Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2015

Observatoire des inégalités - La moitié des chômeurs touchent moins de 500 euros par mois

30 janvier 2015 - Un tiers des chômeurs ne touche aucune indemnité. La moitié d’entre eux ne reçoivent pas plus de 500 euros par mois et les trois quarts moins du Smic.


Un tiers des chômeurs ne touchent aucune indemnité. La moitié d’entre eux ne reçoivent pas plus de 500 euros par mois et les trois quarts moins du Smic. 6 % perçoivent plus de 1 500 euros. Seuls 17 600 chômeurs touchent plus de 4 000 euros par mois, soit 0,4 % de l’ensemble. Le moins que l’on puisse dire est que le régime français d’indemnisation des demandeurs d’emploi est loin d’être trop généreux [1] et de « désinciter » à la reprise d’un travail.

Lire la suite
_____________________
_____________________

11:05 Publié dans Réflexions | Lien permanent

06/02/2015

Observatoire des inégalités - Qui sont les privilégiés d’une France en crise ?

2 février 2015

Des revenus à l’éducation, la dénonciation des élites est une façon de faire oublier les privilèges dont dispose une frange beaucoup plus large de la population qui vit à l’abri de la crise. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.


Qui sont les privilégiés dans la France contemporaine ? Régler la question des inégalités en s’en prenant à une élite étroite arrange, au fond, les couches favorisées. Pour réduire les inégalités, il suffirait de corriger les dérives de quelques-uns, situés tout en haut de la hiérarchie sociale. Une bonne méthode pour ne rien changer au fond. Les super-riches se sont enrichis de façon indécente ces dernières années, mais notre pays reste marqué par des privilèges dont dispose une fraction beaucoup plus large de la population. Ce qui alimente le ressentiment des catégories populaires et les tensions sociales qui s’exprime dans les urnes. Essayons d’y voir plus clair.

Lire la suite
____________________
____________________

OFCE - Qui des Etats-Unis ou de l’Union européenne sera le meilleur terrain de jeu fiscal des entreprises ? par Sarah Guillou

4 février 2015

En matière de concurrence fiscale, deux événements récents démontrent les divergences de vues américaine et européenne. Il y a tout d’abord l’affaire Boeing, société contre laquelle l’Union européenne (UE) a entrepris une demande de consultation auprès de l’OMC. L’UE conteste les aides fiscales offertes par l’Etat de Washington au constructeur aéronautique américain. Puis, il y a l’enquête de la Commission européenne à l’égard du Luxembourg au sujet des dispositions fiscales dont bénéficient Amazon, le groupe de distribution sur Internet. Boeing et Amazon sont des acteurs intensifs de la concurrence fiscale. Alors que celle-ci est largement répandue et admise aux Etats-Unis, elle est de plus en remise en question dans l’UE, voire exclue de droit, si elle est qualifiée d’aide publique illégale.

Lire la suite
_______________________
_______________________

17:34 Publié dans Réflexions | Tags : ofce | Lien permanent

05/02/2015

Pierre-Alain Muet : Remettre la solidarité au cœur de l’Europe pour sortir de la crise

Vous pouvez lire ci-dessous mon discours à la Conférence des parlements de l'Union européenne (Bruxelles, Parlement européen, 4 février 2015):

La dernière table ronde de ces journées parlementaires européennes est consacrée au renforcement de la dimension sociale de l'union monétaire. On ne peut pas évoquer aujourd'hui la dimension sociale sans revenir sur ce qui a été l'essentiel de notre débat au cours de ces journées : comment sortir de la récession que nous avons laissée se développer au cœur même de l'Europe.

Car la première condition pour renforcer la dimension sociale de l'union monétaire, c'est notre capacité, au sein de l'union, à conduire des politiques macroéconomiques qui préservent l'ensemble des objectifs d'une politique économique : la stabilité financière certes, mais aussi l'emploi, la croissance, la cohésion sociale. Une politique qui permette d'éviter ce que nous avons connu : plus de 6 millions de personnes perdant leur emploi, le PIB de certains de nos états-membres amputé de plus de 25 %, le taux de chômage des jeunes atteignant des niveaux insupportables dans certains de nos états.

La crise européenne montre que la coordination par des règles budgétaires n'est pas suffisante et qu'il est indispensable au sein de l'union monétaire de bâtir un diagnostic macroéconomique partagé pour adapter l'ensemble de nos politiques nationales à la situation globale de la zone Euro. Comme l'a rappelé le Président Jean-Claude Junker au cours de cette conférence, nous avons besoin d'un véritable gouvernement économique de la zone euro.

Lire la suite
_________________
_________________

OFCE : Le travail aux Etats-Unis : plus longtemps, plus péniblement et … le week end !

2 février 2015

par Elena Stancanelli, Ecole d’Economie de Paris, CNRS et Chercheure Associée à l’OFCE[1].

Désormais, les Américains travaillent plus longtemps que les Européens. Daniel Hamermesh et Elena Stancanelli montrent, dans “Long Workweeks at Strange Hours”, que l’allongement de la durée hebdomadaire du travail aux Etats-Unis va de pair avec le fait que les Américains travaillent souvent la nuit et le weekend.

Leurs résultats s’appuient sur l’exploitation d’une base de données originale, celle des emplois du temps d’individus américains et d’un panel d’individus européens, qui mesure de façon précise leur temps de travail (hebdomadaire, week-end, nuit) mais aussi tout un ensemble d’activités (loisirs, soins aux enfants, travaux domestiques, temps de repos, etc.) grâce à un « cahier journalier » [2]. Les individus sont interviewés tout au long d’une journée (24 heures) et par créneaux de dix minutes (144 créneaux de dix minutes sont renseignés pour chaque individu). Ces données sont collectées par les instituts nationaux de statistiques pour des échantillons représentatifs de la population à un rythme annuel aux Etats-Unis mais beaucoup moins fréquemment en Europe. Par exemple, en France, l’enquête Emploi du temps (EDT) n’est collectée par l’INSEE qu’une fois tous les douze ans. [3]

Lire la suite
________________
________________

06:46 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Observatoire des inégalités - Le mal-logement en 2015

3 février 2015 - 3,5 millions de personnes sont jugées mal logées par la Fondation Abbé Pierre. 700 000 n’ont pas de domicile personnel, 85 000 vivent dans une habitation de fortune - cabane, camping ou mobil-home - toute l’année. Beaucoup reste à faire pour que chacun dispose de conditions d’habitat dignes de ce nom.


 

3,5 millions de personnes sont considérées comme mal logées en France en 2015 selon le rapport 2015 sur le mal-logement en France de la Fondation Abbé Pierre [1]. 700 000 sont privées de logement personnel et 2,8 millions vivent dans des conditions de logement très difficiles (privation de confort et surpeuplement accentué). Beaucoup reste à faire pour que chacun dispose de conditions d’habitat dignes de ce nom comme le rappelle chaque année la Fondation.

Lire la suite
____________________
____________________

04/02/2015

L'édito du « Monde des livres » : l'islam est en guerre avec lui-même


L'édito du « Monde des livres » : l'islam est... par lemondefr

16:05 Publié dans Réflexions | Lien permanent

03/02/2015

La Vie des Idées - Syrie, l’État barbare par Leïla Vignal

La révolution de la société syrienne est orpheline : le régime de Bachar al-Assad, répressif et autoritaire, tous les jours un peu plus cruel, est encore en place. L’absence de réaction de la communauté internationale, explique Ziad Majed, y est pour beaucoup.

Recensé : Ziad Majed, Syrie, la révolution orpheline, Sindbad/Actes Sud, collection L’Orient des livres, 2014, 171 p., 20 €.

La révolution orpheline est, disons-le d’emblée, un document très précieux, un ouvrage indispensable à toute personne qui souhaite mieux comprendre la révolution syrienne et la longue descente de ce pays vers l’enfer actuel. Il s’agit donc d’un ouvrage dont la parution au printemps dernier est à saluer à plus d’un titre.

Il est fondé sur la connaissance très précise et personnelle qu’a son auteur, le politologue Ziad Majed, de chaque étape de ce qui est devenu la tragédie syrienne aujourd’hui. Il permet de comprendre les origines de la révolution et de la réaction répressive du régime assadien en opérant un retour sur ses fondements et son histoire récente, et en éclairant, en cinq chapitres, les grands éléments de ce qui se joue en Syrie aujourd’hui. Cet ouvrage court, très bien écrit, clairement construit, met à la disposition du public une information et une analyse construite à partir de sources premières et issues d’une grande proximité avec des acteurs clefs de la scène intérieure syrienne.

Lire la suite
_____________________
_____________________

22:00 Publié dans Réflexions | Tags : la vie des idees | Lien permanent

La Provence - Laurent Bouvet : "La gauche doit s'emparer des sujets qui fâchent"

Laurent Bouvet, professeur des universités et politologue, est l'un des inspirateurs du courant de la gauche populaire au PS

Un livre sur "l'insécurité culturelle", n'est-ce pas reprendre le débat sur l'identité nationale lancé par Nicolas Sarkozy en 2009 ?
Laurent Bouvet : Nicolas Sarkozy voulait garder les électeurs qui avaient voté pour lui en 2007 et qui menaçaient de s'évader pour le FN, comme le sable au travers d'un tamis. En parlant, comme lui, des sujets qui fâchent, je souhaite pour ma part, faire comprendre à la gauche qu'elle doit s'en emparer si elle veut reprendre les électeurs qui ont fui, pas seulement pour des raisons économiques.

Lire la suite
______________________
______________________

06:14 Publié dans Réflexions | Tags : laurent bouvet | Lien permanent

01/02/2015

Telos - Juncker: un plan pour quoi faire? Elie Cohen

Trop pingre, trop flou, trop artificiel… C’est en ces termes que l’on critique le Plan Juncker de relance par l’investissement.

315 milliards d’euros, c’est une enveloppe qui n’est pas à la hauteur des besoins et des urgences. La transition énergétique, la diffusion du numérique, les infrastructures transfrontières, l’investissement dans le capital humain requièrent des investissements d’un montant bien supérieur et dont l’utilité est incontestable. De plus nul ne sait ce qui sera financé, infrastructures traditionnelles intenses en BTP ou immatérielles, intenses en intelligence. Des catalogues de projets existent certes, mais rien qui puisse constituer une liste prête à l’emploi. Enfin les 315 milliards ne seraient que la vision très grossie d’un programme d’investissement qui ne mobiliserait que 21 milliards d’argent communautaire (6 milliards en capital et 15 milliards en garanties), le reste venant de la dette contractée par la BEI (63 milliards) et par d’autres concours publics ou privés ! La relance européenne serait donc une tromperie.

Lire la suite
_____________________
_____________________

17:30 Publié dans Réflexions | Tags : elie cohen | Lien permanent