Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2017

Marianne - Education : le gouvernement enterre en douceur la réforme du collège

Un projet d'arrêté présenté la semaine prochaine fait la part belle à l'autonomie des collèges, qui pourront supprimer les enseignements pratiques interdisciplinaires et renforcer les cours de langues vivantes et anciennes.

A trois mois de la rentrée scolaire 2017, le gouvernement va au pas de course pour rendre ses premières réformes en matière éducative visibles dès septembre prochain. Comme annoncé par le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, l’exécutif compte notamment revenir sur la réforme du collège de Najat Vallaud-Belkacem, qui avait longuement fait polémique en 2015. Un projet d’arrêté sera présenté jeudi 8 juin au Conseil supérieur de l’éducation, en vue d’une entrée en vigueur dès septembre. Son mot d’ordre : plus d’autonomie pour les établissements, qui ne seront plus contraints d’appliquer certains dispositifs que la réforme avait introduits.

Lire la suite
__________________
__________________

18/05/2017

Lyon Mag - Nouveau gouvernement : Najat Vallaud-Belkacem ravie puis dégoûtée par les annonces

Les caméras de Quotidien, l'émission de Yann Barthès sur TMC, ont suivi Najat Vallaud-Belkacem lors de l'annonce du gouvernement d'Edouard Philippe.

La désormais ex-ministre de l'Education Nationale a suivi l'évènement avec ses équipes du ministère. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle a vécu intensément l'annonce de plusieurs noms.

Lire la suite
___________________
___________________

08/05/2017

Najat Vallaud-Belkacem : "la gauche vaut plus que les 6,5 % de Benoit Hamon"

Dimanche soir, après la victoire d'Emmanuel Macron sur Marine le Pen au second tour de l'élection présidentielle, Najat Vallaud-Belkacem a réagi sur le plateau de France 2 et a tenu à "féliciter les Français" pour leur mobilisation. "Dans ma circonscription, à Villeurbanne, on est sur du 80/20, 80 % des gens qui se sont mobilisés pour faire barrage au Front National", s'est réjouie celle qui est toujours Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

09/03/2017

Seine-Saint-Denis : Fillon et Le Pen "soufflent sur les braises", selon Vallaud-Belkacem


Seine-Saint-Denis : Fillon et Le Pen "soufflent... par rtl-fr

27/02/2017

Présidentielle : Najat Vallaud-Belkacem veut "défendre la gauche maintenant" avec Benoît Hamon


Présidentielle : Najat Vallaud-Belkacem veut... par franceinfo

26/02/2017

Le Monde - A l’aube de la présidentielle, la situation du PS est « délicate », juge Vallaud-Belkacem

« Il n’y a pas le soutien évident de tout le parti », déplore la ministre de l’éducation dans un entretien au « Parisien dimanche ».

A l’aube de l’élection présidentielle, la situation du Parti socialiste est délicate. Peut-être pire qu’en 2007. Tel est le constat que dresse la ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem, dans un entretien au Parisien dimanche, du 26 février.
 
Lire la suite
____________________
____________________

04/12/2016

Interventions "Non aux attaques contre l'école et la jeunesse" avec Najat Vallaud-Belkacem - Grande Convention Nationale de la Belle Alliance Populaire


Interventions "Non aux attaques contre l'école... par PartiSocialiste

09/10/2016

Intervention de Najat Vallaud-Belkacem à l'Université de l'Engagement de Lyon


Intervention de Najat Vallaud-Belkacem à l... par PartiSocialiste

04/10/2016

Najat Vallaud-Belkacem répond aux questions de Patrick Cohen


Najat Vallaud-Belkacem répond aux questions de... par franceinter

Najat Vallaud-Belkacem répond aux questions des auditeurs de France Inter


Najat Vallaud-Belkacem répond aux questions des... par franceinter

07/09/2016

L'actualité des socialistes du 26 août au 1er septembre

A LA UNE

OFCE - La baisse du chômage annoncée par l’Insee confirmée en juillet par Pôle emploi

Département Analyse et prévision (Equipe France)

Les chiffres du chômage du mois de juillet 2016 publiés par Pôle Emploi font apparaître, après les deux hausses consécutives de mai (+ 9 200) et juin (+ 5 400), une baisse du nombre de demandeurs d’emploi en fin de mois (DEFM) n’exerçant aucune activité (catégorie A) de 19 100 personnes en France métropolitaine. Sur les trois derniers mois la baisse est de 4 500 personnes et sur un an, le nombre de demandeurs d’emploi n’exerçant aucune activité s’est réduit de 44 100 individus. Ces évolutions viennent confirmer l’amélioration du marché du travail en France depuis le début de l’année et confirmée à la mi-août par la publication de l’INSEE du chômage au sens du BIT (cf. ci-dessous). Le chômage de longue durée a amorcé sa décrue (-2,2 % sur les trois derniers mois) alors même qu’il n’avait cessé de croître depuis la fin de l’année 2008 et le chômage des seniors continue de s’infléchir légèrement (-0,2 % sur 3 mois). Notons toutefois que la montée en charge du plan de formation instauré par François Hollande au début de l’année explique en partie ces évolutions encourageantes. Ainsi, au cours des 3 derniers mois, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie D a crû de 10,1 %, soit près de 30 000 personnes supplémentaires, sous l’effet principalement des entrées dans les dispositifs de formation comptabilisées dans cette catégorie[1].

Le Parisien - Hamon, Montebourg : à qui le label anti-Hollande ?

PS. Autrefois alliés, Benoît Hamon et Arnaud Montebourg sont aujourd'hui rivaux pour incarner l'alternative à gauche à la présidentielle. Mais jusqu'à quand ?

La Tribune - "Sans parti politique, Macron n'a aucune chance d'être président"

Pour le politologue Stéphane Rozès, Emmanuel Macron doit son actuelle popularité à son positionnement original, pro-réforme, dans un gouvernement de gauche. Mais mener campagne pour la présidentielle en se posant au centre et surtout sans le soutien d'un parti politique, c'est courir droit à l'échec

HAMON

L'Obs - Benoît Hamon, à gauche mais pas trop

Pour son premier meeting de campagne, le chef de file de l’aile gauche du PS a tenu un discours rassembleur, s’efforçant de se placer au centre de gravité des différentes sensibilités de la gauche et des écologistes.

L'Express - Primaire PS: comment Benoît Hamon tente de se démarquer d'Arnaud Montebourg

Une semaine après son ancien collègue du gouvernement, le député socialiste des Yvelines a tenu ce dimanche à Saint-Denis son premier meeting de campagne. L'occasion de faire entendre quelques divergences avec son principal rival de l'aile gauche du PS.

Libé - Hamon : «Je ne vais pas jouer le bonobo de la Ve République»

À Saint-Denis, le député des Yvelines lance sa campagne pour la primaire à gauche. Avec un premier objectif : démontrer que sa candidature est différente de celles de Montebourg ou Mélenchon.

Libé - «Ce serait bien qu’on ait une doublette Hamon-Montebourg»

A Saint-Denis, le député des Yvelines, Benoît Hamon, a débuté son «rassemblement pour gagner en 2017», point de départ de sa campagne pour la primaire à gauche. Rencontre avec des militants qui espèrent voir Hamon et Montebourg s’entendre vite.

Le Point - Benoît Hamon lance sa campagne à Saint-Denis

Il avait pris de vitesse la semaine dernière son ancien comparse Arnaud Montebourg, en annonçant quelques jours avant lui sa candidature à la présidentielle.

Le Parisien - La lettre aux Français de Benoît Hamon

Sitôt sa candidature déclarée, le 16 août dernier, Benoît Hamon a pris la plume. Pour écrire le discours qu'il prononcera dimanche, lors d'un meeting à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Mais pas que. Le candidat à la primaire PS avait un autre texte sur le métier. Une «lettre aux Français» (voir document ci-dessous), que nous dévoilons et qui sera éditée à plus de 300 000 exemplaires et distribuée à partir de lundi.

Le Monde - Benoît Hamon cherche son élan

L’encéphalogramme reste plat. Révélée en pleine torpeur estivale, le 16 août, sur le plateau du 20 heures de France 2, afin d’éviter l’embouteillage de la rentrée politique, la candidature de Benoît Hamon à la primaire organisée par le Parti socialiste (PS), prévue les 22 et 29 janvier 2017, peine à mobiliser.
 
 
Sitôt sa candidature déclarée, le 16 août dernier, Benoît Hamon a pris la plume. Pour écrire le discours qu'il prononcera dimanche, lors d'un meeting à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Mais pas que. Le candidat à la primaire PS avait un autre texte sur le métier. Une «lettre aux Français» (voir document ci-dessous), que nous dévoilons et qui sera éditée à plus de 300 000 exemplaires et distribuée à partir de lundi.

MONTEBOURG

L'Obs - Marchés publics : Montebourg 2014 répond à Montebourg 2016

Le candidat Arnaud Montebourg propose de réserver transitoirement 80% des marchés publics à des PME nationales. Impossible dans le cadre des traités européens, disait le ministre Arnaud Montebourg il y a deux ans.

Le Lab - La sentence de Hollande sur l’entrée en campagne de Montebourg : "Trop tard, trop violent, trop flou"

"Outrance" et "caricature". Tels sont les éléments de langage distillés par les soutiens de François Hollande pour commenter l’entrée officielle en campagne d’Arnaud Montebourg à Frangy-en-Bresse, qui au passage conjure le chef de l’Etat de ne pas se représenter.

L'Humanité - Montebourg déroule ses alternatives

Le nouveau candidat à la présidence de la République, qui devait être invité sur France 2 hier soir, a présenté un projet social-démocrate qui entre en rupture avec le libéralisme et l’austérité de François Hollande, tout en prônant l’alliance du public et du privé, du capital et du travail.

Capital - Le (coûteux) plan d'Arnaud Montebourg pour faire redécoller la France

Après Benoît Hamon, Arnaud Montebourg vient d'officialiser sa candidature à l'élection présidentielle 2017. Si on ne sait pas encore si celle-ci passera ou non par la primaire socialiste, on peut déjà se forger une idée du programme de l'ex-ministre de l'Economie, qui avait claqué la porte du gouvernement en 2014 pour signifier son opposition à la politique menée par François Hollande.

Slate - Les aimables fantaisies du projet patriotique d'Arnaud Montebourg

Convaincant dans sa critique de François Hollande, Arnaud Montebourg l'est nettement moins dans son projet. Au stade actuel, il juxtapose un ensemble de généralités et de slogans et une série de mesures à la fois peu crédibles et guère cohérentes.

MACRON

France 3 - Par sms, le PS menace d’exclusion les soutiens d’Emmanuel Macron

Un coup de sang, c’est simple comme un SMS. Le Lab d’Europe 1 a récupéré, dans ses filets, des textos furibards de Jean-Christophe Cambadelis au sujet de la démission d’Emmanuel Macron.

Le 1er secrétaire du PS fustige violemment le départ du gouvernement de l’ancien ministre de l’Economie. Mais il joint les actes à la parole en lançant un avertissement aux « macroniens » en puissance. Attention. La jurisprudence Iborra existe et elle s’applique.

Le Lab - Les socialistes réagissent avec virulence à la démission d’Emmanuel Macron : "Brutus", "Kinder surprise", "espionnage"

C’est entendu, dit et redit : non, Emmanuel Macron n’est pas socialiste. Mais il a été pendant deux ans, jusqu’à sa démission annoncée du ministère de l’Economie ce mardi 30 août, membre d’un gouvernement dirigé par un socialiste Manuel Valls sous la houlette du Président François Hollande.

Longtemps critiques, pour une partie, à son égard, les socialistes ont réagi avec virulence à l’annonce de démission imminente du ministre de l’Economie, 2017 dans le viseur. Et en premier lieu, c’est leur patron, le Premier secrétaire du Parti socialiste, qui a donné le ton. Florilège des réactions d'élus socialistes bien remontés contre Emmanuel Macron. .

 
Une carrière fulgurante, des résultats mitigés. Maintenant, Emmanuel Macron va devoir convaincre qu’il peut être un leader politique autrement qu’avec des petites phrases douces et assassines.
 
 
Après la démission d’Emmanuel Macron, le chef de l’Etat apparaît sonné, mais ne veut rien changer à sa stratégie.
 
MICHEL SAPIN
 
 
Michel Sapin a toujours eu le sens de la formule, parfois un peu moins celui de la mesure. Invité de RMC et BFM-TV jeudi 1er septembre, le nouveau ministre de l’économie et des finances a dressé un tableau très optimiste de la situation économique et sociale du pays, vantant les baisses d’impôts de 2015 et promettant de nouvelles l’an prochain.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
 
 
Emmanuel Macron a quitté le gouvernement mardi 30 août, afin de se consacrer à son mouvement politique "En Marche !", avec la présidentielle dans le viseur. L’ex-ministre de l’Économie devrait déclarer sa candidature d’ici deux mois, quand le chef de l’État devrait lui annoncer qu’il se présente à sa succession début décembre. Soit : après son ancien ministre.
 
SIRUGUE
 
 
L’Elysée a annoncé, jeudi 1er septembre, la nomination de Christophe Sirugue, député socialiste de Saône-et-Loire, au poste de secrétaire d’Etat à l’industrie. « Cet honneur est aussi une lourde charge à laquelle je ne me déroberai pas, en raison de l’intérêt que je porte à ce sujet essentiel tant au niveau national que local », a-t-il déclaré sur Facebook quelques minutes après l’annonce de sa nomination.
 
LAICITE

Paul Allies - Un rappel à l’ordre républicain par le droit contre la confusion politique

Par sa décision du 26 août le Conseil d’Etat ne fait que rappeler le droit de la République, spécialement pour ce qui concerne l’application de la loi du 9 décembre 1905, fondement de la laïcité dans notre pays. Elle le fait dans un contexte de confusion politique problématique.

Marianne - "En 2016, la fraternité c'est savoir dire non à l'islam radical"

Après une première tribune dans laquelle il alertait sur la signification du burkini ("Ne soyons pas naïfs sur le symbole de cette étoffe"), Aalam Wassef réagit aux différentes photos de femmes simplement voilées se faisant verbaliser sur les plages. S'il comprend que ces images fassent "mal" et interrogent sur notre sens de la fraternité, il souligne qu'il faut malgré tout savoir "dire non avec fermeté, sagesse, mesure et pédagogie à l'obscurantisme".

Marianne - Luc Carvounas, très proche de Valls, s'oppose à son tour aux arrêtés anti-burkini

Invité ce midi sur RMC, le socialiste Luc Carvounas, pourtant proche parmi les proches de Manuel Valls, a ouvertement contredit le Premier ministre sur les arrêtés anti-burkini. Lui ne voit "pas pourquoi on les empêcherait de porter le burkini dans l'espace public".

SACCAGE

Le Monde - Les locaux de la fédération de Paris du Parti socialiste « saccagés »

Les locaux de la fédération de Paris du Parti socialiste (PS) ont été « saccagés » jeudi 1er septembre, a dénoncé le premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis.
« Il s’agit d’un rassemblement non autorisé d’une trentaine de personnes du côté de Nation (11e arrondissement). Au moment de la dispersion, il y a eu des dégradations au local du PS », a fait savoir la police à l’AFP, sans donner plus de détails.

CAMBA

Cambadélis : "Parler de l'islam permet d'éviter d'évoquer la réussite gouvernementale"

Si la polémique de l'été concerne le burkini, ce serait tout simplement pour ne pas parler... des succès du gouvernement ! Cette brillante analyse nous vient de Jean-Christophe Cambadélis ce 26 août.

COLLOMB

Marianne - "A Lyon, l’humanisme prend l’eau avec Gérard Collomb ! Nathalie Perrin Gilbert, Maire du 1er arrondissement de Lyon, conseillère municipale

Gérard Collomb n’est pas humaniste. En décidant, au beau milieu de l’été, de couper l’eau des fontaines du Jardin des Chartreux pour tenter de faire partir les familles sans abri qui se sont réfugiées là, il a liquidé d’un seul coup le compte épargne déjà chichement pourvu de sa crédibilité politique en matière sociale.

 

04/05/2016

Interactiv' : Najat Vallaud-Belkacem répond aux question des auditeurs


Interactiv' : Najat Vallaud-Belkacem répond aux... par franceinter

28/04/2016

Camp d'été "décolonial" : Vallaud-Belkacem "condamne absolument" des "initiatives inacceptables"

07/04/2016

Emmanuel Macron, Loi Travail, jeunesse révoltée et absence des professeurs : Najat Vallaud-Belkacem répond aux questions de Jean-Pierre Elkabbach


Emmanuel Macron, Loi Travail, jeunesse révoltée... par Europe1fr