Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/08/2019

Le meilleur de 2018/19 - Fondation Jean Jaurès - Quatre mois avant les élections européennes : la social-démocratie est-elle morte ?

À quatre mois des élections européennes, quelle est la situation des partis sociaux-démocrates en Europe ? Comment ont-ils évolué au cours des dernières années ? Se sont-ils adaptés aux mutations de la structure des clivages en Europe ? La Fondation Jean-Jaurès en débat avec :

- Fabien Escalona, docteur en science politique, auteur de "La reconversion partisane de la social-démocratie européenne. Du régime social-démocrate keynésien au régime social-démocrate de marché" (Éditions Dalloz, 2018), - Henri Weber, ancien sénateur, ancien député européen, responsable pour la Fondation Jean-Jaurès d’un rapport sur « la nouvelle forme partisane », lors d’une rencontre publique animée par Nicolas Leron, expert associé à la Fondation Jean-Jaurès, chercheur associé au Cevipof, Sciences Po.

16/02/2019

Fondation Jean Jaurès - Quatre mois avant les élections européennes : la social-démocratie est-elle morte ?

À quatre mois des élections européennes, quelle est la situation des partis sociaux-démocrates en Europe ? Comment ont-ils évolué au cours des dernières années ? Se sont-ils adaptés aux mutations de la structure des clivages en Europe ? La Fondation Jean-Jaurès en débat avec :

- Fabien Escalona, docteur en science politique, auteur de "La reconversion partisane de la social-démocratie européenne. Du régime social-démocrate keynésien au régime social-démocrate de marché" (Éditions Dalloz, 2018),

- Henri Weber, ancien sénateur, ancien député européen, responsable pour la Fondation Jean-Jaurès d’un rapport sur « la nouvelle forme partisane », lors d’une rencontre publique animée par Nicolas Leron, expert associé à la Fondation Jean-Jaurès, chercheur associé au Cevipof, Sciences Po.

25/07/2018

Le Vent se lève - « Macron est l’aboutissement de la reconversion de la social-démocratie » – Entretien avec Fabien Escalona

Fabien Escalona est politiste, rattaché à l’Institut d’études politiques de Grenoble et à l’UPMF. Il est également chroniqueur politique dans les colonnes de Mediapart depuis la campagne présidentielle de 2017. Auteur d’une thèse récemment parue sur la reconversion partisane de la social-démocratie à la fin des années 1970, il revient pour nous sur les évolutions de la famille social-démocrate depuis l’après-guerre et sur les développements politiques récents, notamment l’élection d’Emmanuel Macron.

Lire la suite
___________________
___________________

10:00 Publié dans Analyses | Tags : escalona, macron | Lien permanent

23/11/2017

Slate, Fabien Escalona - Populisme et radicalité: la confusion souveraine

Dans son nouvel ouvrage «Peuple souverain», l'historien Pascal Ory se livre à une réflexion autour des notions de populisme et de radicalité. Peu confrontée aux travaux les plus récents sur le sujet, elle aboutit à des rapprochements douteux et n’évite pas certains poncifs.

Vendredi 20 octobre, beaucoup d’auditeurs de la matinale de France Inter ont sursauté, tout comme Nicolas Demorand, le journaliste animateur de la tranche, face aux propos de son invité. En cause, une analogie douteuse de l’historien Pascal Ory, qui n’a pas hésité à qualifier Mussolini, le dirigeant fasciste ayant commencé sa carrière au sein du Parti socialiste italien, de «Mélenchon de 1914». Venu défendre son nouvel essai publié par Gallimard, Peuple souverain, Ory n’appartient pourtant pas à la tribu des polémistes médiatiques n’existant que par ce genre de saillies.

Lire la suite
__________________
__________________

22:30 Publié dans Analyses | Tags : pascal ory, escalona, populisme, radicalite | Lien permanent

08/05/2017

MediapartLive: Comment recontruire la gauche ?

En direct de Mediapart, dernière partie de la soirée. Edwy Plenel et Lénaïg Bredoux débattent avec Fabien Escalona, Ludivine Bantigny, et Frédéric Sawicki.

21/01/2017

Fabien Escalona, politologue : “Cette primaire à gauche dépasse les simples batailles de pouvoir au PS”

Ecartelé entre des courants qui semblent difficilement conciliables, le Parti socialiste pourrait bien jouer sa survie avant même le premier tour de l'élection présidentielle.

Combien d'électeurs vont-ils se déplacer pour voter à la primaire à gauche, les 22 et 29 janvier ? Et quelle en sera l'issue ? Pour certains ces questions n'ont guère d'importance, le Parti socialiste étant, à leurs yeux, d'ores et déjà disqualifié. La campagne qui se termine a pourtant révélé de fortes divergences entre les candidats et pourrait bien anticiper mutations et recompositions. Au moment où l'ensemble des partis sociaux-démocrates européens connaissent de graves difficultés, le politologue Fabien Escalona analyse la situation du PS à l'orée d'une année qui, sur le plan politique, pourrait bien constituer un tournant.

Lire la suite
__________________
__________________

10:42 Publié dans Article du jour | Tags : escalona | Lien permanent

05/12/2015

Slate - L'union nationale n'existe pas? Tant mieux! Fabien Escalona

le 19.11.2015

Un débat démocratique vivant s’accommode mal de l’étouffement des différences d’opinion: l'essentiel est avant tout qu'il conserve sa civilité.

La plupart des commentateurs l’ont remarqué: après les attentats commis à Paris et Saint-Denis vendredi 13 novembre, l’union ou même l’unité nationale n’auront guère tenu que quelques heures. Faut-il s’en étonner, ou même le déplorer?

Remise en perspective historique, la situation ne présente en fait guère d’originalité. Envisagée sous l’angle de théories normatives sur la démocratie, c’est peut-être même le phénomène contraire qui serait alarmant. Il serait dommageable que l’émotion conduise à réduire la qualité et le périmètre du débat public.

Lire la suite
______________________
______________________

21:00 Publié dans Analyses | Tags : escalona | Lien permanent

16/09/2015

France Culture : La fonte des gauches (1/4) - Les partis sociaux-démocrates européens dans le piège européen

Assiste-t-on, mondialement, à « la fonte des gauches » ou au contraire à un renouveau sans précédent ? C’est la question qui va nous occuper toute cette semaine…Et pour commencer: Existe-t-il toujours une gauche européenne « traditionnelle » ?

Cap à bâbord dans CulturesMonde, nous discuterons toute cette semaine de la gauche ou des gauches dans le monde. 

Nous resterons aujourd’hui et demain sur le continent européen.. où on a assisté ces deux dernières années à l’émergence fulgurante de " gauches alternatives" avec les mouvements tels que Podemos en Espagne et Syriza en Grèce... Nous discuterons des difficultés aussi pour ces gauches dites radicales – ou non - de tenir promesses une fois confrontées à l’exercice du pouvoir ici sur le vieux continent mais aussi de l’autre côté de l’Atlantique, où nous ferons le bilan des « gauches latines »…Nous irons du côté des Etats-Unis, aussi, où parait-il on ose prononcer le mot "socialisme" (c'est Bernie Sanders qui le dit).

Lire la suite, écouter l'émission

_________________________________________
_________________________________________

22:59 Publié dans Analyses, Audio | Tags : escalona | Lien permanent

14/04/2015

La Croix - Fabien Escalona : « Tout projet social-démocrate nécessite une confrontation avec l’Europe »

Pour ce spécialiste de la social-démocratie européenne, enseignant à Sciences-Po Grenoble, une grande partie du PS est mal à l’aise avec l’orientation très libérale de l’Union européenne, accentuée par la crise des dettes souveraines.

Lire la suite
___________________
___________________

00:10 Publié dans Analyses | Tags : escalona | Lien permanent

25/11/2014

Fabien Escalona - La social-démocratie dans tous ses états Les partis du centre gauche et la grande crise économique

Dans plusieurs pays sévèrement frappés par la crise et ayant fait l’objet, dans le but d’éviter le défaut de paiement, d’une « aide » de l’Union européenne (UE), les champs politiques nationaux sont en recomposition brutale, et ceci aux dépens des partis sociaux-démocrates traditionnels. Trois exemples sont évoqués ci-dessous, puis remis dans le contexte plus général des réponses du centre-gauche européen à la crise systémique de 2008......

Crise terminale du projet, mais pas des partis ?

L’ouvrage donne finalement plutôt raison au politiste Ashley Lavelle, à qui nous avons confié la postface de ce travail collectif. Dans un livre paru avant que la crise n’éclate [4], ce dernier soutenait que si les partis sociaux-démocrates n’étaient pas morts, leur projet défini après-guerre l’était. Il faut croire que les causes structurelles de cette observation sont si profondes, si puissantes, qu’une crise de la magnitude de celle de 2008 n’a pas suffi à les contrecarrer, alors même qu’elle ouvrait une fenêtre d’opportunité aux sociaux-démocrates pour prouver leur capacité à restaurer la « primauté démocratique du politique ».

Si les systèmes politiques en vigueur laissent aux partis sociaux-démocrates encore assez de ressources pour se préserver institutionnellement, les trois exemples évoqués au début de cette chronique illustrent également le fait que la crise peut accélérer leur déstabilisation, au point de menacer des positions acquises de longue date dans leurs espaces nationaux respectifs.

Lire la suite
_________________________
_________________________

13:05 Publié dans Réflexions | Tags : escalona | Lien permanent