Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2020

Le JDD - Régionales : en Auvergne-Rhône-Alpes, Verts et PS pas d'accord sur la façon de battre Laurent Wauquiez

En Auvergne-Rhône-Alpes, les écologistes veulent un candidat au premier tour des régionales de mars prochain, tandis que les socialistes plaident pour une alliance contre Laurent Wauquiez d'emblée.

En Région Auvergne-Rhône-Alpes, socialistes et écologistes n'ont qu'une idée en tête : battre le président sortant, Laurent Wauquiez, aux élections régionales de mars 2021. Une Région qu'ils regardent avec les yeux de Chimène, et qui pourrait devenir un symbole. "Cette campagne peut devenir un laboratoire pour la présidentielle", estime un influent socialiste. Les écologistes pensent leur heure venue. Selon nos informations, la candidate d'EELV sera très probablement Maud Tavel, adjointe d'Éric Piolle, le maire de Grenoble. Tavel devrait bientôt dévoiler à ses camarades ses ambitions. Du côté de Grenoble comme du côté de Lyon ville conquise par l'écologiste Gregory Doucet aux municipales, son nom fait déjà "consensus", selon un Vert local.

Lire la suite
_________________
_________________

14/11/2019

France Bleu - Le PS grenoblois rejoint Eric Piolle après 6 ans de guérilla politique

Marie-Jo Salat, vice présidente de la métropole de Grenoble, mais opposante farouche à Eric Piolle au sein du conseil municipal de Grenoble, ainsi que Anouch Agobian, rejoindront la majorité RCES aux élections municipales en mars.

Les élus PS du conseil municipal de Grenoble (Marie-Jo  Salat et Anouch Agobian)  ainsi que le responsable de la section PS de Grenoble  (Maxence Alloto) ont donné une conférence de presse, mercredi soir,  pour annoncer leur ralliement à la liste d'Eric Piolle " l'arc humaniste " pour les élections municipales de mars 2020.

Lire la suite
_________________
_________________

26/08/2019

Le meilleur de 2018/19 - Le Monde - A Grenoble, la démocratie participative a fait pschit

Alors que des « gilets jaunes » réclament un référendum d’initiative citoyenne, le « dispositif de votation citoyenne » mis en place par la municipalité a fini par être retoqué par le tribunal.

Grenoble a été l’une des villes pionnières dans la mise en place d’un processus de démocratie directe. En février 2016, deux ans après avoir été élue sur une promesse d’« alternative citoyenne », la municipalité d’Eric Piolle (EELV) a en effet tenu l’une de ses promesses de campagne et mis en place un « dispositif d’interpellation et de votation citoyenne ».

Lire la suite
__________________
__________________

20:50 Publié dans Article du jour | Tags : piolle, referendum | Lien permanent

10/04/2014

France 3 : Comprendre la victoire d’Eric Piolle à Grenoble (3) : l’amplification du second tour

Troisième et dernier épisode de l’analyse de Simon Labouret, notre politologue de Sciences Po

En brisant la domination socialiste au premier tour, Éric Piolle a créé les conditions d’un raz de marée en sa faveur au second tour en quadrangulaire (40 % contre 27,5 % pour Jérôme Safar, 24 % pour l’UMP, et 8,5 % pour le FN).

Le pari de Jérôme Safar

Devancé de plus de 4 points par Éric Piolle, Jérôme Safar a refusé l’offre de fusion qui lui a été faite par son adversaire-concurrent. S’asseyant sur la garantie de faire élire une vingtaine de personnalités de sa liste et de disposer ainsi d’un poids incontournable dans la nouvelle majorité municipale, Jérôme Safar a invoqué des divergences de fond pour expliquer son maintien. Sans négliger l’importance des différences de vue entre la liste Piolle et la liste Safar sur un certain nombre de sujets, on peut raisonnablement douter que les questions de programme aient été décisives dans le refus de cette fusion.

Lire la suite
_______________________________
_______________________________

28/03/2014

L'actualité des socialistes du 24 au 30 mars (mise à jour)

Pour cause de fin de campagne la prochaine mise à jour de l'actualité interviendra dimanche soir. En attendant  la fin de semaine sera exclusivement consacrée aux réflexions.

A la une

Le Monde - Municipales : les second tour est-il déjà joué ?

Le premier tour des élections municipales est marqué par un taux d'abstention record, un effondrement des listes socialistes, et une montée des listes d'opposition (UMP et FN). Ces tendances vont-elles se confirmer au second tour ? Peut-il y avoir un changement de tendance à la faveur d'une remobilisation de l'électorat de gauche ?

Slate - Municipales: la défaite du PS va-t-elle dépasser celles de 1983 et 2001?

Le PS a été sanctionné. C'est l'un des points sur lesquels tous les observateurs et spécialistes de la politique française s'accordent après le premier tour des élections municipales. La question qui se pose désormais est: le second tour va-t-il marquer la plus importante défaite de l'histoire du parti lors d'un scrutin municipal?

29 et 30 mars

Arrêt sur Images - Avec Jérôme Safar, le rebelle socialiste de Grenoble

"Et d'abord, depuis quand Mélenchon est écologiste ?"

Attaques. Contre-attaques. En maintenant aux municipales de Grenoble sa liste au second tour – contre l’avis du Parti socialiste qui lui a retiré son investiture, voir notre reportage d'hier – Jérôme Safar entend défendre son programme avec une équipe motivée. Non il n’est pas un homme seul et déçu comme l’affirme la tête de liste Eric Piolle qui rassemble écolos, Parti de gauche et mouvements citoyens. Safar s’affiche en homme libre et attaque le projet du camp adverse. Qui réplique aussi sec.

Arrêt sur Images - Une journée à Grenoble avec les militants d'Eric Piolle

Anticor, Amnesty, RESF : le Vert-surprise qui a tout pour lui

"Comme on dit ici, c’est Grenoble". Entendez : on ne fait rien comme tout le monde. La tournure prise par les municipales ne déroge pas. Dimanche, on a vu la liste qui rassemble les Verts, le Parti de gauche et des mouvements citoyens arriver en tête au premier tour devant la liste des socialistes et des communistes. Une première. Mardi, au terme d’un long suspens, les socialistes décident de se maintenir malgré les consignes inverses de Paris. Une rébellion. Et demain ? Grenoble sera-t-il le théâtre en plein air des prémices de la recomposition à gauche ?

Libé - Hidalgo : «Une campagne, ce n'est pas de l'enfumage permanent»

Sa stratégie, son adversaire, son programme, ses alliances... la candidate socialiste à Paris revient sur sa campagne.

A trois jours du deuxième tour, la candidate socialiste Anne Hidalgo espère faire de Paris le symbole de la résistance face à la poussée de la droite lors de ces municipales. Dans une interview à Libération, elle s’explique sur sa campagne, les résultats du premier tour, son adversaire, son alliance avec les écologistes et la politique nationale.

Le Monde - Deux ans après, sur les traces de François Hollande dans la Moselle délaissée

C'était une magnifique carte postale de campagne. Une « séquence » comme les apprécient les communicants et les animaux politiques en chasse de bulletins. Le 4 mai 2012, deux jours avant le second tour de la présidentielle, Francois Hollande, avait entamé une journée marathon par un déplacement à Hombourg-Haut, ville au cœur du bassin houiller de Moselle. Juché sur un camion, au milieu des petits immeubles délabrés de la cité minière, le candidat socialiste, marqué par le score de Marine Le Pen au premier tour, avait chanté une ode à l'unité nationale. « Nous n'aurons pas besoin de rejeter ceux qui n'auront pas fait le même choix que nous. Nous aurons besoin de cette réconciliation, de ce redressement, de ce rassemblement », avait-il harangué, la voix éraillée.

Libé - La Seine-Saint-Denis à bastons rompues

Duels fratricides à gauche, risques de bascule à droite, le département de Claude Bartolone devrait tanguer dimanche.

Libé - «Loi Florange»: les députés PS n’entendent pas en rester là

Les députés socialistes, assez remontés, cherchaient vendredi comment réintroduire les dispositions censurées de la «loi Florange» sur la reprise de sites rentables, notamment son volet sur les sanctions des dirigeants en l’adaptant, l’un d’eux suggérant même de modifier la Constitution.

Lyon Capitale - Les enjeux du 2nd tour à Lyon

Si l'issue du scrutin à Lyon ne fait plus vraiment de mystère après le 1er tour – Gérard Collomb devrait être réélu maire de Lyon –, le 2nd tour présente de grands enjeux pour Nathalie Perrin-Gilbert (Gram) et Michel Havard (UMP). Le vote de dimanche devrait aussi acter le retour du FN au conseil municipal. Tour d'horizon des points chauds du 2e tour.

Politis - Grenoble : tensions de l’entre-deux-tours 

À Grenoble, l’ex-candidat socialiste Jérôme Safar et l’écologiste Éric Piolle s’affrontent sur fond de rumeurs. Depuis l’annonce, mardi, du maintien du candidat PS Jérôme Safar au second tour, Grenoble est devenu le champ de bataille de candidats à couteaux tirés. Toujours en lice, la candidate Front national Mireille d’Ornano (12,56 %) et le candidat UMP Matthieu Chamussy (20,86 %) alignent les critiques sur les programmes de leurs rivaux.

France Info - Grenoble : les Verts à une marche de la mairie, tensions à gauche

Le premier tour des élections municipales à Grenoble a créé la surprise avec l'arrivée en tête du candidat écologiste Eric Piolle, devant le socialiste de l'équipe municipale sortante Jérôme Safar, l'UMP Matthieu Chamussy et la candidate FN Mirelle D'Ornano. Le second tour donnera lieu à une quadrangulaire après que le candidat socialiste a refusé l'union avec les Verts

Rue 89 - Mais qui est ce socialiste Jérôme Safar qui s’entête à Grenoble ?

Pour la gauche, il y avait au moins une nouvelle rafraîchissante dans l’horreur du premier tour des municipales : à Grenoble (Isère), une nouvelle tête, un candidat inattendu, avait créé la surprise en arrivant en tête, sur une liste Europe écologie-Les Verts-Parti de gauche.

Le Monde - Municipales : Toulouse pourrait symboliser la débâcle socialiste

« Je sais que le match sera serré mais je suis confiant et serein. Il le faut », confie le maire socialiste sortant de Toulouse, Pierre Cohen, à deux jours du second tour des municipales. Sur cette terre où les « rouge et noir » du Stade toulousain sont érigés en demi-dieux, on parle de politique avec les métaphores de l'ovalie.

Le Figaro - La droite lorgne les métropoles de Paris et de Lyon

Dans l'hypothèse d'une «vague bleue» au second tour des municipales, l'opposition peut espérer gagner des communautés d'agglomération.

28 mars

Le Nouvel Obs - Loi "Florange" : Martin fustige "l'attitude politicienne" de l'UMP

La loi censurée par les Sages devrait être remaniée avec des sanctions plus encadrées, prévient de son côté le porte-parole des députés PS.

Le Nouvel Obs - Remaniement : "Dans mon ministère, ça sent la fin"

Mines de déterrés, bureaux mal rangés... Témoignage d'un fonctionnaire, à lire sur Le Plus.

Le Nouvel Obs - Coup de pouce fiscal aux ménages : ce que l'on sait

Après la claque électorale du PS au premier tour des élections municipales, l'idée d'une baisse de la fiscalité des ménages est de plus en plus évoquée.

Le Monde - Remaniement : François Hollande a pris sa décision

Garder ou non Jean-Marc Ayrault comme premier ministre ? François Hollande a choisi. Le président de la République attendra le deuxième tour des élections municipales, dimanche 30 mars, pour finaliser son choix. Mais si la « vague bleue » est aussi importante que l'annoncent les sondeurs, il n'hésitera pas à changer son dispositif.

Hollande reconnaît le vote-sanction. Pour le chef de l'Etat, l'analyse de la situation est faite : le gouvernement a été victime d'un vote sanction, la droite a bénéficié d'une bien plus forte mobilisation que la gauche, le score du Front national a révélé les fragilités du pays, qui vit une multitude de crises. Il faut réagir.

Libé - Edouard Martin : la censure de la loi Florange «rend la politique détestable»

L'ex-leader syndical d'ArcelorMittal déplore la décision du Conseil constitutionnel de censurer la loi «Florange». Et fustige les 108 sénateurs et 80 députés UMP qui l'avaient saisi après l'adoption au Parlement le 24 février.

Libé - L'économie au coeur de la campagne du deuxième tour à Grenoble

Le PS battu dimanche par une liste citoyenne de la gauche et des écologistes accuse son rival d'irresponsabilité en matière d'économie.

L’angle d’attaque est donné. Mardi, lorsqu’il a annoncé son refus de fusionner sa liste avec celle du rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes, Jérôme Safar, arrivé second au premier tour des municipales dimanche derrière le rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes d’Eric Piolle, avait mis en avant des divergences sur notamment le développement économique.

Le Monde - A Rennes, la façade de la gauche unie se fissure

« Libérez Aly ! Prouvez que vous êtes de gauche ! » scandent les manifestants – des étudiants pour la plupart – qui ont envahi la scène de la salle de Cité, au cœur de Rennes, où était supposé se tenir un meeting rassemblant les chefs de file des trois principales listes de gauche en lice lors du premier tour de l'élection municipale. Matthieu Theurier (EELV) et Valérie Faucheux (Front de gauche), étaient venus apporter leur soutien à Nathalie Appéré (PS), arrivée en tête au soir du premier tour. Et malgré les efforts du service d'ordre, quelques dizaines de manifestants ont réussi à gâcher la fête.

Libé - Le chef du gouvernement organise la riposte contre ceux qui jugent son remplacement inéluctable.

La garde meurt mais ne se rend pas. Accablé par les socialistes de tous bords après la débâcle électorale de dimanche, Jean-Marc Ayrault a décidé de passer à la contre-offensive. Aussi rare que brutale.

27 mars

Le Nouvel Obs - Remaniement : ils veulent partir, ils veulent rester, ils veulent entrer

Dans la petite classe de Hollande, il y a les bons élèves, les fayots, les fortes têtes, les redoublants et même quelques bonnets d'âne. Revue de détail.

Le Nouvel Obs - Chômage : un "coup de massue qui tombe mal" pour Hollande

VIDEO. La forte hausse du nombre de demandeurs d'emploi en février intervient au pire moment pour le gouvernement, avant le second tour des municipales. Revue de presse. 

Lyon Info - Yves Fournel pressenti par Collomb à la mairie du 1er

Si la liste d’union PS/EELV remporte la mairie du 1er dimanche prochain, ni Émeline Baume, ni Odile Belinga ne s’assiéront dans le fauteuil du maire. C’est Yves Fournel, l’actuel adjoint à la petite enfance, qui succéderait alors à Nathalie Perrin-Gilbert. L’info, savamment tue jusqu’à présent, a été lâchée par Gilles Buna au cours d’une conférence de presse.

Le Monde - A Montreuil, la guerre des gauches fait rage

A Montreuil, élection rime avec élimination au PS. Après l'éviction du socialiste Razzy Hammadi qui, avec 9,8 % des voix, n'a pu se maintenir au second tour, Dominique Voynet, maire EELV de la ville qui ne se représente pas, rêve de voir Jean-Pierre Brard, son prédecesseur (ex-PCF) arrivé en tête avec 25,54% des voix, mordre la poussière, dimanche 30 mars. L'édile écologiste entend aussi régler ses comptes avec Claude Bartolone, l'ex-patron PS du département, figure tutélaire des socialistes en Seine-Saint-Denis qui, estime-t-elle, n'a rien entrepris pour apaiser le climat politique dans la ville ces dernières années.

Le Nouvel Obs - Remaniement : la question qui fâche les écolos : si c’est Valls, on fait quoi ?

Ce n'est encore qu'une hypothèse, mais la possible nomination du ministre de l'Intérieur à Matignon donne des sueurs aux écolos

Le Figaro - Hollande promet de «tirer une leçon» du scrutin

.... Dans les allées du pouvoir, c'est la fébrilité. Chez les premiers ministrables, les manœuvres ont commencé. Valls, qui a réfléchi à son cabinet, a reçu Le Drian (Défense), Montebourg (Redressement productif) et Duflot (Logement). Cette dernière lui a signifié qu'elle quitterait le gouvernement s'il était nommé à Matignon. «Une question de ligne», argue-t-on dans son entourage. Quant à Le Drian, il joue un rôle de go between entre Hollande et Valls. «Ne te méfie pas de Valls», répète-t-il au président.

Les décodeurs - Face à la défaite, le PS fait dans l'intox

Face à une sévère défaite, il est parfois difficile de se justifier. Après le premier tour des municipales, le PS est confronté à cette épreuve.

Depuis lundi 24 mars, Harlem Désir, David Assouline ou Bertrand Delanoë doivent répondre aux questions de la presse, et s'y emploient, quitte parfois à faire dans la langue de bois, voire l'intox pure et simple.

Le Monde - Le patron des députés PS veut moins d'impôts pour les plus modestes

Bruno le Roux l'affirme : « Nous avons entendu le message » des électeurs. A quatre jours du second tour des élections municipales, le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale promet une inflexion sociale de la politique conduite par François Hollande. « Je veux dire à tous ceux qui, à gauche, ont voulu nous donner un signe, que nous l'avons entendu. La question de la justice doit être au cœur des politiques que nous allons mener et continuer à mener pour redresser notre pays », a-t-il déclaré mercredi dans l'émission « Questions d'info » sur LCP en partenariat avec Le Monde, France Info et l'AFP.

Le Figaro - Duflot à Valls : «Si tu es nommé à Matignon, je m'en vais»

Lors d'un déjeuner, mardi, l'écologiste a assuré au ministre de l'Intérieur qu'elle ne resterait pas dans un gouvernement dont il prendrait la tête. «Une question de ligne», explique-t-on dans l'entourage de la ministre.

Le Point - Boutih (PS) : "En 2012, les comptables ont pris le pouvoir"

Le député de l'Essonne a analysé le vote-sanction de dimanche. Selon lui, les électeurs ont le sentiment que les socialistes "n'ont pas mouillé le maillot".

Le Nouvel Obs - Un remaniement, peut-être un geste fiscal: l'après-municipales se dessine

Un remaniement d'ampleur, avec un possible changement de Premier ministre, et peut-être un geste fiscal en faveur des ménages, sans changement de cap économique: la réponse de François Hollande à la claque des municipales commence à s'esquisser.

Europe 1 - Il y a la gauche qui pleure, et celle qui rit

NON, L'AUTRE GAUCHE ! Au premier tour des municipales, le PS a pris une claque. Ses "alliés", en revanche, s'en sont plutôt bien sortis.

Libé - Jean-Noël Guérini renvoyé en correctionnelle

HISTOIRE Le président du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini, en voie d’exclusion du PS, a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Marseille pour «détournement de fonds publics» dans une affaire de licenciement abusif.

Libé - Second tour : le désistement républicain divise à gauche

A Brignoles et Perpignan, les candidats arrivés derrière la droite et le FN, se retirent pour contrer l'extrême droite. D'autres se maintiennent.

Ils ont fini par trancher leur dilemme. Se maintenir ou se retirer pour éloigner le risque de voir l’extrême droite conquérir leur ville ? Obéir aux consignes de «désistement républicain» données à l’unisson par le PS, EE-LV, le PG et le PCF ou tenter d’obtenir quelques sièges dans l’opposition au conseil municipal ?

26 mars

Le Monde - Municipales : dans quelles villes la gauche sera-t-elle unie au second tour ?

Après le premier tour des municipales, les tractations en vue du second ont duré jusqu'au dépôt des listes, à 18 heures mardi. A Paris, à Nantes ou à Lyon, les listes socialistes ont fusionné avec les écologistes. A Grenoble, aucun accord n'a été trouvé et à Avignon, une fusion avec le Front de gauche est censée faire barrage au FN.

Le Monde (blog) - A Grenoble, le « choix de la division » des socialistes

Coup de tonnerre à Grenoble. Arrivé en deuxième position dimanche au premier tour des municipales derrière l'écologiste Eric Piolle, le candidat socialiste Jérôme Safar a finalement décidé de se maintenir. Il y aura donc quatre listes qui s'affronteront dimanche : deux à gauche, une de l'UMP et une du FN.

Libé - A Grenoble, les socialistes sourds à l'alliance

Malgré des négociations menées jusqu'à Paris, le socialiste Jérôme Safar a refusé de se ranger derrière la liste Europe Ecologie-Les Verts-Parti de gauche arrivée en tête au premier tour.

Lyon Capitale - Pourquoi les Verts ont rallié Collomb

L'accord est gagnant-gagnant. Les Verts conservent des postes à la Ville comme au Grand Lyon. Gérard Collomb lui se donne les moyens de sortir du jeu Nathalie Perrin-Gilbert dans le 1er et Michel Havard dans le 5e. Se faisant, il en profite pour semer la zizanie dans les rangs écolos.

Libé - A Paris, les discussions PS-Front de gauche s'achèvent sur un échec

Le désaccord a été acté dès la nuit de dimanche à lundi. Au prix d'un net durcissement des relations entre le Parti de gauche et le PCF, allié au PS.

«J’en ai la nausée.» Au siège de campagne de Danielle Simonnet, candidate du Front de gauche à Paris, les militants fulminent. Quarante-huit heures après le premier tour du scrutin municipal, c’est acquis : aucun accord ne sera trouvé avec la candidate socialiste Anne Hidalgo. Dans ces conditions, il sera difficile pour leur camp d’être représenté au conseil de Paris – comme il l’était jusqu’à présent, avec deux élus ex-PS ayant rejoint le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon en 2008.

Le Monde - Baylet « désavoue totalement l'accord avec Gaudin » et étrille Mennucci

Le président du Parti radical de gauche (PRG), Jean-Michel Baylet a vivement réagi, mardi 25 mars, à l'annonce faite un peu plus tôt du ralliement-surprise de la candidate PRG Lisette Narducci, fortement soutenue par le président du Conseil général Jean-Noël Guérini, aux listes UMP de Jean-Claude Gaudin.

Le Monde - Municipales : premiers règlements de compte au PS

Au PS, l'heure est aux règlements de compte après les résultats du premier tour de l'élection municipale. Delphine Batho, députée PS des Deux-Sèvres et ex-ministre de l'écologie, débarquée au mois de juillet pour avoir critiqué son budget, est l'une des premières à dégainer dans le Parisien.

Le Monde - Municipales : le point sur les alliances et les désaccords

Après le premier tour des municipales, place à la préparation du second. Les tractations ont commencé dès lundi matin pour négocier des accords et présenter des listes reconfigurées avant mardi 25 mars à 18 heures. Plusieurs cas se présentent avec des objectifs différents. Des fusions simples entre listes sont en cours de négociation, et des retraits de liste sont à attendre. Le porte-parole du PS, David Assouline, a notamment précisé que « les listes qui ne se retireraient pas en cas de menace FN n'auront pas l'investiture du PS » pour le second tour, sans plus de précisions.

25 mars

Le Monde - A Montreuil, un accord Front de gauche-EELV-PS contre Brard

La guerre des gauches continue à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Cinq listes s'affrontaient au premier tour (sept en comptant l'extrême gauche), elles seront trois au second. Patrice Bessac, candidat du Front de Gauche qui a recueilli 18,81% des voix, dimanche 23 mars, conduira une liste avec Ibrahim Dufriche-Soilihi (EELV) qui a obtenu 15,25% des suffrages. Le PS s'est rallié à l'accord après que son candidat, Razzy Hammadi, n'a pu accéder au second tour puisqu'il n'a obtenu que 9,8% des suffrages.

Le Monde - Municipales : pas d'accord PS-PG à Toulouse

Malgré la menace pour la gauche de perdre Toulouse – durement acquise en 2008 avec seulement 1 209 voix d'avance, après plus de trente-sept ans de mandature de centre-droit –, Jean-Christophe Sellin, le candidat du Parti de gauche, a annoncé mardi en fin de matinée qu'il ne donnerait pas de consigne de vote pour le second tour. En cause : le refus du maire sortant Pierre Cohen (PS) de trouver un accord de fusion avec sa liste.

Le Monde - Municipales : pas d'accord entre le PS et les Verts à Grenoble

Le candidat PS à la mairie de Grenoble, Jérôme Safar, arrivé deuxième avec 25,31 % des voix derrière celui d'EELV et du Parti de gauche, Eric Piolle (29,41 %), a annoncé qu'il se maintenait au second tour pour « gagner », refusant de fusionner les listes.

Le Monde - Municipales : quadrangulaire au second tour à Montpellier

« Nous ne ferons d'accord avec personne, nous irons tout droit jusqu'à la victoire, sans soumission, sans concession, hasta la victoria ! » Mardi 25 mars, à quelques heures du dépôt des listes pour le second tour, le candidat dissident socialiste, Philippe Saurel, arrivé deuxième au premier tour a mis fin au suspens.

Le Huffington Post - Municipales: un remaniement gouvernemental attendu après le second tour

En mars 2008, Nicolas Sarkozy avait laissé passer deux jours après le second tour pour remanier à la marge son gouvernement. Six nouveaux entrants, peu de départs... Moins d'un an après la présidentielle, la droite encaissait à l'époque un premier désaveu lors des élections municipales, qui avaient vu Toulouse et Strasbourg basculer dans l'escarcelle d'un Parti socialiste revigoré

Les Echos - Municipales : au PS, le front de soutien à Jean-Marc Ayrault se fissure

Au gouvernement, on élude la question de l’éventuel départ du Premier ministre dans les semaines à venir. D’autres, au Parti socialiste, n’hésitent pas à affirmer que le départ de Jean-Marc Ayrault est inéluctable.

Le Nouvel Obs - Hollande : et s'il s’auto-remaniait ?

Le président doit se jeter dans la fosse aux lions du jeu médiatique, fendre l’armure, en finir avec sa sempiternelle stratégie de l’esquive.

Libé - Municipales : comment le PS a fait fuir les électeurs

Quelle est la véritable progression du FN ? Quelles sont les villes les plus abstentionnistes ? La droite a-t-elle gagné ? «Libération» décrypte les votes.

Rue 89 - Message à Hollande : le changement, c’est maintenant

Fort taux d’abstention, bons scores du Front national, débâcle du PS à Marseille... Le message envoyé par les Français lors de ce premier tour des municipales est clair : le gouvernement fait fausse route.

Le Progrès - Lyon: la liste Collomb fusionne avec EELV face à la «percée du FN» 

La liste du maire PS de Lyon Gérard Collomb, en ballottage pour le second tour avec 35,76% des suffrages, a fusionné lundi avec celle d’EELV (8,90%) pour le second tour, notamment en raison de la percée du Front national, a annoncé son entourage.

 
Après le premier tour des municipales, place à la préparation du second. Les tractations ont commencé dès lundi matin pour négocier des accords et présenter des listes reconfigurées avant mardi 25 mars à 18 heures. Plusieurs cas se présentent avec des objectifs différents. Des fusions simples entre listes sont en cours de négociation, et des retraits de liste sont à attendre. Le porte-parole du PS, David Assouline, a notamment précisé que « les listes qui ne se retireraient pas en cas de menace FN n'auront pas l'investiture du PS » pour le second tour, sans plus de précisions.

Le Monde - Municipales : les listes de gauche fusionnent à Avignon

Au terme d'une longue négociation, le PS et le Front de gauche sont parvenus, mardi 25 mars en fin de matinée, à un accord de fusion de leurs listes à Avignon pour le second tour des municipales. La nouvelle liste de gauche qui en est issue, et qui sera officiellement déposée dans l'après-midi, affrontera au second tour dans une triangulaire la liste du Rassemblement bleu Marine conduite par Philippe Lottiaux, arrivée en tête le 23 mars avec 29,63 % des suffrages exprimés – soit 27 voix d'avance sur la liste conduite par la socialiste Cécile Helle (29,54 %) –, ainsi que la liste conduite par l'UMP Bernard Chaussegros (20,91 %). Le Front de gauche, dont la liste dirigée par le communiste André Castelli avait obtenu 12,46 % au premier tour, était en capacité de se maintenir.

Le Monde- A Toulouse, le PS et EELV fusionnent pour faire barrage à la droite

En ce lendemain de premier tour, lundi 24 mars, le maire sortant de Toulouse, Pierre Cohen (PS), a affiché la sérénité et la détermination de ceux qui ont repris les choses en mains après avoir subi un revers douloureux. Hier soir encore, il encaissait le choc des six points d'avance de son challenger UMP Jean-Luc Moudenc – qui a totalisé 38,2 % des suffrages –, quand il s'attendait à être devancé de deux à trois points « maximum ».

Le Monde - Béziers : le candidat PS veut se maintenir face à Robert Ménard

A l'issue d'une réunion organisée lundi 24 mars avec une centaine de militants socialistes de Béziers, le candidat du parti Jean-Michel du Plaa, arrivé troisième dimanche au premier tour, a laissé clairement entendre qu'il maintiendrait sa candidature au second tour. Et ce malgré le risque de voir Robert Ménard, soutenu par le FN, l'emporter dimanche prochain dans cette ville de 70 000 habitants.

Le Monde - Face au FN, un front républicain s'ébauche à Fréjus

A Fréjus, d'âpres négociations sont en cours pour opposer un front républicain au candidat du FN, David Rachline, arrivé largement en tête (40,3 %) au premier tour des élections municipales. Ces discussions, confirmées au Monde par le maire sortant, Elie Brun (droite), visent à éviter une potentielle quadrangulaire en fusionnant la liste de ce dernier, arrivé 3e du scrutin avec 17,6 % des voix, et celle du candidat investi par l'UMP, Philippe Mougin, en deuxième place avec 18,8 %.

Libé - Grenoble se donne aux Verts par surprise

La liste conduite par Eric Piolle est arrivée en tête devant le PS et l'UMP.

Grenoble, laboratoire de la gauche non socialiste ? Eric Piolle, candidat EE-LV à la tête d’une liste d’alliance comprenant notamment le Parti de gauche, est arrivé en tête au premier tour des municipales ce dimanche, devant le socialiste Jérôme Safar, dauphin désigné du maire sortant Michel Destot, et l’UMP Matthieu Chamussy. Il a recueilli 29,41% des voix contre 25,31% pour Safar et 20,86% pour Chamussy. Avec 12,56% des voix, le FN peut se maintenir au second tour.

20 minutes - Grenoble: Pourquoi les Verts sont-ils numéro 1?

Jérôme Safar a vécu une sale soirée dimanche soir. Annoncé vainqueur dans les sondages, le candidat socialiste a été devancé de quatre points par son concurrent écologiste Eric Piolle. Le politologue Simon Labouret analyse ce retournement de situation pour 20Minutes…

Libé - A Grenoble, PS et Verts vont-ils enterrer la hache de guerre ?

La liste conduite par le candidat EE-LV Eric Piolle est arrivée devant celle du socialiste Jérôme Safar, dauphin de Michel Destot, le maire sortant. Des discussions pour faire liste commune au second tour sont en cours.

Rue 89 Lyon - Lyon 2014 : FN renforcé, gauche divisée, Gérard Collomb joue serré pour garder Lyon

Il est en tête dans six arrondissements sur neuf mais n’en remporte aucun au 1er tour. Pas le grand chelem rêvé. Gérard Collomb fait toutefois un bon score, dans une France où les socialistes n’ont pas eu la cote. Pour le second tour, il doit composer avec un Front national pour la première fois aussi important (soit 12,19% des voix), et surtout avec sa gauche est divisée. Jouera-t-il la carte du rassembleur ?

Lyon Capitale - Accord imminent entre les écolos et Collomb à Lyon

"Vous en saurez plus vers 15 heures. Les négociations avancent assez vite", nous a confié un socialiste qui participe aux discussions entre Gérard Collomb et les écologistes. Depuis dimanche soir tard dans la nuit, les deux listes de gauche ont entamé des tractations. Initialement, les représentants d'Europe-Écologie-Les Verts demandaient 20 conseillers d'arrondissements ainsi qu'une mairie d'arrondissement : le 1er pour Émeline Baume ou le 7e. Gérard Collomb les aurait ramener à plus de modestie.

Lyon Capitale - Pas d'accord PS/Front de Gauche à Lyon

Le maire, Gérard Collomb, ne signera pas un accord de second tour avec les listes Gram/Front de Gauche à Lyon. Le Front de Gauche a refusé de signer un accord sur seulement 8 arrondissements et s'est montré solidaire de Nathalie Perrin-Gilbert que Gérard Collomb voulait maintenir hors de l'accord.

Libé - Pour Hollande, la claque

Elu en voulant «apaiser» le pays, le Président assiste à une poussée historique du FN. Un désaveu.

C’est bien un scénario noir pour François Hollande qui est sorti des urnes de ce premier tour des municipales. La France a voté, et c’est une France en crise qui a voulu infliger un désaveu au gouvernement, à la gauche et à la politique en général.

Le Monde - Une abstention-sanction pour le Parti socialiste

Le PS en avait fait son espoir principal, celui qui était à même de masquer une éventuelle perte massive de villes moyennes. Sauf qu'à Marseille, rien ne s'est passé comme prévu au premier tour pour les socialistes. Selon nos premières estimations, Patrick Mennucci n'arrive qu'en troisième position avec 21,2%, derrière le maire sortant UMP Jean-Claude Gaudin (36,5%) et le candidat du FN Stéphane Ravier (22,5%). Une claque totalement inattendue pour le socialiste, qui pourrait notamment s'expliquer par les mauvais résultats de ses co-listiers Marie-Arlette Carlotti et Christophe Masse dans les 3e et 6e secteurs

24 mars

Le Monde - Un vote-sanction contre la politique de Hollande ?

Le Parti socialiste est en net recul lors de ce premier tour des élections municipales. S'agit-il d'un vote-sanction contre la politique du gouvernement ? Le « front républicain » sera-t-il la réponse de l'exécutif ? Les explications de David Revault-d'Allonnes, journaliste au service politique du Monde

Le Monde - Valls : le message de l'abstention, "tous les responsables politiques doivent l'entendre"

Le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, a estimé dans la nuit de dimanche à lundi que « tous les responsables politiques » devaient entendre le message de l'abstention « trop élevée » au premier tour des élections municipales.

Le Monde - A Lyon, Gérard Collomb (PS) résiste à la « vague bleue »

Le maire socialiste de Lyon, Gérard Collomb, est en ballottage favorable, dimanche 23 mars, au soir du premier tour des élections municipales, dont il est sorti en tête avec 35,76 % des voix, devançant de 5 points son adversaire UMP, Michel Havard.

Le Monde - A Grenoble, le candidat écologiste crée la surprise

C'est un petit tremblement de terre politique qui vient de se produire à Grenoble. Après dix-neuf ans de domination socialiste, les écologistes sont en passe de s'emparer de la mairie. Arrivé en tête du premier tour dimanche 23 mars, Eric Piolle obtient 29,41 % des voix devant le socialiste Jérôme Safar (25,31 %) et l'UMP Matthieu Chamussy (20,86 %). Avec 12,56 % des voix, le FN parvient aussi à se qualifier.

Le Monde - A Lille, le Front national et la colère de Martine Aubry

Sans surprise à Lille, la maire sortante socialiste Martine Aubry est arrivée en tête avec 34,86 %, soit douze points de moins qu'en 2008. Mais pour la première fois, le PC est parti seul au premier tour avec la liste Front de gauche qui décroche 6,17 % des suffrages.

Le Monde - Roubaix : abstention record et gauche affaiblie au premier tour des municipales

Avec dix listes pour ce premier tour des municipales, la ville la plus pauvre de France se distingue par un taux d'abstention record : 61,58 % des électeurs roubaisiens ne se sont pas déplacés (contre 60,48 % en 2008).

Le Monde - Municipales : Ries, au coude à coude avec Keller à Strasbourg

Peu après 17 heures, dimanche 23 mars, un premier chiffre est venu inquiéter Roland Ries. Avec une participation près de six points inférieure à 2008, le maire de Strasbourg et son entourage se sont dit que cette soirée d’'élection municipale n'’allait pas être fameuse. La bataille, face à l’'UMP Fabienne Keller, était annoncée très serré par les sondages.

Le Monde - Municipales : situation très compliquée pour le PS à Montpellier

A Montpellier, les résultats quasi définitifs tombés vers 22 heures dans la soirée de ce dimanche 23 mars ne permettent toujours pas d'y voir plus clair. Comme le prévoyaient les estimations, le candidat investi par le Parti socialiste, Jean-Pierre Moure, arriverait bien en tête avec 25,2 % des suffrages, devant le candidat socialiste dissident, Philippe Saurel, et l'UMP Jacques Domergue, qui se disputent âprement la place de deuxième, entre 22,9 % pour le premier et 22,5 % pour le second.

Les Echos - Les Français se sont décidés sur des enjeux locaux, mais 27 % ont voulu sanctionner Hollande

Selon un sondage ­OpinionWay pour « Le Figaro », les enjeux locaux ont primé auprès d’électeurs par ailleurs peu intéressés par la campagne des municipales.

Le Nouvel Obs - Claque, plébiscite ou ballotage : quid des ministres candidats ?

La liste de Fabius l'a largement emporté a Grand-Quevilly. Frédéric Cuvillier, qui l'avait emporté dès le premier tour au dernier scrutin, est mis en ballotage. Marie-Arlette Carlotti est défaite à Marseille.

Libé - Le Parti socialiste à la peine

Le Front national est en tête dans plusieurs villes comme Hénin-Beaumont ou Perpignan. Marine Le Pen parle d'un «cru exceptionnel».

Abstention en hausse, forte poussée du Front national, réélection de plusieurs personnalités dès le premier tour : les élections municipales livrent leurs premiers enseignements, les opérations de dépouillement étant achevées dans de nombreuses communes. Libération synthétise ici les principales informations sur le scrutin – et les actualisera au fil de la soirée.