Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2017

Ouest France - Présidentielle. « Il est précipité de dire que le PS est mort »

Arrivé seulement en cinquième position, Benoît Hamon reflète à lui seul la lourde défaite du Parti socialiste. Avec moins de 7 %, c’est la plus mauvaise performance de la gauche depuis 1969. L’historien et spécialiste du PS, Alain Bergounioux analyse cette faillite.

« Une sanction historique, légitime ». Depuis son QG de campagne, les premiers mots du candidat du Parti socialiste Benoît Hamon sont rudes mais réalistes. Celui qui promettait un « futur désirable » n’a pas atteint 7 % des voix au premier tour de la présidentielle, échouant à la cinquième place. Au-delà de la défaite du candidat, c’est celle de la gauche qui est alarmante.

Lire la suite
____________________
____________________

26/10/2016

Le #17h épisode 56 - Alain Bergounioux indique l'objectif du Cahier de la Présidentielle "Être français au XXIème siècle"


Le #17h épisode 56 - Alain Bergounioux indique... par PartiSocialiste

Dans cet épisode du 17h, Alain Bergounioux,  Président du comité de rédaction, revient sur les enjeux et les objectifs de ce sixième Cahier de la Présidentielle intitulé « Être français au XXIème siècle ».

En cette période de mutation socio-culturelle, ce cahier a pour objet de répondre à la question de  « l’identité nationale ». Un sujet particulièrement instrumentalisé par la droite et l’extrême droite.

Pour Alain Bergounioux, « être français, c’est une idée, une volonté de vivre ensemble, un projet politique, un patrimoine, une culture ».
Alors que la droite cherche à imprimer dans le paysage politique une certaine idée de l'identité de la France, figée, arrêtée et circonscrite, le Parti socialiste revendique l'idée que la France et les composantes de son identité, sont avant tout un mouvement. « La France est construite dans la durée, par des apports successifs, il n’y a pas une identité de la France »

25/05/2015

Telos - Regards froids sur la réforme des collèges, Alain Bergounioux

L’actuel projet de réforme des collèges a entraîné de vives polémiques qui sont vite montées aux extrêmes. « Entreprise de démolition collective, d’obscurantisme et de haine de soi-même », déclare Bruno Lemaire (Le Figaro, 9/10 mai). Rien que cela ! La droite, conduite par Nicolas Sarkozy en personne, en fait un objet de mobilisation. Mais la gauche syndicale est également divisée, le SNES rejoint les critiques du SNALC, alors que l’UNSA et le SGEN défendent ardemment la réforme. Les associations de spécialistes pointent les problèmes, qui la menace de la disparition de l’enseignement du latin et du grec, qui la place de l’allemand, qui les aberrations des programmes d’histoires, etc. Mais, d’un autre côté, les mouvements pédagogiques, et des mouvements de parents, comme la FCPE, regrettent la modestie des mesures proposées.

Lire la suite
_______________________
_______________________

00:05 Publié dans Point de vue | Tags : bergounioux | Lien permanent

09/04/2015

Telos, Alain Bergounioux - Usages et mésusages de la laïcité

La laïcité s’est réinscrite au cœur de notre vie politique. Elle ne l’a jamais vraiment quitté, tant cette notion est liée aux clivages politiques et culturels qui traversent notre société. Mais les enjeux sont changeants, et n’offrent pas tous la même intensité. La remise en cause des équilibres religieux avec l’affirmation de l’islam, comme deuxième religion en France, qui arrive dans une société façonnée par une longue histoire de rapports conflictuels des religions entre elles et avec l’État, mais qui a fini par faire sienne un régime de séparation entre la politique et les croyances, provoque des débats récurrents depuis la fin des années 1980 sur l’effectivité et la pertinence de la laïcité.

La question est, d’autant plus, difficile qu’avec l’islam viennent, en fait, tous les problèmes de l’immigration installés dans le débat par le Front national dès la fin des années 1970, contribuant ainsi à en « ethniciser » les termes, avec l’équivalence proposée entre le chômage et l’immigration, qui, depuis maintenant plus de trente ans, s’est imposée à la mesure du maintien d’un chômage de masse. Enfin, la véritable guerre ouverte par le radicalisme islamiste, sous des formes variées, utilisant de manière privilégiée l’arme du terrorisme, d’abord dans le monde musulman et dans un même mouvement contre les pays occidentaux, nourrit un climat fait d’anxiété, de méfiance et de peurs, propice à tous les amalgames.

Lire la suite
_____________________
_____________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : bergounioux | Lien permanent

01/03/2015

Telos - Enseigner les valeurs républicaines: oui, mais comment? Alain Bergounioux

Les sociétés se maintiennent parce qu’elles sont capables de transmettre d’une génération à une autre leurs principes et leurs valeurs », écrivait Claude Lévi-Strauss en 1998. Les réactions qui ont eu lieu dans un grand nombre d’établissements scolaires, collèges et lycées, après les attentats de janvier ont jeté une lumière crue sur la difficulté de faire partager des valeurs communes à l’ensemble de la jeunesse française. Ce sont bien sûr les établissements situés dans les zones dites « difficiles », où se côtoient des cultures d’origines diverses, où l’influence de la religion musulmane, tard venue dans la société française, est forte, qui sont le plus en cause. Mais l’interrogation vaut plus largement et concerne la société toute entière. Les polémiques par exemple qui ont lieu à propos des manières de parler de l’égalité des sexes montrent que l’accord n’est pas établi avec d’autres parts de l’opinion, et que la question de savoir ce qui relève de l’école et ce qui appartient à la famille fait débat dans l’opinion publique.

Lire la suite
_________________________
_________________________

10:30 Publié dans Réflexions | Tags : bergounioux | Lien permanent