Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2015

L'actualité des socialistes du 13 au 19 avril (mise à jour)

A la une

Le Monde, Lui Président - Racisme et antisémitisme : comment la promesse de Hollande a pris corps au fil des évènements

Trois mois après les attentats de Paris, l'engagement n°30 du candidat Hollande de "combattre en permanence le racisme et l'antisémitisme" Promesse en cours de réalisation de François Hollande est sur le point de prendre un nouveau tournant. Atone en début de quinquennat, le plan de lutte contre les actes racistes et antisémites de François Hollande est devenu depuis l'un des marqueur de son mandat. Rythmée par les évènements, la timide promesse de campagne revient sur le devant de la scène, sérieusement renforcée.

Slate, Eric Dupin - Le Parti socialiste existe toujours... sur le papier

La lecture des motions pour le congrès qui se tiendra à Poitiers en juin montre combien il y a d'un côté la littérature de la rue de Solférino et de l'autre la politique menée par François Hollande et Manuel Valls.

Motion A : le renouveau socialiste

Motion B : A gauche pour gagner

Motion C : Osons un nouveau pacte républicain et citoyen

Motion D : La fabrique

19 avril

Le Lab - Comment Karine Berger (PS) botte en touche sur le passé judiciaire de Jean-Christophe Cambadélis

Joli esquive, pour Karine Berger. Invitée de la matinale d’iTélé ce samedi 18 avril, la candidate au poste de Premier secrétaire des socialistes est interpellée par Claude Askolovitch sur l’une de ses préconisations. En guise de conclusion, le journaliste s'interroge :

Libé - EELV pointe le «comportement nuisible» de ses parlementaires pro-gouvernement

Le bureau exécutif (BE) d’Europe Ecologie-les Verts (EELV) a demandé aux parlementaires écologistes, dont certains ont des initiatives «qui altèrent» le mouvement écologiste, de «cesser leur comportement nuisible», dans un texte voté cette semaine.

Huffington Post, Christian Paul - Appel au débat public pour la survie de notre démocratie

Cher Jean-Christophe,

Je te sais homme de dialogue. Hier, j'ai donc lancé l'idée d'un débat public entre les quatre premiers signataires des motions de notre Congrès de Poitiers. A ma grande surprise, on me rapporte que tu y serais opposé.

Je suis convaincu que notre congrès peut intéresser tous les Français. Pour ma part, je crois ce débat absolument nécessaire. Je le souhaite de grande qualité, évitant tout déchirement.

18 avril

France Info - Christiane Taubira est autant un atout qu'un problème pour la majorité

Christiane Taubira est la caution de gauche du gouvernement de Manuel Valls, une caution ingérable et finalement très fragile. Un problème et un atout en même temps.

Lundi soir, la ministre de la Justice s’est fait retoquer un amendement à la loi sur le renseignement. Il s’agissait d’empêcher les écoutes des surveillants de prisons, lors d’interceptions de communication. Au moment du vote, un axe entre des députés de l’UMP, de l’UDI et du Parti socialiste ont rejeté l’amendement. A la manœuvre, ça n’aura échappé à personne dans l’hémicycle, il y avait le rapporteur du texte, Jean-Jacques Urvoas, un très proche de Manuel Valls. A une autre époque, on aurait appelé cela uncouac et on se serait interrogé pendant plusieurs jours sur un nécessaire remaniement au gouvernement.

Le Figaro - Lang : « On aimerait plus d'idées et d'imagination au PS »

Le président de l'Institut du monde arabe et ancien ministre de la Culture et de l'Éducation nationale pointe « les erreurs commises au début du quinquennat » de François Hollande, qui, aujourd'hui, dit-il, « a atteint une pleine maturité présidentielle » et « mériterait mieux de la part » de son parti.

Le Lab - Comme Ségolène Royal avant lui, Christian Paul veut déménager le siège du PS dans un quartier plus populaire

"Nous ne sommes pas assignés à résidence à Solférino. Il faut des lieux davantage en contact avec la société". Selon l'Opinion, ce 17 avril, Christian Paul relancerait l'idée d'un déménagement du siège du Parti Socialiste vers "un quartier plus populaire".

Christian Paul a lancé une invitation pour « un vrai débat public » à son principal concurrent, Jean-Christophe Cambadélis, en vue du congrès de Poitiers qui a lieu du 5 au 7 juin. « Où il veut, quand il veut, selon la forme qu’il veut », a précisé le premier signataire de la motion des frondeurs, lors d’une conférence de presse, jeudi 16 avril.

Le lab - Christian Paul propose un débat "où il veut, quand il veut, selon la forme qu’il veut" à Jean-Christophe Cambadélis

Christian Paul a beau être celui qui "ne prend pas la lumière", selon Jean-Christophe Cambadélis, il n'est pas homme à se débiner. Le premier signataire de la motion des "frondeurs" veut son débat avec le premier secrétaire du Parti socialiste, qui porte lui une motion pro-gouvernement. Et pour être sûr de l'obtenir, le député de la Nièvre se montre plutôt conciliant.

Le Figaro - Congrès de Poitiers : l'aile gauche du PS veut un débat public avec Cambadélis

Chef de file de la motion «À gauche pour gagner», Christian Paul a réclamé jeudi la tenue d'un débat dans le cadre de la campagne interne au Parti socialiste.

17 avril

Le Monde , Les décodeurs - Loi sur le renseignement : quand le PS de 2009 s'oppose au PS de 2015

En avril 2009, un peu moins de deux ans après l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence, le Parti socialiste publiait un « livre noir» sur les libertés publiques. Le parti, alors dirigé par Martine Aubry, entendait « décrypter ce qu'[était] le sarkozysme, cette certaine idée des libertés publiques », et dénonçait « l'instauration d'une société de surveillance ».
 

En matière d'enseignement, la ministre de l'Education nationale et l'intellectuel sont loin de se rejoindre.

Libé - Paquet neutre : Marisol Touraine s'enflamme sur le modèle australien

DÉSINTOX Pour la ministre de la Santé, le paquet neutre a fait ses preuves en Australie. La consommation de tabac a effectivement diminué, mais la hausse du prix du paquet n'y est pas pour rien.

Marianne - Karine Berger : "Le PS peut se casser en deux"

La Fabrique, c'est la motion surprise de ce congrès socialiste de Poitiers. Celle des ni pour ni contre. Ni pour les frondeurs. Ni contre l'exécutif. Et inversement... Celle des voyageurs en eau tiède et des opportunistes, estimeront certains. Karine Berger, députée PS des Hautes-Alpes, qui est la première signataire de ce texte, défend pourtant ce positionnement en expliquant redouter "que les divergences au sein du PS ne conduisent à des déchirements trop profonds."

Libé - Déficit : en 2017, François Hollande pourrait enfin crier victoire

Après avoir commencé à redresser les comptes en augmentant massivement les impôts, le Président finira son mandat en baissant drastiquement les dépenses.

Libé - Gérard Collomb, l'impôt loco

DÉSINTOX Le maire de Lyon claironne être à la tête de la ville «la moins imposée de France». Les chiffres lui donnent tort.

Le Figaro - Razzy Hammadi, de l'aile gauche à l'aile droite du PS

Ami de Benoît Hamon, le député de la Seine-Saint-Denis a récemment rejoint le Pôle des réformateurs et vient d'être nommé porte-parole de la motion de Jean-Christophe Cambadélis. « Une prise de conscience progressive », affirme cet ancien président du MJS, les jeunes socialistes.

L'Obs - Congrès PS : le prix du ralliement d'Aubry

En échange de son ralliement à la motion majoritaire en vue congrès du PS, Martine Aubry a négocié des postes pour deux de ses fidèles.

Le Point - Motion Cambadélis : ce que Valls a cédé à Aubry

Les deux ténors ont accepté de signer la motion présentée par le premier secrétaire du PS. Pour rallier la maire de Lille, Manuel Valls a dû transiger.

Libé - Claude Bartolone défend le vote obligatoire

Le président de l'Assemblée nationale et son homologue du Sénat, Gérard Larcher, proposent dans deux rapports distincts des options différentes pour faire vivre «l’engagement citoyen et l’appartenance républicaine».

Paris Match - Benoît Hamon sur 2017 "La transgression permanente n’est pas une politique"

L’ancien ministre Benoît Hamon s’inquiète pour l’avenir de la gauche et appelle à un changement de politique économique avant le congrès du Parti socialiste.

Huffington Post - Mais quelle est donc la stratégie d'Arnaud Montebourg?

Arnaud Montebourg, que les méchantes langues surnomment désormais "Monsieur Meuble" depuis sa nomination chez Habitat, vient de tirer à boulets rouges sur le gouvernement. Pour l'ancien ministre de l'Économie, la politique actuelle menée par l'exécutif doit effectuer une mue radicale. Celui qui disait vouloir commencer une nouvelle vie reste donc très au fait de l'actualité politique. Mais que cherche Arnaud Montebourg à quelques mois du congrès PS?

16 avril

Le Quotidien du Medecin - Amiante : Martine Aubry mise hors de cause par la Cour de cassation

La maire PS de Lille, Martine Aubry, a été définitivement mise hors de cause hier, par la Cour de cassation, dans le dossier du scandale sanitaire de l’amiante, ouvert en 1997, et qui lui avait valu une mise en examen en 2012.

Rue 89 - Prison : « Une minorité du PS a fait gagner les durs de l’UMP »

Il est 18 heures dans l’hémicycle, ce mardi 14 avril, quand soudain les débats s’emballent. L’amendement 408 au projet de loi sur le renseignement, déposé par le gouvernement, va faire valdinguer les clivages politiques entre la majorité et l’opposition.

BFMTV - PS: quelle stratégie pour Arnaud Montebourg?

L'ancien ministre de l'Economie s'est reconverti dans le monde de l'entreprise. Mais il observe avec attention les mouvements internes à son parti, et songe à son avenir.

Le Point - Vote obligatoire : pour Hollande, "le débat est ouvert"

Dans deux rapports, Claude Bartolone a proposé de rendre le vote obligatoire et Gérard Larcher de redéfinir les rapports État-islam.

Libé - Loi renseignement : quand des socialistes s’allient à la droite contre le gouvernement

Des députés PS et UMP ont fait tomber un amendement de l’exécutif, soutenu par les frondeurs sur le renseignement pénitentiaire.

15 avril

Libé - Congrès PS : ce texte que les ministres auraient dû mieux lire avant de signer

DÉCRYPTAGE Tous les socialistes du gouvernement ont apposé leur nom sur la motion Cambadélis. A lire le détail, ils se sont engagés à beaucoup d'ici la fin du quinquennat...

Libé - Cambadélis a quarante jours pour convaincre

Le premier secrétaire du PS, qui présentait ce mardi son équipe de campagne, doit imposer sa motion d'ici le congrès de Poitiers début juin.

Le Monde - Cambadélis présente son équipe de campagne

Les équipes de campagne commencent à s’organiser en vue du congrès du PS à Poitiers, du 5 au 7 juin. Jean-Christophe Cambadélis devait présenter la sienne mardi 14 avril lors d’une conférence de presse. Le Monde a pu consulter l’organigramme. L’ensemble est un panachage des représentants des différents courants internes qui soutiennent l’actuel premier secrétaire du PS. Plusieurs nouvelles personnalités émergent également.
 

Mediapart - Avec Valls et Aubry, Cambadélis espère avoir « plié » le congrès du PS

Grand exercice de dialectique et de rhétorique dans les coulisses du conseil national du PS, samedi à l'Assemblée nationale. Le premier secrétaire sortant ne fera pas de synthèse, mais défend une « thèse » sur le renouveau du parti, pour le prochain congrès de Poitiers. D'autres lui contestent vivement l'idée d'une victoire déjà acquise, ne croyant pas à la dynamique d'une majorité incohérente idéologiquement.

14 avril


Quatre textes seront soumis aux militants quelques semaines avant le rendez-vous de juin. Jean-Christophe Cambadélis veut lancer « une nouvelle alliance à gauche » d'ici à 2017.
 

CAMBA CA LE FAIT PAS - Les motions en vue du congrès du Parti socialiste de Poitiers ont été déposées et enregistrées samedi 11 avril. Quatre motions sont en lice. L'actuel patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis porte un texte qui rassemble de Gérard Collomb à Martine Aubry. Invité dimanche sur Europe 1, il ne semble pas douter qu'une large majorité des militants socialistes va voter pour son texte et in fine, qu'il va garder son poste.

Challenges - Congrès PS: pour l'aile gauche, nécessité de "recentrer les aides aux entreprises"

La motion, ou texte d'orientation, de l'aile gauche du PS, portée par le député Christian Paul en prévision du congrès de Poitiers, prône de "recentrer les aides aux entreprises" parmi les mesures à engager d'ici à 2017, et souhaite un Parti socialiste "éclaireur du gouvernement"

Le Monde - Congrès du PS : la synthèse, malgré tout

Il est de tradition au PS de faire durer le suspense – même artificiel – le plus longtemps possible. En vue du congrès du parti à Poitiers, en juin, les différentes écuries ont toutes attendu la date limite, samedi 11 avril, pour déposer leurs textes et leurs listes de signataires. La principale incertitude reposait sur la composition de la motion de l’actuelle majorité. Le ralliement – attendu, mais de dernière minute – de Martine Aubry fournit au premier signataire Jean-Christophe Cambadélis les clés d’un large rassemblement, qui comprend également Manuel Valls et les proches de François Hollande. « Nous avons construit un texte avec un accord sur le fond, a expliqué la maire de Lille lors d’une conférence de presse vendredi. Il s’agit d’une motion préparée en commun, où personne ne s’est rallié à l’autre, où personne n’est passé sous le tapis. »

13 avril

BFMTV - Pour Hamon, Valls n'a "pas enrayé la spirale de l'échec"

Le député des Yvelines Benoît Hamon est revenu, sur BFMTV, ce dimanche, sur le ralliement de Martine Aubry à la motion de Jean-Christophe Cambadélis en vue du prochain Congrès du PS, et a fait le bilan de la première année passée par Manuel Valls à Matignon.

La Croix - La gauche a du mal à recoller ses morceaux

Appelé à se prononcer sur son orientation politique lors du congrès de Poitiers en juin, le PS reste divisé sur le cap économique du gouvernement.

Challenges - Congrès PS: la motion "La Fabrique" présente 86 propositions

La motion pour le congrès du PS "La Fabrique", dont la première signataire est la députée Karine Berger, présente 86 propositions dans les domaines les plus divers, économie, fiscalité, l'organisation du PS, etc., au service des "idées de la gauche de 2017".

Libé - À La gauche du PS, on voit l’avenir en vert et rouge

C’est un petit début. Tandis que le Parti socialiste se lance dans son congrès (lire pages 10 et 11) et prépare la mise en orbite de François Hollande pour 2017, à la gauche du paysage politique, on s’essaie aux combinaisons. Pour sortir des déchirements écologistes et de l’apathie du Front de gauche, certains misent sur une formule «par le bas».

Libé - Congrès du PS : quatre motions en lice

LE RÉCIT DE LA JOURNÉE DE SAMEDI

Les socialistes se sont réunis ce samedi pour rédiger leurs textes d'orientation en vue du congrès de Poitiers, au mois de juin.

Le Monde - Congrès du PS : pourquoi le choc des motions n’aura pas lieu

Les congrès du PS produisent rarement des instants de sublimation de la pensée socialiste. Le 77e du nom, qui se déroulera à Poitiers du 5 au 7 juin, ne devrait pas échapper à la règle. L’impression qui se dégage à l’issue de la phase de dépôt des motions est paradoxale : alors que la gauche est en proie à une crise profonde après trois ans d’exercice du pouvoir, les éléments d’un congrès de réflexion sur l’identité et l’idéologie du PS ne sont pas réunis. Pour la simple et bonne raison que les différents acteurs, soit n’y ont pas intérêt, soit n’en ont pas les moyens.
 
Le JDD - Au moins quatre motions en vue du congrès socialiste

Après l'accord trouvé vendredi entre Martine Aubry et Jean-Christophe Cambadélis sur un texte commun, le conseil national du Parti socialiste va entériner samedi après-midi au moins quatre motions concurrentes pour le congrès du parti à Poitiers en juin.

Le Parisien - Congrès du PS : la motion de Cambadélis ralliée par la gauche et la droite du parti

Jean-Christophe Cambadélis peut se montrer confiant pour le prochain congrès du PS. Le premier secrétaire du parti a su jouer les équilibristes avec sa motion en obtenant à la fois le soutien de l'aile droite et celui de Martine Aubry.

Libé - Congrès PS: et si la motion Cambadélis était vraiment aubryste?

Selon une version datée de vendredi soir et consultée par Libération, le texte de «rassemblement» du premier secrétaire demandait des «contreparties» au CICE et une réallocation des 15 milliards restant du pacte de responsabilité.

Libé - Aubry : pourquoi elle choisit «Camba»

Pour préserver ses proches et ne pas s'isoler, la maire de Lille n'a eu d'autres choix que de rallier la majorité du Parti socialiste, menée par Jean-Christophe Cambadélis, avant le congrès de Poitiers, début juin.

Libé - Des familles déchirées entre les différentes motions

C’est un phénomène politique situé entre la dérive des continents et l’érosion des sentiments. A chaque congrès du PS, on assiste à une migration des «éléphants» d’un courant interne à un autre. Depuis la primaire socialiste de 2011, certains ont beaucoup godillé avant de se trouver un port d’attache. Avec une motion majoritaire regroupant l’intégralité du gouvernement Ayrault - y compris les futurs frondeurs Arnaud Montebourg et Benoît Hamon - le congrès de Toulouse, en 2012, avait donné l’illusion d’une grande famille, si ce n’est heureuse, au moins réunie face à une aile gauche qui avait, mécaniquement, moins bien tiré son épingle du jeu. Pour le congrès qui se tiendra du 5 au 7 juin à Poitiers, une nouvelle physionomie a vu le jour.

Le Monde - Compte pénibilité : Rebsamen sème le trouble

Est-ce un malentendu ? Ou une « boulette », selon la formule d’un syndicaliste ? Le ministre du travail François Rebsamen a semé le trouble, jeudi 9 avril, en tenant des propos perçus comme un abandon partiel du compte pénibilité. Une intervention faite devant quelque 600 adhérents de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) réunis en assemblée générale à Paris.
 
 
Martine Aubry aura fait du Martine Aubry : jusqu’à la dernière minute, la maire de Lille a fait durer le suspense sur ses intentions concernant le congrès PS prévu en juin à Poitiers.

Le Monde - Martine Aubry rallie la motion Cambadélis pour le congrès de juin

Martine Aubry a fini par rompre le suspense. La maire de Lille a annoncé vendredi 10 avril, lors d’une conférence de presse, qu’elle se ralliait à la motion de l’actuelle majorité, représentée par Jean-Christophe Cambadélis. Le premier secrétaire du PS peut se prévaloir du soutien de Manuel Valls et de partisans de François Hollande.
 
 
Martine Aubry va, sauf surprise, rejoindre la motion de Jean-Christophe Cambadélis en vue du congrès. L’aile gauche part unie. Pour Luc Carvounas, un proche de Manuel Valls, «ce congrès doit être la première marche vers la réélection de François Hollande en 2017».
 

Après des semaines de tractations, la maire de Lille a annoncé officiellement qu'elle ralliait la motion majoritaire dite de «rassemblement», portée par Jean-Christophe Cambadélis.

L'Obs - Congrès PS : Aubry se rallie à la motion du premier secrétaire Cambadélis

"Je préfère être dedans pour me battre à l'intérieur", explique la maire de Lille. Elle assure signer "une motion commune que nous avons conçue ensemble".

Le JDD - Congrès du PS : Aubry se rallie à Cambadélis

Après avoir laissé planer le doute sur ses intentions, Martine Aubry a annoncé qu'elle se ralliait à la motion majoritaire portée par le premier secrétaire du PS? Jean-Christophe Cambadélis, en vu du congrès de Tours.

Le député frondeur est le premier signataire de la motion qui réunit l'aile gauche du PS. Il détaille au Monde sa stratégie et déclare vouloir instaurer un débat de politique économique.

Le Parisien - Congrès du PS : Martine Aubry pourrait soutenir la motion de Cambadélis

Et si finalement Martine Aubry jouait la carte du rassemblement ? Ce vendredi à 19h30, la maire PS de Lille convoque la presse pour dévoiler ses intentions en vue du congrès du PS, à Poitiers du 5 au 7 juin. Une rencontre programmée quelques heures avant le dépôt des motions -les orientations programmatiques-, fixée à vendredi minuit.

Le Figaro - Didier Guillaume juge «grave» que des frondeurs dirigent une motion

Chaque semaine, l'émission Parlement Hebdo, sur les chaînes parlementaires Public Sénat et LCP, en partenariat avec Le Scan, fait intervenir un invité politique sur l'actualité de la semaine. Aujourd'hui, le président du groupe socialiste au Sénat Didier Guillaume.

Libé, le 6 avril - Christian Paul «Le PS doit aller vers l’autonomie loyale»

Interview . Pour le député «frondeur» Christian Paul, il faut que la gauche se réforme et s’unisse.

Actualisation mardi 8 avril à 12 h 30. Ce sera donc lui le challenger. Christian Paul, 55 ans, élu de la Nièvre, sera la premier signataire de la motion rassemblant les sensisibilités les plus à gauche du PS. Cet ancien secrétaire d'Etat à l'Outre-Mer sous Jospin (2000-2002) et qui a pris, après avoir été proche d'Arnaud Montebourg puis de Martine Aubry, la tête de la «fronde» parlementaire et du collectif «Vive la gauche», devrait donc être opposé, le 28 mai, au premier secrétaire sortant, Jean-Christophe Cambadélis pour diriger le PS.

Marianne - Christian Paul : la surprise du chef

C'est finalement Christian Paul, député de la Nièvre et frondeur de la première heure, qui portera haut les couleurs de la contestation de la politique gouvernementale lors du congrès de Poitiers prévu en juin. Un choix pas anodin qui répond à un triple impératif : éviter la guerre des chefs de l'aile gauche du PS, attirer les aubrystes sans avoir à attendre le feu vert (qui ne venait pas) de la Dame de Lille et compliquer un peu plus la tâche d'un Jean-Christophe Cambadélis qui se voyait, lui, déjà, en grand rassembleur des amis de Martine Aubry.

20/03/2015

L'actualité des socialistes du 16 au 22 mars (mise à jour)

Fin de campagne.... prochaine mise à jour dimanche à 20h

A la une

Départementales : une campagne éclipsée par la menace du FN

C’est une drôle de campagne qui raconte une France prête à tout instant à verser dans l’irrationalité. Comme cet homme qui interpelle sa conseillère générale dans le Tarn-et-Garonne, à propos de l’impossible édification de son pigeonnier pour cause de zone inondable. « Qu’est ce que vous allez faire pour moi ? », lance-t-il comme une supplique. Quand l’élue lui répond que cela ne relève pas des compétences du conseil général, il rétorque, désabusé : « Décidément, il n’y a que Marine qui s’occupe de nous… »

20, 21 et 22 mars

Contexte - Garantie jeunesse : la Commission devrait avancer « au moins 50 % des fonds », estime Philip Cordery

Le député PS vient de rendre un rapport sur l’emploi des jeunes en Europe. Il répond aux questions de Contexte.

 
Le ministre de l'Économie était en déplacement jeudi à Fresnes à la rencontre des militants à trois jours du premier tour des départementales.
 
 
Un petit pas pour le socialisme mais un grand pas pour celui qui, bien que n’ayant pas en poche la carte du parti du même nom, tenait meeting, jeudi 19 mars, pour les élections départementales. Certes, la salle était modeste, mais elle était pleine. Deux cents personnes s’étaient déplacées à Fresnes (Val-de-Marne), tout autant pour encourager les candidats du PS, dans ce département – un des deux derniers – dirigé par le PCF, que pour écouter la tête d’affiche du jour : Emmanuel Macron. 
 
 
Manuel Valls s'est rendu dans le fief du président, en Corrèze, à trois jours du premier tour des départementales. Au menu : taper sur Sarkozy, déconstruire le discours du FN, et assurer de sa fidélité au chef de l'Etat.
 

L’épisode de pollution se poursuivant à Paris, la maire PS de la capitale, Anne Hidalgo, a réitéré sa demande de mise en place de la circulation alternée pour la journée de samedi, en raison de la persistance du pic de pollution aux particules fines PM10. 

Les Echos - Benoît Hamon à la recherche de la gauche perdue

L'ancien ministre de Manuel Valls, débarqué fin août, a fait son retour dans le jeu politique comme « haut-parleur des frondeurs ». A trois mois du congrès du PS, cet électron libre oscille entre doute et envie d'agir.
20 mars

Le Monde - Hollande choisit le magazine « Society » pour corriger son image

Par petites touches, François Hollande, à l’approche du troisième anniversaire de son élection, s’emploie à corriger son image. Et sur des supports de plus en plus inattendus. Entre confidences personnelles et vision régalienne, le président accorde ainsi un entretien fleuve au tout nouveau magazine Society, dans son deuxième numéro, à paraître vendredi 20 mars. Un média apparemment décalé pour une stratégie de présentation de lui-même qui se précise, visant à souligner une forme de présidentialité acquise lors des attentats de janvier sans pour autant gommer un sens de la proximité, qui, en campagne, avait constitué l’une de ses forces.

Libé - Montebourg chez Habitat

Reconversion. L'ancien ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a été nommé vice-président du conseil d'administration de la chaîne d'ameublement française Habitat.

Le Monde - La gauche peut-elle perdre la Seine-Saint-Denis ?

L’ancienne banlieue rouge a pris quelques bleus. Dirigée pendant quarante et un ans par les communistes, puis par les socialistes depuis 2008, la Seine-Saint-Denis est un bastion de la gauche depuis la naissance du département, en 1968. « D’habitude, on connaît l’issue des élections à l’avance », confirme Stéphane Troussel, le président socialiste du conseil général. La gauche ou la gauche. Mais si celle-ci reste favorite pour le scrutin départemental des 22 et 29 mars, prévient-il, « l’incertitude existe avec la droite ».
 

En meeting mercredi soir dans le Pas-de-Calais, le Premier ministre a dû s’employer pour booster les socialistes dans un département à haut risque FN.

Libé - En cas de cession, le gouvernement à reculons sur le droit des salariés

Selon «les Echos», la sanction en cas de non respect du droit à l'information des salariés lors de la vente de leur entreprise serait allégée. Hamon juge la réforme «non opportune».

19 mars

Le Monde - Départementales : la déroute annoncée du PS

S'attendant à une sévère défaite, le Parti socialiste fait profil bas avant les élections départementales des 22 et 29 mars. Dépourvue de bilan solide en matière économique, traversée par une ligne de fracture depuis en plus en plus profonde entre légitimistes et « frondeurs », la majorité, et au premier chef Manuel Valls, ont fait du Front national leur principal cible. 
 
 
En meeting lundi soir à Evry, le Premier ministre a vivement répliqué à Nicolas Sarkozy, à quelques jours du premier tour des départementales.

Le Monde - Jean-Christophe Cambadélis : « Il y a une impunité pour le FN »

Pour Jean-Christophe Cambadélis, « il y a aujourd’hui dans notre pays une impunité pour le Front national et l’extrême droite ». Invité du « Forum France Bleu-France Info », mercredi 18 mars, à quelques jours du premier tour des élections départementales, le premier secrétaire du PS, a poursuivi : « Aujourd’hui, on peut dire ce que l’on veut dans l’espace public, on peut faire ce que l’on veut, être soutenu par les banques poutiniennes, détourner les fonds du Parlement européen pour financier l’ensemble de son appareil politique, ça n’intéresse personne. »

Le Monde - Aubry brouille les pistes sur sa succession à Lille

Après l’annonce surprise de l’installation à Lille de l’ancien ministre de la ville François Lamy, le 15 novembre 2014, les rumeurs allaient bon train sur l’avenir de l’ancien conseiller municipal d’opposition de Palaiseau (Essonne). Martine Aubry préparait-elle sa succession en mairie de Lille ? A défaut de clarifier ses intentions pour les élections municipales de 2020, l’ancien ministre du gouvernement Ayrault a confirmé son intention de prendre place de manière durable dans la capitale des Flandres.

Libé - Loi prostitution : démission soudaine d'un sénateur PS opposé à la pénalisation des clients

En désaccord avec le gouvernement, Jean-Pierre Godefroy a démissionné de la commission spéciale sur la loi prostitution.

Le Monde - Ayrault à l’heure des comptes

Une interview à Ouest France pour mobiliser la gauche et régler ses comptes avec Manuel Valls. Jean-Marc Ayrault n'a pas attendu le résultat des élections départementales pour se démarquer fortement de son successeur.

18 mars

Le Monde - Jean-Marc Ayrault, un premier ministre dans les yeux de sa fille

Jean-Marc Ayrault ne semble pas amer, ou rancunier. Un peu interdit plutôt, meurtri aussi, par ces deux années à Matignon et par la façon dont elles se sont terminées. C’est sa fille, Elise, qui, au terme du documentaire qu’elle lui consacre - « Mon père, ce Ayrault », diffusé en avril sur France 3 - le dit : pour elle, sa démission fut un « soulagement ». « Tu souffrais pour moi… », relance l’intéressé.

Le JDD - Départementales : deux économistes prédisent une grande vague bleue

Deux économistes chercheurs à l'université Paris II prédisent une grande vague bleue aux élections départementales, en fonction d'un modèle économétrique qui intègre l'évolution du chômage et la popularité de l'exécutif. L'UMP emporterait environ trois cantons sur quatre. La gauche perdrait des bastions comme le Pas-de-Calais, et le FN remporterait plus de 100 cantons.

LCP - Guedj (PS) : "problème éthique et moral" dans le soutien de Sarkozy à Tron

Jérôme Guedj, le président (PS) du conseil général de l'Essonne, a qualifié lundi de "petit problème éthique et moral" le fait que Nicolas Sarkozy vienne soutenir lundi soir Georges Tron, renvoyé aux assises pour viols et agressions sexuelles.

17 mars

Le Quotidien du Médecin - Loi santé : Olivier Véran s’attaque à la promotion de la maigreur excessive chez les mannequins

Dans le cadre du projet de loi santé, deux amendements interdisant le recours aux mannequins dénutris et l’apologie de l’anorexie ont été déposés ce matin à l’Assemblée nationale par le député PS de l’Isère, le Dr Olivier Véran, neurologue au CHU de Grenoble, par ailleurs rapporteur du volet Promotion et prévention du projet de loi.

Le Figaro - Bouches-du-Rhône : le socialiste Mennucci veut en finir avec Guérini

Le député de Marseille appelle les électeurs à ne pas voter pour le président sortant du Conseil général des Bouches du Rhône mais pour les socialistes.

Libé - PS, UMP, et FN : «La tripartition est un système transitoire»

Jérôme Fourquet, directeur à l’Ifop, analyse les conséquences de la montée de l’extrême droite.

Pour Jérôme Fourquet, directeur du département opinion publique à l’Ifop, l’élimination toujours plus fréquente des candidats PS ou UMP aux premiers tours des scrutins majoritaires peut précipiter la recomposition du paysage politique. De Valls à Juppé, plusieurs responsables de partis ne disent pas autre chose.

16 mars

C Politique : JC Cambadelis

La journaliste reçoit Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti Socialiste. Son portrait, dans l'exercice de sa fonction, ainsi qu'un débat autour d'un thème d'actualité sont les temps forts de l'émission qui se termine par la réponse aux questions diverses, sur la base de SMS ou de questions postéessur les réseaux sociaux par les téléspectateurs.

Le Lab - Les socialistes Claude Bartolone et Jean-Christophe Cambadélis favorables au vote obligatoire qui pourrait être "une piste" contre le FN

Rendre le vote obligatoire permettrait-il de résoudre la crise démocratique qui sévit en France ? L’écologiste François de Rugy le pense, lui qui a déposé une proposition de loi en ce sens. Il a trouvé ce dimanche 15 mars deux soutiens de poids dans la majorité socialiste alors qu'une note d'un think-tank proche du PS plaide en ce sens.

Libé - Sondage: popularité en baisse pour Hollande et Valls

François Hollande et Manuel Valls continuent de perdre les points de popularité acquis après les attentats de janvier avec respectivement 27% et 40% de bonnes opinions, selon un sondage BVA-Orange-iTELE publié samedi.

Le Lab - Manuel Valls met en garde les communistes, qui "peuvent disparaître"

Quoi qu’il en dise, Manuel Valls ne réserve pas ses coups au seul Front national. Dans le Journal du Dimanche de ce 15 mars, le Premier ministre en campagne adresse une sérieuse mise en garde aux communistes dans la perspective de 2017.

Libé - En visite à Amiens, Najat Vallaud-Belkacem joue à domicile

A quelques jours des départementales, la ministre de l'Education nationale s'est rendue vendredi soir dans le quartier de son enfance, pour une visite politique aux airs de retour aux sources.

17/03/2015

Najat Vallaud-Belkacem : "Le Front national est le parti de la haine"


Najat Vallaud-Belkacem : "Le Front national est... par rtl-fr

06/03/2015

L'actualité des socialistes du 2 au 8 mars (mise à jour)

A la une

Public Sénat - Jean-Marc Germain souhaite le retour des « aubrystes » au gouvernement

Invité de Parlement Hebdo sur Public Sénat et LCP-AN ce vendredi, Jean-Marc Germain, l’un des fers de lance des frondeurs au sein du PS, se dit favorable au retour des « aubrystes » au sein du gouvernement.

Les Echos - Remaniement : les «frondeurs» PS prêts à entrer au gouvernement

Les députés socialistes frondeurs rencontreront François Hollande « dans les jours qui viennent », a annoncé Jean-Marc Germain.

7 mars

La Gazette des Communes - « Les départements sont sauvés », assure Claudy Lebreton

Le président de l'Assemblée des départements de France, Claudy Lebreton (PS), estime, à deux semaines des élections, que "les départements sont sauvés" et que ceux-ci conserveront la plupart de leurs compétences dans la future loi sur l'organisation territoriale de la République (NOTRe).

Les Inrocks - Féministes: le bras de fer qui fait tanguer Paris

Dans le XXe à Paris, la lutte entre Rokhaya Diallo et la maire PS de l’arrondissement, Frédérique Calandra, pourrait mettre à mal la majorité municipale.

Les Echos - Un an après, Manuel Valls toujours en quête d’un bilan

31  Mars 2014 : au lendemain des municipales, Manuel Valls est choisi par François Hollande pour succéder à Jean-Marc Ayrault. Un an après, la force de ses mots ne s’est pas traduite en changements notables pour les Français.

Francetvinfo - Tournée des départementales 2015 : Valls répond à Sarkozy

À quinze jours du premier tour des élections départementales, la campagne tourne à l'affrontement entre l'UMP et le PS. Au coeur du débat, la montée du Front national.

Le Monde, Les décodeurs - Le vote obligatoire changerait-il quelque chose ?

« Un apartheid territorial, social, ethnique » est à l'œuvre dans les quartiers populaires. Au lendemain des attentats de Paris, le premier ministre, Manuel Valls, avait voulu frapper un grand coup et rompre avec un discours convenu sur les banlieues.

Alors que M. Valls préside ce vendredi 6 mars un comité interministériel à la citoyenneté et à l'égalité, le député PS du Val-d'Oise Philippe Doucet a de son côté rendu publiques ses « 24 propositions pour lutter vraiment contre l'apartheid ».

Libé - A Sivens, les zadistes expulsés, les questions évacuées

Le vote par le conseil général du Tarn d’un projet très flou de barrage plus petit ne rassure pas les opposants, qui ont été délogés du site «sans incident».

Le Monde - Les propositions d’un député PS contre l’« apartheid territorial, social et ethnique »

Il y a plus d’un mois, suite aux attentats de Paris, Manuel Valls, avait jeté cette expression controversée dans l’espace public : un « apartheid territorial, social, ethnique » qui se serait « imposé à notre pays » dans les banlieues et quartiers populaires. Vendredi 6 mars, alors que le premier ministre doit présider un comité interministériel à la citoyenneté et à l’égalité et faire des annonces sur la politique de la ville, le député socialiste du Val-d’Oise, Philippe Doucet, a décidé de rendre publiques de son côté ses « 24 propositions pour lutter vraiment contre l’apartheid ».

Europe 1 - Les partisans de Hollande préparent déjà 2017

.... Et les partisans de François Hollande s'y mettent aussi. Un think tank, Démocratie 2012, planche déjà sur son programme pour un second quinquennat.L'Elysée surveille ça de près. Europe 1 a pu assister en exclusivité à la deuxième réunion de ce groupe, créé en 2011 pendant la primaire socialiste et aujourd’hui réactivé. Ce think tank fait régulièrement parvenir des notes à l’Elysée avec des propositions d’idées ou de projets. Au palais, on regarde ça d’un œil distant, mais bienveillant.

Le Monde - Le gouvernement va débloquer 170 millions d'euros pour les contrats aidés

Le gouvernement va débloquer une enveloppe de 170 millions d'euros pour accélérer le nombre de contrats aidés d'ici à l'été, révèlent Les Echos jeudi 5 mars, et dont Le Monde a eu confirmation. Le financement se fera « non pas en prévoyant de nouvelles entrées en plus des 445 000 déjà budgétées pour l'année mais en accélérant le calendrier », et donc en finançant certains contrats sur une durée plus longue que prévu en 2015, explique le journal.

Le Monde - Départementales : Solférino redoute une bérézina dès le premier tour

Face aux prévisions plus que sombres pour les élections départementales, le PS tente de mobiliser ses troupes dans la dernière ligne droite. Le premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis, a tenu une conférence de presse jeudi 5 mars, destinée à relancer la machine socialiste, à deux semaines du premier tour. « Il y a comme un frémissement dans le pays », veut croire le patron de Solférino, qui voit dans les chiffres du chômage de janvier (baisse de 19 100 inscrits en catégorie A) un encouragement à poursuivre la politique menée depuis un an. « Le redressement est en marche. C’est la différence avec les élections municipales, où il n’était même pas perceptible, là où la colère, elle, l’était. »

Le Parisien - Départementales : le PS sonne l'heure de la mobilisation

Branle-bas de combat pour éviter une nouvelle déroute après les municipales et les européennes. A trois semaines du premier tour des élections départementales, Jean-Christophe Cambadélis a lancé jeudi un appel à la mobilisation de l'électorat du PS.

6 mars

Le Monde - Le plan pauvreté de Manuel Valls déçoit les associations

Un long discours, pas moins de 11 ministres et secrétaires d’Etat l’entourant, 49 mesures annoncées et des mots pour dire la « solidarité » affichée. Manuel Valls n’a pas ménagé sa peine lors de la présentation de son « plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale », mardi 3 mars au ministère de la santé. Mais, mis à part l’annonce de la création de la prime d’activité, fusionnant le RSA et la prime pour l’emploi, la déception était visible du côté des acteurs du secteur.

 
Le Premier ministre a présenté le plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté afin de se racheter une image sociale. Mais la seule grande nouvelle est la prime d'activité.
 
 
Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'éducation nationale, reprendra les fonctions de Geneviève Fioraso, secrétaire d'Etat chargée de la recherche et de l'enseignement supérieur, a annoncé l'Elysée jeudi 5 mars. Mme Fioraso a présenté sa démission du gouvernement pour des raisons de santé. 
 
 
Le chef de l’Etat reperd 4 points dans le baromètre CSA pour « Les Echos » et Radio Classique. Le Premier ministre chute de 7 points, victime du 49-3.
 
5 mars

Le Figaro - Départementales : Valls conseille aux candidats PS de ne pas parler d'économie

Pour le premier ministre, le manque de «succès véritables» sur les dossiers économiques impose de mobiliser les électeurs sur d'autres thématiques.

Les Echos - Départementales : Hollande attaque de front le FN

François Hollande a une nouvelle fois mis en garde contre le FN, dont il dit vouloir « arracher les électeurs ». « Car si le FN est dans la République, puisqu’il participe aux élections, c’est tout sauf le parti de la République. Ses propositions sont autant de reculs pour notre pays et pour ses électeurs », prévient-il.

Le Lab - Le PS rode ses éléments de langage à dégainer après la défaite annoncée des départementales

.... Alors que se profilent les élections départementales, Manuel Valls, Jean-Christophe Cambadélis, Bruno Le Roux, Didier Guillaume et le président des Radicaux de gauche Jean-Michel Baylet  se sont réunis le 24 février à Matignon, dévoile le Canard. Objectif : préparer la déroute annoncée.

Le Quotidien du Médecin - Geneviève Fioraso pourrait bientôt quitter le gouvernement

L’information qui avait filtré dans les colonnes de « l’Express » hier a été confirmée ce matin par Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement : « Mme Fioraso connaît des problèmes de santé, qui ont l’air d’être assez graves » et qui pourraient conduire l’actuelle secrétaire d’État chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche à quitter le gouvernement.

Libé - La gauche met de l'eau dans son voile

Obligation de neutralité pour les crèches, pour les centres sociaux, mais finalement pas pour les nounous. Réunis ce mercredi matin en commission des lois pour discuter de la proposition de loi des radicaux de gauche sur l’obligation de neutralité des personnels chargés d'enfants de moins de 6 ans, les députés sont en train de faire machine arrière sur la question des assistantes maternelles. Sous l’impulsion du député PS et ancien maire d’Argenteuil Philippe Doucet, qui a déposé un amendement en ce sens, les parlementaires devraient en effet finalement circonscrire l’obligation de neutralité aux crèches et centres de loisirs dans la proposition de loi qu’ils discuteront en séance publique le 12 mars prochain.

Libé - Hollande demande un «rapprochement» à EDF et Areva

Le président français François Hollande a annoncé mercredi à Madrid avoir demandé aux dirigeants d’Areva et d’EDF de travailler à un «rapprochement» des deux groupes. «J’ai demandé aux dirigeants des deux entreprises de présenter un rapprochement qui pourrait être confirmé dans quelques mois», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. L’objectif est que «les acteurs de l’équipe de France du nucléaire puissent collaborer davantage que ça n’était le cas dans le passé et c’est un euphémisme», a-t-il ajouté.

4 mars

Les Echos - Les députés PS se disent « attachés » à la généralisation du tiers payant

Les députés socialistes sont « attachés » à la généralisation du tiers payant et il faut que les « problèmes techniques » pour sa mise en place soient « réglés », a déclaré, hier, un de leurs porte-parole, Hugues Fourage

Le Lab - Ces 49 députés PS qui avaient prévu de ne pas voter la loi Macron

..... Selon des documents qu’a pu consulter le Lab, le gouvernement et le groupe socialiste de l’Assemblée, présidé par Bruno Le Roux, avaient établi un pointage des votes des différents groupes. Et du leur. Et le verdict était que le texte devait passer par trois voix d’avance (265 pour, 262 contre). D'après les "intentions" des uns et des autres. Une avance trop courte donc pour que le gouvernement prenne le risque d’avoir un vote contre, le forçant à engager le 49.3. La faute aux quelques députés, comme certains fondateurs de Cohérence socialiste (Yann Galut, Alexis Bachelay, Valérie Rabault et Karine Berger) qui ont refusé de révéler leurs intentions de vote, rendant le comptage trop incertain.

3 mars

Le lab - Tout va bien pour les frondeurs, merci pour eux

L'INFO. Ils ont hanté les nuits de François Hollande et Manuel Valls. Les deux têtes de l'exécutif ont même, à cause d'eux, dû dégainer l'arme atomique du 49-3 pour s'assurer que la loi Macron serait votée. Eux, ce sont "les frondeurs", ces élus socialistes qui ne cautionnent pas la politique du gouvernement. Sauf qu'après avoir été tancés par nombre de leurs petits camarades, ces élus sortent finalement ragaillardis de cette séquence.

Libé, l'édito de Joffrin - Force majeure

On connaît le vieux dicton électoral : au premier tour, on choisit, au second tour, on élimine. Au premier tour, parmi huit ou dix noms, on désigne le candidat qu’on aime, au second, entre les deux qui restent en piste, on écarte celui qu’on déteste. C’était hier… Désormais la montée du Front national place la gauche devant un autre aphorisme, nettement plus désagréable : au premier tour, on est éliminé, au second tour, on n’a plus le choix.

Le lab - Pour Henri Emmanuelli, la ligne politique de Manuel Valls pourrait être "mortifère pour la gauche

CAMARADES - Henri Emmanuelli sort de sa réserve. Celui qui a signé la contribution de Benoît Hamon en vue du congrès du PS, qui se déroulera à Poitiers les 5, 6 et 7 juin, a décidé de briguer un nouveau mandat de président du Conseil général des Landes. Et pour ce faire, il se démarque de la ligne gouvernementale. Au JDD, daté du 1er mars, il justifie sa démarche en expliquant que "ce n'est pas le moment de tourner le dos".

L'Obs - Cambadélis (PS): Sarkozy entre "coup de rabot" et "coup de marteau"

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, a estimé que le programme de Nicolas Sarkozy se résumait à un "coup de rabot sur notre modèle social" et un "coup de marteau sur la République", après son entretien au Figaro lundi.

Le Figaro - L'avertissement à Hollande du frondeur Christian Paul : «Il est minuit moins le quart»

Le député frondeur de la Nièvre pourrait être discrètement reçu par le président de la République, inquiet pour la cohésion de sa majorité. Il juge que les réformes portées depuis deux ans ne portent pas leurs fruits.

Revoir l'émission

Le Parisien - Sondage : les frondeurs du PS ont la cote

Si les Français ne partagent pas forcément leurs idées, ils comprennent la démarche des frondeurs du Parti socialiste. C'est ce que montre notre sondage* Odoxa publié ce dimanche. Les députés frondeurs PS recueillent ainsi 55% de bonnes opinions, 65% des Français jugeant «normal» qu'ils s'opposent au gouvernement et 70% estimant que le PS devrait «rappeler à François Hollande ses engagements de campagne».

20 minutes - Frondeurs du PS: «Les Français nous disent qu’ils comprennent notre démarche», se réjouit Amirshahi

INTERVIEW Le député Pouria Amirshahi réagit au sondage sur la perception qu’ont les Français de la gauche du PS...

2 mars

Le Lab - François Hollande devrait rencontrer les députés "frondeurs" au cours du mois de mars

CAJOLER - François Hollande a beau les qualifier de "complètement dingos", les députés "frondeurs" sont en passe d'être écoutés. Ou au moins reçus. Comme le révèle un confidentiel du JDD dimanche 1er mars, les députés Laurent Baumel, Christian Paul, Pouria Amirshahi et d'autres devraient s'entretenir courant mars avec François Hollande. Si le lieu reste à déterminer, la rencontre devrait se faire dans la première quinzaine du mois.

Politis – Laurent Baumel “J’essaie de sauver le PS plutôt que de le fuir”

Député d’Indre-et-Loire, Laurent Baumel revient sur la crise politique engendrée par la loi Macron et sur la stratégie des frondeurs.

Il n’est pas le plus gauchiste des frondeurs, mais cela n’empêche pas Laurent Baumel d’en être l’un des principaux porte-parole. Élu pour la première fois député (d’Indre-et-Loire) en 2012, cet ancien strauss-kahnien est l’un des trente et un députés à s’être abstenus, en septembre, sur le vote de confiance au gouvernement Valls 2.

Marianne - Le hollandisme de souche, Joseph Macé-Scaron

Le refus permanent de nommer les choses est bien l'essence du hollandisme du souche. La scène se passe au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France, qui n'est plus connu, aujourd'hui, que sous son acronyme : Crif. Loin de l'esprit universaliste de Théo Klein, cet événement mi-politique, mi-mondain est devenu, avec le temps et la confusion intellectuelle, la manifestation pas très habile des noces du communautarisme et de l'entre-soi. Un tout petit monde - les hommes avec de longues écharpes blanches et les dames en robe de soirée - se presse ainsi autour des tables pour se faire morigéner par le président du Crif, l'inénarrable Roger Cukierman, qui défend les Français de confession juive avec la grâce et l'habileté de Mr Bean lorsqu'il prépare la dinde de Noël

Les Echos - Départementales 2015 : les départements qui pourraient basculer

Entre 30 et 40 départements, sur 101, semblent susceptibles de basculer à droite lors des élections départementales des 22 et 29 mars. Le FN pourrait remporter le Var, le Vaucluse, voire le Pas-de-Calais.

Le Monde - Comment la nouvelle prime d’activité va fonctionner

La prime pour l’emploi (PPE) et le RSA activité sont bientôt morts, bienvenue à la nouvelle « prime d’activité ». Le Monde a eu connaissance des modalités précises de cette nouvelle prestation, qui devraient être présentées mardi 3 mars par le premier ministre, Manuel Valls. Elle entérine la fusion PPE-RSA, dont la complexité et le manque d’efficacité sont critiqués depuis longtemps, mais qui a jusqu’ici toujours été retardée par crainte de faire trop de perdants.

10/02/2015

Najat Vallaud-Belkacem : "La lutte contre le harcèlement scolaire est une priorité"


Najat Vallaud-Belkacem : "La lutte contre le... par franceinter

05/02/2015

Vallaud-Belkacem : "l'égalité" au coeur de la "feuille de route" du gouvernement


Vallaud-Belkacem : "l'égalité" au coeur de la... par publicsenat

01/02/2015

Rassemblement des secrétaires de section : Najat Vallaud-Belkacem


Rassemblement des secrétaires de section... par PartiSocialiste

24/01/2015

L'actualité des socialistes du 19 au 25 janvier (mise à jour)

A la une

Public Sénat - Après les attentats, le congrès du PS est-il « fini » ?

Suite aux attentats, certains socialistes pensent qu’il ne sera plus possible pour l’aile gauche du PS de contester la ligne économique de François Hollande et Manuel Valls. A l’aile gauche, si on n’enterre pas encore le congrès du mois de juin, on parle de « dispute apaisée »…

Slate - Syriza, une chance pour Hollande

Evidemment, les soutiens français les plus évidents de la gauche radicale grecque sont plutôt Cécile Duflot, Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon. Mais, si le parti d'Alexis Tsipras accède au pouvoir, Hollande pourrait se retrouver dans la position qu’il adore: celle du médiateur et du conciliateur entre deux orientations extrêmes, celui qui fait la synthèse.

24 et 25 janvier

Europe 1 - Attentats : Aubry félicite Hollande et Valls

La maire de Lille, d'habitude critique vis-à-vis de l'exécutif, a estimé vendredi que François Hollande "était un chef d'Etat au plein sens du terme".

Libé - Rouges et verts mettent leurs «espoirs» en «chantiers»

A la gauche du PS, ça bouge. Après avoir soutenu les Grecs de Syriza lundi soir à Paris et avoir redoublé de bonnes intentions depuis cet été, le temps des travaux pratiques semble venu.

Dans un appel intitulé «Chantiers d’espoir» et publié sur Mediapart, plusieurs responsables politiques, associatifs, syndicaux et intellectuels ont annoncé jeudi vouloir «construire […] et élaborer une alternative politique, sociale et écologiste», «susciter des rencontres, partout en France, pour tracer un nouveau chemin».

Mediapart - Chantiers d’espoir

« Mettre un coup d’arrêt à l’avancée de la droite et de l’extrême droite », revivifier les « valeurs d’égalité et de liberté » et « faire émerger une alternative à gauche porteuse d’une politique, citoyenne, féministe, écologiste et solidaire »: c'est le projet porté par l'appel « Chantiers d'espoir », construit par des animateurs du mouvement social, militants syndicaux, associatifs, altermondialistes, féministes, des représentants nationaux d’Europe EELV, du Front de Gauche…

Le site Web de Chantiers d'espoir

Libé - A la gauche du PS, l'espoir en «chantiers»

Dans un appel publié par Mediapart, 500 personnalités politiques, associatives, syndicales et intellectuelles appellent à «construire une alternative». Duflot et Mélenchon compris.

23 janvier

Europe 1 - BCE : une (discrète) satisfaction pour Hollande

BONNE NOUVELLE - Le chef de l'Etat militait pour une relance monétaire au niveau européen. Mais il devrait se garder de tout triomphalisme, le sujet étant un point de crispation avec l'Allemagne.

L'Obs - Morale, laïcité, bénévolat... Ce que propose Najat Vallaud-Belkacem pour l'école

Renforcement de la formation des professeurs, cours d'éducation aux médias... Le gouvernement dévoile une batterie de mesures pour réaffirmer les valeurs républicaines à l'école.

Le Monde - « Apartheid » : Valls appelle Sarkozy à « penser à la France »

« Dans ces moments-là, ceux qui gouvernent et ceux qui hier ont gouverné, doivent être grands, pas petits. » Manuel Valls a répondu, jeudi 22 janvier, à Nicolas Sarkozy, qui l’avait accusé d’avoir commis une « faute » en parlant d’« apartheid ». Le premier ministre a également reproché à l’ex-président de vouloir « briser l’esprit [d’unité nationale] du 11 janvier ».

Le Monde - Valls veut lutter contre la « ghettoïsation et la ségrégation »

Manuel Valls a déclaré, jeudi 22 janvier, que la lutte contre la « ghettoïsation » dans les quartiers pauvres passait par une « politique du peuplement ». Le premier ministre s’exprimait à Matignon en introduction des mesures annoncées par sa ministre de l’éducation dans le cadre de la « grande mobilisation » déclenchée après les tueries des 7, 8 et 9 janvier à Paris et à Montrouge.

L'Obs - Dans le Doubs, les attentats parisiens rebattent les cartes de la campagne électorale

Des tracts FN sur le "péril islamiste", des militants PS qui espèrent surfer sur le regain de popularité de François Hollande: dans le Doubs, appelé à pourvoir le 1er février le siège de député de Pierre Moscovici parti à Bruxelles, les attentats de Paris ont rebattu les cartes d'une élection très ouverte.

Lyon Capitale - Régionales 2015 : Collomb dément vouloir écarter Queyranne

Selon Le Progrès, le maire de Lyon chercherait à évincer le président de l’actuel conseil régional de sa propre succession. Gérard Collomb dément l’information.

Le Monde - Manuel Valls annonce la création de 2680 postes pour lutter contre le terrorisme

Un renforcement des moyens humains et matériels : c’est l’essentiel de la réponse apportée mercredi 21 janvier par l’exécutif, deux semaines jour pour jour après la tuerie de Charlie Hebdo, en matière de lutte antiterroriste. Le premier ministre a annoncé un budget de 425 millions d’euros sur trois ans en matériel. Avec le coût du personnel, l’enveloppe devrait se monter à 736 millions d’euros d’ici 2017, dont 246 millions pour 2015 Le président l’avait confié à ses proches, ces derniers jours : « L’attitude de la droite, illustrée par ce que faisait Sarkozy, c’est : un événement, une loi. La gauche, elle, explique qu’il n’y a qu’à appliquer les textes. J’entends pour ma part être pragmatique : ce qu’il faut, c’est corriger, améliorer. » 

Libé - Le PS face aux douze travaux de Macron

Le nombre de dimanches ouvrés demeure le principal point de division entre élus socialistes.

Avec prudence mais détermination. Larvée la semaine dernière, l’offensive de la majorité contre la loi «pour la croissance et l’activité», dite loi Macron, s’organise en vue de son examen dans l’hémicycle à partir de lundi.

22 janvier

Libé - Valls dénonce un «apartheid territorial, social et ethnique» en France

.... Il a fait du «parler vrai» sa marque de fabrique. Manuel Valls, en adressant mardi ses vœux à la presse, en a apporté une nouvelle preuve. Après les attentats des 7, 8 et 9 janvier, le Premier ministre a dressé le portrait d’une partie de la France où sévit, selon lui, «l’apartheid territorial, social et ethnique». Dans son discours distribué à la presse quelques minutes plus tôt, ce mot chargé d’histoire est venu coiffer celui de «relégation périurbaine et de ghettos». Auxquels «s’additionnent les discriminations quotidiennes, parce qu’on n’a pas le bon nom de famille, la bonne couleur de peau ou bien parce que l’on est une femme».

Libé - Hollande opposé au retour de la «peine d’indignité nationale»

La mesure défendue par la droite, et un temps envisagée comme l'une des pistes pour lutter contre le terrorisme, ne devrait pas figurer dans les annonces du Premier ministre ce mercredi.

Libé - La photo trompeuse d’une gauche «Syriza» à la française

.... Et que dire des socialistes présents... Il s’en est fallu de très peu pour que Guillaume Balas, eurodéputé proche de Benoît Hamon et pourtant très critique avec les «politiques d’austérité imposées» par la Commission européenne, ne soit sifflé par une partie de la salle. S’il a reçu des applaudissements, on a entendu certains militants présents se moquer de lui. Ils n’ont plus aucune confiance dans les responsables politiques tenant le poing et la rose. Même s’ils leur apportent des preuves de leur rédemption.

L'Obs - Anne Hidalgo (PS) veut créer une carte du citoyen parisien

La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) a dévoilé mercredi une batterie de mesures destinées à conforter le vivre-ensemble, parmi lesquelles la création d'une "carte du citoyen de Paris", deux semaines après les attentats qui ont ensanglanté Paris.

Libé - Cazeneuve défend Taubira, attaquée par la droite

Pas d'unité nationale qui tienne entre l'UMP et la garde des Sceaux. Alors que la droite plaide pour un durcissement dans le contexte post-attentats, le ministre de l'Intérieur a vanté la sévérité de la politique pénale.

Bondy Blog - Bariza Khiari : "les musulmans sont dans une injonction contradictoire"

Sénatrice (PS) de Paris depuis 2004, Bariza Khiari se dit “farouchement républicaine et sereinement musulmane”. Peu sollicitée par les médias depuis les attentats qui ont frappé Paris la semaine dernière, elle confie ses frustrations, ses colères, mais aussi ses espoirs dans une société plus égalitaire où les citoyens auraient envie de “faire ensemble”. Entretien réalisé en marge d’une conférence sur la liberté d’expression à l’Unesco.

21 janvier

Le Monde - L’« apartheid » en France ? Pourquoi les mots de Manuel Valls marquent une rupture

Manuel Valls avait déjà parlé de « ghetto » et de « ségrégation », voire d’« apartheid ». C’était en 2005, et il n’était alors que maire d’Evry (50 000 habitants) et socialiste en rupture idéologique avec son parti sur les enjeux d’intégration et de sécurité. Dix ans plus tard, à l’occasion de ses vœux à la presse, mardi 20 janvier, c’est le premier ministre qui parle. Avec des mots inédits pour qualifier la situation des quartiers sensibles en France, une semaine après les attaques terroristes qui ont fait 17 morts. Pour décrire la gravité de la situation des quartiers français, Manuel Valls parle publiquement de « ghettos » et d’« apartheid territorial, social, ethnique » – chaque mot compte, et le dernier plus que les autres dans un pays où la question ethnique demeure un tabou politique et intellectuel.

Europe 1 - Filippetti pointe le "sentiment de ségrégation" en France

La députée socialiste et ancienne ministre de la Culture était l'invitée du Club de la presse, mardi sur Europe 1.

Le Point - Loi Macron : les députés PS frondeurs jugent le texte "pas votable en l'état"

Les députés socialistes frondeurs vont défendre des amendements à la loi Macron, pour des améliorations notamment sur le travail dominical, le texte n'étant "pas votable en l'état" pour eux, ont indiqué mardi leurs animateurs. "Il n'y aurait rien de pire que les attentats terroristes arrêtent le débat au sein de la gauche. Nous espérons que la période permettra un débat de plus grande qualité", a déclaré Jean-Marc Germain, une semaine avant le début de l'examen dans l'hémicycle du projet de loi sur la croissance et l'activité.

Les Echos - L'exécutif va lancer « l'acte II de la refondation de l'école »

François Hollande présente aujourd'hui ses voeux au monde éducatif.
Manuel Valls promet « des propositions immédiates » et « une méthode ».

Libé - Départementales: «fierté» retrouvée des candidats PS après les attentats, selon Poignant

Bernard Poignant, conseiller de François Hollande, a affirmé mardi qu’il y avait une «fierté» retrouvée des candidats socialistes aux départementales après la gestion des attentats par l’exécutif, affirmant que le PS ne connaîtrait pas de débâcle lors du scrutin.

Boursier.com - "Jouer l'échec de la gauche qui gouverne n'est pas la solution" prévient Stéphane Le Foll

Les élections législatives se tiendront dimanche en Grèce, et en France, plusieurs personnalités politiques se sont mobilisées lundi soir... Jean-Luc Mélenchon, du parti de gauche, Pierre Laurent, le patron du parti communiste et Cécile Duflot, l'ancienne ministre de l'Ecologie étaient parmi eux, réunis en meeting à Paris pour soutenir le parti Syriza, favori des sondages. Ils se sont présentés comme une alternative à gauche, réclamant un changement de politique et d'équipe gouvernementale...

Libé - Syriza esquisse une «alternative» en France

Lors d’un meeting de soutien à Paris lundi soir, Cécile Duflot et l’aile gauche du PS ont fait tribune commune avec Mélenchon et les communistes pour soutenir les Grecs de Syriza. Une première depuis 2012.

20 janvier

Le Point - Baromètre Ipsos/"Le Point" - Hollande deux fois plus populaire que le mois dernier !

Tous les acteurs de la marche républicaine profitent d'un rebond de popularité. Et au premier chef, François Hollande et son Premier ministre.

Le Lab - Jean-Christophe Cambadélis sur Nicolas Sarkozy : "Il me connaît depuis le 1er jour"

PASSION ARCHIVE - Non, décidément Jean-Christophe Cambadélis ne veut pas lâcher Nicolas Sarkozy. Après avoir proposé plusieurs fois un débat entre eux deux, le premier secrétaire du Parti socialiste avait tenté de joindre le président de l'UMP le 7 janvier, jour de l'attentat à Charlie Hebdo. En vain, puisque l'ancien président, finalement joint par Manuel Valls lui-même, avait rétorqué : "Je ne connais pas Monsieur Cambadélis".

LCP - Loi Macron : les députés proposent entre 0 et 12 dimanches travaillés

La commission spéciale chargée d’étudier le projet de loi a ajusté, la nuit dernière, les dispositions concernant le travail dominical. Les députés ont modifié dimanche soir, en commission spéciale, les dispositions de la loi Macron concernant le travail dominical. Finalement, les maires pourront fixer de 0 à 12 dimanches travaillés chaque année pour les commerces de leur villes.
 
 
Le premier secrétaire du PS, qui appelle à «maintenir l’esprit du 11 janvier», estime par contre que Marine Le Pen «ne se nourrit que de la division nationale».

Le Figaro - Sénat: les collèges resteront aux départements

Les collèges resteront de la compétence des départements, le Sénat ayant refusé aujourd'hui de les transférer aux régions comme le prévoyait le gouvernement dans son projet de loi de Nouvelle organisation territoriale de la République. Devant l'opposition frontale des sénateurs, le gouvernement a préféré retirer un amendement qu'il avait déposé pour rétablir sa version initiale, alors que la commission des lois du Sénat avait décidé de maintenir la gestion actuelle des collèges par les départements, tout en donnant la possibilité de les transférer aux métropoles.

Europe 1 - Cambadélis n'est pas opposé à l'idée d'une "indignité nationale"

Le premier secrétaire du PS n'a "pas d'a priori" sur cette proposition émise par l'UMP pour punir les terroristes.

Libé - Hollande: «La vie doit continuer mais rien ne sera plus comme avant»»

Le Président, de retour dans son fief de Tulle pour les vœux, appelle à la cohésion du pays et veut que «la vie reprenne sa place», une semaine après les attentats qui ont touché la France.

Libé - Hollande à la recherche d'un nouvel équilibre

Le Président, dont l'action a été saluée durant les dix jours d'émoi qui ont suivi les attentats, entre dans une autre phase. Son défi est de montrer que «la vie continue» sans tourner la page trop vite.

19 janvier

Le Monde - Michel Rocard : « Il n'y a pas lieu de remettre en cause la politique d'immigration »

Michel Rocard, ancien premier ministre socialiste (1988-1991), met en garde dans une interview au Journal du dimanche, dimanche 18 janvier, contre toute remise en cause de la politique d'immigration en France après les attentats en  région parisienne de la semaine dernière 

Le JDD - Rocard : "On ne peut pas mettre des barbelés à toutes nos frontières"

INTERVIEW - L’ex-Premier ministre socialiste, Michel Rocard, évoque pour le JDD les suites des attentats de la semaine dernière. Il pense notamment que le FN aurait dû trouver sa place dans la marche républicaine. Extraits de l'entretien à paraître dimanche.

Le Figaro - Le PS craint de voir se rallumer la guerre des gauches

«Dans ces moments-là, il ne faut pas trop faire de politique…» Patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis cherche à préserver «l'esprit du 11 janvier» et ce, «le plus longtemps possible». Dimanche sur Europe 1-i-Télé-Le Monde, le député de Paris a ainsi salué «un certain nombre de propositions qui ont été faites dans un esprit constructif» par l'UMP. Avec une mise en garde: «Notre débat national a tendance à culpabiliser tout le monde (…), un jour les quartiers, puis l'école, puis les musulmans.»

Libé - Travail dominical des élus sur la loi Macron

Réforme . Le texte du ministre de l’Economie reste un sujet d’inquiétude pour certains députés de gauche.

20 minutes - Loi Macron: Premier compromis sur le travail le dimanche

Au travail le dimanche pour discuter… du travail le dimanche. C’est le sort réservé aux députés membres de la commission spéciale de l’Assemblée nationale pour examiner  le projet de loi Macron. Mais ils ne seront pas venus pour rien car un compromis a été trouvé entre la majorité socialiste, opposée au travail dominical, et Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie.

Le Figaro - Claude Bartolone : « Pas de loi de circonstance » contre le terrorisme

Claude Bartolone ne «veut pas de loi de circonstance (…), pas de loi slogan» pour lutter contre le terrorisme. Invité dimanche soir du «Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro», le président de l'Assemblée nationale a rappelé qu'une loi pour renforcer la lutte contre le terrorisme avait été adoptée le 14 novembre 2014, dont les décrets d'application vont être publiés. «Toute loi a besoin d'être évaluée», a insisté le député PS de Seine-Saint-Denis, qui a ajouté qu'il y avait «besoin de moyens supplémentaires pour le renseignement».

La question très controversée du travail dominical est discutée par les députés.

Les députés de la commission spéciale sur la loi Macron ont commencé ce samedi à minuit à s'attaquer à la réforme des règles d'ouverture des commerces le dimanche, un point très controversé au sein de la gauche. Les députés se sont limités à une discussion générale et commenceront à étudier les amendements ce dimanche matin.

23/01/2015

Laïcité et autorité : les mesures de Najat Vallaud-Belkacem dévoilées

17/01/2015

Mobilisation de l'école pour les valeurs de la république : point d'étape de la ministre


Mobilisation de l'école pour les valeurs de la... par EducationFrance