Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2016

La Vie des Idées - Bourdieu au travail

À propos de : Maxime Quijoux, dir., Bourdieu et le travail, Presses Universitaires de Rennes

Maxime Quijoux, 2015, Bourdieu et le travail, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 369 p., 20€.

Plus de dix ans après la mort de Pierre Bourdieu, en 2002, son œuvre continue à alimenter la discussion scientifique. L’intense actualité éditoriale des trois dernières années le montre : publication de ses cours au Collège de France, bilans théoriques et méthodologiques, retour critique sur La distinction [1], réflexion sur les usages de ses concepts en sociologie économique ou encore sur la place qu’occupe sa sociologie dans les sciences sociales aujourd’hui. C’est dans ce contexte que s’inscrit l’ouvrage dirigé par Maxime Quijoux.

À l’origine de cet ouvrage, il y a un constat, celui d’une « double absence » : « le travail dans la sociologie de Bourdieu et Bourdieu dans la sociologie du travail » (p. 15). Autrement dit, la rencontre ne se serait pas produite entre le sociologue français le plus influent de la deuxième moitié du XXe siècle et le domaine de recherche le plus développé de la sociologie en France à la même période. L’intérêt de cet ouvrage est alors double : d’une part, il consiste à chercher dans l’œuvre de Bourdieu les traces d’une analyse du travail et plus largement les réflexions et outils utiles à l’analyse de ses transformations contemporaines. D’autre part, il réunit une série d’illustrations (et parfois de discussions) empiriques des usages récents des concepts élaborés par Bourdieu pour analyser ce qu’il a nommé lui-même la « double vérité », à la fois objective et subjective, du travail [2].

Lire la suite
_______________________
_______________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : bourdieu | Lien permanent

13/04/2016

La Vie des Idées - Chiffrer pour évaluer ?

En produisant une analyse des pressions statistiques qui s’exercent sur les décideurs politiques, le sociologue Olivier Martin montre que ce n’est pas tant la quantification en tant que telle qui pose problème que l’usage qu’en font les différents pouvoirs. Les chiffres peuvent être mis au service d’objectifs démocratiques.

« Benchmarker, c’est la santé », disait Laurence Parisot, comme le rappellent Isabelle Bruno et Emmanuel Didier dans les premières lignes de leur introduction (p. 8). Benchmarker c’est pratiquer une évaluation systématique des processus, décisions, choix et stratégies, en assujettissant ce qui est produit, décidé, choisi ou envisagé à des mesures quantitatives. C’est également scruter les méthodes et les résultats de la concurrence pour s’en inspirer et chercher à faire mieux : le benchmarkeur décèle les « meilleures pratiques de la concurrence » afin d’améliorer sa propre performance. Cette pratique du management et de la gestion est née dans le monde de l’industrie nord-américaine dans les années 1980, avant de se diffuser dans la plupart des organisations sociales : commerce, industrie, associations, services publics ou parapublics, administrations d’État, collectivités territoriales... jusqu’au plus haut sommet de l’État.

Lire la suite
___________________
___________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : olivier martin | Lien permanent

09/04/2016

Non Fiction - Pour une meilleure répartition des richesses, avec Philippe Askenazy

Philippe Askenazy a accepté de répondre à quelques questions pour Nonfiction à propos de son dernier livre, Tous rentiers ! Pour une autre répartition des richesses (Odile Jacob, 224p., 2016).

Nonfiction.fr : Pour réduire les inégalités, faut-il renouer avec la lutte des classes et votre livre ne cherche-t-il pas à donner à celle-ci un nouveau fondement ?

Mon propos est plutôt de mettre en évidence que le discours naturaliste sur la productivité de chacun et la rémunération la reflétant ne sert qu'à cacher la réalité crue d'un capitalisme où domine la course à la rente. Et dans cette course, le capital a su tirer son épingle du jeu à travers le renforcement du droit de la propriété dans les trois dernières décennies, et notamment son extension à la connaissance (brevetabilité du vivant...). À l'inverse, au nom de la « modernité », le travail a été affaibli.

Pour qu'il y ait lutte des classes faut-il encore qu'il existe des consciences de classes. Or seules les élites économiques se voient aujourd'hui comme une classe. Nous sommes loin de pouvoir réaliser un rêve marxiste de lutte des classes ou encore moins d'euthanasier les rentiers. D'où mon titre : autant permettre au travail de retrouver sa « rente ouvrière » , pour reprendre une terminologie néo-classique.

Lire la suite
__________________
__________________

18:00 Publié dans Réflexions | Tags : philippe askenazy | Lien permanent

07/04/2016

Non Fiction - Revaloriser et réarmer le travail

Résumé : Limiter le développement de la propriété et revaloriser le travail pour sortir de la déflation.

Le capitalisme est devenu un capitalisme de rentiers, nous explique dans ce livre Philippe Askenazy  en lien avec le développement de la propriété immobilière, d’une part, de la propriété intellectuelle, d’autre part, et d’une dévalorisation du travail des « moins qualifiés », qui constitue l’un des principaux mécanismes qui vient alimenter les rentes que les plus favorisés tirent des premières.

De nouvelles rentes et nouveaux rentiers 

La première partie du livre revient sur les circonstances et les évolutions qui ont permis l’installation d’un tel régime au cours des dernières décennies. 

Les économies de marché ont connu de profondes transformations. L’effondrement du bloc soviétique, l’affaiblissement des syndicats et la fragmentation du salariat, les vagues technologiques (informatisation, économie de l’Internet et des réseaux, mobilité, Big Data) et la concentration spatiale des activités économiques (en raison de gains d’agglomération toujours plus significatifs) ont généré de nouvelles opportunités de rentes et également remis en cause les « rentes ouvrières » que le travail avait réussi à grappiller.

Lire la suite
_____________________
_____________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : philippe askenazy | Lien permanent

06/04/2016

Non fiction - Malaise dans la démocratie, avec Jean-Pierre Le Goff

Dans cet ouvrage polémique, Jean-Pierre Le Goff, sociologue et chercheur au CNRS, décrypte le malaise de nos sociétés démocratiques.

Nonfiction : Une interprétation largement partagée du malaise français souligne avant tout le poids de la mondialisation et du néo-libéralisme dans ses fondements même. Cette interprétation, que vous qualifiez d’« économiste », réduit le malaise démocratique au simple effet de la pesanteur de l’infrastructure économique. À l’inverse, et c’est toute la force de votre ouvrage, vous retournez le problème en invoquant la faiblesse de nos ressources morales, intellectuelles et culturelles qui constituaient des garde-fous contre le libre jeu de la concurrence et l’hégémonie du modèle marchand. Comment expliquez-vous la déroute de ces ressources ?

JPLG : La déroute de ses ressources ne date pas d’aujourd’hui et est liée au basculement qui s’est produit dans la seconde moitié du XXe siècle. Dans mon livre, je souligne avant tout deux facteurs clé de ce basculement : la « révolution culturelle » des années 1960-1970, plus précisément ce que j’ai appelé l’« héritage impossible » de mai 68, et la fin des Trente glorieuses avec le développement du chômage de masse.

Lire la suite
________________________
________________________

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : jean-pierre le goff | Lien permanent

30/03/2016

Libé - De la rage sans espoir au martyre : penser la complexité du jihadisme Par Alain Bertho, Professeur d'anthropologie à l'université de Paris-VIII, directeur de la Maison des sciences de l'homme Paris-Nord

Les experts se déchirent afin de comprendre les phénomènes de radicalisation. Entre les thèses de Gilles Kepel et celles d’Olivier Roy, l’anthropologue Alain Bertho ouvre une troisième voie, évoquant passion religieuse, épuisement du politique et révolte.

L’hypothèse d’une «islamisation de la radicalité», telle qu’elle a été défendue par Olivier Roy fait polémique. Ayant été le premier à proposer cette analyse, dès le mois de mai 2015, à l’occasion d’un entretien accordé à la revue Regards, publié ensuite sur Mediapart (1), je ne me ferai pas le défenseur acharné de cette formulation. Elle se voulait plus pédagogique que conceptuelle, énonçant un problème plus qu’elle ne le résout. Les querelles de mots peuvent être sans fin. On peut s’y épuiser sans jamais vaincre ni convaincre. Ces querelles signalent d’abord notre difficulté à penser avec des mots anciens la complexité du drame auquel nous faisons face. «Il n’y a pas de mots pour dire…» est le constat récurrent de la sidération devant l’horreur. C’est de ce point qu’il nous faut partir ensemble.

Lire la suite
__________________
__________________

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : alain bertho | Lien permanent

28/03/2016

Chaire Bernard Maris Inauguration par André Orléan Version française

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : andre orlean, bernard maris | Lien permanent

27/03/2016

Paul Jorion répond aux questions de Patrick Cohen

Anthropologue et économiste, célèbre pour avoir notamment anticipé la crise des subprimes en 2007, l'universitaire belge publie "Le dernier qui s'en va éteint la lumière, essai sur l'extinction de l'humanité."
 


Paul Jorion répond aux questions de Patrick Cohen par franceinter

16:05 Publié dans Réflexions, Vidéo | Tags : jorion | Lien permanent

Chaire Bernard Maris : Inauguration par Michel Wieviorka Version française

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : michel wieviorka, bernard maris | Lien permanent

24/03/2016

Waleed Al-Husseini - Adonis : Sur le plan intellectuel, l’islam n’a plus rien à dire

L’écrivain, poète et essayiste syrien Adonis s’est livré dans un ouvrage d’entretien à une analyse pertinente et sans concession sur l’islam et son emprise autoritaire. Ce livre d'entretien avec Houria Abdelouahed, "Violence et islam" est paru chez Stock.
Renversant. L’analyse que propose le poète syrien sur la violence en islam est des plus percutantes. Rien ne trouve grâce aux yeux d’Adonis, ni les gouvernements qui se réclament arabo-musulmans, ni d’ailleurs le "printemps arabe". Adonis observe dans ce livre d’entretien que la violence est intrinsèque à la naissance de l'islam. "Il est né en tant que pouvoir, analyse-t-il. Et cette violence a accompagné le fondement du premier califat".
L’intellectuel n’y va pas de main morte pour dénoncer les carcans de la religion. Le propos est au vitriol et l’argumentaire bien élaboré
 
Lire la suite
___________________
___________________

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : adonis, islam | Lien permanent