Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2016

David Chopin - Non, la social-démocratie n’est pas l’accord d’entreprise…

Prenons le temps de la réflexion et du long terme pour comprendre la véritable signification de la «Loi Travail». Les débats se sont achevés hier, avec l’utilisation de l’article 49.3. Ce texte est un ensemble (trop) touffu de dispositions, dont la rédaction de l’article 2 a finalement fait l’objet du plus de polémiques. Gageons qu’il ne va pas, à lui seul, créer « l’inversion de la hiérarchie des normes ». Mais il participe à un mouvement de fond de la forme iconoclaste de la social-démocratie à la française.

En effet, depuis les « Lois Auroux » de 1982, jusqu’aux « 35 heures » de Martine Aubry, ensuite retouché en 2004 et 2008 par la droite ; ainsi droite et gauche consacrent un espace normatif dérogatoire à l’accord d’entreprise. La CFDT, principal syndicat réformiste va jusqu’à consacrer ce mouvement sous le sceau de la « démocratie ».

Reste à savoir si ce mouvement indéniablement français est le même que celui des autres pays « sociaux-démocrates » ?

Lire la suite
___________________
___________________

10:27 Publié dans Réflexions | Tags : david chopin | Lien permanent

16/07/2016

Télérama - Yves Sintomer : “La démocratie devient un spectacle, pendant que l'essentiel se déroule en coulisses”

Professeur de science politique à Paris 8, Yves Sintomer interroge notre système démocratique actuel, où citoyens et élus n'ont plus prise sur les décisions importantes. Et avertit : si on ne redonne pas du pouvoir au peuple, on court à la catastrophe.

L'Europe est en crise, rejetée ou ignorée par les peuples, dominée par la technocratie et les lobbies économiques et financiers. Les politiques ont perdu toute crédibilité, l'abstention atteint des sommets. Sommes-nous entrés dans l'ère la « post-démocratie », théâtre vidé de sa substance, quand les véritables décisions sont prises en coulisses, à l'écart de la scène publique ? Et comment allons-nous en sortir ? En cédant aux tentations autoritaires ou en réinventant la démocratie ? Autant de questions posées par Yves Sintomer, professeur de science politique à l'université Paris 8, dans un article que vient de publier l'excellente Revue du Crieur. Entretien.

Lire la suite
____________________
____________________

16:18 Publié dans Réflexions | Tags : sintomer | Lien permanent

11/06/2016

Non Fiction - Enjeux de l'exégèse coranique (Mohammed Arkoun)

Résumé : Comment a-t-on lu, lit-on et doit-on lire le Coran? pluralité des lectures coraniques.
 
Les éditions Albin Michel présentent une réédition enrichie du livre que Mohammed Arkoun considérait comme la matrice de sa réflexion sur l’Islam. Cet ouvrage comporte différents articles portant sur des questions précises – voire concrètes – de l’islamologie ou de l’interprétation coranique (la métaphore, la lecture structurale du Coran, la confiscation de l’exégèse du Coran par le pouvoir politique, etc.). Leur point commun est de réfléchir sur les lectures qui sont faites du Coran pour traiter ses questions et de montrer qu’en le lisant autrement, on aboutirait à une meilleure compréhension du texte. Le constat répété de M. Arkoun dans nombre de ses livres est que trop peu de personnes sont formées à cette lecture profonde et exigeante du Coran   pour des raisons sociopolitiques. Et sa lecture, la seule qui soit considérée comme légitime, est trop souvent confisquée et monopolisée par le régime politique. L’ambition de l’ouvrage est d’ouvrir un champ de recherche sur le Coran de le considérer comme un autre texte, à l’aide des méthodes d’étude des sciences humaines, avec une prédilection pour une lecture structurale. Devant l’impossibilité de rendre compte, ne serait-ce que des plus importants développements contenus dans cette somme d’érudition, en constant dialogue avec les penseurs anciens et de notre temps, nous ne pouvons que proposer le développement de quelques thèses cruciales de cet ouvrage.
 
Lire la suite
_____________________
_____________________
 

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : mohammed arkoun | Lien permanent

07/06/2016

Le Monde - Débat sur la loi travail #1 : que changerait concrètement l'article 2 ?

Depuis plusieurs mois, la loi Travail fait débat. Pour y voir plus clair, le Monde.fr propose une série de trois débats sur des points précis du projet de loi : les licenciements, les heures supplémentaires et pour ce premier numéro, l'article 2. En plateau, le juriste Jean-Emmanuel Ray et le sociologue Jérôme Pélisse.


Débat sur la loi travail #1 : que changerait... par lemondefr

00:05 Publié dans Réflexions, Vidéo | Tags : loi travail, article 2 | Lien permanent

30/05/2016

Non fiction - La gouvernementalité néolibérale (Pierre Dardot et Christian Laval)

Résumé : Un appel à renouer avec les initiatives de classes, face à un système néolibéral menaçant toujours plus la démocratie véritable.

Il est évidemment possible de parler de ce nouveau livre de Pierre Dardot et Christian Laval sans faire allusion à leur travail antérieur, notamment à leur ouvrage Commun : Essai sur la révolution au XXI° siècle (La Découverte, 2014). Une perspective centrale gouverne pourtant les deux livres : la politique et l’économie ne relèvant pas de lois naturelles, il convient donc de lutter contre ces images si souvent répandues de mécanismes sociaux et politiques soi-disant « objectifs », c’est-à-dire compris comme indépendants de l’action humaine. À l’encontre de telles considérations, qui font les beaux jours de certains médias, les auteurs en appellent à une reprise de l’initiative dans la guerre des classes , afin d’imposer la démocratie.

Lire la suite
______________
______________

13:05 Publié dans Réflexions | Tags : pierre dardot, christian laval | Lien permanent

Le Monde « Le futur doit gagner du poids politique » Par Daniel Innerarity (Professeur de philosophie politique à l’université du Pays Basque, Espagne)

Nous, êtres humains, devons avoir une relation avec notre futur si nous voulons réaliser des opérations qui aillent au-delà du moment présent. Cela vaut également pour les sociétés, qui doivent maintenir un rapport intelligent avec leur futur. Les difficultés actuelles de la société au moment de se penser en termes de finalité et de promesse collectives mettent précisément en évidence le fait que le futur n’est pas bien traité.

Mais si la politique a une quelconque justification qui la distingue de la simple gestion, c’est parce qu’elle tente de gouverner ce futur moins visible mais non moins réel et dans lequel se joue le plus important.

Lire la suite
____________________
____________________



00:05 Publié dans Réflexions | Tags : daniel innerarity | Lien permanent

07/05/2016

« Justice », le cours mythique de Michael Sandel à Harvard sort en français chez Albin Michel

Alors que les vidéos du cours mythique d’éthique et politique que donne Michael Sandel à Harvard font littéralement des millions de vues sur youtube (6 millions pour l’épisode 1!), sa compilation sous forme de livre et sous le titre Justice vient de paraître dans une traduction de Patrick Savidan, ce mois d’avril 2016 chez Albin Michel. Un opus déjà classique, riche de nombreux cas concrets et qui sera utile, aussi bien pour commencer la théorie politique que pour préparer un cours ou réviser ses classiques.

Lire la suite
_________________
_________________

18:00 Publié dans Réflexions | Tags : sandel | Lien permanent

06/05/2016

Télérama - Justice, Michael J. Sandel. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Patrick Savidan.

Drôles et imagés, les dilemmes du philosophe américain ont conquis la planète. Ils ouvrent la voie à une réflexion utile sur la notion de vertu.

Vous êtes aux commandes d'un tramway emballé. Vous ne parvenez plus à freiner. Sur les rails juste en face de vous, cinq cheminots travaillent. Sur une autre voie, légèrement sur la droite, un seul ouvrier s'affaire. Que faire ? Tuer cinq personnes ou dévier l'engin pour n'en tuer qu'une ? Sacrifier une vie pour en sauver quatre semble être une bonne option... Autre possibilité : vous assistez à la scène, cette fois-ci en tant que témoin, depuis un pont. A vos côtés se tient un homme très corpulent — au point que, si vous le poussiez par-dessus la rambarde, il pourrait atterrir sur les rails, stopper la course folle du tramway et épargner les cinq ouvriers... L'arithmétique est la même (sauver quatre existences) et, pourtant, le second scénario semble plus immoral que le premier. Pourquoi ? La justice est-elle une affaire de calcul ou de principe ?

Lire la suite
___________________
___________________

18:00 Publié dans Réflexions | Tags : sandel | Lien permanent

Libé - Michael Sandel ou la critique de la raison libérale

Ses cours de philosophie morale à Harvard recueillent des millions de vues sur YouTube et font l’objet d’un livre qui sort en France. Rencontre avec un philosophe star....

Un prédicateur de l’éthique. Une rock star de la philosophie politique. Ses prêches déconstruisent les évidences du libéralisme consumériste, ses tubes s’inspirent d’Aristote ou de John Rawls qu’il n’hésite pas à contester. Sandel s’est donné une mission : remettre la morale dans le débat public. Et s’il accouche les âmes, c’est à la manière du dialogue socratique. A Harvard comme dans ses livres hyperpédagogiques, la méthode Sandel fait mouche : questionner sur les grands principes d’équité, de citoyenneté, de justice à partir de cas concrets, de débats de société ou de dilemmes ordinaires. Tout en convoquant Bentham, Hume ou Kant. En 2013, l’université de San José va jusqu’à intégrer son cours en ligne «Justice» au programme d’études de l’université, ce qui provoque une fronde des professeurs du département de philosophie qui refusent d’utiliser le MOOC de Sandel (1).

Lire la suite
____________________
____________________

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : michael sandel | Lien permanent

02/05/2016

La Vie des Idées - Pour une réforme radicale de la création monétaire par André Grjebine - À propos de : Adair Turner, Between Debt and the Devil, Princeton

À l’heure où les politiques d’assouplissement quantitatif menées par la plupart des banques centrales, laisse craindre une nouvelle crise financière, l’ouvrage d’Adair Turner ouvre de nouveaux horizons en proposant une réforme radicale de la création monétaire.

Recensé : Adair Turner, Between Debt and the Devil, Princeton University Press, Princeton et Oxford, 2016. 320 p., $30.
 
Les banques centrales ont sans doute sauvé l’économie mondiale après la crise de 2008 en injectant massivement de la monnaie dans les économies. Après une phase de freinage plus ou moins longue suivant les pays, elles ont repris une politique d’argent facile pour lutter contre la faiblesse des investissements et de la croissance et éviter que le surendettement provoque une succession de faillites. Ce faisant, elles ont favorisé les placements immobiliers et (ou) spéculatifs. Les entreprises rechignent à investir aussi longtemps que la demande reste insuffisante. Aujourd’hui, cette politique d’argent facile qui a conduit à une liquidité mondiale sans précédent et à un endettement massif des agents économiques privés comme des États est devenu un problème en lui-même.
 
Lire la suite
________________________
________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : andré grjebine, adair turner | Lien permanent