Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2014

L'actualité des socialistes du 9 au 16 juin (mise à jour)

A la une

Le Monde - Manuel Valls : « La gauche n'a jamais été aussi faible »

Face aux risques de division de sa majorité avant le vote crucial sur le projet de loi de finances rectificative (PLFR), Manuel Valls n'y est pas allé par quatre chemins. « La gauche peut mourir », a-t-il assené lors du Conseil national du Parti socialiste à la maison de la Chimie à Paris, samedi 14 juin. « Elle n'a jamais été aussi faible dans l'histoire de la Ve République », a-t-il ajouté, en référence à la gifle des européennes.

13, 14 et 15 juin

Le Monde - Benoît Hamon, un ministre entre deux costumes

Rue de Grenelle, chaque jour apporte son lot de turbulences. Benoît Hamon est-il dépassé par les événements ? Lundi 9 juin, le président du Conseil supérieur des programmes (CSP), Alain Boissinot, remet sa démission, laissant le chantier des programmes de la maternelle au collège, l'enseignement de la morale laïque et d'autres pans majeurs de la refondation de l'école.

Libé - Valls au PS: «le risque de voir Marine Le Pen au second tour de la présidentielle existe»

Le Premier ministre, qui s'exprime devant le conseil nationa, a aussi prévenu que «la gauche n'a jamais été aussi faible» depuis 1958 et «peut mourir».

Laurent Baumel - Interview sur LCI après mon rendez-vous avec le Premier ministre 

J’étais hier soir l’invité de LCI pour évoquer le rendez-vous que j’ai eu à Matignon avec Manuel Valls et d’autres collègues de l’Appel des 100.

Le Monde - De la City à l'Elysée, le profil de Laurence Boone irrite la gauche

« J'ai des inclinations de gauche », assure au Monde Laurence Boone. La précision est d'importance. Car l'annonce, mercredi 11 juin, de l'arrivée à l'Elysée de celle qui remplacera dans une quinzaine de jours Emmanuel Macron comme conseiller pour les affaires macroéconomiques, a fait jaser dans la majorité. La nouvelle entrante ne procède ni de l'appareil socialiste ni de la haute fonction publique : elle débarquera directement de la City londonienne au cabinet de François Hollande, ce qui suscite, évidemment, le débat.

L'Express - Élysée: "La nomination de Laurence Boone n'est pas un bon signal"

En choisissant pour conseillère une économiste de banque qui a eu des propos très durs sur "l'absence de politique économique du gouvernement", François Hollande a surpris. Mais il a aussi inquiété les députés PS frondeurs
 
 
Le compte à rebours est engagé. A trois mois d'une rentrée scolaire qui doit voir 100 % des écoliers revenir à l'école une matinée supplémentaire, la plupart des villes en sont à ajuster, parfois difficilement, leur futur emploi du temps. Près de 1 400 communes se sont saisies de la possibilité d'« assouplissement » offerte par le ministre de l'éducation, Benoît Hamon, pour regrouper sur une seule après-midi leurs ateliers. Paris, elle, propose des « aménagements ».
 
 
Comment faire plus avec moins ? C'est, une nouvelle fois, la périlleuse équation à laquelle est confronté le gouvernement à l'occasion de la présentation du projet de loi de finances rectificative (PLFR), mercredi 11 juin en conseil des ministres, qui précède d'une semaine celle du projet de loi de financement rectificative pour la Sécurité sociale (PLFRSS).
 
 
C'est une des priorités affichées du quinquennat. Un thème majeur servi par deux lois portées par l'ex-ministre du logement Cécile Duflot. Le logement va-t-il devenir un point de fragilité supplémentaire pour François Hollande ?
 
 
Si la région Midi-Pyrénées se cherche un compagnon, qu'elle se mette en ménage avec l'Aquitaine ! C'est, en substance, le message qu'a envoyé Christian Bourquin, président (ex-PS) de la région Languedoc-Roussillon, à Martin Malvy, son homologue de Midi-Pyrénées.

France 3 - Barbara Romagnan: « L’argent public est gaspillé »

Pour Barbara Romagnan, les solutions du gouvernement face à la crise sont « injustes et pas efficaces » (DR)

Elle fait partie de ceux qu’on appelle « les députés frondeurs ». Ceux qui, au groupe PS à l’Assemblée, s’affranchissent plus souvent qu’à leur tour des consignes de vote. Barbara Romagnan n’a voté ni la confiance à Manuel Valls, ni le plan de 50 milliards d’économies du Premier ministre, ni la réforme des retraites ou l’accord sur l’emploi du précédent gouvernement. 

12 juin

Direct matin - Cambadélis tend la main à gauche et aux écologistes

Après les récentes claques électorales, le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, veut raffermir les liens avec les autres formations de gauche et les écologistes, sans pour autant ressusciter la défunte "gauche plurielle".

Le Parisien - Budget : Valls va recevoir des députés PS frondeurs

Des députés socialistes frondeurs, auteurs de contre-propositions économiques et sociales, doivent rencontrer le Premier ministre, ce mercredi soir, le jour même de la présentation du budget rectificatif pour 2014.

Le Parisien - Laurence Boone : de Barclays Capital à l'Elysée

Et une femme de plus ! En passe de devenir conseillère économique à l'Elysée, Laurence Boone est la troisième femme du nouveau casting de . A cette économiste chevronnée, âgée de 45 ans, d'éclairer à partir de la mi-juillet le sur, notamment, le « retournement » qu'il avait annoncé.

Metro - Eduardo Rihan Cypel sur le Budget: «Tout peut être discuté, il n'y a pas de tabous»

INTERVIEW - L'ex-porte-parole du PS défend le projet de finances rectificatif du gouvernement mais souhaite que les classes moyennes soient soulagées...

Quelle réforme faut-il pour remettre le service public sur les rails ?

Projet de loi ferroviaire
- See more at: http://www.humanite.fr/quelle-reforme-faut-il-pour-remettre-le-service-public-sur-les-rails-544147#sthash.glGNoj5o.dpuf

L'Humanité - Quelle réforme faut-il pour remettre le service public sur les rails ? Projet de loi ferroviaire

Débat avec Gilbert Garrel, secrétaire général de 
la fédération CGT des cheminots, Gilles Savary, député PS et rapporteur du projet de loi sur la réforme ferroviaire et André Chassaigne, député PCF.

Les Echos - Les frondeurs du PS proposent leur contre-budget

Les députés PS de l’« Appel des 100 » ont publié leur plate-forme budgétaire. Ils veulent cibler les aides aux entreprises et relancer le pouvoir d’achat. Ils passent à nouveau à l’offensive sur le terrain des propositions. A quelques jours de la présentation en Conseil des ministres des collectifs budgétaires pour l’Etat et la Sécurité sociale, les députés frondeurs du PS ont envoyé hier soir un texte aux président, Premier ministre et premier secrétaire du PS.

11 juin

La Tribune - L'appel des "députés frondeurs" reçu avec tiédeur au PS, chaleur au Front de gauche

Les suggestions des "100" députés socialistes en matière budgétaire dévoilées lundi soir ont reçu un accueil mitigé au sein du PS, beaucoup moins au Front de Gauche, tandis qu'à droite, c'est une toute autre proposition que formule l'UMP.

Le Monde - Thomas Thévenoud, nouveau porte-parole des députés PS

Proche d'Arnaud Montebourg, le député de Saône-et-Loire prend la succession de Thierry Mandon, entré au gouvernement.

Metro - Elysée : Hollande lâché par une demi-douzaine de ses conseillers

DEMISSION - Le château a annoncé mardi un vaste remaniement avec les départs de Emmanuel Macron (économie et finances), David Kessler (culture et communication) et Thierry Rey (sport, jeunesse et vie associative). La démission de Claude Sérillon (communication) n'est pas confirmée.

Le Parisien - Elysée : Hollande remanie son cabinet et se sépare de son conseiller économique

.... Emmanuel Macron, l'influent conseiller économique et financier, est ainsi remplacé par Laurence Boone. Chef économiste de Bank of America, elle lui succédera le 15 juillet. Macron ne sera en revanche pas remplacé dans sa fonction de secrétaire général adjoint de l'Elysée.

Reuters - Sapin tient bon sur le pacte malgré l'appel des 100 députés, par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Le ministre des Finances promet de tenir bon sur le pacte de responsabilité, malgré l'appel de députés socialistes à une réorientation vers les ménages d'une partie des aides aux entreprises, a déclaré mardi à Reuters le président de la CGPME.

Le Monde - Les députés demandent à l'Etat de prendre en main la filière nucléaire

A quelques jours de la présentation au conseil des ministres, le 18 juin, du projet de loi sur la transition énergétique, voilà un nouveau document qui va nourrir les débats. Une commission d'enquête parlementaire présidée par François Brottes (PS, Isère), et dont le rapporteur est Denis Baupin (EE-LV), a remis au président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, mardi 10 juin, son rapport sur les coûts de la filière nucléaire.

Le Monde - Faouzi Lamdaoui, conseiller de Hollande, soupçonné de fraude fiscale

Le conseiller de François Hollande, chargé des questions d'égalité et de diversité à l'Elysée, Faouzi Lamdaoui, pourrait être entendu dans le cadre d'une enquête préliminaire, révèle mardi 10 juin L'Express, pour d'éventuels « recel d'abus de biens sociaux » et « fraude fiscale ».

Le Nouvel Obs - Des députés sonnent l'alarme sur le vrai coût du nucléaire

Le rapport de la Commission parlementaire remis ce mardi pointe l'incertitude qui règne quant au chiffrage du devenir de la filière.

10 juin
 
 
Ils sont à l'aube de leur premier combat. La presse les a baptisés les « frondeurs » et ils n'ont pas hésité à reprendre le qualificatif à leur compte. Alors que le gouvernement doit présenter, mercredi 11 juin, son projet de loi de finances rectificatives mettant en oeuvre le « pacte de responsabilité », ces députés socialistes non alignés savent que leur heure est venue. Leurs amendements sont déjà prêts et ils comptent bien mener bataille jusqu'au bout.
 
Le JDD - L'ancien ministre Philippe Martin rejoint la fronde

INDISCRET - L'ancien ministre de l'Ecologie Philippe Martin, débarqué lors du dernier remaniement, participe désormais à la réunion du mardi des "41 frondeurs socialistes".

 
Coup de chaleur en Haute-Saône. Et coup de chaud pour le ministre de l'Économie qui se débat dans les filets de la solidarité gouvernementale. Arnaud Montebourg a fait lundi, sous un soleil de plomb, son ascension annuelle du mont Beuvray. Accompagné comme de coutume du chef de file des «frondeurs», le député PS de la Nièvre Christian Paul, le ministre a fait entendre sa petite musique sur la politique économique voulue par François Hollande.
 

Un autre socialisme est possible. C’est le message qu’ont martelé samedi à Paris les membres d’un tout nouveau club : les «Socialistes affligés». Ses deux fondateurs, l’ex-eurodéputé socialiste Liêm Hoang-Ngoc et le politologue proche du Front de Gauche Philippe Marlière, avaient réuni pour l’occasion plusieurs dirigeants du Front de gauche et d’Europe Ecologie-les Verts ainsi que des figures de l’aile gauche du PS. Tous se sont accordés sur le même constat : l’heure est grave.

Les Echos - La délicate tâche de Manuel Valls pour sauver les festivals

La tâche du gouvernement pour désamorcer la crise des intermittents s’annonce difficile. La nomination, samedi, du député PS Jean-Patrick Gille comme médiateur n’a pas apaisé la colère des protestataires. A Montpellier, les intermittents ont reconduit la grève qui paralyse le 28e Printemps des comédiens depuis le 3 juin et qui se traduit par des annulations de spectacles. « Montpellier en grève aujourd’hui, tous en grève demain », pouvait-on lire sur une banderole apposée sur l’Opéra Bastille, ce week-end, où des intermittents ont retardé le début de la représentation de « La Traviata »

Le Monde - Transition énergétique : Royal maintient l'objectif d'adoption d'une loi dès 2014

Au grand dam de Ségolène Royal, le projet de loi sur la transition énergétique n'est pas encore ficelé. Forte de son poids politique, la ministre de l'écologie pensait en avoir fini avec les arbitrages interministériels pour pouvoir présenter les grandes lignes du texte au conseil des ministres du mercredi 11 juin. Finalement, la présentation aura lieu le 18 juin.

Le Lab - François Hollande, incapable de terminer son mandat? Laurent Fabius cite (encohttp://www.hautetfort.com/admin/posts/post.phpre !) François Mitterrand

PUNCHLINE - "Il ne faut pas prendre toutes les mouches qui volent pour des idées." C'est par cette formule que le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a conclu l'émission du Grand Rendez-vous Europe1/Le Monde/i>Télé diffusé dimanche 8 juin

Mediaprt, Socialistes affligés - « Le gouvernement prépare un champ de ruines pour la gauche »

Député européen sortant (il n’a pas été reconduit par le PS), l’économiste Liêm Hoang Ngoc ne décolère pas contre le tournant pris par sa famille socialiste depuis plus d’un an.

Avec le politologue Philippe Marlière (ancien blogueur de Rue89), il a fondé un club visant à fédérer la gauche du PS« Les Socialistes affligés ».

Liêm Hoang Ngoc et Philippe Marlière organisent ce samedi un colloque où sont invités plusieurs personnalités engagées contre l’austérité, qu’il s’agisse d’experts ou de dirigeants du PS, d’EELV ou du Front de gauche.

9 juin

Le Monde - François Hollande diffère l'explication avec la majorité parlementaire

François Hollande ne devrait pas rencontrer l'ensemble des parlementaires socialistes. Du moins, pas pour le moment. Rien de tel, contrairement à d'insistantes rumeurs, n'est pour l'heure l'inscrit à l'agenda du chef de l'Etat. « Je suis plus pour que le président voie un certain nombre de petits groupes de parlementaires, ou des membres des 41, que l'on raccommode bien avec le premier ministre tout le lien avec la majorité, plaide un intime du chef de l'Etat. La dégradation liée aux premières années est assez importante, il y a d'abord un travail de discipline à avoir. »

30/05/2014

Le PS Laurent Baumel veut "imposer" une autre politique par France Info


Le PS Laurent Baumel veut "imposer" une autre... par FranceInfo

10:11 Publié dans Vidéo | Tags : baumel, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

29/05/2014

Politique Première: Le gouvernement mise encore sur des résultats à long terme – par BFMTV


Politique Première: Le gouvernement mise... par BFMTV

18:15 Publié dans Vidéo | Tags : baumel, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

10/05/2014

L'actualité des socialistes du 28 avril au 11 mai (mise à jour)

Jusqu'au 11 mai, pour cause de vacances, l'actualité sera suivie beaucoup plus irrégulièrement. Chaque jour des vidéos ou des documents de réflexion seront toutefois proposés sur ce blog.
_________________________________________________________________

9, 10 et 11 mai 

Le Figaro - Manuel Valls cajole les députés socialistes et garde un œil sur les frondeurs

Opération «câlinothérapie». Après le vote serré sur le programme de stabilité et à quelques semaines de la présentation des textes très sensibles rectifiant les budgets de l'État et de la Sécurité sociale pour 2014, Manuel Valls souhaite recoller les morceaux avec le groupe PS de l'Assemblée «en déshérence depuis deux ans», selon les mots d'un proche.

Le Monde - Européennes : la lettre ouverte de Cambadélis à Marine Le Pen

Pour l'instant, ils ne débattent pas physiquement l'un contre l'autre mais par médias interposés. Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a envoyé, jeudi 8 mai, une lettre ouverte à la présidente du Front national, Marine Le Pen.

L'Express - France 2: Cambadélis boude des Paroles et des Actes

Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du Parti socialiste, a décidé de ne pas participer à l'émission Des Paroles et des Actes consacrée aux élections européennes. Il propose d'être remplacé par Martin Schulz. Une initiative qui fait mauvais effet.

Le Parisien - Européennes: Cambadélis propose à Le Pen un débat «où elle veut, quand elle veut»

«Mais puisque vous y tenez, je vous propose donc un débat Madame, où vous voulez et quand vous voulez». Voilà donc le premier secrétaire du , Jean-Christophe Cambadélis bien décidé à en découdre avec , devant les caméras.

Le Monde - Françoise Castex, eurodéputée assidue et débarquée

« Réussir à retourner une majorité électorale, dans une vie d'eurodéputée, ça ne s'oublie pas », sourit Françoise Castex, avec une pointe de nostalgie. L'épisode auquel l'élue fait référence est le rejet par le Parlement européen de l'accord commercial anticontrefaçon (ACTA), en juillet 2012, alors que, « au début, on était une toute petite poignée à s'y opposer ». Confortablement installée dans le Thalys qui la conduit au Parlement de Bruxelles depuis dix ans maintenant, la quinquagénaire égrène les sujets sur lesquels elle a ferraillé durant ses deux mandats. Pêle-mêle : le renforcement de la protection des données personnelles, le vote du Parlement sur la neutralité du Net début avril et le lancement d'une contestation du traité transatlantique. Difficile d'imaginer qu'elle devra faire ses cartons dans quelques semaines. Le 27 juin au plus tard, son bureau devra être libéré.

Le Monde - Réforme territoriale : un président de région PS dénonce le « mépris » de Valls

Maire de La Roche-sur-Yon (Vendée) de 1977 à 2004, Jacques Auxiette est président socialiste de la région Pays de la Loire. Il ne se présentera pas pour sa propre succession.

Le Nouvel Obs - Européennes : comment Cambadélis force Le Pen à débattre avec Schulz

Le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe a fait savoir son souhait de laisser sa place à Martin Schulz, candidat social-démocrate, dans un débat entre les chefs de parti sur l'Europe.

7 et 8 mai

Le Monde - Régions, vie privée, économie, Alstom : ce qu'a dit Hollande

Deux ans jour pour jour après son élection, François Hollande s'est livré, mardi 6 mai, à un exercice médiatique inédit pour un président de la République : une interview avec un journaliste au style réputé très direct, suivie d'un face-à-face avec les auditeurs de BFM-TV et de RMC pendant plus d'une demi-heure.

Le Nouvel Obs, Laurent Jofrin - Hollande, 2 ans après : le temps des noyaux

Pour Hollande, tout est perdu ? Pas tout à fait. Le scénario du redressement peut encore prendre corps. Mais pour profiter de cette embellie, il ne suffira pas de proclamer qu'on l'avait bien dit.

Le Nouvel Obs + - Hollande face à Bourdin sur RMC : le président contre la France des beaufs et des réacs ?

LE PLUS. François Hollande était l'invité de Jean-Jacques Bourdin, sur RMC et BFM-TV, mardi 6 mai. Pour notre chroniqueur Bruno Roger-Petit, avec cet exercice, il a pu mesurer le gouffre qui le sépare d'une certaine France, beauf et réac, qui demande au président de résoudre des petits problèmes qui n'ont rien à voir avec la fonction présidentielle. A-t-il fait le bon choix avec cette émission ?

Libé - Comment Hollande embarque Valls dans sa galère

RETOUR SUR L'interview de mardi matin a permis au chef de l'Etat de construire la solidarité du couple exécutif.

Comme un petit jeu de la barbichette présidentielle. Avec son engagement de ne pas se représenter en 2017 si le chômage n’a pas baissé à cette date, François Hollande fait peut-être un pari macro-économique risqué.

Le Monde - A Villiers-le-Bel, Hollande tente de raviver ses promesses pour la jeunesse

Le bain de foule n'était pas prévu au programme. Mais lorsqu'il est sorti de l'Institut des métiers et de l'artisanat de Villiers-le-Bel (Val-d'Oise), où il avait passé une partie de la matinée à s'entretenir avec des apprentis et des jeunes créateurs d'entreprises, François Hollande n'a pas résisté à ce qui était encore, il y a un peu plus de deux ans, une joie de candidat en campagne.

Libé - Report des élections régionales : «Se donner un an de plus pour la réflexion»

INTERVIEW Didier Guillaume, président du groupe PS au Sénat, se réjouit de l'annonce de François Hollande, qui permettrait d'éviter «un vote pour rien en 2015».

Le Nouvel Obs - Hollande pour le big bang territorial et retarder les Régionales

François Hollande et son gouvernement envisagent désormais de faire la réforme territoriale -suppression des départements et réduction drastique du nombre des régions- avant les nouvelles élections régionales et cantonales, ce qui implique de reporter ces scrutins de 2015 à 2016.

Huffington Post - François Hollande tient sa permanence de député de la France

On pouvait assister à un spectacle bien étrange ce matin au réveil sur RMC-BFM TV:
François Hollande soumis aux injonctions de l'inquisiteur Bourdin d'expier ses pêchés, de confesser ses fautes devant la nation.

Face à un Jean-Jacques Bourdin qui ne voulait rater pour rien au monde l'occasion de dévorer tout cru un président, François Hollande peinait à trouver ses mots, se perdait en bafouillements, tentant vainement de se donner une allure de combattant.

Le Monde -  Le chef de l'Etat veut restaurer son lien avec la majorité

Et maintenant, les parlementaires ? Après s'être adressé en direct aux Français au micro de RMC, mardi 6 mai au matin, le président de la République est désormais pressé par les ténors socialistes de venir s'exprimer devant ceux qu'il a en partie contribué à faire élire en juin 2012. Après le remaniement du cabinet à l'Elysée et du gouvernement, « la réinstallation du lien avec la majorité doit être l'épisode suivant », conseille le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone pour qui une rencontre prochaine est « inéluctable ».

Huffington Post - Interview de Hollande: un mea culpa télévisé pour passer "du regret au rebond"

INTERVIEW FRANÇOIS HOLLANDE - Pour son deuxième anniversaire à l'Elysée, François Hollande n'a eu droit à aucun cadeau ce mardi matin sur BFMTV et RMC. Bousculé par Jean-Jacques Bourdin et ses auditeurs qui ne l'ont pas ménagé, le président de la République a fait acte de contrition pendant près d'une heure tout en tachant de relancer un quinquennat à la dérive. "Bien sûr que j'ai des regrets", a-t-il reconnu à plusieurs reprises tout en battant sa coulpe sur le rythme des réformes et la faiblesse des résultats constatés.

Le Figaro - Hollande prié de soigner les députés PS

«Moi, président de la République, je ne serai pas le chef de la majorité, je ne recevrai pas les parlementaires de la majorité à l'Élysée.» L'anaphore de François Hollande prononcée le 2 mai 2012 vient de nouveau de recevoir du plomb dans l'aile. Et c'est le député Bruno Le Roux, patron des députés socialistes qui a lancé la salve, à deux jours du deuxième anniversaire de l'arrivée de Hollande à la tête de l'État.

Ouest France - François Hollande le dos au mur

Personne ne sait ce que donnera, dans trois ans, voire dans trois mois, l'opération reconquête que le Président, privé d'un effet Valls, entame ce matin à la radio et à la télévision.

D'abord, pour des raisons politiques. Il n'est pas écrit que la majorité restera majoritaire. Le pacte de stabilité a été voté, la semaine dernière, avec moins de la moitié des députés. Quand les chevènementistes votent contre, quand 41 socialistes s'abstiennent, quand les écologistes prennent leurs distances, on devine que chaque texte sera un combat.

Le Monde - Un « mandat d'éducation » pour faciliter la vie quotidienne

Légiférer sur les beaux-parents n'est pas chose aisée. Beaucoup d'encre a coulé sur le sujet, des projets ont été rédigés… en vain. Dans leur proposition de loi « relative à l'autorité parentale et à l'intérêt de l'enfant », qui doit être débattue par la commission des lois de l'Assemblée nationale mardi 6 mai, les députés PS Erwann Binet (Isère) et Marie-Anne Chapdelaine (Ille-et-Vilaine) ont joué la prudence.

Le Nouvel Obs - Geneviève Fioraso affronte une inquiétante cabale

Une violente fronde anti Geneviève Fioraso a éclaté lors du changement de gouvernement et continue d'empoisonner l'atmosphère universitaire, avec des attaques un peu hystériques.

Huffington Post - L'opportune mission de Moscovici qui permet à Hollande de sécuriser sa majorité à l'Assemblée

Retour de courte durée pour Pierre Moscovici. Comme neuf autres de ses anciens collègues au gouvernement, l'ex-ministre de l'Economie est redevenu député samedi 3 mai, un mois après la démission de l'équipe Ayrault.

Mais l'élu du Doubs ne va pas s'attarder au Palais Bourbon. Il vient en effet d'être chargé d'une mission sur l'Europe par le président de la République et le premier ministre. Il en avait lui-même fait l'annonce, lundi ce qui a été confirmé à la lecture du journal officiel du mardi 6 mai.

Le Figaro - Les socialistes angoissent déjà pour la prochaine présidentielle en 2017

«2017 c'est encore loin même si l'heure est au pessimisme», confie Yann Galut au Parisien mardi. Le député PS du Cher n'hésite pourtant pas à évoquer une primaire socialiste en 2017, tant la reconduction de François Hollande lui semble compliquée: «Il n'y a rien de scandaleux à dire que le sortant doit se soumettre à des primaires ça peut être pour Hollande un moyen de renouer avec les français».

Europe 1 - "Plan social" au PS après la gifle des municipales

CRISE - Après la déroute de nombreux maires socialistes, le parti peine à recaser les collaborateurs sur le carreau.

L'envolée du chômage frappe aussi les rangs du PS. Alors que François Hollande annonce pour bientôt un "retournement économique", certains socialistes se voient contraints de pointer à Pôle emploi. Et pour Caroline Roux, éditorialiste d'Europe1, c'est "le sujet tabou au PS, après les élections municipales". Car ce n'est rien de moins qu'un "plan social" qui est en cours.

6 mai

Le Nouvel Obs - Ce qu'il faut retenir de l'interview de François Hollande

Impopularité, retournement, réforme territoriale... Retrouvez tous les grands thèmes sur lesquels le chef de l'Etat s'est exprimé à l'antenne de BFM et RMC.

Le Nouvel Obs - Offensive médiatique de Hollande, élu il y a tout juste deux ans

Deux ans jour pour jour après son élection à l'Elysée, François Hollande sera l'invité mardi matin de BFMTV et RMC Radio, l'occasion pour lui d'en dire plus sur le "retournement économique" qu'il voit venir, sans convaincre à ce stade la classe politique.

BFM - Hidalgo: "Un retournement économique? Non, un frémissement"

La maire PS de Paris s'est exprimée sur BFMTV sur la politique menée par François Hollande et Manuel Valls. Si elle reconnaît un "frémissement" dans l'économie, elle met en garde contre une politique centrée sur la réduction des déficits.

Libé - Des anciens ministres de retour à l'Assemblée nationale

Jean-Marc Ayrault, François Lamy, Cécile Duflot, Alain Vidalies, Michèle Delaunay, Marie-Arlette Carlotti ou encore Guillaume Garot ont retrouvé leur mandat de député, après leur éviction du gouvernement lors du dernier remaniement.

Le Parisien - Déficit : la France ne parviendra pas à passer sous les 3% du PIB

Le retournement , et d'une toujours, la Commission européenne maintient toujours sa pression sur le français. «Des fondations solides sont en place pour que la reprise économique se poursuive», s'est félicité Siim Kallas, commissaire européen en charge de ce dossier.

Libé - Des féministes enterrent «le courage du gouvernement» sur la PMA

Une trentaine de militantes d'une association de défense des personnes lesbiennes, bi et trans ont organisé ce lundi devant le ministère de la Famille une action de protestation contre l'abandon de la promesse de rendre accessible la procréation médicalement assistée aux homosexuelles.

3, 4 et 5 mai

Libé - Cambadélis: Hollande «a stoppé le déclin»

Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste, a déclaré dimanche que François Hollande «a stoppé le déclin» français.

Le député était interrogé dans le Grand Rendez-vous (Europe 1, i-TELE, Le Monde) à propos d’une formule du chef de l’Etat citée en Une par le Journal du Dimanche: «Le retournement arrive».

Le lab - Au Parti Socialiste, 1 000 personnes se retrouvent au chômage après la débâcle aux municipales

SAUVE QUI PEUT - C'est le sujet tabou au sein du Parti Socialiste. Et une des conséquences inattendue de la débâcle aux élections municipales. Selon Caroline Roux, journaliste au service politique d'Europe 1, 1 000 personnes se retrouvent au chômage dans les mairies tenues par le Parti Socialiste après la défaite électorale de mars:

Le Pariisien - Déficit : Michel Sapin à Bruxelles pour convaincre la Commission européenne

Alors que la commission européenne publier ce lundi à 11 heures, ses prévisions économiques (croissance, , ) des 28 pays de l'UE, Michel Sapin, le ministre des Finances, se rend à Bruxelles pour tenter de convaincre ses homologues de la zone sur la politique économique entreprise pour ramener le déficit de la France à 3% du PIB l'an prochain

Le Monde - Amirshahi (PS) : « L'orientation économique de Hollande et Valls ne marche pas »

Pouria Amirshahi fait partie des 41 députés socialistes qui se sont abstenus lors du vote du plan d'économies de 50 milliards d'euros défendu par le premier ministre Manuel Valls. Il explique pourquoi il s'est joint aux syndicats lors de la manifestation du 1er mai et ce qu'il attend de François Hollande et Manuel Valls dans les semaines à venir sur les scènes nationale et européenne. La pratique du pouvoir autant que les orientations de l'exécutif posent problème, explique le député des Français de l'étranger.

2 mai

Libé - Quel avenir pour les «abstentionnistes» du PS ?

Les 41 députés socialistes qui n'ont pas voté le plan de relance continueront de se réunir, mais sans se structurer davantage.

Ils sont quarante et un à avoir refusé mardi de voter en faveur du plan d’économies proposé par le gouvernement. Quarante et un à n’avoir pas voté en faveur du programme de stabilité budgétaire. Ce n’est qu’après de longues discussions qu’ils ont su concilier leurs divergences sur la manière d’exprimer leur désaccord. Leur solution: l’abstention. Mais s’ils estiment que l’effort demandé aux Français est trop important, ils ne se sont pas tous abstenus pour les mêmes raisons.

Libé - Défilés anti-austérité dans toute la France pour le 1er mai

Près de 100 000 manifestants se sont rassemblés à travers le pays, selon le ministère de l'Intérieur. Comme l'an dernier, les syndicats sont partis divisés.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans toute la France jeudi à l’occasion du 1er mai pour dire leur colère contre l'«austérité» mise en oeuvre par le gouvernement et exprimer leur mécontentement face au bilan de François Hollande, deux ans après son élection.

Le Figaro - 1er Mai : Jean-Christophe Cambadélis en appelle à Léon Blum

«Léon Blum? C'est lui qui a fait la révolution du travail…» Alexandre, 8 ans, a retenu une leçon entendue à l'école, mais aussi celle de sa mère, Sandrine Mazetier. La députée PS de Paris l'a emmené mercredi à l'hommage à Léon Blum voulu par Jean-Christophe Cambadélis

BFM - Exclusif-Baromètre BVA-BFM: Valls redonne plus confiance à droite qu'à gauche

Le dernier baromètre BVA-BFM-Challenges-Axys, publié ce mercredi 30 avril, montre une légère amélioration de la confiance des Français proches de l'opposition dans l'économie depuis l'arrivée de Manuel Valls à Matignon. Mais sept sondés sur dix se déclarent toujours pessimistes.

1er mai

Interview dans Le Monde: Cambadélis aux députés PS : « Calmons-nous ! » par Jean-Christophe Cambadélis · 29 avril 2014

Un mois après le séisme des élections municipales, le nouveau premier secrétaire du Parti socialiste publie le 30 avril L'Europe sous la menace national-populiste. Un cri d'alarme : Jean-Christophe Cambadélis décrit la France comme « le maillon faible » et pronostique une course à trois PS-UMP-FN pour le second tour de la présidentielle de 2017.

Le Nouvel Obs - Plan de stabilité : qui sont les 41 députés PS abstentionnistes ?

Une quarantaine de députés de la majorité n'a pas voté mardi le programme de stabilité présenté par le gouvernement. Décryptage.

L'Express - Le jour d'après à l'Assemblée, les projets des 41 abstentionnistes PS

Paris - Les 41 députés PS qui se sont abstenus mardi sur le plan d'économies refusent la pilule "social-démocrate" prescrite par le duo Hollande-Valls et se retrouvent en position de force pour peser dans les débats à venir, avec le soutien d'autres membres du groupe socialiste.

L'Express - PS: 41 abstentions et puis s'en vont?

L'abstention de 41 députés socialistes lors du vote du plan d'économies de 50 milliards d'euros mardi a frappé les esprits. Ces parlementaires veulent maintenant transformer l'essai.

Le Point - PS : qui sont les 41 lâcheurs ?

Derrière les abstentionnistes socialistes qui ont refusé de voter le pacte de stabilité de Manuel Valls, il ne semble pas y avoir de tête de réseau. Analyse.

Le Monde - Le coup de semonce du PS à Valls et à Hollande

Quelle majorité, aujourd'hui, pour Manuel Valls et François Hollande ? Pendant les deux premières années du quinquennat, nombre de socialistes estimaient que le chef de l'Etat n'avait pas tout à fait la majorité pour mener sa politique. Le vote de l'Assemblée sur le « programme de stabilité budgétaire », mardi 29 avril, le souligne avec une lumière crue : depuis le départ de Jean-Marc Ayrault, l'équation politique s'avère plus délicate que jamais.

Le Figaro - Européennes : Peillon reconnaît que «la campagne sera très difficile»

À moins d'un mois des élections européennes, trois têtes de listes pour la région Sud-Est, l'ancien ministre PS Vincent Peillon, l'ex-secrétaire d'Etat UMP aux Affaires étrangères Renaud Muselier et le président d'honneur du FN Jean-Marie Le Pen ont croisé le fer mercredi lors d'un débat organisé par Europe 1, LCI et Le Figaro. L'enquête Ifop publiée la veille sonne comme un avertissement pour le PS: l'UMP arrive en tête des intentions de vote dans cette région (28%), devant le FN (23%) et loin devant la liste conduite par Vincent Peillon (13 %).

Le Lab - Arnaud Montebourg et Laurent Fabius s’écharpent en plein conseil des ministres

D’après Arnaud Montebourg, le conseil des ministres version Manuel Valls, "ça a de la gueule". Ça tire la gueule également, à en croire une information publiée ce mardi 29 avril par Le Canard Enchaîné.

30 avril

L'Expansion - Paul (PS): "On n'est pas condamnés au bras de fer" avec le gouvernement

Paris - Christian Paul, un des députés socialistes frondeurs, a estimé que le nombre important d'abstentionnistes au PS sur le programme de stabilité ne condamnait pas à un "bras de fer" avec le gouvernement.

Le Nouvel Obs- Plan d'économies : "Manuel Valls a gagné sur le fil"

Les éditorialistes estiment que le Premier ministre a franchi de justesse une première étape à l'Assemblée nationale lors du vote du plan de stabilité.

Le blog de Françoise Fressoz - La majorité rétrécie de Manuel Valls

41 députés socialistes ont fait le choix de s'abstenir, mardi 29 avril, lors du vote sur le programme de stabilité budgétaire. Pour Manuel Valls, ce n'est pas un désastre : le premier ministre dispose d'une majorité pour gouverner. Mais c'est un sérieux avertissement. Pour mener le redressement, phase cruciale du quinquennat, il ne dispose d'aucun blanc-seing. Sa majorité est rétrécie, sa majorité est rebelle. Sa majorité va lui donner du fil à retordre.

Libé - A l'Assemblée, Valls décroche un vote sans passion... et des abstentions

Le Premier ministre a obtenu la majorité à l'Assemblée sur le plan d'économies mais 41 députés socialistes de sont abstenus.

A l'issue d'une journée de débat dans l'hémicyle et de petites phrases dans les couloirs de l'Assemblée, Manuel Valls a obtenu un vote favorable sur son plan d'économies (265 pour et 232 contre), mais avec 41 abstentions dans les rangs socialistes.

Le Parisien - Plan d'économies : 41 députés PS se sont abstenus

Dans quelle mesure Manuel Valls allait-il être suivi par sa majorité ? C'était le principal enjeu du vote consultatif sur le plan d'économies du organisé à l'Assemblée. La réponse est tombée ce mardi soir, en même temps que les résultats de ce scrutin à haut risque pour l'exécutif.

Le Nouvel Obs - Manuel Valls, ses 50 milliards, et les 41 "frondeurs" socialistes

Le plan d'économies de Manuel Valls a bien été adopté, mais sans les voix d'une quarantaine de députés socialistes. Récit d'un vote électrique pour la gauche à l'Assemblée.

Le Figaro - Manuel Valls sous surveillance de la gauche

Jusqu'au bout, Manuel Valls aura tenté de convaincre la majorité de se rassembler autour du programme de stabilité. Les députés ont voté. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le résultat n'est pas à la hauteur de l'énergie déployée et de ce «dialogue nourri, exigeant et fructueux avec les groupes de la majorité» que vantait le premier ministre, mardi après-midi, dans l'hémicycle.

Regards - Vote du Pacte de stabilité : les prémisses d’un bouleversement politique

Le "Pacte de stabilité" a été adopté par l’Assemblée ce mardi 29 avril. Si l’issue du vote ne faisait aucun doute, la composition de la majorité pour entériner ce pacte était, elle, très attendue. La décomposition du PS l’est-elle désormais ?

Le Monde - Comment Valls fait accepter la rigueur au PS

L'épisode aura été rugueux mais, au bout du compte, il pourrait constituer l'acte fondateur de l'ère Valls. Confronté à une contestation dans les rangs d'un PS traumatisé par la déroute des municipales, qui dépassait largement l'aile gauche du parti, Manuel Valls a étrenné ses habits de chef de la majorité et rodé sa « méthode » avant le vote sur le plan de rigueur par l'Assemblée nationale, mardi 29 avril.

Le Figaro - Européennes : sanction en vue pour le PS dans le Sud-Est

UMP 28 %, FN 23 %, PS/PRG 13 %. Ce sondage réalisé dans le Sud-Est annonce-t-il une nouvelle sanction électorale pour le Parti socialiste aux européennes? À vingt-six jours du scrutin, l'enquête Ifop pour Le Figaro, Europe 1 et LCI est alarmante pour la majorité. La liste régionale conduite par Vincent Peillon ne recueillerait que 13 % des voix sur une circonscription de plus 6,2 millions d'électeurs couvrant Provence-Alpes-Côte d'Azur, Corse et Rhône-Alpes.

29 avril

Le Parisien - Un bureau national du PS divisé adopte le plan d'économies de Valls

A la veille d'un vote à l'Assemblée sur le programme de stabilité, le bureau national du a adopté à 31 voix pour, contre 15 «contre» et une «abstention», une résolution de soutien au dispositif, a annoncé lundi le porte-parole du parti, Olivier Faure. Alors que, dans une lettre aux députés PS, Manuel Valls a demandé la voix de tous, le bureau national du parti apparaît divisé.

Le Figaro - Malgré la grogne, le PS apporte son soutien au plan Valls

Les propositions de Manuel Valls répondent aux attentes du PS… Jean-Christophe Cambadélis l'a affirmé en substance lundi en fin de journée, lors d'un bureau national (BN) extraordinaire du PS consacré au vote à l'Assemblée, mardi, du programme de stabilité du gouvernement. Ce BN «conclusif» a voté le plan de 50 milliards d'économies présenté par le premier ministre par 31 voix pour, 15 voix contre et une abstention. «Un vote extrêmement clair de soutien à Manuel Valls», selon le porte-parole du parti Olivier Faure.

RTL - Le bureau national du PS adopte la résolution "de soutien" du programme de stabilité

Le bureau national du Parti socialiste a adopté à 31 voix pour, contre 15 "contre" et une "abstention", une résolution de soutien au programme de stabilité, à la veille d'un vote crucial au Parlement sur ce sujet, a annoncé lundi 28 avril le porte-parole du parti, Olivier Faure.

Le Figaro - Manuel Valls à l'épreuve de sa majorité

Montrer que l'on est à l'offensive, que l'on mène un combat. Alors que le pacte de responsabilité, sur lequel mise François Hollande pour redonner de la compétitivité aux entreprises et créer de l'emploi, reste contesté par une partie de la majorité, les deux têtes de l'exécutif ont sonné la «mobilisation générale» pour la «bataille de l'emploi». Lundi, à l'occasion d'une «grand-messe» à la Maison de la chimie (sur le modèle de celles qu'organisait jadis Nicolas Sarkozy), où étaient convoqués préfets, sous-préfets, directeurs d'administrations, Valls et Hollande ont défendu pied à pied le pacte et mis en scène le volontarisme du gouvernement dans la lutte contre le chômage.

Le Monde - Parti par parti, qui votera le pacte de stabilité présenté par Manuel Valls ?

Le nouveau premier ministre Manuel Valls a obtenu – plutôt confortablement – la confiance des députés après son discours de politique générale à l'Assemblée nationale. Mais qu'en sera-t-il le 29 avril quand ces mêmes députés devront se prononcer sur le pacte de stabilité ?

Libé - Retraites, pauvreté, fonctionnaires : les annonces du gouvernement

Pour convaincre sa majorité de voter les mesures d'austérité budgétaire qu'il a présentées, le Premier ministre a fait quelques concessions.

Pressé par sa majorité, le Premier ministre Manuel Valls a lâché du lest lundi sur plusieurs mesures du plan de rigueur, dont le gel des retraites, la revalorisation du RSA et confirmé la hausse des salaires des fonctionnaires les moins bien rémunérés. Voici le détails des annonces.

Le Monde - Manuel Valls mobilisé pour défendre le pacte de responsabilité

A la veille du vote sur le programme de stabilité à l'Assemblée nationale, Manuel Valls a défendu, lundi 28 avril, le « pacte » de responsabilité, « nécessaire et indispensable » selon lui. Devant un parterre de préfets, sous-préfets et de directeurs d'administrations, il a tenu à afficher sa vigilance sur l'usage que feront les entreprises des allégements de cotisations, prévues dans le cadre du plan d'économies de 50 milliards d'euros.

Libé - Démission de l'une des nouvelles porte-parole du PS

Rafika Rezgui, arrivée dans les instances du parti avec le nouveau premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, se voit reprocher une situation de conflit d'intérêts.

28 avril

Libé - Légitimité

EDITORIAL Avec des amis comme ça pas besoin d’ennemis… A quelques heures d’un vote au Parlement, voici donc Manuel Valls dans l’inconfortable position de devoir compter les voix… parmi les siens. Rarement fronde aura été plus médiatisée que celle qui agite les socialistes sur le programme de stabilité présenté par le Premier ministre. Depuis début avril, les mécontents sont montés au créneau pour dire leur refus d’un plan d’économies de 50 milliards sans contreparties sociales plus affirmées. Personne n’a encore publiquement assumé un vote «contre» le texte, mais la menace de plusieurs dizaines d’abstentions est réelle. Et la majorité du nouveau Premier ministre n’est pas garantie.

Le Nouvel Obs - Pacte de stabilité : 36h pour convaincre les députés PS frondeurs

Hollande et Valls vont défendre leurs grandes orientations économiques lors d'une réunion avec tous les acteurs de l'Etat ce lundi.

Libé - Valls «confiant» sur le vote du programme de stabilité mardi

Le premier ministre veut être optimiste en dépit d’une fronde sans précédent des députés PS contre le plan de 50 milliards d’économie.

Le Premier ministre Manuel Valls s’est déclaré «confiant» dimanche sur le vote du programme de stabilité mardi à l’Assemblée, en dépit d’une fronde sans précédent des députés PS contre le plan de 50 milliards d’économie.

Le Monde - Plan d'économies : Manuel Valls aux prises avec sa majorité

Existe-t-il une majorité alternative pour appuyer le plan d'économies et le pacte de responsabilité et de solidarité mis en oeuvre par le gouvernement de Manuel Valls, qui sera soumis au vote consultatif des députés mardi 29 avril ? Le premier ministre devra-t-il aller chercher dans l'opposition les voix qui lui feront défaut dans la majorité ? A-t-il fait le choix d'aller à l'épreuve de force avec une partie, même, des députés socialistes ?

Le Nouvel Obs - Programme de stabilité : Hollande et Valls, 36h pour convaincre

Les tractations se poursuivent pour tenter d'amadouer les députés PS qui menacent de ne pas voter mardi le programme de stabilité.

Le Nouvel Obs - Cambadelis : "Il faut savoir terminer une fronde"

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadelis s'adressait aux députés de son camp qui refusent de voter le programme de stabilité mardi.

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadelis a déclaré dimanche 27 avril  qu'il fallait savoir "terminer une fronde", à l'adresse des députés socialistes qui refusent de voter le programme de stabilité mardi à l'Assemblée. "Si c'est une fronde il faut savoir terminer une fronde", a déclaré sur Radio J Jean-Christophe Cambadelis.

Le Figaro - Au PS, l'agacement des députés «légitimistes» contre les «frondeurs»

Christophe Caresche dénonce «l'immaturité politique» des primo-députés qui s'opposent au plan de Manuel Valls. Son collègue Jean-Louis Gagnaire demande la démission de Laurence Dumont, députée frondeuse, de son potse de vice-présidente de l'Assemblée.

Le Monde - Alstom : Arnaud Montebourg exprime sa « vigilance patriotique »

Le dossier s'annonce ravageur pour le jeune gouvernement Valls. L'américain General Electric (GE) s'intéresse bien à Alstom, le spécialiste tricolore des infrastructures d'énergie et de transport, comme l'a révélé l'agence Bloomberg, jeudi 24 avril. Il convoite ses activités dans l'énergie, soit plus de 73 % de l'activité d'Alstom. Un prix autour de 10 milliards d'euros pour ces actifs est évoqué, non compris les 2 milliards d'euros de trésorerie logée dans Alstom Power.

Le Monde (blog) - Manuel Valls: petites leçons d’Italie

Le premier ministre français n'est pas venu à Rome  pour assister seulement, en costume et cravate noirs de rigueur, à la messe de canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II. Arrivé samedi, il en a profité pour dîner en compagnie de Matteo Renzi, le nouveau président du conseil auquel on le compare volontiers.

Libé - Le gouvernement souhaite créer «une douzaine de régions», selon Vallini

Le secrétaire d’Etat en charge de la réforme territoriale précise que l'objectif est que ces nouvelles grandes régions soient «mieux armées, en visibilité aussi, dans la compétition économique internationale».

01/05/2014

Laurent Baumel : Ce qui fragilise le Président de la République, c'est la politique qu'il mène par France Inter


Laurent Baumel : Ce qui fragilise le Président... par franceinter

00:31 Publié dans Vidéo | Tags : baumel, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

27/04/2014

L'actualité des socialistes du 22 au 27 avril (mise à jour)

A la une

L'Humanité - Extension du domaine du doute au Parti socialiste

Pacte de responsabilité, plan d’économies… Les raisons de se méfier du cap suivi par François Hollande s’allongent chez les militants. Reportage à Lyon, chez les adhérents de la Croix-Rousse, où l’on débriefait après les municipales.

27 avril

Slate - La première courbe à infléchir pour Manuel Valls est celle de la défiance

Pour Manuel Valls, le principal danger n'est pas la fronde des députés socialistes, mais le risque de voir échouer son plan de relance de l'économie. Dans ce domaine, il va devoir affronter trois écueils: la finance, la macroéconomie et la confiance.

Le JDD - Les soutiens de Valls s'organisent

TRIBUNE - Après l'"Appel des 100" frondeurs socialistes paru dans le JDD début avril, voici l'"Appel des 20" députés soutenant le plan d'économies de Manuel Valls.

« Pourquoi nous ne voterons pas le programme de stabilité » Tribune publiée dans Libération

Par Laurence Dumont, Jean-Marc Germain et Christian Paul, députés PS Le 29 avril, nous ne voterons pas le pacte de stabilité de François Hollande. Pour la première fois depuis juin 2012, nous n’apporterons pas notre suffrage au gouvernement issu de la majorité à laquelle nous appartenons. Le redressement dans la justice, l’engagement clé du Président et de chacun d’entre nous, n’a pas été abandonné après 2012. Mais notre conviction s’est faite, et rien n’est venu la démentir : le nouveau plan qui nous est soumis n’atteindra pas ces deux objectifs majeurs.

26 avril

Le Nouvel Obs - Valls au Vatican : la gauche n'en rajoute pas

Le Premier ministre sera présent dimanche pour la canonisation de Jean-Paul II. Après avoir critiqué la présence de François Fillon en 2011 pour la béatification, le camp du gouvernement se fait beaucoup plus discret.

Le Parisien - Laurent Fabius : «Nous avons besoin de l'Europe»

Élections. A un mois d'un scrutin où le PS risque encore une mémorable claque, Laurent Fabius défend l'Union européenne, mais l'exhorte à changer.

Le Nouvel Obs - François Hollande "pas assez à gauche"?

Une majorité de sympathisants de gauche juge que François Hollande n'est "pas assez à gauche" (56%), soit 16 points de plus qu'en novembre 2012, selon un sondage BVA pour iTélé, CQFD et "Le Parisien/Aujourd'hui" en France publié samedi.

Le Parisien - Plan d'économies : plusieurs députés PS ne voteront pas le texte

Bras de fer au sein de la majorité. Alors que les grandes manoeuvres se poursuivent en vue du vote du programme de stabilité à l'Assemblée mardi prochain, plusieurs députés clament haut et fort qu'ils ne voteront pas le texte du

Le Monde - Plan Valls : Cambadélis annonce une séance extraordinaire du bureau national du PS

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, se dit « confiant » en « l'issue » du débat qui agite les socialistes sur le plan de réduction des dépenses publiques présenté par le premier ministre, Manuel Valls. Cette confiance, M. Cambadelis l'a justifiée, jeudi 24 avril, dans un propos liminaire lors d'une conférence de presse consacrée aux élections européennes, en estimant que ce débat interne est mené sur « une idée simple : amender sans détricoter » le projet du gouvernement.

25 avril

Libé - Plan d'économies : Laurent Baumel accuse le gouvernement de «despotisme éclairé»

Le député socialiste d'Indre-et-Loire ne votera pas en faveur du plan d'économies annoncé par le gouvernement.

Michel Sapin, ministre des Finances et des comptes publics, présentait ce mercredi en conseil des ministres le programme de stabilité 2014-2017. Ce plan, dont le but est d’économiser 50 milliards d’euros d’ici à 2017, fait l’objet d’un rejet de la part de nombreux députés de la majorité. Laurent Baumel, député PS d’Indre-et-Loire, dénonce le manque de flexibilité du gouvernement.

Le Monde - Matignon peine à calmer la grogne des députés PS

Une valse à deux temps. Premier temps. Mercredi 23 avril, 12 heures, salle Lamartine, à l'Assemblée nationale, les députés membres de la commission des finances attendent le ministre des finances, Michel Sapin, et le secrétaire d'Etat chargé du budget, Christian Eckert, qui vont présenter le programme de stabilité 2014-2017. Au moment où les deux ministres entrent dans la salle, les députés découvrent sur leurs tablettes ou leurs smartphones la « une » du Monde : « Sapin douche les attentes du PS ».

BFM - Pacte de stabilité: la fronde des députés PS

Réunis à l’Assemblée nationale mercredi, plus de 40 députés socialistes ont élaboré des alternatives au plan d’économie de 50 milliards d’euros présenté par le gouvernement.

Le Nouvel Obs - Valls confirme une prochaine "mesure forte" en faveur des retraités modestes

Manuel Valls a confirmé jeudi, lors d'une visite d'usine à Saint-Lubin-des-Joncherets (Eure-et-Loir), qu'une "mesure forte" serait prochainement prise en faveur des retraités modestes, en dépit du plan d'économies gouvernemental de 50 milliards d'euros.

Libé - Le PS souhaite un «coup de tonnerre» progressiste pour «réorienter l’Europe»

Le Parti socialiste a présenté jeudi son argumentaire de la campagne des européennes du 25 mai pour «réorienter l’Europe» vers une «nouvelle croissance», Jean-Christophe Cambadélis considérant que l’arrivée d’une majorité «progressiste» au Parlement de Strasbourg serait un «coup de tonnerre».

Libé - Sapin : un geste en faveur des petites retraites est «sur la table»

Le ministre des Finances a reconnu que la non-revalorisation des retraites, prévue par le plan d'économies, pourrait mettre en difficulté les bénéficiaires de petites pensions.

Le Monde - Juppé et Rocard refusent de travailler sous la tutelle de Montebourg

Alain Juppé et Michel Rocard ont décidé de démissionner de leur rôle de supervision du programme d'investissements d'avenir (PIA) après que ce dernier a été placé sous l'autorité du nouveau ministre de l'économie, Arnaud Montebourg

Politis - Ils ont quitté le secrétariat national du PS et s’expliquent…

Leur prise de distance a fait moins de bruit que le départ de Caroline de Haas ou de l’eurodéputée Françoise Castex, qui ont toutes deux récemment quitté le PS (voir ici et ).
Reste que la démission du secrétariat national du PS d’une petite dizaine de socialistes du courant Un monde d’avance (« l’aile gauche » du PS) en dit long sur le malaise qui grandit au sein de la majorité. « Nous avons pris collectivement la décision de quitter la direction du PS et de sortir du Secrétariat national, alors que nos représentants étaient parmi les plus actifs et les plus utiles », ont-ils écrit à l’intention des militants de leur courant au lendemain du conseil national qui a entériné l’arrivée de Jean-Christophe Cambadélis à la tête du Parti.

24 avril

Le Nouvel Obs - Laurent Baumel : "Pourquoi je ne voterai pas le plan de 50 milliards"

Laurent Baumel ne cache pas son amertume. Ce mercredi 23 avril, alors que Michel Sapin, ministre des Finances, et Christian Eckert, secrétaire d'Etat au Budget, étaient auditionnés par la Commission des Finances pour présenter le pacte de stabilité, le député socialiste d'Indre-et-Loire a tweeté qu'il ne voterait pas le plan d'économies de 50 milliards en l'état

Le Monde - Hollande hué dans la ville de Jaurès

Voilà deux ans que François Hollande n'avait pas mis les pieds à Carmaux. C'était le 16 avril 2012, six jours avant le premier tour de l'élection présidentielle. Ce soir-là, une estrade avait été installée sur la place Jean-Jaurès, au pied de la statue du grand homme, et celui qui n'était encore que le candidat du PS y avait prononcé un discours vibrant, devant une foule chaleureuse qui souhaitait ardemment sa victoire.

Huffington Post - Programme de stabilité: le gouvernement peine à convaincre l'aile gauche de sa majorité

Ambiance au parti socialiste. Alors que la commission des Finances de l'Assemblée nationale auditionnait Michel Sapin sur le pacte de stabilité, des voix se sont élevées à gauche pour dénoncer les décisions du gouvernement. "Les grands équilibres ne seront pas modifiés", a résumé dans Le Monde, le ministre des Finances.

Le Monde - Michel Sapin : « Les grands équilibres ne seront pas modifiés »

Le ministre des finances et des comptes publics, Michel Sapin, présentait en conseil des ministres, mercredi 23 avril, le programme de stabilité 2014-2017. Ce document fixe la trajectoire des finances publiques de la France pour les trois ans à venir. Il sera débattu et voté à l'Assemblée nationale le 29 avril, avant d'être transmis à la Commission européenne le 7 mai.

Politis - Austérité : les surprises du programme de stabilité 2014-2017 

La présentation en conseil des ministres, le 23 avril, du programme de stabilité pour 2014-2017, a donné lieu à quelques mises au point et surprises.

Le Nouvel Obs - Croissance : Hollande est-il trop... optimiste?

Réduire les déficits publics, relancer la croissance et créer des centaines de milliers d'emplois. La feuille de route du gouvernement serait-elle un peu "optimiste" ?

Politis - Thomas Piketty : l’économiste "frenchie" nouvelle star aux Etats-Unis ?

Parti faire une « tournée » américaine de présentation de son dernier livre, Le capital au XXIe siècle, l’économiste Thomas Piketty est en train de devenir une quasi star outre-Atlantique. Ironie du sort, ce proche du parti socialiste en France mais qui trouve François Hollande « assez nul », a séduit les démocrates et a été reçu en grande pompe à la Maison Blanche par les conseillers d’Obama et le secrétaire américain au Trésor

Le Monde - Un nouvel homme à la communication de l'Elysée

L'Elysée a annoncé, mercredi 23 avril au soir, la nomination de Gaspard Gantzer au poste de « chargé des relations presses, chef du pôle communication ». Un poste qu'occupait, entre autres, jusqu'à vendredi dernier, Aquilino Morelle, démissionnaire après les révélations de soupçons de conflit d'intérêts pesant sur lui.

Libé - Plan d'économies : «Nous ne sommes pas des députés godillots»

INTERVIEW Le député PS Yann Galut explique pourquoi plusieurs de ses collègues proposent des scénarios alternatifs à celui du gouvernement pour réaliser 50 milliards d'euros d'économies d'ici 2017.

23 avril

Libé - Plan d'économies : les députés PS «pensent avoir été entendus»

Plusieurs d'entre eux ont été reçus à Matignon ce mardi, où ils ont présenté une alternative au plan d'économies de 50 milliards d'euros, qui modifie la répartition de l'effort.

Le Monde - Plan d'économies : les 3 scénarios alternatifs des élus PS

Le Parti socialiste, après la débâcle des élections municipales, le remaniement précipité à tous les étages du pouvoir et la désastreuse affaire Aquilino Morelle, est à bout de nerfs. Nul, aujourd'hui, n'est en mesure de garantir que le programme de stabilité, qui fixe les prévisions financières de la France et doit être voté le 29 avril à l'Assemblée nationale, recueille une majorité.

Le Monde - Des députés PS attendent les « bons signaux » de Manuel Valls

Alors que Manuel Valls doit recevoir mardi 22 avril après-midi des députés socialistes qui souhaitent voir modifié le pacte de responsabilité, le député Alexis Bachelay attend du premier ministre « les bons signaux » susceptibles de « protéger le pouvoir d'achat » des plus modestes et de « ressouder la majorité ».

Huffington Post - Les petites retraites préservées du plan d'économies de 50 milliards?

Dans quelle mesure, le plan de 50 milliards d'euros d'économies annoncé le 16 avril par Manuel Valls peut-il être amendé? Alors que l'aile gauche du PS aimerait le limiter à 35 milliards, une partie des députés socialistes présente au gouvernement un plan alternatif.

Ce mardi 22 avril, Manuel Valls s'entretient avec une douzaine d'entre eux, dont leur président Bruno Le Roux et la rapporteur générale du Budget, Valérie Rabault pour recevoir leurs propositions.

France Culture - Invité du journal, le député social Laurent Baumel. Il répond aux questions d'Antoine Mercier, dont la première : les députés socialistes qui rencontrent manuel Valls cet après midi ne sont-il pas en "service commandé" Autrement dit l'opération adoucissante est-elle gérée en accord avec Matignon ?

Le Nouvel Obs - Les députés PS "pensent avoir été entendus" par Valls

Aucune décision n'a été prise lors de leur réunion à Matignon, mais les députés PS à l'origine du scénario alternatif indiquent que "le dialogue se poursuit" sur les 50 milliards d'économies.

Le Nouvel Obs - Députés frondeurs : "La politique, c'est aussi l'art du compromis"

Les scénarios "alternatifs" imaginés par la députée PS Karine Berger sont défendus cet après-midi face à Manuel Valls. Le "frondeur" Pierre-Alain Muet y voit l'occasion d'un compromis.

23 avril

Mediapart - Sommes-nous « morts pour rien » ? Ou pourquoi les députés socialistes se mobilisent

Laurent Baumel, député socialiste d’Indre-et-Loire, co-animateur de la Gauche populaire et signataire de l’Appel des 100 députés pour une inflexion de la politique économique du gouvernement, s'explique sur le refus de « s’accommoder à l’idée que nous serions définitivement condamnés à vivre nos vies de députés majoritaires dans une sorte de monarchie républicaine »

Le Monde - 50 milliards d'économies : les trois scénarios alternatifs des députés PS

Le Parti socialiste, après la débâcle des élections municipales, le remaniement précipité à tous les étages du pouvoir et la désastreuse affaire Aquilino Morelle, est à bout de nerfs. Nul, aujourd'hui, n'est en mesure de garantir que le programme de stabilité, qui fixe les prévisions financières de la France et doit être voté le 29 avril à l'Assemblée nationale, recueille une majorité.

Le Monde - Des députés PS proposent un autre plan d'économies que celui de Valls

« Je sais les attentes, je sais les doutes », avait commenté Manuel Valls, le 16 avril, en présentant son plan pour réduire les dépenses publiques de 50 milliards d'euros entre 2015 et 2017. Probablement ne mesurait-il pas encore l'ampleur des doutes dans les rangs de sa majorité.

22 avril

Le Nouvel Obs - Des députés PS proposent des plans d'économies alternatifs

PARIS (Reuters) - Plusieurs députés PS ont élaboré au cours du week-end trois scénarios alternatifs au plan d'économies de 50 milliards d'euros de Manuel Valls pour tenter de rassembler la majorité avant le vote du programme de stabilité à l'Assemblée nationale.

Le Nouvel Obs - 50 milliards d'euros d'économies : les 3 alternatives de députés PS

Sous l'impulsion de Karine Berger, ils proposent à Manuel Valls trois scénarios permettant de tenir les objectifs sans geler les prestations sociales.

Le Nouvel Obs - Comment Hollande et Royal ont enterré la hache de guerre

Ils se sont aimés, séparés et déchirés sous le regard des Français. Valérie partie, revoilà Ségolène : histoire secrète d'un retour qui est aussi un grand pardon.

22/04/2014

Laurent Baumel sur RMC

12:17 Publié dans Vidéo | Tags : baumel, ps, parti socialiste, poltique, actualite | Lien permanent

20/04/2014

L'actualité des socialistes du 14 au 21 avril (mise à jour)

A la une

Le Parisien - Jean-Christophe Cambadélis : « Le PS revendique le droit à l'insolence »

Il est aux manettes du jusqu'au congrès du parti en octobre 2015. Une peinture d'un artiste grec -- ses origines --, une affiche à la gloire de Jean Jaurès et même une biographie de Trostki, le « maître à penser » du jeune « Camba » des années 1970... qu'il cache rapidement dans la bibliothèque.

Le Monde - Laurent Baumel (PS) : « Le plan de Valls est dans une logique d'austérité »

Avec une centaine d'autres députés socialistes, Laurent Baumel (Indre-et-Loire), membre de la gauche populaire, a adressé une lettre à Manuel Valls pour lui demander de changer de ligne économique.

20 avril

Le Nouvel Obs - Le Parti socialiste "touché mais pas coulé"

C'est ce qu'estime son nouveau Premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, qui veut lancer un "audit" sur l'état du parti.

Huffington Post - Le vent de l'euroscepticisme souffle sur le PS

Le PS et l'Europe, c'est Docteur Jekyll et Mr Hyde. Un visage très pro-européenne et un autre eurosceptique. Ah pardon, au Parti socialiste on appelle cela être "eurocritique". Telle est la difficile équation que va devoir résoudre Jean-Christophe Cambadélis, nouveau patron du parti depuis mardi, pour les élections européennes.

BFMTV - Et si Hollande et Valls reculaient sur le gel des retraites?

Face à la désapprobation d'une très grande majorité de Français et à l'hostilité d'une partie du PS face au gel des pensions annoncé par Manuel Valls, l'exécutif va-t-il faire machine arrière?

Le Nouvel Obs - Pacte de responsabilité : "On ne peut pas raboter à l'infini"

La nouvelle rapporteure générale du Budget à l'Assemblée veut croire à "un point d'équilibre" entre le gouvernement et sa majorité.

Le Nouvel Obs - Les 5 députés socialistes qui donnent du fil à retordre à Valls et Hollande

Issus de l'aile gauche ou proches de Martine Aubry, ils ont derrière eux une centaine de députés, et sont bien décidés à inverser le rapport de force en faveur du Parlement.

Le Nouvel Obs - Aubry place un sans étiquette à la tête de la Communauté urbaine

La maire de Lille soutenait la candidature de Damien Castelain, 46 ans, et maire d'une petit village de 900 âmes.

19 avril

Interview de Benoît Hamon, Ministre de l’Education Nationale, au Progrès

Nommé la semaine dernière au ministère le plus sensible, Benoît Hamon livre sa vision sur les sujets sensibles : formation des enseignants, rythmes scolaires, recrutement…

Quel premier bilan tirez-vous sur la formation des maîtres ?

Le fait que soient réunis sous un même ministère l’Éducation nationale, l’Enseignement supérieur et la Recherche, va me permettre un suivi très attentif des Espé, rattachées à l’Université. Il faut que les futurs enseignants accèdent non seulement aux savoirs disciplinaires dispensés par l’Université, mais qu’ils bénéficient également de l’expérience de terrain de professeurs détachés à temps partiel.

Le Nouvel Obs - Hollande: "Aucune raison d'être candidat" si le chômage ne baisse pas d'ici à 2017

Clermont-Ferrand (AFP) - François Hollande a déclaré vendredi n'avoir "aucune raison d'être candidat" à un deuxième mandat si le chômage ne baisse pas d'ici à 2017, lors d'une visite de Michelin à Clermont-Ferrand.

Libé - Des députés socialistes au bord de la révolte

Certains parlementaires sont hérissés par le plan de 50 milliards d’économies de Manuel Valls.

Des «députés dentifrice». C’est la dernière image inventée par un pilier de l’Assemblée nationale pour décrire l’état de la majorité, après l’annonce du vaste plan d’économies par Manuel Valls. Des députés comparés à un tube mentholé parce «tu appuies un tout petit peu au bout et t’as tout qui sort», explicite le même, citant tout à trac la colère contre le coup de rabot général, le ras-le-bol du mépris des parlementaires et la «haine qui monte, monte, monte contre Hollande».

18 avril

Le Nouvel Obs - Cambadélis sur Morelle : "Je ne vois pas comment il peut rester"

Le premier secrétaire du PS estime que le conseiller de François Hollande doit partir si les accusations de Mediapart à son encontre sont vérifiées.

Le Monde - Le patron du PS réclame la démission de Morelle en cas de conflit d'intérêts avéré

La pression monte sur Aquilino Morelle, proche conseiller de François HollandeAccusé par Mediapart d'avoir « travaillé en cachette pour des laboratoires pharmaceutiques » quand il était inspecteur général des affaires sociales, Aquilino Morelle s'est défendu jeudi de tout « conflit d'intérêts », mais l'affaire sème le trouble jusque dans l'entourage du président.

Le Nouvel Obs - François Hollande en visite chez Michelin, à Clermont-Ferrand

Le chef de l'Etat y est attendu ce matin avec Arnaud Montebourg. "Il s'agit pour le président de renouer le contact avec les Français", explique-t-on dans son entourage.

Libé - Douze parlementaires socialistes demandent une ristourne sur les 50 milliards d'économies

Dans une lettre à Manuel Valls, ces parlementaires plaident pour une limitation des économies à 35 milliards d'euros, au lieu des 50 annoncés par le Premier ministre.

Le Nouvel Obs - Des députés PS rompent avec fracas avec la ligne de Manuel Valls

Au nom de "l'appel des cent", les frondeurs du groupe socialiste ont écrit au Premier ministre pour dénoncer la "dangerosité" de sa politique économique.

Les Echos - Arnaud Montebourg : «Déficit : l’Europe doit changer de cap »

INTERVIEW - Le ministre de l’Economie et du Redressement, Arnaud Montebourg, productif déclare aux « Echos » que « la croissance ne doit pas être entravée par la réduction des déficits » .

Le Nouvel Obs - "50 milliards d'économies, c'est trop !"

Pierre-Alain Muet, député PS et vice-président de la Commission des finances à l'Assemblée, s'en prend au plan d'économies qu'a détaillé Manuel Valls. Interview.

Le Monde - Cambadélis, rénovateur du PS ou syndic de faillite ?

Editorial du Monde. Jean-Christophe Cambadélis a hérité, mardi 15 avril, d’un poste que Pôle emploi n’aurait pas osé lui proposer s’il avait été mis sur le marché : un CDD de dix-huit mois de premier secrétaire du Parti socialiste, jusqu’au congrès d’octobre 2015. Autrement dit, une mission de sauvetage d’un parti en détresse, qu’Henri Emmanuelli qualifiait récemment de « parc à moutons » en « coma dépassé ».

Libé - Aquilino Morelle, la face cachée du conseiller de François Hollande

Conseiller du président de la République, ce médecin aurait travaillé en cachette pour l'industrie pharmaceutique, selon une enquête de Mediapart.

Les Echos - Rythmes scolaires : un nouveau texte "sous une dizaine de jours", promet Benoît Hamon

Benoît Hamon a annoncé jeudi qu'il publiera "sous une dizaine de jours" "un autre texte" en complément du décret de son prédécesseur sur la réforme des rythmes scolaires. Mais le décret de Vincent Peillon ne sera pas caduc

Le Monde - Ségolène Royal rallume la guerre de l'écotaxe

L'écotaxe poids lourds est-elle morte ? Après deux reports, au 1er juillet puis au 1er octobre 2013, puis une suspension sine die par le premier ministre fin octobre à la suite des violentes manifestations des « bonnets rouges » en Bretagne, les propositions de Ségolène Royal, mardi 15 avril, sont tombées comme un couperet.

Libé - Valls : l’effort de 50 milliards n’est «pas un plan d’austérité»

Les économies sur la dépense publique seront supportées à hauteur de 18 milliards d’euros par l’Etat, 11 milliards les collectivités locales, 10 milliards l’assurance maladie et 11 milliards par d’autres dépenses sociales.

Les Echos - Le PS fait campagne contre l'austérité pour les européennes

Le PS lance ce soir à 19h30 sa campagne européenne au Cirque d'Hiver en présence de Martin Schulz, ex-président du Parlement européen. Le mot d'ordre  : "l'austérité en Europe est une erreur".

Libé - Valls détaille (un peu) le plan d'économies budgétaires

Alors que le gel des salaires des fonctionnaires risque de faire polémique, Valls a assuré qu'il ne comptait toucher ni au Smic, ni au minimum vieillesse.

17 avril

Le Monde - Plan d'économies : Manuel Valls fâche à peu près tout le monde

Une semaine après son discours de politique générale, le nouveau premier ministre a livré quelques détails sur son plan de 50 milliards d'euros d'économies, et a réussi l'exploit de mettre toute la classe politique d'accord… contre lui.

Le Nouvel Obs + - Ces députés PS qui dénoncent la communication de Valls : le retour de la gauche maso ?

LE PLUS. Plusieurs députés socialistes dénoncent la façon dont Manuel Valls a annoncé les pistes d‘économies pour financer le pacte de responsabilité. Un étonnant spectacle alors que l'électorat de gauche plébiscite Valls dans les sondages. Le retour de la gauche maso ? L'analyse de notre contributeur Bruno Roger-Petit, chroniqueur politique.

Le Monde - Comment Manuel Valls compte appliquer le pacte de responsabilité

Une semaine après son discours de politique générale, le premier ministre Manuel Valls a dévoilé, mercredi 16 avril, le détail du plan de 50 milliards d'euros d'économies d'ici 2017, pendant du pacte de responsabilité et de solidarité voulu par François Hollande. « Ces efforts seront justes car ils seront collectifs (…), et équitablemement répartis », a-t-il promis.

Libé - De nombreux députés PS «atterrés» par les annonces de Valls

De nombreux députés PS sont «atterrés» par les annonces de Manuel Valls qui sont «inacceptables en l’état sur le fond comme sur la forme», a déclaré mercredi à l’AFP Christian Paul, l’un des députés frondeurs qui avaient fait entendre leur voix avant le vote de confiance.

Le Lab - Fronde de députés PS contre les annonces de Manuel Valls

Des députés socialistes jugent "inacceptables" les détails du plan d'économies présenté ce mercredi 16 avril par Manuel Valls, à la sortie du conseil des ministres, se disant même "atterrés", ainsi que le rapporte l'AFP.

C'est Christian Paul, député proche de Martine Aubry qui mène la fronde.

Sur twitter, il raconte ainsi comment le groupe socialiste a suivi l'annonce, "dans un silence total", qualifiant les mesures présentées d'"inacceptables"

Lyon Capitale - Gérard Collomb réélu président du Grand Lyon au 1er tour

L'élection à la présidence du conseil communautaire vient de s'achever : Gérard Collomb est réélu au premier tour avec 92 voix.

Le blog de Françoise Fressoz - L’impossible combat de Camba

La « troisième gauche », c'est lui. Jean-Christophe Cambadélis rêve d'être le premier secrétaire qui remettra du carburant dans la machine socialiste. Dans un livre paru en 2012 (éditions du Moment),  il décrivait par le menu son projet de « société décente », articulée autour de « l'égalité réelle », de « la liberté ordonnée » et de « la fraternité laïque ».

Le Monde - Jean-Christophe Cambadélis élu à la tête du PS

Désigné nouveau patron des socialistes, mardi 15 avril, avec 67,12 % des voix, selon son entourage, « Camba » va enfin occuper le bureau du premier étage de la Rue de Solférino. Mais que la route fut longue pour celui entré au PS en 1986 après un passage par le trotskisme et l'Unef !

Libé - Jean-Christophe Cambadélis élu premier secrétaire du PS

Elu avec 67% des voix, e député du XIXe arrondissement de Paris a présenté une équipe dirigeante paritaire de 30 personnes.

Le Nouvel Obs - Cambadélis, élu à la tête du PS, veut des "Etats généraux"

Le député de Paris obtient 67, 12% des voix du conseil national, le parlement du parti, face à Sylvain Mathieu, candidat de l'aile gauche, qui récolte 32,88%.

16 avril

Reuters - Jean-Christophe Cambadélis prend les rênes d'un PS en crise par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Le député de Paris Jean-Christophe Cambadélis a été porté mardi à la tête d'un Parti socialiste en crise, où il succède à Harlem Désir, nommé secrétaire d'Etat aux Affaires européennes.

Huffington Post - Cambadélis premier secrétaire du PS: vers des Etats généraux du Parti socialiste

Une ligne médiane pour relancer la machine socialiste. Jean-Christophe Cambadélis, qui a succédé dans la soirée à Harlem Désir comme premier secrétaire du PS, a écarté ce mardi 15 avril le principe d'un congrès anticipé que réclamait l'aile gauche du parti mais a tout de même annoncé la tenue d'"Etats généraux des socialistes" pour "reformuler le projet".

Les Echos - Cambadélis élu premier secrétaire du PS

L’ancien bras droit de DSK a pris mardi soir les rênes du PS. Sa tâche : aider l’exécutif à traverser une période de gros temps.

FranceTVinfo - Jean-Christophe Cambadélis officiellement désigné premier secrétaire du PS

Le conseil national du PS a donné son aval à la nomination de Jean-Christophe Cambadélis, mardi, en remplacement d'Harlem Désir, nommé au gouvernement.

Le Parisien - Jean-Christophe Cambadélis : «Je veux une équipe de combat»

JUSQU'AU BOUT, Jean Christophe Cambadélis aura tenu à préserver les apparences : le député de ne s'est toujours pas installé dans le bureau de premier secrétaire au siège du rue de Solferino (Paris VII e). Et hier, il a pris soin de participer au pot de départ de Harlem Désir, son ancien rival.

Huffington Post- Cambadélis au PS: une élection courue d'avance malgré les critiques

Promu par le président de la République, désigné par Harlem Désir et adopté par le bureau national de son parti, Jean-Christophe Cambadélis a toutes les chances d'être élu premier secrétaire par le parlement du PS qui se réunit ce mardi 15 avril.

Le Lab - Olivier Faure, proche de Jean-Marc Ayrault, et Carlos Da Silva, proche de Manuel Valls, pressentis pour prendre le porte-parolat du Parti socialiste

David Assouline ayant dit "au revoir" au porte-parolat du Parti socialiste, il faut maintenant lui trouver un remplaçant. Selon les informations de Public Sénat, Olivier Faure et Carlos da Silva doivent nommés nouveaux porte-parole.

LCP - Assemblée : Valérie Rabault (PS) bientôt rapporteure générale du Budget

Valérie Rabault, députée de la jeune garde socialiste et ancienne cadre de BNP Paribas, a été choisie mardi pour devenir rapporteur général du Budget, première femme à accéder à ce poste stratégique à l'Assemblée nationale.

Lyon 1ère - Didier Guillaume élu à la tête des sénateurs PS

Didier Guillaume, sénateur de la Drôme, a été élu mardi à la tête des sénateurs socialistes face à Gaëtan Gorce (Nièvre). Didier Guillaume, 54 ans, succède à François Rebsamen, entré au gouvernement comme ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social.

15 avril

Huffington Post - Valls défend Désir, violemment attaqué à l'Assemblée nationale

La nomination d'Harlem Désir au ministère des Affaires européennes ne passe décidément toujours pas. Alors que les cadres socialistes s'apprêtaient ce mardi 15 avril à élire son successeur, l'ancien premier secrétaire du PS fraîchement nommé au gouvernement a été violemment pris à partie par un député de l'opposition, obligeant Manuel Valls à monter au créneau pour le défendre

Le JDD - Après le "gouvernement de combat", un PS de Camba?

Les socialistes changent de chef, mardi. Jean-Christophe Cambadélis doit relancer un parti en miettes.

....  Dans un livre publié lorsque Désir prenait la tête du PS, Cambadélis alertait : "Nous sommes dans une époque de crises […] et le PS se réfugie idéologiquement au mieux dans le "républicanisme à la papa", au pire dans un pragmatisme qui fait perdre à chaque militant le sens de son combat." Et de poursuivre sur la nécessité d'un "grand récit" pour le peuple de gauche. "Le taux de croissance, la réduction des déficits, pour nécessaires qu'ils soient, n'ont jamais enthousiasmé un peuple, encore moins lorsqu'il est de gauche."

14 avril

Le JDD - Popularité : 40 points d'écart entre Hollande et Valls

SONDAGE - C’est un record absolu dans l’histoire de la Vème République. Selon le baromètre Ifop/JDD, seul outil mesurant l’opinion des Français sur le président de la République et le Premier ministre depuis 1958, quarante points séparent François Hollande (qui chute à 18%) de son nouveau chef de gouvernement (qui démarre à 58%).

La Croix - « Avec François Hollande, le président de la République est devenu un paratonnerre »

La cote de popularité de François Hollande a chuté de 5 points en avril, à 18 %, tandis que celle de Manuel Valls, tout nouveau premier ministre, s’affiche à 58 %, selon l’institut Ifop (1).

Le Parisien - Stéphane Le Foll n'a «aucun doute sur la loyauté» de Manuel Valls

L'arrivée de Manuel Valls à et le nouveau , le tournant social-démocrate du quinquennat, sa nouvelle fonction, les 50 milliards d'économies à trouver, la nomination d'Harlem Désir au gouvernement...  Invité de «Tous Politiques» 24/France Inter/Le Parisien-Aujourd'hui en France, le nouveau porte-parole du gouvernement et toujours ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, a tantôt répondu avec franchise, tantôt botté en touche.

Le JDD - "Le début du quinquennat n'a pas été glorieux"

INTERVIEW - Jean Glavany, député PS des Hautes-Pyrénées, ancien collaborateur de François Mitterrand et ex-ministre de Lionel Jospin, analyse la relation entre François Hollande et Manuel Valls.

Libé - Rocard «assez ébloui» par le discours de Valls devant les députés

L'ancien Premier ministre avoue avoir apprécié le discours de politique générale du nouveau chef de gouvernement.

Le Monde - La colère des sénateurs contre la suppression des départements

Les sénateurs n'apprécient pas d'être bousculés. Et c'est peu dire que Manuel Valls en a laissé un certain nombre « sonnés » – selon leur propre expression – après son discours devant le Sénat, mercredi 9 avril, et ses annonces sur un vaste projet de réforme territoriale.

Le Monde - Incertitudes sur les modalités du « big bang » territorial

Un brin provocateur face à un aréopage d'élus socialistes, Alain Juppé, maire UMP de Bordeaux, donnait, en septembre 2012, lors de la 12e Conférence des villes, sa vision d'une nécessaire réforme territoriale : « Le bon sens est de réaliser un millefeuille à deux couches : les régions et les intercommunalités. Je ferais volontiers le sacrifice du département… Mais rassurez-vous, la résistance des départements et des maires est telle que cela ne se fera pas. »

19/04/2014

Laurent Baumel : "Il ne faut pas généraliser le comportement de quelques-uns à toute la classe politique" par Europe1fr


Laurent Baumel : "Il ne faut pas généraliser le... par Europe1fr

17:00 Publié dans Vidéo | Tags : baumel, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

16/04/2014

Plan déconomies: "Le message des urnes n'a pas été entendu"


Plan déconomies: "Le message des urnes n'a pas... par BFMTV

20:18 Publié dans Vidéo | Tags : baumel, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent