Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2017

Le Monde - Les failles des civilisations à l’origine des conflits

Retours sur le futur (4/5). Des auteurs ont tenté d’anticiper la société à venir. En 1996, Samuel Huntington redéfinit la géopolitique globale dans « Le Choc des civilisations ».

Au sortir de la guerre froide, avec la chute du mur de Berlin en 1989, un climat d’euphorie régnait à l’Ouest. L’économie de marché semblait avoir triomphé, pour améliorer le quotidien des citoyens partout où elle allait être appliquée. L’idée de démocratie devait s’imposer progressivement. Le temps où des sommes pharaoniques étaient allouées au budget de la Défense appartenait au passé, tandis qu’apparaissaient de nouvelles élites, réunies à Davos (Suisse), composées de dirigeants politiques, de chefs d’entreprises, de journalistes et de banquiers – tous convaincus que la démocratie allait amener une paix perpétuelle.

C’est dans ce contexte apaisé que Samuel Huntington, professeur à Harvard, publie un article intitulé « Le choc des civilisations ? » dans la revue Foreign Affairs, en 1993.

Lire la suite
____________________
____________________

01/09/2016

Laurent Bouvet - Le “choc des civilisations” de Samuel Huntington

On entend beaucoup parler, à nouveau, à l’occasion des attentats revendiqués par Daech, de “choc des civilisations”. Cette expression célèbre, forgée par le politologue américain Samuel Huntington au début des années 1990, est souvent très mal employée car très mal comprise. Retour sur sa genèse, ses limites et ses usages ces 20 dernières années.
 
Le Choc des civilisations est la traduction française du titre de l’ouvrage de Samuel Huntington, professeur de science politique américain, The Clash of Civilizations and the Remaking of the World Order, paru en 1996. Livre dont le retentissement a été considérable au point de devenir une expression consacrée et de caractériser, notamment, la politique étrangère américaine de l’Administration Bush après le 11 septembre 2001 (Huntington, 1996).
 
Samuel Huntington (1927-2008), avant de devenir mondialement célèbre à l’occasion de cet essai – lui-même le développement de l’article éponyme paru en 1993 dans la revue Foreign Affairs (Huntington, 1993a) –, était déjà reconnu comme l’un des principaux politologues américains et l’un des meilleurs analystes tant de la politique américaine que des questions internationales depuis les années 1950, lorsqu’il commença, précocement, une longue carrière académique (Putnam, 1986).
 
Lire la suite
_____________________
_____________________