Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2016

Le Monde (février 2016) Michael Sandel: « La collusion entre les partis et l’argent fait le jeu des candidats protestataires »

Les premiers mois tumultueux des primaires présidentielles reflètent un moment populiste de la politique américaine. Dans le camp démocrate, le seul sénateur autoproclamé socialiste, Bernie Sanders, a fait montre d’une force surprenante contre l’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton, que l’on s’attendait à voir remporter l’investiture démocrate pratiquement sans opposition. Dans le camp républicain, le milliardaire homme d’affaire et de télévision Donald Trump s’est imposé comme le favori parmi une myriade de politiciens, qui comprenait notamment Jeb Bush, ancien gouverneur de Floride et frère du président George W. Bush. Bien qu’il ait récolté plus de 100 millions de dollars pour financer sa campagne, Jeb Bush n’a pas réussi à parler aux électeurs et s’est retiré de la course.
 
Lire la suite
_____________________
_____________________

18:05 Publié dans Tribune | Tags : michael sandel | Lien permanent

26/05/2016

« En termes d’efficacité répressive, la transaction pénale est un mirage » Par Eric Alt (Vice-président de l’association Anticor) et William Bourdon (Président de l’association Sherpa)

La transaction pénale a disparu du texte de la loi Sapin 2 à la suite de l’avis du Conseil d’Etat. Celui-ci a considéré qu’en l’absence de contradiction et de débat public, l’intervention de la justice perd sa valeur d’exemplarité. La recherche de la vérité s’en trouve affectée.

En outre, la victime se trouve privée d’une participation personnelle au procès pénal et son intervention est cantonnée à une demande d’indemnisation devant une juridiction civile. Mais le Conseil d’Etat n’interdit pas de réécrire le texte. Faut-il pour autant le faire ?

Si la réponse était affirmative, la logique serait d’importer non pas cette seule mesure, mais aussi d’autres procédures, qui rendent le droit américain plus efficace dans la lutte contre la corruption.

Lire la suite
__________________
__________________



18:00 Publié dans Tribune | Tags : anticor | Lien permanent

25/05/2016

Le Monde - Il faut réformer les « mastodontes bancaires » Par Jézabel Couppey-Soubeyran (Université Paris-I, CEPII), Laurence Scialom (Université Paris-Ouest) et Yamina Tadjeddine (Université Paris-Ouest)

La libéralisation financière des années 1980 a paradoxalement accouché de mastodontes bancaires qui, par la masse et l’éventail de leurs activités, forment un véritable oligopole et puisent leur rente aux dépens des consommateurs de services bancaires et de la stabilité d’ensemble du système financier.

Ils sont à l’épicentre des scandales financiers : sur le Libor, l’Euribor, les produits structurés toxiques, les prêts hypothécaires, l’évasion fiscale, etc. Leur gigantisme et leurs activités de plus en plus éloignées de celles qui fondent leur raison d’être en font un abysse de conflits d’intérêts, d’où jaillissent potentiellement la fraude et les comportements déviants. Ces défauts de loyauté récurrents, tant vis-à-vis des clients que de la collectivité qui leur délègue le pouvoir de création monétaire, ne sont certes plus totalement impunis.

Lire la suite
__________________
__________________

10:00 Publié dans Tribune | Lien permanent

24/05/2016

Le Monde - Coupes budgétaires dans la recherche : huit grands chercheurs dénoncent « un suicide scientifique et industriel »

Un projet de décret a été présenté commission des finances de l’Assemblée nationale, mercredi 18 mai, annulant 256 millions d’euros de crédits sur la mission « recherche et enseignement supérieur ». La commission doit se prononcer sur ce texte mardi. Dans une tribune, publiée par « Le Monde », sept Prix Nobel et une médaille Fields (une récompense équivalente pour les mathématiques), dénoncent « un coup de massue » et décrivent des mesures qui « s’apparentent à un suicide scientifique et industriel ».

Hasards de l’actualité : nous avons appris le même jour que les dépenses de recherche et développement (R&D) de l’Etat fédéral allemand ont augmenté de 75 % en dix ans, et que le gouvernement français annulait 256 millions d’euros des crédits 2016 de la Mission recherche enseignement supérieur (Mires), représentant un quart des économies nécessaires pour financer les dépenses nouvelles annoncées depuis janvier.

Lire la suite
__________
__________



18:00 Publié dans Tribune | Lien permanent

18/05/2016

Laurent Bouvet - Sortons de l’économisme pour penser notre « commun »

[Article publié dans le journal Le Monde daté du mardi 17 mai 2016].

La gauche française vit, alors même qu’elle exerce pour la quatrième fois depuis 1981 le pouvoir d’Etat, un de ces moments de crise aiguë dont elle est coutumière. Nouvel épisode, banal au fond, de la longue et insoluble crise identitaire qui la caractérise diront certains ; ultime soubresaut avant son indispensable refondation diront d’autres. Sans doute un peu des deux risquera-t-on, tant les tensions actuelles qui se manifestent en son sein témoignent d’une accumulation de paradoxes qu’il lui faudra résoudre si elle veut prétendre continuer de jouer un rôle historique dans le devenir du pays.

Au nombre de ceux-ci, il y en a un, sans doute moins connu et reconnu que d’autres mais pas moins important pour autant, idéologique si l’on veut : celui de l’économisme qui paralyse la gauche alors que l’état de la société et les bouleversements de l’ordre du monde commandent, de manière de plus en plus pressante, de le dépasser. La pensée et l’action réformiste (comme révolutionnaire d’ailleurs) à gauche est d’abord et avant tout de nature économique. Marxistes, keynésiens ou libéraux sont, malgré leurs divergences, d’accord sur ce point. On sait pourtant combien une telle vision a été contestée, en raison de son étroitesse, au sein même des différents courants de la gauche – qu’on pense à Antonio Gramsci ou à Karl Polanyi par exemple. Mais outre cette contestation théorique, et la vérification historique maintes fois répétée de son acuité, c’est surtout à la situation actuelle que renvoie le paradoxe d’une vision essentiellement économiciste de ce que peut être et faire la gauche.

Lire la suite
_______________________
_______________________

00:05 Publié dans Tribune | Tags : laurent bouvet | Lien permanent

09/05/2016

Ensemble, remettons la réduction du temps de travail au cœur du débat public

La France compte actuellement 6,5 millions d'inscrits à Pôle emploi, 2,8 millions de plus qu'en 2008. Le chômage de masse mine depuis longtemps déjà la société hexagonale, mais ce fléau a pris une ampleur sans précédent ces dernières années. Il y a urgence à réagir.

L'activité a certes repris depuis 2015 et elle pourrait accélérer encore un peu avec des politiques économiques plus dynamiques en Europe. Mais avec la crise écologique qui s'aggrave, les perspectives de croissance sont limitées et le resteront. De plus, la révolution numérique et la robotisation pourraient bien, elles aussi, menacer de nombreux emplois. Il n'y a donc quasiment aucune chance que l'évolution spontanée de l'économie permette de faire reculer le chômage à un rythme suffisant pour éviter les risques d'explosion auxquels la société française est confrontée aujourd'hui.

Lire la suite
___________________
___________________

00:05 Publié dans Tribune | Lien permanent

05/05/2016

Marianne, Jacques Julliard - La tentation centriste

La mise sur orbite de la fusée Macron s'accompagne, comme toute tentative centriste, d'une idée fausse : le clivage gauche/droite serait une bizarrerie française. Seulement, une candidature qui ne se voudrait ni de droite ni de gauche serait une candidature hors sol, propre à séduire les Gracques, Alain Minc ou Jacques Attali. Insuffisant pour gouverner la France.

Gauche contre droite, un clivage dépassé ? La mise sur orbite de la fusée Macron s'accompagne, comme toute tentative centriste, du retour d'une idée-force qui est aussi une idée fausse : à savoir que le fameux clivage, la summa divisio (René Rémond) entre la gauche et la droite est une bizarrerie française, une vieillerie historique devenue artificielle et sans rapport avec les problèmes de notre temps.

Quand un préjugé bénéficie à la fois de l'ancienneté et du consensus général, il ne se rend jamais, pas même à l'évidence. Or l'évidence, c'est que le fameux clivage n'est pas une spécialité française, mais bel et bien le principe organisateur de la démocratie. Pas de démocratie sans alternance, c'est-à-dire sans possibilité, pour l'électorat mécontent de l'équipe gouvernementale sortante, de lui substituer une équipe d'opposition.

Lire la suite
__________________
__________________

00:05 Publié dans Tribune | Tags : jacques julliard, macron | Lien permanent

01/05/2016

Alain Jakubowicz, Président de la Licra - Fichue laïcité!

Le débat a repris, à l'initiative du Premier ministre et du Président de la République, sur la question du port du voile islamique à l'université. Immédiatement, la passion, dans un camp, comme dans l'autre, alimente une fièvre dont chacun sait qu'elle est pourtant mauvaise conseillère. Les initiatives fleurissent de toutes parts, comme ces étudiants qui souhaitent lutter contre la stigmatisation des femmes portant le voile à la faveur d'un "Hijab Day" organisé à Sciences Po Paris. L'extrême-droite, au passage, refait le plein de carburant tandis que le communautarisme prépare ses banderoles criant à l'islamophobie de la République. Sans compter la mode consistant à exhiber son appartenance à une identité et qui est devenue un véritable phénomène de société.

La laïcité est une question trop importante pour la laisser au monopole des extrémismes. Il faut savoir s'extraire du buzz créé par les hésitations politiques, les slogans éphémères et les instrumentalisations grossières pour revenir à la raison et regarder cette question avec lucidité.

Lire la suite
___________________
___________________

10:05 Publié dans Tribune | Tags : alain jakubowicz, laicite | Lien permanent

28/04/2016

Le Monde - « Interdire le voile, c’est protéger les enseignants » Par Christophe Leroy, juriste

Au premier Ministre, Monsieur Manuel Valls, qui s’interrogeait sur l’interdiction du voile islamique à l’Université, Monsieur Thierry Mandon, secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche lui a répondu sur RTL le 13 avril : qu’« il n’y a pas besoin de loi sur le voile à l’université ». Monsieur Mandon jette en réalité le grand voile du déni de réalité sur l’épineux problème du port du voile à l’université. Il y a de plus en plus d’étudiantes voilées et elles nous posent de plus en plus de problèmes. Telle est la réalité.

À commencer tout simplement par les examens : Nous devons contrôler avant le début de chaque examen que les étudiantes voilées ne dissimulent pas sous leur voile un kit main libre leur permettant de communiquer frauduleusement avec un tiers. Or, les étudiantes voilées considérant que le fait d’ôter leur voile est quelque chose d’impudique sont très réticentes au contrôle quand il est effectué par des hommes. Et que faire lorsque les équipes de surveillants d’examens qui ne sont autres que les enseignants de la discipline ne sont composées que d’hommes ? Faut-il soumettre les règles d’organisation des examens aux lois du Coran et imposer une femme pour chaque surveillance ?

Lire la suite
_________________
_________________

00:05 Publié dans Tribune | Tags : christophe leroy | Lien permanent

26/04/2016

Télérama - Procès LuxLeaks : “M. Hollande, de quel côté êtes-vous ?”

A quelques jours du procès Luxleaks, où un lanceur d'alerte et un journaliste sont poursuivis pour avoir mis au jour des méthodes d'optimisation fiscale pratiquées par des multinationales, le collectif “Informer n’est pas un délit” adresse une lettre ouverte à François Hollande.

Le timing est mordant : début avril, plusieurs dizaines de rédactions révélaient au grand jour les Panama Papers, soit la réalité d'une évasion fiscale toujours plus hyperbolique. La semaine dernière, le Parlement européen votait la directive sur le secret des affaires, torpillant le journalisme d'investigation face à l'opacité des grands groupes, sans garantir une protection renforcée pour les lanceurs d'alerte. Le 26 avril s'ouvrira devant la justice luxembourgeoise le procès LuxLeaks, soit la révélation en novembre 2014 d'un vaste arrangement fiscal entre les autorités luxembourgeoises et de grandes multinationales.

Lire la suite
__________________
__________________

17:57 Publié dans Tribune | Tags : luxleaks | Lien permanent