Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2018

France Culture - Les sentiers de l'innovation (2/4) L'innovation, moteur du capitalisme ?

L'innovation, liée aux notion d'invention et de nouveauté nécessaires au renouvellement de l'économie n'est pourtant pas un processus qui va de soi : de l'idée initiale à son application dans l'économie réelle, de nombreux obstacles se dressent sur le chemin de l'innovateur.

Nous poursuivons notre excursion sur les sentiers de l’innovation, après avoir assisté aux inventions guerrières qui ont transformé les civilisations, intéressons-nous aujourd’hui au rôle moteur de l’innovation dans notre économie capitaliste. Plus d’un siècle après les travaux fondateurs de Joseph Schumpeter, comment la figure de l’entrepreneur, ce créatif marginal, a-t-elle évolué ? Comment définir une innovation et dans quelle mesure est-elle un processus conflictuel ? Quel doit être enfin le rôle de l’Etat ? Voilà les questions qui vont nous occuper dans l’heure qui vient.

Lire et écouter la suite
__________________
__________________

20:50 Publié dans Audio, Idées | Lien permanent

Libé - Grégoire Chamayou: «Pour se défendre, le néolibéralisme a fait refluer le trop-plein de démocratie»

Confrontés à l’activisme des années 70 puis aux exigences éthiques des consommateurs, penseurs libéraux et directions d’entreprises ont mis au point des guides de management et des théories politiques pour défendre le capitalisme contesté. En disséquant ces discours, le philosophe dresse une brillante saga du libéralisme autoritaire.

Dans sa Théorie du drone, parue il y a cinq ans aux éditions la Fabrique, le philosophe Grégoire Chamayou se penchait sur les enjeux éthiques de cette nouvelle arme de guerre. Avec la Société ingouvernable, une généalogie du libéralisme autoritaire (la Fabrique encore), il prend à nouveau de la hauteur pour dresser une saga du néolibéralisme «par en haut», du point de vue ceux qui ont défendu les intérêts du monde des affaires, aux Etats-Unis, à partir des années 70

Lire la suite
______________________
______________________

15:27 Publié dans Idées | Tags : chamayou | Lien permanent

07/11/2018

Libé - Les identités de Nathalie Heinich

Dans son dernier essai, la sociologue dégage la notion d’identité de toute connotation politique et, en tant qu’essayiste, pourfend la gauche qui défend diversité et minorités.

Voilà un petit livre pile dans l’air du temps. Sociologue au CNRS, proche de Pierre Bourdieu avant de s’en éloigner, Nathalie Heinich publie Ce que n’est pas l’identité (Gallimard), où elle tente de sortir le terme du réductionnisme politique auquel il est trop souvent cantonné. Une publication au timing idéal dans un contexte où, sous la pression idéologique de l’extrême droite, l’identité s’impose comme l’horizon indépassable des démocraties. «Le but de ce livre n’est pas de faire le partage entre différentes acceptions politiques de l’identité, mais de la délester de toute connotation superflue et rendre ainsi les débats plus lisibles», explique Nathalie Heinich à Libération.

Lire la suite
____________________
____________________

08:44 Publié dans Idées | Tags : nathalie heinich | Lien permanent

05/11/2018

La Vie des idées - Quel peuple ? À propos de : Gérard Bras, Les voies du peuple. Éléments d’une histoire conceptuelle, Amsterdam

On parle souvent au nom du peuple, sans savoir ce que le terme, très équivoque, signifie. Selon Gérard Bras, il faut considérer qu’un peuple n’existe que lorsqu’il se déclare, dans un acte toujours révolutionnaire.

« Qu’est-ce que le peuple ? Je n’en sais rien. Existe-t-il ? Il m’est impossible de répondre à cette question. » L’incipit du livre de Gérard Bras n’a rien d’une provocation, moins encore d’une coquetterie d’auteur. Sous forme négative, c’est bien sa thèse qu’il exprime, thèse dont le livre établira la positivité. Mettre au jour la question du peuple, tel est l’objet de ces « éléments d’une histoire conceptuelle » qui nous conduit du XVIIIe siècle, où semble triompher le peuple souverain, jusqu’à nos jours où il semble avoir disparu.

Lire la suite
_________________
_________________

08:33 Publié dans Idées | Tags : peuple | Lien permanent

04/11/2018

La « comptabilité morale » : arbitrer entre ses convictions et ses désirs [Antoine Reverchon]

Xerfi Canal a reçu Antoine Reverchon, chroniqueur et directeur des pages « idées et débats économiques » du Monde, pour parler de la comptabilité morale. Une interview menée par Adrien de Tricornot.

11:24 Publié dans Idées | Tags : antoine reverchon | Lien permanent

01/11/2018

La Vie des idées - Un économiste tire la sonnette d’alarme

À propos de : Daniel Cohen, « Il faut dire que les temps ont changé… » Chronique (fiévreuse) d’une mutation qui inquiète, Albin Michel

Daniel Cohen aborde avec une inquiétude rarement perceptible chez les économistes les mutations de notre monde globalisé. L’avènement de l’homo digitalis, les réseaux sociaux, la robotisation des économies appellent à chercher les voies d’une maîtrise collective des bouleversements à l’œuvre.

Il est rare qu’un économiste fasse état de ses émotions. C’est pourtant l’exercice auquel se livre Daniel Cohen dès le titre de son livre. « D’étranges glissements se sont produits qui nous ont fait passer d’un monde à un autre, totalement étranger à celui qui l’avait enfanté. » C’est bien le changement qui constitue l’objet central de cet ouvrage. Et un changement d’une ampleur considérable puisqu’il s’agit du passage « d’un monde à un autre. » Rien de moins.

Lire la suite
___________________
___________________

09:41 Publié dans Analyses, Idées | Tags : daniel cohen | Lien permanent

21/10/2018

Boualem Sansal - On n'est pas couché 6 octobre 2018 #ONPC

09:41 Publié dans Idées | Tags : sansal | Lien permanent

20/10/2018

Marcel Gauchet : "La révolution macronienne est tout sauf une révolution"

A l'heure où la France est gouvernée par un président se revendiquant du "nouveau monde", où l'on parle de "révolutions" à tout-va, le philosophe et historien Marcel Gauchet est l'invité des Matins de France Culture pour éclairer ce phénomène.

14:44 Publié dans Idées | Tags : gauchet | Lien permanent

22/09/2018

La Vie des idées - Avec tous les autres, À propos de : Corine Pelluchon, Éthique de la considération, Seuil, « L’ordre philosophique »

La transformation du monde passe par la transformation de soi. L’éthique de la considération, selon C. Pelluchon, doit nous permettre de relever les défis écologiques et sociaux auxquels nous sommes confrontés, afin qu’à nouveau nous puissions vivre avec les autres êtres, quels qu’ils soient.

 
Recensé : Corine Pelluchon, Éthique de la considération, Seuil, « L’ordre philosophique », 2018, 288 p., 23 €.
 
Dans un monde menacé d’effondrement, sourd aux enjeux écologiques et tourné vers un économisme sacrifiant les aspirations humanistes des individus et assombrissant les processus démocratiques, l’enjeu de l’ouvrage de Corine Pelluchon est de rendre possibles « de nouvelles Lumières » (p. 262) en proposant une éthique propre à réduire l’écart entre ce que nous savons et ce que nous faisons. Tout au long de ce livre dense, ardu et stimulant, la philosophe décrit un processus de subjectivation puisant dans les morales antiques mais dégagé de tout rapport à Dieu, ayant pour but d’ouvrir à une considération reconnaissant la valeur propre de chaque être humain et de chaque vivant.
 
Lire la suite
___________________
___________________

17:42 Publié dans Idées | Tags : pelluchon | Lien permanent

08/09/2018

La Vie des Idées - Habermas, dans l’espace public

Dans ce portrait intellectuel de l’enfant terrible de l’École de Francfort, S. Müller-Doohm nous découvre un infatigable polémiste, dont les prises de position ont marqué le dernier demi-siècle. C’est aussi l’histoire allemande d’après-guerre que cette première biographie nous donne à parcourir.

« Jamais je n’ai rencontré dans ma vie un homme qui attache une telle importance, dans la recherche de la vérité, à l’échange des arguments » (p. 350) : cette confidence d’Oskar Negt, rapportée par Stefan Müller-Doohm dans cette toute première biographie consacrée à Jürgen Habermas et dont la traduction française par Frédéric Joly paraît cette année chez Gallimard, pourrait être placée en exergue de l’ouvrage. À condition toutefois qu’on prenne la mesure de ce que signifie, pour Habermas, « l’échange des arguments ».

Lire la suite
___________________
___________________

09:40 Publié dans Idées | Tags : habermas | Lien permanent