Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2015

Libé - Laurent Bouvet: «Nous sommes dans le déni de l’insécurité culturelle»

Pour Laurent Bouvet, professeur de sciences politiques à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, refuser de parler d'«insécurité culturelle» constitue un déni de réalité.

Le concept fait débat. Dans son dernier ouvrage, l’Insécurité culturelle (Fayard, paru en janvier), le politologue Laurent Bouvet explique que ce sentiment qui traverse la société française ne se résumerait pas seulement à un malaise opposant «petits Blancs déclassés» et nouvelles générations issues de l’immigration. Face à la mondialisation et à la crise économique, les uns comme les autres peuvent se sentir abandonnés, estime l’auteur. Mais pour certains intellectuels, parler d’«insécurité culturelle» revient à nourrir les peurs identitaires et, in fine, à faire le lit du FN. Déni de réalité, leur répond Laurent Bouvet.

Lire la suite
_______________________
_______________________

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : laurent bouvet | Lien permanent

16/02/2015

La Vie des Idées - La laïcité et son autre par François Dubet

La rhétorique laïque dissimulerait-elle un discours de l’ordre social et de l’exclusion du peuple et des anciens colonisés ? François Dubet souligne l’intérêt de prendre au sérieux le raidissement et le retournement conservateur dont la laïcité fait l’objet. Il invite également à nuancer cette thèse pour trouver les voies d’une alternative laïque

Recensé : Béatrice Mabilon-Bonfils, Geneviève Zoïa, La laïcité au risque de l’Autre, Éditions de l’Aube, 2014, 205 p.

Les auteures de La laïcité au risque de l’Autre, publié quelques mois avant les attentats de janvier 2015, n’imaginaient probablement pas que leur livre entrerait si brutalement dans l’actualité au moment où la majorité des responsables politiques en appellent haut et fort à l’affirmation renouvelée de la laïcité et au rôle fondamental de l’école. Au lendemain des attentats et des incidents qui ont émaillé la minute de silence dans quelques établissements, le lien organique de l’école et de la laïcité apparaît de nouveau comme un problème et, surtout, comme une solution. Comme le disait Vincent Peillon en ouvrant les consultations pour la Refondation de l’École en 2012, il faut « refonder l’école de la République pour refonder la République par l’école ». En France, l’école est toujours chargée de sauver la République, la nation et la démocratie puisqu’il semble aller de soi que c’est l’école républicaine qui aurait installé dans la tête de chaque élève la citoyenneté, le sentiment national et le goût d’une liberté de conscience protégée par la laïcité.

Lire la suite
___________________
___________________

16:00 Publié dans Réflexions | Tags : françois dubet | Lien permanent

Observatoire des inégalités : Pauvreté : la France du périph’

13 février 2015 - Les deux tiers des personnes pauvres vivent au cœur des grands pôles urbains. Pas dans les campagnes ou la France pavillonnaire. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait d’Alterecoplus.


Les deux tiers des personnes pauvres vivent au cœur des grands pôles urbains. Le tiers qui reste habite pour 17 % dans les communes périurbaines, 13,4 % dans les petites et moyennes agglomérations ou leurs communes proches et 5,4 % dans les communes rurales isolées. En livrant pour la première fois des données sur la répartition par type de territoire [1], l’Insee a définitivement tordu le coup à une thèse en vogue selon laquelle la France de la relégation serait celle des territoires ruraux, des petites villes et du périurbain. En masse, la France pauvre vit tout au bord du périphérique, elle n’a rien de périphérique. L’immense majorité des pauvres logent dans les grandes agglomérations et leur banlieue proche, où se concentrent les inégalités. Dans les villes-centres des grandes aires urbaines, le niveau de vie maximum annuel des 10 % les plus pauvres est de 4 400 euros, contre 8 000 dans la France périurbaine…

Lire la suite
___________________
___________________

Slate - Les zombies de l’Elysée ne sauveront pas la gauche, Militants socialistes de l'ENS

Une tribune des militants socialistes de la section de l'Ecole normale supérieure.

Le pronostic vital serait engagé, et les médecins se pressent au chevet du mourant. On se lamente, on claque des dents. Les plus pessimistes réclament l’extrême-onction; d’autres, expéditifs, portent déjà le deuil. Quant aux malins, sans trop y croire ils jouent à (se) faire peur.

En réalité, ce kitsch morbide, que l’on affectionne dans les cénacles et les salons, et jusqu’au plus haut sommet de l’Etat, est hors-sujet. La vérité est bien moins ragoûtante: le Parti socialiste est aujourd’hui un parti zombie, tout droit venu des années 1980.

Que le monde, en trente ans, se soit transformé comme jamais ne trouble en rien le sommeil de ses chefs.

Lire la suite
_________________
_________________

10:05 Publié dans Réflexions | Lien permanent

3 questions à … Thierry Pech (Terra Nova).

00:05 Publié dans Réflexions, Vidéo | Tags : thierry pech, terra nova | Lien permanent

15/02/2015

Non Fiction - Jean Tirole ou penser la complexité des marchés

Comme l’a remarqué non sans ironie l’économiste et bloggeur Tyler Cowen, beaucoup des articles de Jean Tirole montrent que la question qu’il étudie « est bien compliquée. » Pour un journaliste, un bloggeur, ou un politique, c’est assez embêtant : pas de conclusion simple, intuitive, et claire, peu de prescriptions évidentes, et rarement de solution clé en mains au problème posé. Mais si les leçons à tirer de ses travaux sont plus subtiles, certaines sont également très profondes. Plusieurs travaux de Tirole et de ses co-auteurs ont profondément changé la manière dont les économistes réfléchissent à l’organisation de la production, à ses formes de régulation, et aux outils disponibles pour l’améliorer. Et l’influence de ces travaux s’est étendue, au-delà des cercles académiques, aux organes de régulation de nombreux secteurs d’activité.

Lire la suite
______________________
______________________

21:11 Publié dans Réflexions | Tags : tirole | Lien permanent

La Vie des Idées - Les ouvriers, pionniers de la malbouffe ?

Comment les classes laborieuses ont-elles vécu le passage de l’alimentation rurale à l’alimentation de l’ère industrielle ? Plutôt qu’une mutation dommageable, Kathleen L. Turner met en avant la variété de stratégies adoptées par les individus pour faire face à la place prise par l’industrie dans leur alimentation et de leurs existences.

Recensé : Katherine Leonard Turner, How the Other Half Ate : A History of Working Class Meals at the Turn of the Century, Berkeley, Los Angeles, London, University of California Press, 2014, 201 p.

Au delà des effets de mode intellectuelle, l’effervescence des Food Studies est révélatrice de profondes inquiétudes en Amérique du Nord et en Europe [1]. Comme souvent en temps de crise, l’alimentation devient un objet de cristallisation des peurs sociales et le livre de Katherine Leonard Turner, issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2008 à l’université du Delaware, est un bon témoignage de l’évolution qui a conduit la question alimentaire des milieux militants aux cercles universitaires en passant par une large diffusion dans la société [2]. Travailler sur « les repas de la classe laborieuse au tournant du siècle » permet à l’auteur de revenir sur un moment sensible de l’histoire des États-Unis, celui de l’industrialisation, de la fin de la Frontière et de la naissance d’une nation, mais surtout d’éclairer ce qu’elle considère comme un moment clé de basculement vers les excès du présent. Ce livre, écrit dans une langue simple et agréable, destiné à sortir des cercles académiques, ne cesse de prendre son lecteur à témoin, de manière parfois naïve, pour qu’il mesure les distances parcourues et les échos d’une période révolue. Katherine Turner entend faire la preuve que la question alimentaire n’est pas triviale et qu’elle est révélatrice, comme les anthropologues et les sociologues l’ont montré depuis longtemps, des structures et des contradictions d’une société (Claude Lévi-Strauss), des hiérarchies et des rapports de classe (Jack Goody) et, plus largement, des logiques sociales de distinction (Pierre Bourdieu), de domination et de résistance, de coopération et d’affrontement, ce qui mérite évidemment examen dans notre monde actuel

Lire la suite
__________________
__________________

 

11:27 Publié dans Réflexions | Tags : vie des idees | Lien permanent

Terra Nova - Diviser par deux les consommations d’énergie d’ici 2050, c’est possible et nécessaire ! Note Par Antoine Guillou, Esther Jourdan, Pierre Musseau.

Plusieurs organisations, dont l'IFRAP, ont récemment répété qu’une baisse des consommations d’énergie est incompatible avec la croissance économique. Cette note démontre que, portée par l'efficacité énergétique, elle est au contraire un moteur pour la compétitivité d'une économie, en plus d'être un impératif social et une condition du respect des engagements environnementaux.

Synthèse

Le projet de loi sur la transition énergétique fixe un objectif de division des consommations d’énergie par deux d’ici 2050. Lors de la lecture à l’assemblée nationale, les députés y ont adjoint un objectif intermédiaire de baisse de 20% d’ici à 2030 par rapport à l’année 2012. Mais en commission, les sénateurs ont déjà supprimé ce deuxième objectif, ce qui remet en cause sans le dire l’objectif à 2050 : si des efforts substantiels pour baisser les consommations d’énergie ne sont pas réalisés dans la prochaine décennie, il sera quasiment impossible d’atteindre un objectif plus ambitieux d’ici le milieu du siècle

Lire la suite
_______________________
_______________________

 

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : terra nova | Lien permanent

14/02/2015

Observatoire des inégalités - Le taux de chômage selon le diplôme

30 janvier 2015 -Le taux de chômage des non diplômés est trois fois supérieur à celui des diplômés d’études supérieures. Le diplôme est plus que jamais un atout pour accéder à l’emploi.


Le taux de chômage des non diplômés est trois fois plus élevé que celui des personnes qui disposent d’un diplôme niveau bac + 2 en 2013. On compte 6 % de chômeurs chez les détenteurs d’un diplôme supérieur à bac + 2, contre 16,8 % chez les non diplômés. Le diplôme demeure une arme essentielle dans l’univers professionnel, que ce soit pour entrer sur le marché du travail ou progresser ensuite. La situation est très difficile pour ceux qui sortent du système scolaire sans qualification dans un système qui sur-valorise le diplôme par rapport à l’expérience personnelle.

Lire la suite
__________________
__________________

11:05 Publié dans Réflexions | Tags : obervatoire des inegalites | Lien permanent

La Vie des Idées - Quelles sont les limites de la liberté d’expression ? par Jean-Fabien Spitz

le 10 février

Le philosophe américain J. Waldron voudrait que les propos haineux soient réprimés aux États-Unis, parce qu’ils constituent un tort indéniable. Il faut donc selon lui restreindre la liberté d’expression. Mais est-ce la bonne manière d’établir fermement nos idéaux d’égale dignité et de laïcité ?

À propos de : Jeremy Waldron, The Harm of Hate Speech, Cambridge, Harvard University Press, 2012, 304 p., $26, 95.
 
Seuls parmi les grands pays de tradition démocratique, les États-Unis accordent à la liberté d’expression et de la presse une extension qui va jusqu’au point où son exercice présente un danger clair et imminent de violence pour les personnes ou de trouble à l’ordre public [1]. La jurisprudence contemporaine – même s’il y a quelques précédents en sens contraire – conduit en effet la Cour suprême a interpréter le premier amendement de la constitution (« Le congrès ne fera aucune loi… pour limiter la liberté d’expression, ou de la presse ») comme accordant à la liberté de parole et de presse une protection qui inclut les propos haineux (hate speech) à l’égard de minorités ethniques ou religieuses. Il est donc permis d’insulter ou de manifester son mépris – par la parole ou par l’image – à l’égard de ces minorités aussi longtemps que cette manifestation ne comporte pas le risque immédiat de déboucher sur des violences réelles ou des actes effectifs de discrimination
 
Lire la suite
________________________
________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : vie des idées | Lien permanent