouvet, professeur de science politique à l’université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, présente en exclusivité pour la Fondation Jean-Jaurès son dernier livre, "La nouvelle question laïque. Choisir la voie républicaine" (Flammarion, janvier 2019). La rencontre est animée par Alexis Lacroix, directeur délégué de la rédaction de "L’Express".

10:22 Publié dans Vidéo | Tags : bouvet, laicite, fondation jean jaures | Lien permanent