Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2016

Loi El Khomri : la gauche face à sa raison d’être Par Christian Paul, Député socialiste de la Nièvre et Laurent Baumel, député socialiste d’Indre-et-Loire

La réforme du code du travail symbolise le basculement idéologique dans lequel François Hollande et Manuel Valls, inspirés par le Medef, voudraient désormais entraîner la gauche française.

Faciliter les licenciements économiques, accroître le temps de travail de ceux qui travaillent déjà, inverser la hiérarchie des normes prenant ainsi à rebours l’histoire et la construction du droit du travail… L’avant-projet de loi El Khomri symbolise, plus que tout ce qui l’a précédé -pacte de responsabilité, loi Macron,…- le basculement idéologique dans lequel François Hollande et Manuel Valls, inspirés par le Medef, voudraient désormais entraîner la gauche française. Ce n’est pas le compromis historique dont le pays a grand besoin, mais c’est un profond «changement» de modèle social.

Lire la suite
____________________
____________________

01/03/2016

Le plus vertigineux dans «Baron noir», c'est que tout était vrai

C’est une œuvre d’art et de vertige qui aura tiré sa révérence, lundi 29 février, avec la diffusion sur Canal+ des deux derniers épisode de Baron noir, cette fiction politique où tout est vrai. On a attendu la fin de la saison 1 pour le dire, parce que spoiler est une méchanceté facile, mais enfin, voici: tout est vrai, et là est le vertige. Tout est vrai ou plutôt, tout est traçable, compréhensible, tout ce qui trame l’odyssée de Philippe Rickwaert, député et maire de Dunkerque qui va passer huit heures de feuilleton à éviter la prison et la honte pour y aboutir finalement, ayant au passage fait tomber un président de la République, Francis Laugier, qui avait été son ami… Tout ce qui trame cette odyssée, donc, exception faite de sa conclusion provisoire –un président français poussé à la démission, hérésie ou rêve fantasmatique des journalistes– est une transposition de la simple vérité.

Lire la suite
__________________
__________________

16:40 Publié dans Tribune | Tags : baron noir | Lien permanent

29/02/2016

Aux Occidentaux qui se permettent de me traiter de raciste

Ce cri de colère d’une jeune prof Française et Marocaine aura-t-il la vertu de ramener à la réalité et à un minimum de décence la cohorte des néo-obscurantistes attachés à soutenir l’idéologie féodale que l’Arabie Séoudite (où elle règne sans partage) travaille à diffuser chez nous, ainsi que les chers Frères Musulmans dans une version plus doucereuse ? Ne rêvons pas…
____________________________

Ce message s'adresse aux Occidentaux qui se permettent de me traiter de raciste, au motif de mon auto -critique civilisationnelle. Je parle en tant que Marocaine.

Désolée si notre décadence à nous les "Arabes" vous dérange, mais croyez moi, moi elle me fait carrément souffrir. Et nous sommes quelques uns à en souffrir. On ne veut plus que notre culture soit un nid à obscurantistes, on ne veut plus que chez nous on exige des femmes d' être vierges avant le mariage, on ne veut plus de l'inégalité des sexes devant la justice et l'héritage, on ne veut plus que les homosexuels soient traités au mieux de malades, au pire jetés en prison, on ne veut plus être obligés de faire le Ramadan...etc. .

On étouffe, on crève de cette civilisation rétrograde et misogyne qui considère les non musulmans comme des mécréants. On crève aussi d'antisémitisme culturel

Lire la suite
_____________________
_____________________

00:05 Publié dans Tribune | Lien permanent

17/02/2016

L'Humanité : Collectif critique, Renfonder la démocratie du commun

La démocratie représentative est en crise, tout le monde en convient. Au lieu d’être une expression du peuple dans un mouvement d’auto-organisation libre et souveraine, sa forme dite représentative, construite au cours du XIXe siècle, a été préemptée, tout au long du XXe siècle, par les professionnels de la politique. 

Des décennies de délégation de pouvoirs ont habitué la population à « librement se soumettre » en se dessaisissant de ses droits, au profit de ceux censés disposer « d’une raison supérieure », selon les termes de François Guizot, l’un des fondateurs du libéralisme politique. Aujourd’hui, la délégation de pouvoirs semble aller de soi dans notre démocratie si peu conforme aux espérances trop vite qualifiées d’« utopiques » aux siècles derniers. Or, si nous voulons réapprendre la démocratie en actes, il nous faut nous emparer des leviers de la liberté responsable.
 
Lire la suite
_________________
_________________

00:05 Publié dans Tribune | Lien permanent

16/02/2016

Collectif critique : L’Europe : une crise des fondations

Crise des migrants, menace d’une sortie de la Grande-Bretagne, résurgence du nationalisme sous ses formes les plus virulentes : l’Europe tremble sur ses bases. La crise de l’Europe n’est pas due à son inachèvement, c’est une crise ouverte de ses fondations.

Son fonctionnement actuel obéit en effet aux principes de l’ordolibéralisme, une forme spécifique de néolibéralisme auquel se sont ralliés dès les années 50 les “constructeurs” de l’Europe. Trois “règles d’or” commandent ce fonctionnement : la stabilité monétaire, l’équilibre budgétaire, la concurrence libre et non faussée. Ces règles d’or sont “constitutionnalisées” dans les traités et placées sous la surveillance vigilante des institutions européennes. Ce corset disciplinaire s’est mis en place par étapes depuis la fin des années 50. Il s’est renforcé peu à peu, traité après traité, au point de constituer aujourd’hui une contrainte institutionnelle dont on ne peut desserrer l’étau. Le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) a même mis en place un mécanisme de sanctions pour qu’aucun pays ne puisse se soustraire aux règles d’or.

Lire la suite
____________________
____________________

18:00 Publié dans Tribune | Tags : collectif critique | Lien permanent

L'Humanité - Collectif critique : Déclaration du Collectif critique

Nous ne sommes pas des experts. Nous ne parlons pas en experts mais en citoyen(ne)s qui subissons, comme les autres, l’impossibilité de participer activement aux choix qui nous concernent dans le travail, dans la ville, dans la société, dans le monde.
 
Avec tant d’autres, nous ne sommes pas représentés, moins encore appelés à agir pour le bien commun. Des professionnels de la politique décident à notre place hors de tout contrôle. Des oligarchies industrielles et financières ultraminoritaires nous imposent des choix qui servent et confortent leurs intérêts. Des normes économiques supposées indiscutables, des traités internationaux négociés dans notre dos, des technocraties et des experts en tout genre bafouent le principe du « gouvernement par le peuple ». Ce n’est pas nouveau, mais c’est de pire en pire.
 
Lire la suite
_____________________
_____________________

00:05 Publié dans Tribune | Tags : collectif critique | Lien permanent

12/02/2016

Les Echos - 80 économistes plaident pour une «autre politique» économique

Dans une tribune dans « Le Monde », ils défendent une confrontation avec l’Allemagne.

La fronde des économistes de gauche s’affirme face à la politique du gouvernement et à l’attitude de l’Allemagne. Dans une tribune publiée dans « Le Monde » , 80 économistes, parmi lesquels Michel Aglietta, Philippe Askenazy ou encore Benjamin Coriat, sonnent l’alarme et proposent une politique économique alternative.

Celle-ci se rapproche de celle défendue la gauche du PS quand les signataires vilipendent des pays européens « engagés dans une course mortifère à la compétitivité par l’austérité dont l’objectif se résume à prendre des parts de marché et des emplois aux pays voisins ». Ou quand le texte met l’accent sur une « demande interne clairement insuffisante » en Europe. Ou alors lorsque les signataires demandent « le redéploiement de sommes consacrées au Pacte de responsabilité, dont l’échec en matière d’emploi et d’investissement est patent ». La tribune appelle à un « nouveau pacte productif à la fois écologique et social » , une hausse de 10 % des salaires les plus faibles et à un plan de soutien de l’activité de 40 milliards d’euros.

Lire la suite
___________________
___________________

05:43 Publié dans Tribune | Lien permanent

30/01/2016

Libé - Expliquer, c’est excuser Par Hervé Glevarec, Directeur de recherches au CNRS

Manuel Valls déclarait, le 25 novembre 2015, à l’Assemblée nationale, à propos des auteurs des attentats commis à Paris : «J’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des excuses et des explications culturelles ou sociologiques à ce qui s’est passé.»

En réponse, le sociologue Bernard Lahire déclare dans Libération que : «Tout le monde trouverait ridicule de dire qu’en étudiant les phénomènes climatiques, les chercheurs se rendent complices des tempêtes meurtrières (1).» De leur côté, Frédéric Lebaron, Fanny Jedlicki et Laurent Willemez se demandent ce qu’on aurait pensé si Manuel Valls avait dit : «J’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des explications géologiques aux tremblements de terre (2).» Ce faisant, ils supposent établi le lien entre la sociologie et l’explication d’actes comme des attentats. Or, qu’aurait-on pensé si Manuel Valls avait dit «j’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des explications sociologiques aux actes meurtriers alors que cela relève de la psychologie» ? Une véritable question est soulevée, on le voit, qui est une question d’épistémologie de la sociologie et de rapport de la sociologie à l’explication.

Lire la suite
_____________________
_____________________

00:05 Publié dans Tribune | Tags : hervé glevarec | Lien permanent

29/01/2016

Le Monde - Claude Lanzmann : « Madame Pellerin, n’interdisez pas la sortie du film “Salafistes” ! »

Le documentaire Salafistes, réalisé par François Margolin et Lemine Ould Salem, montre la réalité des djihadistes au Sahel. Sa sortie, normalement prévue le 27 janvier, a reçu un avis négatif du ministère de l’intérieur pour sa diffusion. Dans une tribune au Monde, le cinéaste et écrivain Claude Lanzmann appelle le gouvernement à autoriser la diffusion de ce film.

J’apprends avec consternation qu’une inqualifiable conjuration se trame pour interdire la sortie en salles de Salafistes, film de François Margolin et Lemine Ould Salem, véritable chef-d’œuvre éclairant comme jamais aucun livre, aucun « spécialiste » de l’Islam ne l’a fait, la vie quotidienne sous la « charia », à Tombouctou, en Mauritanie, au Mali, en Tunisie, en Irak. On comprend, à voir et écouter les protagonistes du film propager leur idéologie sans faille, verrouillée à triple tour, que tout espoir d’un changement, d’une amélioration, d’une entente avec eux est illusoire et vain. Salafistes est d’une grande beauté formelle, rapide, efficace, très intelligent : on est pris, emporté dès la première image, saisi par la cruauté tranquille des intervenants et des irruptions involontaires de comique, qui naissent précisément de la radicale absence d’humour de ces suppôts de Dieu et du Prophète, dont on dirait qu’ils sont leurs plus proches parents.

Lire la suite
____________________
____________________

00:05 Publié dans Tribune | Tags : françois margolin, claude lanzmann | Lien permanent

24/01/2016

Slate - Non, le terrorisme islamique ne se «gère» pas ! Bruno Bertrand et François Braize et Jean Petrilli

Se limiter au bras armé dans l’appréciation de ce qu’il nous faut faire est une erreur d’analyse et nous enferme dans une logique d’impuissance.

Bras armé du totalitarisme religieux de Daech, le terrorisme n’est pas le cœur du sujet: il est comme le doigt du sage qui montre la lune! Nous sommes en guerre, par les armes et par le combat idéologique, contre un fondamentalisme religieux, inspirateur et commanditaire du terrorisme, et ce dernier doit être détruit avec lui. En outre, il ne faut pas se tromper sur le diagnostic et les remèdes face au radicalisme islamiste, y compris non violent, et il faut en tirer toutes les conséquences en termes d’exigence et de fermeté laïques, en particulier à l’école où tout se joue.

Lire la suite
___________________
___________________

06:24 Publié dans Tribune | Tags : laicite, badinter | Lien permanent