Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2015

L'actualité des socialistes du 18 au 25 mai (mise à jour)

A la une

Challenges - Congrès du PS: "Valls a une stratégie de la terre brûlée"

INTERVIEW Rémi Lefebvre, professeur de sciences politiques, spécialiste du PS, décrypte le résultat du vote des militants sur les motions en vue du congrès de Poitiers.

Le Figaro - Arnaud Montebourg ou la stratégie de la carte postale

L'ex-ministre de l'Économie fera un retour attendu, ce lundi, lors de l'ascension du mont Beuvray, dans le Morvan. A trois jours de l'élection du premier secrétaire du PS, il grimpera notamment aux côtés de Christian Paul, député de la Nièvre et candidat au poste face à Jean-Christophe Cambadélis

25 mai

Le JDD - François Hollande dégage sa route à gauche

Le vote des militants socialistes pour la motion portée par Jean-Christophe Cambadélis a conforté l’exécutif. Le premier secrétaire du PS entend, à l’instar de Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault, faire respecter les orientations adoptées.

Le Monde - La motion Cambadélis, un bréviaire pour ménager les sensibilités

Le texte de la motion A, nouveau bréviaire du PS adopté à 60 % par les militants jeudi 21 mai, est un produit politique comme seul le socialisme sait en faire germer. Non pas tant par les orientations politiques et économiques qu’il défend mais par la malléabilité de sa rhétorique qui permet à chacun d’y lire ce qu’il veut. Les quarante pages concoctées par Jean-Christophe Cambadélis pour le congrès du PS à Poitiers, du 5 au 7 juin, ménagent toutes les sensibilités, ouvrent beaucoup de portes et se gardent bien d’en fermer. François Hollande, qui avait fait de la synthèse un art, peut constater que le gant a été relevé avec brio
 
 
La motion de Jean-Christophe Cambadélis a remporté la majorité. Lors du vote organisé jeudi par le Parti socialiste en vue du congrès, le texte de l’actuel Premier secrétaire du PS a obtenu 60% des voix, loin devant la motion B, portée par le député frondeur Christian Paul. Alors que ce dernier a annoncé qu’il était temps de «tourner la page de la fronde parlementaire», la plupart des socialistes semblent saluer ce vote, y voyant le signe d’un «parti rassemblé et stabilisé»

23 et 24 mai

Lyon Capitale - Congrès du PS du Rhône : à chacun sa satisfaction après les résultats

Les adhérents du PS ont voté, jeudi 21 mai, les motions qui représentent la ligne politique de leur parti. Quatre motions étaient proposées afin de définir la ligne politique du Partie Socialiste jusqu'en 2017. Des résultats satisfaisants pour tous, mais pour des raisons différentes.

L'Obs - PS : pourquoi Cambadélis a gagné son combat

Certes, sa motion alliait les contraires. Certes, seuls les militants légitimistes se sont déplacés. Mais Jean-Christophe Cambadélis l'a largement emporté. Et c'est bien là le principal pour l'intéressé.

Le Parisien - Congrès PS : l'exécutif rassuré après la victoire de la motion Cambadélis

Président et Premier ministre peuvent souffler, le vent de fronde au PS semble retombé depuis la victoire, assez large, jeudi soir, de la motion A portée par le numéro un Jean-Christophe Cambadélis.

Le Figaro - Berger (PS): Cambadélis a "toute légitimité"

Jean-Christophe Cambadélis a "toute légitimité" pour rester premier secrétaire du Parti socialiste, a déclaré aujourd'hui Karine Berger, qui demande cependant aux deux candidats, Jean-Christophe Cambadélis et Christian Paul, d'exposer "comment ils entendent rassembler" le PS.

Slate - Le PS s'est trouvé une majorité, mais cherche encore des adhérents

Seulement 75.000 personnes ont participé au vote sur les motions, dans un parti dont le nombre de militants s'effrite depuis plusieurs décennies. Un reflet d'une tendance générale en Europe.

Europe 1 - Pourquoi Hollande a gagné le congrès du PS

DÉCRYPTAGE - La victoire de la motion de Jean-Christophe Cambadélis conforte le chef de l'Etat, déjà en route vers 2017.

"Je sais encore comment gagner un congrès", confiait François Hollande en novembre dernier. Six mois plus tard, le pari est remporté. La motion portée par le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, et soutenue par l'exécutif a recueilli plus de 60% des suffrages des militants jeudi. Pas un raz-de-marée, surtout au regard de la participation (autour de 55%), mais un score rassurant pour le chef de l'Etat. En marge d'un sommet européen à Riga, vendredi, François Hollande a d'ailleurs affiché sa satisfaction. "Tout ce qui peut apporter de la stabilité, de la cohérence et de la visibilité est bon pour l'action que je mène aujourd'hui pour la France", a-t-il salué.

Le Figaro - Pour Hollande, le résultat de la motion majoritaire est «bon» pour son action

Le président de la République s'est félicité du score obtenu par la motion du premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, qui a rassemblé près de 60% des voix. Il y voit un signe de «stabilité».

La tribune - Les militants socialistes votent la confiance au gouvernement

Dans la perspective du Congrès de Poitiers du Parti Socialiste, la motion défendue par le premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, et soutenue par le gouvernement a remporté environ 60% des suffrages des militants. Le Premier ministre Manuel Valls se trouve conforté dans sa politique. Les "frondeurs"' enregistrent une sévère défaite.

RTL - Congrès du PS : la motion de Cambadélis en tête, les frondeurs annoncent 30%

"La majorité absolue est acquise" pour la motion menée par Jean-Christophe Cambadélis selon Corinne Narassiguin, porte-parole du Parti Socialiste. Les frondeurs revendiquent un tiers des voix.

Le Monde - Vote au PS : vers la majorité absolue pour la motion portée par Jean-Christophe Cambadélis

A l'issue du vote des militants du PS, la motion portée par l'actuel premier secrétaire du parti remporte la majorité absolue. Le score définitif de Jean-François Cambadélis ne sera connu que dans la journée de vendredi.

Le Monde - Le PS va choisir son orientation jusqu’en 2017

Qu’ils soient d’affrontement, d’adoubement ou de confusion, les congrès font les grandes – et parfois sombres – heures du Parti socialiste. Quelque 130 000 militants sont appelés aux urnes jeudi 21 mai pour élire la motion, c’est-à-dire un texte programmatique porté par une liste de signataires, qui dirigera les instances pour les deux années à venir.

La semaine suivante, ils éliront le premier secrétaire du Parti. Ils pourront choisir entre les premiers signataires des deux motions arrivées en tête. Puis se tiendra, du 5 au 7 juin, le congrès à proprement parler, qui aura lieu cette fois-ci à Poitiers, mais qui ne revêt plus qu’une importance symbolique, les votes ayant déjà eu lieu.

Les déclarations et résultats de la soirée à suivre en direct avec nos journalistes

Libé - Congrès du PS, le camp Paul évoque déjà des «irrégularités»

Les militants socialistes votent encore dans leurs sections que, déjà, certains responsables de l’opposition à Cambadélis dénoncent des problèmes dans certaines fédérations.

22 mai

Francetvinfo - Les militants PS déchirés sur la ligne politique à suivre

Les militants socialistes doivent choisir entre quatre motions pour déterminer le cap politique de leur parti d'ici 2017. France 3 a rencontré trois militants quelque peu perdus.

20 minutes - Congrès du PS : A la veille du vote des militants, le ton monte entre les tenants des quatre motions

Jeudi, entre 17h et 22h, les militants socialiste votent pour les textes de quatre motions. Si Jean-Christophe Cambadélis devrait conserver son rôle de Premier secrétaire du PS, les tensions apparaissent ces derniers jours...

21 mai

Lyon Mag - Marcel Proust, Gérard Collomb et la pizza

Gérard Collomb - agrégé de Lettres - utilise comme boussole politique dans son action, les plus grands textes de la littérature française.

Libé - «Le socialisme d’avant est quand même différent de maintenant»

Libération suit jusqu'au congrès du PS la vie militante de deux sections socialistes. A Evreux, les militants de l'Eure se sont retrouvés lundi soir pour débattre des motions soumises à leurs suffrages jeudi. Dans une ambiance calme... pour cette fois.

Le Figaro - Réforme du collège: à l'aile gauche du PS, on dénonce «un coup de force» du gouvernement

.... À l'aile gauche, Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice de Paris, abonde en ce sens: «Je ne comprends pas le fait que le gouvernement passe son temps à parler de dialogue social et qu'il publie ce décret, surtout quand les enseignants font grève.» Bien qu'elle soutienne la réforme, comme le reste des frondeurs, elle estime qu'«une inflexion aurait pu être nécessaire», afin d'éviter de «créer de la rancœur et de paralyser la capacité de réforme».

France 5 - Les frondeurs vont-ils créer la surprise au congrès du PS ?

Député PS d'Indre-et-Loire, Laurent Baumel est l’un des animateurs de la Gauche populaire. Pour "C à dire ?!", il revient sur les enjeux du vote des militants socialistes ce jeudi pour déterminer l’orientation politique du PS, première étape du Congrès du parti qui se tiendra en juin prochain.

Metro - PS : les scénarios du vote sur les motions, et ce qu'ils diront sur le parti

POLITIQUE – Même si vous n’êtes ni militant, ni socialiste, le résultat du vote sur les motions de jeudi peut vous intéresser. Il sera en effet l’occasion pour le PS d’afficher sa force et son unité… ou sa faiblesse et sa désunion.

L'Obs - Michel Sapin promet des avancées sur le prélèvement à la source

Le gouvernement français veut avancer en 2016 et 2017 sur la question du prélèvement de l'impôt sur le revenu "à la source", a déclaré mercredi le ministre des Finances, Michel Sapin.

Le Figaro - Congrès du PS : Rebsamen «d'accord avec 99,9%» de la motion majoritaire

Le ministre du Travail a mis fin à la systématisation du CV anonyme. Le texte de la motion A, qu'il soutient, prévoit pourtant de le généraliser. Il s'en est expliqué devant la presse parlementaire en renvoyant à «l'histoire du PS».

Libé - Que doit faire la gauche ? Christian PAUL député de la Nièvre

Quiconque ose un vrai tour de France revient amoureux, fasciné par tant de projets, d’énergies, de créativité, et de solidarités agissantes. Et meurtri par la géographie des territoires en sécession. Cette carte relate l’appauvrissement, la désindustrialisation, les lieux abandonnés de la République, et l’installation durable du Front national.

Atlantico - Réforme du collège et des programmes : les ingrédients pour une explosion en vol du quinquennat Hollande sont-ils réunis ?

De gauche à droite, les arguments sont opposés, entre aspiration à l'égalitarisme et peur du nivellement par le bas des programmes scolaires. Un grand écart qui empêche tout rassemblement mais qui donne à la droite sa première réelle occasion de mettre à mal la politique du gouvernement.
 
 
En déplacement mardi soir à Carcassonne, le chef de l'Etat a distillé des indices qui montrent qu'il est déjà en campagne pour sa réélection en 2017.
 
 
Selon L'Obs, le patron des socialistes aurait déploré le manque de productivité des permanents du parti, critiquant un climat d'inertie. Les salariés ont menacé de manifester, Cambadélis a nié ses propos.

Boursorama - Cambadélis souligne la "contradiction" des ministres qui ne respecteraient pas sa motion

Jean-Christophe Cambadélis a affirmé lundi que si des ministres qui avaient signé sa motion ne respectaient pas les engagements qui y figurent, la "contradiction" viendra de "chez" eux" et non de "chez lui".

20 mai

Le Monde, Les décodeurs - Valls dit-il vrai sur les inégalités à l’école ?

Monté au créneau lundi 18 mai pour soutenir la réforme du collège de sa ministre de l’éducation nationale dans les matins de France Culture et une tribune dans Libération, Manuel Valls a dépeint un système éducatif en grandes difficultés et qu’il voudrait voir réformer.

REPLAY / INVITÉ RTL - L'ancien ministre de l'Éducation nationale estime que la réforme du collège est nécessaire.

Challenges - Collège : quand Chevènement achève la réforme de Valls et Vallaud-Belkacem

Une nouvelle grande voix de la gauche, celle de Jean-Pierre Chevènement, accuse la réforme du collège de porter un "égalitarisme niveleur". Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem pourront-ils tenir encore longtemps

Libé - Sans emploi, le CV anonyme abrogé

... «Efficace» pour les uns, «trop lourd» voire «contre-productif» pour les autres, le CV sans nom et sans genre divise. François Rebsamen lui-même est à la fois favorable à sa généralisation, en tant que «militant» PS (et signataire de la motion A de Cambadélis), et fossoyeur du dispositif, sous sa casquette de ministre du Travail. «Les conditions de recrutement des entreprises se sont diversifiées et il faut en tenir compte pour ne pas obtenir l’effet inverse à celui voulu», botte en touche le ministre.

Le Monde - Congrès du PS : un débat entre candidats aux airs de grand oral

C’était le moment le plus attendu de cette drôle de campagne. Mardi 19 mai, les quatre premiers signataires des motions pour le congrès du Parti socialiste se sont confrontés lors d’une assemblée générale de la fédération de Paris à la Mutualité. Moments rares dans une campagne où il aura surtout été question d’évitement et d’échanges de communiqués de presse rageurs.

Libé - Le PS n’est «pas devant le gouvernement comme un Marsupilami qui ferait houba houba»

A la Fédération socialiste de Paris mardi soir, les leaders des quatre motions du congrès de Poitiers ont confronté leurs positions à deux jours du vote des militants sur les textes d’orientation de leur formation.

Le lab - Congrès PS : Cambadélis reprend l'argument des frondeurs pour moquer la "contradiction" de Sapin

Récemment, Christian Paul s'était fait un plaisir de souligner le fait que Jean-Christophe Cambadélis "reprenne" certaines idées des frondeurs en vue du congrès du PS. Le patron des socialistes en donne lui-même un exemple lundi 18 mai. Sauf que cette fois-ci, il ne s'agit pas pour le Premier secrétaire du Parti socialiste de faire des propositions similaires à celles de l'aile gauche du parti, mais de leur emprunter leur argumentaire pour... se moquer de Michel Sapin.

Libé - Congrès PS : dites, y a quoi dans ces motions ?

A la veille du vote des militants socialistes sur les textes d’orientation présentés par quatre sensibilités, «Libération» présente les cinq thèmes les plus discutés

Le Lab - Congrès PS : pour Jean-Christophe Cambadélis, "il faut un nouvel Épinay"

BACK TO 1971 - Étape importante en vue du congrès du PS, mardi 19 mai : les représentants des différentes motions en lice étaient réunis pour une assemblée générale de la fédération de Paris, précédant le vote des militants, jeudi. L'occasion pour les têtes d'affiche de se mesurer les uns aux autres pour la première fois (et de mesurer leurs popularités respectives auprès des militants). L'occasion aussi, pour certains, de sortir les grosses références.

Sud Ouest - Congrès du PS : Christian Paul souffle sur le "paravent" Cambadélis

Les militants socialistes choisiront jeudi leur ligne politique. Christian Paul, le chef de file des frondeurs, lundi à Bordeaux, estime que le parti ne tient plus son rôle depuis trois ans

 
Benoît Hamon était l'invité de France Inter, ce mardi matin. Le député des Yvelines et ancien ministre de l'Education nationale est notamment revenu sur la réforme du collège, qu'il soutient, et le congrès du PS. "Dans mon propre parti (…) certains envisagent de travailler avec l'UDI ou le MoDem plutôt qu'avec le PC et EELV", a-t-il notamment déploré.

19 mai

Le JDD - Congrès du PS : les enjeux du vote de jeudi

Quel sera le score de la motion A portée par Jean-Christophe Cambadélis? Le vote des militants a lieu jeudi entre 17h et 22h. Pour beaucoup, au vu l'implication de Manuel Valls, le résultat marquera le soutien (ou non) des socialistes à la politique gouvernementale actuelle.

Le Lab - La motion C, héritière de Stéphane Hessel, dénonce les "pressions des caciques locaux" avant le Congrès du PS

C’est la motion la moins médiatique du Congrès du PS, la C, dite "des militants", menée par Florence Augier, le petit poucet du congrès de Poitiers. Héritière de la motion 4 portée en 2012 par l’indigné Stéphane Hessel, cette motion a comme fait d’arme le soutien de Lucienne du Petit Journal. Suffisant pour atteindre les 12% espérés ?

Libé - Valls : «Pourquoi la réforme du collège doit se faire»

Parmi les grandes avancées républicaines, il y a l’école. L’école laïque, gratuite et obligatoire. Son ambition – certains, déjà, à l’époque, la qualifiaient de démesurée : permettre à chacun de s’élever, casser les privilèges, faire que la naissance et le milieu social ne dictent pas le destin des enfants. Grande et belle ambition  ! Qui a encore toute son actualité.

Boursorama - Cambadélis souligne la "contradiction" des ministres qui ne respecteraient pas sa motion

Jean-Christophe Cambadélis a affirmé lundi que si des ministres qui avaient signé sa motion ne respectaient pas les engagements qui y figurent, la "contradiction" viendra de "chez" eux" et non de "chez lui".

"Nous demandons la grande réforme fiscale qui commence par l'impôt (le prélèvement, ndlr) à la source", a déclaré le premier secrétaire du PS, lors d'une conférence de presse sur la motion qu'il présente au Congrès de Poitiers. Avant 2017 ? "C'est clair", a-t-il répondu.

La Tribune - Michel Sapin exclut toute fusion entre impôt sur le revenu et CSG

A l'heure où les contribuables mettent la dernière touche d'encre sur leur déclaration de revenus 2014, dont la version papier doit être rendue au fisc avant mardi 19 mai minuit, le ministre des finances Michel Sapin a exclu dimanche tout projet de fusion IR-CSG, pourtant promis par François Hollande, car cela "augmenterait l'impôt" alors que le gouvernement assure vouloir les baisser.

Le Figaro - PS : le voyage des frondeurs en outre-mer agace Solférino

LE SCAN POLITIQUE - La direction du Parti socialiste n'apprécie pas le coût du déplacement en outre-mer des observateurs de la motion de Christian Paul, chargés de veiller au bon déroulement du scrutin pour le congrès de Poitiers.

18 mai

Le Lab - La Haute autorité du PS contrôlera les résultats des votes du congrès si Cambadélis lui demande

DOCUMENT LAB - Jeudi 21 mai, au PS, on vote sur les motions. Huit jours plus tard, les militants se prononceront cette fois sur le nom du Premier secrétaire. Et pour que tout cela se passe bien en transparence et sans contestation, Christian Paul et Karine Berger, tous deux leaders de motion ont demandé à la Haute autorité s'il elle voulait bien contrôler et annoncer les résultats. Jean-Pierre Mignard a répondu ce week-end dans cette lettre que Le Lab s'est procurée. Il y explique que contrôler les votes du Congrès ce n'est pas son job mais que si toutes les motions demandent ce contrôle, la Haute autorité le fera.

Capital - Vers un remaniement du gouvernement en juin

Un "ajustement" du gouvernement aura lieu le mois prochain, a déclaré lundi matin Manuel Valls sur France Culture. "J'ai parlé de changement ou d'ajustement parce qu'il y a notamment une ministre qui est candidate pour les régionales", a expliqué le Premier ministre en évoquant le cas de Carole Delga, secrétaire d'Etat au Commerce candidate pour la région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées.

Le JDD - Budget de la Culture : Filippetti dénonce "l'austérité qui continue"

Suite aux propos de Manuel Valls, qui regrettait la baisse du budget de la Culture en 2013 et 2014, l'ancienne ministre Aurélie Filippetti a dénoncé une "austérité" qui "continue" malgré la stabilisation en 2015 du budget de la Culture.

Challenges - Pour Benoît Hamon, la motion des frondeurs peut l'emporter

L'ancien ministre estime que la motion B de Christian Paul, qu'il soutient, pouvait l'emporter face à celle du premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis lors du vote des militants socialistes jeudi.

Le Figaro - Pascal Cherki : «Il faut conduire Hollande au second tour»

LE SCAN POLITIQUE - L'hypothèse d'une primaire socialiste pour 2017, fermement rejetée par la direction du parti, ne fait pas non plus l'unanimité chez les frondeurs assemblés autour de Christian Paul

09/05/2015

L'actualité des socialistes du 4 au 10 mai (mise à jour)

A la une

France 3 Bourgogne - Christian Paul, invité de "La voix est libre" samedi 9 mai sur France 3 Bourgogne REPLAY

Le député socialiste de la Nièvre Christian Paul était l'invité de "La voix est libre" samedi 9 mai 2015, à partir de 11h30. Il est le premier signataire de la motion B qu'il défendra lors du Congrès du PS du 5 au 7 juin prochain à Poitiers. Revoyez les deux parties de l'émission 

8, 9 et 10 mai

Le Monde - Après trois ans de Hollande, le contre-projet des frondeurs du PS

C’est leur façon de fêter les trois ans du quinquennat Hollande. En vue du congrès du PS à Poitiers du 5 au 7 juin, la motion B, qui regroupe l’aile gauche et les frondeurs du parti, a présenté mercredi 6 mai son « agenda des réformes » pour les deux ans à venir. Une sorte de contre-projet, à rebours de la politique gouvernementale, qu’ils entendent soumettre au vote des militants le 21 mai.
 
 
Le chef de la file de la motion B présentait ce matin les réformes qu'il souhaite voir appliquer avant la fin du quinquennat.

France Inter - Maxime Vaudano : « La moitié des promesses de François Hollande a été tenue »

Il y a trois ans, François Hollande remportait l'élection présidentielle. L'occasion pour le 5/7 de faire un bilan des promesses tenues (ou pas) du Président au côté de notre invitéMaxime Vaudano, co-fondateur du site luipresident.fr, journaliste au service « Les décodeurs » au journal Le Monde

Libé - En Seine-Saint-Denis, Aubry fait tourner la motion magique

La maire de Lille était invitée au Pré-Saint-Gervais, mercredi soir, pour soutenir la «motion A» de Jean-Christophe Cambadélis en vue du prochain congrès.

La Croix - Jean-Christophe Cambadélis : « Quand on veut bouger le Mammouth, l’immobilisme se met en marche »

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, était jeudi 7 mai l’invité de l’émission « Face aux chrétiens » présentée par Frédéric Mounier et coproduite par KTO. Le député de Paris répondait aux questions de Louis Daufresne (Radio Notre-Dame), Romain Mazenod (RCF) et Corinne Laurent (La Croix).

Le Point - Anne Hidalgo, reine en son royaume... et au-delà

La maire de Paris soutient la candidature du président de l'Assemblée nationale et appelle le président sortant, Jean-Paul Huchon, à faire de même.

Francetvinfo - "Le rassemblement est primordial, sans rassemblement la gauche ne peut pas gagner" annonce Marie Pierre de la Gontrie

Marie Pierre de la Gontrie était l’invitée du JT de midi. La première vice-présidente PS de la région Île-de-France, qui était candidate à l'investiture du PS pour les régionales, a annoncé son ralliement à Claude Bartolone, qui s'est déclaré candidat ce mercredi.

Lyon Capitale - Région  : nouveau bras de fer entre les écolos et Queyranne

Menacé de perdre sa majorité lors de l'adoption du contrat de plan État région de l'Ardèche, Jean-Jack Queyranne a dû plier face aux élus du groupe écologiste. En sortant en amendement à 10 millions d'euros, le président PS de la région à sauver un contrat de plan que viendra signer, lundi 11 mai, à Lyon, Manuel Valls. Retour sur une nouvelle journée de tension dans la majorité de gauche au conseil régional.

Le Figaro - Pour ses trois ans à l'Elysée, les frondeurs se rappellent au bon souvenir de Hollande

Pour fêter les trois ans de l'accession au pouvoir de François Hollande, la motion B et son premier signataire Christian Paul ont présenté mercredi leur calendrier des mesures à mettre en place d'ici la fin du quinquennat.

7 mai

Les Echos - Une majorité de Français pour la relance du pouvoir d'achat

Ils sont 51 % à juger que François Hollande devrait en faire sa priorité. Mais la nécessité de renforcer la compétitivité gagne les esprits.
 
 
Il a annoncé à la veille de la clôture des candidatures et deux semaines après avoir fermé la porte à une telle perspective qu'il se présentait finalement.

Le Monde, les décodeurs - Après trois ans de mandat, François Hollande a-t-il tenu ses promesses ?

Promesses brisées et tenues, annonces, courbes du chômage et des sondages : le site "Lui Président" vous propose de replonger dans les trois premières années du quinquennat de François Hollande.

Le Parisien - Stéphane Le Foll : «J'en veux aux frondeurs»

Alors que François Hollande est élu depuis trois ans, Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, juge que la situation s'améliore dans le pays.

Le Figaro - Cambadélis: Hollande "le glaive", Valls "le bouclier"

Jean-Christophe Cambadélis, numéro un socialiste, a jugé aujourd'hui que le côté protecteur de François Hollande serait reconnu in fine, assurant que le président est "le bouclier" et son premier ministre "le glaive". Interrogé, lors de l'émission Questions d'Info (LCP, France Info, AFP, Le Monde) sur les trois premières années du quinquennat, le Premier secrétaire a déclaré : François Hollande "a voulu une France unie pour aborder le redressement de la France sans crise sociale et sans sanction de marché. Cela nécessitait beaucoup de courage parce qu'on voulait le tirer à hue et à dia" (ndlr : à droite et à gauche).

Nextinpact - Christian Paul (PS) explique son abstention sur le projet de loi Renseignement

Le député socialiste Christian Paul, qui faisait partie des principaux opposants à la loi Hadopi, a annoncé cet après-midi qu’il s’abstiendrait lors du vote sur le projet de loi Renseignement. Une prise de position qui a grandement déçu certains internautes, et sur laquelle l’élu a bien voulu s’expliquer, dans nos colonnes.

6 mai
 
 
Si elle n'était pas au gouvernement, Christiane Taubira aurait pu manifester contre le projet de loi sur le renseignement. C'est ce qu'elle a déclaré mardi, peu après l'adoption du texte à l'Assemblée, estimant d'ailleurs qu'il pouvait encore "évoluer". "Il y a forcément des risques parce que les techniques et les technologies sont très puissantes", a constaté la ministre de la Justice sur Europe 1. "Je considère que ce débat est nécessaire et qu'il est souhaitable. (...) On a le droit de s'interroger parce qu'effectivement ça n'est pas banal."
 
Bruno Le Roux, président du groupe PS à l’Assemblée nationale, était l’invité de la matinale de Patrick Cohen pour défendre la loi sur le renseignement qui devrait être adoptée cet après-midi par les députés. Et pour rassurer les auditeurs sur ce texte controversé, le député de Seine-Saint-Denis a avancé un étrange argument que l'on peut résumer de la sorte : "Si vous estimez que cette loi est mal boutiquée et si vous redoutez que dans le futur le pouvoir politique en fasse mauvais usage, ne vous inquiétez pas et votez pour nous qui sommes les amis de la liberté" ! Voilà un raisonnement fulgurant...
 
Le blog de François Kalfon - Les vrais enjeux du congrès de Poitiers : l'impératif de lucidité face à la chimère du tripartisme

Parmi les enjeux masqués du congrès de Poitiers figurent en bonne place les conditions par lesquelles la gauche socialiste pourrait -malgré une impopularité persistante- gagner l'élection présidentielle. Les uns disant -ou le pensant très fort- que le tripartisme permettrait au candidat socialiste de gagner et qu'il suffirait de faire bloc derrière le président et le gouvernement sans faire de vagues en espérant sans le dire un duel face au FN au second tour; les autres (parmi lesquels je suis) considérant qu'il s'agit là d'un pari bien hasardeux. Car faute d'un diagnostic lucide et préalable sur l'adéquation entre le PS et sa base sociale, qui serait reconnu comme une forme d'aveu reçu comme tel par tous les déçus de la gauche, cet "échafaudage politique" risquerait grandement d'aboutir à une défaite supplémentaire. Celle-ci se doublant d'ailleurs d'une déroute si le candidat de la gauche était une nouvelle fois absent du second tour: un nouveau 21 avril cette fois-ci programmé en quelque sorte!

Paris Match - Hollande et Valls redressent leurs courbes

Dans le dernier tableau de bord Ifop/Fiducial pour Paris-Match et Sud-Radio, la cote de confiance du chef de l’Etat remonte d’un point (26%) alors qu’il franchit le cap des trois ans à l’Elysée. Celle de son Premier ministre repart à la hausse (+4) et atteint 49%. L'analyse de Bruno Jeudy.

 
Quelque 200 personnes, ministres proches du chef de l'Etat, parlementaires et militants, se sont réunis aujourd'hui pour un "point d'étape" après trois ans de présidence Hollande, afin d'entamer un "travail de reconquête" en vue de 2017.
 
 
Face à Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen, François Hollande n'aurait aucune chance de se faire réélire si l'élection  présidentielle avait lieu aujourd'hui. Dans tous les cas de figure, son Premier ministre Manuel Valls ferait mieux.  C'est l'enseignement de notre sondage Odoxa.

Les Echos - Christian Paul : « Simplifier la vie des entreprises ne peut se faire au prix de la précarisation des droits des salariés »

Christian Paul, qui mène l'aile gauche du PS au congrès de Poitiers en juin, dévoile l'« agenda des réformes » qu'il présentera ce mercredi, jour anniversaire des trois ans de l'élection de François Hollande.

#PJLRenseignement Abstention en vue chez les frondeurs : Christian Paul (PS) prévient qu'il ne votera pas le projet de loi sur le renseignement

L'Obs - Loi sur le renseignement : les 5 dangers du texte

Le projet de loi sur le renseignement doit être voté ce mardi à l'Assemblée. Rappel des points qui soulèvent des inquiétudes.

Bruno Le Roux, président du groupe PS à l’Assemblée nationale, était l’invité de la matinale de Patrick Cohen pour défendre la loi sur le renseignement qui devrait être adoptée cet après-midi par les députés. Et pour rassurer les auditeurs sur ce texte controversé, le député de Seine-Saint-Denis a avancé un étrange argument que l'on peut résumer de la sorte : "Si vous estimez que cette loi est mal boutiquée et si vous redoutez que dans le futur le pouvoir politique en fasse mauvais usage, ne vous inquiétez pas et votez pour nous qui sommes les amis de la liberté" ! Voilà un raisonnement fulgurant...
 
 
Le Sénat a voté la volet de la loi Macron prévoyant l'ouverture 12 dimanches par an dans la distribution.
 
 
Le congrès du Parti socialiste est entré dans sa phase active. Benoît Hamon, ancien ministre et porte-parole de la motion de la gauche du parti, revient ici sur ses critiques de l’action du gouvernement auquel il a appartenu. Il explique aussi pourquoi il croit encore à la réussite possible du quinquennat.
 
5 mai

Le Figaro - Régionales : l'hypothèse d'une candidature de Benoît Hamon en Ile-de-France

«Benoît se pose la question de savoir s'il faut y aller ou pas», explique ce lundi dans le JDD l'un des proches de l'ancien ministre de l'Éducation, l'eurodéputé Guillaume Balas. Alors que le dépôt des candidatures pour les élections régionales de décembre prochain doit se clore jeudi, le Parti socialiste pourrait se trouver avec un nouveau candidat.

Libé - Loi renseignement : «La vie privée, et donc les libertés, sont atteintes»

Le député socialiste frondeur Pouria Amirshahi votera contre le projet de loi, mardi à l'Assemblée.

Pouria Amirshahi, député PS des Français établis hors de France dans la circonscription «Afrique du Nord et de l’Ouest», prévoit de voter contre le projet de loi sur le renseignement. Alors que l’Assemblée nationale devrait, sans surprise, adopter à une large majorité le texte défendu par le gouvernement au nom de la lutte contre le terrorisme, le «frondeur» va écrire à ses collègues députés pour exposer ses arguments.

Huffington Post, Romain Blachier - Loi renseignement: si j'étais député...

Si j'étais député et que je devais la semaine qui vient, me prononcer sur le Projet de Loi Renseignement, j'avoue que j'aurais différentes choses à examiner avant de m'exprimer un peu vite sur la question. Surtout que les principales formations politiques, à commencer par la direction du Parti Socialiste, n'ont pas joué leur rôle en prenant position. Ce qui est dommage: c'est tout de même, comme le soulignait la députée PS Karine Berger, à cela que sert un parti.

Libé - Cambadélis: le 1er mai, «un concentré de ce qui se passerait avec le FN au pouvoir»

Le 1er mai du Front national, entre brouille Le Pen père-fille, évacuation brutale des Femen et journalistes agressés, est un «concentré de ce qui se passerait si le FN arrivait au pouvoir», a estimé lundi Jean-Christophe Cambadélis, numéro un du PS.

Le Lab - Comme Najat Vallaud-Belkacem, Jean-Christophe Cambadélis trouve que Marine Le Pen "a des côtés harpie"

C'EST CELUI QUI DIT QUI EST - Jean-Christophe Cambadélis l'affirme : il "ne soutient personne" à part le PS et n'a "pas besoin des Femen pour exprimer" le fond de sa pensée au sujet du Front national. Mais s'il lui faut dire qui, de Marine Le Pen ou des militantes féministes, incarne le mieux le qualificatif de "harpie", son choix est vite fait. Et vous ne serez pas surpris d'apprendre que c'est la présidente du parti d'extrême droite qui hérite du sobriquet.

4 mai

Le JDD - CSG : Bercy dit non à Jean-Christophe Cambadélis

INDISCRET - Bercy refuse de baisser la CSG, l'une des propositions de Jean-Christophe Cambadélis qu'il portera au prochain congrès du PS.

L'Obs, Le Plus, Karine Berger - Chômage, précarité... La gauche ne doit pas célébrer le 1er mai. Elle doit le réinventer

LE PLUS. Difficile de parler de "fête" du travail alors que le taux de chômage a atteint un nouveau record en début de semaine. En vue du congrès du PS de cet été, la députée socialiste Karine Berger est première signataire de la motion "La Fabrique". Pour elle, il est primordial de repenser la notion de "travail". Décryptage.

Le Parisien - Essonne : Guedj (PS) se sent « aussi » responsable de la défaite

La faute… au gouvernement et un peu à lui « aussi ». Ce dimanche midi, Jérôme Guedj, l’ex-président socialiste du département, est revenu sur la défaite de la gauche en Essonne où il a remis il y a un mois les clés de la présidence à l’UMP François Durovray.

05/04/2015

L'actualité des socialistes du 30 mars au 5 avril (mise à jour)

A la une

Le JDD - L'aile gauche partira groupée au congrès du PS

Malgré la rivalité entre Emmanuel Maurel et Benoît Hamon, un dirigeant assure que les "frondeurs" iraient unis au congrès du PS en juin.

Libé - Congrès PS: vers un rassemblement des plus à gauche

A une semaine du dépôt des motions pour le congrès de Poitiers, les sensibilités socialistes en désaccord avec la politique économique du gouvernement se rapprochent.

5 avril

Challenges - Les Français soutiennent la ligne social-libérale de Valls !

Le Premier ministre peut se féliciter du sondage publié par Le Journal du Dimanche, mais il démontre toute la difficulté du moment: rassembler la gauche sans changer de cap économique ...

Le Point - Hamon (PS): une "parole collective" monte à gauche

L'ex-ministre PS Benoît Hamon a affirmé jeudi qu'une "parole collective" montait à gauche, à l'approche du Congrès du PS, pour réclamer des "changements" dans la politique du gouvernement.

"Il y a beaucoup de gens qui disent la même chose. Quand on écoute aujourd'hui le diagnostic posé par Martine Aubry, Arnaud Montebourg, Aurélie Filippetti, Christiane Taubira dans un autre registre (...) il y a des constats qui sont les mêmes et qui sont assez simples, sauf à être totalement dans le déni et à vouloir plonger bien profond la tête dans le sable", a déclaré Benoît Hamon sur LCI et Radio Classique.

Le Monde - PS : première motion déposée avant le congrès de Poitiers

La compétition au PS est déjà sur les rails. Le courant « cohérence socialiste », mené par les quatre députés Karine Berger, Valérie Rabault, Yann Galut et Alexis Bachelay, a décidé de déposer sa propre motion pour le congrès de Poitiers du 5 au 7 juin. Ils font alliance pour l'occasion avec trois autres premiers signataires de contributions générales, Dominique Bertinotti, l'ancienne ministre de la famille, Nicolas Brien et Madeleine Ngombet.

4 avril

Libé - François Hollande fait un petit pas vers sa gauche dans l'Oise

Ce vendredi, le Président a annoncé la création d'un compte personnel d'activité. Une mesure sociale censée rassurer sa majorité avant le congrès du PS en juin, sans toutefois toucher à ses mesures phares.

Le Point - Le "compte personnel d'activité" : le geste de Hollande sur sa gauche

Le Parti socialiste a salué "une avancée importante dans le processus de sécurisation des parcours professionnels", demandé par les fidèles de Martine Aubry.

Le Monde - Hollande annonce des mesures pour favoriser l’investissement dans les PME

Après l’usine PSA de Trémery (Moselle) la semaine précédente, le président continuait inlassablement son tour de « la France qui gagne », vendredi 3 avril, dans une forge de Trie-Château (Oise). Mais en plus des traditionnelles assurances sur l’imminence d’une reprise, égrenées avec insistance depuis un mois, François Hollande y a apporté dans sa besace des annonces : des mesures destinées à favoriser l’investissement industriel dans les PME.
 

Le gouvernement préfère ne pas mettre sur la table les questions de simplification du contrat de travail et de la durée du travail. Et ce pour ne pas attiser les frictions au sein du parti socialiste en pleine préparation de son congrès.

France Bleu - Régionales : Jean-Jack Queyranne annonce sa candidature

L'actuel président de la région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, a annoncé officiellement sa candidature à l'investiture PS pour la présidence de la future région Rhône-Alpes Auvergne. Le président en a également profité pour répondre aux attaques de la droite, concernant notamment le financement de l'autoroute A45.

Le Monde - Pour Sapin, la reprise dépend désormais des entrepreneurs

Le ministre de l’économie Michel Sapin a déclaré, vendredi 3 avril sur RTL, qu’il est désormais de la « responsabilité du monde économique » de transformer en « décisions » et en « investissements » les « marges » qu’elles ont dégagées dans un contexte de « petite reprise » de la croissance. Jeudi, l’Insee a légèrement revu à la hausse ses prévisions et s’attend à une progression de 0,4 % du PIB au premier trimestre puis 0,3 % au deuxième.
 
S'il n'est pas tout à fait frondeur, Jean-Marc Germain, député socialiste des Hauts-de-Seine, ne désavoue pas, pour autant, le courant hostile à Manuel Valls. Sans dévoiler les intentions de celle pour qui il roule, ce proche de Martine Aubry et époux, à la ville, d'Anne Hidalgo, tire les conséquences de la déroute des socialistes. 

Le Monde - Benoît Hamon : « Il est temps que le quinquennat soit associé à une amélioration de la vie des Français »

Après Arnaud Montebourg, Cécile Duflot et même la garde des sceaux Christiane Taubira, Benoît Hamon a apporté sa contribution, jeudi 2 avril, au flot de critiques venues de gauche qui accablent le gouvernement après sa cuisante défaite aux élections départementales. « Il est temps que le quinquennat soit associé à une amélioration de la vie des Français », a déclaré sur Radio Classique et LCI l’ex-ministre de l’éducation, membre de l’aile gauche du Parti socialiste, qui a quitté le gouvernement en août 2014 sur un désaccord avec la politique menée par Manuel Valls.
 
 
Après la défaite de la gauche aux départementales, l’ex-ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique sort de son silence dans «Les Echos».
 
3 avril
 
 
Seulement huit femmes figurent parmi les 98 présidents de conseils départementaux élus jeudi. Elles n'étaient que quatre auparavant.

L'Humanité - Face à la ligne Valls, Martine Aubry passe à l’offensive

Deux jours après la déroute du PS aux élections départementales, la maire de Lille passe à la vitesse supérieure.

Les Echos - Le dilemme de Martine Aubry

La maire de Lille a huit jours pour décider si elle dépose ou non une motion au congrès du PS. En clair, si elle compose ou entre en guerre avec François Hollande.

 
La claque des départementales à peine digérée, le coup de sifflet du sprint du congrès est sifflé. Le calendrier est serré puisque le 11 avril, le Conseil national du PS entérinera les différentes motions qui feront l’objet d’un vote des militants. Un congrès prévu pour début juin qui pourrait, en cas de victoire de la ligne critique au gouvernement, obliger François Hollande à infléchir sa politique économique.

LCP - Baumel (PS) demande à Hollande des "inflexions politiques" sans "se renier"

Le député frondeur espère que le chef de l’État acceptera d’apporter des "équilibres un peu différents" après la défaite socialiste lors des élections départementales.

"Il y a un petit paradoxe à nationaliser une élection locale et ensuite, en l’ayant perdue, à dire ’je continue la même politique, je ne change pas de cap’." Laurent Baumel, le député socialiste frondeur d’Indre-et-Loire, a demandé à l’exécutif, mercredi sur le plateau de Politique Matin, "d’apporter des inflexions" à sa politique afin de la rendre plus "équilibrée", après la défaite de la gauche aux élections départementales.

Le JDD - Martine Aubry attend "des signes forts et non des vaguelettes"

Lors d'une réunion avec ses soutiens,à laquelle se sont joints une partie des frondeurs, mardi soir, la maire socialiste de Lille Martine Aubry a fortement critiqué la ligne Valls. Avec le prochain congrès du PS en ligne de mire.

Regards - Emmanuel Maurel : « Notre électorat est plus unitaire que nous »

Le frondeur Emmanuel Maurel s’attriste de voir l’exécutif mener le Parti socialiste de revers électoral en revers électoral. Mais espère lui faire changer son cap social-libéral grâce à une entente entre les différentes forces de gauche... rangées derrière le PS.

2 avril

 
INFO RTL - La maire de Lille a réuni une centaine de ses proches, au lendemain de la défaite socialiste aux départementales et a obtenu des garanties de la part du Président.

Le Figaro - Devant ses troupes, Martine Aubry lâche ses coups contre Manuel Valls

Lors d'une réunion avec ses soutiens mardi soir à l'Assemblée, la maire de Lille a fustigé la stratégie du premier ministre pour les départementales. Elle pourrait déposer sa propre motion pour le congrès du parti.

Le lab - Martine Aubry laisse planer le doute quant à sa candidature au congrès du PS

LA GRANDE INCONNUE - Ce n'est pas encore aujourd'hui que l'on connaîtra avec précision les intentions de Martine Aubry. Mais à défaut de dévoiler son jeu, la maire de Lille entretient savamment le doute. Devant ses soutiens à l'Assemblée nationale, mardi 31 mars, l'ancienne Première secrétaire du PS a en tous cas laissé planer l'éventualité d'une candidature de sa part au congrès du parti, qui se tiendra à Poitiers début juin.

France 3 - Réunion d'une centaine de parlementaires et d'élus locaux autour de Martine Aubry

La maire de Lille, Martine Aubry, a réuni mardi soir à l'Assemblée nationale ses soutiens parlementaires, ainsi que des élus locaux, pour faire le point après les départementales et avant le dépôt des motions en vue du congrès du PS, en juin à Poitiers.

Le JDD - Comment Valls a tenté de remobiliser les socialistes

Manuel Valls, qui considère avoir le soutien des Français pour rester à son poste de Premier ministre un an pile après sa nomination, s'est adressé mardi aux députés socialistes pour les convaincre d'"approfondir les réformes" sans changement de cap vers la gauche.

Le Monde - Scrutin après scrutin, Hollande perd ce qu’il a gagné

Le premier secrétaire avait tout gagné. Le président est en passe de tout perdre. Après des municipales dévastatrices, qui avaient laissé la gauche délestée de quelque 150 villes de plus de 9 000 habitants en mars 2014, le second tour des élections départementales, avec 28 départements perdus, dimanche 29 mars, a aggravé la saignée, annonçant un scrutin régional du même acabit. En décembre, François Hollande pourrait bien avoir liquidé la majeure partie des positions de pouvoir tenues par la gauche dans les collectivités territoriales. C’est sur la conquête de celles-ci qu’il avait édifié onze ans durant, à la tête du PS, la rampe de lancement de ses ambitions présidentielles.

1er avril
 
 
Alors que le Front national se targuait d'être « le premier parti de France » après les élections municipales et les européennes de 2014, la droite républicaine et ses alliés sont sortis largement victorieux des élections départementales, dont le second tour se déroulait dimanche 29 mars. A l'issue de ce scrutin local, qui peut revendiquer le titre de premier parti de France ?
 

Trois jours après la défaite du Parti socialiste aux élections départementales, Manuel Valls ne dévie pas de sa ligne politique : il faut rassembler la gauche, mais pas question de revenir sur les grandes orientations économiques décidées par son gouvernement.

Libé - Valls s'essaye à la manière pas forte

S'exprimant devant le groupe PS de l'Assemblée, deux jours après la défaite départementale, le Premier ministre n'a rien concédé sur le fond mais sans en rajouter sur la forme.

Le Monde - Départementales : la coûteuse défaite du PS

La sévère défaite de la gauche aux élections départementales risque de coûter cher au Parti socialiste. Un an après l'échec aux municipales, ce nouveau revers, dimanche 29 mars, est une nouvelle fois synonyme pour le parti au pouvoir d'un recul sur le plan local.
 
 
Au Parti socialiste, la défaite n'est pas seulement politique. Elle est aussi financière et humaine. Tous les conseillers départementaux du PS sont tenus de reverser à la fédération de leur département entre 5 % et 10 % de leur indemnité. «Entre 1400 et 2000 euros de cotisation annuelle par conseiller départemental», indique le trésorier de la Rue de Solferino, Jean-François Debat. Face au reflux, celui-ci envisage la fermeture de certaines permanences locales.
 

Candidat malheureux à la réélection dans son canton de Lons-Le-Saunier, l'ancien président socialiste du département du Jura a annoncé son retrait de la vie politique. Invité sur l’antenne de France info, Christophe Perny n’a pas mâché ses mots pour critiquer la politique de Manuel Vall

31 mars
 
 
Dans une société travaillée par les aspirations individualistes et les pulsions de repli identitaire, le vote FN ouvre une nouvelle ère politique.
 

Au lendemain du second tour des élections départementales, c’est Benoit Hamon qui a été l’un des premiers appelés à poser des mots sur les plaies, dans les différentes émissions matinales du lundi 30 mars. « C’est une défaite » a sobrement estimé l’ancien porte-parole du parti socialiste lundi matin sur RTL. « Pas besoin », pour lui, d’aller puiser dans un vocabulaire plus chargé en superlatifs. « C’est une défaite, incontestable », a juste répété Benoit Hamon, préférant sans tarder en analyser les raisons. Pour le député des Yvelines, l’explication tient dans « la division de la gauche » d’un côté, et de l’autre dans « des résultats qui se font attendre sur les questions essentielles, le pouvoir d’achat, la situation des petits retraités, l’emploi évidemment… ».
 

Emmanuel Maurel, député européen et conseiller régional d’Ile-de-France, réagit vivement aux résultats du second tour des élections départementales et à la déclaration de Manuel Valls. Pour lui, « il faut faire preuve de lucidité et avoir l’intelligence de changer de politique ».
 
30 mars
 
 
Les socialistes subissent une lourde défaite, ne conservant qu’une trentaine de départements. Face à la vague bleue, le Premier ministre promet de garder le cap.
 

L’alternance politique n’est pas qu’une abstraction. Parfois, elle se ressent physiquement. Il est 23 heures, dimanche 29 mars, dans le hall de la préfecture d’Evry. Le président sortant du conseil général, le socialiste Jérôme Guedj, arrive avec quelques proches, tandis que Georges Tron et les nouveaux élus UMP répondent aux médias et profitent du buffet. Perdants et gagnants se frôlent et se toisent. Sans un mot. « Voilà le nouveau visage de l’Essonne… », lâche un conseiller de M. Guedj en observant les nouvelles têtes et leurs sourires.
 
 
Mardi, à l'Assemblée nationale les proches de l'ex-première secrétaire du PS, doivent se retrouver pour faire un bilan du scrutin de dimanche et préparer le congrès PS.
 
Le Monde - Suivez en direct les résultats du second tour des départementales 

La droite pourrait conquérir 20 à 40 départements à l'issue du second tour, tandis que le score du FN sera guetté. A 17 heures, la participation s'élevait à 41,94 %.

Libé - Canton par canton, retrouvez tous les résultats à partir de 20 heures 
 
 
 
L'aile gauche du PS profite de la déroute de son parti aux élections départementales pour lancer un nouvel appel. Les frondeurs veulent un "contrat de rassemblement" avec l'ensemble de la gauche. Une manière de mettre la pression sur le gouvernement de Manuel Valls.
 
 
 
Ce dimanche soir, chaque parti pourra peut-être avancer, avec plus ou moins de bonne foi, des motifs de satisfaction.... Le PS a «gagné» si…Il sauve plus de vingt-cinq départements
 
 
Dans ce département à gauche depuis 1976, le second tour s'annonce très serré entre les socialistes et l'UMP.

04/04/2015

Mardi Politique - A. Filippetti: «Favorable à des primaires de l’ensemble de la gauche»


A. Filipetti: «Favorable à des primaires de l... par rfi

03/04/2015

Radio France: Filippetti s'étonne "que ce soit la droite qui donne des leçons sur l'opacité"


Radio France: Filippetti s'étonne "que ce soit... par BFMTV

30/03/2015

Filippetti: "On ne peut pas continuer d'aller dans le mur en klaxonnant"


Filippetti: "On ne peut pas continuer d'aller... by BFMTV

20/03/2015

L'actualité des socialistes du 16 au 22 mars (mise à jour)

Fin de campagne.... prochaine mise à jour dimanche à 20h

A la une

Départementales : une campagne éclipsée par la menace du FN

C’est une drôle de campagne qui raconte une France prête à tout instant à verser dans l’irrationalité. Comme cet homme qui interpelle sa conseillère générale dans le Tarn-et-Garonne, à propos de l’impossible édification de son pigeonnier pour cause de zone inondable. « Qu’est ce que vous allez faire pour moi ? », lance-t-il comme une supplique. Quand l’élue lui répond que cela ne relève pas des compétences du conseil général, il rétorque, désabusé : « Décidément, il n’y a que Marine qui s’occupe de nous… »

20, 21 et 22 mars

Contexte - Garantie jeunesse : la Commission devrait avancer « au moins 50 % des fonds », estime Philip Cordery

Le député PS vient de rendre un rapport sur l’emploi des jeunes en Europe. Il répond aux questions de Contexte.

 
Le ministre de l'Économie était en déplacement jeudi à Fresnes à la rencontre des militants à trois jours du premier tour des départementales.
 
 
Un petit pas pour le socialisme mais un grand pas pour celui qui, bien que n’ayant pas en poche la carte du parti du même nom, tenait meeting, jeudi 19 mars, pour les élections départementales. Certes, la salle était modeste, mais elle était pleine. Deux cents personnes s’étaient déplacées à Fresnes (Val-de-Marne), tout autant pour encourager les candidats du PS, dans ce département – un des deux derniers – dirigé par le PCF, que pour écouter la tête d’affiche du jour : Emmanuel Macron. 
 
 
Manuel Valls s'est rendu dans le fief du président, en Corrèze, à trois jours du premier tour des départementales. Au menu : taper sur Sarkozy, déconstruire le discours du FN, et assurer de sa fidélité au chef de l'Etat.
 

L’épisode de pollution se poursuivant à Paris, la maire PS de la capitale, Anne Hidalgo, a réitéré sa demande de mise en place de la circulation alternée pour la journée de samedi, en raison de la persistance du pic de pollution aux particules fines PM10. 

Les Echos - Benoît Hamon à la recherche de la gauche perdue

L'ancien ministre de Manuel Valls, débarqué fin août, a fait son retour dans le jeu politique comme « haut-parleur des frondeurs ». A trois mois du congrès du PS, cet électron libre oscille entre doute et envie d'agir.
20 mars

Le Monde - Hollande choisit le magazine « Society » pour corriger son image

Par petites touches, François Hollande, à l’approche du troisième anniversaire de son élection, s’emploie à corriger son image. Et sur des supports de plus en plus inattendus. Entre confidences personnelles et vision régalienne, le président accorde ainsi un entretien fleuve au tout nouveau magazine Society, dans son deuxième numéro, à paraître vendredi 20 mars. Un média apparemment décalé pour une stratégie de présentation de lui-même qui se précise, visant à souligner une forme de présidentialité acquise lors des attentats de janvier sans pour autant gommer un sens de la proximité, qui, en campagne, avait constitué l’une de ses forces.

Libé - Montebourg chez Habitat

Reconversion. L'ancien ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a été nommé vice-président du conseil d'administration de la chaîne d'ameublement française Habitat.

Le Monde - La gauche peut-elle perdre la Seine-Saint-Denis ?

L’ancienne banlieue rouge a pris quelques bleus. Dirigée pendant quarante et un ans par les communistes, puis par les socialistes depuis 2008, la Seine-Saint-Denis est un bastion de la gauche depuis la naissance du département, en 1968. « D’habitude, on connaît l’issue des élections à l’avance », confirme Stéphane Troussel, le président socialiste du conseil général. La gauche ou la gauche. Mais si celle-ci reste favorite pour le scrutin départemental des 22 et 29 mars, prévient-il, « l’incertitude existe avec la droite ».
 

En meeting mercredi soir dans le Pas-de-Calais, le Premier ministre a dû s’employer pour booster les socialistes dans un département à haut risque FN.

Libé - En cas de cession, le gouvernement à reculons sur le droit des salariés

Selon «les Echos», la sanction en cas de non respect du droit à l'information des salariés lors de la vente de leur entreprise serait allégée. Hamon juge la réforme «non opportune».

19 mars

Le Monde - Départementales : la déroute annoncée du PS

S'attendant à une sévère défaite, le Parti socialiste fait profil bas avant les élections départementales des 22 et 29 mars. Dépourvue de bilan solide en matière économique, traversée par une ligne de fracture depuis en plus en plus profonde entre légitimistes et « frondeurs », la majorité, et au premier chef Manuel Valls, ont fait du Front national leur principal cible. 
 
 
En meeting lundi soir à Evry, le Premier ministre a vivement répliqué à Nicolas Sarkozy, à quelques jours du premier tour des départementales.

Le Monde - Jean-Christophe Cambadélis : « Il y a une impunité pour le FN »

Pour Jean-Christophe Cambadélis, « il y a aujourd’hui dans notre pays une impunité pour le Front national et l’extrême droite ». Invité du « Forum France Bleu-France Info », mercredi 18 mars, à quelques jours du premier tour des élections départementales, le premier secrétaire du PS, a poursuivi : « Aujourd’hui, on peut dire ce que l’on veut dans l’espace public, on peut faire ce que l’on veut, être soutenu par les banques poutiniennes, détourner les fonds du Parlement européen pour financier l’ensemble de son appareil politique, ça n’intéresse personne. »

Le Monde - Aubry brouille les pistes sur sa succession à Lille

Après l’annonce surprise de l’installation à Lille de l’ancien ministre de la ville François Lamy, le 15 novembre 2014, les rumeurs allaient bon train sur l’avenir de l’ancien conseiller municipal d’opposition de Palaiseau (Essonne). Martine Aubry préparait-elle sa succession en mairie de Lille ? A défaut de clarifier ses intentions pour les élections municipales de 2020, l’ancien ministre du gouvernement Ayrault a confirmé son intention de prendre place de manière durable dans la capitale des Flandres.

Libé - Loi prostitution : démission soudaine d'un sénateur PS opposé à la pénalisation des clients

En désaccord avec le gouvernement, Jean-Pierre Godefroy a démissionné de la commission spéciale sur la loi prostitution.

Le Monde - Ayrault à l’heure des comptes

Une interview à Ouest France pour mobiliser la gauche et régler ses comptes avec Manuel Valls. Jean-Marc Ayrault n'a pas attendu le résultat des élections départementales pour se démarquer fortement de son successeur.

18 mars

Le Monde - Jean-Marc Ayrault, un premier ministre dans les yeux de sa fille

Jean-Marc Ayrault ne semble pas amer, ou rancunier. Un peu interdit plutôt, meurtri aussi, par ces deux années à Matignon et par la façon dont elles se sont terminées. C’est sa fille, Elise, qui, au terme du documentaire qu’elle lui consacre - « Mon père, ce Ayrault », diffusé en avril sur France 3 - le dit : pour elle, sa démission fut un « soulagement ». « Tu souffrais pour moi… », relance l’intéressé.

Le JDD - Départementales : deux économistes prédisent une grande vague bleue

Deux économistes chercheurs à l'université Paris II prédisent une grande vague bleue aux élections départementales, en fonction d'un modèle économétrique qui intègre l'évolution du chômage et la popularité de l'exécutif. L'UMP emporterait environ trois cantons sur quatre. La gauche perdrait des bastions comme le Pas-de-Calais, et le FN remporterait plus de 100 cantons.

LCP - Guedj (PS) : "problème éthique et moral" dans le soutien de Sarkozy à Tron

Jérôme Guedj, le président (PS) du conseil général de l'Essonne, a qualifié lundi de "petit problème éthique et moral" le fait que Nicolas Sarkozy vienne soutenir lundi soir Georges Tron, renvoyé aux assises pour viols et agressions sexuelles.

17 mars

Le Quotidien du Médecin - Loi santé : Olivier Véran s’attaque à la promotion de la maigreur excessive chez les mannequins

Dans le cadre du projet de loi santé, deux amendements interdisant le recours aux mannequins dénutris et l’apologie de l’anorexie ont été déposés ce matin à l’Assemblée nationale par le député PS de l’Isère, le Dr Olivier Véran, neurologue au CHU de Grenoble, par ailleurs rapporteur du volet Promotion et prévention du projet de loi.

Le Figaro - Bouches-du-Rhône : le socialiste Mennucci veut en finir avec Guérini

Le député de Marseille appelle les électeurs à ne pas voter pour le président sortant du Conseil général des Bouches du Rhône mais pour les socialistes.

Libé - PS, UMP, et FN : «La tripartition est un système transitoire»

Jérôme Fourquet, directeur à l’Ifop, analyse les conséquences de la montée de l’extrême droite.

Pour Jérôme Fourquet, directeur du département opinion publique à l’Ifop, l’élimination toujours plus fréquente des candidats PS ou UMP aux premiers tours des scrutins majoritaires peut précipiter la recomposition du paysage politique. De Valls à Juppé, plusieurs responsables de partis ne disent pas autre chose.

16 mars

C Politique : JC Cambadelis

La journaliste reçoit Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti Socialiste. Son portrait, dans l'exercice de sa fonction, ainsi qu'un débat autour d'un thème d'actualité sont les temps forts de l'émission qui se termine par la réponse aux questions diverses, sur la base de SMS ou de questions postéessur les réseaux sociaux par les téléspectateurs.

Le Lab - Les socialistes Claude Bartolone et Jean-Christophe Cambadélis favorables au vote obligatoire qui pourrait être "une piste" contre le FN

Rendre le vote obligatoire permettrait-il de résoudre la crise démocratique qui sévit en France ? L’écologiste François de Rugy le pense, lui qui a déposé une proposition de loi en ce sens. Il a trouvé ce dimanche 15 mars deux soutiens de poids dans la majorité socialiste alors qu'une note d'un think-tank proche du PS plaide en ce sens.

Libé - Sondage: popularité en baisse pour Hollande et Valls

François Hollande et Manuel Valls continuent de perdre les points de popularité acquis après les attentats de janvier avec respectivement 27% et 40% de bonnes opinions, selon un sondage BVA-Orange-iTELE publié samedi.

Le Lab - Manuel Valls met en garde les communistes, qui "peuvent disparaître"

Quoi qu’il en dise, Manuel Valls ne réserve pas ses coups au seul Front national. Dans le Journal du Dimanche de ce 15 mars, le Premier ministre en campagne adresse une sérieuse mise en garde aux communistes dans la perspective de 2017.

Libé - En visite à Amiens, Najat Vallaud-Belkacem joue à domicile

A quelques jours des départementales, la ministre de l'Education nationale s'est rendue vendredi soir dans le quartier de son enfance, pour une visite politique aux airs de retour aux sources.

14/03/2015

L'actualité des socialistes du 9 au 15 mars (mise à jour)

15 mars

L'Express - La croisade acharnée de Manuel Valls contre le FN en quatre actes

En campagne pour les élections départementales depuis le début du mois, Manuel Valls enchaîne les tacles au Front national, favori des scrutins selon les sondages. D'abord alarmiste, le Premier ministre se montre de plus en plus dur.

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis déclare dans un entretien à paraître dimanche dans La Provence qu'il faut dans les Bouches-du-Rhône "en finir avec le système GG: Guérini-Gaudin", refusant d'apporter son soutien à Jean-Noël Guérini en cas de duel contre l'UMP aux départementales.

Le Lab - La blagounette de Claude Bartolone qui espère, "bien sûr", être un jour le roi des éléphants

Chaque samedi, LCI rencontre un acteur majeur de la politique française dans son bureau. L’occasion de découvrir ce qui orne le lieu de travail de ces politiques. Ce 14 mars, c’est au tour du président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, d’ouvrir les portes de son bureau à l’Hôtel de Lassay.

Libé - Hollande veut s’offrir des Verts

Dans la perspective de 2017, le Président veut faire entrer Emmanuelle Cosse au gouvernement, quitte à déstabiliser les écologistes.

Le vert est devenu une matière hautement inflammable et François Hollande ne rechigne pas à jouer avec les allumettes. Profitant des courants contraires qui traversent Europe Ecologie-les Verts (lire ci-contre), le chef de l’Etat a décidé de taper le plus haut possible, lançant les grandes manœuvres autour de la secrétaire nationale du parti, Emmanuelle Cosse.

14 mars

Libé - Hidalgo pour un «parcours d’accompagnement» des jeunes de milieux populaires

La maire (PS) de Paris Anne Hidalgo va mettre en place un «parcours d’accompagnement» des «jeunes héros», issus des milieux populaires, qui veulent «réussir par l’école» et «s’insérer», avec notamment du tutorat et des stages de remise à niveau, a-t-elle annoncé jeudi.

Europe 1 - L’appel du PS à ouvrir des écoles musulmanes inquiète les enseignants

Un communiqué du PS appelle au "développement de l’enseignement privé confessionnel musulman”. Pour les syndicats cette mesure va à l’encontre du vivre-ensemble.

L’affaire cristallise une nouvelle fois le malaise à gauche autour de la laïcité et de l’islam. Un communiqué du parti socialiste, daté du 26 février dernier, appelle au "développement de l’enseignement privé confessionnel musulman”. Cette proposition, qui vise à ouvrir davantage d’écoles musulmanes, figure dans un rapport sur la cohésion républicaine, commandé dans la foulée des attentats de janvier. Repérée le 8 mars par le secrétaire national à la laïcité du Parti radical de gauche, cette annonce inquiète désormais l’ensemble des syndicats de l'Education. Forcé de s’expliquer, le Parti socialiste plaide la “maladresse dans la formulation”.

Laurent Baumel - Rencontre avec François Hollande, départementales, politique du gouvernement – Interview au Figaro 

INTERVIEW – À quelques jours des élections départementales, le député PS d’Indre-et-Loire, l’un des chefs de file des frondeurs, réaffirme sa volonté « d’inflexion sérieuse » de la politique économique et sociale du gouvernement.

13 mars

Bousorama - Hamon "comprend la logique" de Hollande qui devra cependant "répondre" à la demande sociale

L'ancien ministre PS Benoît Hamon "comprend la logique" de François Hollande, qui écarte un changement de ligne économique, mais estime que l'exécutif devra "répondre" à la "demande de pouvoir d'achat, d'emploi" et de "cohésion sociale".

Le Lab - Entre Manuel Valls et les frondeurs, le dialogue de sourds

TOI D'ABORD ! NON, TOI ... - Si François Hollande a rencontré une délégation de "frondeurs" mercredi 11 mars - une démarche très peu appréciée côté députés loyalistes - Manuel Valls ne veut pas, quant à lui, donner trop d'importance à ce rendez-vous. Chose amusante, ce 12 mars, Le Figaro fait dialoguer Premier ministre et représentant des frondeurs par articles interposés. Et visiblement, chacun attend de l'autre un signe.

Le Figaro - «Ministres faibles» : Manuel Valls contredit François Hollande

En marge d'un voyage à dominante économique en Pologne, Manuel Valls a réagi a la déclaration de François Hollande qui estime qu'un «premier ministre fort» est fatalement entouré de «ministre faibles».

Boursorama - Hollande a reçu 14 frondeurs du PS à l'Elysée pour renouer le dialogue

L'opération rabibochage a duré deux heures et demie. François Hollande a reçu quatorze députés «frondeurs» du Parti socialiste à l'Elysée, mercredi soir, dans le salon des Ambassadeurs du palais présidentiel où se tient chaque semaine le Conseil des ministres, pour renouer avec eux un dialogue rompu lors du débat sur la loi Macron. Une conversation bien loin des sanctions envisagées un temps, quand ces élus avaient contraint le gouvernement à passer en force et utliser l'article 49.3  pour imposer ce texte. Parmi les députés conviés à l'Elysée, figuraient Barbara Romagnan, Christian Paul, Pouria Amirshahi, Laurent Baumel, Benoît Hamon, Henri Emmanuelli et Pascal Cherki.

Le Hiffington Post - Manuel Valls dans l'Aisne : un plan ruralité contre le FN à une semaine des élections départementales 2015

DEPARTEMENTALES - Déplacer onze ministres pour annoncer un plan ruralité dans un des fiefs du vote FN, qui plus est à une semaine du premier tour élections départementales... le sens du timing du premier ministre ne manquera pas de donner du grain à moudre à ceux qui l'accusent de faire campagne aux frais de l'Etat.

Le Figaro - François Hollande absout les frondeurs

..... C'est pourtant sur la forme que les frondeurs trouvaient des motifs de satisfaction. «Cette rencontre, c'est la reconnaissance d'un fait politique, c'est nouveau et c'est quelque chose de signifiant», se réjouissait Pouria Amirshahi. Une reconnaissance officielle de l'Élysée qui avait des allures de victoire pour les frondeurs. L'un d'eux, Laurent Baumel, estime à l'issue de la réunion que «François Hollande a écouté tout le monde avec attention», même si, «sur les demandes spécifiques , il n'y a pas eu de réponses». Le député d'Indre-et-Loire dit avoir ressenti «un accord sur la nécessité d'un rassemblement» du PS et de la gauche «sur les questions de fond». «Ce n'est pas le cas de tout le monde», souligne-t-il.

12 mars

Libé - Les frondeurs reçus à l'Elysée, consécration de la dissidence

François Hollande reçoit ce mercredi une délégation de députés frondeurs. De quoi agacer au Parti socialiste, même si tous reconnaissent qu'il est nécessaire de rassembler la gauche.

Le Figaro - La réception des frondeurs à l'Élysée fait enrager les loyalistes du PS

Le président devrait recevoir ce mercredi soir une douzaine de députés issus du groupe des frondeurs du PS afin de calmer les tensions internes au sein de la majorité

Huffington Post - François Hollande reçoit des députés frondeurs à l'Elysée

Des députés socialistes frondeurs seront reçus mercredi 11 mars dans la soirée par François Hollande, a-t-on appris mardi 10 mars de sources concordantes. Aucun de ces députés n'a voulu indiquer à l'AFP s'ils allaient participer à cette rencontre, confirmée par plusieurs autres responsables du groupe socialiste.

 
REPLAY/ÉDITO – À une dizaine de jours des élections départementales, François Hollande reçoit ce soir à l'Élysée les députés frondeurs du PS.

Challenges - Interview exclusive : François Hollande se confie à Challenges

Dans l'entretien qu'il a accordé à Challenges, le président de la République fait front. Aucun regret et aucune concession, notamment vis-à-vis "des frondeurs", ne semblent au programme. Extraits.

Challenges - Les projets de François Hollande avant 2017

 EXCLUSIF Valls et Macron, Front national et élections départementales, croissance et déclinisme… Le chef de l’Etat fait le point sur les dossiers chauds. Entretien exclusif à l’Elysée.

BFMTV - Les frondeurs "ne sont pas irréconciliables", assure Jérôme Guedj

Jérôme Guedj, membre du bureau politique du PS et président du Conseil général de l'Essonne, a prévenu mercredi sur BFMTV que le gouvernement devait "trouver les conditions du rassemblement" pour éviter une défaite dès le premier tour des élections départementales.

Midi Libre - Départementales : Cambadélis déplore un "suicide politique en direct" de la gauche

Mercredi, le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a déploré une division "incompréhensible" de la gauche, un "suicide politique en direct" avant les élections départementales.

La Voix du Nord - «Dropped»: «stupeur et émotion» pour François Hollande, Patrick Kanner souhaite «un hommage national»

François Hollande a fait part de sa «stupeur» et de son «émotion» après le crash mortel en Argentine dans lequel ont péri dix personnes dont huit Français. Patrick Kanner, ministre des Sports, a indiqué qu’il travaillait à l’organisation d’un «hommage national». D’autres politiques ont également réagi.

11 mars

Le Monde - Des promesses de campagne à la loi sur la fin de vie : un grand malentendu ?

C’est l’histoire d’une promesse de campagne si habilement formulée que chacun y a lu ce qu’il voulait y voir. Lorsque le 26 janvier 2012, à la Maison des métallos, à Paris, le candidat François Hollande présente parmi ses soixante engagements pour la France une mesure, la vingt-et-unième, prévoyant une « assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité », les partisans de l’euthanasie ne doutent pas que si le candidat socialiste est élu, une aide active à mourir sera mise en place. Certes, il s’est déclaré opposé à l’euthanasie, mais à l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), on croit que seul le mot lui fait peur.
 
 
La ministre de l’Ecologie a évoqué pour Notre-Dame-des-Landes une consultation citoyenne «au niveau départemental».
 
 
Coulisses . Le débat sur la proposition de loi a été reporté
Trop touchy ? Jeudi, les députés étaient censés examiner une proposition de loi des radicaux de gauche interdisant le port du voile dans les crèches et les centres de loisirs privés financés par de l’argent public.

La Voix du Nord - Martine Aubry: «Quand la gauche n’est pas unie, la gauche perd ou risque de perdre»

Étant donné son poids au Parti socialiste, les déclarations de Martine Aubry sont toujours très attendues. En témoigne le nombre de journalistes ce lundi matin pour la conférence de presse du PS donné au siège de la fédération du nord à l’occasion du lancement officiel de la campagne pour les élections départementales. Martine Aubry a fustigé les communistes et les Verts, qui ont refusé toute alliance dans le Nord. Elle a taclé Nicolas Sarkozy et la droite. Et réagi aux déclarations de Manuel Valls.

10 mars

Libé - La logique comptable fait son lit à l’hôpital

«Libération» a eu accès à un texte confidentiel qui prévoit des économies drastiques, des coupes dans les effectifs, et accroît la centralisation.

9 mars

Le Lab - Jérôme Guedj, comme d'autres frondeurs, "rêve" de discuter avec François Hollande

I HAVE A DREAM – François Hollande va-t-il finir par recevoir les députés "frondeurs" ? Pour certains, c'est une certitude. Reste plus qu'à caler une date, selon le bon vouloir présidentiel.

En attendant, certains élus pas franchement d'accord avec la politique menée par le gouvernement font preuve d'une légère impatience. À l'image de Jérôme Guedj, plus vraiment député depuis le retour à l'Assemblée de François Lamy, mais bien toujours "frondeur".

Libé - Pour Manuel Valls, le Front National est «aux portes du pouvoir» dès 2017

Dans un entretien, le Premier ministre a revendiqué la «stigmatisation du Front national», un parti qui «n’apporte aucune solution», à quelques semaines des élections départementales.

Le Lab - Le vice-président EELV de l'Assemblée Denis Baupin réunira les écolos pro-Hollande début avril

On le sait, deux lignes s'opposent chez les écologistes : les pro-gouvernement et les autres, plutôt tentés par un rapprochement avec le Front de gauche. Selon les informations du Journal du dimanche de ce 8 mars, certains membres de EELV mènent donc une réflexion concrète sur l'émergence d'un pôle pro-gouvernement structuré, quitte à provoquer une scission au sein du parti.

Le JDD - Jean-Marie Le Guen : "On a trop souvent joué avec le FN"

INTERVIEW - Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat (PS) aux Relations avec le Parlement revient sur son analyse politique qu'il vient de rediger pour la Fondation Jean-Jaurès.

Le JDD - EELV : Cécile Duflot n'a pas peur d'une scission 

L’ex-ministre du Logement est convaincue que la majorité des écologistes soutient sa ligne. Et n’est pas inquiète que quelques ténors, comme Jean-Vincent Placé, veuillent rallier Hollande.

06/03/2015

Beaubourg : "Un retour aux pratiques que nous critiquions", regrette Aurélie Filippetti


Beaubourg : "Un retour aux pratiques que nous... par rtl-fr

21/01/2015

Aurélie Filippetti dans "Le club de la presse" - PARTIE 1


Aurélie Filippetti dans "Le club de la presse... par Europe1fr