Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2017

Retraites : le bel avenir est à portée de main. Contre les visions catastrophistes du COR par Christophe Ramaux et Henri Sterdyniak

La France a l’un des systèmes de retraites les plus performants. Grâce à lui, le niveau de vie des retraités est similaire à celui du reste de la population. Grâce à lui, notre pays peut s’enorgueillir d’avoir l’un des taux de pauvreté chez les retraités les plus faible au monde. Le cœur de notre système est simple : nous avons fait le choix social de prélever chaque mois, sous formes de cotisations, une fraction de la valeur ajoutée afin de payer les pensions. C’est le choix politique de la répartition : une part de la richesse produite est prélevée pour être répartie afin de financer les retraites (mais aussi les prestations santé, chômage, famille…). Nulle accumulation financière ici. Et c’est heureux. Les fonds de pension sont nocifs : ils alimentent la financiarisation de l’économie, enrichissent inutilement les intermédiaires financiers et soumettent les pensions aux aléas de la spéculation. Un peu partout dans le monde, des fonds de pension sont au bord de la faillite. C’est notamment le cas de ceux des collectivités locales aux Etats-Unis. Un système de retraite par capitalisation prélève aussi sur la valeur ajoutée, mais sans garantie sociale et de manière très inégalitaire via la possession de titres financiers.

Lire la suite
__________________
__________________

05/05/2016

OFCE - La question des minima sociaux par Henri Sterdyniak

28 avril 2016

Fin 2014, 4,1 millions de personnes recevaient en France un minimum social, ce qui représentait au total 7,1 millions de bénéficiaires en tenant compte des personnes à charge (enfants ou conjoints), soit près de 11 % de la population. En même temps, le taux de pauvreté reste élevé (13,3 % en 2014 selon Eurostat) et ne montre pas de tendance à la baisse. Pourtant, certains dénoncent le « cancer de l’assistanat », d’autres proposent de diminuer de façon importante le montant des prestations pour creuser l’écart avec les revenus d’activité. Le débat sur les minimas sociaux est donc important et on ne peut que se réjouir de la parution du rapport  de Christophe Sirugue : « Repenser les minima sociaux, vers une couverture socle commune ». Celui-ci préconise la fusion à terme des minimas sociaux en une couverture socle commune, ouverte aux 18-25 ans. Nous voudrions ici discuter de cette proposition[1]. Par ailleurs, le rapport ne traite pas de la situation des enfants (qui connaissent pourtant des taux de pauvreté élevés) ; il ne discute ni le montant, ni les modalités d’indexation des prestations.

Lire la suite
________________
________________

18:14 Publié dans Analyses | Tags : henri sterdyniak, ofce | Lien permanent

07/07/2015

OFCE : Prélèvement à la source : une réforme compliquée, un gain très limité par Henri Sterdyniak

 

Le prélèvement à la source est le serpent de mer de la fiscalité française, souvent annoncé, souvent étudié[1], jamais réalisé. Ainsi, en 2006, le ministre de l’Economie Thierry Breton annonçait la réforme pour 2008 : « Les revenus de 2007 ne seront pas imposés ». Dix ans après, Christian Eckert fait une déclaration similaire : « Les revenus salariaux de 2017 ne seront pas imposés ». Jusqu’à présent, les difficultés à mettre en place un dispositif satisfaisant, ne surchargeant pas les entreprises de nouvelles tâches administratives, préservant la confidentialité de la situation des salariés vis-à-vis de leur entreprise, tenant compte des complexités de la fiscalité française ainsi que les problèmes que pose l’année transitoire ont empêché la réforme d’aboutir. En sera-t-il de même aujourd’hui ? Certes, les progrès de l’informatique rendent le projet plus crédible, mais les réformes fiscales récentes ainsi que l’instabilité de l’emploi ont sans doute rendu la réforme plus délicate à mettre en place.

Le Conseil des ministres du 17 juin 2015 a tranché. Le prélèvement à la source (PAS) sera mis en œuvre le 1er janvier 2018. Il se fera à système fiscal constant. Mais les modalités précises seront discutées à partir de la rentrée 2015 pour être votées à la rentrée 2016. Quel est l’intérêt du projet ? Remplace-t-il la grande réforme fiscale ? Selon quelles modalités sera organisé le prélèvement ? Comment gérer la transition ?

Lire la suite
_______________________
_______________________

11:08 Publié dans Analyses | Tags : henri sterdyniak, ofce | Lien permanent

03/07/2015

Fiscalité des ménages et des entreprises : quels débats pour quels choix politiques ? par Henri Sterdyniak et Vincent Touzé

La forte augmentation de la fiscalité entre 2010 et 2013 (hausse de 3 points du taux de prélèvements obligatoires) a fait que la France occupe aujourd’hui le deuxième rang mondial en termes de taux de prélèvements obligatoires derrière le Danemark, après avoir occupé la quatrième place. Un tel niveau d’imposition doit être économiquement soutenable et socialement accepté : les dépenses publiques doivent être efficaces ; la fiscalité doit être juste et transparente. Reste que ce niveau de prélèvements est difficile à maintenir dans  une économie ouverte où la tentation et les possibilités d’exil fiscal sont importantes pour les ménages les plus riches comme pour les grandes entreprises.

Cette hausse de la pression fiscale a rapproché la fiscalité des revenus du capital de celle des revenus du travail ; elle a permis la suppression de nombreuses niches fiscales ou sociales injustifiés. Elle n’en a pas moins provoqué de nombreux mouvements de protestation, tant pour réagir à la taxation des dirigeants d’entreprises (le mouvement « Les pigeons ») qu’à la mise en place d’une fiscalité plus verte (actions contre l’écotaxe).

Lire la suite
_____________________
_____________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : henri sterdyniak, ofce | Lien permanent

02/04/2015

Regards - Retour sur la Loi Macron

Deux économistes, Henri Sterdyniak et Olivier Passet, viennent de faire le bilan de la loi Macron. Instructif, alors qu’après son passage au Sénat, celle-ci fera bientôt retour à l’Assemblée nationale pour adoption définitive.

« C’est en nous battant jusqu’au dernier quart d’heure que nous gagnerons ! En 2017 on aura changé le pays », a déclaré Emmanuel Macron tenant meeting à Fresnes, quelques jours avant le premier tour des élections départementales. Le moins que l’on puisse dire est que la formule, inventée par le ministre socialiste résidant Robert Lacoste durant la guerre d’Algérie, a laissé un mauvais souvenir [1]. Le ministre de François Hollande l’a-t-il remise au gout du jour par provocation, par ignorance, ou par lapsus ? En tout cas il ne l’a pas fait par hasard. Alors que la défaite du PS aux élections départementales devrait, logiquement, rouvrir le débat sur la politique du gouvernement, Emmanuel Macron s’affiche par avance en chef de file de ceux qui ne se contentent pas de refuser un changement de trajectoire à gauche, mais réclament au contraire une nouvelle accentuation des réformes libérales.

Lire la suite
____________________________
____________________________

23/01/2015

Libé, Les économistes atterrés - «Une sortie de l’euro n’est en rien une catastrophe»

Benjamin Coriat, Anne Eydoux et Henri Sterdyniak appartiennent au collectif des «Economistes atterrés». Ils prônent des mesures alternatives, sociales et écologiques pour en finir avec la crise :

Ils se sont fait connaître à l’automne 2010 en publiant un manifeste au vitriol contre les fausses évidences des politiques d’austérité préconisées en Europe, vendu à 100 000 exemplaires. Depuis, «les Economistes atterrés» ont multiplié les notes dissonantes et les ouvrages hétérodoxes. Les contre-feux, aussi, face à ceux qu’ils appellent les partisans de la «contre-révolution libérale» en cours en Europe.

Lire la suite
_____________________
_____________________

10/12/2014

Les Matins - La loi Macron peut-elle relancer l’économie ?

Henri Sterdyniak
Economiste, directeur du département économie de la mondialisation de l'OFCE et professeur associé à l'université Paris IX-Dauphine

Gilbert Cette
Professeur d'économie associé à l'Université d'Aix-Marseille


Les Matins - La loi Macron peut-elle relancer l... by franceculture

23:13 Publié dans Réflexions | Tags : henri sterdyniak, ofce, macron | Lien permanent

12/11/2014

OFCE - A propos du marché du travail américain, Henri Sterdyniak

 

 

Une lecture de : The causes of structural unemployment, Thomas Janoski, David Luke et Christopher Oliver, Polity Press, Cambridge, RU et Malen, EU, 2014.

 

L’ouvrage, écrit par trois sociologues américains, analyse la montée du chômage structurel aux Etats-Unis, en cherche les causes et propose des mesures de politiques économiques pour le réduire. Pour le lecteur français, cet ouvrage présente deux intérêts majeurs : il montre que les problèmes du marché du travail américain sont très proches de ceux du marché du travail français ; et, bizarrement, il traite du cas américain sans s’intéresser, sauf de façon marginale, à la situation des pays européens et aux analyses qu’ont pu produire les chercheurs de notre continent.

Lire la suite
_________________________
_________________________

18:00 Publié dans Réflexions | Tags : henri sterdyniak, ofce | Lien permanent

30/09/2014

Fiscalité des ménages et des entreprises : Compte rendu de la conférence de consensus du 20 mai 2014, Henri Sterdyniak et Vincent Touzé

De 2010 à 2013, les prélèvements obligatoires en France ont augmenté de 60 milliards d’euros (soit de 3 % du PI B). La France se place au deuxième rang du monde pour le taux de prélèvement ob ligatoire. Un consensus semble exister pour estimer que la fiscalité française est non seulement lourde mais aussi injuste, compliquée et opaque.

À la suite des mouvements de protestation liés à la mise en place de l’écotaxe, et plus généralement, de la hausse d’un sentiment de ras-le-bol fiscal, le Premier ministre , Jean-Marc Ayrault, avait annoncé, le 19 novembre 2013, qu’il mettait en chan tier une grande réforme fiscale. En 2014, le gouvernement a organisé des Assise s de la fiscalité de s entreprises et mis en place un groupe de travail sur la fisc alité des ménages. De s mesures de baisses d’impôts ou de cotisations sociales ont été annoncées, sans pour autant prendre la forme d’une grande réforme fiscale, leur contrepartie étant des baisses de dépenses publiques non précisées

Lire la suite
______________________________
______________________________

15:26 Publié dans Réflexions | Tags : henri sterdyniak, ofce | Lien permanent

05/09/2014

OFCE, Henri Sterdyniak - Après la décision du Conseil constitutionnel, l’impossible fusion RSA-PPE

En juin 2014, le gouvernement avait fait voter par le parlement une nouvelle disposition prévoyant la dégressivité des cotisations sociales salariés, afin d’augmenter le pouvoir d’achat des salariés à bas salaires. Ainsi, un salarié payé au SMIC aurait bénéficié d’une réduction de 3 points de cotisations, soit un gain de 43 euros par mois, correspondant à une hausse de 4% de son salaire net. La ristourne devait ensuite diminuer avec le niveau de salaire horaire pour s’annuler à 1,3 fois le SMIC. Le 6 août 2014, le Conseil constitutionnel a décidé de censurer cette disposition. Cette censure est bienvenue pour trois raisons.

Lire la suite
__________________________
__________________________

00:06 Publié dans Réflexions | Tags : ofce, henri sterdyniak | Lien permanent

10/03/2014

La Tribune - Henri Sterdyniak, Remettre les impôts à plat, vraiment?

Entre l'annonce début novembre d'une remise à plat de la fiscalité, et ce qui sera vraiment fait, il y aura un grand écart. Le fait est que notre système fiscal, fortement redistributif, est difficile à retoucher. Il n'y a pas de réforme miracle. par Henri Sterdyniak, économiste, Observatoire français des conjonctures économiques

Lire la suite
_________________________________
_________________________________

23:38 Publié dans Réflexions | Tags : henri sterdyniak | Lien permanent

31/01/2014

OFCE : Réglementation des activités financières des banques européennes : un quatrième pilier pour l’Union bancaire

30 janvier 2014

par Céline Antonin, Henri Sterdyniak et Vincent Touzé

Sous l’impulsion du Commissaire européen Michel Barnier, la Commission européenne a proposé le 29 janvier 2014 un nouveau règlement visant à limiter et encadrer la pratique d’activités de marché pour les banques de taille systémique, c’est-à-dire les fameuses « too big to fail« .

Réglementer les activités pour compte propre : un besoin né de la crise

En raison de la responsabilité particulière des banques dans la crise économique et financière de 2008, de nombreuses voix se sont élevées pour exiger une réglementation plus stricte des activités financières des banques. Cette exigence a donné naissance à deux approches, l’interdiction ou la séparation.

Lire la suite
___________________________________________
___________________________________________

17:00 Publié dans Réflexions | Tags : henri sterdyniak, ofce | Lien permanent

28/08/2013

Le Nouvel Obs, Henri Sterdyniak - Réforme des retraites : "Il va y avoir un second round"

Pour Henri Sterdyniak, la "réforme" des retraites présentée hier à Matignon n'en est pas une. Interview.

Hausse de la durée des cotisations, hausse des cotisations vieillesse patronales et salariales... Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a dévoilé mardi 27 août le contenu de la réforme des retraites. Suscitant de vives critiques à droite, mais aussi de la part d'une partie de la gauche. Henri Sterdyniak, directeur du Département économie de la mondialisation à l'OFCE, décrypte les mesures retenues par Matignon et les critiques dont elles font l'objet. Interview.

Lire la suite
________________________________________________________________
________________________________________________________________

23:10 Publié dans Réflexions | Tags : henri sterdyniak | Lien permanent

03/02/2013

OFCE - La crise de la zone euro est-elle terminée ? par Catherine Mathieu et Henri Sterdyniak

30 janvier 2013

Au début de 2013, deux bilans contrastés peuvent être tirés de la crise. D’un côté, l’euro a survécu. Certes, les réactions des institutions européennes et des pays membres ont été lentes et hésitantes ; leurs réticences ont souvent nourri la spéculation. Mais les institutions européennes ont progressivement réussi à mettre en place des mécanismes de solidarité, comme le Fonds européen de stabilité financière puis le Mécanisme européen de stabilité ; elles ont réussi à imposer aux États membres une forte discipline budgétaire (renforcement du Pacte de stabilité et de croissance, programmes d’ajustement, traité budgétaire).

Lire la suite
_____________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________