Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2017

Libé - Libé - Un revenu universel sur une planète «en faillite» ? Par Christelle de Crémiers, Enseignante en master2 d’économie et finance, élue régionale et municipale écologiste et Philippe Bihouix , Ingénieur

Le revenu universel a des qualités indéniables. Au moins théoriques : il permet de concevoir la déconnexion entre croissance et emploi et de retrouver le lien entre économie et réalité physique d’un monde aux ressources limitées.

Le revenu universel a émergé dans la campagne présidentielle. Si l’idée interpelle, c’est qu’elle remet en cause le lien entre croissance et emploi. Elle vient bousculer la pensée économique dominante, qui peine, il est vrai, à expliquer les désordres du monde, et surtout à proposer des pistes pour construire l’avenir.

L’invocation de la croissance au nom de l’emploi fait partie des impensés de notre société. Politiques, économistes et médias y font référence malgré le caractère très théorique de cet axiome. Que ce soit par incompréhension, résignation ou habitude, toujours est-il que, jusqu’à cette présidentielle 2017, la remise en cause n’avait pas atteint le seuil du débat public.

Lire la suite
_________________
_________________

22:30 Publié dans Article du jour | Tags : revenu universel | Lien permanent

OFCE - Le Traité de Rome et l’égalité par Hélène Périvier

..... Depuis les années 2000, un glissement s’est opéré dans la promotion des politiques d’égalité : il ne s’agit plus d’analyser les conséquences économiques des principes de justice ou inversement de dénoncer l’atteinte aux principes de justice de certaines politiques économiques, non il s’agit davantage de renverser la hiérarchie entre les deux perspectives. L’égalité est promue au nom des bénéfices économiques réels ou fantasmés qu’elle produirait. Les organisations supranationales, les institutions européennes et les acteurs nationaux vantent les vertus de l’égalité en termes de prospérité économique. L’affirmation du seul principe de justice ne suffit plus pour convaincre du bien-fondé des politiques d’égalité, jugées a priori coûteuses. L’égalité, réduite le plus souvent à l’accroissement de la participation des femmes au marché du travail et de leur accès aux postes à responsabilité, serait source de croissance et de richesse. Il ne s’agit plus alors d’une articulation complexe entre forces économiques et principes fondateurs, mais d’une justification de ces principes par la rentabilité ou l’efficacité de l’économie de marché (Périvier et Sénac, 2017 ; Sénac, 2015). Cette approche loin d’être anecdotique met en danger l’égalité comme principe de justice et nous écarte de la dynamique humaniste portée par les institutions supranationales durant la première moitié du 20e siècle. Aurions-nous perdu l’esprit de Philadelphie (Supiot, 2010) ?

Lire la suite
____________________
____________________

20:40 Publié dans Analyses | Tags : traite de rome, ofce | Lien permanent

Olivier Faure, l'invité d'Olivier Galzi du 30/03/2017

Le Monde - Soutien de Valls à Macron : un coup fatal pour le Parti socialiste ?

France Inter, Thomas Legrand : Le calvaire de Benoit Hamon

Après le soutien de Manuel Valls à Emmanuel Macron faut-il se pencher sur la dépouille du PS ?

Pas encore. Le PS ne disparaitra pas de sitôt. Si Benoit Hamon doit ne pas être au 2nd tour, les socialistes auront des candidats partout aux législatives et restent avec LR (quels que soient les résultats du 7 mai) bien ancrés dans les territoires. Mais c’est vrai que le PS n’est plus l’axe central autour duquel s’organise la gauche. Il est plutôt le point d’où partent militants et électeurs pour alimenter En Marche! de Macron ou la France Insoumise de Mélenchon

Lire la suite
_________________
_________________

Jean Gadrey - Voter utile pour Macron ou inutile pour l’un des deux losers de la gauche ? Mauvaise question, mais c’est quand même ainsi que certains nous la posent

Si vous êtes résolument de gauche. Si, après avoir lu cette série de billets et les deux suivants sur Emmanuel Macron et ses œuvres vous voulez encore voter pour Macron et son néolibéralisme austéritaire. Alors, je ne vous jetterai pas la pierre : vous êtes probablement encore plus désespéré que moi par les deux camps de losers de la gauche.

Je fais le pari : ils seront l’un et l’autre, sauf en cas d’entente de la dernière chance, entre 10 % et 15 %, et peu m’importe le classement entre eux. Ces deux camps sont en train de pousser une partie de leur propre électorat potentiel vers un vote Macron supposé « utile ». Quant à moi, je voterai pour l’un des losers, mais avec le moral dans les chaussettes. Ce sera un « vote inutile » en quelque sorte. Mais le « vote utile pour Macron » est bien pire, je le montrerai. Alors, de deux maux…

Lire la suite
____________________
____________________

L'actualité des socialistes du 24 au 30 mars (revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

OFCE - « RUE » : une ambition à financer, 29 mars 2017, par Pierre Madec et Xavier Timbeau

Cette évaluation du Revenu universel d’existence (RUE), proposition phare de Benoît Hamon, met en lumière un impact potentiellement important du dispositif sur le niveau de vie des ménages les plus modestes et sur les inégalités de niveau de vie. S’il était mis en œuvre, le Revenu universel d’existence aurait pour effet de faire de la France l’un des pays les plus égalitaires de l’Union européenne. En contrepartie, le coût « net » du dispositif pourrait s’avérer élevé, de l’ordre de 45 à 50 milliards d’euros. Compte tenu du coût de la mesure, son financement par une réforme de l’impôt sur le revenu pourrait accroître encore la redistribution du système socio-fiscal français mais conduirait à une hausse considérable des taux marginaux supportés par les ménages les plus aisés.

ELLE

Elle - Les candidats face à la rédaction : Benoît Hamon, l'interview en intégralité

A quelques semaines du premier tour, nous avons rencontré le candidat du parti socialiste. Féministe revendiqué, il nous dévoile son programme pour les femmes.

Un vinyle de Miles Davis, une plaque minéralogique américaine à la gloire du « Boss », une sentence de l'artiste Ben (« Faut-il douter de tout ? ») et une corbeille de fruits au cas où : dans un recoin de son QG de campagne, genre open space de start-up chic dans le 10 e arrondissement de Paris, Benoît Hamon s'est confectionné un petit autel personnel. Il nous reçoit pour évoquer son féminisme, ses projets pour les femmes... et se confier comme rarement sur sa compagne et mère de ses deux filles, Gabrielle Guallar, responsable des affaires publiques chez LVMH. Interview.

LA SOLIDARITE

La Croix - Louis Maurin : « Notre culture de la solidarité est un ciment très fort »

UNE FRANCE PLUS JUSTE Semaine 3/3 Les fractures culturelles

Selon Louis Maurin, le directeur de l’Observatoire des inégalités, les Français restent très attachés aux valeurs de solidarité et d’égalité, mais il faut refonder le discours sur la solidarité.

LE LOGEMENT

Le Monde - «La politique du logement est la première des politiques de l’emploi que l’on devrait mener »

Eric Heyer, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) et enseignant à Sciences Po, a répondu aux questions des internautes à l’occasion d’un tchat au Monde.fr, vendredi, sur le thème : « La France fait-elle moins bien que ses voisins européens ? » En voici les principaux extraits.

LES INEGALITES

La Croix - Daniel Cohen : « La France est fondamentalement inégalitaire »

UNE FRANCE PLUS JUSTE (1/3) LES FRACTURES ÉCONOMIQUES Pour l’économiste Daniel Cohen, il faut mettre fin au système élitiste à la française.

Avant la présidentielle, « La Croix » explore durant trois semaines les inégalités économiques, les ruptures sociétales, les fractures culturelles qui traversent la France.

6EME REPUBLIQUE

Convention pour la 6° République : Voter 6° République

La question d'une République nouvelle s'est imposée tant bien que mal sur la scène de ces élections présidentielles. La Convention pour la 6° République en a examiné les contours. Elle en a tiré quelques conclusions.

.... constate que la revendication d’une 6° République est devenue, pour la première fois dans l’histoire des élections présidentielles, un programme commun à l’ensemble des candidats de gauche. Ce programme appelle des procédures  inédites de démocratie participative.

L'EUROPE

La Croix - « Faut-il sortir de l’euro ? »

Les débats de la présidentielle (2/4) Pendant quatre semaines, « La Croix » fait débattre des économistes. Aujourd’hui, Anne-Laure Delatte, directrice adjointe du Cepii, et Jacques Mazier, membre des « Économistes atterrés », discutent du bilan et de l’avenir de la monnaie unique.

OFCE - Des inégalités européennes 30 mars 2017 par Guillaume Allègre

Dans le préambule du traité instituant la Communauté économique européenne, les chefs d’Etat et de gouvernement se déclarent « décidés à assurer par une action commune le progrès économique et social de leur pays en éliminant les barrières qui divisent l’Europe ». L’article 117 rajoute que « les États membres conviennent de la nécessité de promouvoir l’amélioration des conditions de vie et de travail de la main-d’œuvre permettant leur égalisation dans le progrès ». Soixante ans après le Traité de Rome, qu’en est-il des inégalités économiques et sociales en Europe ? Comment ont-elles évolué durant la crise ?

LE PS

Europe 1 - Laurent Bouvet : “Le PS, tel qu’on l’a connu depuis une quarantaine d’années, c’est terminé”

Le politologue, auteur de La gauche zombie : chroniques d'une malédiction politique insiste sur le point de non retour atteint par le parti socialiste depuis la primaire.

INTERVIEW

Après le ralliement de Jean-Yves Le Drian, poids lourd du PS, à Emmanuel Macron, le refus de Valls de soutenir le vainqueur de la primaire, et la progressive avance de Jean-Luc Mélenchon sur Benoit Hamon selon plusieurs sondages, les difficultés au sein du parti socialiste s’accumulent. Invité dans l'émission C'est arrivé cette semaine, le politologue Laurent Bouvet répond à la question : que deviendra le PS à la fin de la présidentielle ?

Libé - Remue-ménage de printemps au Parti socialiste

Nombre de soutiens de Benoît Hamon se sont sentis trahis à l’annonce du revirement de Manuel Valls. Récit d’une journée ponctuée d’une conférence expresse et d’un meeting à Lille.

Telos - PS, l’inéluctable scission, Gérard Grunberg

Les scissions partisanes sont rares dans les grands partis, trop coûteuses en énergie et trop incertaines quant à leurs résultats. Elles sont le plus souvent le résultat d’un long processus où les raisons de long terme se mêlent aux accidents et aux hasards. Il en va ainsi aujourd’hui du Parti socialiste qui est entré dans la phase finale de la crise qui a débuté avec la décision de François Hollande de changer le cours de sa politique économique à la fin de l’année 2013. Depuis lors, une dynamique de rupture s’est enclenchée que la succession des événements a rendue de plus en plus inéluctable.

Boursorama - Après la "trahison" de Valls, "l'explosion" du PS ?

Certains parlent de "clarification", d'autres "d'explosion": la perspective d'une scission du PS, souvent annoncée, a en tout cas pris de l'épaisseur mercredi avec la décision de Manuel Valls de soutenir Emmanuel Macron.

"Que Manuel Valls ne respecte pas les engagements pris devant des millions de Français pendant la primaire à gauche, je l'avais déjà intégré. Mais en annonçant qu'il votera Macron, il donne le signe qu'il n'y a plus de Parti socialiste", a déploré auprès du Monde le député des Bouches-du-Rhône Patrick Mennucci.

Le choix de Valls pour Macron scelle l'implosion du PS, par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Le choix de Manuel Valls, annoncé mercredi, de voter Emmanuel Macron à l'élection présidentielle entérine au Parti socialiste le divorce entre deux gauches irréconciliables, possible prélude à une scission du parti fondé en 1971.

EN CAMPAGNE

Libé - Hamon: «Bienvenue» aux socialistes qui se sont «trompés» chez Macron

Le candidat PS à la présidentielle, Benoît Hamon, a laissé ouverte la porte aux socialistes qui se seraient «trompés» en soutenant Emmanuel Macron, en disant «bienvenue» à leur retour, jeudi soir lors d’un meeting près de Montpellier.

Le JDD - Hamon veut tourner la page Valls et parler "projet"

En meeting jeudi soir dans l'Hérault, Benoît Hamon a annoncé sa feuille de route pour la fin de campagne : parler uniquement de son projet, en ciblant ses rivaux sur la transparence.

Avant son meeting, jeudi soir, à Montpellier, Benoit Hamon déambule dans les rues de Béziers. Le candidat socialiste a l'air détendu. Ses proches l'assurent, il est d'humeur blagueuse. A des lycéennes qui, carnet de correspondance à la main, l'accostent, il griffonne un petit mot. "J'autorise Lorine à réussir ses examens", écrit-t-il devant ces jeunes filles tout à leur joie.

Libé - Aubry fustige Valls, Macron et tance Cambadélis

La maire PS de Lille Martine Aubry, soutien de Benoît Hamon pour la présidentielle, a fustigé l’attitude des socialistes, à commencer par Manuel Valls, qui soutiennent Emmanuel Macron, qu’elle a qualifié de «candidat qui aime l’argent, pas les gens».

Accueillant Benoît Hamon à sa descente du train, Mme Aubry a déclaré devant quelque 3.000 personnes selon les journalistes et 5.000 selon les organisateurs que le ralliement de M. Valls à M. Macron n’était «pas une surprise» car «qui se ressemble s’assemble, finalement».

Le Figaro - À Berlin, Hamon ravit à Macron le soutien de Schulz

Après François Fillon et Emmanuel Macron, c'était au tour de Benoît Hamon de venir jusqu'à Berlin. En difficulté, le candidat du PS a d'abord rencontré la chancelière Angela Merkel, qui a accepté de le recevoir comme les autres prétendants à la présidentielle, puis le social-démocrate Martin Schulz, qui lui a «exprimé son soutien et celui du SPD». «Benoît Hamon est un homme de convictions profondes, c'est une condition pour gagner des élections», a expliqué Martin Schulz, lui-même candidat face à Angela Merkel aux élections fédérales de septembre

L'Opinion - Macron-Mélenchon, l’étau mortel pour Benoît Hamon

La candidature du vainqueur de la primaire socialiste aurait dû s’imposer comme centrale à gauche. Aujourd’hui, dans les sondages, il se retrouve à la cinquième place de la campagne

Un conseil politique restreint se retrouve lundi autour de Benoît Hamon. Le candidat socialiste a décidé se démultiplier dans les médias pour tenter de sauver sa campagne. Il sera mercredi en meeting à Lille, dans le fief de Martine Aubry, son principal soutien politique.

Le JDD - Hamon lance son opération "mains propres"

Conseillé par l’ancien procureur Eric de Montgolfier, Benoît Hamon présentera cette semaine une série de dispositions. "L'argent pollue la campagne", regrette le candidat socialiste auprès du JDD.

A défaut de pouvoir enjamber la montagne d'hostilité de nombre de ses camarades socialistes, Benoît Hamon entreprend de s'attaquer au mur de l'argent. D'ici au premier tour, le candidat socialiste a la ferme intention d'insister sur ce point. "L'argent pollue la campagne, ce qui veut dire qu'il n'est pas à sa bonne place. On devrait s'occuper du pouvoir d'achat des Français, pas de celui des élus", indique-t-il au JDD

30/03/2017

Libé - Soutiens à Emmanuel Macron, vous n’êtes plus socialistes

Une tribune à l'initiative des Jeunes socialistes du Finistère dénonce les ralliements de Jean-Yves Le Drian, Bernard Poignant et Richard Ferrand au candidat d'En marche, qualifiant ce choix d'insulte aux centaines de milliers de citoyens qui se sont déplacés lors des primaires de la gauche.

Lire la suite
___________________
___________________

OFCE - Le Préambule du Traité de Rome : 60 ans après, que conclure ?

21 mars 2017

par Éloi Laurent

Le Traité instituant la CEE (le plus emblématique des deux Traités de Rome) a donné vie et corps à l’idéal d’intégration européenne esquissé notamment par Victor Hugo. Soixante ans après sa signature, on propose ici une brève relecture commentée, forcément subjective, du Préambule de ce texte fondateur (les participes passés et présents qui ouvrent chaque alinéa du texte se réfèrent aux six chefs d’Etats et de gouvernement signataires du Traité le 25 mars 1957).

Déterminés à établir les fondements d’une union sans cesse plus étroite entre les peuples européens,

On peut faire au moins deux lectures de l’ambition visée par le premier alinéa du Traité CEE. La première voit dans « l’union » des « peuples » celle de leurs gouvernements, et de ce point de vue il paraît très difficile de contester que depuis 1957 les exécutifs européens se sont fortement rapprochés jusqu’à collaborer étroitement, à mesure que de nouveaux éléments de leur souveraineté étaient mis en commun. Mais ce serait oublier l’injonction de Jean Monnet, un des principaux architectes du Traité : « notre mission n’est pas de coaliser des Etats, mais d’unir des hommes ». Que dire donc de l’union des peuples ? Un certain nombre d’enquêtes plus ou moins anecdotiques semblent indiquer que les stéréotypes ont la vie dure en Europe  et que les Européens se connaissent encore finalement assez mal.

Lire la suite
__________________
__________________

22:30 Publié dans Analyses | Tags : ofce, traite de rome | Lien permanent

Observatoire des inégalités - Emploi : 7,7 millions de personnes fragilisées

16 mars 2017 - Chômeurs, travailleurs précaires et découragés du travail : en France, près de huit millions de personnes, soit un quart du total des actifs, sont fragilisées face à l’emploi.


La France compte 2,9 millions de chômeurs selon les données 2015 de l’Insee, soit un dixième de la population dite « active » (celle qui a un emploi ou en cherche un). Ce chiffre, à lui seul, reflète bien mal la situation du marché du travail. Selon nos calculs, on peut estimer le nombre de personnes fragilisées face à l’emploi à 7,7 millions au total. En effet, en plus de ses 2,9 millions de chômeurs, la France compte 3,4 millions de travailleurs précaires : principalement des personnes en intérim ou en contrat à durée déterminée, que ce soit dans le secteur privé comme dans celui du public, très friand lui aussi de précarité. On compte aussi 1,4 million de découragés, qui ne recherchent plus activement un travail tant la situation est dégradée. Ils ne sont donc plus comptés comme « actifs ». Mais quand l’Insee les interroge, ils répondent pourtant qu’ils souhaiteraient travailler. Parmi eux, des femmes qui n’ont aucun mode de garde pour leurs enfants, des adultes très peu qualifiés qui baissent les bras devant le type d’emploi et les rémunérations qu’on leur propose.

Lire la suite
____________________
____________________

20:48 Publié dans Analyses | Tags : observatoire des inégalités | Lien permanent