Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2015

Libé - Pascal Ory: «La référence française est en déclin»

Pour l’historien Pascal Ory, le modèle de l’intellectuel «global» et «anglophone» est en train de s’imposer. L’historien Pascal Ory étudie depuis longtemps la vie des intellectuels en France (1).

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, il estime que la figure montante dans le domaine de la pensée est celle de l’intellectuel «global» et… «anglophone». Tariq Ramadan plus influent qu’Alain Badiou ?

Lire la suite
_________________________
_________________________

13:08 Publié dans Réflexions | Tags : pascal ory | Lien permanent

Non Fiction - Les sciences sociales comme présence au monde Entretien avec Didier Fassin

À l’occasion de la parution de son ouvrage sur la prison, Didier Fassin revient sur sa trajectoire intellectuelle. Celle-ci se caractérise par une diversification progressive des thèmes et des enjeux de l’enquête, mais aussi par l’élaboration d’une posture de recherche, à la fois critique et éthique, individuelle et collective.

Didier Fassin est professeur de sciences sociales à l’Institute for Advanced Study de Princeton et directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Il a été le directeur fondateur de l’Iris, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux. Conduits sur trois continents, ses travaux d’anthropologie et de sociologie traitent dans une perspective critique de questions morales et politiques dans les sociétés contemporaines, des expressions multiples de l’inégalité des vies, et des formes de l’engagement des sciences sociales. La Vie des idées publiera bientôt la recension de son dernier ouvrage, L’Ombre du monde : une anthropologie de la condition carcérale, paru en 2015 au Seuil.

Lire la suite
_________________________
_________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : didier fassin | Lien permanent

28/03/2015

Les forces politiques et le malaise identitaire français Laurent Bouvet

21:42 Publié dans Réflexions | Tags : laurent bouvet | Lien permanent

Libé - Michel Bauwens: «Le "peer to peer" induit que la production émane de la société civile»

Théoricien de l’économie collaborative, Michel Bauwens voit dans ce système de partage un modèle d’avenir, à la fois culturel, politique et économique.

Sauver le monde, le titre de son livre d’entretiens, sonne comme un blockbuster de science-fiction américain. Le sous-titre ramène sur Terre : Vers une société post-capitaliste avec le peer-to-peer. Michel Bauwens est un des grands théoriciens de l’économie collaborative. Ancien directeur de stratégie dans le privé, fondateur de deux start-up, il a tout arrêté en 2002 après avoir envisagé le peer to peer (P2P, ou «pair à pair») des réseaux informatiques comme une logique qui pourrait résoudre la crise d’une société approchant de sa limite écologique et sociale. En 2005, cet «anthropologue numérique» belge a créé la fondation P2P, boîte à idées de solutions alternatives. Il conseille également le gouvernement équatorien sur une politique de transition vers une société de la connaissance ouverte.

Lire la suite
____________________
____________________

21:00 Publié dans Réflexions | Tags : michel bauwens | Lien permanent

Non Fiction - De la lourdeur de l’existence au culte du léger : une évasion hypermoderne (De la légèreté, Gilles Lipovetsky)

Résumé : Une réflexion socio-philosophique sur le culte du léger et sa signification pour notre époque hypermoderne.

De l’ère du vide à la civilisation du léger

L’auteur de L’Ere du vide poursuit ici son travail de décryptage de nos sociétés contemporaines qui, loin d’être « post-modernes », seraient bien plutôt « hypermodernes ». Cette hypermodernité – concept élaboré par le philosophe – renverrait à des sociétés qui n’auraient pas rompu avec un référent de raison comme absolue et totalité (et en cela elles ne sauraient être qualifiées de « postmodernes »), mais qui au contraire seraient marquées par une accélération et un achèvement de la modernité à travers la radicalisation des techno-sciences, des logiques de marché et de compétition, ainsi que l’avènement d’un hyperindividualisme concrétisé par les droits de l’homme et la démocratie

Lire la suite
______________________
______________________

17:30 Publié dans Réflexions | Tags : gilles lipovetsky | Lien permanent

Robert Badinter, ancien Garde des Sceaux "Racisme : vers une fausse bonne loi ?"


Robert Badinter, ancien Garde des Sceaux by LCP

Non Fiction : Les démons français (Fascisme français ? La controverse Michel Winock Serge Berstein - Les nouvelles droites extrêmes Lignes )

Résumé : L'extrémisme français entre deux époques. Une réponse aux thèses de Zeev Sternhell et un bilan actuel de la droite extrême.

De nombreux ouvrages traitent de la montée de l’extrême droite en Europe et de la séduction des discours populistes dans un monde de plus en plus complexe. La France n’échappe pas à ce terrain d’études. De nouveaux mouvements extrémistes ravivent d’anciens démons de son histoire.

Les deux ouvrages (un recueil et une revue) ici recensés sont à mettre en parallèle, comme un écho, du passé vers l’avenir. Leurs motivations sont différentes mais ils offrent une analyse pointue des différents mouvements à l’œuvre en France, d’une part au début du XXème siècle et, d’autre part au début du XXIème siècle.

Ces périodes ne sont pas identiques même si la tentation est grande de construire des passerelles. Il n’en reste pas moins que le cas français passionne. Le berceau des libertés et des droits de l’homme n’a jamais été débarrassé d’une droite ultra-conservatrice. Elle a été l’occasion pour certains historiens d’affirmer que le fascisme prend sa source dans le pays de Rousseau, Voltaire et Montesquieu. N’est-ce pas trop ?

Lire la suite
________________________
________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : non fiction, michel winock | Lien permanent

27/03/2015

Laurent Bouvet : "Nous sommes tous traversés par des identités multiples"

17:30 Publié dans Réflexions, Vidéo | Tags : laurent bouvet | Lien permanent

26/03/2015

Libé, Thomas Piketty - La double peine des classes populaires

Pourquoi les classes populaires se détournent-elles un peu partout des partis de gouvernement, et singulièrement des partis de centre gauche qui prétendent les défendre ? Tout simplement parce que ces derniers ne les défendent plus depuis longtemps. Au cours des dernières décennies, les classes populaires ont subi l’équivalent d’une double peine, d’abord économique puis politique. Les évolutions économiques ont été peu favorables aux groupes sociaux les plus défavorisés des pays développés : fin de la croissance exceptionnelle des Trente Glorieuses, désindustrialisation, montée en puissance des pays émergents, destructions d’emplois peu ou moyennement qualifiés au Nord. Les groupes les mieux dotés en capital financier et culturel ont pu, au contraire, bénéficier à plein de la mondialisation.

Lire la suite
_______________________
_______________________

19:53 Publié dans Réflexions | Tags : piketty | Lien permanent

25/03/2015

Les Echos - La Grande Borne le rêve brisé d’une cité modèle, Massimo Prandi

ENQUETE - Son architecte, Emile Aillaud, avait voulu en faire, en 1971, une « ville civilisée à l’échelle d’affinités humaines ». Quarante ans plus tard, la cité de Grigny (Essonne), haut lieu du trafic de drogue en Ile-de-France, est décrite comme une « poudrière » isolée par trois axes routiers.

Un dimanche matin de février, place du Quinconce, à Grigny (Essonne), cité de la Grande Borne. Un mois à peine après la sanglante équipée d’Amedy Coulibaly, un enfant de ce quartier comptant 3.600 logements sociaux pour 12.000 habitants... Ici, depuis l’assaut à l’Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, les bouches se sont tues. Réflexe d’autodéfense, peur d’être stigmatisés par la presse mais aussi envie de tourner la page. Elan citoyen, un collectif créé après les attentats de janvier par une poignée de Grignois, a trouvé un moyen simple et efficace pour libérer la parole des habitants de la Grande Borne : mettre à leur disposition pendant le marché du dimanche un espace et de grandes feuilles blanches sur des trépieds, qui ne tardent pas à se noircir.

Lire la suite
_____________________
_____________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : massimo prandi | Lien permanent