Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2016

Marianne - Salman Rushdie : "Les agresseurs se considèrent aujourd'hui comme des victimes"

L'écrivain dresse le constat de la complète inversion morale qui a saisi notre monde moderne, celui où il faut "s'excuser auprès de ceux qui vous attaquent".

Marianne : Dans votre livre, la première étrangeté qui signale la guerre entre la raison et l'imagination est la lévitation.

Salman Rushdie : C'est la première idée qui m'est venue. J'ai toujours porté une attention particulière au sol, à l'emplacement où l'on se tient et d'ailleurs, avant toute chose, je commence à imaginer où se déroule l'action d'un roman. Or, se tenir à un centimètre du sol pose des questions fascinantes parce que concrètes, par exemple : comment fait-on l'amour, comment conduit-on ? Je me suis posé aussi ce type de questions avec le tapis volant. Dans quelle sorte d'usine en fabrique-t-on, comment arrive-t-on à se tenir dessus, à évoluer dans le froid, etc. ?

Lire la suite
__________________
__________________

23:42 Publié dans Point de vue, Réflexions | Tags : salman rushdie | Lien permanent

28/09/2016

OFCE - « Le négationnisme économique » de Cahuc et Zylberberg : l’économie au premier ordre

12 septembre 2016

par Xavier Ragot

Le livre de Pierre Cahuc et André Zylberberg[1] est une injonction à tenir compte des vérités scientifiques de l’économie dans le débat public, face aux interventions cachant des intérêts privés ou idéologiques. Le livre contient des développements intéressants, décrivant les résultats de travaux empiriques utilisant des expériences naturelles pour évaluer des politiques économiques dans le domaine éducatif, de la politique fiscale, de la réduction du temps de travail, etc.

Cependant, le livre est caricatural et probablement contre-productif tant les affirmations sont à la frontière du raisonnable. Au-delà du débat sur les 35 heures ou sur le CICE, c’est le statut du savoir économique dans le débat public qui est en jeu.

Lire la suite
_________________
_________________

10:04 Publié dans Réflexions | Tags : cahuc, zylberberg, ofce | Lien permanent

20/09/2016

La Vie des idées - Le grand marché du changement climatique

À propos de : Romain Felli, La grande adaptation. Climat, capitalisme et catastrophe, Seuil

Le changement climatique anime les débats scientifiques, économiques et politiques depuis cinquante ans. Romain Felli propose une histoire de l’adaptation aux changements climatiques et dénonce son instrumentalisation par la logique de marché, au détriment des plus vulnérables.

Ce livre raconte comment l’idée d’adaptation aux changements climatiques a été mobilisée – et mise en œuvre – dès les années 1970, pour permettre une extension du marché dans tous les domaines de la vie. (p. 9)

Ces quelques mots proposés en introduction de l’essai résument parfaitement la thèse d’un ouvrage important sur le changement climatique. Romain Felli, géographe et politiste à l’Université de Genève, propose un argumentaire clair et illustré, oscillant entre description sur le temps long et démonstration analytique. S’inspirant des théories marxistes, de la géographie critique et de l’écologie politique qui privilégient les causes structurelles socio-économiques pour expliquer les inégalités environnementales et la vulnérabilité aux changements climatiques, Romain Felli présente une double démonstration.

Lire la suite
____________________
____________________

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : la vie des idees | Lien permanent

14/09/2016

Non Fiction - Le bien-être sans la croissance

Résumé : La croissance est désormais un sujet de débats : et si nous devions apprendre à nous en passer ?

Dans Faut-il attendre la croissance ?, l’économiste Florence Jany-Catrice et la sociologue Dominique Méda posent successivement trois questions : Comment la croissance économique est-elle devenue l’une des préoccupations fondamentales de nos gouvernements ? A quelles limites la croissance est-elle désormais confrontée ? Et finalement, que disent les débats de ce que pourrait être un monde de progrès mais sans croissance ? Contraintes par le format de la collection Doc En Poche de passer rapidement sur certains points, elles parviennent à donner des réponses plutôt très satisfaisantes à ces trois questions, de sorte que le livre constitue une excellente introduction sur le sujet de l’avenir de la croissance, même si les pistes qu’il suggère pour finir peuvent laisser le lecteur sur sa faim.

Lire la suite
______________
______________

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : meda | Lien permanent

11/09/2016

La Vie des Idées - Logique des révolutions

À propos de : Hamit Bozarslan et Gaëlle Demelemestre, Qu’est-ce qu’une révolution ? Amérique, France, Monde Arabe, 1763-2015, Éditions du Cerf.

Avec les « Printemps arabes », la question du fait révolutionnaire s’est vue posée à nouveaux frais. Suivant une démarche comparatiste, H. Bozarslan et G. Delemestre analysent le lien entre révolution et processus démocratiques, et reviennent sur le rôle des intellectuels dans la dynamique révolutionnaire.

Recensé : Hamit Bozarslan et Gaëlle Demelemestre, Qu’est-ce qu’une révolution ? Amérique, France, Monde Arabe, 1763-2015, Paris, Éditions du Cerf, 2016, 400 p., 29€.

Depuis l’hiver 2010-2011, les soulèvements de populations dans différents pays arabes ont fait couler beaucoup d’encre. Les innombrables travaux sur le sujet ont cherché à comprendre les causes et les circonstances locales des révoltes arabes. Mais ces soulèvements ont surtout montré le besoin de repenser le fait révolutionnaire. Car, en faisant revenir « l’âge des révolutions » sur le devant de l’Histoire, « le Printemps arabe » a remis en cause les anciennes grilles d’analyse. Redéfinir le fait révolutionnaire et créer de nouveaux outils d’analyse à l’aune des soulèvements arabes est justement l’ambition de Qu’est ce qu’une révolution ? de Hamit Bozarslan et Gaëlle Demelemestre.

Lire la suite
___________________
___________________

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : la vie des idees | Lien permanent

06/09/2016

La Vie des idées - Réformer le collège par François Dubet & Pierre Merle

« Réformer le collège » devient un leitmotiv de la politique éducative française. Nos représentants politiques sont d’accord pour réformer mais en désaccord récurrent sur la réforme à mettre en œuvre. Les désaccords portent à peu près sur tout et quand certains font la promotion du « collège pour tous », d’autres défendent le « collège pour chacun ». Composé de six contributions synthétiques, cet ouvrage se donne un objectif ambitieux : penser la réforme. En dépassant le système binaire qui nous amènent, pareils à des métronomes, de la gauche vers la droite et inversement, il réfléchit la « grande réforme », celle qui devrait d’abord consister à dire ce que le collège doit être, et pas seulement une manière incertaine de combiner l’école commune avec la sélection des meilleurs et « l’orientation » des autres.

Lire la suite
__________________
__________________

18:00 Publié dans Réflexions | Tags : dubet | Lien permanent

04/09/2016

Non Fiction - Ernst Bloch, penseur original de l'utopie

Résumé : Une série d'entretiens qui révèle une tentative inégalée de donner une dimension philosophique à l’espérance logée dans le monde.

Adorno disait d’Ernst Bloch qu’il était « l’un des rares philosophes qui ne reculent pas en tremblant à l’idée d’un monde sans domination ni hiérarchie » . La pensée de ce philosophe allemand – dont toute l’œuvre constitue la tentative inégalée de donner une dimension philosophique à l’utopie, à l’espérance logée dans le monde – reste en grande partie méconnue en France. Les entretiens traduits et réunis dans cet ouvrage fournissent aujourd’hui une belle occasion d’approcher cette philosophie. La pensée souvent difficile du philosophe est rendue plus accessible par ces dialogues vivants, à une époque où Bloch, alors professeur à Tübingen, était déjà un philosophe reconnu.

Dans ces entretiens, lui qui n’appréciait guère le genre autobiographique, revient sur son itinéraire intellectuel et politique. Il aborde les principaux aspects de sa philosophie de l’espérance, ainsi que les engagements politiques du marxiste non-orthodoxe qu’il fut. On découvre également les vicissitudes historiques qui ont marqué sa vie. Juif, bien que non pratiquant, Bloch a connu les deux guerres mondiales et les émigrations douloureuses. Devenu professeur en RDA à son retour des États-Unis, il a dû faire ses bagages de nouveau lors de la construction du mur, et s’est enfin installé à Tübingen, où il a enseigné de nombreuses années.

Lire la suite
______________________
______________________

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : ernst bloch | Lien permanent

01/09/2016

Laurent Bouvet - Le “choc des civilisations” de Samuel Huntington

On entend beaucoup parler, à nouveau, à l’occasion des attentats revendiqués par Daech, de “choc des civilisations”. Cette expression célèbre, forgée par le politologue américain Samuel Huntington au début des années 1990, est souvent très mal employée car très mal comprise. Retour sur sa genèse, ses limites et ses usages ces 20 dernières années.
 
Le Choc des civilisations est la traduction française du titre de l’ouvrage de Samuel Huntington, professeur de science politique américain, The Clash of Civilizations and the Remaking of the World Order, paru en 1996. Livre dont le retentissement a été considérable au point de devenir une expression consacrée et de caractériser, notamment, la politique étrangère américaine de l’Administration Bush après le 11 septembre 2001 (Huntington, 1996).
 
Samuel Huntington (1927-2008), avant de devenir mondialement célèbre à l’occasion de cet essai – lui-même le développement de l’article éponyme paru en 1993 dans la revue Foreign Affairs (Huntington, 1993a) –, était déjà reconnu comme l’un des principaux politologues américains et l’un des meilleurs analystes tant de la politique américaine que des questions internationales depuis les années 1950, lorsqu’il commença, précocement, une longue carrière académique (Putnam, 1986).
 
Lire la suite
_____________________
_____________________

La Vie des Idées - Pour un alter-libéralisme À propos de : Jean-Pierre Cometti, La démocratie radicale. Lire John Dewey, Gallimard-Folio

Le libéralisme est à reconstruire : il s’est dévoyé et a trahi l’esprit de liberté qui l’animait. Les textes politiques de John Dewey nous incitent, comme le montre J.-P. Cometti dans un ouvrage posthume, à retrouver le « sens du possible ».

 
Recensé : Jean-Pierre Cometti, La démocratie radicale. Lire John Dewey, Paris, Gallimard-Folio, 2016, 338 p., 8,20 €.

Dialectique du libéralisme

Au sujet de la théorie pragmatiste de la vérité, Bertrand Russell faisait remarquer qu’elle était l’expression philosophique de l’esprit de commerce, rejoignant par là Horkheimer et Adorno qui y voyaient un produit du capitalisme bourgeois. Le pragmatisme était, après tout, un mouvement philosophique américain. Ils ne venaient bien sûr pas à l’esprit de ces illustres lecteurs de s’informer sur ce que les pragmatistes eux-mêmes disaient du commercialisme et du capitalisme américains dans leurs écrits politiques. S’il avait vraiment ouvert les livres politiques de John Dewey, le philosophe britannique y aurait découvert une critique radicale de la conception anglaise du libéralisme et ses homologues allemands une critique non moins radicale des sources germaniques du socialisme d’État. Que cette double critique fût explicitement conduite au nom de l’esprit démocratique aurait également pu ou dû leur faire réviser leurs jugements quant aux liens entre pragmatisme et culture américaine.

Lire la suite
___________________
___________________

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : john dewey | Lien permanent

27/08/2016

L'Humanité- Egalité ! par Pierre Rosanvallon

Ajoutée le 10 janv. 2016

Les Agoras de l'Humanité. Écoutez la conférence sur le thème de l'Egalité de Pierre Rosanvallon, professeur d’histoire moderne et contemporaine au Collège de France.

10:19 Publié dans Réflexions | Tags : rosanvallon | Lien permanent