Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2018

Europe 1 - Congrès du PS : une dernière ligne droite sous haute tension

Les candidats au poste de premier secrétaire ont jusqu’au 27 janvier pour déposer leur motion et satisfaire aux nouvelles règles de parrainage. Malgré l’état du parti, la bataille est déjà âpre. 

Un congrès du PS, c’est souvent une lutte des egos et des ambitions. Et les débâcles électorales de 2017, qui ont laissé le parti en miettes, l’on contraint à vendre son siège historique rue de Solférino et le placent quasiment en état de mort clinique, n’ont pas changé la donne pour le rendez-vous de 2018. Pas moins de cinq candidats - six si Julien Dray se décide à y aller - se sont fait connaître. Mais les règles de parrainage ont changé, et tous ne pourront peut-être pas s’aligner avant la date limite du 27 janvier. En attendant, et malgré un processus qui s’annonce long, et peut-être douloureux, la bataille a déjà commencé.

Lire la suite
___________________
___________________

Slate - Peut-on vraiment sauver le PS? par Olivier Biffaud

Le nom du ou de la nouvelle première secrétaire du parti socialiste sera connu le 29 mars. Une lourde tâche l'attend: sauver le navire socialiste d'un naufrage définitif et tenter de le remettre à flot.

Une femme –Delphine Batho– et quatre hommes –Luc Carvounas, Olivier Faure, Stéphane Le Foll et Emmanuel Maurel, par ordre alphabétique– sont actuellement en lice pour engager, dès l'élection du nouveau premier secrétaire du Parti socialiste le 29 mars prochain, le sauvetage de l'année!

Lire la suite
_________________
_________________

Produits laitiers : où va l’argent du beurre ? - Cash investigation (intégrale)

Jean Gadrey - Quels sont les pays de l’UE avec le plus d’inégalité salariale entre hommes et femmes ?

La réponse peut surprendre. Ce sont des pays riches d’Europe de l’Ouest (Pays-Bas, Allemagne et Royaume-Uni), et l’Autriche.

L’indicateur utilisé est simple : c’est l’écart des salaires MENSUELS (hommes – femmes) en % du salaire des femmes. Par exemple, si les hommes gagnent en moyenne 1.500 et les femmes 1.200, on fera le rapport 300/1.200, soit un ratio de 25% (de plus pour les hommes). Les chiffres sont ceux de 2014, fournis par Eurostat (voir en annexe les détails techniques).

Lire la suite
___________________
___________________

04:57 Publié dans Analyses | Tags : gadrey | Lien permanent

24/01/2018

Delphine Batho répond aux questions de Nicolas Demorand

OFCE - Y aura-t-il un post-capitalisme? par Branko Milanovic

À propos du livre de Paul Mason, « Postcapitalism: A Guide to our Future », Editions Allen Lane, 2015.  

C’est un livre immensément ambitieux. En moins de 300 pages, Paul Mason explique non seulement les 300 dernières années du capitalisme et les efforts pour le remplacer par un autre système (le socialisme), mais montre comment il sera éventuellement transformé et propose un ensemble de politiques pour aider à cette transformation. De plus, il ne s’agit pas d’un livre superficiel – qui pourrait sembler au premier abord opposer l’énormité du matériel couvert et la taille relativement mince du volume. Il ne faut pas non plus être distrait par le style folklorique utilisé par Mason. Le style peut être journalistique, mais les questions posées, la qualité de la discussion et les objectifs du livre sont de premier ordre.

Lire la suite
__________________
__________________

21:50 Publié dans Idées | Tags : ofce, paul mason | Lien permanent

Un peu d'histoire : Léon Blum " de quoi est né le socialisme ? " 1938

20:50 Publié dans Audio, Histoire | Tags : blum, socialisme | Lien permanent

L'actualité des socialistes du 12 au 18 janvier

UTOPIE

Le Nouveau Magazine Littéraire, Bruno Latour - Utopie « Le problème des utopies, c’est qu’on les réalise !  »

Dans son dernier livre « Où atterrir ? », le philosophe n’utilise qu’une seule fois le mot d’utopie, auquel il ne goûte guère.

Franc-tireur aujourd’hui consacré, le philosophe et sociologue Bruno Latour a été l’un des premiers penseurs français à se saisir de la question écologique, à refuser d’en laisser le monopole aux sciences « dures » et au personnel politique. Si Où atterrir ?, son tout dernier livre, se nourrit de ses nombreux travaux antérieurs, il adopte un registre assez nouveau : réduisant au minimum les références et les démonstrations, se départant de la bonhomie virtuose dont il est coutumier, le philosophe trahit une réelle inquiétude. Ce livre est moins un essai qu’un cri, une interpellation, un signal d’alerte.

FEMINISME

Jean Gadrey - En France, les hommes gagnent 50 % de plus que les femmes. Vrai ou faux ?

Réponse : c’est parfaitement vrai, mais il faut expliquer car ce chiffre est plus élevé que ceux qui circulent (en général à l’occasion de la journée mondiale du 8 mars, avant de tomber dans l’oubli les autres jours de l’année…).

Je débute l’année 2018 avec ce billet dont l’idée m’est venue en lisant le formidable rapport mondial sur les inégalités (malheureusement en anglais), dont la presse a abondamment parlé… pendant quelques jours. On trouve le rapport complet sur le site http://wir2018.wid.world/ , mais aussi un résumé en français (20 pages), ainsi que de nombreux fichiers de données sur la page « methodology ».

Le nouveau magazine littéraire - Ne nous libérez pas, l’égalité va s’en charger

Dans une tribune publiée par Le Monde , un collectif de 100 femmes affirme rejeter un féminisme qui promeut une «haine des hommes». Réjane Sénac, directrice de recherche au CNRS et au Centre de recherches politiques de Sciences po–CEVIPOF, leur répond.

Dans cette tribune publiée par Le Monde, le maternalisme côtoie le paternalisme pour expliquer à celles et à ceux qui dénoncent les violences sexuelles qu’elles sont les alliées du puritanisme et les ennemis de la liberté. Avec l’assurance de celles et de ceux qui savent et peuvent, il s’agit d’utiliser la sacrosainte défense de la liberté pour anesthésier le débat en le situant sur le registre moral et non politique. Afin de discréditer celles et ceux qui déchiffrent ces violences comme l’expression et le moyen d’un système de domination, la feinte habile – quoique éculée – est d’en faire la garantie d’une société pluraliste et vi(v)able.

Jean Gadrey - Quels sont les pays de l’UE avec le plus d’inégalité salariale entre hommes et femmes ?

La réponse peut surprendre. Ce sont des pays riches d’Europe de l’Ouest (Pays-Bas, Allemagne et Royaume-Uni), et l’Autriche.

L’indicateur utilisé est simple : c’est l’écart des salaires MENSUELS (hommes – femmes) en % du salaire des femmes. Par exemple, si les hommes gagnent en moyenne 1.500 et les femmes 1.200, on fera le rapport 300/1.200, soit un ratio de 25% (de plus pour les hommes). Les chiffres sont ceux de 2014, fournis par Eurostat (voir en annexe les détails techniques).

ASIE

Le blog de Jean-Raphaël Chaponnière - Le poids de l’Asie

La première mondialisation achevée en 1914 n’a pas laissé un bon souvenir en Asie. Elle a coïncidé avec les « mises en valeur » coloniales, l’ouverture forcée des pays qui avaient échappé au colonialisme, et enfin la « Grande divergence » et l’effondrement de l’Asie dans l’économie globale. Après la Seconde Guerre mondiale, les pays qui accèdent à l’indépendance choisissent de se protéger de la concurrence des pays industrialisés. Leur attitude a évolué dans les années 1970 avec l’émergence des NPI (nouveaux pays industrialisés) qui combinent protection et ouverture commerciale, libéralisme et intervention de l’État. Dans les années 1980 et 1990, marquées par la réévaluation du yen et l’afflux d’investissements japonais, les pays asiatiques connaissent « dix glorieuses » mais succombent aux sirènes de la mondialisation financière qui précipitent la crise de 1997. Ils s’en sont remis rapidement et leur croissance a ensuite bénéficié de l’ascension de la Chine. Son adhésion à l’OMC a donné un coup d’accélérateur à la mondialisation.

FAKE NEWS

Le nouveau magazine littéraire - Fake news. Entretien avec Fabrice d'Almeida

Haro sur la démocratie

Depuis quelques années, les fake news semblent avoir envahi le monde de l'information. Décryptage de ce phénomène avec Fabrice d'Almeida.

Au lendemain d’une étude réalisée par l’IFOP selon laquelle 79% des Français adhéreraient au moins à une des théories du complot répandues, Fabrice d’Almeida, historien des médias à l’Université Paris II, Panthéon-Assas spécialiste de la propagande par l’image et de la manipulation décrypte pour Le Nouveau Magazine Littéraire le succès des fake news, leur influence et leurs dérives possibles en matière d’information.

RSA

OFCE - RSA : un non-recours de 35% ?

Par Guillaume Allègre, @g_allegre

Le non-recours au RSA est souvent invoqué pour justifier une réforme du système d’aide aux personnes à bas revenus (Revenu universel, mise en place d’une allocation sociale unique qui fusionnerait RSA, Prime d’activité et Allocation logement). Selon la CNAF, le non-recours au RSA-socle serait de 36%. (CNAF, 2012). Pour faire cette estimation, la CNAF s’appuie sur une enquête quantitative, réalisée au téléphone auprès de 15 000 foyers sélectionnés à partir de leurs déclarations fiscales. L’enquête quantitative sur le RSA a été spécifiquement conçue pour reproduire un test d’éligibilité à cette prestation. Pourtant, certains foyers non éligibles au RSA déclarent en bénéficier. Cette catégorie représente 524 foyers dans l’enquête, soit 11% des bénéficiaires. Elle peut résulter d’une erreur de déclaration au moment de l’enquête, ou d’une approximation du test d’éligibilité de l’enquête. En tout état de cause, l’existence de cette catégorie montre qu’il est difficile d’estimer un non-recours à l’aide d’une enquête, même spécifique. Par ailleurs, le Secours catholique estime à 40% le non-recours au RSA-socle (sur l’ensemble des ménages rencontrés en 2016 par l’association)[1].

PS

Libé - PS: Faure bien parti pour tirer son épingle du jeu

Julien Dray presque candidat, Delphine Batho en guerre contre la direction... Alors qu’une certaine confusion règne à moins de dix jours de la clôture des candidatures à la tête du PS, Olivier Faure engrange les soutiens et semble le mieux placé pour l’emporter.

Libé - Congrès du PS: quatre candidats pour une bataille à l’issue incertaine

Alors que quatre candidats sont désormais sur la ligne de départ pour briguer la tête du PS, l’issue de la course apparaît incertaine, les anciennes écuries d’hier s’étant largement dispersées. Aperçu des forces et faiblesses de chacun....

EMMANUEL MAUREL. Le député européen, qui avait obtenu 13% des suffrages avec sa motion Maintenant la gauche lors du congrès de Toulouse en 2012, met en avant sa «cohérence».

Soucieux de ne pas être enfermé à la gauche du parti, M. Maurel, 44 ans, se veut l’artisan d’une «synthèse nouvelle» qui rassemble au-delà des anciens clivages du PS. Comme M. Carvounas, il souffre cependant de la division de la gauche du parti, et du départ d’une partie des partisans de M. Hamon, dans le sillage du fondateur de Générations.

Libé - Election au PS : Delphine Batho s'invite en force dans la «petite mafia» socialiste

La députée des Deux-Sèvres et ex-ministre de l'Environnement de François Hollande a annoncé ce lundi dans «le Parisien» sa candidature au poste de premier secrétaire. Fustigeant les «barons», elle souhaite «déverrouiller» le parti et le rendre «à tous les citoyens» de gauche.

NOTRE DAME DES LANDES

Le JDD - Notre-Dame-des-Landes : sur la ZAD, on prépare l'après

REPORTAGE - Après l'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes, les opérations de nettoyage vont débuter lundi sur la départementale D281, qui traverse la ZAD du nord au sud. Et ce n'est qu'une première étape.

Le Monde - Notre-Dame-des-Landes : un atterrissage maîtrisé

Editorial. Pour sortir de l’impasse dans laquelle se trouvait le dossier de l’aéroport NDDL, Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont procédé à une analyse coûts-bénéfices approfondie.

Ouest-France - Notre-Dame-des-Landes: les six propositions de Nantes

Davantage de TGV, aménagements accélérés du périphérique, tram desservant l’aéroport, nouveau franchissement de la Loire… Ce samedi 20 janvier 2018, Nantes interpelle l’État avec six propositions, trois jours après l’annonce par le gouvernement de l’abandon du transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique.

Libé - Notre-Dame-des-Landes : demain est déjà à l’oeuvre Par Luc Gwiazdzinski, Géographe et Olivier Frérot, Ingénieur des Ponts et Chaussées, conférencier

Au-delà du symbole de NNDL, nombres de collectifs émergent en imposant de nouvelles manières de faire et d'être ensemble. Les politiques publiques sauront-elles prendre en compte ces «utopies réalistes» ?

Beaucoup a déjà été dit sur Notre-Dame-des-Landes : la très longue durée de ce projet, son caractère daté, son coût non maîtrisé, l’absence de lucidité des gouvernements et des administrations et les méthodes utilisées, par trop descendantes. Un cas d’école à étudier dans les instituts d’urbanisme, d'aménagement ou de sciences politiques.

La Tribune - Notre-Dame-des-Landes : pour la ville de Nantes, l'heure est au rebond

Au lendemain de l’annonce du Premier ministre Édouard Philippe d’abandonner le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes, les acteurs politiques et économiques de la métropole nantaise et de la région se rencontrent, se serrent les coudes et cherchent à rebondir pour éviter un enclavement de l’Ouest, et préserver attractivité et compétitivité du territoire.

Le blog de Jean-Marie Harribey - L’économie par terre ou sur terre ?

Au lendemain de l'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, décision politique tellement tardive qu'on a de la peine à reconnaître qu'elle est aujourd'hui finement jouée parce qu'elle ne fait que conclure un rapport de forces contraire au décideur, j'ai essayé de me remémorer les arguments et les arguties en faveur de ce projet datant d'une époque que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître.

PS : Stéphane Le Foll met en garde contre le risque d'une nouvelle synthèse hollandaise

Les Echos - Stéphane Le Foll : « J'ai une capacité à porter cette voix du PS »

Invité de l'émission L'épreuve de Vérité sur Public Sénat, en partenariat avec l'AFP, Les Echos et Radio Classique, l'ancien ministre de l'Agriculture a défendu ses « atouts » pour le poste de premier secrétaire du PS. 

« Je pense que ce qui m'est souvent reproché - l'expérience que j'ai, le fait que j'ai été porte-parole [du gouvernement] - ça peut au contraire être un atout pour rénover, adapter le Parti socialiste, et en même temps, exister dans le débat public », a-t-il mis en avant. « Je pense que j'ai une capacité à porter cette voix du Parti socialiste ».

Lire la suite
____________________
____________________