Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2021

Fondation Jen Jaurès - À l’échelle humaine, de Léon Blum

1941 : annus horribilis. Le drapeau nazi flotte quasiment partout en Europe et les troupes de la Wehrmacht sont aux portes de Moscou. En France, le régime de Vichy se radicalise. Après la défaite, pour justifier l’abolition de la République et la concentration des pouvoirs, le Maréchal Pétain s’est choisi un bouc émissaire : le Front populaire. Dans l’attente de son procès, son chef, Léon Blum, croupit en prison. C’est là qu’il écrit « À l’échelle humaine ». L’ouvrage entend d’abord expliquer les causes de la défaite. L’analyse de Blum, qui anticipe de nombreuses thèses de « L’Étrange défaite » de Marc Bloch, est lumineuse. Mais au milieu des malheurs, Blum impressionne surtout par la certitude avec laquelle il annonce l’inéluctable défaite nazie, le délitement de Vichy et les jours heureux de l’après-guerre. La prescience que tout le monde lui reconnaît depuis son discours prémonitoire du Congrès de Tours atteint ici des sommets. « À l’échelle humaine » ne saurait pourtant se résumer à un optimiste examen de conscience devant le désastre national. Cet ouvrage injustement oublié constitue également la pièce maîtresse d’une tradition socialiste proprement française. Celle de la synthèse de Marx et Jaurès, de la République et du socialisme, du patriotisme et de l’internationalisme, de la réforme et de la Révolution que Léon Blum met une fois de plus au service de la paix et de la justice. Milo Lévy-Bruhl, doctorant en philosophie politique (EHESS), et Benoît Kermoal, historien, chargé du pôle « histoire sociale » à Unsa-Éducation, en débattent dans cet entretien vidéo.  Retrouvez l’ouvrage de Léon Blum, « À l’échelle humaine », présentation de Milo Lévy-Bruhl, sur le site des éditions Le Bord de l’eau : www.editionsbdl.com/produit/a-lechelle-humaine-de-leon-blum/

09:23 Publié dans Vidéo | Tags : blum, fondation jean jaures | Lien permanent

28/03/2021

Fondation Jean Jaurès - Quand la gauche pensait la nation

La gauche doit-elle défendre la nation ? Crise du projet européen, mises en cause des frontières, retour des nationalismes et xénophobie font chaque jour l’actualité. Le dépassement des frontières nationales, qui semblait un temps aller de soi, n’était-il pas une erreur de diagnostic ? Dans des sociétés plurielles, comment peuvent coexister des populations qui ne disposent pas, à l’origine, d’une histoire partagée ? Toutes ces interrogations furent débattues par la gauche européenne au cours de son histoire. Jean-Numa Ducange restitue ce grand débat qui occupa les têtes pensantes du socialisme, comme le quotidien des militants. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les premiers partis socialistes durent se confronter à une évidence : l’extension du marché et du capitalisme, pas plus que les luttes des travailleurs à l’échelle internationale, n’ont conduit à la disparition des nations. Le Parti social-démocrate allemand n’est à l’époque pas seul à proposer des solutions, mais nul n’a alors plus d’influence à l’étranger : de Paris à Moscou, il fascine. Surtout, lui et son alter ego autrichien sont confrontés aux problèmes posés par la coexistence de multiples nationalités, tandis que la question coloniale s’impose sur le devant de la scène.

Cet entretien de Jean-Numa Ducange, professeur des universités (université de Rouen), auteur de Quand la gauche pensait la nation. Nationalités et socialismes à la Belle époque (Fayard, mars 2021), avec Bastien Cabot, doctorant contractuel à l’EHESS, montre la tension permanente dans l’histoire de la gauche entre nation et internationalisme. Retrouvez le livre de Jean-Numa Ducange, "Quand la gauche pensait la nation. Nationalités et socialismes à la Belle époque" sur le site de Fayard : www.fayard.fr/histoire/quand-la-gauche-pensait-la-nation-9782213711393

14:15 Publié dans Vidéo | Tags : fondation jean jaures | Lien permanent

25/02/2021

Fondation Jean Jaurès - En qu(o)i les Français ont-ils confiance ? Baromètre 2021

Cette année encore, la Fondation Jean-Jaurès est partenaire du Baromètre de la confiance politique. Entre pessimisme, peur des conséquences économiques de la crise et regain de confiance dans les institutions, les résultats de cette vague 12 montrent l’impact majeur de la crise sanitaire sur les attitudes des Français. Antoine Bristielle livre pour la Fondation son analyse de cette enquête réalisée par OpinionWay.

I - Entre pessimisme et morosité : les Français face à une crise sanitaire qui s’enracine

D’ici quelques semaines, nous fêterons l’anniversaire du premier confinement. Face à cette crise sanitaire qui dure et devant une perspective de sortie encore incertaine, force est de constater que l’état d’esprit des Français est particulièrement marqué par cette situation. Entre février et avril 2020, dans la période du premier confinement et face à un virus aux effets encore inconnus, c’est le sentiment de peur qui avait bondi. En avril 2020, 27 % des Français indiquaient que ce sentiment était l’un de ceux qui caractérisaient le mieux leur état d’esprit actuel, soit 17 points de plus que deux mois auparavant. Aujourd’hui, ce sentiment est retombé à des niveaux quasiment équivalents à la période d’avant crise.

Lire la suite
________________________
________________________

17:50 Publié dans Analyses | Tags : fondation jean jaures | Lien permanent

18/01/2021

Fondation Jean Jaurès - L’identité socialiste : introduction

Comment une culture politique placée au cœur du paysage, comme l’était le socialisme, est aujourd’hui condamnée à la réinvention ou au dépérissement ? Dès l’époque de Pierre Leroux, le terme « socialisme » fait polémique et est sujet à controverses. Depuis, les choses n’ont pas changé, et même si les enjeux sont bien autres, les controverses doctrinales sur l’identité socialiste sont toujours aussi saillantes aujourd’hui. L’identité socialiste est mouvante, conflictuelle, et en réinvention permanente.  Retrouvez l'introduction de la journée d'études "L'identité socialiste" organisée le 10 décembre 2020 par l’université Paris-Est Créteil, cent ans après le Congrès de Tours, avec : - Emmanuel Fureix, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Est Créteil, directeur du CRHEC - Fabrice Hamelin, maître de conférences en science politique à l’université Paris-Est Créteil et membre du LIPHA - Pierre-Emmanuel Guigo, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris-Est Créteil et membre du CRHEC

21:00 Publié dans Vidéo | Tags : fondation jean jaures | Lien permanent

Fondation Jean Jaurès - Faut-il se méfier de l’éthique environnementale ?

Les débats qu’engendre la crise écologique sont de tous ordres, culturels, économiques, politiques, sociaux et philosophiques. L’anthropocentrisme de notre modèle civilisationnel peut et doit être interrogé. Les nombreuses et divergentes réflexions sur la définition d’une éthique environnementale constituent des éléments de réponse décisifs. Quelle articulation entre l’humain et la nature ? Éthique environnementale – laquelle ? – ou philosophie sociale de la nature ? Clara Ruault propose une analyse des débats en cours et indique une voie à peut-être suivre.

Lire la suite
_________________________
_________________________

08:45 Publié dans Analyses | Tags : ruault, fondation jean jaures | Lien permanent

08/01/2021

Fondation Jean Jaurès - Les enseignants de France face aux contestations de la laïcité et au séparatisme

À l’heure où les élèves reviennent – partiellement – dans les classes en cette nouvelle année, et deux mois après l’assassinat de Samuel Paty, l’Observatoire de l’éducation de la Fondation Jean-Jaurès a souhaité dresser un panorama le plus large possible de ce que les enseignants de France vivent, ressentent et envisagent pour l’avenir. Son directeur Iannis Roder analyse la première partie de cette grande enquête sur les enseignants, qui porte ici sur la façon dont ils vivent les contestations de la laïcité et les revendications religieuses. Les deux parties suivantes seront publiées d’ici mars 2021.

Lire la suite
______________________
______________________

13:50 Publié dans Analyses | Tags : roder, laicite, fondation jean jaures | Lien permanent

23/12/2020

Fondation Jean Jaurès - Le paysage partisan à cinq cents jours de l’élection présidentielle

Dans la suite des dernières élections municipales et de la publication de la huitième édition de l’enquête annuelle « Fractures françaises » en partenariat avec le Cevipof, Ipsos, l’Institut Montaigne et Le Monde, Gilles Finchelstein, directeur général de la Fondation, dresse un constat de l’actuel état du paysage politique et partisan, à près de cinq cents jours de la prochaine élection présidentielle. quel est le poids des formations politiques ? Quelle est la structure de leurs soutiens ? Quelle est leur image ?

Du point de vue de l’observateur, la situation des partis politiques à cinq cents jours de l’élection présidentielle est source d’interrogations. L’analyse des résultats des élections municipales d’un côté et des premiers sondages d’intentions de vote pour l’élection présidentielle d’un autre côté met en lumière la persistance d’une situation inédite : les forces nationales sont impuissantes localement ; les forces locales sont impuissantes nationalement.

Lire la suite
__________________________
__________________________

17/12/2020

Fondation Jean Jaurès - Référendum sur l’environnement : une manœuvre politique, Jean-Philippe Derosier

Dans le cadre d’une série de contributions réalisée en partenariat avec L’Hétairie, le constitutionnaliste Jean-Philippe Derosier, professeur de droit public à l’université de Lille et auteur du blog La Constitution décodée, revient aujourd’hui sur l’annonce présidentielle de la tenue d’un référendum pour «  introduire les notions de biodiversité, d’environnement, de lutte contre le réchauffement climatique  » dans l’article 1er de la Constitution dans un entretien donné à France Info.

Improbable et inutile, ce référendum n’a pratiquement aucune chance de prospérer.

Il est improbable, car, s’agissant d’une révision constitutionnelle, il suppose au préalable un accord entre l’Assemblée nationale et le Sénat sur un même texte. Or ce serait une victoire pour Emmanuel Macron et à l’approche des élections de 2022, il est peu probable que le Sénat, à majorité de droite, lui fasse un tel cadeau.

Lire la suite
_________________________
_________________________

13/12/2020

Fondation Jean Jaurès - Droits des personnes LGBT+ dans le monde : un combat pour les droits fondamentaux

Les droits des personnes LGBT+ sont sans cesse remis en cause, menacés et bafoués dans certaines parties du monde. Encore aujourd’hui, soixante-dix pays pénalisent l’homosexualité et, dans onze d’entre eux, celle-ci est passible d’une condamnation à mort. À l’occasion de la 70e journée internationale des droits humains, l’Observatoire LGBT+ fait le point sur les avancées et les reculs de plus en plus virulents de la part de certains États conservateurs en matière des droits des personnes LGBT+ dans le monde, pour rappeler que ces droits font partie intégrante des droits humains. Pour en débattre, un échange réunit : - Geneviève Garrigos, conseillère de Paris (groupe Paris en commun), - Nicolas Gilles, co-fondateur de l'association Arab Network for Knowledge about Human rights, - Sébastien Tüller, responsable LGBTI+ à Amnesty International France, et est animé par : - Flora Bolter, co-directrice de l'Observatoire LGBT+ de la Fondation Jean-Jaurès, - Denis Quinqueton, co-directeur de l'Observatoire LGBT+ de la Fondation Jean-Jaurès. * La table-ronde a été enregistrée le 2 décembre 2020. Des difficultés techniques ont été rencontrées, nuisant à la qualité de l'image et du son: nous vous prions de bien vouloir nous en excuser.

09:36 Publié dans Débat | Tags : fondation jean jaures | Lien permanent

12/12/2020

Fondation Jean Jaurès - Les institutions internationales et le multilatéralisme sont-ils morts ?

La présidence de Donald Trump aura marqué une nouvelle étape dans ce qu’on a pensé comme la « fin du multilatéralisme ». Mais pourquoi le multilatéralisme est-il menacé et que signifie-t-il aujourd’hui ? Plutôt que parler de fin, ne s’agirait-il pas d’une nouvelle manière de penser celui-ci et de nouvelles formes de coopérations, moins formelles et plus sélectives ? Dans ce contexte, l’Union européenne arrivera-t-elle à tirer son épingle du jeu ?  Renaud Bellais, membre de l’Observatoire de la défense-Orion de la Fondation, a échangé sur ces questions avec Maya Kandel, historienne et spécialiste des États-Unis, Manuel Lafont Rapnouil, directeur du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, et Édouard Simon, directeur de recherches à l’Institut des relations internationales et stratégiques. 

14:33 Publié dans Débat | Tags : fondation jean jaures | Lien permanent