Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2019

Un grand débat, pour quels résultats ? avec le sociologue Jean Viard

Alors que le gouvernement s'apprête à livrer la synthèse des contributions des Français au grand débat national et que des mesures concrètes devraient être annoncées par Emmanuel Macron mi-avril, nous recevons le sociologue Jean Viard qui publie "L'Implosion démocratique".

09:30 Publié dans Vidéo | Tags : viard, grand debat | Lien permanent

13/04/2019

Gilets jaunes : comment expliquer la révolte d’un peuple ?

Les analyses diffèrent quant au mouvement des « gilets jaunes » : pour Denis Maillard, spécialiste en relations sociales, il s’explique en partie par la désormais faiblesse des corps intermédiaires, remplacés par d’autres formes plus directes ; pour le sociologue Jean Viard, c’est d’abord un affrontement entre les métropoles, portées par la révolution numérique et écologique, et les anciens mondes du travail, installés loin des grandes cités. Ils en débattent à la Fondation Jean-Jaurès et présentent leur nouvel ouvrage respectif :

• Une colère française, pour Denis Maillard (Éditions de l’Observatoire, mars 2019),

• L’implosion démocratique, Jean Viard (L’Aube, avril 2019), lors d’une rencontre publique animée par Jean Grosset, directeur de l’Observatoire du dialogue social de la Fondation Jean-Jaurès.

10/02/2014

Libé - Dans le port de Marseille… Jean VIARD Directeur de recherche CNRS au Cevipof, conseiller municipal de Marseille

TRIBUNE

MUNICIPALES 2014Jusqu’au premier tour, le 23 mars, sociologues, géographes ou écrivains décryptent les enjeux de la campagne, de l’influence du FN au vote bobo...

En mars 2014, la gauche va perdre des villes. Chacun le sait. A commencer par l’Elysée. Mais il y a Marseille. Là, par une heureuse conjonction d’évolutions urbaines - et d’usure du maire sortant -, la gauche peut gagner. Elu depuis 1965, maire depuis trois mandats, Jean-Claude Gaudin a déjà perdu, il y a six ans, la communauté urbaine où pourtant la droite était majoritaire «sur le papier». Dans le même temps, la ville se boboïse lentement et les grands quartiers populaires ont basculé vers le PS. En particulier les enfants d’immigrés. Pensons notamment à Samia Ghali qui en porte pour partie la vitalité. A Pape Diouf, aussi, qui peut incarner l’espoir d’une ville monde où la diversité devient un atout. Et comme cette ville aime plus que tout être à contre-courant… C’est jouable ; premier enjeu national.

Lire la suite
______________________________________
______________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Tags : viard | Lien permanent