Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2016

L'actualité des socialistes du 15 au 21 avril

A la une

L'Obs - Cambadélis et le PS : camarade, regarde ce que nous avons loupé ces 4 dernières années, Charlotte Picard, Militante PS

LE PLUS. La situation se complique sérieusement pour François Hollande et le Parti socialiste. Échecs électoraux à répétition, sondages extrêmement défavorables, fédérations en mal d'adhérents et de cotisations, fractures idéologiques... Les difficultés sont nombreuses. Militante socialiste, Charlotte Picard adresse une lettre ouverte au Premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis.

Le Monde - L’élimination de Hollande au premier tour, en 2017, est « un risque majeur »

Il fut l’un des rares à avoir perçu le risque du 21 avril 2002. Analyste politique, proche du PS, Gérard Le Gall, qui dans la Revue politique et parlementaire a récemment décrit le scrutin régional de décembre comme des « élections de confirmation », décrypte l’opinion à
un an de la présidentielle.
 
 
Kamel Daoud a reçu jeudi dernier le prix Jean-Luc Lagardère du journaliste de l’année pour ses chroniques parues dans le Point et dans le Quotidien d’Oran. Paradoxe : l’écrivain algérien a été distingué au moment même où il annonçait son retrait du journalisme. Affecté par les polémiques acerbes qui ont suivi la publication de son analyse des événements de la Saint-Sylvestre à Cologne, Kamel Daoud préfère désormais se consarer entièrement à la littérature. Traduit dans de nombreux pays, son roman Meursault Contre-Enquête a remporté plusieurs distinctions après avoir manqué » d’une voix le prix Goncourt.

REFLEXIONS

Vincent Présumey - Voile islamique et lutte mondiale des classes.

Dans ce 3° article formant un ensemble avec les deux précédents, on revient sur la lutte des classes en France, dans le monde, et on finit par une défense de la laïcité et de l'autonomie individuelle.

Printemps 2016, France. Nous assistons à un nouveau « spasme à la française », comme écrivait autrefois Alain Minc. Plein de tradition nationale et d'atavisme républicain (atavisme, au bon sens du terme, non au sens de l'hérédité ! ), car depuis la victoire du 10 août 1792 la France connaît des poussées vers la « journée » où le mouvement général des exploités et opprimés, se groupant dans l'aspiration à la démocratie, cherche à affronter le pouvoir.

Slate - Le PS et les Républicains en voie de décomposition avancée

.... Le printemps républicain, c’est la laïcité et l’égalité homme-femme contre la menace islamiste. Ce qui est nouveau à gauche, tant les partis de gauche, à commencer par le PS, ont fui et continuent de fuir cette question, par électoralisme, ambiguïté ou tout simplement désarroi. C’est au fond le premier mouvement politique post-attentats, qui apporte une réponse idéologique –forcément discutable– mais une réponse, aux débats qui ont suivi le tragique mois de janvier 2015, quand les institutions politiques et partisanes se sont concentrés sur les réponses sécuritaires (loi renseignement ou état d’urgence).

Les Echos - « Les Français ne se retrouvent pas dans le modèle dominant, d'où leur malheur » Marcel Gauchet

Pour Marcel Gauchet, les Français n'acceptent qu'à reculons le modèle néolibéral, mondialisé, individualiste. Le seul moyen de sortir du « malheur français » serait de construire des institutions publiques performantes. Mais les responsables politiques actuels ne sont pas à la hauteur de l'enjeu...

The Conversation - Loi travail : précarité de l’emploi et précarité de l’entreprise

Il faut espérer que la contestation de la loi El Khomri permettra de renouveler en profondeur le débat sur le travail en France. On pourrait attendre ainsi que la sécurisation individuelle des parcours professionnels cède la place à une véritable sécurité sociale industrielle visant à développer les capacités collectives d’innovation que requiert l’urgence climatique, ou la montée de la dépendance liée au vieillissement de la population. En effet, le problème n’est pas de renforcer la négociation d’entreprise au détriment de la loi, il est d’élaborer les conditions légales d’une refondation de l’entreprise en intégrant l’expression de ses salariés. Dans cette démarche, il reste à imaginer des outils nouveaux qui, prolongeant l’action renforcée des comités d’entreprise, permettraient d’envisager la définition de collectivités de travail cohérentes en regard de leurs activités productives. Ce serait l’occasion de revoir les multiples formes prises par une sous-traitance qui marque moins la victoire de l’esprit d’entreprise, que le retour au marchandage du XIXe siècle.

PRIMAIRE

Libé - A gauche, une irresponsabilité primaire

«Unité !» qu’ils disaient… En l’espace d’un week-end, une partie des responsables politiques de gauche vient d’apporter la preuve de son irresponsabilité. C’est d’abord le Parti communiste qui explique être d’accord pour participer à une primaire, mais pas pour soutenir François Hollande s’il la gagne. C’est ensuite la direction du Parti socialiste, et en tête son premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, qui prend prétexte de cette position du voisin de la place du Colonel-Fabien pour affirmer que le PCF «prend la responsabilité de la division», alors que jamais il n’a accepté le principe d’un «socle» de propositions communes censé «rassembler» une famille de gauche aujourd’hui fâchée.

Le Figaro - Cambadélis : «La primaire de la gauche a du plomb dans l'aile»

«Là, je dois avouer que ce matin, la primaire a du plomb dans l'aile.» Sur le plateau de LCI, le patron du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a jeté lundi la première pelletée de terre socialiste sur le projet de primaire à gauche, réclamé par les déçus du hollandisme. Pourtant, le député de Paris l'assure, le PS - partisans du chef de l'Etat compris - a mis toute la bonne volonté du monde dans l'organisation de cette primaire: «On a commencé en disant: “C'est la primaire de toute la gauche”. Jean-Luc Mélenchon est parti, on nous a dit: “C'est pas grave, on va faire avec les autres.” On s'est dit: “Pourquoi pas, si ça permet de sélectionner un candidat”. (…)Tout le monde au Parti socialiste était d'accord, y compris les frondeurs, pour une fois nous avons voté une résolution à l'unanimité.»

Libé - Primaire à gauche : «C’est possible que ce soit impossible mais dites-le nous!»

Pour le dernier débat du Forum organisé par «Libération», la question désormais vitale de cette initiative de primaire a gauche a été posée : comment avancer si les partis politiques se sont engagés dans l’opération pour mieux la torpiller ?

LAICITE

Le Temps - «Pour une certaine gauche, les musulmans sont les nouveaux damnés de la terre»

L’extrême gauche genevoise se déchire sur l’islam et la laïcité? Un phénomène qui traverse l’ensemble de la gauche, explique le politologue français Laurent Bouvet

Professeur de théorie politique à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Laurent Bouvet est un des leaders de la Gauche populaire, un mouvement proche du Parti socialiste français, qui plaide pour la reconquête des couches populaires. Pour Le Temps, il analyse le divorce, à gauche, entre multiculturalistes et républicains laïcs.

Libé - Gilles Kepel: «Il faut écouter les prêches du vendredi»

La controverse qui m’oppose ainsi que bien d’autres chercheurs arabisants (1) à Olivier Roy et ses épigones n’est pas personnelle : elle interroge la validité épistémologique de la recherche, qui en retour détermine l’interprétation la plus exacte possible d’enjeux cruciaux pour notre société. Face à l’effondrement de la crédibilité de la caste médiatico-politicienne, à la papardelle d’experts instantanés qui envahissent les plateaux télé et aux gesticulations électoralistes dans la perspective des échéances de 2017, l’université redevient une référence car elle rationalise des questions anxiogènes, propices à tous les dérapages. Ce débat doit être mené publiquement, il en va de la responsabilité sociale des universitaires. L’invective («Kepel est un Rastignac»), outre que tout ce qui est excessif est insignifiant, et que le sexagénaire que je suis est flatté par pareille cure de jouvence balzacienne, ne fait que trivialiser les enjeux pour mieux les occulter.

 
Depuis des années, tout le monde parle du voile, de plus en plus de personnes portent le voile, pas seulement à Bamako ou au Caire, mais aussi à Londres, Paris ou New York. Symbole religieux ou signe religieux? Que signifie ce carré de tissus qui met la planète en émoi? Intrigué par autant de questions, j'ai décidé de consacrer quelques semaines de mes vacances à compulser  les livres d'histoire religieuse pour remonter aux racines du signe, pour ne pas dire du mal.

Et là, en remontant au plus loin des traces écrites des civilisations antiques, en fouillant dans les annales des histoires sumériennes, j'ai  découvert avec stupéfaction que le voile découle à l'origine d'une illusion optique.

En effet, une croyance sémitique très ancienne attestée en Mésopotamie, considérait la chevelure  de la femme comme le reflet de la toison pubienne!

SECRET DES AFFAIRES

.... Une directive très critiquée, notamment par les journalistes et les lanceurs d’alerte, qui y voient une menace sérieuse contre la liberté d’informer. Mais malgré une pétition signée par plus de 500 000 personnes, les députés européens ont voté à une très large majorité (77 %) le texte proposé par la Commission européenne.

NUIT DEBOUT

La commission Démocratie s’est donné rendez-vous à 16 heures, place de la République à Paris, mercredi 20 avril. Sous un grand soleil, les militants se retrouvent pour discuter de la construction des « outils démocratiques » de Nuit debout. Et ce n’est pas tâche aisée : avant même de lancer la réunion, le rappel de l’ordre du jour provoque déjà des débats. Doit-on prendre le temps de tout réexpliquer aux « nouveaux » qui n’étaient pas là la veille ? « Cela me paraît très compliqué, cette discussion… », soupire déjà un participant.

Libé - Nuit debout : à la Bourse du travail, l'étape d'après reste en suspens

Réunis mercredi soir dans le Xe arrondissement de Paris, les initiateurs de la contestation populaire ne sont pas parvenus à donner une perspective au mouvement.

Slate - En expulsant Finkielkraut, Nuit Debout tombe dans le piège du déjà vu

Quoiqu'on pense de ses prises de position, ce qui est arrivé au philosophe place de la République samedi soir rappelle la violence politique exercée par les maos après Mai 68.

Telos - Nuit debout, gouvernement couché? Monique Dagnaud Olivier Galland 13 avril 2016

Merci, François Ruffin, pour ce moment ! Que l’on soit sensible à la musique de l’extrême-gauche ou pas, le documentaire Merci, patron, de François Ruffin, fondateur en 1999 du journal alternatif Fakir, « le journal fâché avec tout le monde, l’oligarchie, la finance, les médias », restera dans les mémoires comme une performance, dans les deux sens.
 
SONDAGE
 
 
François Hollande serait talonné par Jean-Luc Mélenchon au 1er tour de la présidentielle de 2017, selon un sondage TNS Sofres-OnePoint pour Le Figaro, LCI et RTL. Emmanuel Macron serait de son côté le candidat préféré des Français pour représenter le PS.
 
ACTUALITES
 
 
Le sort du premier secrétaire du PS est lié à celui de l'actuel locataire de l'Elysée. Une défaite de ce dernier en 2017 et la direction du parti serait quasi mécaniquement remise en cause.
 
Le Monde - Emmanuel Macron dit ne pas être « l’obligé » du président
 
Le ministre de l’économie marque une nouvelle fois son émancipation vis-à-vis du gouvernement. Porté par des sondages flatteurs, Emmanuel Macron multiplie les initiatives médiatiques, alimentant les doutes quant à ses intentions pour 2017. Dernière sortie en date, dans une interview au Dauphiné libéré, à paraître vendredi 22 avril, Emmanuel Macron se dit « loyal sur le plan personnel » au président de la République, mais il estime que sa nomination par François Hollande n’en fait pas « son obligé ».
 
 
Le nombre de militants au Parti socialiste ? "Encore une courbe que l'on n'est pas prêts d'inverser", souffle un élu socialiste dépité. La formation politique fait face à une véritable hémorragie des adhésions depuis le début du quinquennat de François Hollande. En 2014 pourtant, le premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, s'était fixé l'ambitieux objectif de multiplier leur nombre par trois pour atteindre les 500.000 militants en 2017.
 
Le Monde - Nucléaire : François Hollande refuse de remettre en cause le projet Hinkley Point
L’Etat a du mal à régler le très délicat dossier EDF. La réunion interministérielle, mercredi 20 avril, à l’Elysée, sous la présidence de François Hollande, n’a pas permis de rendre les arbitrages attendus. Avant d’arrêter ses décisions sur l’avenir de la compagnie électrique publique, dont la situation financière est tendue, le président de la République a souhaité bénéficier d’éclairages complémentaires. « L’équation n’est pas encore résolue, on se donne un peu plus de temps que prévu », dit un proche du dossier à l’Elysée.
 
 
Le président du mouvement des Jeunes Socialistes était, ce lundi 18 avril, l’invité de la matinale des Echos.

Benjamin Lucas revient sur l'échange, la semaine dernière, entre le Président de la République et les citoyens sur France 2 concernant, notamment, la situation de la jeunesse en France.

 
Si Manuel Valls irrite une partie des parlementaires socialistes, il en va de même avec les eurodéputés du parti de la rue de Solférino. Le 12 avril, le Premier ministre s’est rendu au Parlement européen et est intervenu devant la délégation française du groupe socialiste. Une intervention restée en travers de la gorge de l’eurodéputée PS Pervenche Berès, également présidente de la délégation socialiste française à Strasbourg.
 

24/03/2016

L'actualité des socialistes du 12 au 17 mars

Libé - Au lancement du «Printemps républicain» : «N'ayez pas peur du mot "islamophobe"»

Les tenants d'une ligne ferme en matière de laïcité à gauche ont lancé leur mouvement dimanche à Paris. De Richard Malka à Gilles Kepel, de Fadela Amara à Fleur Pellerin, ils étaient quelque 500 élus, journalistes, intellectuels, voire ex-ministres dans la salle surchauffée de la Bellevilloise.

Le Figaro - Le «Printemps républicain» veut remettre la laïcité au cœur de la gauche

Un mouvement citoyen rassemblant plusieurs personnalités de gauche se lance ce dimanche à la Bellevilloise. Il ambitionne de défendre la « laïcité » et le pacte républicain.

A LA UNE

Marianne - Elisabeth Badinter : "Ce qui pèse, dans la France actuelle, c’est l’intimidation des extrêmes"

Des personnalités de gauche publient dans "Marianne" en kiosques cette semaine un manifeste pour un Printemps républicain. Parmi elles, la philosophe Elisabeth Badinter nous explique pourquoi elle l'a signé et pourquoi, selon elle, les valeurs républicaines dont la laïcité sont aujourd'hui menacées.

Le Figaro - Hollande, Cambadélis et la primaire à gauche : des militants désespérés pour un PS laminé

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Jean-Christophe Cambadélis a évoqué la possibilité que les cadres du Parti socialiste puissent choisir ou non que François Hollande se représente à la présidentielle de 2017. Un signe de la décomposition accélérée du PS et de la crise d'autorité que traverse la président.

Laurent Bouvet est professeur de science politique à l'UVSQ-Paris Saclay. Son dernier ouvrage, L'insécurité culturelle, est paru chez Fayard.

Les signes de la perte d'autorité du président de la République - une autorité conférée par le suffrage universel et la fonction elle-même - sont multiples. A l'intérieur même du gouvernement, les ministres se contredisent sur différents sujets, sans qu'il y ait la moindre sanction. On ne sait jamais qui exprime finalement la position officielle du gouvernement et du président. Les ministres eux-mêmes souffrent de cette incertitude. Dans le PS, les critiques contre le président de la République sont à la fois publiques et virulentes comme jamais elles l'ont été par le passé. Les débats sur la déchéance de la nationalité puis aujourd'hui sur la réforme du code du travail ont achevé de couper le lien entre toute une partie du PS et celui qu'ils ont fait élire en 2012.

PRIMAIRES

Le Point - Filippetti accuse la direction du PS de bloquer la primaire

L'ancienne ministre de la Culture estime que François Hollande peut tout à fait être chef de l'État et candidat à la primaire pour la présidentielle.

La direction du PS tente de « bloquer (le) processus » de la primaire, accuse Aurélie Filippetti, l'ancienne ministre de la Culture. Or, selon elle, ce serait la seule garantie de ne pas « avoir à choisir l'année prochaine entre la droite et le FN ». « Tout est fait au niveau de la direction du PS pour bloquer ce processus », a affirmé la députée de Moselle dans un entretien au Républicain lorrain.

Thomas Piketty - Primaires: à quoi joue Cambadélis?

Sur la question des primaires, il devient de plus en plus difficile de comprendre ce que souhaite vraiment Jean-Christophe Cambadélis. Après avoir déclaré qu'il soutenait l'organisation de primaires, comme d'ailleurs les statuts du PS l'y obligent, il a mis une série de conditions visant à torpiller le processus.

Il a commencé par annoncer qu'il faudrait une candidature unique issue du PS, sans réaliser apparemment qu'il n'était pas facile de débattre tout seul, et que les électeurs resteront chez eux face à une telle mascarade. De nombreux responsables PS ont protesté, mais on ne sait toujours pas si la direction du parti a finalement renoncé à cette exigence.

Libé - Candidature de Hollande : l'appel de Cambadélis divise la gauche

Le premier secrétaire du PS a appelé les dirigeants du parti à se prononcer pour ou contre la candidature de François Hollande pour la présidentielle.
«Le problème n’est pas de savoir si François Hollande est candidat ou pas, c’est de savoir si les dirigeants du Parti socialiste sont pour qu’il soit candidat ou pas.» Vendredi matin sur iTélé, Jean-Christophe Cambadélis a appelé à plus de clarté dans la course socialiste à la présidentielle, tentant d’imposer la candidature du président sortant aux socialistes. «Maintenant la question que je vais poser à chaque dirigeant du Parti socialiste, c’est "êtes-vous favorable à la candidature de François Hollande ?"», a lâché le premier secrétaire du Parti socialiste.

ECONOMIE

La Tribune - Pour une relance de la demande

La politique monétaire montre ses limites. Pour sortir l'Europe du marasme, une relance de la demande par l'investissement est nécessaire. Par Sébastien Charles (Université Paris 8, LED), Thomas Dallery (Université du Littoral Côte d'Opale, CLERSE) et Jonathan Marie (Université Paris 13, CEPN)

L'OCDE, dans son dernier rapport du 18 février 2016 , plaide ouvertement pour une politique de relance par la demande. La dépense publique étant de plus en plus conspuée et inlassablement rendue responsable, avec le coût du travail, de la crise déclenchée, en réalité, par l'endettement privé, on se demande bien ce qui a pu traverser l'esprit de Catherine Mann. L'économiste en chef de l'institution propose ce que les économistes appellent une politique de relance keynésienne. En lisant les prévisions de croissance de l'économie mondiale pour l'année en cours on comprend aisément. En effet, on constate qu'elles ont été rabaissées par rapport à celles de novembre 2015...elles-mêmes diminuées par rapport à celle de septembre. Après un rapide travail d'exhumation des prévisions de juin, on saisit qu'il y a véritablement de quoi s'inquiéter. Ainsi, en l'espace de huit mois, nous sommes passés d'une croissance attendue du PIB mondial de 3.8% à 3% pour 2016. Hormis l'Inde, qui fait figure d'exception, tous les pays sont concernés par ce ralentissement marqué à commencer par la France.

Le Monde - Croissance française : les trois raisons de se réjouir

Ralentissement de la locomotive chinoise, interrogations sur la croissance américaine… Alors que depuis le début de l’année, les nuages se sont amoncelés sur l’économie mondiale, les économistes de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) ont livré, jeudi 17 mars, un éclairage résolument optimiste sur la situation française.

L'Humanité - Sommes-nous guettés par une crise financière majeure ?

Avec Henri Sterdyniak, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), Yves Dimicoli, commission économique du PCF et Jean-Marie Harribey, maître de conférences en économie.

LAICITE

Marianne - Amine El-Khatmi : "Au PS, la laïcité est un véritable tabou"

Amine El Khatmi, maire-adjoint socialiste d'Avignon, est l'un des initiateurs du manifeste pour un Printemps républicain. Pour ce jeune élu, il y a urgence à "s'organiser concrètement pour mener ce combat de la laïcité" face à la montée en puissance des attaques contre les principes républicains.

Marianne. — Comment est née l'idée de ce Printemps républicain dont vous êtes l'un des initiateurs ?

Amine El Khatmi. — On a assisté, durant ces derniers mois, à des débats publics de plus en plus tendus notamment autour de l'Observatoire de la laïcité. Et certains d'entre nous qui prenions part à ces échanges se sont fait violemment attaquer par des gens qui semblaient très bien organisés. Or nous, face à cela, nous étions éparpillés. Nous n'avions que notre bonne volonté, nous qui défendons la laïcité. C'est de ce constat-là que avons décidé de nous rassembler, de nous organiser concrètement pour mener ce combat de la laïcité. Et comme les partis politiques ont failli sur ce terrain, qu'ils ne veulent pas mener cette bataille, il fallait créer une structure de riposte. Il y a aussi cette attente chez nos concitoyens. Je reçois depuis plusieurs semaines des centaines de courriers de personnes qui expliquent qu'elles sont en total accord avec le combat que nous menons mais que malheureusement, faute de structure, elles se sentent bien seules. C'est la raison même du Printemps républicain.

GILLES KEPEL

Libé - «Radicalisations» et «islamophobie» : le roi est nu

Par Gilles Kepel, Professeur des universités, Sciences-Po - Ecole normale supérieure (dernier ouvrage paru : «Terreur dans l’Hexagone, genèse du djihad français», éd. Gallimard, 2015, 352 pp., 21 €) et Bernard Rougier, Professeur des universités Sorbonne-Nouvelle
 
Le succès du slogan «Islamisation de la radicalité» et le refus des chercheurs, par peur d’être soupçonnés d’islamophobie, d’analyser la spécificité du jihadisme confortent la doxa médiatico-politicienne dans son ignorance de la réalité sociale et son arrogance intellectuelle.
 
L'Humanité - Gilles Kepel « L’émergence du salafisme est un signe des failles de notre société »
 
Spécialiste de l’islam et du monde arabe contemporain, auteur de Terreur dans l’Hexagone (1), Gilles Kepel décrypte ce qu’il nomme la « troisième génération du djihad français ». Celle que les penseurs islamistes travaillent au corps pour commettre des attentats en France et, ainsi, déclencher la guerre civile au moment où la montée de l’extrême droite renforce la polarisation de la société.
 
DEMOCRATIE

Reporterre - Non candidat, Super Châtaigne veut le retour de la démocratie

Les promoteurs d’initiatives pour redonner le pouvoir aux citoyens se sont retrouvés en Ardèche. But : se fédérer pour ouvrir le système politique bloqué par les partis. Pour accompagner leur démarche, Super Châtaigne, né en 2013, se veut non candidat à l’élection présidentielle !

Marianne - Les "sans-parti" s'uniront-ils ?

Comment répondre à la crise démocratique qui traverse notre pays et imaginer de nouvelles formes d'organisation politique ? Un candidat hors parti peut-il émerger pour 2017 ? C'est à ces questions que les participants de cette Rencontre citoyenne de Vogüé dans l'Ardèche, près d'Aubenas, le 5 et 6 mars, vont tenter de répondre. Ancien militant ou pas, de gauche, de droite ou du centre, membre de la société civile la plupart, qui ont tous en tête le rejet toujours plus grand de la politique par les Français mais qui ne souhaitent pas pour autant baisser les bras.

Francetvinfo - Complément d'enquête. Podemos à la mairie de Madrid, ça change quoi

Quand Podemos est au pouvoir, comme à Madrid, qu'est-ce que ça change concrètement ? Rencontre avec Pablo Soto, le "geek" du parti radical espagnol dans cet extrait de "Complément d'enquête", et retour sur le projet participatif de réhabilitation de la place d'Espagne.

La Gazette des Communes - Des communes s’allient pour réinventer la citoyenneté

L'Odas organisait, mercredi 16 mars 2016, une rencontre des communes autour de la Journée citoyenne au Sénat. L'objectif de cette journée était de trouver les solutions pour promouvoir la multiplication de cette initiative dans toute la France.

Localtis - Trophées de la participation : des collectivités distinguées

Des trophées de la participation et de la concertation ont été remis, le 14 mars 2016, à des collectivités, des associations et des entreprises. Les projets lauréats illustrent la diversité des voies empruntées, localement, pour impliquer les habitants dans des projets d'intérêt général.

TAFTA

Paul Alliès - Les entreprises contre les Etats: un droit inacceptable

Même amendé, le mécanisme qui permettrait aux entreprises étrangères de porter plainte contre un État quand elles estiment qu’il a failli aux engagements pris dans un traité d’investissement est illégitime, estime le collectif de juristes qui signe ce texte paru dans La Croix le 10 mars.
 
INEGALITES
 
 
Le mouvement de lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes néglige trop souvent la question des inégalités sociales. Il faut défendre la parité, tout en luttant contre la précarité. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

Le débat sur les inégalités femmes-hommes occupe l’espace médiatique. Différents groupes de pression militent pour défendre la condition féminine. Le « féminisme » est de moins en moins méprisé, comme il a pu l’être dans les années 1990 et 2000. Un « Haut conseil » est même chargé de veiller à l’égalité entre les sexes. Faute d’associer le combat pour les droits des femmes à la lutte contre les inégalités sociales, une partie de ce mouvement oublie l’essentiel de ce qui, aujourd’hui, pénalise les femmes, comme les hommes : la domination d’une partie de la société sur une autre, les inégalités sociales.

ELECTIONS

Le Monde, Les décodeurs - Les législatives partielles, désastres à répétition pour le PS

C’est un nouveau signal – attendu – de l’impopularité du gouvernement : la gauche a été éliminée dès le premier tour dans deux des trois élections législatives partielles organisées dimanche 13 mars. Elle ne pourra qu’arbitrer les duels entre Les Républicains et le Front national, qui se tiendront le 20 mars dans l’Aisne et dans le Nord, tandis qu’elle ne fera que de la figuration face à un candidat de droite, qui a frôlé la majorité absolue (46,05 %), dans les Yvelines.

LOI TRAVAIL

VousNousIls - Loi travail: Hamon (PS) appelle à poursuivre la mobilisation

Le député PS et porte-voix de l’aile gauche du Parti socialiste, Benoît Hamon, a jugé mardi « notables mais insuffisantes » les modifications au projet de réforme du Code du Travail et appelé à la poursuite de la « mobilisation ».

Le Point - Loi travail : les députés PS satisfaits des évolutions du texte

Majoritairement "plutôt satisfaits" des évolutions, ils entendent tout de même faire évoluer le texte lors du débat parlementaire.

Les députés PS, très critiques contre le projet de loi sur la réforme du droit du travail il y a quelques jours, se sont dits majoritairement "plutôt satisfaits" des évolutions lors de leur séminaire lundi soir, même s'ils entendent encore faire évoluer le texte lors du débat parlementaire. Comme la semaine précédente, le Premier ministre, venu avec la ministre du Travail Myriam El Khomri et le ministre de l'Économie Emmanuel Macron, s'est réuni avec une quarantaine de députés PS, dans "une atmosphère plus calme" après les modifications annoncées pendant la journée. "Cela va mieux", a-t-on pu entendre de la part de députés situés au centre du groupe. "La majorité du groupe est satisfaite", a expliqué une participante.

Europe 1 - Lienemann (PS) sur la loi Travail : "un mauvais texte"

Malgré les concessions du gouvernement, le projet de loi de réforme du droit du Travail ne fait toujours pas l’unanimité au sein de la majorité. Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS de Paris, a ainsi vivement critiqué le texte. "Je reste convaincu que ce texte est un mauvais texte, et qu’il serait préférable que le gouvernement le retire", a déclaré l'une des "frondeuses" du PS, lundi soir sur Europe 1.

Le Figaro - Loi El Khomri : le frondeur PS Christian Paul charge l'exécutif

Haro sur l'exécutif: invité de LCI, le socialiste Christian Paul, chef de file des frondeurs, a jugé que François Hollande et Manuel Valls n'ont plus «aucun soutien populaire», ni «base électorale». Alors que le PS a été éliminé dans deux des législatives partielles de dimanche et est en position défavorable dans la troisième, l'élu de la Nièvre a imputé une part de cet échec à la politique gouvernementale.

DECHEANCE DE NATIONALITE

Le Monde - Déchéance de nationalité : le Sénat vote un texte différent de l’Assemblée

Cette fois, il n’y a plus de doute : le principe de la déchéance de nationalité ne sera pas inscrit dans la Constitution. En adoptant, jeudi 17 mars, une version de cette mesure radicalement différente de celle votée à l’Assemblée, le Sénat a mis fin à un suspens qui n’en était plus vraiment un.
 
ALLIANCE POPULAIRE

France Info - Cambadélis lancera son "alliance populaire" le 14 avril

Jean-Christophe Cambadélis va réunir une centaine de personnalités dans un café le 14 avril prochain pour lancer ce nouveau mouvement. Le premier secrétaire du PS a annoncé la création de cette "grande alliance populaire" au lendemain de l’échec des régionales. L’objectif? Arriver à "dépasser" le PS et à réunir toutes les forces de gauche en vue de la présidentielle de 2017. Le problème c’est que l’idée ne séduit pas grand monde.

09/03/2016

Mardi politique - Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la Culture (1ere partie)


Mardi politique - Aurélie Filippetti, ancienne... par rfi

Mardi politique - Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la Culture (2e partie)


Mardi politique - Aurélie Filippetti, ancienne... par rfi

03/03/2016

L'actualité des socialistes du 29 février au 13 mars

A la une

La Croix - Pouria Amirshahi : « La rupture des jeunes avec la gauche est flagrante»

Pouria Amirshahi, député socialiste des Français de l’étranger, à l’initiative du courant contestataire des frondeurs, était l’invité de « Face aux Chrétiens » le jeudi 3 mars, en partenariat avec La Croix, KTO, Radio Notre-Dame et RCF. Principaux extraits.

Du 4 au 6 mars

Le figaro - Cambadélis lance un «appel des 40» pour «l'unité» de la gauche

Œuvrant depuis plusieurs mois à la mise en place d'une «Alliance populaire» afin de rassembler son camp, le premier secrétaire du PS a mis une première pierre à l'édifice qu'il entend construire.

L'Obs - Cambadélis lance un appel à l’unité du PS

Fidèle à sa mission de rassembleur, et soucieux de conforter une culture du "compromis" trop souvent inexistante à gauche, le Premier secrétaire du PS lance un "appel à l’unité" pour "apaiser le PS à l’intérieur" et le "dépasser à l’extérieur".

2 et 3 mars

TVmag - France 5 organise un «Duel» entre Martine Aubry et Ségolène Royal

Le combat des roses. Dans le cadre de sa série documentaire Duels, France 5 diffuse jeudi 10 mars Aubry-Royal, la guerre des roses.

Ce document de 52 minutes, dirigé par Annick Cojean, produit par Elephant Doc et réalisé par Maud Guillaumin, retrace le parcours de deux femmes du même âge, deux énarques qui se sont imposées dans un univers d'hommes pour se faire une place en politique. Elles auraient pu être amies ou alliées, affirment certains de leurs proches, qui interviennent dans le film, où les images d'archives semblent étrangemment contemporaines.

Le lab - Moins d'un an après le congrès de Poitiers, Jean-Christophe Cambadélis n'a plus de majorité assurée au PS

#SOLFERINOLOGIE - La majorité de Jean-Christophe Cambadélis n'est plus du tout assurée rue de Solférino. Avec le départ annoncé "des aubrystes de la majorité", ce sont des discussions plutôt houleuses qui s'annoncent. Et tout cela moins d'un an après le congrès de Poitiers et le sacre de Jean-Christophe Cambadélis.

Le JDD - Les proches de Martine Aubry vont quitter la direction du PS

C'est Martine Aubry qui l'annonce dimanche dans le JDD : "Nous allons sortir de la direction du PS, nous souhaitons en discuter avec Jean-Christophe Cambadélis."

29 février et 1er mars

L'Obs - Le Parti socialiste peut-il vraiment exploser ?

"Nous sommes face à plusieurs inconnues", commente Alain Bergounioux, historien et responsable socialiste. Il appelle François Hollande à "choisir une direction".

Le JDD - François Hollande, une semaine dans la solitude du pouvoir

François Hollande – que son camp veut contraindre à une primaire s’il entend être candidat en 2017 – exclut que la gauche, d’ici là, choisisse de "ne rien faire".

François Hollande, qui a retrouvé Paris au terme d'un déplacement de 46.000 km et de près d'une semaine à l'autre bout du monde, de Papeete à Montevideo, vit ces jours-ci la solitude, parfois écrasante, du pouvoir. Jamais, en effet, depuis son élection, il n'avait vu se lever en si peu de jours autant d'orages. Au terme de son quinquennat, le Président se souviendra de la semaine qu'il vient de vivre comme d'une période clé pour son avenir et celui du pays. Un de ces tournants où l'Histoire hésite encore.

Le JDD - Macron : "La loi travail parle au pays d'aujourd'hui"

INTERVIEW - Licenciements économiques, plafonnement des indemnités prud'homales... Dans un entretien accordé au JDD, Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, défend la réforme du code du travail portée par Myriam El Khomri et revient sur les principaux points contestés.

11/02/2016

Déchéance de nationalité : Aurélie Filippetti constate "une fracture très grave au sein du groupe socialiste


Déchéance de nationalité : Aurélie Filippetti... par FranceInfo

Filippetti: "C'est un texte de droite, d'une droite dure, la droite d'Eric Ciotti"


Filippetti: "C'est un texte de droite, d'une... par BFMTV

28/01/2016

Filippetti: "Le départ de Taubira est le symbole d'une crise politique majeure"


Filippetti: "Le départ de Taubira est le... par BFMTV

27/06/2015

L'actualité des socialistes du 22 au 29 juin (mise à jour)

A la une

Libé - Hamon: «Lutter contre le contrôle au faciès faisait partie des propositions du candidat Hollande»

Benoît Hamon, ex-ministre dans le gouvernement Ayrault devenu «frondeur», se félicite de la condamnation par la cour d'appel de Paris de la République pour «faute lourde» après la vérification d'identité abusive de citoyens par des policiers. 

Benoît Hamon revient sur la condamnation de l’Etat pour faute lourde dans des cas de contrôle au faciès. Le député PS des Yvelines porte un jugement sévère sur la politique timorée de François Hollande envers les habitants des banlieues, regrettant notamment qu’il ait renoncé à mettre en place l’attestation de contrôle d’identité. 

27 au 29 juin 

LCP - CAMBADÉLIS (PS) : "GRANDE ÉMOTION", "RESTONS UNIS"

Le Parti socialiste a fait part vendredi de sa "grande émotion" après l'attentat commis dans une usine en Isère, mais a appelé à rester "unis", à ne pas céder aux "amalgames" et à ne pas jouer "sur les peurs".

Le Figaro - Marie-Noëlle Lienemann : «S'il y a des primaires au PS, je suis prête à être candidate"

Elle souhaite porter la voix de la fronde. Agacée de voir la perspective d'une primaire à gauche en vue de 2017 s'éloigner, sans réaction de la part des frondeurs du PS,Marie-Noëlle Lienemann a décidé de sortir du bois. «Je me battrai de toutes mes forces pour qu'il y ait des primaires. S'il y en a, je suis prête à être candidate», a annoncé vendredi la sénatrice socialiste sur le plateau de Parlement Hebdo, sur Public Sénat, en partenariat avec Le Scan. «S'il y en a d'autres qui font aussi bien que moi, très bien! Mais moi je suis prête».

Le retour du trio Hollande-Valls-Cazeneuve

Comme en janvier, l'exécutif s'est réparti les rôles pour gérer la secousse d'un nouvel attentat et ne laisser aucune faille à la droite.

Slate, Eric Dupin - Le scénario à l'eau de rose de la réélection de François Hollande

Nous sommes le 8 mai 2017. François Hollande vient d'être réélu.

Palais de l'Elysée, 8 mai 2017. 

François Hollande sourit intérieurement, lové dans les bras de Julie Gayet. Le président de loin le plus impopulaire de toute la Vème République –et ceci jusqu'à la veille du scrutin– vient d'être réélu. Il songe à Napoléon qui exigeait de ses généraux: «Ayez de la chance!» Le bienheureux Hollande a toujours été auréolé d'une sacrée veine. Mais lui qui n'a jamais douté de sa nouvelle victoire a aussi su se faufiler entre les événements fortuits avec sa dextérité coutumière pour finalement l'emporter.

Délits d'opinion - A quoi ressemblent les adhérents socialistes ? (1/2)

Le cahier du CEVIPOF n°59 « Sociologie des adhérents socialistes » mené par Claude DARGENT et Henri REY constitue donc un travail à proprement parler exceptionnel, tant par la quantité de données récoltées que par son évolution dans le temps : les informations datent de 1985, 1998 et 2011.

25 et 26 juin

Le Monde - Le député frondeur Philippe Noguès quitte le Parti socialiste

Son diagnostic est sans appel : « L’espoir de transformer les choses de l’intérieur, que ce soit au sein du PS ou du groupe parlementaire à l’Assemblée, s’est peu à peu évanoui », explique au Monde Philippe Noguès, député socialiste du Morbihan. L’élu a donc pris une décision « irrévocable » : il quitte le Parti socialiste (PS) et le groupe socialiste au Palais-Bourbon. Membre du parti depuis avril 2006, élu député en juin 2012, cet ancien cadre d’une multinationale américaine de 60 ans a décidé de siéger parmi les non-inscrits à l’Assemblée.
 
BFMTV - Ecoutes de la NSA: une raison de "ne pas voter la loi sur le Renseignement", dit Christian Paul
 
"Il y a une sorte de renoncement démocratique face aux méthodes des services de surveillance et de renseignement", estime le député PS de la Nièvre Christian Paul, après les révélations de Wikileaks sur la surveillance de présidents français par la NSA
 
24 juin

Le Figaro - Régionales : le PS s'agace des velléités d'autonomie des écologistes

Dans le Nord et la région Paca, l'union de la gauche dès le premier tour semble mal embarquée. Christophe Castaner, candidat PS dans le sud-est, dénonce une «erreur» des écologistes.

L'Obs - Hollande, l'allié rêvé de Tsipras qui lui a fait faux bond

Le Premier ministre grec avait cru que le président français le soutiendrait dans ses négociations avec les créanciers. Mauvais calcul.

23 juin

Christian Paul - Mon intervention au Conseil national

Le congrès de Poitier s’est tenu il y a deux semaines, et c’est déjà très loin.

D’abord parce que les désordres de l’Europe, vu leur gravité, retiennent prioritairement l’attention. la Grèce, un peuple qui attend beaucoup des socialistes et de la France. les migrants, qui attendaient une autre vie, et qui trouvent surtourt notre honte quand ils arrivent sur le sol européen.

Libé - Dans les Hauts-de-Seine, le PS repart à zéro

Le victoire de Rémi Muzeau, à Clichy, illustre l'effondrement de la gauche non-communiste dans l'ancien fief de Charles Pasqua

22 juin

Le Monde - Yacine Chaouat, secrétaire adjoint chargé de l’intégration au PS, démissionne

Le nouveau secrétaire national adjoint du PS en charge de l'intégration, Yacine Chaouat, condamné pour violences conjugales en 2010, a déclaré dimanche au Parisien avoir présenté sa démission, 24 heures après sa nomination
 

REALPOLITIK - Depuis le congrès PS de Poitiers fin mai, Benoît Hamon s'est résolu à une chose : inutile d'appeler à des primaires à gauche incluant François Hollande en vue de 2017 car la direction du parti ne suivra pas. L'ancien ministre devenu frondeur a donc progressivement modifié son discours, contrairement à d'autres comme Aurélie Filippetti, également ex-ministre et frondeuse.

Boursorama - Le "Grexit", "un saut dans le vide" pour Cambadélis

Pour le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, une sortie de la Grèce de la zone euro ("Grexit", pour Greece et exit) serait "un saut dans le vide" avec "des conséquences dans toute la Méditerranée".

Marianne - Chaouat : "On n’a pas droit à une deuxième chance quand on est musulman"

A peine la longue liste du nouveau secrétariat du PS annoncée ce week-end par Jean-Christophe Cambadélis que l’un d’eux, Yacine Chaouat, nommé à l’Intégration républicaine, a dû donner sa démission face à la polémique naissante. Pour cause, en 2010, il avait été condamné à six mois de prison avec sursis pour violences conjugales aggravées. Lui voit dans cette décision une persécution du fait de sa confession...

19/06/2015

Le «secret des affaires» contre la démocratie en Europe Eva JOLY députée européenne EELV , Pascal DURAND député européen EELV , Aurélie FILIPPETTI ancienne ministre de la Culture et de la Communication , Christian PAUL député PS , Corinne LEPAGE ancienne

TRIBUNE

Ce projet de directive fait du droit à l’information une exception, transformant le pouvoir judiciaire en censeur définissant la légitimité d'une révélation. Le secret des affaires est une arme de dissuasion massive contre l’information, les lanceurs d’alerte et les journalistes.

Lire la suite
___________________
___________________