Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2014

France Inter, François Dubet "Le système de redistribution sociale est devenu totalement obscur"

Marc Fauvelle reçoit le sociologue François Dubet, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et auteur de "La Préférence pour l'inégalité" (Seuil)


"Le système de redistribution sociale est... by franceinter

23:55 Publié dans Réflexions | Tags : francois dubet | Lien permanent

France Inter, François Dubet "Nous avons renoncé à produire de l'égalité sociale"

Le sociologue François Dubet est l'invité de Marc Fauvelle.


"Nous avons renoncé à produire de l'égalité... by franceinter

23:48 Publié dans Réflexions | Tags : francois dubet | Lien permanent

La Vie des Idées - D’une classe à l’autre

Comment peut-on penser les trajectoires individuelles ascendantes ? Comment comprendre le passage d’une classe à une autre ? Chantal Jaquet forge les concepts qui permettent d’étudier autrement la question de la reproduction sociale.

Recensé : Chantal Jaquet, Les Transclasses, ou la non-reproduction, Paris, Puf, 2014, 238 p., 19 €.

L’ouvrage de la philosophe Chantal Jaquet, Les Transclasses, produit d’un séminaire organisé à l’Université Paris-1, se propose de penser les trajectoires individuelles socialement ascendantes [1]. Plus largement, l’ouvrage cherche à penser l’exception afin de compléter plutôt que disqualifier la théorie de la reproduction sociale — un dialogue avec Pierre Bourdieu résumé d’une formule : « penser la distinction dans la distinction » (p. 5).

Pour ce faire, Chantal Jaquet s’attache à élaborer une théorie de la non-reproduction sociale grâce à la construction des concepts de transclasse et de complexion, et à la critique de ceux d’identité et de causalité.

Lire la suite
____________________________
____________________________

23:40 Publié dans Réflexions | Tags : chantal jaquet | Lien permanent

28/12/2014

Non Fiction : L'Europe et la "démocratisation" de son voisinage

Résumé : Un essai et un recueil collectif tentent de comprendre les enjeux pour l'UE de la diffusion de son modèle politique à ses voisinages.
 

* Cet article est accompagné d'un disclaimer. Vous pouvez en prendre connaissance en bas de page.

Alors même que la crise économique et le pessimisme ambiant semblent actuellement miner l'Union européenne (UE) de l'intérieur, son modèle politique, fondé sur des critères précis (régime démocratique, économie de marché, Etat de droit et respect de « l'acquis communautaire »), est envié par de nombreux pays de son voisinage immédiat – essentiellement à l'est et au sud-est de ses frontières – mais également plus lointain – en particulier au sud de la Méditerranée –, qui considèrent que la perspective d'un rapprochement, voire d'une intégration, permettrait non seulement d'accroître leurs échanges économiques mais aussi – et surtout ? – d'épouser un projet « civilisationnel ». C'est en effet sans doute l'une des vertus les plus essentielles de la récente crise ukrainienne que de rappeler à quel point le dessein européen, pourtant en crise, suscite des attentes et peut encore bouleverser la géopolitique du continent, notamment pour les pays situés au croisement des influences russe et occidentale.

Lire la suite
__________________________
__________________________

 

17:00 Publié dans Réflexions | Tags : non fiction | Lien permanent

La vie des idées : Politique économique et inégalités en Allemagne

En Allemagne, « l’effet Piketty » se fait sentir dans de nombreux secteurs avant même la sortie de la version allemande, et ses défenseurs comme ses opposants s’appuient sur ses travaux pour nourrir le débat public autour de la réduction des inégalités et de la redistribution publique. Texte publié en partenariat avec la revue Public Books.

Le débat sur les inégalités en contexte allemand

En Allemagne, l’adoption de la loi de 1967 pour la promotion de la stabilité et de la croissance [Stability and Growth Act] a marqué le début d’une courte période de politique économique orientée vers la demande, qui reposait principalement sur une politique de négociation collective fondée sur la solidarité et l’égalisation des salaires. Les crises pétrolières des années 1970 et la forte hausse du chômage qui en est issue ont entraîné un changement de cap en faveur d’une politique économique tournée vers l’offre, dont les objectifs étaient d’augmenter la compétitivité internationale et de réduire le chômage. La priorité fut alors donnée à la baisse des coûts comparatifs du travail, rendue possible grâce à la modération salariale, la dérégulation du marché du travail et la réduction des coûts non salariaux du travail. Les normes de négociation collective étaient considérées comme des facteurs freinant le développement économique (Traxler 2002). Jusqu’au déclenchement de la crise économique et financière mondiale, cette approche a été dominante dans les secteurs politique et économique.

Lire la suite
_________________________
_________________________

10:05 Publié dans Réflexions | Tags : vie des idees | Lien permanent

27/12/2014

Terra Nova - Et si les (vraies) réformes étaient ailleurs ? Réponse à l'Institut Montaigne sur le marché du travail et l'emploi

Ce rapport de Terra Nova, issu d'un groupe de travail pluridisciplinaire présidé par Martin Richer, est une réponse à une note de l'Institut Montaigne portant sur un grand nombre de sujets touchant au marché du travail et à l'emploi. Il pointe des désaccords tant au niveau du diagnostic que des propositions. Assurance-chômage, réforme des retraites, capacité de négociation des partenaires sociaux, durée du travail ou encore place de l'Etat sont quelques-uns des thèmes abordés dans cette discussion critique. 

Synthèse

En prenant l’initiative de cette réponse à une note de l’Institut Montaigne sur l’emploi et le marché du travail, il ne s’agit nullement de polémiquer à partir de points de vue que l’on devine d’emblée assez différents, mais de se livrer à un exercice de discussion publique et de critique raisonnée.
 
Lire la suite
______________________
______________________
 

13:31 Publié dans Réflexions | Tags : terra nova | Lien permanent

Libé - La concurrence est un fait, pas une valeur Jacques BAUMEL député socialiste, Régis JUANICO député socialiste, Olivier DUSSOPT député socialiste, Arnaud LEROY député socialiste, Gwenegan BUI député socialiste et François PUPPONI député socialiste

TRIBUNE

Les victoires et les défaites idéologiques ne se mesurent pas seulement dans les urnes. Qu’est-ce qu’une victoire électorale lorsqu’on a repris mot pour mot ce que l’on prétendait combattre ?

Quand la «compétitivité» fait irruption dans le vocabulaire de la gauche à l’automne 2012 suite à la présentation du rapport Gallois, la question est celle de la capacité de l’industrie française à se relever. Mais, comme souvent, un glissement sémantique nous a tous débordés depuis deux ans : le mot «compétitivité» ne porte plus sur les produits industriels français ; la compétition s’immisce dans notre modèle socio-économique, dans le monde associatif, dans la question territoriale, voire notre pays tout entier, au sein de l’Europe.

Lire la suite
____________________
____________________

10:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

26/12/2014

Le Monde - Aides au logement et loyers : l’erreur de raisonnement Marc Prévot, Président Emmaüs Solidarité

Nous avons le plus grand respect pour les travaux de l’Insee, notamment en matière de logement. C’est une bonne raison pour faire preuve d’exigence vis-à-vis de ses publications, dont celle récente reprenant l’idée que les aides personnelles au logement tirent les loyers à la hausse (Le Monde daté samedi 15 novembre).

Lire aussi : Quand les aides au logement poussent les prix des loyers à la hausse

Il s’agit d’une vieille idée qui revient régulièrement et se heurte à un certain nombre d’incohérences. En résumé, que nous dit l’Insee ? A partir d’un petit échantillon de quatorze agglomérations situées dans une zone où l’aide au logement est plus élevée (zone II), comparées à un échantillon de cent-cinq agglomérations où l’aide est moins élevée (zone III), on constate que les loyers du petit échantillon d’agglomérations de la zone II sont plus chers.

A partir de ce raisonnement très partiel, centré sur un seul facteur et sur un échantillon limité, on en déduit que les aides personnelles au logement sont inflationnistes, provoquant une augmentation des loyers. Cela ne résiste pas à l’analyse.

Lire la suite
________________________
________________________

13:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Le Monde - A Saint-Etienne, pauvreté n’est pas une fatalité

Par Georges Gay, Aisling Healy, Christelle Morel Journel et Journel et Valérie Sala Pala (Université Jean-Monnet de Saint-Etienne)
 
Un article publié le 9 décembre 2014 dans Le Monde, intitulé « A Saint-Etienne, le centre-ville miné par la pauvreté »ne pouvait nous laisser indifférents. Comme toute autre ville, Saint-Etienne est le produit d’une histoire longue tant dans ses formes urbaines que dans la configuration de la société locale et des rapports sociopolitiques. Sans être née de la révolution industrielle, la ville s’est développée pour l’essentiel à partir des années 1820 lorsque l’ensemble de la région est saisi par un mouvement d’industrialisation orchestré, pour l’essentiel, par l’Etat central.

Saint-Etienne est d’abord une ville de l’armurerie, de la rubanerie, et de la quincaillerie, marquée par le système dit de « la fabrique » où le travail est divisé et distribué à des ouvriers à domicile. Les quartiers Tarentaize, Beaubrun, Crêt-de-Roc et Jacquard sont le résultat de cette organisation du travail : des faubourgs productifs et populaires à la périphérie d’un centre qui est le cœur de la « fabrique » de ruban.

Lire la suite
_____________________
_____________________

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : saint-etienne | Lien permanent

Sciences Po - La COP20 de Lima, vue par Bruno Latour

Sciences Po a lancé une série de conférences, Make it Work, en prévision du sommet de Paris sur le climat de décembre 2015 (COP21). Interview de Bruno Latour, professeur à Sciences Po, à l'occasion du sommet précédent (COP20, à Lima, en décembre 2014).

La COP20 de Lima, vue par Bruno Latour from Sciences Po on Vimeo.

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : bruno latour | Lien permanent