Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2017

L'actualité des socialistes du 30 décembre au 5 janvier

PAUVRETE

Observatoire des inégalités - Qui sont les pauvres en France ?

24 décembre 2016 - La moitié des pauvres ont moins de trente ans, autant disposent au maximum du brevet des collèges, plus d’un quart vivent au sein d’une famille monoparentale. Portrait de la pauvreté en France.

Plutôt jeune, vivant en famille, peu diplômé, ouvrier ou employé : voici le portrait robot d’une personne pauvre. Le plus souvent, on mesure la proportion de pauvres au sein d’une catégorie déterminée (les jeunes ou les vieux, les ouvriers ou les cadres, les hommes ou les femmes, etc.). Jamais ou presque on n’observe comment se compose la population des cinq millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté [1]. Quelle est la part des jeunes, de vieux, de diplômés ? Masquer cette répartition évite aussi d’attribuer un âge, un diplôme ou un milieu social à la pauvreté. On dispose pourtant d’éléments sur le sujet.

PIKETTY

Blog Le Monde - De la productivité en France et en Allemagne

En ce début d’année 2017, alors que vont se dérouler les élections françaises au printemps puis allemandes à l’automne, il n’est pas inutile de revenir sur l’un des sujets de fond qui mine le débat européen, à savoir la supposée asymétrie économique entre une Allemagne réputée prospère et une France décrite comme déclinante. Je dis « supposée » car comme nous allons le voir la productivité des économies allemandes et françaises – telle que mesurée par le PIB par heure travaillée, qui est de loin l’indicateur le plus pertinent de performance économique – se situe à des niveaux quasi-identiques. Et de surcroît au plus haut niveau mondial, ce qui montre au passage que le modèle social européen a de beaux jours devant lui, quoi qu’en pensent les Brexiters et les Trumpistes de tous poils. Cela me permettra également de revenir sur plusieurs des thèmes abordés sur ce blog au cours de l’année 2016 (en particulier sur la longue récession européenne et la reconstruction de l’Europe) ainsi que dans ma chronique « Revenu de base ou salaire juste? » du mois dernier.

GARANTIE JEUNES

La Vie des idées - Le laboratoire des politiques publiques, Réflexions sur la Garantie jeunes

Les politiques publiques ne semblent plus pouvoir se passer de l’expérimentation sociale pour prouver leur efficacité. L’exemple de la Garantie jeunes, analysé par le sociologue Jules Simha, révèle pourtant un usage détourné de cette procédure et dément l’idée d’une rationalisation de l’action publique.

PATRIK VIVERET

Libé - La fragilité des puissants, Par Patrick Viveret, philosophe

Les renoncements et les faiblesses loin d’être extérieures à la politique sont au contraire les clés d’un nouveau réalisme.

En relisant le beau livre de Marie de Hennezel Croire aux forces de l’esprit (1) sur la dimension spirituelle méconnue de François Mitterrand, j’ai été frappé d’une autre face méconnue des puissants : leur fragilité. Ainsi, cet homme que l’on disait cynique, florentin, était aussi tourmenté et passionné par son rapport à l’Invisible. Et le même, comme le montre sa correspondance amoureuse avec Anne Pingeot (2), pouvait laisser percer derrière le séducteur donjuanesque un amoureux craignant par-dessus tout de perdre l’amour de sa belle.

ALAIN DUHAMEL

Libé - Les surprises de la présidentielle

Il n’y a pas, il n’y a jamais eu d’élection présidentielle sans son lot de surprises. Depuis que les Français élisent leur chef de l’Etat au suffrage universel direct, rien ne s’est jamais passé comme prévu. La marque de la souveraineté populaire consiste même à prendre régulièrement à contre-pied experts et augures, pythies et haruspices, éditorialistes inclus, cela va de soi.

GAEL BRUSTIER

Le Figaro - Gaël Brustier : 2017, année de la gauche post-marxiste

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Gaël Brustier dresse le bilan de l'année politique à gauche pour FigaroVox et dessine les perspective pour 2017. Selon lui, la crise actuelle de la social-démocratie européenne doit permettre à la gauche de se réinventer.

Gaël Brustier est docteur en sciences politiques. Il est notamment l'auteur de Le Mai 68 conservateur - Que restera-t-il de la Manif pour tous? (éditions du Cerf, 2014). Son dernier livre #Nuit Debout. Que penser? vient de paraître aux éditions du Cerf.

REVENU UNIVERSEL

T.Piketty, Blog Le Monde - Revenu de base ou salaire juste?

Le débat sur le revenu de base a au moins un mérite : celui de rappeler qu’il existe un certain consensus en France sur le fait que chacun doit disposer d’un revenu minimum. Les désaccords existent sur le montant : 530 euros par mois actuellement pour le RSA accordé aux personnes seules sans enfant, somme que certains trouvent suffisante, et que d’autres voudraient porter à 800 euros.

Libé - Revenu universel : ce qu'en pensent les candidats à la primaire

D’utopie, il est devenu l’un des sujets principaux de la primaire à gauche. Le revenu universel, somme versée à tous les citoyens, sans condition de travail ou d’âge, fait débat. Et chacun des candidats, qu’il y soit favorable ou non, n’en a pas la même définition.

Le Point - Primaire de la gauche : Peillon et Montebourg attaquent Hamon sur le revenu universel

Christian Paul, soutien d'Arnaud Montebourg, et Patrick Bloche, directeur de campagne de Vincent Peillon, s'opposent au revenu universel défendu par Benoît Hamon.

Le revenu universel va-t-il cristalliser le débat entre les candidats de la primaire de la gauche organisée par le Parti socialiste (22-29 janvier) ? Entre Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, les deux candidats les plus à gauche, la mesure est devenue un symbole de leurs divergences.

PRIMAIRE

Marianne - Primaire à gauche : le PS vise moins de deux millions de votants

Discrètement, le patron du Parti socialiste revoit ses ambitions à la baisse au fur et à mesure que le premier tour de la primaire à gauche approche. Ce jeudi, Jean-Christophe Cambadélis est passé sous la barre des deux millions d'électeurs espérés.

France Info - Primaire de la gauche : Valls fait la course en tête, Montebourg et Hamon au coude-à-coude, selon un sondage Harris Interactive pour France Télévisions

L'ancien Premier ministre recueille 45% des intentions de vote au premier tour, et l'emporterait nettement au second, face à Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon.

"Je ne suis pas favori, je suis outsider", assurait Manuel Valls avant les vacances de Noël. Les enquêtes d'opinion semblent pourtant bel et bien indiquer le contraire. A deux semaines et demi du premier tour de la primaire de la gauche, l'ancien Premier ministre se classe en tête des intentions de vote, au premier comme au second tour, selon un sondage Harris Interactive pour France Télévisions publié jeudi 5 janvier.

La Tribune - Docteur Hamon, Mister Montebourg (et vice versa) : comment différencier les programmes?

A trois semaines du premier tour de la primaire de la gauche, les candidats peaufinent stratégie et programme. Mardi, Arnaud Montebourg a mis en ligne ses propositions. Sur la question du régime politique, de l'Europe, de la loi Travail et de l'écologie (entre autres), l'ancien ministre de l'Economie est proche des positions d'un autre ancien camarade au gouvernement, Benoît Hamon. Un constat qui renforce les questions autour de la pertinence de deux candidatures issues de la gauche du parti.

VALLS

Le Monde, Les décodeurs - 49.3, sécurité, déchéance : les affirmations de Manuel Valls décryptées

Le candidat à la primaire de la gauche était l’invité de « L’Emission politique » sur France 2, jeudi. Retour sur certaines de ses déclarations.

Revirements sur le 49.3 et la politique économique, déchéance de nationalité, sécurité… Manuel Valls était, jeudi 5 janvier, l’invité de « L’Emission politique », sur France 2. L’ancien premier ministre, qui a quitté Matignon en décembre pour être candidat à la primaire de la gauche, y a défendu son action au gouvernement depuis 2012 et ses propositions. Au prix, parfois, d’affirmations discutables. Décryptages.
 

L’ancien premier ministre était l’invité jeudi soir de France 2, à moins de trois semaines du premier tour de la primaire à gauche en vue de la présidentielle.

Manuel Valls était l’invité de « L’Emission politique » sur France 2, jeudi 5 janvier. Candidat à la présidentielle, l’ancien premier ministre a affirmé qu’« [il ne se retirerait] pas de la vie politique » en cas de défaite lors de la primaire à gauche qui l’opposera à six autres candidats les 22 et 29 janvier. Assumant le bilan du quinquennat de François Hollande, M. Valls a eu l’occasion de rappeler ses positions.

Le Figaro - Valls attaque la «purge» de Fillon, qui «ouvre les vannes pour l'extrême droite»

L'ancien premier ministre, actuel candidat à la primaire de la gauche, estime que «cette élection présidentielle est peut-être la plus importante depuis des années. Même plus importante que celle de 1981».

En lice pour devenir le candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle, Manuel Valls ne veut pas attendre le résultat de la primaire pour se placer comme le premier opposant à François Fillon. Mercredi sur RTL, l'ancien premier ministre a fermement visé le candidat de la droite.

MONTEBOURG

Le Monde - Primaire à gauche : Montebourg joue la carte d’un programme économique chiffré

L’ancien ministre de l’industrie vise un taux de chômage à 6,1 % en 2022, un déficit public à 2,5 % du produit intérieur brut et une dette du pays à 91,2 % du PIB.

Son programme était en ligne dès la fin du mois de décembre, mais Arnaud Montebourg ne voulait pas laisser deux de ses adversaires à la primaire de la gauche, Manuel Valls et Vincent Peillon, prendre seuls la lumière médiatique en présentant leur projet, mardi 3 janvier. Alors l’ancien ministre du redressement productif a convoqué la presse dès le lendemain pour détailler ses propositions sur le plan économique.
 

L’ex-ministre revendique une politique de relance keynésienne en augmentant les dépenses publiques.

On pourrait appeler cela « le pari de Montebourg ». L’ancien ministre du redressement productif est persuadé que la primaire à gauche mais aussi l’élection présidentielle se joueront sur l’économie et l’emploi, et non sur les questions de sécurité ou d’identité. Une position qui le distingue de Manuel Valls, plus en pointe sur les sujets régaliens, ou de Benoît Hamon, dont le programme est davantage axé sur les questions de société.
 
 
Arnaud Montebourg, chantre du «Made in France», est l'un des favoris de la gauche pour 2017. Mais à quoi ressemblerait la France présidée par celui qui souhaite notamment une refondation des institutions ?

Prendre le pouvoir pour redresser la France. L'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, en ballotage favorable dans les sondages de la Primaire de la gauche face à François Hollande et Benoît Hamon, veut tout changer. Démocratie, Economie, Europe... tout y passe, ou presque. Revue de détails de ce que serait la France gouvernée par l'homme de Saône-et-Loire.

Les Inrocks - Pour ne pas mettre la honte à Montebourg, Guy Bedos accepte finalement de présider son comité de soutien

“Je veux pas mais finalement je veux bien pour éviter que tu te tapes la honte.” Voilà, grosso-modo le résumé de l’histoire de la présidence du comité de soutien d’Arnaud Montebourg, qu’aurait dû présider Guy Bedos. Après avoir refusé, il a précisé à RTL cet après-midi, qu’il accepte finalement car il “ne veut pas gêner” Arnaud Montebourg car il “l’aime beaucoup”.

HAMON

Libé - Benoît Hamon: «Le revenu universel est une invitation à s’épanouir»

Face à la rédaction de «Libération» et à ses «agitateurs», le candidat PS à la primaire explicite ses propositions sur le rapport au travail, le cannabis, la crise migratoire, l’Europe ou encore un nouveau modèle de développemen

Le JDD - Les cinq raisons qui expliquent la progression de Benoît Hamon

Benoît Hamon fait un bond de 11 points dans le dernier sondage publié jeudi et talonne Arnaud Montebourg. L'ancien ministre de l'Education compte bien progresser encore, se rêvant en outsider qui finit premier, comme François Fillon avant lui. Comment a-t-il opéré sa remontée? Eléments de réponse.

Le 8 décembre dernier, Benoit Hamon remplace, au pied levé, Manuel Valls et François Hollande, qui ont tous deux décliné l'invitation de France 2 pour participer à L'Emission politique. L'ancien ministre de l'Education nationale est prévenu seulement 72 heures avant. Il s'enferme, bûche, prépare des notes. Le résultat, en terme d'audience, est décevant – 1,7 million de personnes seulement derrière leurs écrans ce soir-là – mais sur les réseaux sociaux, la prestation est loin de passer inaperçue. Cité par Les Inrocks, un journaliste de l'émission confirme : "Nous n'avons jamais eu autant de messages positifs sur les réseaux sociaux."

Le Figaro - Primaire à gauche : Hamon accuse ses adversaires de piocher dans son projet

Benoît Hamon a le sourire. «Je la sens bien, cette campagne. Il va se passer quelque chose.» Mardi soir, le candidat a réuni une cinquantaine de ses soutiens à son QG, à Paris, pour mobiliser les troupes à trois semaines du premier tour de la primaire. Alors que Manuel Valls et Vincent Peillon ont présenté leur programme quelques heures plus tôt, le député des Yvelines n'entend pas leur laisser le champ libre

La Croix - Benoît Hamon : « Pour la jeunesse, on est resté au milieu du gué »

Benoît Hamon, candidat à la primaire de la gauche et ancien ministre de l’éducation était jeudi 29 décembre l’invité de l’émission « Face aux chrétiens », animée par Dominique Gerbaud et coproduite par Radio Notre-Dame.

Il répondait aux questions de Sophie Nouaille (Radio Notre-Dame), Romain Mazenod (RCF) et Alban de Montigny (La Croix).

MACRON

Les Echos - Présidentielle 2017 : Macron se rapproche d’une qualification au second tour

Selon un sondage Elabe pour « Les Echos », le candidat d’En Marche se hisserait au second tour de la présidentielle en cas de succès d’Arnaud Montebourg à la primaire du PS et d’absence de François Bayrou.
 
..... Après une fin d'année tonitruante qui l'a vu rassembler 15.000 personnes porte de Versailles à Paris, l'année commence donc bien pour le candidat Macron. C'est la première fois qu'une enquête d'opinion le donne au second tour, le mettant en situation de l'emporter.
 
PEILLON

Atlantico - Vincent Peillon : "Le travail que j'ai d'abord à faire au sein du Parti socialiste, c'est de rassembler"

Après avoir dévoilé les grandes lignes de son programme, l'ancien ministre de l'Éducation était l'invité de "L'Entretien politique", mardi soir sur France 2.

FILOCHE

20 minutes - Gérard Filoche: «Je verrai qui de Montebourg ou de Hamon peut le mieux relayer mes idées»

PRIMAIRE SOCIALISTE Malgré un recours en justice, Gérard Filoche ne participera pas à la primaire PS, lors de laquelle il soutiendra Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon…

PS

Huffington Post - En 2016, le Parti socialiste a souffert, en 2017, il peut disparaître

Profondément divisé, écartelé entre Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron, le PS doit à tout prix réussir sa primaire pour ne pas imploser.

De mémoire socialiste, le danger n'a jamais été aussi palpable. Après une année 2016 cataclysmique, celle qui s'annonce peut se révéler fatale pour le PS qui sort éreinté d'un quinquennat horribilis.

Après les déroutes européennes, sénatoriales, municipales, cantonales et régionales de 2014 et 2015, 2016, année sans rendez-vous électoral majeur, se voulait une année de reconstruction avant l'échéance présidentielle. "L'année du dépassement" du PS, selon les propres mots de son premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis. Il y a un an, ce dernier faisait miroiter une "primaire de la refondation, ouverte sans exclusive, d'Emmanuel Macron à Jean-Luc Mélenchon" pour sauver les meubles en 2017.

07/01/2017

L'actualité des socialistes du 30 décembre au 5 janvier

PAUVRETE

Observatoire des inégalités - Qui sont les pauvres en France ?

24 décembre 2016 - La moitié des pauvres ont moins de trente ans, autant disposent au maximum du brevet des collèges, plus d’un quart vivent au sein d’une famille monoparentale. Portrait de la pauvreté en France.

Plutôt jeune, vivant en famille, peu diplômé, ouvrier ou employé : voici le portrait robot d’une personne pauvre. Le plus souvent, on mesure la proportion de pauvres au sein d’une catégorie déterminée (les jeunes ou les vieux, les ouvriers ou les cadres, les hommes ou les femmes, etc.). Jamais ou presque on n’observe comment se compose la population des cinq millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté [1]. Quelle est la part des jeunes, de vieux, de diplômés ? Masquer cette répartition évite aussi d’attribuer un âge, un diplôme ou un milieu social à la pauvreté. On dispose pourtant d’éléments sur le sujet.

PIKETTY

Blog Le Monde - De la productivité en France et en Allemagne

En ce début d’année 2017, alors que vont se dérouler les élections françaises au printemps puis allemandes à l’automne, il n’est pas inutile de revenir sur l’un des sujets de fond qui mine le débat européen, à savoir la supposée asymétrie économique entre une Allemagne réputée prospère et une France décrite comme déclinante. Je dis « supposée » car comme nous allons le voir la productivité des économies allemandes et françaises – telle que mesurée par le PIB par heure travaillée, qui est de loin l’indicateur le plus pertinent de performance économique – se situe à des niveaux quasi-identiques. Et de surcroît au plus haut niveau mondial, ce qui montre au passage que le modèle social européen a de beaux jours devant lui, quoi qu’en pensent les Brexiters et les Trumpistes de tous poils. Cela me permettra également de revenir sur plusieurs des thèmes abordés sur ce blog au cours de l’année 2016 (en particulier sur la longue récession européenne et la reconstruction de l’Europe) ainsi que dans ma chronique « Revenu de base ou salaire juste? » du mois dernier.

GARANTIE JEUNES

La Vie des idées - Le laboratoire des politiques publiques, Réflexions sur la Garantie jeunes

Les politiques publiques ne semblent plus pouvoir se passer de l’expérimentation sociale pour prouver leur efficacité. L’exemple de la Garantie jeunes, analysé par le sociologue Jules Simha, révèle pourtant un usage détourné de cette procédure et dément l’idée d’une rationalisation de l’action publique.

PATRIK VIVERET

Libé - La fragilité des puissants, Par Patrick Viveret, philosophe

Les renoncements et les faiblesses loin d’être extérieures à la politique sont au contraire les clés d’un nouveau réalisme.

En relisant le beau livre de Marie de Hennezel Croire aux forces de l’esprit (1) sur la dimension spirituelle méconnue de François Mitterrand, j’ai été frappé d’une autre face méconnue des puissants : leur fragilité. Ainsi, cet homme que l’on disait cynique, florentin, était aussi tourmenté et passionné par son rapport à l’Invisible. Et le même, comme le montre sa correspondance amoureuse avec Anne Pingeot (2), pouvait laisser percer derrière le séducteur donjuanesque un amoureux craignant par-dessus tout de perdre l’amour de sa belle.

ALAIN DUHAMEL

Libé - Les surprises de la présidentielle

Il n’y a pas, il n’y a jamais eu d’élection présidentielle sans son lot de surprises. Depuis que les Français élisent leur chef de l’Etat au suffrage universel direct, rien ne s’est jamais passé comme prévu. La marque de la souveraineté populaire consiste même à prendre régulièrement à contre-pied experts et augures, pythies et haruspices, éditorialistes inclus, cela va de soi.

GAEL BRUSTIER

Le Figaro - Gaël Brustier : 2017, année de la gauche post-marxiste

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Gaël Brustier dresse le bilan de l'année politique à gauche pour FigaroVox et dessine les perspective pour 2017. Selon lui, la crise actuelle de la social-démocratie européenne doit permettre à la gauche de se réinventer.

Gaël Brustier est docteur en sciences politiques. Il est notamment l'auteur de Le Mai 68 conservateur - Que restera-t-il de la Manif pour tous? (éditions du Cerf, 2014). Son dernier livre #Nuit Debout. Que penser? vient de paraître aux éditions du Cerf.

REVENU UNIVERSEL

T.Piketty, Blog Le Monde - Revenu de base ou salaire juste?

Le débat sur le revenu de base a au moins un mérite : celui de rappeler qu’il existe un certain consensus en France sur le fait que chacun doit disposer d’un revenu minimum. Les désaccords existent sur le montant : 530 euros par mois actuellement pour le RSA accordé aux personnes seules sans enfant, somme que certains trouvent suffisante, et que d’autres voudraient porter à 800 euros.

Libé - Revenu universel : ce qu'en pensent les candidats à la primaire

D’utopie, il est devenu l’un des sujets principaux de la primaire à gauche. Le revenu universel, somme versée à tous les citoyens, sans condition de travail ou d’âge, fait débat. Et chacun des candidats, qu’il y soit favorable ou non, n’en a pas la même définition.

Le Point - Primaire de la gauche : Peillon et Montebourg attaquent Hamon sur le revenu universel

Christian Paul, soutien d'Arnaud Montebourg, et Patrick Bloche, directeur de campagne de Vincent Peillon, s'opposent au revenu universel défendu par Benoît Hamon.

Le revenu universel va-t-il cristalliser le débat entre les candidats de la primaire de la gauche organisée par le Parti socialiste (22-29 janvier) ? Entre Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, les deux candidats les plus à gauche, la mesure est devenue un symbole de leurs divergences.

PRIMAIRE

Marianne - Primaire à gauche : le PS vise moins de deux millions de votants

Discrètement, le patron du Parti socialiste revoit ses ambitions à la baisse au fur et à mesure que le premier tour de la primaire à gauche approche. Ce jeudi, Jean-Christophe Cambadélis est passé sous la barre des deux millions d'électeurs espérés.

France Info - Primaire de la gauche : Valls fait la course en tête, Montebourg et Hamon au coude-à-coude, selon un sondage Harris Interactive pour France Télévisions

L'ancien Premier ministre recueille 45% des intentions de vote au premier tour, et l'emporterait nettement au second, face à Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon.

"Je ne suis pas favori, je suis outsider", assurait Manuel Valls avant les vacances de Noël. Les enquêtes d'opinion semblent pourtant bel et bien indiquer le contraire. A deux semaines et demi du premier tour de la primaire de la gauche, l'ancien Premier ministre se classe en tête des intentions de vote, au premier comme au second tour, selon un sondage Harris Interactive pour France Télévisions publié jeudi 5 janvier.

La Tribune - Docteur Hamon, Mister Montebourg (et vice versa) : comment différencier les programmes?

A trois semaines du premier tour de la primaire de la gauche, les candidats peaufinent stratégie et programme. Mardi, Arnaud Montebourg a mis en ligne ses propositions. Sur la question du régime politique, de l'Europe, de la loi Travail et de l'écologie (entre autres), l'ancien ministre de l'Economie est proche des positions d'un autre ancien camarade au gouvernement, Benoît Hamon. Un constat qui renforce les questions autour de la pertinence de deux candidatures issues de la gauche du parti.

VALLS

Le Monde, Les décodeurs - 49.3, sécurité, déchéance : les affirmations de Manuel Valls décryptées

Le candidat à la primaire de la gauche était l’invité de « L’Emission politique » sur France 2, jeudi. Retour sur certaines de ses déclarations.

Revirements sur le 49.3 et la politique économique, déchéance de nationalité, sécurité… Manuel Valls était, jeudi 5 janvier, l’invité de « L’Emission politique », sur France 2. L’ancien premier ministre, qui a quitté Matignon en décembre pour être candidat à la primaire de la gauche, y a défendu son action au gouvernement depuis 2012 et ses propositions. Au prix, parfois, d’affirmations discutables. Décryptages.
 

L’ancien premier ministre était l’invité jeudi soir de France 2, à moins de trois semaines du premier tour de la primaire à gauche en vue de la présidentielle.

Manuel Valls était l’invité de « L’Emission politique » sur France 2, jeudi 5 janvier. Candidat à la présidentielle, l’ancien premier ministre a affirmé qu’« [il ne se retirerait] pas de la vie politique » en cas de défaite lors de la primaire à gauche qui l’opposera à six autres candidats les 22 et 29 janvier. Assumant le bilan du quinquennat de François Hollande, M. Valls a eu l’occasion de rappeler ses positions.

Le Figaro - Valls attaque la «purge» de Fillon, qui «ouvre les vannes pour l'extrême droite»

L'ancien premier ministre, actuel candidat à la primaire de la gauche, estime que «cette élection présidentielle est peut-être la plus importante depuis des années. Même plus importante que celle de 1981».

En lice pour devenir le candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle, Manuel Valls ne veut pas attendre le résultat de la primaire pour se placer comme le premier opposant à François Fillon. Mercredi sur RTL, l'ancien premier ministre a fermement visé le candidat de la droite.

MONTEBOURG

Le Monde - Primaire à gauche : Montebourg joue la carte d’un programme économique chiffré

L’ancien ministre de l’industrie vise un taux de chômage à 6,1 % en 2022, un déficit public à 2,5 % du produit intérieur brut et une dette du pays à 91,2 % du PIB.

Son programme était en ligne dès la fin du mois de décembre, mais Arnaud Montebourg ne voulait pas laisser deux de ses adversaires à la primaire de la gauche, Manuel Valls et Vincent Peillon, prendre seuls la lumière médiatique en présentant leur projet, mardi 3 janvier. Alors l’ancien ministre du redressement productif a convoqué la presse dès le lendemain pour détailler ses propositions sur le plan économique.
 

L’ex-ministre revendique une politique de relance keynésienne en augmentant les dépenses publiques.

On pourrait appeler cela « le pari de Montebourg ». L’ancien ministre du redressement productif est persuadé que la primaire à gauche mais aussi l’élection présidentielle se joueront sur l’économie et l’emploi, et non sur les questions de sécurité ou d’identité. Une position qui le distingue de Manuel Valls, plus en pointe sur les sujets régaliens, ou de Benoît Hamon, dont le programme est davantage axé sur les questions de société.
 
 
Arnaud Montebourg, chantre du «Made in France», est l'un des favoris de la gauche pour 2017. Mais à quoi ressemblerait la France présidée par celui qui souhaite notamment une refondation des institutions ?

Prendre le pouvoir pour redresser la France. L'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, en ballotage favorable dans les sondages de la Primaire de la gauche face à François Hollande et Benoît Hamon, veut tout changer. Démocratie, Economie, Europe... tout y passe, ou presque. Revue de détails de ce que serait la France gouvernée par l'homme de Saône-et-Loire.

Les Inrocks - Pour ne pas mettre la honte à Montebourg, Guy Bedos accepte finalement de présider son comité de soutien

“Je veux pas mais finalement je veux bien pour éviter que tu te tapes la honte.” Voilà, grosso-modo le résumé de l’histoire de la présidence du comité de soutien d’Arnaud Montebourg, qu’aurait dû présider Guy Bedos. Après avoir refusé, il a précisé à RTL cet après-midi, qu’il accepte finalement car il “ne veut pas gêner” Arnaud Montebourg car il “l’aime beaucoup”.

HAMON

Libé - Benoît Hamon: «Le revenu universel est une invitation à s’épanouir»

Face à la rédaction de «Libération» et à ses «agitateurs», le candidat PS à la primaire explicite ses propositions sur le rapport au travail, le cannabis, la crise migratoire, l’Europe ou encore un nouveau modèle de développemen

Le JDD - Les cinq raisons qui expliquent la progression de Benoît Hamon

Benoît Hamon fait un bond de 11 points dans le dernier sondage publié jeudi et talonne Arnaud Montebourg. L'ancien ministre de l'Education compte bien progresser encore, se rêvant en outsider qui finit premier, comme François Fillon avant lui. Comment a-t-il opéré sa remontée? Eléments de réponse.

Le 8 décembre dernier, Benoit Hamon remplace, au pied levé, Manuel Valls et François Hollande, qui ont tous deux décliné l'invitation de France 2 pour participer à L'Emission politique. L'ancien ministre de l'Education nationale est prévenu seulement 72 heures avant. Il s'enferme, bûche, prépare des notes. Le résultat, en terme d'audience, est décevant – 1,7 million de personnes seulement derrière leurs écrans ce soir-là – mais sur les réseaux sociaux, la prestation est loin de passer inaperçue. Cité par Les Inrocks, un journaliste de l'émission confirme : "Nous n'avons jamais eu autant de messages positifs sur les réseaux sociaux."

Le Figaro - Primaire à gauche : Hamon accuse ses adversaires de piocher dans son projet

Benoît Hamon a le sourire. «Je la sens bien, cette campagne. Il va se passer quelque chose.» Mardi soir, le candidat a réuni une cinquantaine de ses soutiens à son QG, à Paris, pour mobiliser les troupes à trois semaines du premier tour de la primaire. Alors que Manuel Valls et Vincent Peillon ont présenté leur programme quelques heures plus tôt, le député des Yvelines n'entend pas leur laisser le champ libre

La Croix - Benoît Hamon : « Pour la jeunesse, on est resté au milieu du gué »

Benoît Hamon, candidat à la primaire de la gauche et ancien ministre de l’éducation était jeudi 29 décembre l’invité de l’émission « Face aux chrétiens », animée par Dominique Gerbaud et coproduite par Radio Notre-Dame.

Il répondait aux questions de Sophie Nouaille (Radio Notre-Dame), Romain Mazenod (RCF) et Alban de Montigny (La Croix).

MACRON

Les Echos - Présidentielle 2017 : Macron se rapproche d’une qualification au second tour

Selon un sondage Elabe pour « Les Echos », le candidat d’En Marche se hisserait au second tour de la présidentielle en cas de succès d’Arnaud Montebourg à la primaire du PS et d’absence de François Bayrou.
 
..... Après une fin d'année tonitruante qui l'a vu rassembler 15.000 personnes porte de Versailles à Paris, l'année commence donc bien pour le candidat Macron. C'est la première fois qu'une enquête d'opinion le donne au second tour, le mettant en situation de l'emporter.
 
PEILLON

Atlantico - Vincent Peillon : "Le travail que j'ai d'abord à faire au sein du Parti socialiste, c'est de rassembler"

Après avoir dévoilé les grandes lignes de son programme, l'ancien ministre de l'Éducation était l'invité de "L'Entretien politique", mardi soir sur France 2.

FILOCHE

20 minutes - Gérard Filoche: «Je verrai qui de Montebourg ou de Hamon peut le mieux relayer mes idées»

PRIMAIRE SOCIALISTE Malgré un recours en justice, Gérard Filoche ne participera pas à la primaire PS, lors de laquelle il soutiendra Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon…

PS

Huffington Post - En 2016, le Parti socialiste a souffert, en 2017, il peut disparaître

Profondément divisé, écartelé entre Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron, le PS doit à tout prix réussir sa primaire pour ne pas imploser.

De mémoire socialiste, le danger n'a jamais été aussi palpable. Après une année 2016 cataclysmique, celle qui s'annonce peut se révéler fatale pour le PS qui sort éreinté d'un quinquennat horribilis.

Après les déroutes européennes, sénatoriales, municipales, cantonales et régionales de 2014 et 2015, 2016, année sans rendez-vous électoral majeur, se voulait une année de reconstruction avant l'échéance présidentielle. "L'année du dépassement" du PS, selon les propres mots de son premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis. Il y a un an, ce dernier faisait miroiter une "primaire de la refondation, ouverte sans exclusive, d'Emmanuel Macron à Jean-Luc Mélenchon" pour sauver les meubles en 2017.

06/01/2017

L'actualité des socialistes du 30 décembre au 5 janvier

PAUVRETE

Observatoire des inégalités - Qui sont les pauvres en France ?

24 décembre 2016 - La moitié des pauvres ont moins de trente ans, autant disposent au maximum du brevet des collèges, plus d’un quart vivent au sein d’une famille monoparentale. Portrait de la pauvreté en France.

Plutôt jeune, vivant en famille, peu diplômé, ouvrier ou employé : voici le portrait robot d’une personne pauvre. Le plus souvent, on mesure la proportion de pauvres au sein d’une catégorie déterminée (les jeunes ou les vieux, les ouvriers ou les cadres, les hommes ou les femmes, etc.). Jamais ou presque on n’observe comment se compose la population des cinq millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté [1]. Quelle est la part des jeunes, de vieux, de diplômés ? Masquer cette répartition évite aussi d’attribuer un âge, un diplôme ou un milieu social à la pauvreté. On dispose pourtant d’éléments sur le sujet.

PIKETTY

Blog Le Monde - De la productivité en France et en Allemagne

En ce début d’année 2017, alors que vont se dérouler les élections françaises au printemps puis allemandes à l’automne, il n’est pas inutile de revenir sur l’un des sujets de fond qui mine le débat européen, à savoir la supposée asymétrie économique entre une Allemagne réputée prospère et une France décrite comme déclinante. Je dis « supposée » car comme nous allons le voir la productivité des économies allemandes et françaises – telle que mesurée par le PIB par heure travaillée, qui est de loin l’indicateur le plus pertinent de performance économique – se situe à des niveaux quasi-identiques. Et de surcroît au plus haut niveau mondial, ce qui montre au passage que le modèle social européen a de beaux jours devant lui, quoi qu’en pensent les Brexiters et les Trumpistes de tous poils. Cela me permettra également de revenir sur plusieurs des thèmes abordés sur ce blog au cours de l’année 2016 (en particulier sur la longue récession européenne et la reconstruction de l’Europe) ainsi que dans ma chronique « Revenu de base ou salaire juste? » du mois dernier.

GARANTIE JEUNES

La Vie des idées - Le laboratoire des politiques publiques, Réflexions sur la Garantie jeunes

Les politiques publiques ne semblent plus pouvoir se passer de l’expérimentation sociale pour prouver leur efficacité. L’exemple de la Garantie jeunes, analysé par le sociologue Jules Simha, révèle pourtant un usage détourné de cette procédure et dément l’idée d’une rationalisation de l’action publique.

PATRIK VIVERET

Libé - La fragilité des puissants, Par Patrick Viveret, philosophe

Les renoncements et les faiblesses loin d’être extérieures à la politique sont au contraire les clés d’un nouveau réalisme.

En relisant le beau livre de Marie de Hennezel Croire aux forces de l’esprit (1) sur la dimension spirituelle méconnue de François Mitterrand, j’ai été frappé d’une autre face méconnue des puissants : leur fragilité. Ainsi, cet homme que l’on disait cynique, florentin, était aussi tourmenté et passionné par son rapport à l’Invisible. Et le même, comme le montre sa correspondance amoureuse avec Anne Pingeot (2), pouvait laisser percer derrière le séducteur donjuanesque un amoureux craignant par-dessus tout de perdre l’amour de sa belle.

ALAIN DUHAMEL

Libé - Les surprises de la présidentielle

Il n’y a pas, il n’y a jamais eu d’élection présidentielle sans son lot de surprises. Depuis que les Français élisent leur chef de l’Etat au suffrage universel direct, rien ne s’est jamais passé comme prévu. La marque de la souveraineté populaire consiste même à prendre régulièrement à contre-pied experts et augures, pythies et haruspices, éditorialistes inclus, cela va de soi.

GAEL BRUSTIER

Le Figaro - Gaël Brustier : 2017, année de la gauche post-marxiste

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Gaël Brustier dresse le bilan de l'année politique à gauche pour FigaroVox et dessine les perspective pour 2017. Selon lui, la crise actuelle de la social-démocratie européenne doit permettre à la gauche de se réinventer.

Gaël Brustier est docteur en sciences politiques. Il est notamment l'auteur de Le Mai 68 conservateur - Que restera-t-il de la Manif pour tous? (éditions du Cerf, 2014). Son dernier livre #Nuit Debout. Que penser? vient de paraître aux éditions du Cerf.

REVENU UNIVERSEL

T.Piketty, Blog Le Monde - Revenu de base ou salaire juste?

Le débat sur le revenu de base a au moins un mérite : celui de rappeler qu’il existe un certain consensus en France sur le fait que chacun doit disposer d’un revenu minimum. Les désaccords existent sur le montant : 530 euros par mois actuellement pour le RSA accordé aux personnes seules sans enfant, somme que certains trouvent suffisante, et que d’autres voudraient porter à 800 euros.

Libé - Revenu universel : ce qu'en pensent les candidats à la primaire

D’utopie, il est devenu l’un des sujets principaux de la primaire à gauche. Le revenu universel, somme versée à tous les citoyens, sans condition de travail ou d’âge, fait débat. Et chacun des candidats, qu’il y soit favorable ou non, n’en a pas la même définition.

Le Point - Primaire de la gauche : Peillon et Montebourg attaquent Hamon sur le revenu universel

Christian Paul, soutien d'Arnaud Montebourg, et Patrick Bloche, directeur de campagne de Vincent Peillon, s'opposent au revenu universel défendu par Benoît Hamon.

Le revenu universel va-t-il cristalliser le débat entre les candidats de la primaire de la gauche organisée par le Parti socialiste (22-29 janvier) ? Entre Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, les deux candidats les plus à gauche, la mesure est devenue un symbole de leurs divergences.

PRIMAIRE

Marianne - Primaire à gauche : le PS vise moins de deux millions de votants

Discrètement, le patron du Parti socialiste revoit ses ambitions à la baisse au fur et à mesure que le premier tour de la primaire à gauche approche. Ce jeudi, Jean-Christophe Cambadélis est passé sous la barre des deux millions d'électeurs espérés.

France Info - Primaire de la gauche : Valls fait la course en tête, Montebourg et Hamon au coude-à-coude, selon un sondage Harris Interactive pour France Télévisions

L'ancien Premier ministre recueille 45% des intentions de vote au premier tour, et l'emporterait nettement au second, face à Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon.

"Je ne suis pas favori, je suis outsider", assurait Manuel Valls avant les vacances de Noël. Les enquêtes d'opinion semblent pourtant bel et bien indiquer le contraire. A deux semaines et demi du premier tour de la primaire de la gauche, l'ancien Premier ministre se classe en tête des intentions de vote, au premier comme au second tour, selon un sondage Harris Interactive pour France Télévisions publié jeudi 5 janvier.

La Tribune - Docteur Hamon, Mister Montebourg (et vice versa) : comment différencier les programmes?

A trois semaines du premier tour de la primaire de la gauche, les candidats peaufinent stratégie et programme. Mardi, Arnaud Montebourg a mis en ligne ses propositions. Sur la question du régime politique, de l'Europe, de la loi Travail et de l'écologie (entre autres), l'ancien ministre de l'Economie est proche des positions d'un autre ancien camarade au gouvernement, Benoît Hamon. Un constat qui renforce les questions autour de la pertinence de deux candidatures issues de la gauche du parti.

VALLS

Le Monde, Les décodeurs - 49.3, sécurité, déchéance : les affirmations de Manuel Valls décryptées

Le candidat à la primaire de la gauche était l’invité de « L’Emission politique » sur France 2, jeudi. Retour sur certaines de ses déclarations.

Revirements sur le 49.3 et la politique économique, déchéance de nationalité, sécurité… Manuel Valls était, jeudi 5 janvier, l’invité de « L’Emission politique », sur France 2. L’ancien premier ministre, qui a quitté Matignon en décembre pour être candidat à la primaire de la gauche, y a défendu son action au gouvernement depuis 2012 et ses propositions. Au prix, parfois, d’affirmations discutables. Décryptages.
 

L’ancien premier ministre était l’invité jeudi soir de France 2, à moins de trois semaines du premier tour de la primaire à gauche en vue de la présidentielle.

Manuel Valls était l’invité de « L’Emission politique » sur France 2, jeudi 5 janvier. Candidat à la présidentielle, l’ancien premier ministre a affirmé qu’« [il ne se retirerait] pas de la vie politique » en cas de défaite lors de la primaire à gauche qui l’opposera à six autres candidats les 22 et 29 janvier. Assumant le bilan du quinquennat de François Hollande, M. Valls a eu l’occasion de rappeler ses positions.

Le Figaro - Valls attaque la «purge» de Fillon, qui «ouvre les vannes pour l'extrême droite»

L'ancien premier ministre, actuel candidat à la primaire de la gauche, estime que «cette élection présidentielle est peut-être la plus importante depuis des années. Même plus importante que celle de 1981».

En lice pour devenir le candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle, Manuel Valls ne veut pas attendre le résultat de la primaire pour se placer comme le premier opposant à François Fillon. Mercredi sur RTL, l'ancien premier ministre a fermement visé le candidat de la droite.

MONTEBOURG

Le Monde - Primaire à gauche : Montebourg joue la carte d’un programme économique chiffré

L’ancien ministre de l’industrie vise un taux de chômage à 6,1 % en 2022, un déficit public à 2,5 % du produit intérieur brut et une dette du pays à 91,2 % du PIB.

Son programme était en ligne dès la fin du mois de décembre, mais Arnaud Montebourg ne voulait pas laisser deux de ses adversaires à la primaire de la gauche, Manuel Valls et Vincent Peillon, prendre seuls la lumière médiatique en présentant leur projet, mardi 3 janvier. Alors l’ancien ministre du redressement productif a convoqué la presse dès le lendemain pour détailler ses propositions sur le plan économique.
 

L’ex-ministre revendique une politique de relance keynésienne en augmentant les dépenses publiques.

On pourrait appeler cela « le pari de Montebourg ». L’ancien ministre du redressement productif est persuadé que la primaire à gauche mais aussi l’élection présidentielle se joueront sur l’économie et l’emploi, et non sur les questions de sécurité ou d’identité. Une position qui le distingue de Manuel Valls, plus en pointe sur les sujets régaliens, ou de Benoît Hamon, dont le programme est davantage axé sur les questions de société.
 
 
Arnaud Montebourg, chantre du «Made in France», est l'un des favoris de la gauche pour 2017. Mais à quoi ressemblerait la France présidée par celui qui souhaite notamment une refondation des institutions ?

Prendre le pouvoir pour redresser la France. L'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, en ballotage favorable dans les sondages de la Primaire de la gauche face à François Hollande et Benoît Hamon, veut tout changer. Démocratie, Economie, Europe... tout y passe, ou presque. Revue de détails de ce que serait la France gouvernée par l'homme de Saône-et-Loire.

Les Inrocks - Pour ne pas mettre la honte à Montebourg, Guy Bedos accepte finalement de présider son comité de soutien

“Je veux pas mais finalement je veux bien pour éviter que tu te tapes la honte.” Voilà, grosso-modo le résumé de l’histoire de la présidence du comité de soutien d’Arnaud Montebourg, qu’aurait dû présider Guy Bedos. Après avoir refusé, il a précisé à RTL cet après-midi, qu’il accepte finalement car il “ne veut pas gêner” Arnaud Montebourg car il “l’aime beaucoup”.

HAMON

Libé - Benoît Hamon: «Le revenu universel est une invitation à s’épanouir»

Face à la rédaction de «Libération» et à ses «agitateurs», le candidat PS à la primaire explicite ses propositions sur le rapport au travail, le cannabis, la crise migratoire, l’Europe ou encore un nouveau modèle de développemen

Le JDD - Les cinq raisons qui expliquent la progression de Benoît Hamon

Benoît Hamon fait un bond de 11 points dans le dernier sondage publié jeudi et talonne Arnaud Montebourg. L'ancien ministre de l'Education compte bien progresser encore, se rêvant en outsider qui finit premier, comme François Fillon avant lui. Comment a-t-il opéré sa remontée? Eléments de réponse.

Le 8 décembre dernier, Benoit Hamon remplace, au pied levé, Manuel Valls et François Hollande, qui ont tous deux décliné l'invitation de France 2 pour participer à L'Emission politique. L'ancien ministre de l'Education nationale est prévenu seulement 72 heures avant. Il s'enferme, bûche, prépare des notes. Le résultat, en terme d'audience, est décevant – 1,7 million de personnes seulement derrière leurs écrans ce soir-là – mais sur les réseaux sociaux, la prestation est loin de passer inaperçue. Cité par Les Inrocks, un journaliste de l'émission confirme : "Nous n'avons jamais eu autant de messages positifs sur les réseaux sociaux."

Le Figaro - Primaire à gauche : Hamon accuse ses adversaires de piocher dans son projet

Benoît Hamon a le sourire. «Je la sens bien, cette campagne. Il va se passer quelque chose.» Mardi soir, le candidat a réuni une cinquantaine de ses soutiens à son QG, à Paris, pour mobiliser les troupes à trois semaines du premier tour de la primaire. Alors que Manuel Valls et Vincent Peillon ont présenté leur programme quelques heures plus tôt, le député des Yvelines n'entend pas leur laisser le champ libre

La Croix - Benoît Hamon : « Pour la jeunesse, on est resté au milieu du gué »

Benoît Hamon, candidat à la primaire de la gauche et ancien ministre de l’éducation était jeudi 29 décembre l’invité de l’émission « Face aux chrétiens », animée par Dominique Gerbaud et coproduite par Radio Notre-Dame.

Il répondait aux questions de Sophie Nouaille (Radio Notre-Dame), Romain Mazenod (RCF) et Alban de Montigny (La Croix).

MACRON

Les Echos - Présidentielle 2017 : Macron se rapproche d’une qualification au second tour

Selon un sondage Elabe pour « Les Echos », le candidat d’En Marche se hisserait au second tour de la présidentielle en cas de succès d’Arnaud Montebourg à la primaire du PS et d’absence de François Bayrou.
 
..... Après une fin d'année tonitruante qui l'a vu rassembler 15.000 personnes porte de Versailles à Paris, l'année commence donc bien pour le candidat Macron. C'est la première fois qu'une enquête d'opinion le donne au second tour, le mettant en situation de l'emporter.
 
PEILLON

Atlantico - Vincent Peillon : "Le travail que j'ai d'abord à faire au sein du Parti socialiste, c'est de rassembler"

Après avoir dévoilé les grandes lignes de son programme, l'ancien ministre de l'Éducation était l'invité de "L'Entretien politique", mardi soir sur France 2.

FILOCHE

20 minutes - Gérard Filoche: «Je verrai qui de Montebourg ou de Hamon peut le mieux relayer mes idées»

PRIMAIRE SOCIALISTE Malgré un recours en justice, Gérard Filoche ne participera pas à la primaire PS, lors de laquelle il soutiendra Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon…

PS

Huffington Post - En 2016, le Parti socialiste a souffert, en 2017, il peut disparaître

Profondément divisé, écartelé entre Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron, le PS doit à tout prix réussir sa primaire pour ne pas imploser.

De mémoire socialiste, le danger n'a jamais été aussi palpable. Après une année 2016 cataclysmique, celle qui s'annonce peut se révéler fatale pour le PS qui sort éreinté d'un quinquennat horribilis.

Après les déroutes européennes, sénatoriales, municipales, cantonales et régionales de 2014 et 2015, 2016, année sans rendez-vous électoral majeur, se voulait une année de reconstruction avant l'échéance présidentielle. "L'année du dépassement" du PS, selon les propres mots de son premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis. Il y a un an, ce dernier faisait miroiter une "primaire de la refondation, ouverte sans exclusive, d'Emmanuel Macron à Jean-Luc Mélenchon" pour sauver les meubles en 2017.

05/01/2017

L'actualité des socialistes du 23 au 29 décembre

A LA UNE

Libé - Lawrence Lessig: «On doit s’inquiéter de la manière dont Internet nourrit la polarisation»

Les réseaux et les algorithmes cantonnent les individus à leur propre bulle d’information. Il y a urgence, selon le grand spécialiste du droit sur le Net, à construire un espace où discuter des mêmes questions politiques, base de la démocratie. Et contrer ainsi le pouvoir des nouveaux souverains (Facebook, Twitter, Google…).

«Nous sommes à l’âge du cyberespace. Il possède lui aussi son propre régulateur, qui lui aussi menace les libertés. […] Ce régulateur, c’est le code.» En 2000, lorsque l’Américain Lawrence Lessig publie un article qui deviendra l’une des références de la littérature consacrée à Internet, Code Is Law («le Code fait loi»), le développement du réseau est encore porteur de toutes les utopies. Aujourd’hui, à l’heure où le code a pénétré toutes les dimensions de nos vies, et où se pose en tout domaine la question des conséquences politiques des choix technologiques, l’avertissement sonne comme une urgence. Professeur de droit à Harvard, constitutionnaliste réputé, Lessig est aussi, de longue date, un fervent promoteur des «biens communs numériques» - il a créé les licences Creative Commons, qui permettent depuis quinze ans aux créateurs de partager leurs œuvres - et de l’ouverture des données publiques.

MONTEBOURG/HAMON

France Info - Primaire de la gauche : Hamon et Montebourg sont-ils vraiment si semblables ?

Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ont souvent fait cause commune : au PS au début des années 2000, où ils ont milité dans le même courant. Ou encore dans le gouvernement de Manuel Valls, dont ils ont été remerciés en même temps. Aujourd'hui, ils sont tous deux des prétendants de la primaire de la gauche. Montebourg revendique une candidature "sociale républicaine", "au cœur des gauches", quand Hamon se situe à la gauche du PS. Qu'est-ce qui les différencie aujourd'hui dans leurs programmes ? Franceinfo s'est penché sur leurs propositions : ce qui les rapproche et ce qui les différencie.

PS

France Inter, Renaud Dély - 2017: la fin du PS?

A l’approche des fêtes, une grande peur qui commence à planer sur le Parti Socialiste pour l’année prochaine.

Et cette angoisse se résume en une question à la fois simple et assez cruciale: et si 2017 était la dernière année ? Et si 2017 marquait la fin du PS. Alors, vous me direz, on peut sûrement vivre après le Parti socialiste. D’autant qu’on a déjà vécu, et plutôt pas mal, avant… Il n’empêche que ce serait quand même un sacré événement politique. Parce que le PS n’est plus tout jeune. Dans sa forme actuelle, il a quand même bientôt 46 ans. Il est né, ou plutôt il a ressuscité, en juin 1971, lors du fameux congrès d’Epinay marqué par la prise du pouvoir de François Mitterrand. Depuis, avec ses congrès, ses courants, ses déchirements et ses motions de synthèse, le parti socialiste, c’est un véritable art de vivre.

PRIMAIRE

Le JDD - Primaire de la gauche : Bertrand Delanoë ne soutiendra personne

INDISCRET - Betrand Delanoë a confié à ses amis qu'il ne soutiendra personne dans la primaire de la gauche. Ce qui ne l'empêche pas de juger, souvent durement, les candidats en lice.

France Info - Pourquoi la primaire de gauche pourrait se jouer... très à gauche !

Comme pour la primaire de droite, sept postulant-e-s sont en lice dans la primaire de gauche. Comme à droite, une seule femme est sur la ligne de départ. Et comme à droite, sauf le respect qui est dû à deux anciennes ministres, aucune chance pour elle de l'emporter : Nathalie Kosciusko-Morizet était "trop à gauche" dans la primaire de droite, Sylvia Pinel est trop "Radical de gauche", parti qu'elle préside, dans cette primaire... du PS.

REVENU UNIVERSEL

Libé - A gauche, «revenu minimum décent» ou «revenu universel d’existence» ?

Alors que Benoît Hamon propose la création d’un «revenu universel d’existence», Manuel Valls préfère envisager un «revenu minimum décent». On fait le point pour s’y retrouver entre les visions des candidats à la primaire socialiste.

«La première proposition [de Manuel Valls], ça a été d’avoir un revenu décent. Ça a été de faire en sorte que les Françaises et les Français aient un revenu qui leur permette de vivre le plus décemment possible.» Ce mardi matin sur RTL, le président du groupe socialiste au Sénat – et directeur de campagne de Manuel Valls pour la primaire – Didier Guillaume a évoqué une proposition en vogue à gauche, celle d’expérimenter une nouvelle forme d’allocation, qui, selon ses différentes versions, serait dépendante ou non des ressources et remplacerait ou non les autres allocations et aides sociales. Pour vous y retrouver, suivez le guide

MONTEBOURG

La Croix - Présidentielle 2017 : les 70 propositions d’Arnaud Montebourg

Occupant une place originale au sein de la primaire du PS, l’ancien ministre de l’économie qui plaide pour une nouvelle Europe et une politique de relance de la croissance, a mis en ligne l’ensemble de ses propositions pour 2017

Libé - Montebourg invente le «remade in France»

L'ancien ministre de l'Economie a publié une compilation de ses 70 propositions présentées au fil de l'automne. Une façon de prouver qu'il en a plus sous le pied qu'un Manuel Valls ou un Vincent Peillon.

La Croix - Arnaud Montebourg, franc-tireur de la gauche

LES CANDIDATS À LA PRIMAIRE DE LA GAUCHE (2/7). Adepte des coups d’éclats, l’ancien ministre de l’économie et du redressement productif a mené un parcours solitaire au PS. Avec son « projet France », il se positionne comme un candidat anti-système et anti-austérité.

HAMON

Libé - Edouard Martin : «Benoît Hamon n'est pas le vilain gaucho qui est contre tout»

L'eurodéputé, proche d'Arnaud Montebourg avec qui il avait planché sur le dossier Florange, explique pourquoi il a choisi de soutenir Benoît Hamon, dont il apprécie le projet social et le discours sur le travail.

Le Figaro - Cafés interdits aux femmes : accusé de déni, Hamon se justifie

LE SCAN POLITIQUE - Invité à commenter des scènes filmées par France 2 démontrant l'absence de mixité dans certains établissements de banlieue, le candidat à la primaire a relativisé.

C'est un reportage qui a beaucoup fait couler d'encre. Diffusé la semaine dernière sur France 2, il montre les l'absence de mixité dans certains cafés de banlieue, comme dans un établissement de Sevran (Seine-Saint-Denis). «On est à Sevran, on n'est pas à Paris. T'es dans le 93 ici. C'est des mentalités différentes, c'est comme au bled», commente le gérant du café dans le sujet.

Muslim Post - A gauche, Benoît Hamon est-il le candidat naturel des musulmans de France ?

Il est l’un des seuls, à gauche, à ne pas vouloir que l’Islam soit l’un des enjeux de la présidentielle. Hamon s’impose-t-il naturellement comme le candidat des musulmans de France ?

Direct Matin - Présidentielle 2017 : le programme de Benoît Hamon

Il est souvent décrit comme le «troisième homme» de la campagne de la primaire socialiste. Avec un programme qui le situe à gauche du PS, Benoît Hamon peut espérer peser sur l'élection. 

L'ancien ministre de l'Education a dévoilé les grandes lignes de son programme, qui vise notamment, selon ses propres termes, à «inventer une société où l'accomplissement n'est pas dans le travail». 

PEILLON

Libé - Vincent Peillon : «Je suis le candidat de la jeunesse de France»

Sans tracts mais entouré de micros, l'ancien ministre de l'Education et candidat à la primaire à gauche était en campagne dans le XIIe arrondissement de Paris. Au marché de Daumesnil, pas de petites phrases, des poignées de main et des regards intrigués.

REVENU UNIVERSEL

Le Temps - «Un jour, nous nous demanderons comment nous avons pu vivre sans revenu universel de base»

Philippe Van Parijs, professeur à la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de l’Université catholique de Louvain, est à Zurich ce jeudi pour parler du revenu inconditionnel de base

Les Suisses voteront le 5 juin sur une initiative populaire réclamant la création d’un revenu de base inconditionnel. L’idée? Attribuer à chaque citoyen, pauvre ou riche, une somme de base, sans contrepartie. Philippe Van Parijs, professeur ordinaire à la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de l’université de Louvain, observe le débat naissant en Suisse avec enthousiasme. Pour le philosophe qui a fondé le BIEN (Basic income earth network) dans les années 1980, le revenu de base est un vecteur d’émancipation. Il est de passage à Zurich ce jeudi pour croiser le fer avec un opposant à ce projet, l’économiste Reiner Eichenberger*

PODEMOS

Mediapart - Podemos: le déchirement?

En février prochain se tiendra à Madrid l'Assemblée "refondatrice" de Podemos. Une crise sans précédent oppose au sein du mouvement deux stratégies politiques mais surtout les deux principales personnalités du parti: Iglesias et Errejon.

99 162 personnes viennent de voter pour définir les règles selon lesquelles se déroulera la prochaine « Assemblée de refondation du Parti » dite Vistalegre II, (deux ans après la première Vistalegre fondatrice). Il s’agissait de trancher entre  les deux principales propositions, celle de Pablo Iglesias et  celle de ĺñigo Errejón. Le premier proposait que les motions présentées à l’Assemblée et la désignation de leurs auteurs à la direction (Consejo ciudadano) ne soient l’objet que d’un seul scrutin. Errejón quant à lui proposait deux scrutins séparés l’un concernant les documents l’autre les personnes aspirant à la direction.

04/01/2017

L'actualité des socialistes du 23 au 29 décembre

A LA UNE

Libé - Lawrence Lessig: «On doit s’inquiéter de la manière dont Internet nourrit la polarisation»

Les réseaux et les algorithmes cantonnent les individus à leur propre bulle d’information. Il y a urgence, selon le grand spécialiste du droit sur le Net, à construire un espace où discuter des mêmes questions politiques, base de la démocratie. Et contrer ainsi le pouvoir des nouveaux souverains (Facebook, Twitter, Google…).

«Nous sommes à l’âge du cyberespace. Il possède lui aussi son propre régulateur, qui lui aussi menace les libertés. […] Ce régulateur, c’est le code.» En 2000, lorsque l’Américain Lawrence Lessig publie un article qui deviendra l’une des références de la littérature consacrée à Internet, Code Is Law («le Code fait loi»), le développement du réseau est encore porteur de toutes les utopies. Aujourd’hui, à l’heure où le code a pénétré toutes les dimensions de nos vies, et où se pose en tout domaine la question des conséquences politiques des choix technologiques, l’avertissement sonne comme une urgence. Professeur de droit à Harvard, constitutionnaliste réputé, Lessig est aussi, de longue date, un fervent promoteur des «biens communs numériques» - il a créé les licences Creative Commons, qui permettent depuis quinze ans aux créateurs de partager leurs œuvres - et de l’ouverture des données publiques.

MONTEBOURG/HAMON

France Info - Primaire de la gauche : Hamon et Montebourg sont-ils vraiment si semblables ?

Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ont souvent fait cause commune : au PS au début des années 2000, où ils ont milité dans le même courant. Ou encore dans le gouvernement de Manuel Valls, dont ils ont été remerciés en même temps. Aujourd'hui, ils sont tous deux des prétendants de la primaire de la gauche. Montebourg revendique une candidature "sociale républicaine", "au cœur des gauches", quand Hamon se situe à la gauche du PS. Qu'est-ce qui les différencie aujourd'hui dans leurs programmes ? Franceinfo s'est penché sur leurs propositions : ce qui les rapproche et ce qui les différencie.

PS

France Inter, Renaud Dély - 2017: la fin du PS?

A l’approche des fêtes, une grande peur qui commence à planer sur le Parti Socialiste pour l’année prochaine.

Et cette angoisse se résume en une question à la fois simple et assez cruciale: et si 2017 était la dernière année ? Et si 2017 marquait la fin du PS. Alors, vous me direz, on peut sûrement vivre après le Parti socialiste. D’autant qu’on a déjà vécu, et plutôt pas mal, avant… Il n’empêche que ce serait quand même un sacré événement politique. Parce que le PS n’est plus tout jeune. Dans sa forme actuelle, il a quand même bientôt 46 ans. Il est né, ou plutôt il a ressuscité, en juin 1971, lors du fameux congrès d’Epinay marqué par la prise du pouvoir de François Mitterrand. Depuis, avec ses congrès, ses courants, ses déchirements et ses motions de synthèse, le parti socialiste, c’est un véritable art de vivre.

PRIMAIRE

Le JDD - Primaire de la gauche : Bertrand Delanoë ne soutiendra personne

INDISCRET - Betrand Delanoë a confié à ses amis qu'il ne soutiendra personne dans la primaire de la gauche. Ce qui ne l'empêche pas de juger, souvent durement, les candidats en lice.

France Info - Pourquoi la primaire de gauche pourrait se jouer... très à gauche !

Comme pour la primaire de droite, sept postulant-e-s sont en lice dans la primaire de gauche. Comme à droite, une seule femme est sur la ligne de départ. Et comme à droite, sauf le respect qui est dû à deux anciennes ministres, aucune chance pour elle de l'emporter : Nathalie Kosciusko-Morizet était "trop à gauche" dans la primaire de droite, Sylvia Pinel est trop "Radical de gauche", parti qu'elle préside, dans cette primaire... du PS.

REVENU UNIVERSEL

Libé - A gauche, «revenu minimum décent» ou «revenu universel d’existence» ?

Alors que Benoît Hamon propose la création d’un «revenu universel d’existence», Manuel Valls préfère envisager un «revenu minimum décent». On fait le point pour s’y retrouver entre les visions des candidats à la primaire socialiste.

«La première proposition [de Manuel Valls], ça a été d’avoir un revenu décent. Ça a été de faire en sorte que les Françaises et les Français aient un revenu qui leur permette de vivre le plus décemment possible.» Ce mardi matin sur RTL, le président du groupe socialiste au Sénat – et directeur de campagne de Manuel Valls pour la primaire – Didier Guillaume a évoqué une proposition en vogue à gauche, celle d’expérimenter une nouvelle forme d’allocation, qui, selon ses différentes versions, serait dépendante ou non des ressources et remplacerait ou non les autres allocations et aides sociales. Pour vous y retrouver, suivez le guide

MONTEBOURG

La Croix - Présidentielle 2017 : les 70 propositions d’Arnaud Montebourg

Occupant une place originale au sein de la primaire du PS, l’ancien ministre de l’économie qui plaide pour une nouvelle Europe et une politique de relance de la croissance, a mis en ligne l’ensemble de ses propositions pour 2017

Libé - Montebourg invente le «remade in France»

L'ancien ministre de l'Economie a publié une compilation de ses 70 propositions présentées au fil de l'automne. Une façon de prouver qu'il en a plus sous le pied qu'un Manuel Valls ou un Vincent Peillon.

La Croix - Arnaud Montebourg, franc-tireur de la gauche

LES CANDIDATS À LA PRIMAIRE DE LA GAUCHE (2/7). Adepte des coups d’éclats, l’ancien ministre de l’économie et du redressement productif a mené un parcours solitaire au PS. Avec son « projet France », il se positionne comme un candidat anti-système et anti-austérité.

HAMON

Libé - Edouard Martin : «Benoît Hamon n'est pas le vilain gaucho qui est contre tout»

L'eurodéputé, proche d'Arnaud Montebourg avec qui il avait planché sur le dossier Florange, explique pourquoi il a choisi de soutenir Benoît Hamon, dont il apprécie le projet social et le discours sur le travail.

Le Figaro - Cafés interdits aux femmes : accusé de déni, Hamon se justifie

LE SCAN POLITIQUE - Invité à commenter des scènes filmées par France 2 démontrant l'absence de mixité dans certains établissements de banlieue, le candidat à la primaire a relativisé.

C'est un reportage qui a beaucoup fait couler d'encre. Diffusé la semaine dernière sur France 2, il montre les l'absence de mixité dans certains cafés de banlieue, comme dans un établissement de Sevran (Seine-Saint-Denis). «On est à Sevran, on n'est pas à Paris. T'es dans le 93 ici. C'est des mentalités différentes, c'est comme au bled», commente le gérant du café dans le sujet.

Muslim Post - A gauche, Benoît Hamon est-il le candidat naturel des musulmans de France ?

Il est l’un des seuls, à gauche, à ne pas vouloir que l’Islam soit l’un des enjeux de la présidentielle. Hamon s’impose-t-il naturellement comme le candidat des musulmans de France ?

Direct Matin - Présidentielle 2017 : le programme de Benoît Hamon

Il est souvent décrit comme le «troisième homme» de la campagne de la primaire socialiste. Avec un programme qui le situe à gauche du PS, Benoît Hamon peut espérer peser sur l'élection. 

L'ancien ministre de l'Education a dévoilé les grandes lignes de son programme, qui vise notamment, selon ses propres termes, à «inventer une société où l'accomplissement n'est pas dans le travail». 

PEILLON

Libé - Vincent Peillon : «Je suis le candidat de la jeunesse de France»

Sans tracts mais entouré de micros, l'ancien ministre de l'Education et candidat à la primaire à gauche était en campagne dans le XIIe arrondissement de Paris. Au marché de Daumesnil, pas de petites phrases, des poignées de main et des regards intrigués.

REVENU UNIVERSEL

Le Temps - «Un jour, nous nous demanderons comment nous avons pu vivre sans revenu universel de base»

Philippe Van Parijs, professeur à la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de l’Université catholique de Louvain, est à Zurich ce jeudi pour parler du revenu inconditionnel de base

Les Suisses voteront le 5 juin sur une initiative populaire réclamant la création d’un revenu de base inconditionnel. L’idée? Attribuer à chaque citoyen, pauvre ou riche, une somme de base, sans contrepartie. Philippe Van Parijs, professeur ordinaire à la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de l’université de Louvain, observe le débat naissant en Suisse avec enthousiasme. Pour le philosophe qui a fondé le BIEN (Basic income earth network) dans les années 1980, le revenu de base est un vecteur d’émancipation. Il est de passage à Zurich ce jeudi pour croiser le fer avec un opposant à ce projet, l’économiste Reiner Eichenberger*

PODEMOS

Mediapart - Podemos: le déchirement?

En février prochain se tiendra à Madrid l'Assemblée "refondatrice" de Podemos. Une crise sans précédent oppose au sein du mouvement deux stratégies politiques mais surtout les deux principales personnalités du parti: Iglesias et Errejon.

99 162 personnes viennent de voter pour définir les règles selon lesquelles se déroulera la prochaine « Assemblée de refondation du Parti » dite Vistalegre II, (deux ans après la première Vistalegre fondatrice). Il s’agissait de trancher entre  les deux principales propositions, celle de Pablo Iglesias et  celle de ĺñigo Errejón. Le premier proposait que les motions présentées à l’Assemblée et la désignation de leurs auteurs à la direction (Consejo ciudadano) ne soient l’objet que d’un seul scrutin. Errejón quant à lui proposait deux scrutins séparés l’un concernant les documents l’autre les personnes aspirant à la direction.

03/01/2017

L'actualité des socialistes du 23 au 29 décembre

A LA UNE

Libé - Lawrence Lessig: «On doit s’inquiéter de la manière dont Internet nourrit la polarisation»

Les réseaux et les algorithmes cantonnent les individus à leur propre bulle d’information. Il y a urgence, selon le grand spécialiste du droit sur le Net, à construire un espace où discuter des mêmes questions politiques, base de la démocratie. Et contrer ainsi le pouvoir des nouveaux souverains (Facebook, Twitter, Google…).

«Nous sommes à l’âge du cyberespace. Il possède lui aussi son propre régulateur, qui lui aussi menace les libertés. […] Ce régulateur, c’est le code.» En 2000, lorsque l’Américain Lawrence Lessig publie un article qui deviendra l’une des références de la littérature consacrée à Internet, Code Is Law («le Code fait loi»), le développement du réseau est encore porteur de toutes les utopies. Aujourd’hui, à l’heure où le code a pénétré toutes les dimensions de nos vies, et où se pose en tout domaine la question des conséquences politiques des choix technologiques, l’avertissement sonne comme une urgence. Professeur de droit à Harvard, constitutionnaliste réputé, Lessig est aussi, de longue date, un fervent promoteur des «biens communs numériques» - il a créé les licences Creative Commons, qui permettent depuis quinze ans aux créateurs de partager leurs œuvres - et de l’ouverture des données publiques.

MONTEBOURG/HAMON

France Info - Primaire de la gauche : Hamon et Montebourg sont-ils vraiment si semblables ?

Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ont souvent fait cause commune : au PS au début des années 2000, où ils ont milité dans le même courant. Ou encore dans le gouvernement de Manuel Valls, dont ils ont été remerciés en même temps. Aujourd'hui, ils sont tous deux des prétendants de la primaire de la gauche. Montebourg revendique une candidature "sociale républicaine", "au cœur des gauches", quand Hamon se situe à la gauche du PS. Qu'est-ce qui les différencie aujourd'hui dans leurs programmes ? Franceinfo s'est penché sur leurs propositions : ce qui les rapproche et ce qui les différencie.

PS

France Inter, Renaud Dély - 2017: la fin du PS?

A l’approche des fêtes, une grande peur qui commence à planer sur le Parti Socialiste pour l’année prochaine.

Et cette angoisse se résume en une question à la fois simple et assez cruciale: et si 2017 était la dernière année ? Et si 2017 marquait la fin du PS. Alors, vous me direz, on peut sûrement vivre après le Parti socialiste. D’autant qu’on a déjà vécu, et plutôt pas mal, avant… Il n’empêche que ce serait quand même un sacré événement politique. Parce que le PS n’est plus tout jeune. Dans sa forme actuelle, il a quand même bientôt 46 ans. Il est né, ou plutôt il a ressuscité, en juin 1971, lors du fameux congrès d’Epinay marqué par la prise du pouvoir de François Mitterrand. Depuis, avec ses congrès, ses courants, ses déchirements et ses motions de synthèse, le parti socialiste, c’est un véritable art de vivre.

PRIMAIRE

Le JDD - Primaire de la gauche : Bertrand Delanoë ne soutiendra personne

INDISCRET - Betrand Delanoë a confié à ses amis qu'il ne soutiendra personne dans la primaire de la gauche. Ce qui ne l'empêche pas de juger, souvent durement, les candidats en lice.

France Info - Pourquoi la primaire de gauche pourrait se jouer... très à gauche !

Comme pour la primaire de droite, sept postulant-e-s sont en lice dans la primaire de gauche. Comme à droite, une seule femme est sur la ligne de départ. Et comme à droite, sauf le respect qui est dû à deux anciennes ministres, aucune chance pour elle de l'emporter : Nathalie Kosciusko-Morizet était "trop à gauche" dans la primaire de droite, Sylvia Pinel est trop "Radical de gauche", parti qu'elle préside, dans cette primaire... du PS.

REVENU UNIVERSEL

Libé - A gauche, «revenu minimum décent» ou «revenu universel d’existence» ?

Alors que Benoît Hamon propose la création d’un «revenu universel d’existence», Manuel Valls préfère envisager un «revenu minimum décent». On fait le point pour s’y retrouver entre les visions des candidats à la primaire socialiste.

«La première proposition [de Manuel Valls], ça a été d’avoir un revenu décent. Ça a été de faire en sorte que les Françaises et les Français aient un revenu qui leur permette de vivre le plus décemment possible.» Ce mardi matin sur RTL, le président du groupe socialiste au Sénat – et directeur de campagne de Manuel Valls pour la primaire – Didier Guillaume a évoqué une proposition en vogue à gauche, celle d’expérimenter une nouvelle forme d’allocation, qui, selon ses différentes versions, serait dépendante ou non des ressources et remplacerait ou non les autres allocations et aides sociales. Pour vous y retrouver, suivez le guide

MONTEBOURG

La Croix - Présidentielle 2017 : les 70 propositions d’Arnaud Montebourg

Occupant une place originale au sein de la primaire du PS, l’ancien ministre de l’économie qui plaide pour une nouvelle Europe et une politique de relance de la croissance, a mis en ligne l’ensemble de ses propositions pour 2017

Libé - Montebourg invente le «remade in France»

L'ancien ministre de l'Economie a publié une compilation de ses 70 propositions présentées au fil de l'automne. Une façon de prouver qu'il en a plus sous le pied qu'un Manuel Valls ou un Vincent Peillon.

La Croix - Arnaud Montebourg, franc-tireur de la gauche

LES CANDIDATS À LA PRIMAIRE DE LA GAUCHE (2/7). Adepte des coups d’éclats, l’ancien ministre de l’économie et du redressement productif a mené un parcours solitaire au PS. Avec son « projet France », il se positionne comme un candidat anti-système et anti-austérité.

HAMON

Libé - Edouard Martin : «Benoît Hamon n'est pas le vilain gaucho qui est contre tout»

L'eurodéputé, proche d'Arnaud Montebourg avec qui il avait planché sur le dossier Florange, explique pourquoi il a choisi de soutenir Benoît Hamon, dont il apprécie le projet social et le discours sur le travail.

Le Figaro - Cafés interdits aux femmes : accusé de déni, Hamon se justifie

LE SCAN POLITIQUE - Invité à commenter des scènes filmées par France 2 démontrant l'absence de mixité dans certains établissements de banlieue, le candidat à la primaire a relativisé.

C'est un reportage qui a beaucoup fait couler d'encre. Diffusé la semaine dernière sur France 2, il montre les l'absence de mixité dans certains cafés de banlieue, comme dans un établissement de Sevran (Seine-Saint-Denis). «On est à Sevran, on n'est pas à Paris. T'es dans le 93 ici. C'est des mentalités différentes, c'est comme au bled», commente le gérant du café dans le sujet.

Muslim Post - A gauche, Benoît Hamon est-il le candidat naturel des musulmans de France ?

Il est l’un des seuls, à gauche, à ne pas vouloir que l’Islam soit l’un des enjeux de la présidentielle. Hamon s’impose-t-il naturellement comme le candidat des musulmans de France ?

Direct Matin - Présidentielle 2017 : le programme de Benoît Hamon

Il est souvent décrit comme le «troisième homme» de la campagne de la primaire socialiste. Avec un programme qui le situe à gauche du PS, Benoît Hamon peut espérer peser sur l'élection. 

L'ancien ministre de l'Education a dévoilé les grandes lignes de son programme, qui vise notamment, selon ses propres termes, à «inventer une société où l'accomplissement n'est pas dans le travail». 

PEILLON

Libé - Vincent Peillon : «Je suis le candidat de la jeunesse de France»

Sans tracts mais entouré de micros, l'ancien ministre de l'Education et candidat à la primaire à gauche était en campagne dans le XIIe arrondissement de Paris. Au marché de Daumesnil, pas de petites phrases, des poignées de main et des regards intrigués.

REVENU UNIVERSEL

Le Temps - «Un jour, nous nous demanderons comment nous avons pu vivre sans revenu universel de base»

Philippe Van Parijs, professeur à la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de l’Université catholique de Louvain, est à Zurich ce jeudi pour parler du revenu inconditionnel de base

Les Suisses voteront le 5 juin sur une initiative populaire réclamant la création d’un revenu de base inconditionnel. L’idée? Attribuer à chaque citoyen, pauvre ou riche, une somme de base, sans contrepartie. Philippe Van Parijs, professeur ordinaire à la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de l’université de Louvain, observe le débat naissant en Suisse avec enthousiasme. Pour le philosophe qui a fondé le BIEN (Basic income earth network) dans les années 1980, le revenu de base est un vecteur d’émancipation. Il est de passage à Zurich ce jeudi pour croiser le fer avec un opposant à ce projet, l’économiste Reiner Eichenberger*

PODEMOS

Mediapart - Podemos: le déchirement?

En février prochain se tiendra à Madrid l'Assemblée "refondatrice" de Podemos. Une crise sans précédent oppose au sein du mouvement deux stratégies politiques mais surtout les deux principales personnalités du parti: Iglesias et Errejon.

99 162 personnes viennent de voter pour définir les règles selon lesquelles se déroulera la prochaine « Assemblée de refondation du Parti » dite Vistalegre II, (deux ans après la première Vistalegre fondatrice). Il s’agissait de trancher entre  les deux principales propositions, celle de Pablo Iglesias et  celle de ĺñigo Errejón. Le premier proposait que les motions présentées à l’Assemblée et la désignation de leurs auteurs à la direction (Consejo ciudadano) ne soient l’objet que d’un seul scrutin. Errejón quant à lui proposait deux scrutins séparés l’un concernant les documents l’autre les personnes aspirant à la direction.

02/01/2017

L'actualité des socialistes du 23 au 29 décembre

A LA UNE

Libé - Lawrence Lessig: «On doit s’inquiéter de la manière dont Internet nourrit la polarisation»

Les réseaux et les algorithmes cantonnent les individus à leur propre bulle d’information. Il y a urgence, selon le grand spécialiste du droit sur le Net, à construire un espace où discuter des mêmes questions politiques, base de la démocratie. Et contrer ainsi le pouvoir des nouveaux souverains (Facebook, Twitter, Google…).

«Nous sommes à l’âge du cyberespace. Il possède lui aussi son propre régulateur, qui lui aussi menace les libertés. […] Ce régulateur, c’est le code.» En 2000, lorsque l’Américain Lawrence Lessig publie un article qui deviendra l’une des références de la littérature consacrée à Internet, Code Is Law («le Code fait loi»), le développement du réseau est encore porteur de toutes les utopies. Aujourd’hui, à l’heure où le code a pénétré toutes les dimensions de nos vies, et où se pose en tout domaine la question des conséquences politiques des choix technologiques, l’avertissement sonne comme une urgence. Professeur de droit à Harvard, constitutionnaliste réputé, Lessig est aussi, de longue date, un fervent promoteur des «biens communs numériques» - il a créé les licences Creative Commons, qui permettent depuis quinze ans aux créateurs de partager leurs œuvres - et de l’ouverture des données publiques.

MONTEBOURG/HAMON

France Info - Primaire de la gauche : Hamon et Montebourg sont-ils vraiment si semblables ?

Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ont souvent fait cause commune : au PS au début des années 2000, où ils ont milité dans le même courant. Ou encore dans le gouvernement de Manuel Valls, dont ils ont été remerciés en même temps. Aujourd'hui, ils sont tous deux des prétendants de la primaire de la gauche. Montebourg revendique une candidature "sociale républicaine", "au cœur des gauches", quand Hamon se situe à la gauche du PS. Qu'est-ce qui les différencie aujourd'hui dans leurs programmes ? Franceinfo s'est penché sur leurs propositions : ce qui les rapproche et ce qui les différencie.

PS

France Inter, Renaud Dély - 2017: la fin du PS?

A l’approche des fêtes, une grande peur qui commence à planer sur le Parti Socialiste pour l’année prochaine.

Et cette angoisse se résume en une question à la fois simple et assez cruciale: et si 2017 était la dernière année ? Et si 2017 marquait la fin du PS. Alors, vous me direz, on peut sûrement vivre après le Parti socialiste. D’autant qu’on a déjà vécu, et plutôt pas mal, avant… Il n’empêche que ce serait quand même un sacré événement politique. Parce que le PS n’est plus tout jeune. Dans sa forme actuelle, il a quand même bientôt 46 ans. Il est né, ou plutôt il a ressuscité, en juin 1971, lors du fameux congrès d’Epinay marqué par la prise du pouvoir de François Mitterrand. Depuis, avec ses congrès, ses courants, ses déchirements et ses motions de synthèse, le parti socialiste, c’est un véritable art de vivre.

PRIMAIRE

Le JDD - Primaire de la gauche : Bertrand Delanoë ne soutiendra personne

INDISCRET - Betrand Delanoë a confié à ses amis qu'il ne soutiendra personne dans la primaire de la gauche. Ce qui ne l'empêche pas de juger, souvent durement, les candidats en lice.

France Info - Pourquoi la primaire de gauche pourrait se jouer... très à gauche !

Comme pour la primaire de droite, sept postulant-e-s sont en lice dans la primaire de gauche. Comme à droite, une seule femme est sur la ligne de départ. Et comme à droite, sauf le respect qui est dû à deux anciennes ministres, aucune chance pour elle de l'emporter : Nathalie Kosciusko-Morizet était "trop à gauche" dans la primaire de droite, Sylvia Pinel est trop "Radical de gauche", parti qu'elle préside, dans cette primaire... du PS.

REVENU UNIVERSEL

Libé - A gauche, «revenu minimum décent» ou «revenu universel d’existence» ?

Alors que Benoît Hamon propose la création d’un «revenu universel d’existence», Manuel Valls préfère envisager un «revenu minimum décent». On fait le point pour s’y retrouver entre les visions des candidats à la primaire socialiste.

«La première proposition [de Manuel Valls], ça a été d’avoir un revenu décent. Ça a été de faire en sorte que les Françaises et les Français aient un revenu qui leur permette de vivre le plus décemment possible.» Ce mardi matin sur RTL, le président du groupe socialiste au Sénat – et directeur de campagne de Manuel Valls pour la primaire – Didier Guillaume a évoqué une proposition en vogue à gauche, celle d’expérimenter une nouvelle forme d’allocation, qui, selon ses différentes versions, serait dépendante ou non des ressources et remplacerait ou non les autres allocations et aides sociales. Pour vous y retrouver, suivez le guide

MONTEBOURG

La Croix - Présidentielle 2017 : les 70 propositions d’Arnaud Montebourg

Occupant une place originale au sein de la primaire du PS, l’ancien ministre de l’économie qui plaide pour une nouvelle Europe et une politique de relance de la croissance, a mis en ligne l’ensemble de ses propositions pour 2017

Libé - Montebourg invente le «remade in France»

L'ancien ministre de l'Economie a publié une compilation de ses 70 propositions présentées au fil de l'automne. Une façon de prouver qu'il en a plus sous le pied qu'un Manuel Valls ou un Vincent Peillon.

La Croix - Arnaud Montebourg, franc-tireur de la gauche

LES CANDIDATS À LA PRIMAIRE DE LA GAUCHE (2/7). Adepte des coups d’éclats, l’ancien ministre de l’économie et du redressement productif a mené un parcours solitaire au PS. Avec son « projet France », il se positionne comme un candidat anti-système et anti-austérité.

HAMON

Libé - Edouard Martin : «Benoît Hamon n'est pas le vilain gaucho qui est contre tout»

L'eurodéputé, proche d'Arnaud Montebourg avec qui il avait planché sur le dossier Florange, explique pourquoi il a choisi de soutenir Benoît Hamon, dont il apprécie le projet social et le discours sur le travail.

Le Figaro - Cafés interdits aux femmes : accusé de déni, Hamon se justifie

LE SCAN POLITIQUE - Invité à commenter des scènes filmées par France 2 démontrant l'absence de mixité dans certains établissements de banlieue, le candidat à la primaire a relativisé.

C'est un reportage qui a beaucoup fait couler d'encre. Diffusé la semaine dernière sur France 2, il montre les l'absence de mixité dans certains cafés de banlieue, comme dans un établissement de Sevran (Seine-Saint-Denis). «On est à Sevran, on n'est pas à Paris. T'es dans le 93 ici. C'est des mentalités différentes, c'est comme au bled», commente le gérant du café dans le sujet.

Muslim Post - A gauche, Benoît Hamon est-il le candidat naturel des musulmans de France ?

Il est l’un des seuls, à gauche, à ne pas vouloir que l’Islam soit l’un des enjeux de la présidentielle. Hamon s’impose-t-il naturellement comme le candidat des musulmans de France ?

Direct Matin - Présidentielle 2017 : le programme de Benoît Hamon

Il est souvent décrit comme le «troisième homme» de la campagne de la primaire socialiste. Avec un programme qui le situe à gauche du PS, Benoît Hamon peut espérer peser sur l'élection. 

L'ancien ministre de l'Education a dévoilé les grandes lignes de son programme, qui vise notamment, selon ses propres termes, à «inventer une société où l'accomplissement n'est pas dans le travail». 

PEILLON

Libé - Vincent Peillon : «Je suis le candidat de la jeunesse de France»

Sans tracts mais entouré de micros, l'ancien ministre de l'Education et candidat à la primaire à gauche était en campagne dans le XIIe arrondissement de Paris. Au marché de Daumesnil, pas de petites phrases, des poignées de main et des regards intrigués.

REVENU UNIVERSEL

Le Temps - «Un jour, nous nous demanderons comment nous avons pu vivre sans revenu universel de base»

Philippe Van Parijs, professeur à la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de l’Université catholique de Louvain, est à Zurich ce jeudi pour parler du revenu inconditionnel de base

Les Suisses voteront le 5 juin sur une initiative populaire réclamant la création d’un revenu de base inconditionnel. L’idée? Attribuer à chaque citoyen, pauvre ou riche, une somme de base, sans contrepartie. Philippe Van Parijs, professeur ordinaire à la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de l’université de Louvain, observe le débat naissant en Suisse avec enthousiasme. Pour le philosophe qui a fondé le BIEN (Basic income earth network) dans les années 1980, le revenu de base est un vecteur d’émancipation. Il est de passage à Zurich ce jeudi pour croiser le fer avec un opposant à ce projet, l’économiste Reiner Eichenberger*

PODEMOS

Mediapart - Podemos: le déchirement?

En février prochain se tiendra à Madrid l'Assemblée "refondatrice" de Podemos. Une crise sans précédent oppose au sein du mouvement deux stratégies politiques mais surtout les deux principales personnalités du parti: Iglesias et Errejon.

99 162 personnes viennent de voter pour définir les règles selon lesquelles se déroulera la prochaine « Assemblée de refondation du Parti » dite Vistalegre II, (deux ans après la première Vistalegre fondatrice). Il s’agissait de trancher entre  les deux principales propositions, celle de Pablo Iglesias et  celle de ĺñigo Errejón. Le premier proposait que les motions présentées à l’Assemblée et la désignation de leurs auteurs à la direction (Consejo ciudadano) ne soient l’objet que d’un seul scrutin. Errejón quant à lui proposait deux scrutins séparés l’un concernant les documents l’autre les personnes aspirant à la direction.

01/01/2017

L'actualité des socialistes du 23 au 29 décembre

A LA UNE

Libé - Lawrence Lessig: «On doit s’inquiéter de la manière dont Internet nourrit la polarisation»

Les réseaux et les algorithmes cantonnent les individus à leur propre bulle d’information. Il y a urgence, selon le grand spécialiste du droit sur le Net, à construire un espace où discuter des mêmes questions politiques, base de la démocratie. Et contrer ainsi le pouvoir des nouveaux souverains (Facebook, Twitter, Google…).

«Nous sommes à l’âge du cyberespace. Il possède lui aussi son propre régulateur, qui lui aussi menace les libertés. […] Ce régulateur, c’est le code.» En 2000, lorsque l’Américain Lawrence Lessig publie un article qui deviendra l’une des références de la littérature consacrée à Internet, Code Is Law («le Code fait loi»), le développement du réseau est encore porteur de toutes les utopies. Aujourd’hui, à l’heure où le code a pénétré toutes les dimensions de nos vies, et où se pose en tout domaine la question des conséquences politiques des choix technologiques, l’avertissement sonne comme une urgence. Professeur de droit à Harvard, constitutionnaliste réputé, Lessig est aussi, de longue date, un fervent promoteur des «biens communs numériques» - il a créé les licences Creative Commons, qui permettent depuis quinze ans aux créateurs de partager leurs œuvres - et de l’ouverture des données publiques.

MONTEBOURG/HAMON

France Info - Primaire de la gauche : Hamon et Montebourg sont-ils vraiment si semblables ?

Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ont souvent fait cause commune : au PS au début des années 2000, où ils ont milité dans le même courant. Ou encore dans le gouvernement de Manuel Valls, dont ils ont été remerciés en même temps. Aujourd'hui, ils sont tous deux des prétendants de la primaire de la gauche. Montebourg revendique une candidature "sociale républicaine", "au cœur des gauches", quand Hamon se situe à la gauche du PS. Qu'est-ce qui les différencie aujourd'hui dans leurs programmes ? Franceinfo s'est penché sur leurs propositions : ce qui les rapproche et ce qui les différencie.

PS

France Inter, Renaud Dély - 2017: la fin du PS?

A l’approche des fêtes, une grande peur qui commence à planer sur le Parti Socialiste pour l’année prochaine.

Et cette angoisse se résume en une question à la fois simple et assez cruciale: et si 2017 était la dernière année ? Et si 2017 marquait la fin du PS. Alors, vous me direz, on peut sûrement vivre après le Parti socialiste. D’autant qu’on a déjà vécu, et plutôt pas mal, avant… Il n’empêche que ce serait quand même un sacré événement politique. Parce que le PS n’est plus tout jeune. Dans sa forme actuelle, il a quand même bientôt 46 ans. Il est né, ou plutôt il a ressuscité, en juin 1971, lors du fameux congrès d’Epinay marqué par la prise du pouvoir de François Mitterrand. Depuis, avec ses congrès, ses courants, ses déchirements et ses motions de synthèse, le parti socialiste, c’est un véritable art de vivre.

PRIMAIRE

Le JDD - Primaire de la gauche : Bertrand Delanoë ne soutiendra personne

INDISCRET - Betrand Delanoë a confié à ses amis qu'il ne soutiendra personne dans la primaire de la gauche. Ce qui ne l'empêche pas de juger, souvent durement, les candidats en lice.

France Info - Pourquoi la primaire de gauche pourrait se jouer... très à gauche !

Comme pour la primaire de droite, sept postulant-e-s sont en lice dans la primaire de gauche. Comme à droite, une seule femme est sur la ligne de départ. Et comme à droite, sauf le respect qui est dû à deux anciennes ministres, aucune chance pour elle de l'emporter : Nathalie Kosciusko-Morizet était "trop à gauche" dans la primaire de droite, Sylvia Pinel est trop "Radical de gauche", parti qu'elle préside, dans cette primaire... du PS.

REVENU UNIVERSEL

Libé - A gauche, «revenu minimum décent» ou «revenu universel d’existence» ?

Alors que Benoît Hamon propose la création d’un «revenu universel d’existence», Manuel Valls préfère envisager un «revenu minimum décent». On fait le point pour s’y retrouver entre les visions des candidats à la primaire socialiste.

«La première proposition [de Manuel Valls], ça a été d’avoir un revenu décent. Ça a été de faire en sorte que les Françaises et les Français aient un revenu qui leur permette de vivre le plus décemment possible.» Ce mardi matin sur RTL, le président du groupe socialiste au Sénat – et directeur de campagne de Manuel Valls pour la primaire – Didier Guillaume a évoqué une proposition en vogue à gauche, celle d’expérimenter une nouvelle forme d’allocation, qui, selon ses différentes versions, serait dépendante ou non des ressources et remplacerait ou non les autres allocations et aides sociales. Pour vous y retrouver, suivez le guide

MONTEBOURG

La Croix - Présidentielle 2017 : les 70 propositions d’Arnaud Montebourg

Occupant une place originale au sein de la primaire du PS, l’ancien ministre de l’économie qui plaide pour une nouvelle Europe et une politique de relance de la croissance, a mis en ligne l’ensemble de ses propositions pour 2017

Libé - Montebourg invente le «remade in France»

L'ancien ministre de l'Economie a publié une compilation de ses 70 propositions présentées au fil de l'automne. Une façon de prouver qu'il en a plus sous le pied qu'un Manuel Valls ou un Vincent Peillon.

La Croix - Arnaud Montebourg, franc-tireur de la gauche

LES CANDIDATS À LA PRIMAIRE DE LA GAUCHE (2/7). Adepte des coups d’éclats, l’ancien ministre de l’économie et du redressement productif a mené un parcours solitaire au PS. Avec son « projet France », il se positionne comme un candidat anti-système et anti-austérité.

HAMON

Libé - Edouard Martin : «Benoît Hamon n'est pas le vilain gaucho qui est contre tout»

L'eurodéputé, proche d'Arnaud Montebourg avec qui il avait planché sur le dossier Florange, explique pourquoi il a choisi de soutenir Benoît Hamon, dont il apprécie le projet social et le discours sur le travail.

Le Figaro - Cafés interdits aux femmes : accusé de déni, Hamon se justifie

LE SCAN POLITIQUE - Invité à commenter des scènes filmées par France 2 démontrant l'absence de mixité dans certains établissements de banlieue, le candidat à la primaire a relativisé.

C'est un reportage qui a beaucoup fait couler d'encre. Diffusé la semaine dernière sur France 2, il montre les l'absence de mixité dans certains cafés de banlieue, comme dans un établissement de Sevran (Seine-Saint-Denis). «On est à Sevran, on n'est pas à Paris. T'es dans le 93 ici. C'est des mentalités différentes, c'est comme au bled», commente le gérant du café dans le sujet.

Muslim Post - A gauche, Benoît Hamon est-il le candidat naturel des musulmans de France ?

Il est l’un des seuls, à gauche, à ne pas vouloir que l’Islam soit l’un des enjeux de la présidentielle. Hamon s’impose-t-il naturellement comme le candidat des musulmans de France ?

Direct Matin - Présidentielle 2017 : le programme de Benoît Hamon

Il est souvent décrit comme le «troisième homme» de la campagne de la primaire socialiste. Avec un programme qui le situe à gauche du PS, Benoît Hamon peut espérer peser sur l'élection. 

L'ancien ministre de l'Education a dévoilé les grandes lignes de son programme, qui vise notamment, selon ses propres termes, à «inventer une société où l'accomplissement n'est pas dans le travail». 

PEILLON

Libé - Vincent Peillon : «Je suis le candidat de la jeunesse de France»

Sans tracts mais entouré de micros, l'ancien ministre de l'Education et candidat à la primaire à gauche était en campagne dans le XIIe arrondissement de Paris. Au marché de Daumesnil, pas de petites phrases, des poignées de main et des regards intrigués.

REVENU UNIVERSEL

Le Temps - «Un jour, nous nous demanderons comment nous avons pu vivre sans revenu universel de base»

Philippe Van Parijs, professeur à la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de l’Université catholique de Louvain, est à Zurich ce jeudi pour parler du revenu inconditionnel de base

Les Suisses voteront le 5 juin sur une initiative populaire réclamant la création d’un revenu de base inconditionnel. L’idée? Attribuer à chaque citoyen, pauvre ou riche, une somme de base, sans contrepartie. Philippe Van Parijs, professeur ordinaire à la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de l’université de Louvain, observe le débat naissant en Suisse avec enthousiasme. Pour le philosophe qui a fondé le BIEN (Basic income earth network) dans les années 1980, le revenu de base est un vecteur d’émancipation. Il est de passage à Zurich ce jeudi pour croiser le fer avec un opposant à ce projet, l’économiste Reiner Eichenberger*

PODEMOS

Mediapart - Podemos: le déchirement?

En février prochain se tiendra à Madrid l'Assemblée "refondatrice" de Podemos. Une crise sans précédent oppose au sein du mouvement deux stratégies politiques mais surtout les deux principales personnalités du parti: Iglesias et Errejon.

99 162 personnes viennent de voter pour définir les règles selon lesquelles se déroulera la prochaine « Assemblée de refondation du Parti » dite Vistalegre II, (deux ans après la première Vistalegre fondatrice). Il s’agissait de trancher entre  les deux principales propositions, celle de Pablo Iglesias et  celle de ĺñigo Errejón. Le premier proposait que les motions présentées à l’Assemblée et la désignation de leurs auteurs à la direction (Consejo ciudadano) ne soient l’objet que d’un seul scrutin. Errejón quant à lui proposait deux scrutins séparés l’un concernant les documents l’autre les personnes aspirant à la direction.

31/12/2016

L'actualité des socialistes du 23 au 29 décembre

A LA UNE

Libé - Lawrence Lessig: «On doit s’inquiéter de la manière dont Internet nourrit la polarisation»

Les réseaux et les algorithmes cantonnent les individus à leur propre bulle d’information. Il y a urgence, selon le grand spécialiste du droit sur le Net, à construire un espace où discuter des mêmes questions politiques, base de la démocratie. Et contrer ainsi le pouvoir des nouveaux souverains (Facebook, Twitter, Google…).

«Nous sommes à l’âge du cyberespace. Il possède lui aussi son propre régulateur, qui lui aussi menace les libertés. […] Ce régulateur, c’est le code.» En 2000, lorsque l’Américain Lawrence Lessig publie un article qui deviendra l’une des références de la littérature consacrée à Internet, Code Is Law («le Code fait loi»), le développement du réseau est encore porteur de toutes les utopies. Aujourd’hui, à l’heure où le code a pénétré toutes les dimensions de nos vies, et où se pose en tout domaine la question des conséquences politiques des choix technologiques, l’avertissement sonne comme une urgence. Professeur de droit à Harvard, constitutionnaliste réputé, Lessig est aussi, de longue date, un fervent promoteur des «biens communs numériques» - il a créé les licences Creative Commons, qui permettent depuis quinze ans aux créateurs de partager leurs œuvres - et de l’ouverture des données publiques.

MONTEBOURG/HAMON

France Info - Primaire de la gauche : Hamon et Montebourg sont-ils vraiment si semblables ?

Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ont souvent fait cause commune : au PS au début des années 2000, où ils ont milité dans le même courant. Ou encore dans le gouvernement de Manuel Valls, dont ils ont été remerciés en même temps. Aujourd'hui, ils sont tous deux des prétendants de la primaire de la gauche. Montebourg revendique une candidature "sociale républicaine", "au cœur des gauches", quand Hamon se situe à la gauche du PS. Qu'est-ce qui les différencie aujourd'hui dans leurs programmes ? Franceinfo s'est penché sur leurs propositions : ce qui les rapproche et ce qui les différencie.

PS

France Inter, Renaud Dély - 2017: la fin du PS?

A l’approche des fêtes, une grande peur qui commence à planer sur le Parti Socialiste pour l’année prochaine.

Et cette angoisse se résume en une question à la fois simple et assez cruciale: et si 2017 était la dernière année ? Et si 2017 marquait la fin du PS. Alors, vous me direz, on peut sûrement vivre après le Parti socialiste. D’autant qu’on a déjà vécu, et plutôt pas mal, avant… Il n’empêche que ce serait quand même un sacré événement politique. Parce que le PS n’est plus tout jeune. Dans sa forme actuelle, il a quand même bientôt 46 ans. Il est né, ou plutôt il a ressuscité, en juin 1971, lors du fameux congrès d’Epinay marqué par la prise du pouvoir de François Mitterrand. Depuis, avec ses congrès, ses courants, ses déchirements et ses motions de synthèse, le parti socialiste, c’est un véritable art de vivre.

PRIMAIRE

Le JDD - Primaire de la gauche : Bertrand Delanoë ne soutiendra personne

INDISCRET - Betrand Delanoë a confié à ses amis qu'il ne soutiendra personne dans la primaire de la gauche. Ce qui ne l'empêche pas de juger, souvent durement, les candidats en lice.

France Info - Pourquoi la primaire de gauche pourrait se jouer... très à gauche !

Comme pour la primaire de droite, sept postulant-e-s sont en lice dans la primaire de gauche. Comme à droite, une seule femme est sur la ligne de départ. Et comme à droite, sauf le respect qui est dû à deux anciennes ministres, aucune chance pour elle de l'emporter : Nathalie Kosciusko-Morizet était "trop à gauche" dans la primaire de droite, Sylvia Pinel est trop "Radical de gauche", parti qu'elle préside, dans cette primaire... du PS.

REVENU UNIVERSEL

Libé - A gauche, «revenu minimum décent» ou «revenu universel d’existence» ?

Alors que Benoît Hamon propose la création d’un «revenu universel d’existence», Manuel Valls préfère envisager un «revenu minimum décent». On fait le point pour s’y retrouver entre les visions des candidats à la primaire socialiste.

«La première proposition [de Manuel Valls], ça a été d’avoir un revenu décent. Ça a été de faire en sorte que les Françaises et les Français aient un revenu qui leur permette de vivre le plus décemment possible.» Ce mardi matin sur RTL, le président du groupe socialiste au Sénat – et directeur de campagne de Manuel Valls pour la primaire – Didier Guillaume a évoqué une proposition en vogue à gauche, celle d’expérimenter une nouvelle forme d’allocation, qui, selon ses différentes versions, serait dépendante ou non des ressources et remplacerait ou non les autres allocations et aides sociales. Pour vous y retrouver, suivez le guide

MONTEBOURG

La Croix - Présidentielle 2017 : les 70 propositions d’Arnaud Montebourg

Occupant une place originale au sein de la primaire du PS, l’ancien ministre de l’économie qui plaide pour une nouvelle Europe et une politique de relance de la croissance, a mis en ligne l’ensemble de ses propositions pour 2017

Libé - Montebourg invente le «remade in France»

L'ancien ministre de l'Economie a publié une compilation de ses 70 propositions présentées au fil de l'automne. Une façon de prouver qu'il en a plus sous le pied qu'un Manuel Valls ou un Vincent Peillon.

La Croix - Arnaud Montebourg, franc-tireur de la gauche

LES CANDIDATS À LA PRIMAIRE DE LA GAUCHE (2/7). Adepte des coups d’éclats, l’ancien ministre de l’économie et du redressement productif a mené un parcours solitaire au PS. Avec son « projet France », il se positionne comme un candidat anti-système et anti-austérité.

HAMON

Libé - Edouard Martin : «Benoît Hamon n'est pas le vilain gaucho qui est contre tout»

L'eurodéputé, proche d'Arnaud Montebourg avec qui il avait planché sur le dossier Florange, explique pourquoi il a choisi de soutenir Benoît Hamon, dont il apprécie le projet social et le discours sur le travail.

Le Figaro - Cafés interdits aux femmes : accusé de déni, Hamon se justifie

LE SCAN POLITIQUE - Invité à commenter des scènes filmées par France 2 démontrant l'absence de mixité dans certains établissements de banlieue, le candidat à la primaire a relativisé.

C'est un reportage qui a beaucoup fait couler d'encre. Diffusé la semaine dernière sur France 2, il montre les l'absence de mixité dans certains cafés de banlieue, comme dans un établissement de Sevran (Seine-Saint-Denis). «On est à Sevran, on n'est pas à Paris. T'es dans le 93 ici. C'est des mentalités différentes, c'est comme au bled», commente le gérant du café dans le sujet.

Muslim Post - A gauche, Benoît Hamon est-il le candidat naturel des musulmans de France ?

Il est l’un des seuls, à gauche, à ne pas vouloir que l’Islam soit l’un des enjeux de la présidentielle. Hamon s’impose-t-il naturellement comme le candidat des musulmans de France ?

Direct Matin - Présidentielle 2017 : le programme de Benoît Hamon

Il est souvent décrit comme le «troisième homme» de la campagne de la primaire socialiste. Avec un programme qui le situe à gauche du PS, Benoît Hamon peut espérer peser sur l'élection. 

L'ancien ministre de l'Education a dévoilé les grandes lignes de son programme, qui vise notamment, selon ses propres termes, à «inventer une société où l'accomplissement n'est pas dans le travail». 

PEILLON

Libé - Vincent Peillon : «Je suis le candidat de la jeunesse de France»

Sans tracts mais entouré de micros, l'ancien ministre de l'Education et candidat à la primaire à gauche était en campagne dans le XIIe arrondissement de Paris. Au marché de Daumesnil, pas de petites phrases, des poignées de main et des regards intrigués.

REVENU UNIVERSEL

Le Temps - «Un jour, nous nous demanderons comment nous avons pu vivre sans revenu universel de base»

Philippe Van Parijs, professeur à la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de l’Université catholique de Louvain, est à Zurich ce jeudi pour parler du revenu inconditionnel de base

Les Suisses voteront le 5 juin sur une initiative populaire réclamant la création d’un revenu de base inconditionnel. L’idée? Attribuer à chaque citoyen, pauvre ou riche, une somme de base, sans contrepartie. Philippe Van Parijs, professeur ordinaire à la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de l’université de Louvain, observe le débat naissant en Suisse avec enthousiasme. Pour le philosophe qui a fondé le BIEN (Basic income earth network) dans les années 1980, le revenu de base est un vecteur d’émancipation. Il est de passage à Zurich ce jeudi pour croiser le fer avec un opposant à ce projet, l’économiste Reiner Eichenberger*

PODEMOS

Mediapart - Podemos: le déchirement?

En février prochain se tiendra à Madrid l'Assemblée "refondatrice" de Podemos. Une crise sans précédent oppose au sein du mouvement deux stratégies politiques mais surtout les deux principales personnalités du parti: Iglesias et Errejon.

99 162 personnes viennent de voter pour définir les règles selon lesquelles se déroulera la prochaine « Assemblée de refondation du Parti » dite Vistalegre II, (deux ans après la première Vistalegre fondatrice). Il s’agissait de trancher entre  les deux principales propositions, celle de Pablo Iglesias et  celle de ĺñigo Errejón. Le premier proposait que les motions présentées à l’Assemblée et la désignation de leurs auteurs à la direction (Consejo ciudadano) ne soient l’objet que d’un seul scrutin. Errejón quant à lui proposait deux scrutins séparés l’un concernant les documents l’autre les personnes aspirant à la direction.

30/12/2016

L'actualité des socialistes du 23 au 29 décembre

A LA UNE

Libé - Lawrence Lessig: «On doit s’inquiéter de la manière dont Internet nourrit la polarisation»

Les réseaux et les algorithmes cantonnent les individus à leur propre bulle d’information. Il y a urgence, selon le grand spécialiste du droit sur le Net, à construire un espace où discuter des mêmes questions politiques, base de la démocratie. Et contrer ainsi le pouvoir des nouveaux souverains (Facebook, Twitter, Google…).

«Nous sommes à l’âge du cyberespace. Il possède lui aussi son propre régulateur, qui lui aussi menace les libertés. […] Ce régulateur, c’est le code.» En 2000, lorsque l’Américain Lawrence Lessig publie un article qui deviendra l’une des références de la littérature consacrée à Internet, Code Is Law («le Code fait loi»), le développement du réseau est encore porteur de toutes les utopies. Aujourd’hui, à l’heure où le code a pénétré toutes les dimensions de nos vies, et où se pose en tout domaine la question des conséquences politiques des choix technologiques, l’avertissement sonne comme une urgence. Professeur de droit à Harvard, constitutionnaliste réputé, Lessig est aussi, de longue date, un fervent promoteur des «biens communs numériques» - il a créé les licences Creative Commons, qui permettent depuis quinze ans aux créateurs de partager leurs œuvres - et de l’ouverture des données publiques.

MONTEBOURG/HAMON

France Info - Primaire de la gauche : Hamon et Montebourg sont-ils vraiment si semblables ?

Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ont souvent fait cause commune : au PS au début des années 2000, où ils ont milité dans le même courant. Ou encore dans le gouvernement de Manuel Valls, dont ils ont été remerciés en même temps. Aujourd'hui, ils sont tous deux des prétendants de la primaire de la gauche. Montebourg revendique une candidature "sociale républicaine", "au cœur des gauches", quand Hamon se situe à la gauche du PS. Qu'est-ce qui les différencie aujourd'hui dans leurs programmes ? Franceinfo s'est penché sur leurs propositions : ce qui les rapproche et ce qui les différencie.

PS

France Inter, Renaud Dély - 2017: la fin du PS?

A l’approche des fêtes, une grande peur qui commence à planer sur le Parti Socialiste pour l’année prochaine.

Et cette angoisse se résume en une question à la fois simple et assez cruciale: et si 2017 était la dernière année ? Et si 2017 marquait la fin du PS. Alors, vous me direz, on peut sûrement vivre après le Parti socialiste. D’autant qu’on a déjà vécu, et plutôt pas mal, avant… Il n’empêche que ce serait quand même un sacré événement politique. Parce que le PS n’est plus tout jeune. Dans sa forme actuelle, il a quand même bientôt 46 ans. Il est né, ou plutôt il a ressuscité, en juin 1971, lors du fameux congrès d’Epinay marqué par la prise du pouvoir de François Mitterrand. Depuis, avec ses congrès, ses courants, ses déchirements et ses motions de synthèse, le parti socialiste, c’est un véritable art de vivre.

PRIMAIRE

Le JDD - Primaire de la gauche : Bertrand Delanoë ne soutiendra personne

INDISCRET - Betrand Delanoë a confié à ses amis qu'il ne soutiendra personne dans la primaire de la gauche. Ce qui ne l'empêche pas de juger, souvent durement, les candidats en lice.

France Info - Pourquoi la primaire de gauche pourrait se jouer... très à gauche !

Comme pour la primaire de droite, sept postulant-e-s sont en lice dans la primaire de gauche. Comme à droite, une seule femme est sur la ligne de départ. Et comme à droite, sauf le respect qui est dû à deux anciennes ministres, aucune chance pour elle de l'emporter : Nathalie Kosciusko-Morizet était "trop à gauche" dans la primaire de droite, Sylvia Pinel est trop "Radical de gauche", parti qu'elle préside, dans cette primaire... du PS.

REVENU UNIVERSEL

Libé - A gauche, «revenu minimum décent» ou «revenu universel d’existence» ?

Alors que Benoît Hamon propose la création d’un «revenu universel d’existence», Manuel Valls préfère envisager un «revenu minimum décent». On fait le point pour s’y retrouver entre les visions des candidats à la primaire socialiste.

«La première proposition [de Manuel Valls], ça a été d’avoir un revenu décent. Ça a été de faire en sorte que les Françaises et les Français aient un revenu qui leur permette de vivre le plus décemment possible.» Ce mardi matin sur RTL, le président du groupe socialiste au Sénat – et directeur de campagne de Manuel Valls pour la primaire – Didier Guillaume a évoqué une proposition en vogue à gauche, celle d’expérimenter une nouvelle forme d’allocation, qui, selon ses différentes versions, serait dépendante ou non des ressources et remplacerait ou non les autres allocations et aides sociales. Pour vous y retrouver, suivez le guide

MONTEBOURG

La Croix - Présidentielle 2017 : les 70 propositions d’Arnaud Montebourg

Occupant une place originale au sein de la primaire du PS, l’ancien ministre de l’économie qui plaide pour une nouvelle Europe et une politique de relance de la croissance, a mis en ligne l’ensemble de ses propositions pour 2017

Libé - Montebourg invente le «remade in France»

L'ancien ministre de l'Economie a publié une compilation de ses 70 propositions présentées au fil de l'automne. Une façon de prouver qu'il en a plus sous le pied qu'un Manuel Valls ou un Vincent Peillon.

La Croix - Arnaud Montebourg, franc-tireur de la gauche

LES CANDIDATS À LA PRIMAIRE DE LA GAUCHE (2/7). Adepte des coups d’éclats, l’ancien ministre de l’économie et du redressement productif a mené un parcours solitaire au PS. Avec son « projet France », il se positionne comme un candidat anti-système et anti-austérité.

HAMON

Libé - Edouard Martin : «Benoît Hamon n'est pas le vilain gaucho qui est contre tout»

L'eurodéputé, proche d'Arnaud Montebourg avec qui il avait planché sur le dossier Florange, explique pourquoi il a choisi de soutenir Benoît Hamon, dont il apprécie le projet social et le discours sur le travail.

Le Figaro - Cafés interdits aux femmes : accusé de déni, Hamon se justifie

LE SCAN POLITIQUE - Invité à commenter des scènes filmées par France 2 démontrant l'absence de mixité dans certains établissements de banlieue, le candidat à la primaire a relativisé.

C'est un reportage qui a beaucoup fait couler d'encre. Diffusé la semaine dernière sur France 2, il montre les l'absence de mixité dans certains cafés de banlieue, comme dans un établissement de Sevran (Seine-Saint-Denis). «On est à Sevran, on n'est pas à Paris. T'es dans le 93 ici. C'est des mentalités différentes, c'est comme au bled», commente le gérant du café dans le sujet.

Muslim Post - A gauche, Benoît Hamon est-il le candidat naturel des musulmans de France ?

Il est l’un des seuls, à gauche, à ne pas vouloir que l’Islam soit l’un des enjeux de la présidentielle. Hamon s’impose-t-il naturellement comme le candidat des musulmans de France ?

Direct Matin - Présidentielle 2017 : le programme de Benoît Hamon

Il est souvent décrit comme le «troisième homme» de la campagne de la primaire socialiste. Avec un programme qui le situe à gauche du PS, Benoît Hamon peut espérer peser sur l'élection. 

L'ancien ministre de l'Education a dévoilé les grandes lignes de son programme, qui vise notamment, selon ses propres termes, à «inventer une société où l'accomplissement n'est pas dans le travail». 

PEILLON

Libé - Vincent Peillon : «Je suis le candidat de la jeunesse de France»

Sans tracts mais entouré de micros, l'ancien ministre de l'Education et candidat à la primaire à gauche était en campagne dans le XIIe arrondissement de Paris. Au marché de Daumesnil, pas de petites phrases, des poignées de main et des regards intrigués.

REVENU UNIVERSEL

Le Temps - «Un jour, nous nous demanderons comment nous avons pu vivre sans revenu universel de base»

Philippe Van Parijs, professeur à la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de l’Université catholique de Louvain, est à Zurich ce jeudi pour parler du revenu inconditionnel de base

Les Suisses voteront le 5 juin sur une initiative populaire réclamant la création d’un revenu de base inconditionnel. L’idée? Attribuer à chaque citoyen, pauvre ou riche, une somme de base, sans contrepartie. Philippe Van Parijs, professeur ordinaire à la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de l’université de Louvain, observe le débat naissant en Suisse avec enthousiasme. Pour le philosophe qui a fondé le BIEN (Basic income earth network) dans les années 1980, le revenu de base est un vecteur d’émancipation. Il est de passage à Zurich ce jeudi pour croiser le fer avec un opposant à ce projet, l’économiste Reiner Eichenberger*

PODEMOS

Mediapart - Podemos: le déchirement?

En février prochain se tiendra à Madrid l'Assemblée "refondatrice" de Podemos. Une crise sans précédent oppose au sein du mouvement deux stratégies politiques mais surtout les deux principales personnalités du parti: Iglesias et Errejon.

99 162 personnes viennent de voter pour définir les règles selon lesquelles se déroulera la prochaine « Assemblée de refondation du Parti » dite Vistalegre II, (deux ans après la première Vistalegre fondatrice). Il s’agissait de trancher entre  les deux principales propositions, celle de Pablo Iglesias et  celle de ĺñigo Errejón. Le premier proposait que les motions présentées à l’Assemblée et la désignation de leurs auteurs à la direction (Consejo ciudadano) ne soient l’objet que d’un seul scrutin. Errejón quant à lui proposait deux scrutins séparés l’un concernant les documents l’autre les personnes aspirant à la direction.