Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2015

Mediapart - Crise de la “science économique” ? (1/2)

Par Gaël Giraud, économiste en chef de l’Agence Française de Développement (AFD), directeur de la Chaire Energie et Prospérité, et directeur de recherche au CNRS.

Plusieurs voix “autorisées” se sont récemment exprimées pour en appeler à une révision fondamentale des modèles utilisés en économie. Joseph Stiglitz, ancien économiste en chef de la Banque Mondiale, par exemple, estime que lesdits modèles sont radicalement erronés et qu’il faut tout réécrire[1]. Olivier Blanchard, ancien économiste en chef du Fonds Monétaire International (FMI) déclarait en 2013 qu’il convient de “changer de logiciels d’analyse”[2]. Thomas Piketty[3] enfin, reconnaît que l’analyse qui sous-tend son propre livre ---un best-seller mondial--- est largement à revoir : les “lois fondamentales du capitalisme” sur lesquelles l’ouvrage est construit ne sont pas des “lois”, n’ont pas de caractère fondamental et ne caractérisent pas le capitalisme.

Il est vrai que de nombreux phénomènes contemporains remettent largement en cause les doctrines économiques conventionnelles. Ainsi, selon l’analyse traditionnelle, le déluge monétaire orchestré par presque toutes les Banques centrales de l’hémisphère nord –la quantité de monnaie émise par les Banques centrales double tous les trois ans en moyenne depuis 2007-- aurait dû provoquer de l’inflation. Rien de tel n’a été observé, au contraire. De même, l’explosion de la dette publique des Etats-Unis (supérieure à 125% du PIB américain) aurait dû induire une hausse des taux d’intérêt auxquels cet Etat emprunte sur les marchés : les taux ont baissé. Ou encore : l’augmentation depuis trois décennies de la part des profits dans le PIB de la plupart des pays industrialisés aurait dû provoquer une augmentation de l’investissement : celui-ci est constamment en baisse depuis lors. Enfin, les programmes d’austérité budgétaire dans les pays du sud de l’Europe auraient dû conduire à un assainissement de leurs finances publiques et donc à une reprise de la croissance : on constate, à l’inverse, que les pays qui sont allés le plus loin dans l’austérité (relativement à leur budget) sont exactement ceux dont le PIB a chuté le plus vite depuis 2008. Quant à l’explosion des inégalités de patrimoine dans les pays riches, elle provient essentiellement des bulles liées aux rentes immobilière et financière, et non pas d’une logique tragique, immanente au capitalisme.

Lire la suite
________________
________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : gaël giraud | Lien permanent

05/12/2015

Bouillaud's Weblog – bloc-notes d'un politiste : Il ne faut pas chercher des explications (S. Royal)

Publié le | 11 Commentaires

Cette formule péremptoire, selon laquelle « Il ne faut pas chercher des explications » aux attentats du 13 novembre 2015, explications qui amèneraient à « culpabiliser », a été utilisée par Madame la Ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, lors de son entretien avec Europe 1, Le Monde et I-télé du dimanche 29 novembre 2015 (tel que retranscrit dans Le Monde du mardi 1er décembre 2015, p. 17, sous le titre « Ségolène Royal: ‘Pas question de culpabiliser la République' »). Elle précise d’ailleurs sa pensée en ajoutant : « Je me refuse à entrer dans ces logiques culpabilisantes dans un pays qui donne à tous ces enfants le droit à l’accès à l’école, même si des inégalités demeurent. (…) La France est un grand pays démocratique qui fait de l’éducation sa priorité, où tous les enfants vont à l’école gratuitement, où il y a un modèle social très protecteur, l’accès à la santé. Il n’est pas question en plus de culpabiliser les Français et de culpabiliser la République. »  Ces déclarations ne sont qu’un exemple du discours tenu par les autorités en place depuis les attentats du vendredi 13 novembre 2015 : l’idée générale reste la même, à savoir un refus radical de même penser les causalités qui sont à l’œuvre dans ces attentats. 

Lire la suite
_____________________
_____________________

18:44 Publié dans Réflexions | Tags : bouillaud | Lien permanent

22/11/2015

Boualem Sansal : "Il faut tout mettre sur la table : le terrorisme, l'islamisme mais aussi l'islam"


Boualem Sansal : "Il faut tout mettre sur la... par FranceInfo

23:27 Publié dans Réflexions | Tags : boualem sansal | Lien permanent

11/11/2015

L'Obs- Pour un "politiquement incorrect" de gauche Par Laurent Binet

L’erreur aura été sans doute de croire à une opposition binaire: d’un côté, l’intellectuel de droite justifie l’ordre établi au service des dominants; de l’autre, l’intellectuel de gauche conteste cet ordre pour un rééquilibrage en faveur des dominés. Le second critique le pouvoir en dévoilant les mécanismes de domination, le premier le défend en essayant de légitimer ces mécanismes.

Lire la suite
_________________
_________________

 

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : laurent binet | Lien permanent

08/11/2015

Gael Brustier : A demain, Gramsci

13:00 Publié dans Réflexions, Vidéo | Tags : brustier, gramsci | Lien permanent

Antonio Gramsci "Le Partisan" de François Floris d'après les écrits de prison de Antonio Gramsci

09:48 Publié dans Réflexions | Tags : gramsci, floris | Lien permanent

Regards - Gramsci aujourd’hui

Dans À demain Gramsci, le politologue Gaël Brustier revient sur la figure d’Antonio Gramsci, sa philosophie politique de combat, et les leçons historiques que nous devrions en tirer aujourd’hui pour mener les luttes de demain.

Le nom d’Antonio Gramsci est aujourd’hui sur toutes les lèvres. Du moins dans les milieux politiques, militants ou intellectuels. Mais justement, qui est Gramsci ? Surtout : que peut, aujourd’hui, apporter la pensée de Gramsci, non pas seulement aux professionnels de la chose politique, mais aussi à tous ceux qui, de près ou de loin, sont engagés dans des combats politiques, sociaux, culturels ? C’est à ces deux questions qu’entend répondre le petit livre de Gaël Brustier, intitulé À demain Gramsci (heureuse initiative, le livre compte une soixantaine de pages, et son prix est fixé à la modique somme de cinq euros).

Lire la suite
__________________
__________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : gramsci, brustier | Lien permanent

07/11/2015

Sartre- Girard Colloque BnF du 6 décembre 2014 3ème partie

18:00 Publié dans Réflexions | Tags : sartre, girard | Lien permanent

Sartre- Girard Colloque BnF du 6 décembre 2014 2ème partie

13:26 Publié dans Réflexions | Tags : sartre, girard | Lien permanent

L'Obs - L’intellectuel de gauche bouge-t-il encore?

Marre de Finkielkraut, Zemmour et des autres colosses médiatiques néoréacs... Un autre paysage intellectuel se recompose fort heureusement.

Il n’y en a que pour lui depuis deux mois. Jamais on a autant pris son pouls, regretté son silence, ou au contraire déploré qu’il parle trop, qu’il parle mal, jouant les accélérateurs du pire dans un pays que beaucoup voient au bord de la décomposition politique. L’«intellectuel français» canonique, dont Régis Debray prononçait déjà l’acte de décès il y a quinze ans dans «I.F. suite et fin» (Gallimard), bougerait donc encore.

Lire la suite
__________________
__________________

12:53 Publié dans Réflexions | Lien permanent