Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2018

L'actualite des socialistes du 28 septembre au 1er novembre

A LA UNE

À propos de : Daniel Cohen, « Il faut dire que les temps ont changé… » Chronique (fiévreuse) d’une mutation qui inquiète, Albin Michel

Daniel Cohen aborde avec une inquiétude rarement perceptible chez les économistes les mutations de notre monde globalisé. L’avènement de l’homo digitalis, les réseaux sociaux, la robotisation des économies appellent à chercher les voies d’une maîtrise collective des bouleversements à l’œuvre.

Il est rare qu’un économiste fasse état de ses émotions. C’est pourtant l’exercice auquel se livre Daniel Cohen dès le titre de son livre. « D’étranges glissements se sont produits qui nous ont fait passer d’un monde à un autre, totalement étranger à celui qui l’avait enfanté. » C’est bien le changement qui constitue l’objet central de cet ouvrage. Et un changement d’une ampleur considérable puisqu’il s’agit du passage « d’un monde à un autre. » Rien de moins.

CULTURE

Observatoire des inégalités - Inégalités d’accès à la culture : démocratiser les pratiques par l’éducation

Propositions 15 octobre 2018

Pour réduire les inégalités d’accès aux pratiques culturelles, il ne suffit pas d’apporter la culture au peuple. Il faut mettre en place des politiques de démocratisation dotées de moyens plus importants en direction des publics, en particulier les plus jeunes. Les propositions d’Olivier Donnat, extraites de notre ouvrage Que faire contre les inégalités ? 30 experts s’engagent.

JEAN JAURES

Fondation Jean Jaurès - Comment imaginer en politique ? Images et imagination socialistes au temps de Jaurès par Christophe Prochasson

Étudier les images des socialistes revient aussi à prendre les idées comme autant d’émotions engendrant les figures de l’avenir. Tout aussi marié à la science que fut le socialisme, il reste aussi une doctrine dont les adhérents font des rêves peuplés d’images. C’est ce que l’historien Christophe Prochasson, président de l’EHESS, rappelle dans cette note issue de la conférence qu’il a donnée aux Rendez-vous de l’histoire de Blois en 2018 à l’invitation de la Fondation et de la Société d’études jaurésiennes. 

Au temps de Jaurès, le monde politique est d’abord un univers de mots. La République parlementaire a fait de la parole le principal instrument de l’action : le discours règle et organise les confits, distribue les rôles et définit les identités. Il assigne les places, comme le fit dès ses débuts la Révolution française en distinguant ceux qui s’installaient dans la partie gauche ou dans la partie droite de l’hémicycle.

MONNAIE

Le vent se lève - Vers la fin du dollar et de l’euro : le projet de monnaie mondiale commune

« Le dollar est notre devise, mais votre problème », selon la formule d’un ministre américain de l’Economie. Pour lutter contre les effets néfastes d’un système monétaire international dominé par le billet vert, de nombreux économistes ont envisagé la mise en place d’une devise mondiale unique, tels Keynes dès 1944, ou de manière plus contemporaine Michel Aglietta, Agnès Benassy-Quéré et Jean Pisani-Ferry. Concrètement, un projet de monnaie mondiale commune est sur les rails depuis 2009, poussé par les puissances émergentes comme la Russie et la Chine.

PAUVRETE

Observatoire des inégalités - Le tableau de bord de la pauvreté en France

Comment évolue la pauvreté en France ? Qui concerne-t-elle ? Peut-on s’en sortir ? Le tableau de bord de la pauvreté en France, par Anne Brunner. Extrait de notre premier Rapport sur la pauvreté en France.

Depuis dix ans, le nombre de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté en France augmente. Cette aggravation est l’un des phénomènes les plus marquants parmi les évolutions analysées par l’Observatoire des inégalités. En considérant une définition restrictive, c’est-à-dire le seuil de pauvreté situé à la moitié du revenu médian (855 euros par mois), le nombre de personnes pauvres a augmenté de 600 000 en dix ans, de 4,4 millions à 5 millions. Au cours de la même période, le taux de pauvreté est passé de 7,3 % à 8 % de l’ensemble de la population. La décennie 2000, et plus encore la crise déclenchée en 2008, ont marqué un retournement historique de la tendance : la pauvreté ne diminue plus en France.

COLLOMB

Les Jours - Gérard Collomb, crème de baron

« Gégé » is back. L’ancien ministre revient à Lyon récupérer le trône municipal. Mais en son absence, les appétits et les couteaux se sont aiguisés…

A peine parti, déjà arrivé. Après seulement dix-sept mois au ministère de l’Intérieur, Gérard Collomb, 71 ans, est de retour sur ses terres lyonnaises, déjà en campagne pour les élections municipales et métropolitaines de 2020. Le 2 octobre, Gérard Collomb démissionne de son poste de ministre. Le 3, il passe la main au Premier ministre Édouard Philippe qui assure l’intérim place Beauvau. Le soir même, il pose le pied sur le quai de la gare de Lyon-Perrache. Le jour d’après, il se rend au tapis rouge des commerçants dans le IIe arrondissement de Lyon, serrant la main à de jeunes mannequins.

A PARIS

Le Parisien - Paris : pour les femmes du quartier Chapelle-Pajol, «la situation a empiré»

Plus d’un an après la pétition des femmes qui se déclaraient indésirables voire harcelées dans l’espace public, leur quotidien ne s’est pas amélioré dans cette partie du XVIIIe arrondissement de la capitale.

« Désormais, notre quartier est abandonné aux seuls hommes : plus une femme dans les cafés. Pas un enfant dans le square Louise-de-Marillac. Certaines d’entre nous se terrent chez elles. ». Au mois de mai 2017, à l’initiative de l’association SOS La Chapelle, un groupe d’habitantes du quartier Chapelle-Pajol avait rédigé une pétition, rapidement devenue virale, intitulée « Les femmes, une espèce en voie de disparition au cœur de Paris ».

PARTI SOCIALISTE

Le Figaro - Olivier Faure et la «colonisation à l'envers» : quand la gauche enterre son optimisme multiculturel

Olivier Faure a évoqué la «colonisation à l'envers» de certaines parties du territoire français. Pour Arnaud Benedetti, cette prise de parole marque la fin de l'optimisme de la gauche française concernant les politiques diversitaires.


Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.


Comme tant d'autres avant lui, Olivier Faure vient de traverser l'une de ces controverses, figure désormais éprouvée et renouvelée de ce que l'historien Théodore Zeldin appela en son temps les «passions françaises».

Slate - Au PS, du chic au choc

Olivier Faure a déclenché la polémique en évoquant une «colonisation à l'envers».

Mais quelle mouche a donc piqué Olivier Faure? En utilisant les mots de «colonisation à l'envers», le premier secrétaire du PS s'est attiré les commentaires satisfaits d'une partie de la droite et de l'extrême droite. À commencer par Marine Le Pen qui, sur son compte Twitter officieux, jubile –et dégaine l'emoji «champagne».

20 minutes - Lyon: Le PS du Rhône appelle les élus du conseil municipal à lâcher Gérard Collomb

BRAS DE FER La fédération du Rhône demande à ses conseillers municipaux de ne pas voter pour le maire sortant lors du prochain municipal, le 5 novembre..

Ce n’est guère une surprise. La Fédération départementale du Parti socialiste dans le Rhône a appelé à boycotter Gérard Collomb. Dans un communiqué publié samedi, elle demande aux élus de la majorité du conseil municipal de Lyon, ne « pas apporter leurs voix » à l’ancien ministre de l’Intérieur, qui entend reprendre son fauteuil à la tête de la mairie.

Libé - Ségolène Royal, la carte maîtresse du PS

En quête d’une tête de liste aux européennes, le Parti socialiste attend une réponse de l’ex-ministre, qui n’a pas payé sa cotisation depuis plusieurs années. Pour l’heure, elle se contente de critiquer Macron.

Elle revient dans le game. Et pourrait bien servir de planche de salut à un Parti socialiste à la recherche de son introuvable tête de liste pour les européennes. Pourtant, selon nos informations, Ségolène Royal n’a plus sa carte de militante. Cela fait même plusieurs années qu’elle n’est plus à jour de ses cotisations. Ce qui permet, entre autres, à l’ancienne ministre de l’Ecologie de se répandre partout ces derniers jours pour refuser une candidature sous la bannière strictement socialiste.

Challenges - Déboussolé et déserté, le Parti socialiste va-t-il virer à gauche pour les Européennes?

Les cadres du Parti socialiste veulent une Europe plus socialiste. Au risque de se couper davantage d’un halo de sympathisants plus libéraux que le parti…

Ira ou n'ira pas? A quelques mois des élections européennes, le nom de Ségolène Royal se chuchote aujourd'hui de plus en plus fort pour prendre la tête d'une liste. Pas n'importe laquelle toutefois. La candidate potentielle ménage la chèvre et le chou mais a rejeté l'hypothèse d'une liste strictement socialiste. Un choix que ne saurait bouder un Parti socialiste dont le programme européen semble avoir des difficultés à convaincre.

05/11/2018

Questions à Daniel Cohen

A l'occasion de la sortie de son livre "Il faut dire que les temps ont changé", l'économiste Daniel Cohen évoque les inégalités, la dégradation du lien social et l'intelligence artificielle.

17:40 Publié dans Vidéo | Tags : daniel cohen | Lien permanent

04/11/2018

Daniel Cohen - Comprendre les temps nouveaux

18 octobre 2018 / Cycle Forum Europe du Cnam Nicole Gnesotto reçoit Daniel Cohen, économiste, directeur du département d'économie de l'Ecole normale supérieure.

00:30 Publié dans Vidéo | Tags : daniel cohen | Lien permanent

02/11/2018

"La politique fiscale de Macron est une énorme usine à gaz" Daniel Cohen

Résultats économiques de la politique d'Emmanuel Macron, montée des populismes en Europe, opportunités et menaces du monde digital : Daniel Cohen, directeur du département d'économie de l'Ecole normale supérieure et auteur de l'ouvrage « Il faut dire que les temps ont changé » (Albin michel), revient sur l'actualité économique et politique. Ecorama du 16 octobre 2018, présenté par David Jacquot sur boursorama.com.

11:40 Publié dans Vidéo | Tags : daniel cohen | Lien permanent

01/11/2018

La Vie des idées - Un économiste tire la sonnette d’alarme

À propos de : Daniel Cohen, « Il faut dire que les temps ont changé… » Chronique (fiévreuse) d’une mutation qui inquiète, Albin Michel

Daniel Cohen aborde avec une inquiétude rarement perceptible chez les économistes les mutations de notre monde globalisé. L’avènement de l’homo digitalis, les réseaux sociaux, la robotisation des économies appellent à chercher les voies d’une maîtrise collective des bouleversements à l’œuvre.

Il est rare qu’un économiste fasse état de ses émotions. C’est pourtant l’exercice auquel se livre Daniel Cohen dès le titre de son livre. « D’étranges glissements se sont produits qui nous ont fait passer d’un monde à un autre, totalement étranger à celui qui l’avait enfanté. » C’est bien le changement qui constitue l’objet central de cet ouvrage. Et un changement d’une ampleur considérable puisqu’il s’agit du passage « d’un monde à un autre. » Rien de moins.

Lire la suite
___________________
___________________

09:41 Publié dans Analyses, Idées | Tags : daniel cohen | Lien permanent

03/09/2018

Daniel Cohen"La matrice algorithmique va faire repartir la croissance au prix de la déshumanisation"

20:50 Publié dans Vidéo | Tags : daniel cohen | Lien permanent

France Culture - Eté meurtrier pour les monnaies

Avec, David Cayla, Chercheur au GRANEM et maître de conférences à l'université d'Angers et Daniel Cohen, économiste, Directeur du département d'économie de l'Ecole Normale supérieure

 

Livre turque, bolivar vénézuélien, rial iranien... Autant de monnaies qui semblent en proie à la folie, qui ont fait la Une de l'actualité cet été, et qui font l'objet de cette première table ronde dans Entendez vous l'éco.

Ce fut un été particulièrement meurtrier pour les monnaies. Le 25 juillet dernier, en pleine torpeur estivale, le président du Venezuela nouvellement réélu, Nicola Maduro, annonce qu’il va supprimer cinq zéros de la monnaie nationale, le bolivar. A l’autre bout du globe, la République islamique d’Iran, est en proie à des manifestations monstres. Depuis que le Donald Trump, a annoncé le rétablissement des sanctions américaines envers l’Iran en mai dernier, la monnaie officielle, le rial, a perdu les deux tiers de sa valeur, provoquant une insoutenable hausse des prix. Non loin de là, la Turquie, elle aussi enferrée dans un bras de fer diplomatique avec les Etats-Unis, traverse une crise économique et sociale historique, avec une inflation frôlant désormais les 20%. 

Lire et écouter la suite
__________________
__________________

17:30 | Tags : cayla, daniel cohen | Lien permanent

Le Figaro - Prélèvement à la source : "une mesure indispensable" pour l’économiste Daniel Cohen

L’économiste Daniel Cohen, interrogé vendredi soir par Sonia Mabrouk, "ne comprend pas" les hésitations du gouvernement sur le prélèvement à la source.

INTERVIEW

Pour l’économiste Daniel Cohen, "le prélèvement à la source est une mesure indispensable pour réconcilier les Français avec les impôts." "Je ne comprends pas que ce gouvernement revienne en arrière", a assuré le directeur du département économie à l’Ecole Normale supérieure, interrogé vendredi soir par Sonia Mabrouk sur Europe 1.

Lire la suite
_________________
_________________

Prélèvement à la source : "une mesure indispensable" pour l’économiste Daniel Cohen

04:30 Publié dans Vidéo | Tags : daniel cohen | Lien permanent

30/12/2017

(3/5) 23 mai 2017: politiques macro. et inégalités en Europe (1) - D. Cohen, B. Coeuré, T. Piketty

Table ronde « L’impact des politiques macroéconomiques sur les inégalités en Europe » Animée par Agnès Benassy-Quéré, membre associé à PSE, et professeur à l’université Paris 1, avec : - Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque Centrale Européenne : « La politique monétaire européenne » - Daniel Cohen, chaire associée à PSE, directeur du département d’économie de l’ENS : « Le design des programmes d’ajustement » - Thomas Piketty, chaire associée à PSE, directeur du World Inequality Lab, directeur d’études à l’EHESS : « L’évolution des inégalités et l’euroscepticisme »