Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2018

Jean Gadrey - Les 500 top-ultra-riches gagnent en moyenne 1 670 fois plus que les plus pauvres

Ce chiffre énorme, c’est sans doute aux États-Unis, ou au Brésil, ou en Afrique du Sud, ou dans les émirats du Golfe ? Non, c’est dans un pays dont la devise est « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Je me suis appuyé sur des sources que tout le monde peut consulter aisément pour vérifier ou critiquer.

Revenus avant impôts en 2014 (voir tableau complet et sa source à la fin) :

- Des 50 % les moins riches : 15 000 € en moyenne

- Des 1 % les plus riches : 360 600 € en moyenne soit 24 fois plus que la moyenne des 50 % les moins riches.

- Des 0,001 % les plus riches (500 personnes « ultra-riches ») : 13,175 millions en moyenne, soit 880 fois plus que la moyenne des 50 % les moins riches

Lire la suite
___________________
___________________

22:39 Publié dans Analyses | Tags : gadrey, inegalites | Lien permanent

Un peu d'histoire - A Paris, la grève générale du 17 mai (INA, mai 1967)

Grande manifestation à l'appel des syndicats demandant l'abrogation des ordonnances sur la Sécurité sociale, alors qu'à l'Assemblée Nationale les députés s'affrontent à propos des pouvoirs spéciaux demandés par le gouvernement POMPIDOU pour faire passer ses ordonnances.

20:50 Publié dans Histoire, Vidéo | Tags : greve, ordonnances | Lien permanent

Composition du Secrétariat national

15 avril 2018

Le Premier secrétaire, Olivier Faure, a présenté la nouvelle direction du Parti socialiste qui a été adoptée par le Conseil national réuni ce jour à Paris.

Cette équipe de 24 secrétaires nationaux, contre 80 précédemment, mettra en œuvre le projet de renaissance pour lequel Olivier Faure a été élu par les militants à l’occasion du Congrès d’Aubervilliers.

À égale répartition des responsabilités entre les femmes et les hommes, cette nouvelle direction est resserrée, renouvelée et représentative des territoires. L’équipe fait place à de jeunes talents, militants, ancrés dans leur territoire et qui consacreront leur temps et leur énergie à la refondation du parti.

Avec l’apparition de nouvelles thématiques profondément liées aux enjeux auxquels la société devra faire face demain, le Parti socialiste entend renouer avec les préoccupations quotidiennes des Français et redevenir le parti des solutions.

Dès lundi, cette direction s’engagera pleinement à établir un programme de travail en mesure de mobiliser l’ensemble des militants et tout.e.s celles et ceux qui, à gauche, ont à cœur de défendre les valeurs de justice sociale, de solidarité et d’émancipation.

SECRÉTARIAT NATIONAL

Coordination et moyens du parti : Corinne NARASSIGUIN

(par ordre alphabétique)

France océanique et croissance bleue : Ericka BAREIGTS

Transformation numérique de l’économie et de la société  Océane CHARRET-GODARD

Chantiers de la Renaissance et projet socialiste  Christophe CLERGEAU

Protection des Français.e.s et de la Nation Hélène CONWAY-MOURET

Transitions écologique et énergétique  Jean-François DEBAT

Démocratie citoyenne, libertés, justice et institutions  Sébastien DENAJA

Nouvelle donne mondiale et Internationale socialiste  Matthias FEKL

Entreprise, travail et innovation : Claire FITA

République des territoires  Hélène GEOFFROY

École, formation tout au long de la vie, culture et éducation populaire  Jean-Marc GERMAIN

Égalité entre femmes et hommes et lutte contre les discriminations  Cécilia GONDARD

Mobilisation citoyenne et communication Emmanuel GREGOIRE

Développement et structuration du parti  Pierre JOUVET

Politique économique, services publics et justice fiscale : Christine PIRES-BEAUNE

Développement des ruralités, nouveau modèle agricole et alimentaire  Dominique POTIER

Reconquête des territoires : Sarah PROUST

Trésorerie : Pernelle RICHARDOT

Formation et renouvellement, porte-parole Gabrielle SIRY

Relations avec les partenaires  Rachid TEMAL

Études  Isabelle THIS-SAINT-JEAN

Nouvelles solidarités, parcours de vie et innovation sociale  Stéphane TROUSSEL

Europe, porte-parole Boris VALLAUD

Rénovation, décentralisation, et animation politique du Parti : Sébastien VINCINI

Libé - Olivier Faure présente la nouvelle direction du Parti socialiste

Boris Vallaud et Gabrielle Siry seront les porte-parole de cette direction paritaire de 24 personnes.

Le Conseil national du PS a approuvé ce dimanche la composition de sa nouvelle direction, renouvelée, paritaire et resserrée, conformément à l’engagement pris par le nouveau premier secrétaire Olivier Faure. Le député de Seine-et-Marne s’est entouré d’un secrétariat national composé de 24 membres, douze hommes et douze femmes (contre 80 dans la précédente direction), à qui il reviendra de mettre en œuvre les décisions prises par le Conseil national et le Bureau national. Tous ont soutenu M. Faure dans sa course pour prendre la tête du PS.

Lire la suite
__________________
__________________

Obama, Chirac, la vie à l'Elysée... Un dîner avec François Hollande - C à Vous - 12/04/2018

17:05 Publié dans Vidéo | Tags : francois hollande | Lien permanent

Fondation Jean Jaurès - La tentation radicale : les lycéens sont-ils concernés ?

Quelle jeunesse est la plus concernée par la radicalité ? Peut-on observer un lien entre la radicalité politique et la radicalité religieuse ? Comment les jeunes réagissent-ils aux attentats et au terrorisme ? Dans un livre à paraître le 4 avril prochain (La tentation radicale.

Enquête auprès des lycéens, PUF, 2018), les deux sociologues Olivier Galland et Anne Muxel analysent les résultats d’une enquête inédite (et soutenue par la Fondation Jean-Jaurès) menée auprès de 7 000 lycéens. Des résultats dont ils viennent débattre à la Fondation.

Ouest France - L’expulsion de la Zad de Notre-Dame-des-Landes vire au fiasco

Emmanuel Macron avait promis de faire revenir l’état de droit dans la Zad de Notre-Dame-des-Landes. Une semaine plus tard, la situation s’est, au contraire, aggravée.

Dès le premier jour de l’opération, la grosse boulette. Et, du même coup, la renaissance d’un bourbier incommensurable. Les zadistes de la ferme des 100-Noms, « très modérés et prêts à se mettre dans les clous de la légalité » selon de multiples sources, sont expulsés. Leur bergerie et leurs cabanes démolies.

Lire la suite
_________________
_________________

"En raison d'un mouvement social..." - Les Goguettes (en trio mais à quatre)

11:51 Publié dans En chanson, Humour | Tags : les goguettes | Lien permanent

Les économistes atterrés - SNCF : derrière le statut, des enjeux économiques, sociaux et environnementaux

Le 15 février 2018, Jean-Cyril Spinetta  a remis un rapport au Premier ministre intitulé « l’avenir du transport ferroviaire ». Ce rapport préconise de « recentrer le transport ferroviaire dans son domaine de compétence », de « créer les conditions d’un retour à l’équilibre économique » et de «  préparer l’ouverture à la concurrence ». Cette ouverture s’inscrit dans la grande vague de libéralisation des industries de réseaux, comme l’électricité, le gaz, les télécommunications, le transport aérien ou encore La Poste. Ces industries s’appuient sur des infrastructures dont le coût est élevé, si bien que leurs opérateurs en situation monopolistique de fait étaient traditionnellement publics.

La SNCF était jusqu’en 1982 une société d’économie mixte à laquelle l’État avait concédé son réseau ferroviaire. La loi d'orientation des transports intérieurs, dite Loti, a introduit à cette date un droit au transport, celui « de se déplacer dans des conditions d’accès raisonnables, de qualité et de prix ainsi que de coût pour la collectivité, notamment par l’utilisation d’un moyen de transport ouvert au public ». Elle garantit ainsi ce droit pour tous et consacre le réseau ferroviaire comme un service « d’intérêt général ».

Lire la suite
______________________
______________________

11:15 Publié dans Analyses | Tags : economiste atterres, sncf | Lien permanent

Paul Alliès - Réforme des institutions: déjà l'échec

La Convention pour la 6° République, attachée au moindre progrès démocratique possible, a exercé une veille empathique de la mise en oeuvre des promesses de réforme des institutions. Avant l'adoption du projet de loi constitutionnel par le conseil des ministres, son conseil d'administration vient d'en tirer à l'unanimité, un bilan négatif.

La C6R a accordé une attention toute particulière aux promesses d’Emmanuel Macron faites durant sa campagne et à leur confirmation dans le discours qu’il a prononcé devant le Congrès à Versailles le 3 juillet 2017 (*). Elle en a même soutenu certains aspects contre la stratégie d’enlisement conduite par le président du Sénat. Avant même d’être fixé sur l’état définitif de textes tels qu’ils doivent être adoptés par le conseil des ministres le 9 Mai prochain (**), force est de constater que c’est cette dernière qui a triomphé. C’est un nouvel échec des tentatives de réformer la démocratie politique dans ce pays.
 
Lire la suite
_________________
_________________