Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

presidentielle

  • La revue de presse du 8 au 14 octobre

    EN CHANSONS

    Un album cette semaine : La commune refleurira chantée par François Morel, Michèle Bernard....

    PRESIDENTIELLE

    Le Monde - Election présidentielle 2022 : Anne Hidalgo investie candidate par le Parti socialiste

    Selon des résultats portant sur plus de 90 % des bulletins, Anne Hidalgo, qui était largement favorite, a obtenu plus de 72 % des voix, face à son seul challenger, le maire du Mans, Stéphane Le Foll.

    Anne Hidalgo a été investie par le Parti socialiste (PS) pour être sa candidate à l’élection présidentielle, dans la soirée de jeudi 14 octobre.

    Selon des résultats portant sur plus de 90 % des bulletins, la maire de Paris, qui était largement favorite, a obtenu plus de 72 % des voix, face à son seul challenger, le maire du Mans, Stéphane Le Foll, a annoncé le premier secrétaire du parti, Olivier Faure.

    Le Figaro - Anne Hidalgo fête son investiture dans une brasserie à Paris

    À 22 heures, ils étaient quelques poignées de militants à attendre devant L'Office, une brasserie parisienne à la frontière des XIe et XXe arrondissements de la capitale, là où Anne Hidalgo a été élue aux dernières municipales. Mais ce jeudi 14 octobre au soir, les socialistes sont venus l'entourer pour un autre enjeu, celui de la présidentielle. Car désormais, la maire de Paris est aussi la candidate du PS. Un vote ce jour même, l'a désignée à la majorité devant son seul adversaire interne, l'ancien ministre de l'Agriculture et maire du Mans, Stéphane Le Foll. Vers 23 heures, une heure après la clôture des votes physiques, les premiers chiffres, non définitifs, lui donnaient assez d'avance pour permettre déjà de célébrer sa victoire.

    Le Figaro - Anne Hidalgo estime que l'augmentation du temps de travail est un «contresens»

    La candidate PS à la présidentielle Anne Hidalgo, qui veut être «la présidente du progrès social», entend «reposer la question du temps de travail», jugeant qu'aller vers son augmentation est «un contresens». «Reposer la question du temps de travail, c'est une évidence (...) Les conditions de travail se sont beaucoup dégradées, le télétravail a pris de l'ampleur» donc «il faut reposer la question de comment on partage son temps», a déclaré Anne Hidalgo dans «Dimanche en politique» sur France 3.

    France Info - Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo en difficulté dans les sondages

    Anne Hidalgo devrait être investie dans la soirée du jeudi 14 octobre par le Parti socialiste. Mais la maire de Paris a du mal à lancer sa campagne. L'élue est créditée de 4% des intentions de vote pour l'élection présidentielle de 2022.

    Le mois dernier, Anne Hidalgo voulait faire de sa déclaration de Rouen (Seine-Maritime) une rampe de lancement. La maire de Paris espérait doper sa campagne pour l'élection présidentielle avec des propositions chocs : doubler le salaire des profs et baisser la vitesse sur les autoroutes. Mais ses propositions n'ont pas eu l'effet escompté. "C'est un accident industriel. Elle décide seule avec son cabinet de la mairie de Paris", soupire une élue socialiste. "Le constat est clair : il n'y a pas de mouvement populaire autour d'elle", ajoute un cadre écologiste.

    L'EGLISE

    Trois questions à Céline Béraud
     
    Le rapport Sauvé dénombre 3 000 prêtres et religieux pédocriminels, la majorité des agissements ayant eu lieu avant les années 1970. Il dénonce aussi la « responsabilité de l’Église », entre indifférence et couverture institutionnelle. Saura-t-elle tirer les conséquences de ce scandale ?
    Céline Béraud est directrice d’études à l’EHESS. Ses recherches portent sur les questions de genre et de sexualité dans le catholicisme, ainsi que sur la place de la religion dans les institutions publiques. Elle a publié, en collaboration, Catholicisme en tensions (Éd. EHESS, 2012) et De la religion en prison (PUR, 2016) ainsi que, plus récemment, Le Catholicisme français à l’épreuve des scandales sexuels (Seuil, 2021).
     
    LA DEMOCRATIE
     
     
    Les Français sont-ils dans l’attente d’une campagne présidentielle portant uniquement sur les questions sécuritaires ? Plus encore, dans quelle mesure les futurs candidats ne doivent-ils pas diversifier leur stratégie quant aux questions qu’ils souhaiteront mettre prioritairement ou non sur le devant de la scène au printemps prochain ? Les données de l’enquête « Fractures françaises », produite annuellement par la Fondation Jean-Jaurès et Ipsos, nous invitent à remettre en perspective cette fausse évidence. 

    Depuis plusieurs mois, la question de l’insécurité occupe une grande part de l’espace politique médiatique. Le 14 septembre dernier, pour clôturer le Beauvau de la sécurité, Emmanuel Macron a officialisé la mise en place de plusieurs mesures pour lutter contre l’insécurité, avec notamment l’objectif de doubler le nombre de fonctionnaires de police et de gendarmerie sur la voie publique d’ici à dix ans1. Il y a quelques mois, le président avait d’ailleurs déjà fait le constat d’une France de plus en plus violente2. Michel Barnier, candidat à l’hypothétique primaire de la droite, a affirmé dans le même temps sur LCI que « le pouvoir n’avait pas pris la mesure de l’insécurité dans le pays »3.Marine Le Pen, comme à son habitude, continue elle aussi à développer son argumentaire sur cette thématique en déclarant que les Français ne pouvaient « plus vivre cernés par la délinquance et dans une telle angoisse ». Quant à la gauche, elle cherche elle aussi à ne pas être en reste sur cet enjeu, le candidat du Parti communiste Fabien Roussel avertissant que « sa gauche ne serait pas laxiste4.

    BIDEN

    LVSL - Accord sur le nucléaire iranien : le nouveau défi de Biden

    Le septième cycle de négociations relatives à l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien devrait prochainement être lancé, selon le ministre des Affaires étrangères de l’Iran. Malgré la récente élection d’un président hostile aux Occidentaux, le pouvoir iranien souhaite toujours la réintégration des États-Unis dans l’accord car celle-ci permettrait de mettre fin aux sanctions mises en place par l’administration Trump à partir de 2018. Si le président Joe Biden a montré des signes d’ouverture, il n’est pas certain qu’il persévère dans cette voie, tant son retrait d’Afghanistan lui a valu les foudres d’une bonne partie de l’État-major, du complexe militaro-industriel et des « faucons » du Pentagone. D’autre part, les Américains et les Européens n’ont pas toutes les cartes en main dans la mesure où Téhéran a déjà montré sa capacité à éviter l’isolement sur la scène internationale en renforçant ses liens avec plusieurs puissances émergentes.

    ECOLOGIE

    IDDRI - Pour une meilleure intégration des dimensions sociales dans la future Stratégie nationale bas-carbone française

    La transition est un projet de transformation sociale, politique, technique et économique, qui vient interagir avec une société en perpétuel mouvement, mue par des forces individuelles et collectives (groupes, institutions, modes de régulation, etc.) et ayant ses dynamiques propres dans ses formes d’organisation sociale, ses valeurs, ses liens aux technologies, etc. À ce stade de la définition d’une stratégie de décarbonation de la France, il est critique de mieux penser, en amont, la dimension sociale de la transition : les structures et mécanismes sociaux à l’œuvre qui peuvent favoriser, modifier ou s’opposer à sa mise en œuvre, ceux qu’il faut pouvoir orienter et ceux dont il faut débattre, nombreux, tant l‘exercice est nouveau. Or la dimension sociale1 du changement demeure un point faible des prospectives énergie-climat. Aujourd’hui, la montée à l’agenda politique de ces questions est une opportunité pour intégrer plus largement l’analyse du social à la fabrique de la SNBC.

    À propos de : Jean-Baptiste Fressoz & Fabien Locher, Les Révoltes du ciel. Une histoire du changement climatique XVe-XXe siècle, Seuil

    Dès les débuts de l’époque moderne, les sociétés occidentales débattent et s’inquiètent du climat, de son évolution et de la responsabilité des humains. Sur cette question comme sur bien d’autres, l’idée qu’un grand partage aurait longtemps prévalu entre nature et culture s’en trouve fragilisée.

    Les révoltes du ciel porte comme sous-titre « Une histoire du changement climatique XVe-XXe siècle » mais Jean-Baptiste Fressoz et Fabien Locher, les deux auteurs, n’entendent pas faire œuvre de climatologie historique, démarche qui consisterait à documenter les étapes des modifications durables du climat global de la planète sur près de cinq siècles. Le lecteur pourrait y chercher une généalogie des découvertes scientifiques conduisant au diagnostic contemporain du réchauffement climatique qui irait de Fourrier aux travaux du Giec en passant par Svante Arrhenius ou John Tyndall

    mais, là encore, telle n’est pas la perspective des deux auteurs.

    Reporterre - Les énergies fossiles coûtent 9,5 millions d’euros chaque minute

    L’énergie fossile coûte énormément à la société planétaire : 5 900 milliards d’euros par an, soit 9,5 millions d’euros par minute. C’est ce que calcule le Fonds monétaire international. Une charge énorme par les subventions, mais surtout par les coûts environnementaux et sanitaires de la combustion des fossiles.

    À travers le monde, six ans après la COP21 et l’Accord de Paris, les États persistent à soutenir massivement le secteur des énergies fossiles. Le chiffre établi par le Fonds monétaire international (FMI) est astronomique. Selon une étude publiée le 24 septembre et relayée par le Guardian, les énergies fossiles auraient coûté 5 900 milliards de dollars (5 100 milliards d’euros) à la collectivité en 2020, soit environ 6,8 % du PIB mondial. Chaque minute, le secteur des industries fossiles coûte 11 millions de dollars (9,5 millions d’euros) à la collectivité mondiale.

    LYON

    Rue 89 Lyon - Ligne de train entre Lyon et Bordeaux : Railcoop met en cause la SNCF pour le retard

    La coopérative Railcoop, qui œuvre à réouvrir le TER entre Lyon et Bordeaux, a annoncé reporter l’ouverture de la ligne de six mois. Dans un communiqué, elle attaque SNCF Réseau, lui reprochant de lui mettre des bâtons dans les roues.

    C’est sûrement le premier gros caillou dans la chaussure de Railcoop. Ce lundi 11 octobre, la coopérative a annoncé le report de son grand projet de réouverture de la ligne TER Lyon – Bordeaux. Prévue initialement le 26 juin 2022, la ligne devrait être ouverte le 11 décembre 2022. Les TER doivent permettre de relier Lyon à Bordeaux en 6 heures 47 en passant par Libourne, Périgueux, Montluçon, etc.

    Lyon Mag - Bains-douches et autres solutions pour les SDF : Lyon signe la déclaration des droits des personnes sans-abri

    C'est la troisième ville française à s'engager de la sorte.

    Après Villeurbanne en 2020, puis Strasbourg plus récemment, la Ville de Lyon a signé ce mardi matin la déclaration des droits des personnes sans-abri. Un texte composé de 14 articles, écrit en 2016 et porté en France par la Fondation Abbé Pierre, qui engage la municipalité à mener une stratégie locale pour mettre en œuvre des solutions pour sortir les SDF de la rue.

    La signature officielle de la charte s'est déroulée aux bains-douches de la Ville de Lyon, rue Benjamin Delessert dans le 7e arrondissement, en compagnie notamment du maire de Lyon Grégory Doucet qui a évoqué sa volonté "de faire ensemble contre la pauvreté et non pas contre les pauvres".

  • Libé - Rentrée politico-littéraire - Présidentielle : François Hollande, professeur punchline dans un texte à clashs

  • Le Monde - « S’il se range derrière les écologistes, le PS craint qu’une absence de candidat socialiste n’entraîne sa disparition »

    Après l’investiture d’Anne Hidalgo, Laurent Telo, l’un des journalistes du « Monde » chargés du suivi de la gauche, a répondu à vos questions.

    Lire la suite
    _______________________
    _______________________

  • Anne Hidalgo investie par le PS, à la peine dans les sondages #cdanslair 14.10.2021

    Anne Hidalgo est devenue jeudi soir la candidate officielle des socialistes. Pour l’instant, elle est à la peine dans les sondages pourtant après les régionales le PS s’est pris à rêver d’un rebond en tenant des bastions historiques de la gauche comme l’Occitanie.

  • Déclaration d'Anne Hidalgo suite au vote militant du 14 octobre 2021

    Découvrez l'intervention d'Anne Hidalgo suite aux résultats du vote des militant·e·s pour désigner le ou la candidat·e socialiste pour l'élection présidentielle de 2022.

  • France : Anne Hidalgo est investie par le Parti Socialiste pour l'élection présidentielle de 2022

    La maire de Paris, Anne Hidalgo, a été investie jeudi 14 octobre par les militants du parti socialiste (PS) pour être leur candidate à l'élection présidentielle, selon des résultats partiels communiqué par le parti à l'issue d'un vote interne.

  • Olivier Faure | Bourdin Direct sur RMC et BFM TV

    Au lendemain de la désignation d'Anne Hidalgo comme candidate du Parti socialiste par les militants pour l'élection présidentielle, Olivier Faure était l'invité de Jean-Jacques Bourdin dans #BourdinDirect sur RMC et BFM TV.

  • Le Figaro - Anne Hidalgo estime que l'augmentation du temps de travail est un «contresens»

    La candidate PS à la présidentielle Anne Hidalgo, qui veut être «la présidente du progrès social», entend «reposer la question du temps de travail», jugeant qu'aller vers son augmentation est «un contresens». «Reposer la question du temps de travail, c'est une évidence (...) Les conditions de travail se sont beaucoup dégradées, le télétravail a pris de l'ampleur» donc «il faut reposer la question de comment on partage son temps», a déclaré Anne Hidalgo dans «Dimanche en politique» sur France 3.

    Lire la suite
    ______________________
    ______________________

  • Arnaud Montebourg : "Les États-Unis sont des concurrents déloyaux"

    Invité de "Questions Politiques" ce dimanche, Arnaud Montebourg appelle à "des mesures de représailles" contre les Américains, à la suite de l'annulation du contrat de sous-marins australien.

  • Anne Hidalgo : "Ma ligne politique est claire, c'est bien sûr celle de l'écologie"

    Invitée du face à face avec Léa Salamé et Laurent Ruquier, la mairie de Paris et candidate à l'élection présidentielle détaille les grandes lignes de sa politique dans #OEED.

  • RTL - "On est en direct" : Anne Hidalgo appelle au calme face aux sondages

    Invitée de l'émission "On est en direct", la maire de Paris estime que les sondages actuels ne reflèteront pas les résultats du mois d'avril 2022.

    La candidate du Parti socialiste connaît un début de campagne compliqué. Anne Hidalgo a annoncé sa candidature à la présidentielle le 12 septembre mais les sondages ne lui prédisent rien de bon. La maire de Paris plafonne entre 4 et 5% des intentions de votes selon une étude Odoxa pour l'Obs, contre 25 à 26% pour Emmanuel Macron et 20,5 à 21,5% pour Marine Le Pen.

    Lire la suite
    ________________________
    ________________________

    L'Obs - Anne Hidalgo s’effondre à 4 % des intentions de vote dans un sondage

    Début de campagne compliqué pour la maire de Paris : l’officialisation de sa candidature n’a pas créé de dynamique. Bien au contraire, révèle notre sondage exclusif avec Odoxa.

    Déjà un coup d’arrêt : alors que l’entourage d’Anne Hidalgo, tout juste auréolée de l’investiture socialiste à la présidentielle, espérait que son annonce de candidature impulse une nouvelle dynamique à sa campagne, engluée autour des 7 % d’intentions de vote depuis plusieurs mois. Las, la maire de Paris voit son étiage chuter entre 4 et 5 % dans un nouveau sondage Odoxa* pour « l’Obs » publié ce jeudi 23 septembre.
    _______________________
    _______________________