Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2016

L'actualité des socialistes du 18 au 24 novembre

CHRISTIAN PAUL

Le JDD - Christian Paul : "Je souhaite qu'il y ait une candidature unique" de l'aile gauche à la primaire PS

INTERVIEW - Dans son livre Les îles et l'archipel: pourquoi la gauche (re)vivra, le député de la Nièvre, Christian Paul, dresse un portrait au vitriol du président Hollande et de son quinquennat. Pourtant le chef de file des frondeurs socialistes est convaincu qu'une "alternance à gauche" est toujours possible en 2017. Ce proche d'Arnaud Montebourg œuvre, en coulisses, pour une candidature unique de l'aile gauche du parti lors du premier tour de la primaire.

Fondation Jean Jaurès - Les îles et l’archipel : pourquoi la gauche (re)vivra

En 2017, le pays décide de son avenir. Là se joue aussi le futur de la gauche française. Pour Christian Paul, rien n’est joué si elle a le courage de se réinventer. Ce n’est qu’en renouant avec leurs valeurs de manière ambitieuse que les « îles » de la gauche pourront faire « archipel ». Un archipel où les Français auront à nouveau le goût de se retrouver.

EMMANUEL MAUREL

L'Opinion - Figure libre, Enseignements primaires

Plus encore que la primaire socialiste de 2011, celle de la droite est un succès. Quatre millions d’électeurs, c’est énorme. On disait que le principe même d’une présélection démocratique n’était pas franchement conforme à la tradition gaulliste : manifestement, le désir d’alternance a été plus fort que les réticences ataviques. On savait le « peuple de droite » capable de mobilisation dans l’adversité, comme il l’avait démontré entre les deux tours de la présidentielle de 2012. Il l’est tout autant dans la revanche et la volonté de conquête.

MONTEBOURG

Le Parisien - Montebourg cible Macron, «candidat des magazines», et appelle Hollande à réfléchir

En pleine primaire à droite, Arnaud Montebourg a la tête dans la primaire à gauche. Ce jeudi matin, sur RTL, l'ancien ministre a une fois de plus invité Emmanuel Macron «à venir dans la primaire à gauche». «C'est le candidat des unes de magazines», a-t-il taclé au passage. Cette semaine, Emmanuel Macron, qui s'est déclaré à la présidentielle la semaine dernière, est encore en une de «Paris Match» en compagnie de son épouse. Il le met en garde en expliquant que pour la primaire à droite, «les éditorialistes» avaient «fait un choix mais la base a fait autre chose c'est certainement ce qui va se passer dans la primaire de la gauche les 22 et 29 Janvier».

La Vie - Patriotisme, nationalisations, Dieu : Arnaud Montebourg en six extraits

Invité à La Vie lundi 21 novembre, Arnaud Montebourg a répondu aux questions de la rédaction, poursuivant notre série de rencontres avec des personnalités politiques qui entendent structurer le débat au niveau national. Au cœur des discussions : identité, économie, Europe et catholicisme. Extraits choisis.

A perdre la raison - Montebourg seul recours pour la gauche face aux Trump français ?

.... En France et en Europe, la mondialisation heureuse de l'OMC surtout depuis que la Chine y a été intégrée, fait des ravages depuis longtemps mais la droite et la gauche de gouvernement ici ou là en Europe font les sourdes et aveugles et font fi de la colère des peuples, on continue tranquillement comme avant, on gère les déficits, on gère la dette on tente de respecter des accords obsolètes comme celui de Maastricht et ses fameux 3% et advienne que pourra.

HAMON

Libé - Benoît Hamon, premier sur les tours

Le député des Yvelines, candidat à la primaire socialiste, a nommé comme porte-parole et comme directeur de campagne deux députés de banlieue parisienne.

Une équipe de banlieusards. Le candidat à la primaire de la Belle Alliance populaire, Benoît Hamon a nommé ses porte-parole. Il s’agit du député de la Loire, Régis Juanico. Et celui des Hauts-de-Seine, Alexis Bachelay. «Dans la période difficile que traverse la gauche, où l’on observe une perte des valeurs et des repères, Benoît Hamon incarne une identité claire et affirmée, une gauche exigeante et moderne, sur tous les plans : la démocratie, l’écologie, l’économie et le social», explique ce dernier dans un entretien à l’Obs. Autre point commun entre les deux hommes : ils refusent de mettre les questions d’identité au cœur du débat. Une sorte de contre-pied à Manuel Valls.

Le Lab - Hamon défie Macron de "rendre publique la liste des donateurs" de sa campagne présidentielle

C’est l’une des principales critiques formulées contre Emmanuel Macron, qui se veut candidat hors système : l’ex-ministre de l’Economie serait pleinement issu du système. Ce jeudi 17 novembre, Benoît Hamon a remis une petite pièce dans le jukebox. Le candidat socialiste à la primaire de la Belle alliance populaire a lancé sur RMC et BFMTV un appel à Emmanuel Macron, qui s’est lancé dans la course à la présidentielle la veille

HOLLANDE

Le Parisien - Présidentielle. Boutih : «Nous sommes nombreux à faire en sorte que Hollande renonce»

Arnaud Montebourg a expliqué ce jeudi matin que François Hollande s'honorerait à ne pas être candidat. Le député socialiste Malek Boutih va lui plus loin en expliquant qu'au PS «nous sommes nombreux à poursuivre le même objectif, avec détermination, avec sérieux: faire en sorte que François Hollande renonce». 

TEFAL

L'Humanité - Tefal. Condamnation scandaleuse en appel de l'inspectrice du travail Laura Pfeiffer et du salarié lanceur d'alerte

Communiqué de l'intersyndicale CGT-SUD-SNU-FO-CNT, le 16 novembre 2016. Nous sommes consternés par ce jugement à l’encontre d’une inspectrice du travail qui est condamnée pour avoir fait son travail et dénoncé les pratiques de la multinationale visant à l’écarter de son poste avec le relais de sa hiérarchie. Nous nous insurgeons contre cette nouvelle condamnation d’un salarié lanceur d’alerte et ne pouvons que constater que la justice française, au-delà des discours convenus, ne protège pas ceux et celles qui risquent leur emploi pour dénoncer les pratiques délictueuses des entreprises. 

LE FOLL

Libé - Stéphane Le Foll : «Il y a un mois, Fillon c’était Droopy et maintenant il ferait président ?»

Le porte-parole du gouvernement ne cache pas que la victoire de la ligne ultralibérale et conservatrice de François Fillon à la primaire est une bonne nouvelle pour le PS. Et s’accroche à la candidature de Hollande.

Eternel fidèle de François Hollande, Stéphane Le Foll n’a aucun doute sur une candidature du Président en 2017. Après le score surprise de Fillon, il met en garde contre les pronostics et demande à Manuel Valls du «respect» pour la «fonction présidentielle».

FILLON

Le Monde, Les décodeurs - François Fillon repeint en rose les années Thatcher

François Fillon, héritier de Margaret Thatcher ? Le favori du deuxième tour de la primaire à droite lui-même ne rejette pas la comparaison avec la première ministre conservatrice, qui dirigea le gouvernement britannique de 1979 à 1990. « Je n’ai jamais de problème à être comparé à une personne qui a sauvé son pays », a-t-il répondu sur BFM-TV, mardi 22 novembre.

Marianne - Contre toute logique, Hollande voit dans la réussite de Fillon "une divine surprise"

La percée de François Fillon à la primaire de la droite inquiète-t-elle François Hollande ? A en croire son entourage, pas le moins du monde ! En privé, le Président qualifie même ce jeudi 24 novembre le succès du député de Paris de "divine surprise". Selon lui, une victoire du député de Paris le relancerait complètement pour 2017...

Le JDD - A gauche, Fillon est le meilleur ennemi possible

Ce ne sera pas Nicolas Sarkozy, et peut-être même pas Alain Juppé, pourtant longtemps favori. François Fillon a pris la pole position à droite. Une victoire du député de Paris pourrait ne pas être une mauvaise chose pour le Parti socialiste en vue de 2017.

JUPPE

Huffington Post - La campagne de gauche de Juppé et des socialistes va-t-elle surmobiliser le camp conservateur?

En tirant à boulets rouges sur le programme "ultra-conservateur" de François Fillon, Alain Juppé et le PS font aussi le jeu du favori de la primaire.

PRIMAIRE DE LA GAUCHE

Europe 1 - Primaire du PS : il y aura bien 8.000 bureaux de vote, assure Christophe Borgel

Arnaud Montebourg s'inquiétait des conditions d'organisation de la primaire socialiste qui doit se tenir les 22 et 29 janvier.

Le député Christophe Borgel, président du Comité national d'organisation de la primaire (Cnop) du Parti Socialiste, a assuré mardi qu'il y aurait bien au moins 8.000 bureaux de vote, en réponse aux inquiétudes du candidat Arnaud Montebourg. "L'engagement de 8.000 bureaux de vote (pris par le conseil national du PS le 2 octobre, ndlr) sera tenu", a-t-il déclaré.

Le Figaro - Pendant ce temps, la primaire de la gauche est au point mort

Arnaud Montebourg a adressé un courrier à la haute autorité éthique du PS pour souligner les retards pris dans l'organisation de la primaire de gauche.Le succès des uns attise l'inquiétude des autres. Au Parti socialiste, on regarde avec angoisse la barre placée très haut par le franc succès de la primaire de la droite dimanche 20 novembre, et ses 4 millions de votants. À tel point que l'un des principaux participants de la primaire du PS, Arnaud Montebourg, a saisi lundi la haute autorité éthique du PS. L'ancien locataire de Bercy entendait faire part de ses «inquiétudes» concernant l'organisation de cette dernière, et lister les «conditions» de sa «réussite».

France 3 - Christian Paul déplore un "retard à l'allumage" pour la primaire du PS

Le chef de file des frondeurs Christian Paul a déploré ce vendredi 19 novembre un "retard à l'allumage" dans l'organisation de la primaire initiée par le PS, qui doit se dérouler les 22 et 29 janvier.

CAMBADELIS

Cambadélis : « Le PS va mieux qu’on ne le croit » – Interview dans les quotidiens du groupe EBRA

Ci-dessous, retrouvez l’interview de Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste, au groupe EBRA, publiée le samedi 19 novembre 2016.

La droite a réussi sa campagne de la primaire, non ?

La primaire de la droite ne réglera pas la question stratégique qui oppose ceux qui veulent rassembler la droite et le centre et ceux, qui d’un autre côté, cherchent les voix de l’extrême droite. On voit bien que personne ne s’impose réellement et on ne sent pas dans le pays un désir de droite. Au contraire, je note un début d’inquiétude sur le contenu des programmes qui s’attaquent tous au modèle social français. La France n’a pas besoin d’une purge libérale, mais d’une échelle mobile sociale qui réduise les inégalités.

28/11/2016

L'actualité des socialistes du 18 au 24 novembre

CHRISTIAN PAUL

Le JDD - Christian Paul : "Je souhaite qu'il y ait une candidature unique" de l'aile gauche à la primaire PS

INTERVIEW - Dans son livre Les îles et l'archipel: pourquoi la gauche (re)vivra, le député de la Nièvre, Christian Paul, dresse un portrait au vitriol du président Hollande et de son quinquennat. Pourtant le chef de file des frondeurs socialistes est convaincu qu'une "alternance à gauche" est toujours possible en 2017. Ce proche d'Arnaud Montebourg œuvre, en coulisses, pour une candidature unique de l'aile gauche du parti lors du premier tour de la primaire.

Fondation Jean Jaurès - Les îles et l’archipel : pourquoi la gauche (re)vivra

En 2017, le pays décide de son avenir. Là se joue aussi le futur de la gauche française. Pour Christian Paul, rien n’est joué si elle a le courage de se réinventer. Ce n’est qu’en renouant avec leurs valeurs de manière ambitieuse que les « îles » de la gauche pourront faire « archipel ». Un archipel où les Français auront à nouveau le goût de se retrouver.

EMMANUEL MAUREL

L'Opinion - Figure libre, Enseignements primaires

Plus encore que la primaire socialiste de 2011, celle de la droite est un succès. Quatre millions d’électeurs, c’est énorme. On disait que le principe même d’une présélection démocratique n’était pas franchement conforme à la tradition gaulliste : manifestement, le désir d’alternance a été plus fort que les réticences ataviques. On savait le « peuple de droite » capable de mobilisation dans l’adversité, comme il l’avait démontré entre les deux tours de la présidentielle de 2012. Il l’est tout autant dans la revanche et la volonté de conquête.

MONTEBOURG

Le Parisien - Montebourg cible Macron, «candidat des magazines», et appelle Hollande à réfléchir

En pleine primaire à droite, Arnaud Montebourg a la tête dans la primaire à gauche. Ce jeudi matin, sur RTL, l'ancien ministre a une fois de plus invité Emmanuel Macron «à venir dans la primaire à gauche». «C'est le candidat des unes de magazines», a-t-il taclé au passage. Cette semaine, Emmanuel Macron, qui s'est déclaré à la présidentielle la semaine dernière, est encore en une de «Paris Match» en compagnie de son épouse. Il le met en garde en expliquant que pour la primaire à droite, «les éditorialistes» avaient «fait un choix mais la base a fait autre chose c'est certainement ce qui va se passer dans la primaire de la gauche les 22 et 29 Janvier».

La Vie - Patriotisme, nationalisations, Dieu : Arnaud Montebourg en six extraits

Invité à La Vie lundi 21 novembre, Arnaud Montebourg a répondu aux questions de la rédaction, poursuivant notre série de rencontres avec des personnalités politiques qui entendent structurer le débat au niveau national. Au cœur des discussions : identité, économie, Europe et catholicisme. Extraits choisis.

A perdre la raison - Montebourg seul recours pour la gauche face aux Trump français ?

.... En France et en Europe, la mondialisation heureuse de l'OMC surtout depuis que la Chine y a été intégrée, fait des ravages depuis longtemps mais la droite et la gauche de gouvernement ici ou là en Europe font les sourdes et aveugles et font fi de la colère des peuples, on continue tranquillement comme avant, on gère les déficits, on gère la dette on tente de respecter des accords obsolètes comme celui de Maastricht et ses fameux 3% et advienne que pourra.

HAMON

Libé - Benoît Hamon, premier sur les tours

Le député des Yvelines, candidat à la primaire socialiste, a nommé comme porte-parole et comme directeur de campagne deux députés de banlieue parisienne.

Une équipe de banlieusards. Le candidat à la primaire de la Belle Alliance populaire, Benoît Hamon a nommé ses porte-parole. Il s’agit du député de la Loire, Régis Juanico. Et celui des Hauts-de-Seine, Alexis Bachelay. «Dans la période difficile que traverse la gauche, où l’on observe une perte des valeurs et des repères, Benoît Hamon incarne une identité claire et affirmée, une gauche exigeante et moderne, sur tous les plans : la démocratie, l’écologie, l’économie et le social», explique ce dernier dans un entretien à l’Obs. Autre point commun entre les deux hommes : ils refusent de mettre les questions d’identité au cœur du débat. Une sorte de contre-pied à Manuel Valls.

Le Lab - Hamon défie Macron de "rendre publique la liste des donateurs" de sa campagne présidentielle

C’est l’une des principales critiques formulées contre Emmanuel Macron, qui se veut candidat hors système : l’ex-ministre de l’Economie serait pleinement issu du système. Ce jeudi 17 novembre, Benoît Hamon a remis une petite pièce dans le jukebox. Le candidat socialiste à la primaire de la Belle alliance populaire a lancé sur RMC et BFMTV un appel à Emmanuel Macron, qui s’est lancé dans la course à la présidentielle la veille

HOLLANDE

Le Parisien - Présidentielle. Boutih : «Nous sommes nombreux à faire en sorte que Hollande renonce»

Arnaud Montebourg a expliqué ce jeudi matin que François Hollande s'honorerait à ne pas être candidat. Le député socialiste Malek Boutih va lui plus loin en expliquant qu'au PS «nous sommes nombreux à poursuivre le même objectif, avec détermination, avec sérieux: faire en sorte que François Hollande renonce». 

TEFAL

L'Humanité - Tefal. Condamnation scandaleuse en appel de l'inspectrice du travail Laura Pfeiffer et du salarié lanceur d'alerte

Communiqué de l'intersyndicale CGT-SUD-SNU-FO-CNT, le 16 novembre 2016. Nous sommes consternés par ce jugement à l’encontre d’une inspectrice du travail qui est condamnée pour avoir fait son travail et dénoncé les pratiques de la multinationale visant à l’écarter de son poste avec le relais de sa hiérarchie. Nous nous insurgeons contre cette nouvelle condamnation d’un salarié lanceur d’alerte et ne pouvons que constater que la justice française, au-delà des discours convenus, ne protège pas ceux et celles qui risquent leur emploi pour dénoncer les pratiques délictueuses des entreprises. 

LE FOLL

Libé - Stéphane Le Foll : «Il y a un mois, Fillon c’était Droopy et maintenant il ferait président ?»

Le porte-parole du gouvernement ne cache pas que la victoire de la ligne ultralibérale et conservatrice de François Fillon à la primaire est une bonne nouvelle pour le PS. Et s’accroche à la candidature de Hollande.

Eternel fidèle de François Hollande, Stéphane Le Foll n’a aucun doute sur une candidature du Président en 2017. Après le score surprise de Fillon, il met en garde contre les pronostics et demande à Manuel Valls du «respect» pour la «fonction présidentielle».

FILLON

Le Monde, Les décodeurs - François Fillon repeint en rose les années Thatcher

François Fillon, héritier de Margaret Thatcher ? Le favori du deuxième tour de la primaire à droite lui-même ne rejette pas la comparaison avec la première ministre conservatrice, qui dirigea le gouvernement britannique de 1979 à 1990. « Je n’ai jamais de problème à être comparé à une personne qui a sauvé son pays », a-t-il répondu sur BFM-TV, mardi 22 novembre.

Marianne - Contre toute logique, Hollande voit dans la réussite de Fillon "une divine surprise"

La percée de François Fillon à la primaire de la droite inquiète-t-elle François Hollande ? A en croire son entourage, pas le moins du monde ! En privé, le Président qualifie même ce jeudi 24 novembre le succès du député de Paris de "divine surprise". Selon lui, une victoire du député de Paris le relancerait complètement pour 2017...

Le JDD - A gauche, Fillon est le meilleur ennemi possible

Ce ne sera pas Nicolas Sarkozy, et peut-être même pas Alain Juppé, pourtant longtemps favori. François Fillon a pris la pole position à droite. Une victoire du député de Paris pourrait ne pas être une mauvaise chose pour le Parti socialiste en vue de 2017.

JUPPE

Huffington Post - La campagne de gauche de Juppé et des socialistes va-t-elle surmobiliser le camp conservateur?

En tirant à boulets rouges sur le programme "ultra-conservateur" de François Fillon, Alain Juppé et le PS font aussi le jeu du favori de la primaire.

PRIMAIRE DE LA GAUCHE

Europe 1 - Primaire du PS : il y aura bien 8.000 bureaux de vote, assure Christophe Borgel

Arnaud Montebourg s'inquiétait des conditions d'organisation de la primaire socialiste qui doit se tenir les 22 et 29 janvier.

Le député Christophe Borgel, président du Comité national d'organisation de la primaire (Cnop) du Parti Socialiste, a assuré mardi qu'il y aurait bien au moins 8.000 bureaux de vote, en réponse aux inquiétudes du candidat Arnaud Montebourg. "L'engagement de 8.000 bureaux de vote (pris par le conseil national du PS le 2 octobre, ndlr) sera tenu", a-t-il déclaré.

Le Figaro - Pendant ce temps, la primaire de la gauche est au point mort

Arnaud Montebourg a adressé un courrier à la haute autorité éthique du PS pour souligner les retards pris dans l'organisation de la primaire de gauche.Le succès des uns attise l'inquiétude des autres. Au Parti socialiste, on regarde avec angoisse la barre placée très haut par le franc succès de la primaire de la droite dimanche 20 novembre, et ses 4 millions de votants. À tel point que l'un des principaux participants de la primaire du PS, Arnaud Montebourg, a saisi lundi la haute autorité éthique du PS. L'ancien locataire de Bercy entendait faire part de ses «inquiétudes» concernant l'organisation de cette dernière, et lister les «conditions» de sa «réussite».

France 3 - Christian Paul déplore un "retard à l'allumage" pour la primaire du PS

Le chef de file des frondeurs Christian Paul a déploré ce vendredi 19 novembre un "retard à l'allumage" dans l'organisation de la primaire initiée par le PS, qui doit se dérouler les 22 et 29 janvier.

CAMBADELIS

Cambadélis : « Le PS va mieux qu’on ne le croit » – Interview dans les quotidiens du groupe EBRA

Ci-dessous, retrouvez l’interview de Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste, au groupe EBRA, publiée le samedi 19 novembre 2016.

La droite a réussi sa campagne de la primaire, non ?

La primaire de la droite ne réglera pas la question stratégique qui oppose ceux qui veulent rassembler la droite et le centre et ceux, qui d’un autre côté, cherchent les voix de l’extrême droite. On voit bien que personne ne s’impose réellement et on ne sent pas dans le pays un désir de droite. Au contraire, je note un début d’inquiétude sur le contenu des programmes qui s’attaquent tous au modèle social français. La France n’a pas besoin d’une purge libérale, mais d’une échelle mobile sociale qui réduise les inégalités.

27/11/2016

L'actualité des socialistes du 18 au 24 novembre

CHRISTIAN PAUL

Le JDD - Christian Paul : "Je souhaite qu'il y ait une candidature unique" de l'aile gauche à la primaire PS

INTERVIEW - Dans son livre Les îles et l'archipel: pourquoi la gauche (re)vivra, le député de la Nièvre, Christian Paul, dresse un portrait au vitriol du président Hollande et de son quinquennat. Pourtant le chef de file des frondeurs socialistes est convaincu qu'une "alternance à gauche" est toujours possible en 2017. Ce proche d'Arnaud Montebourg œuvre, en coulisses, pour une candidature unique de l'aile gauche du parti lors du premier tour de la primaire.

Fondation Jean Jaurès - Les îles et l’archipel : pourquoi la gauche (re)vivra

En 2017, le pays décide de son avenir. Là se joue aussi le futur de la gauche française. Pour Christian Paul, rien n’est joué si elle a le courage de se réinventer. Ce n’est qu’en renouant avec leurs valeurs de manière ambitieuse que les « îles » de la gauche pourront faire « archipel ». Un archipel où les Français auront à nouveau le goût de se retrouver.

EMMANUEL MAUREL

L'Opinion - Figure libre, Enseignements primaires

Plus encore que la primaire socialiste de 2011, celle de la droite est un succès. Quatre millions d’électeurs, c’est énorme. On disait que le principe même d’une présélection démocratique n’était pas franchement conforme à la tradition gaulliste : manifestement, le désir d’alternance a été plus fort que les réticences ataviques. On savait le « peuple de droite » capable de mobilisation dans l’adversité, comme il l’avait démontré entre les deux tours de la présidentielle de 2012. Il l’est tout autant dans la revanche et la volonté de conquête.

MONTEBOURG

Le Parisien - Montebourg cible Macron, «candidat des magazines», et appelle Hollande à réfléchir

En pleine primaire à droite, Arnaud Montebourg a la tête dans la primaire à gauche. Ce jeudi matin, sur RTL, l'ancien ministre a une fois de plus invité Emmanuel Macron «à venir dans la primaire à gauche». «C'est le candidat des unes de magazines», a-t-il taclé au passage. Cette semaine, Emmanuel Macron, qui s'est déclaré à la présidentielle la semaine dernière, est encore en une de «Paris Match» en compagnie de son épouse. Il le met en garde en expliquant que pour la primaire à droite, «les éditorialistes» avaient «fait un choix mais la base a fait autre chose c'est certainement ce qui va se passer dans la primaire de la gauche les 22 et 29 Janvier».

La Vie - Patriotisme, nationalisations, Dieu : Arnaud Montebourg en six extraits

Invité à La Vie lundi 21 novembre, Arnaud Montebourg a répondu aux questions de la rédaction, poursuivant notre série de rencontres avec des personnalités politiques qui entendent structurer le débat au niveau national. Au cœur des discussions : identité, économie, Europe et catholicisme. Extraits choisis.

A perdre la raison - Montebourg seul recours pour la gauche face aux Trump français ?

.... En France et en Europe, la mondialisation heureuse de l'OMC surtout depuis que la Chine y a été intégrée, fait des ravages depuis longtemps mais la droite et la gauche de gouvernement ici ou là en Europe font les sourdes et aveugles et font fi de la colère des peuples, on continue tranquillement comme avant, on gère les déficits, on gère la dette on tente de respecter des accords obsolètes comme celui de Maastricht et ses fameux 3% et advienne que pourra.

HAMON

Libé - Benoît Hamon, premier sur les tours

Le député des Yvelines, candidat à la primaire socialiste, a nommé comme porte-parole et comme directeur de campagne deux députés de banlieue parisienne.

Une équipe de banlieusards. Le candidat à la primaire de la Belle Alliance populaire, Benoît Hamon a nommé ses porte-parole. Il s’agit du député de la Loire, Régis Juanico. Et celui des Hauts-de-Seine, Alexis Bachelay. «Dans la période difficile que traverse la gauche, où l’on observe une perte des valeurs et des repères, Benoît Hamon incarne une identité claire et affirmée, une gauche exigeante et moderne, sur tous les plans : la démocratie, l’écologie, l’économie et le social», explique ce dernier dans un entretien à l’Obs. Autre point commun entre les deux hommes : ils refusent de mettre les questions d’identité au cœur du débat. Une sorte de contre-pied à Manuel Valls.

Le Lab - Hamon défie Macron de "rendre publique la liste des donateurs" de sa campagne présidentielle

C’est l’une des principales critiques formulées contre Emmanuel Macron, qui se veut candidat hors système : l’ex-ministre de l’Economie serait pleinement issu du système. Ce jeudi 17 novembre, Benoît Hamon a remis une petite pièce dans le jukebox. Le candidat socialiste à la primaire de la Belle alliance populaire a lancé sur RMC et BFMTV un appel à Emmanuel Macron, qui s’est lancé dans la course à la présidentielle la veille

HOLLANDE

Le Parisien - Présidentielle. Boutih : «Nous sommes nombreux à faire en sorte que Hollande renonce»

Arnaud Montebourg a expliqué ce jeudi matin que François Hollande s'honorerait à ne pas être candidat. Le député socialiste Malek Boutih va lui plus loin en expliquant qu'au PS «nous sommes nombreux à poursuivre le même objectif, avec détermination, avec sérieux: faire en sorte que François Hollande renonce». 

TEFAL

L'Humanité - Tefal. Condamnation scandaleuse en appel de l'inspectrice du travail Laura Pfeiffer et du salarié lanceur d'alerte

Communiqué de l'intersyndicale CGT-SUD-SNU-FO-CNT, le 16 novembre 2016. Nous sommes consternés par ce jugement à l’encontre d’une inspectrice du travail qui est condamnée pour avoir fait son travail et dénoncé les pratiques de la multinationale visant à l’écarter de son poste avec le relais de sa hiérarchie. Nous nous insurgeons contre cette nouvelle condamnation d’un salarié lanceur d’alerte et ne pouvons que constater que la justice française, au-delà des discours convenus, ne protège pas ceux et celles qui risquent leur emploi pour dénoncer les pratiques délictueuses des entreprises. 

LE FOLL

Libé - Stéphane Le Foll : «Il y a un mois, Fillon c’était Droopy et maintenant il ferait président ?»

Le porte-parole du gouvernement ne cache pas que la victoire de la ligne ultralibérale et conservatrice de François Fillon à la primaire est une bonne nouvelle pour le PS. Et s’accroche à la candidature de Hollande.

Eternel fidèle de François Hollande, Stéphane Le Foll n’a aucun doute sur une candidature du Président en 2017. Après le score surprise de Fillon, il met en garde contre les pronostics et demande à Manuel Valls du «respect» pour la «fonction présidentielle».

FILLON

Le Monde, Les décodeurs - François Fillon repeint en rose les années Thatcher

François Fillon, héritier de Margaret Thatcher ? Le favori du deuxième tour de la primaire à droite lui-même ne rejette pas la comparaison avec la première ministre conservatrice, qui dirigea le gouvernement britannique de 1979 à 1990. « Je n’ai jamais de problème à être comparé à une personne qui a sauvé son pays », a-t-il répondu sur BFM-TV, mardi 22 novembre.

Marianne - Contre toute logique, Hollande voit dans la réussite de Fillon "une divine surprise"

La percée de François Fillon à la primaire de la droite inquiète-t-elle François Hollande ? A en croire son entourage, pas le moins du monde ! En privé, le Président qualifie même ce jeudi 24 novembre le succès du député de Paris de "divine surprise". Selon lui, une victoire du député de Paris le relancerait complètement pour 2017...

Le JDD - A gauche, Fillon est le meilleur ennemi possible

Ce ne sera pas Nicolas Sarkozy, et peut-être même pas Alain Juppé, pourtant longtemps favori. François Fillon a pris la pole position à droite. Une victoire du député de Paris pourrait ne pas être une mauvaise chose pour le Parti socialiste en vue de 2017.

JUPPE

Huffington Post - La campagne de gauche de Juppé et des socialistes va-t-elle surmobiliser le camp conservateur?

En tirant à boulets rouges sur le programme "ultra-conservateur" de François Fillon, Alain Juppé et le PS font aussi le jeu du favori de la primaire.

PRIMAIRE DE LA GAUCHE

Europe 1 - Primaire du PS : il y aura bien 8.000 bureaux de vote, assure Christophe Borgel

Arnaud Montebourg s'inquiétait des conditions d'organisation de la primaire socialiste qui doit se tenir les 22 et 29 janvier.

Le député Christophe Borgel, président du Comité national d'organisation de la primaire (Cnop) du Parti Socialiste, a assuré mardi qu'il y aurait bien au moins 8.000 bureaux de vote, en réponse aux inquiétudes du candidat Arnaud Montebourg. "L'engagement de 8.000 bureaux de vote (pris par le conseil national du PS le 2 octobre, ndlr) sera tenu", a-t-il déclaré.

Le Figaro - Pendant ce temps, la primaire de la gauche est au point mort

Arnaud Montebourg a adressé un courrier à la haute autorité éthique du PS pour souligner les retards pris dans l'organisation de la primaire de gauche.Le succès des uns attise l'inquiétude des autres. Au Parti socialiste, on regarde avec angoisse la barre placée très haut par le franc succès de la primaire de la droite dimanche 20 novembre, et ses 4 millions de votants. À tel point que l'un des principaux participants de la primaire du PS, Arnaud Montebourg, a saisi lundi la haute autorité éthique du PS. L'ancien locataire de Bercy entendait faire part de ses «inquiétudes» concernant l'organisation de cette dernière, et lister les «conditions» de sa «réussite».

France 3 - Christian Paul déplore un "retard à l'allumage" pour la primaire du PS

Le chef de file des frondeurs Christian Paul a déploré ce vendredi 19 novembre un "retard à l'allumage" dans l'organisation de la primaire initiée par le PS, qui doit se dérouler les 22 et 29 janvier.

CAMBADELIS

Cambadélis : « Le PS va mieux qu’on ne le croit » – Interview dans les quotidiens du groupe EBRA

Ci-dessous, retrouvez l’interview de Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste, au groupe EBRA, publiée le samedi 19 novembre 2016.

La droite a réussi sa campagne de la primaire, non ?

La primaire de la droite ne réglera pas la question stratégique qui oppose ceux qui veulent rassembler la droite et le centre et ceux, qui d’un autre côté, cherchent les voix de l’extrême droite. On voit bien que personne ne s’impose réellement et on ne sent pas dans le pays un désir de droite. Au contraire, je note un début d’inquiétude sur le contenu des programmes qui s’attaquent tous au modèle social français. La France n’a pas besoin d’une purge libérale, mais d’une échelle mobile sociale qui réduise les inégalités.

26/11/2016

L'actualité des socialistes du 18 au 24 novembre

CHRISTIAN PAUL

Le JDD - Christian Paul : "Je souhaite qu'il y ait une candidature unique" de l'aile gauche à la primaire PS

INTERVIEW - Dans son livre Les îles et l'archipel: pourquoi la gauche (re)vivra, le député de la Nièvre, Christian Paul, dresse un portrait au vitriol du président Hollande et de son quinquennat. Pourtant le chef de file des frondeurs socialistes est convaincu qu'une "alternance à gauche" est toujours possible en 2017. Ce proche d'Arnaud Montebourg œuvre, en coulisses, pour une candidature unique de l'aile gauche du parti lors du premier tour de la primaire.

Fondation Jean Jaurès - Les îles et l’archipel : pourquoi la gauche (re)vivra

En 2017, le pays décide de son avenir. Là se joue aussi le futur de la gauche française. Pour Christian Paul, rien n’est joué si elle a le courage de se réinventer. Ce n’est qu’en renouant avec leurs valeurs de manière ambitieuse que les « îles » de la gauche pourront faire « archipel ». Un archipel où les Français auront à nouveau le goût de se retrouver.

EMMANUEL MAUREL

L'Opinion - Figure libre, Enseignements primaires

Plus encore que la primaire socialiste de 2011, celle de la droite est un succès. Quatre millions d’électeurs, c’est énorme. On disait que le principe même d’une présélection démocratique n’était pas franchement conforme à la tradition gaulliste : manifestement, le désir d’alternance a été plus fort que les réticences ataviques. On savait le « peuple de droite » capable de mobilisation dans l’adversité, comme il l’avait démontré entre les deux tours de la présidentielle de 2012. Il l’est tout autant dans la revanche et la volonté de conquête.

MONTEBOURG

Le Parisien - Montebourg cible Macron, «candidat des magazines», et appelle Hollande à réfléchir

En pleine primaire à droite, Arnaud Montebourg a la tête dans la primaire à gauche. Ce jeudi matin, sur RTL, l'ancien ministre a une fois de plus invité Emmanuel Macron «à venir dans la primaire à gauche». «C'est le candidat des unes de magazines», a-t-il taclé au passage. Cette semaine, Emmanuel Macron, qui s'est déclaré à la présidentielle la semaine dernière, est encore en une de «Paris Match» en compagnie de son épouse. Il le met en garde en expliquant que pour la primaire à droite, «les éditorialistes» avaient «fait un choix mais la base a fait autre chose c'est certainement ce qui va se passer dans la primaire de la gauche les 22 et 29 Janvier».

La Vie - Patriotisme, nationalisations, Dieu : Arnaud Montebourg en six extraits

Invité à La Vie lundi 21 novembre, Arnaud Montebourg a répondu aux questions de la rédaction, poursuivant notre série de rencontres avec des personnalités politiques qui entendent structurer le débat au niveau national. Au cœur des discussions : identité, économie, Europe et catholicisme. Extraits choisis.

A perdre la raison - Montebourg seul recours pour la gauche face aux Trump français ?

.... En France et en Europe, la mondialisation heureuse de l'OMC surtout depuis que la Chine y a été intégrée, fait des ravages depuis longtemps mais la droite et la gauche de gouvernement ici ou là en Europe font les sourdes et aveugles et font fi de la colère des peuples, on continue tranquillement comme avant, on gère les déficits, on gère la dette on tente de respecter des accords obsolètes comme celui de Maastricht et ses fameux 3% et advienne que pourra.

HAMON

Libé - Benoît Hamon, premier sur les tours

Le député des Yvelines, candidat à la primaire socialiste, a nommé comme porte-parole et comme directeur de campagne deux députés de banlieue parisienne.

Une équipe de banlieusards. Le candidat à la primaire de la Belle Alliance populaire, Benoît Hamon a nommé ses porte-parole. Il s’agit du député de la Loire, Régis Juanico. Et celui des Hauts-de-Seine, Alexis Bachelay. «Dans la période difficile que traverse la gauche, où l’on observe une perte des valeurs et des repères, Benoît Hamon incarne une identité claire et affirmée, une gauche exigeante et moderne, sur tous les plans : la démocratie, l’écologie, l’économie et le social», explique ce dernier dans un entretien à l’Obs. Autre point commun entre les deux hommes : ils refusent de mettre les questions d’identité au cœur du débat. Une sorte de contre-pied à Manuel Valls.

Le Lab - Hamon défie Macron de "rendre publique la liste des donateurs" de sa campagne présidentielle

C’est l’une des principales critiques formulées contre Emmanuel Macron, qui se veut candidat hors système : l’ex-ministre de l’Economie serait pleinement issu du système. Ce jeudi 17 novembre, Benoît Hamon a remis une petite pièce dans le jukebox. Le candidat socialiste à la primaire de la Belle alliance populaire a lancé sur RMC et BFMTV un appel à Emmanuel Macron, qui s’est lancé dans la course à la présidentielle la veille

HOLLANDE

Le Parisien - Présidentielle. Boutih : «Nous sommes nombreux à faire en sorte que Hollande renonce»

Arnaud Montebourg a expliqué ce jeudi matin que François Hollande s'honorerait à ne pas être candidat. Le député socialiste Malek Boutih va lui plus loin en expliquant qu'au PS «nous sommes nombreux à poursuivre le même objectif, avec détermination, avec sérieux: faire en sorte que François Hollande renonce». 

TEFAL

L'Humanité - Tefal. Condamnation scandaleuse en appel de l'inspectrice du travail Laura Pfeiffer et du salarié lanceur d'alerte

Communiqué de l'intersyndicale CGT-SUD-SNU-FO-CNT, le 16 novembre 2016. Nous sommes consternés par ce jugement à l’encontre d’une inspectrice du travail qui est condamnée pour avoir fait son travail et dénoncé les pratiques de la multinationale visant à l’écarter de son poste avec le relais de sa hiérarchie. Nous nous insurgeons contre cette nouvelle condamnation d’un salarié lanceur d’alerte et ne pouvons que constater que la justice française, au-delà des discours convenus, ne protège pas ceux et celles qui risquent leur emploi pour dénoncer les pratiques délictueuses des entreprises. 

LE FOLL

Libé - Stéphane Le Foll : «Il y a un mois, Fillon c’était Droopy et maintenant il ferait président ?»

Le porte-parole du gouvernement ne cache pas que la victoire de la ligne ultralibérale et conservatrice de François Fillon à la primaire est une bonne nouvelle pour le PS. Et s’accroche à la candidature de Hollande.

Eternel fidèle de François Hollande, Stéphane Le Foll n’a aucun doute sur une candidature du Président en 2017. Après le score surprise de Fillon, il met en garde contre les pronostics et demande à Manuel Valls du «respect» pour la «fonction présidentielle».

FILLON

Le Monde, Les décodeurs - François Fillon repeint en rose les années Thatcher

François Fillon, héritier de Margaret Thatcher ? Le favori du deuxième tour de la primaire à droite lui-même ne rejette pas la comparaison avec la première ministre conservatrice, qui dirigea le gouvernement britannique de 1979 à 1990. « Je n’ai jamais de problème à être comparé à une personne qui a sauvé son pays », a-t-il répondu sur BFM-TV, mardi 22 novembre.

Marianne - Contre toute logique, Hollande voit dans la réussite de Fillon "une divine surprise"

La percée de François Fillon à la primaire de la droite inquiète-t-elle François Hollande ? A en croire son entourage, pas le moins du monde ! En privé, le Président qualifie même ce jeudi 24 novembre le succès du député de Paris de "divine surprise". Selon lui, une victoire du député de Paris le relancerait complètement pour 2017...

Le JDD - A gauche, Fillon est le meilleur ennemi possible

Ce ne sera pas Nicolas Sarkozy, et peut-être même pas Alain Juppé, pourtant longtemps favori. François Fillon a pris la pole position à droite. Une victoire du député de Paris pourrait ne pas être une mauvaise chose pour le Parti socialiste en vue de 2017.

JUPPE

Huffington Post - La campagne de gauche de Juppé et des socialistes va-t-elle surmobiliser le camp conservateur?

En tirant à boulets rouges sur le programme "ultra-conservateur" de François Fillon, Alain Juppé et le PS font aussi le jeu du favori de la primaire.

PRIMAIRE DE LA GAUCHE

Europe 1 - Primaire du PS : il y aura bien 8.000 bureaux de vote, assure Christophe Borgel

Arnaud Montebourg s'inquiétait des conditions d'organisation de la primaire socialiste qui doit se tenir les 22 et 29 janvier.

Le député Christophe Borgel, président du Comité national d'organisation de la primaire (Cnop) du Parti Socialiste, a assuré mardi qu'il y aurait bien au moins 8.000 bureaux de vote, en réponse aux inquiétudes du candidat Arnaud Montebourg. "L'engagement de 8.000 bureaux de vote (pris par le conseil national du PS le 2 octobre, ndlr) sera tenu", a-t-il déclaré.

Le Figaro - Pendant ce temps, la primaire de la gauche est au point mort

Arnaud Montebourg a adressé un courrier à la haute autorité éthique du PS pour souligner les retards pris dans l'organisation de la primaire de gauche.Le succès des uns attise l'inquiétude des autres. Au Parti socialiste, on regarde avec angoisse la barre placée très haut par le franc succès de la primaire de la droite dimanche 20 novembre, et ses 4 millions de votants. À tel point que l'un des principaux participants de la primaire du PS, Arnaud Montebourg, a saisi lundi la haute autorité éthique du PS. L'ancien locataire de Bercy entendait faire part de ses «inquiétudes» concernant l'organisation de cette dernière, et lister les «conditions» de sa «réussite».

France 3 - Christian Paul déplore un "retard à l'allumage" pour la primaire du PS

Le chef de file des frondeurs Christian Paul a déploré ce vendredi 19 novembre un "retard à l'allumage" dans l'organisation de la primaire initiée par le PS, qui doit se dérouler les 22 et 29 janvier.

CAMBADELIS

Cambadélis : « Le PS va mieux qu’on ne le croit » – Interview dans les quotidiens du groupe EBRA

Ci-dessous, retrouvez l’interview de Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste, au groupe EBRA, publiée le samedi 19 novembre 2016.

La droite a réussi sa campagne de la primaire, non ?

La primaire de la droite ne réglera pas la question stratégique qui oppose ceux qui veulent rassembler la droite et le centre et ceux, qui d’un autre côté, cherchent les voix de l’extrême droite. On voit bien que personne ne s’impose réellement et on ne sent pas dans le pays un désir de droite. Au contraire, je note un début d’inquiétude sur le contenu des programmes qui s’attaquent tous au modèle social français. La France n’a pas besoin d’une purge libérale, mais d’une échelle mobile sociale qui réduise les inégalités.

25/11/2016

L'actualité des socialistes du 18 au 24 novembre

CHRISTIAN PAUL

Le JDD - Christian Paul : "Je souhaite qu'il y ait une candidature unique" de l'aile gauche à la primaire PS

INTERVIEW - Dans son livre Les îles et l'archipel: pourquoi la gauche (re)vivra, le député de la Nièvre, Christian Paul, dresse un portrait au vitriol du président Hollande et de son quinquennat. Pourtant le chef de file des frondeurs socialistes est convaincu qu'une "alternance à gauche" est toujours possible en 2017. Ce proche d'Arnaud Montebourg œuvre, en coulisses, pour une candidature unique de l'aile gauche du parti lors du premier tour de la primaire.

Fondation Jean Jaurès - Les îles et l’archipel : pourquoi la gauche (re)vivra

En 2017, le pays décide de son avenir. Là se joue aussi le futur de la gauche française. Pour Christian Paul, rien n’est joué si elle a le courage de se réinventer. Ce n’est qu’en renouant avec leurs valeurs de manière ambitieuse que les « îles » de la gauche pourront faire « archipel ». Un archipel où les Français auront à nouveau le goût de se retrouver.

EMMANUEL MAUREL

L'Opinion - Figure libre, Enseignements primaires

Plus encore que la primaire socialiste de 2011, celle de la droite est un succès. Quatre millions d’électeurs, c’est énorme. On disait que le principe même d’une présélection démocratique n’était pas franchement conforme à la tradition gaulliste : manifestement, le désir d’alternance a été plus fort que les réticences ataviques. On savait le « peuple de droite » capable de mobilisation dans l’adversité, comme il l’avait démontré entre les deux tours de la présidentielle de 2012. Il l’est tout autant dans la revanche et la volonté de conquête.

MONTEBOURG

Le Parisien - Montebourg cible Macron, «candidat des magazines», et appelle Hollande à réfléchir

En pleine primaire à droite, Arnaud Montebourg a la tête dans la primaire à gauche. Ce jeudi matin, sur RTL, l'ancien ministre a une fois de plus invité Emmanuel Macron «à venir dans la primaire à gauche». «C'est le candidat des unes de magazines», a-t-il taclé au passage. Cette semaine, Emmanuel Macron, qui s'est déclaré à la présidentielle la semaine dernière, est encore en une de «Paris Match» en compagnie de son épouse. Il le met en garde en expliquant que pour la primaire à droite, «les éditorialistes» avaient «fait un choix mais la base a fait autre chose c'est certainement ce qui va se passer dans la primaire de la gauche les 22 et 29 Janvier».

La Vie - Patriotisme, nationalisations, Dieu : Arnaud Montebourg en six extraits

Invité à La Vie lundi 21 novembre, Arnaud Montebourg a répondu aux questions de la rédaction, poursuivant notre série de rencontres avec des personnalités politiques qui entendent structurer le débat au niveau national. Au cœur des discussions : identité, économie, Europe et catholicisme. Extraits choisis.

A perdre la raison - Montebourg seul recours pour la gauche face aux Trump français ?

.... En France et en Europe, la mondialisation heureuse de l'OMC surtout depuis que la Chine y a été intégrée, fait des ravages depuis longtemps mais la droite et la gauche de gouvernement ici ou là en Europe font les sourdes et aveugles et font fi de la colère des peuples, on continue tranquillement comme avant, on gère les déficits, on gère la dette on tente de respecter des accords obsolètes comme celui de Maastricht et ses fameux 3% et advienne que pourra.

HAMON

Libé - Benoît Hamon, premier sur les tours

Le député des Yvelines, candidat à la primaire socialiste, a nommé comme porte-parole et comme directeur de campagne deux députés de banlieue parisienne.

Une équipe de banlieusards. Le candidat à la primaire de la Belle Alliance populaire, Benoît Hamon a nommé ses porte-parole. Il s’agit du député de la Loire, Régis Juanico. Et celui des Hauts-de-Seine, Alexis Bachelay. «Dans la période difficile que traverse la gauche, où l’on observe une perte des valeurs et des repères, Benoît Hamon incarne une identité claire et affirmée, une gauche exigeante et moderne, sur tous les plans : la démocratie, l’écologie, l’économie et le social», explique ce dernier dans un entretien à l’Obs. Autre point commun entre les deux hommes : ils refusent de mettre les questions d’identité au cœur du débat. Une sorte de contre-pied à Manuel Valls.

Le Lab - Hamon défie Macron de "rendre publique la liste des donateurs" de sa campagne présidentielle

C’est l’une des principales critiques formulées contre Emmanuel Macron, qui se veut candidat hors système : l’ex-ministre de l’Economie serait pleinement issu du système. Ce jeudi 17 novembre, Benoît Hamon a remis une petite pièce dans le jukebox. Le candidat socialiste à la primaire de la Belle alliance populaire a lancé sur RMC et BFMTV un appel à Emmanuel Macron, qui s’est lancé dans la course à la présidentielle la veille

HOLLANDE

Le Parisien - Présidentielle. Boutih : «Nous sommes nombreux à faire en sorte que Hollande renonce»

Arnaud Montebourg a expliqué ce jeudi matin que François Hollande s'honorerait à ne pas être candidat. Le député socialiste Malek Boutih va lui plus loin en expliquant qu'au PS «nous sommes nombreux à poursuivre le même objectif, avec détermination, avec sérieux: faire en sorte que François Hollande renonce». 

TEFAL

L'Humanité - Tefal. Condamnation scandaleuse en appel de l'inspectrice du travail Laura Pfeiffer et du salarié lanceur d'alerte

Communiqué de l'intersyndicale CGT-SUD-SNU-FO-CNT, le 16 novembre 2016. Nous sommes consternés par ce jugement à l’encontre d’une inspectrice du travail qui est condamnée pour avoir fait son travail et dénoncé les pratiques de la multinationale visant à l’écarter de son poste avec le relais de sa hiérarchie. Nous nous insurgeons contre cette nouvelle condamnation d’un salarié lanceur d’alerte et ne pouvons que constater que la justice française, au-delà des discours convenus, ne protège pas ceux et celles qui risquent leur emploi pour dénoncer les pratiques délictueuses des entreprises. 

LE FOLL

Libé - Stéphane Le Foll : «Il y a un mois, Fillon c’était Droopy et maintenant il ferait président ?»

Le porte-parole du gouvernement ne cache pas que la victoire de la ligne ultralibérale et conservatrice de François Fillon à la primaire est une bonne nouvelle pour le PS. Et s’accroche à la candidature de Hollande.

Eternel fidèle de François Hollande, Stéphane Le Foll n’a aucun doute sur une candidature du Président en 2017. Après le score surprise de Fillon, il met en garde contre les pronostics et demande à Manuel Valls du «respect» pour la «fonction présidentielle».

FILLON

Le Monde, Les décodeurs - François Fillon repeint en rose les années Thatcher

François Fillon, héritier de Margaret Thatcher ? Le favori du deuxième tour de la primaire à droite lui-même ne rejette pas la comparaison avec la première ministre conservatrice, qui dirigea le gouvernement britannique de 1979 à 1990. « Je n’ai jamais de problème à être comparé à une personne qui a sauvé son pays », a-t-il répondu sur BFM-TV, mardi 22 novembre.

Marianne - Contre toute logique, Hollande voit dans la réussite de Fillon "une divine surprise"

La percée de François Fillon à la primaire de la droite inquiète-t-elle François Hollande ? A en croire son entourage, pas le moins du monde ! En privé, le Président qualifie même ce jeudi 24 novembre le succès du député de Paris de "divine surprise". Selon lui, une victoire du député de Paris le relancerait complètement pour 2017...

Le JDD - A gauche, Fillon est le meilleur ennemi possible

Ce ne sera pas Nicolas Sarkozy, et peut-être même pas Alain Juppé, pourtant longtemps favori. François Fillon a pris la pole position à droite. Une victoire du député de Paris pourrait ne pas être une mauvaise chose pour le Parti socialiste en vue de 2017.

JUPPE

Huffington Post - La campagne de gauche de Juppé et des socialistes va-t-elle surmobiliser le camp conservateur?

En tirant à boulets rouges sur le programme "ultra-conservateur" de François Fillon, Alain Juppé et le PS font aussi le jeu du favori de la primaire.

PRIMAIRE DE LA GAUCHE

Europe 1 - Primaire du PS : il y aura bien 8.000 bureaux de vote, assure Christophe Borgel

Arnaud Montebourg s'inquiétait des conditions d'organisation de la primaire socialiste qui doit se tenir les 22 et 29 janvier.

Le député Christophe Borgel, président du Comité national d'organisation de la primaire (Cnop) du Parti Socialiste, a assuré mardi qu'il y aurait bien au moins 8.000 bureaux de vote, en réponse aux inquiétudes du candidat Arnaud Montebourg. "L'engagement de 8.000 bureaux de vote (pris par le conseil national du PS le 2 octobre, ndlr) sera tenu", a-t-il déclaré.

Le Figaro - Pendant ce temps, la primaire de la gauche est au point mort

Arnaud Montebourg a adressé un courrier à la haute autorité éthique du PS pour souligner les retards pris dans l'organisation de la primaire de gauche.Le succès des uns attise l'inquiétude des autres. Au Parti socialiste, on regarde avec angoisse la barre placée très haut par le franc succès de la primaire de la droite dimanche 20 novembre, et ses 4 millions de votants. À tel point que l'un des principaux participants de la primaire du PS, Arnaud Montebourg, a saisi lundi la haute autorité éthique du PS. L'ancien locataire de Bercy entendait faire part de ses «inquiétudes» concernant l'organisation de cette dernière, et lister les «conditions» de sa «réussite».

France 3 - Christian Paul déplore un "retard à l'allumage" pour la primaire du PS

Le chef de file des frondeurs Christian Paul a déploré ce vendredi 19 novembre un "retard à l'allumage" dans l'organisation de la primaire initiée par le PS, qui doit se dérouler les 22 et 29 janvier.

CAMBADELIS

Cambadélis : « Le PS va mieux qu’on ne le croit » – Interview dans les quotidiens du groupe EBRA

Ci-dessous, retrouvez l’interview de Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste, au groupe EBRA, publiée le samedi 19 novembre 2016.

La droite a réussi sa campagne de la primaire, non ?

La primaire de la droite ne réglera pas la question stratégique qui oppose ceux qui veulent rassembler la droite et le centre et ceux, qui d’un autre côté, cherchent les voix de l’extrême droite. On voit bien que personne ne s’impose réellement et on ne sent pas dans le pays un désir de droite. Au contraire, je note un début d’inquiétude sur le contenu des programmes qui s’attaquent tous au modèle social français. La France n’a pas besoin d’une purge libérale, mais d’une échelle mobile sociale qui réduise les inégalités.

24/11/2016

L'actualité des socialistes du 11 au 18 novembre

A LA UNE : POPULISME

Laurent Bouvet - Qu’est-ce que le populisme ?

Le spectre du populisme hante à nouveau l'Europe. Partout ou presque, des partis qui s’en réclament plus ou moins ouvertement gagnent des voix et du terrain. Une telle résurgence, dont les causes sont multiples et difficiles à cerner à coup sûr, met en relief les défauts de la démocratie, tout particulièrement si on s’en tient à son versant « représentatif ». Dès lors qu'on fonde la légitimité politique sur l'assentiment du peuple, celui-ci, en raison même des ambiguïtés de sa définition, peut se révéler tout aussi indispensable que dangereux pour la liberté, a fortiori lorsqu’il ne s’estime plus représenté par « ses » élites. Le populisme est ainsi et indissociablement à la fois le mal (comme contraire du bien) de la démocratie et le mal comme symptôme que quelque chose ne va pas dans la démocratie. En effet, si le peuple n'a pas toujours raison, il a en revanche toujours ses raisons dans une démocratie[1]. Des raisons qui doivent être écoutées, comprises voire entendues sous peine de dérive… populiste précisément.

TRUMP

Le Monde - L’écrasante responsabilité de la gauche dans la victoire de Donald Trump, Par Dominique Méda, sociologue, professeure des universités

Pourquoi les gauches se font-elles tailler des croupières presque partout dans le monde par des partis qui prétendent mettre au cœur de leurs préoccupations les oubliés, les invisibles, les damnés de la mondialisation, les sans-grade, les déclassés ?

L’énigme semble complète : pourquoi les pauvres et les ouvriers ont-ils voté pour un milliardaire qui ne s’est donné que la peine de naître – un don conséquent de son père lors de son entrée dans la vie adulte lui ayant permis de construire son empire – et non pour la candidate démocrate ?

Le Figaro - Laurent Bouvet : «La défaite d'Hillary Clinton, dernier avertissement pour la gauche française»

Hillary Clinton a perdu dans plusieurs États traditionnellement démocrates. Pour Laurent Bouvet, c'est l'ensemble des partis sociaux-démocrates qui ont perdu la confiance des catégories populaires en plébiscitant un multiculturalisme normatif.

Christophe Bouillaud - 9 novembre 2016

Je ne sais pas ce que le destin trouve de si passionnant aux 9 novembre, mais je soupçonne qu’il commence à se moquer sérieusement de nous. Le 9 novembre 1918, l’Empire allemand s’écroule. Le 9 novembre 1938, c’est la « Nuit de Cristal ». Le 9 novembre 1989 tombe le Mur de Berlin. Et, le 9 novembre 2016, on annonce l’élection à la surprise et stupeur générales comme Président des États-Unis d’un lointain descendant d’immigrant allemand, d’un outsider absolu de la politique. C’est vraiment, semble-t-il, le « Schicksaltag der Deutschen » , le jour du destin des Allemands, et, par là-même, de nous-mêmes.

Tribune de Lyon - “La machine à perdre à droite et à gauche est enclenchée” Renaud Payre

Le directeur de Sciences Po Lyon évoque le “brouillard” qui règne après l’élection de Donald Trump à la tête des États-Unis et confie ce matin son “pessimisme” sur l’élection présidentielle qui arrive en France. Entretien.

CIVIC TECH

Orange - Nouvelles citoyennetés à l’heure numérique

À quelques mois des élections présidentielles françaises, l’expression fait le buzz sur la toile et les médias : « civic tech ». Soit une nouvelle génération de sites, d’applications ou de dispositifs digitaux, se donnant comme ambition de transformer le ou la politique. Mais au-delà, comment le numérique change-t-il la façon dont les citoyens s’impliquent, s’engagent et participent ?

MONTEBOURG

Direct Matin - Arnaud Montebourg président de la République : quelles conséquences ?

Arnaud Montebourg, chantre du «Made in France», est l'un des favoris de la gauche pour 2017. Mais à quoi ressemblerait la France présidée par celui qui souhaite notamment une refondation des institutions ?

Prendre le pouvoir pour redresser la France. L'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, en ballotage favorable dans les sondages de la Primaire de la gauche face à François Hollande et Benoît Hamon, veut tout changer. Démocratie, Economie, Europe... tout y passe, ou presque. Revue de détails de ce que serait la France gouvernée par l'homme de Saône-et-Loire.

A perdre la raison - Montebourg seul recours pour la gauche face aux Trump français ?

Depuis hier les commentateurs sont consternés par la victoire de Trump et chacun de donner son appréciation de la situation et critiquant "le populisme" qui nous dit-on serait responsable de l'élection de Trump

Ces mêmes commentateurs, journalistes, éditocrates, blogueurs, découvrent soudainement comme par miracle, que la mondialisation galopante serait après tout l'une des responsables de la victoire de Trump.

Marianne - Yann Galut, ex-soutien de Hollande : "Pourquoi je vais rallier Montebourg"

En 2011, il faisait partie de l'équipe de campagne de François Hollande. Aujourd'hui, le député du Cher Yann Galut a pris ses distances, dégoûté par l'orientation "social-libérale" du quinquennat. Ce mardi 15 novembre, l'animateur du courant socialiste "la Fabrique" explique à "Marianne" pourquoi il rejoint Arnaud Montebourg.

HAMON

Libération - Vote blanc, 49.3 citoyen… les propositions de Benoît Hamon pour rénover la démocratie

Après avoir mis en valeur le revenu universel et le bien-être au travail, le candidat à la présidentielle via la primaire du PS a décliné ce lundi ses propositions institutionnelles.

 
L'ancien ministre et candidat à la primaire socialiste de janvier 2017 propose aussi des solutions drastiques pour mettre fin à ce qu'il appelle la « défaillance de la démocratie ». Benoît Hamon, dont les chances de gagner la primaire de la gauche restent minimes, a déjà tout prévu. D'abord un référendum, qui aurait lieu le jour du second tour des législatives (dimanche 18 juin 2017) pour statuer sur trois questions : droit d'initiative citoyenne (pour soumettre ou suspendre un projet de loi), reconnaissance du vote blanc et droit de vote des étrangers aux élections locales.
 
CHRISTOPHE GUILLUY
 
 
De l'Amérique de Trump à la France périphérique, il n'y a qu'un pas. Le géographe Christophe Guilluy nous explique pourquoi. Interview
 
« Trumpisation » de la société, « lepénisation des esprits », « jeanpierrepernaultisation de l'information », les éditorialistes ne savent plus qui accabler pour expliquer la montée des populismes. Il existe pourtant une autre lecture du phénomène. Christophe Guilluy est le géographe maudit de la gauche française. Ses torts ? Une analyse qui prend les réformistes à rebrousse-poil et des livres qui décortiquent les rouages inconscients de notre ordre social. Si Manuel Valls considère qu'expliquer, c'est déjà vouloir excuser, Christophe Guilluy préfère comprendre plutôt que condamner.
 
MACRON
 
 
Les candidats à l’investiture du Parti socialiste ont jusqu’à ce vendredi soir pour se déclarer. Plusieurs députés soutenant Emmanuel Macron revendiquent une « double appartenance ».
 
 
Emmanuel Macron nous annonce, avec son aplomb habituel, une « aventure de refondation politique », avec de bien pauvres propositions…
Alléluia ! Nous avions déjà le messie avec Emmanuel Macron, celui qui allait sauver le pays, l’emmener vers la modernité, celui qui sait marcher sur une eau ni de droite ni de gauche. Nous commençons à recevoir cette semaine son Evangile, selon L’Obs, le journal qui veut faire le pont entre Pierre Mendès France et Macron, l’ancien et le nouveau testaments enfin réunis… La Bonne Nouvelle, un mois et demi avant Noël, quelle cadeau !
 
LEGISLATIVES 2017
 
 
Rue de Solférino, le grand jeu des chaises musicales pour se recaser après la présidentielle a commencé. Une foire d'empoigne qui fait déjà pas mal de dégâts.
 
 
À un mois de la convention nationale d'investiture du Parti socialiste, bon nombre de députés de la majorité ont annoncé qu'ils ne se représenteraient pas aux prochaines élections législatives. Certains ministres ont rejoint leurs rangs.

Assiste-t-on, à 7 mois des élections législatives de 2017, à un renoncement général au sein de la majorité socialiste? Alors que plusieurs députés ont récemment annoncé qu'ils n'appartiendraient pas à la prochaine législature, certains membres du gouvernement sont désormais dans le même cas.

ECOLOGIE
 

Notre-Dame-des-Landes, boues rouges, Fessenheim… à plusieurs reprises, l’écologie a fait figure de caillou dans la chaussure du gouvernement ces quatre dernières années.

Taxe carbone, loi sur la biodiversité, COP21… si le quinquennat de François Hollande a été marqué par plusieurs avancées en matière de protection de l’environnement, l’écologie a aussi semé le trouble au sein du gouvernement ces quatre dernières années. Retour sur cinq dossiers qui ont divisé les ministres et handicapé l’action de François Hollande.
 
ECONOMIE
 
Le Monde - Compétitivité : le décrochage français est-il irréversible ?

Une étude de l’OFCE sur « L’état du tissu productif français » relance le débat sur la capacité de l’économie du pays à rester dans la course de la concurrence mondiale. Le coût du travail n’est pas le seul en cause.

Il l’a réaffirmé avec conviction, comme tant d’autres avant lui. « La désindustrialisation n’est pas une fatalité », a martelé Manuel Valls, jeudi 10 novembre, lors d’une visite à Corbeil-Essonnes, sur le site du fabricant de semi-conducteurs X-Fab. La concurrence mondiale « ne fait aucun cadeau (…). Mais nous avons des atouts à faire valoir, et en particulier nos capacités d’innovation », a souligné le premier ministre.

23/11/2016

L'actualité des socialistes du 11 au 18 novembre

A LA UNE : POPULISME

Laurent Bouvet - Qu’est-ce que le populisme ?

Le spectre du populisme hante à nouveau l'Europe. Partout ou presque, des partis qui s’en réclament plus ou moins ouvertement gagnent des voix et du terrain. Une telle résurgence, dont les causes sont multiples et difficiles à cerner à coup sûr, met en relief les défauts de la démocratie, tout particulièrement si on s’en tient à son versant « représentatif ». Dès lors qu'on fonde la légitimité politique sur l'assentiment du peuple, celui-ci, en raison même des ambiguïtés de sa définition, peut se révéler tout aussi indispensable que dangereux pour la liberté, a fortiori lorsqu’il ne s’estime plus représenté par « ses » élites. Le populisme est ainsi et indissociablement à la fois le mal (comme contraire du bien) de la démocratie et le mal comme symptôme que quelque chose ne va pas dans la démocratie. En effet, si le peuple n'a pas toujours raison, il a en revanche toujours ses raisons dans une démocratie[1]. Des raisons qui doivent être écoutées, comprises voire entendues sous peine de dérive… populiste précisément.

TRUMP

Le Monde - L’écrasante responsabilité de la gauche dans la victoire de Donald Trump, Par Dominique Méda, sociologue, professeure des universités

Pourquoi les gauches se font-elles tailler des croupières presque partout dans le monde par des partis qui prétendent mettre au cœur de leurs préoccupations les oubliés, les invisibles, les damnés de la mondialisation, les sans-grade, les déclassés ?

L’énigme semble complète : pourquoi les pauvres et les ouvriers ont-ils voté pour un milliardaire qui ne s’est donné que la peine de naître – un don conséquent de son père lors de son entrée dans la vie adulte lui ayant permis de construire son empire – et non pour la candidate démocrate ?

Le Figaro - Laurent Bouvet : «La défaite d'Hillary Clinton, dernier avertissement pour la gauche française»

Hillary Clinton a perdu dans plusieurs États traditionnellement démocrates. Pour Laurent Bouvet, c'est l'ensemble des partis sociaux-démocrates qui ont perdu la confiance des catégories populaires en plébiscitant un multiculturalisme normatif.

Christophe Bouillaud - 9 novembre 2016

Je ne sais pas ce que le destin trouve de si passionnant aux 9 novembre, mais je soupçonne qu’il commence à se moquer sérieusement de nous. Le 9 novembre 1918, l’Empire allemand s’écroule. Le 9 novembre 1938, c’est la « Nuit de Cristal ». Le 9 novembre 1989 tombe le Mur de Berlin. Et, le 9 novembre 2016, on annonce l’élection à la surprise et stupeur générales comme Président des États-Unis d’un lointain descendant d’immigrant allemand, d’un outsider absolu de la politique. C’est vraiment, semble-t-il, le « Schicksaltag der Deutschen » , le jour du destin des Allemands, et, par là-même, de nous-mêmes.

Tribune de Lyon - “La machine à perdre à droite et à gauche est enclenchée” Renaud Payre

Le directeur de Sciences Po Lyon évoque le “brouillard” qui règne après l’élection de Donald Trump à la tête des États-Unis et confie ce matin son “pessimisme” sur l’élection présidentielle qui arrive en France. Entretien.

CIVIC TECH

Orange - Nouvelles citoyennetés à l’heure numérique

À quelques mois des élections présidentielles françaises, l’expression fait le buzz sur la toile et les médias : « civic tech ». Soit une nouvelle génération de sites, d’applications ou de dispositifs digitaux, se donnant comme ambition de transformer le ou la politique. Mais au-delà, comment le numérique change-t-il la façon dont les citoyens s’impliquent, s’engagent et participent ?

MONTEBOURG

Direct Matin - Arnaud Montebourg président de la République : quelles conséquences ?

Arnaud Montebourg, chantre du «Made in France», est l'un des favoris de la gauche pour 2017. Mais à quoi ressemblerait la France présidée par celui qui souhaite notamment une refondation des institutions ?

Prendre le pouvoir pour redresser la France. L'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, en ballotage favorable dans les sondages de la Primaire de la gauche face à François Hollande et Benoît Hamon, veut tout changer. Démocratie, Economie, Europe... tout y passe, ou presque. Revue de détails de ce que serait la France gouvernée par l'homme de Saône-et-Loire.

A perdre la raison - Montebourg seul recours pour la gauche face aux Trump français ?

Depuis hier les commentateurs sont consternés par la victoire de Trump et chacun de donner son appréciation de la situation et critiquant "le populisme" qui nous dit-on serait responsable de l'élection de Trump

Ces mêmes commentateurs, journalistes, éditocrates, blogueurs, découvrent soudainement comme par miracle, que la mondialisation galopante serait après tout l'une des responsables de la victoire de Trump.

Marianne - Yann Galut, ex-soutien de Hollande : "Pourquoi je vais rallier Montebourg"

En 2011, il faisait partie de l'équipe de campagne de François Hollande. Aujourd'hui, le député du Cher Yann Galut a pris ses distances, dégoûté par l'orientation "social-libérale" du quinquennat. Ce mardi 15 novembre, l'animateur du courant socialiste "la Fabrique" explique à "Marianne" pourquoi il rejoint Arnaud Montebourg.

HAMON

Libération - Vote blanc, 49.3 citoyen… les propositions de Benoît Hamon pour rénover la démocratie

Après avoir mis en valeur le revenu universel et le bien-être au travail, le candidat à la présidentielle via la primaire du PS a décliné ce lundi ses propositions institutionnelles.

 
L'ancien ministre et candidat à la primaire socialiste de janvier 2017 propose aussi des solutions drastiques pour mettre fin à ce qu'il appelle la « défaillance de la démocratie ». Benoît Hamon, dont les chances de gagner la primaire de la gauche restent minimes, a déjà tout prévu. D'abord un référendum, qui aurait lieu le jour du second tour des législatives (dimanche 18 juin 2017) pour statuer sur trois questions : droit d'initiative citoyenne (pour soumettre ou suspendre un projet de loi), reconnaissance du vote blanc et droit de vote des étrangers aux élections locales.
 
CHRISTOPHE GUILLUY
 
 
De l'Amérique de Trump à la France périphérique, il n'y a qu'un pas. Le géographe Christophe Guilluy nous explique pourquoi. Interview
 
« Trumpisation » de la société, « lepénisation des esprits », « jeanpierrepernaultisation de l'information », les éditorialistes ne savent plus qui accabler pour expliquer la montée des populismes. Il existe pourtant une autre lecture du phénomène. Christophe Guilluy est le géographe maudit de la gauche française. Ses torts ? Une analyse qui prend les réformistes à rebrousse-poil et des livres qui décortiquent les rouages inconscients de notre ordre social. Si Manuel Valls considère qu'expliquer, c'est déjà vouloir excuser, Christophe Guilluy préfère comprendre plutôt que condamner.
 
MACRON
 
 
Les candidats à l’investiture du Parti socialiste ont jusqu’à ce vendredi soir pour se déclarer. Plusieurs députés soutenant Emmanuel Macron revendiquent une « double appartenance ».
 
 
Emmanuel Macron nous annonce, avec son aplomb habituel, une « aventure de refondation politique », avec de bien pauvres propositions…
Alléluia ! Nous avions déjà le messie avec Emmanuel Macron, celui qui allait sauver le pays, l’emmener vers la modernité, celui qui sait marcher sur une eau ni de droite ni de gauche. Nous commençons à recevoir cette semaine son Evangile, selon L’Obs, le journal qui veut faire le pont entre Pierre Mendès France et Macron, l’ancien et le nouveau testaments enfin réunis… La Bonne Nouvelle, un mois et demi avant Noël, quelle cadeau !
 
LEGISLATIVES 2017
 
 
Rue de Solférino, le grand jeu des chaises musicales pour se recaser après la présidentielle a commencé. Une foire d'empoigne qui fait déjà pas mal de dégâts.
 
 
À un mois de la convention nationale d'investiture du Parti socialiste, bon nombre de députés de la majorité ont annoncé qu'ils ne se représenteraient pas aux prochaines élections législatives. Certains ministres ont rejoint leurs rangs.

Assiste-t-on, à 7 mois des élections législatives de 2017, à un renoncement général au sein de la majorité socialiste? Alors que plusieurs députés ont récemment annoncé qu'ils n'appartiendraient pas à la prochaine législature, certains membres du gouvernement sont désormais dans le même cas.

ECOLOGIE
 

Notre-Dame-des-Landes, boues rouges, Fessenheim… à plusieurs reprises, l’écologie a fait figure de caillou dans la chaussure du gouvernement ces quatre dernières années.

Taxe carbone, loi sur la biodiversité, COP21… si le quinquennat de François Hollande a été marqué par plusieurs avancées en matière de protection de l’environnement, l’écologie a aussi semé le trouble au sein du gouvernement ces quatre dernières années. Retour sur cinq dossiers qui ont divisé les ministres et handicapé l’action de François Hollande.
 
ECONOMIE
 
Le Monde - Compétitivité : le décrochage français est-il irréversible ?

Une étude de l’OFCE sur « L’état du tissu productif français » relance le débat sur la capacité de l’économie du pays à rester dans la course de la concurrence mondiale. Le coût du travail n’est pas le seul en cause.

Il l’a réaffirmé avec conviction, comme tant d’autres avant lui. « La désindustrialisation n’est pas une fatalité », a martelé Manuel Valls, jeudi 10 novembre, lors d’une visite à Corbeil-Essonnes, sur le site du fabricant de semi-conducteurs X-Fab. La concurrence mondiale « ne fait aucun cadeau (…). Mais nous avons des atouts à faire valoir, et en particulier nos capacités d’innovation », a souligné le premier ministre.

22/11/2016

L'actualité des socialistes du 11 au 18 novembre

A LA UNE : POPULISME

Laurent Bouvet - Qu’est-ce que le populisme ?

Le spectre du populisme hante à nouveau l'Europe. Partout ou presque, des partis qui s’en réclament plus ou moins ouvertement gagnent des voix et du terrain. Une telle résurgence, dont les causes sont multiples et difficiles à cerner à coup sûr, met en relief les défauts de la démocratie, tout particulièrement si on s’en tient à son versant « représentatif ». Dès lors qu'on fonde la légitimité politique sur l'assentiment du peuple, celui-ci, en raison même des ambiguïtés de sa définition, peut se révéler tout aussi indispensable que dangereux pour la liberté, a fortiori lorsqu’il ne s’estime plus représenté par « ses » élites. Le populisme est ainsi et indissociablement à la fois le mal (comme contraire du bien) de la démocratie et le mal comme symptôme que quelque chose ne va pas dans la démocratie. En effet, si le peuple n'a pas toujours raison, il a en revanche toujours ses raisons dans une démocratie[1]. Des raisons qui doivent être écoutées, comprises voire entendues sous peine de dérive… populiste précisément.

TRUMP

Le Monde - L’écrasante responsabilité de la gauche dans la victoire de Donald Trump, Par Dominique Méda, sociologue, professeure des universités

Pourquoi les gauches se font-elles tailler des croupières presque partout dans le monde par des partis qui prétendent mettre au cœur de leurs préoccupations les oubliés, les invisibles, les damnés de la mondialisation, les sans-grade, les déclassés ?

L’énigme semble complète : pourquoi les pauvres et les ouvriers ont-ils voté pour un milliardaire qui ne s’est donné que la peine de naître – un don conséquent de son père lors de son entrée dans la vie adulte lui ayant permis de construire son empire – et non pour la candidate démocrate ?

Le Figaro - Laurent Bouvet : «La défaite d'Hillary Clinton, dernier avertissement pour la gauche française»

Hillary Clinton a perdu dans plusieurs États traditionnellement démocrates. Pour Laurent Bouvet, c'est l'ensemble des partis sociaux-démocrates qui ont perdu la confiance des catégories populaires en plébiscitant un multiculturalisme normatif.

Christophe Bouillaud - 9 novembre 2016

Je ne sais pas ce que le destin trouve de si passionnant aux 9 novembre, mais je soupçonne qu’il commence à se moquer sérieusement de nous. Le 9 novembre 1918, l’Empire allemand s’écroule. Le 9 novembre 1938, c’est la « Nuit de Cristal ». Le 9 novembre 1989 tombe le Mur de Berlin. Et, le 9 novembre 2016, on annonce l’élection à la surprise et stupeur générales comme Président des États-Unis d’un lointain descendant d’immigrant allemand, d’un outsider absolu de la politique. C’est vraiment, semble-t-il, le « Schicksaltag der Deutschen » , le jour du destin des Allemands, et, par là-même, de nous-mêmes.

Tribune de Lyon - “La machine à perdre à droite et à gauche est enclenchée” Renaud Payre

Le directeur de Sciences Po Lyon évoque le “brouillard” qui règne après l’élection de Donald Trump à la tête des États-Unis et confie ce matin son “pessimisme” sur l’élection présidentielle qui arrive en France. Entretien.

CIVIC TECH

Orange - Nouvelles citoyennetés à l’heure numérique

À quelques mois des élections présidentielles françaises, l’expression fait le buzz sur la toile et les médias : « civic tech ». Soit une nouvelle génération de sites, d’applications ou de dispositifs digitaux, se donnant comme ambition de transformer le ou la politique. Mais au-delà, comment le numérique change-t-il la façon dont les citoyens s’impliquent, s’engagent et participent ?

MONTEBOURG

Direct Matin - Arnaud Montebourg président de la République : quelles conséquences ?

Arnaud Montebourg, chantre du «Made in France», est l'un des favoris de la gauche pour 2017. Mais à quoi ressemblerait la France présidée par celui qui souhaite notamment une refondation des institutions ?

Prendre le pouvoir pour redresser la France. L'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, en ballotage favorable dans les sondages de la Primaire de la gauche face à François Hollande et Benoît Hamon, veut tout changer. Démocratie, Economie, Europe... tout y passe, ou presque. Revue de détails de ce que serait la France gouvernée par l'homme de Saône-et-Loire.

A perdre la raison - Montebourg seul recours pour la gauche face aux Trump français ?

Depuis hier les commentateurs sont consternés par la victoire de Trump et chacun de donner son appréciation de la situation et critiquant "le populisme" qui nous dit-on serait responsable de l'élection de Trump

Ces mêmes commentateurs, journalistes, éditocrates, blogueurs, découvrent soudainement comme par miracle, que la mondialisation galopante serait après tout l'une des responsables de la victoire de Trump.

Marianne - Yann Galut, ex-soutien de Hollande : "Pourquoi je vais rallier Montebourg"

En 2011, il faisait partie de l'équipe de campagne de François Hollande. Aujourd'hui, le député du Cher Yann Galut a pris ses distances, dégoûté par l'orientation "social-libérale" du quinquennat. Ce mardi 15 novembre, l'animateur du courant socialiste "la Fabrique" explique à "Marianne" pourquoi il rejoint Arnaud Montebourg.

HAMON

Libération - Vote blanc, 49.3 citoyen… les propositions de Benoît Hamon pour rénover la démocratie

Après avoir mis en valeur le revenu universel et le bien-être au travail, le candidat à la présidentielle via la primaire du PS a décliné ce lundi ses propositions institutionnelles.

 
L'ancien ministre et candidat à la primaire socialiste de janvier 2017 propose aussi des solutions drastiques pour mettre fin à ce qu'il appelle la « défaillance de la démocratie ». Benoît Hamon, dont les chances de gagner la primaire de la gauche restent minimes, a déjà tout prévu. D'abord un référendum, qui aurait lieu le jour du second tour des législatives (dimanche 18 juin 2017) pour statuer sur trois questions : droit d'initiative citoyenne (pour soumettre ou suspendre un projet de loi), reconnaissance du vote blanc et droit de vote des étrangers aux élections locales.
 
CHRISTOPHE GUILLUY
 
 
De l'Amérique de Trump à la France périphérique, il n'y a qu'un pas. Le géographe Christophe Guilluy nous explique pourquoi. Interview
 
« Trumpisation » de la société, « lepénisation des esprits », « jeanpierrepernaultisation de l'information », les éditorialistes ne savent plus qui accabler pour expliquer la montée des populismes. Il existe pourtant une autre lecture du phénomène. Christophe Guilluy est le géographe maudit de la gauche française. Ses torts ? Une analyse qui prend les réformistes à rebrousse-poil et des livres qui décortiquent les rouages inconscients de notre ordre social. Si Manuel Valls considère qu'expliquer, c'est déjà vouloir excuser, Christophe Guilluy préfère comprendre plutôt que condamner.
 
MACRON
 
 
Les candidats à l’investiture du Parti socialiste ont jusqu’à ce vendredi soir pour se déclarer. Plusieurs députés soutenant Emmanuel Macron revendiquent une « double appartenance ».
 
 
Emmanuel Macron nous annonce, avec son aplomb habituel, une « aventure de refondation politique », avec de bien pauvres propositions…
Alléluia ! Nous avions déjà le messie avec Emmanuel Macron, celui qui allait sauver le pays, l’emmener vers la modernité, celui qui sait marcher sur une eau ni de droite ni de gauche. Nous commençons à recevoir cette semaine son Evangile, selon L’Obs, le journal qui veut faire le pont entre Pierre Mendès France et Macron, l’ancien et le nouveau testaments enfin réunis… La Bonne Nouvelle, un mois et demi avant Noël, quelle cadeau !
 
LEGISLATIVES 2017
 
 
Rue de Solférino, le grand jeu des chaises musicales pour se recaser après la présidentielle a commencé. Une foire d'empoigne qui fait déjà pas mal de dégâts.
 
 
À un mois de la convention nationale d'investiture du Parti socialiste, bon nombre de députés de la majorité ont annoncé qu'ils ne se représenteraient pas aux prochaines élections législatives. Certains ministres ont rejoint leurs rangs.

Assiste-t-on, à 7 mois des élections législatives de 2017, à un renoncement général au sein de la majorité socialiste? Alors que plusieurs députés ont récemment annoncé qu'ils n'appartiendraient pas à la prochaine législature, certains membres du gouvernement sont désormais dans le même cas.

ECOLOGIE
 

Notre-Dame-des-Landes, boues rouges, Fessenheim… à plusieurs reprises, l’écologie a fait figure de caillou dans la chaussure du gouvernement ces quatre dernières années.

Taxe carbone, loi sur la biodiversité, COP21… si le quinquennat de François Hollande a été marqué par plusieurs avancées en matière de protection de l’environnement, l’écologie a aussi semé le trouble au sein du gouvernement ces quatre dernières années. Retour sur cinq dossiers qui ont divisé les ministres et handicapé l’action de François Hollande.
 
ECONOMIE
 
Le Monde - Compétitivité : le décrochage français est-il irréversible ?

Une étude de l’OFCE sur « L’état du tissu productif français » relance le débat sur la capacité de l’économie du pays à rester dans la course de la concurrence mondiale. Le coût du travail n’est pas le seul en cause.

Il l’a réaffirmé avec conviction, comme tant d’autres avant lui. « La désindustrialisation n’est pas une fatalité », a martelé Manuel Valls, jeudi 10 novembre, lors d’une visite à Corbeil-Essonnes, sur le site du fabricant de semi-conducteurs X-Fab. La concurrence mondiale « ne fait aucun cadeau (…). Mais nous avons des atouts à faire valoir, et en particulier nos capacités d’innovation », a souligné le premier ministre.

21/11/2016

L'actualité des socialistes du 11 au 18 novembre

A LA UNE : POPULISME

Laurent Bouvet - Qu’est-ce que le populisme ?

Le spectre du populisme hante à nouveau l'Europe. Partout ou presque, des partis qui s’en réclament plus ou moins ouvertement gagnent des voix et du terrain. Une telle résurgence, dont les causes sont multiples et difficiles à cerner à coup sûr, met en relief les défauts de la démocratie, tout particulièrement si on s’en tient à son versant « représentatif ». Dès lors qu'on fonde la légitimité politique sur l'assentiment du peuple, celui-ci, en raison même des ambiguïtés de sa définition, peut se révéler tout aussi indispensable que dangereux pour la liberté, a fortiori lorsqu’il ne s’estime plus représenté par « ses » élites. Le populisme est ainsi et indissociablement à la fois le mal (comme contraire du bien) de la démocratie et le mal comme symptôme que quelque chose ne va pas dans la démocratie. En effet, si le peuple n'a pas toujours raison, il a en revanche toujours ses raisons dans une démocratie[1]. Des raisons qui doivent être écoutées, comprises voire entendues sous peine de dérive… populiste précisément.

TRUMP

Le Monde - L’écrasante responsabilité de la gauche dans la victoire de Donald Trump, Par Dominique Méda, sociologue, professeure des universités

Pourquoi les gauches se font-elles tailler des croupières presque partout dans le monde par des partis qui prétendent mettre au cœur de leurs préoccupations les oubliés, les invisibles, les damnés de la mondialisation, les sans-grade, les déclassés ?

L’énigme semble complète : pourquoi les pauvres et les ouvriers ont-ils voté pour un milliardaire qui ne s’est donné que la peine de naître – un don conséquent de son père lors de son entrée dans la vie adulte lui ayant permis de construire son empire – et non pour la candidate démocrate ?

Le Figaro - Laurent Bouvet : «La défaite d'Hillary Clinton, dernier avertissement pour la gauche française»

Hillary Clinton a perdu dans plusieurs États traditionnellement démocrates. Pour Laurent Bouvet, c'est l'ensemble des partis sociaux-démocrates qui ont perdu la confiance des catégories populaires en plébiscitant un multiculturalisme normatif.

Christophe Bouillaud - 9 novembre 2016

Je ne sais pas ce que le destin trouve de si passionnant aux 9 novembre, mais je soupçonne qu’il commence à se moquer sérieusement de nous. Le 9 novembre 1918, l’Empire allemand s’écroule. Le 9 novembre 1938, c’est la « Nuit de Cristal ». Le 9 novembre 1989 tombe le Mur de Berlin. Et, le 9 novembre 2016, on annonce l’élection à la surprise et stupeur générales comme Président des États-Unis d’un lointain descendant d’immigrant allemand, d’un outsider absolu de la politique. C’est vraiment, semble-t-il, le « Schicksaltag der Deutschen » , le jour du destin des Allemands, et, par là-même, de nous-mêmes.

Tribune de Lyon - “La machine à perdre à droite et à gauche est enclenchée” Renaud Payre

Le directeur de Sciences Po Lyon évoque le “brouillard” qui règne après l’élection de Donald Trump à la tête des États-Unis et confie ce matin son “pessimisme” sur l’élection présidentielle qui arrive en France. Entretien.

CIVIC TECH

Orange - Nouvelles citoyennetés à l’heure numérique

À quelques mois des élections présidentielles françaises, l’expression fait le buzz sur la toile et les médias : « civic tech ». Soit une nouvelle génération de sites, d’applications ou de dispositifs digitaux, se donnant comme ambition de transformer le ou la politique. Mais au-delà, comment le numérique change-t-il la façon dont les citoyens s’impliquent, s’engagent et participent ?

MONTEBOURG

Direct Matin - Arnaud Montebourg président de la République : quelles conséquences ?

Arnaud Montebourg, chantre du «Made in France», est l'un des favoris de la gauche pour 2017. Mais à quoi ressemblerait la France présidée par celui qui souhaite notamment une refondation des institutions ?

Prendre le pouvoir pour redresser la France. L'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, en ballotage favorable dans les sondages de la Primaire de la gauche face à François Hollande et Benoît Hamon, veut tout changer. Démocratie, Economie, Europe... tout y passe, ou presque. Revue de détails de ce que serait la France gouvernée par l'homme de Saône-et-Loire.

A perdre la raison - Montebourg seul recours pour la gauche face aux Trump français ?

Depuis hier les commentateurs sont consternés par la victoire de Trump et chacun de donner son appréciation de la situation et critiquant "le populisme" qui nous dit-on serait responsable de l'élection de Trump

Ces mêmes commentateurs, journalistes, éditocrates, blogueurs, découvrent soudainement comme par miracle, que la mondialisation galopante serait après tout l'une des responsables de la victoire de Trump.

Marianne - Yann Galut, ex-soutien de Hollande : "Pourquoi je vais rallier Montebourg"

En 2011, il faisait partie de l'équipe de campagne de François Hollande. Aujourd'hui, le député du Cher Yann Galut a pris ses distances, dégoûté par l'orientation "social-libérale" du quinquennat. Ce mardi 15 novembre, l'animateur du courant socialiste "la Fabrique" explique à "Marianne" pourquoi il rejoint Arnaud Montebourg.

HAMON

Libération - Vote blanc, 49.3 citoyen… les propositions de Benoît Hamon pour rénover la démocratie

Après avoir mis en valeur le revenu universel et le bien-être au travail, le candidat à la présidentielle via la primaire du PS a décliné ce lundi ses propositions institutionnelles.

 
L'ancien ministre et candidat à la primaire socialiste de janvier 2017 propose aussi des solutions drastiques pour mettre fin à ce qu'il appelle la « défaillance de la démocratie ». Benoît Hamon, dont les chances de gagner la primaire de la gauche restent minimes, a déjà tout prévu. D'abord un référendum, qui aurait lieu le jour du second tour des législatives (dimanche 18 juin 2017) pour statuer sur trois questions : droit d'initiative citoyenne (pour soumettre ou suspendre un projet de loi), reconnaissance du vote blanc et droit de vote des étrangers aux élections locales.
 
CHRISTOPHE GUILLUY
 
 
De l'Amérique de Trump à la France périphérique, il n'y a qu'un pas. Le géographe Christophe Guilluy nous explique pourquoi. Interview
 
« Trumpisation » de la société, « lepénisation des esprits », « jeanpierrepernaultisation de l'information », les éditorialistes ne savent plus qui accabler pour expliquer la montée des populismes. Il existe pourtant une autre lecture du phénomène. Christophe Guilluy est le géographe maudit de la gauche française. Ses torts ? Une analyse qui prend les réformistes à rebrousse-poil et des livres qui décortiquent les rouages inconscients de notre ordre social. Si Manuel Valls considère qu'expliquer, c'est déjà vouloir excuser, Christophe Guilluy préfère comprendre plutôt que condamner.
 
MACRON
 
 
Les candidats à l’investiture du Parti socialiste ont jusqu’à ce vendredi soir pour se déclarer. Plusieurs députés soutenant Emmanuel Macron revendiquent une « double appartenance ».
 
 
Emmanuel Macron nous annonce, avec son aplomb habituel, une « aventure de refondation politique », avec de bien pauvres propositions…
Alléluia ! Nous avions déjà le messie avec Emmanuel Macron, celui qui allait sauver le pays, l’emmener vers la modernité, celui qui sait marcher sur une eau ni de droite ni de gauche. Nous commençons à recevoir cette semaine son Evangile, selon L’Obs, le journal qui veut faire le pont entre Pierre Mendès France et Macron, l’ancien et le nouveau testaments enfin réunis… La Bonne Nouvelle, un mois et demi avant Noël, quelle cadeau !
 
LEGISLATIVES 2017
 
 
Rue de Solférino, le grand jeu des chaises musicales pour se recaser après la présidentielle a commencé. Une foire d'empoigne qui fait déjà pas mal de dégâts.
 
 
À un mois de la convention nationale d'investiture du Parti socialiste, bon nombre de députés de la majorité ont annoncé qu'ils ne se représenteraient pas aux prochaines élections législatives. Certains ministres ont rejoint leurs rangs.

Assiste-t-on, à 7 mois des élections législatives de 2017, à un renoncement général au sein de la majorité socialiste? Alors que plusieurs députés ont récemment annoncé qu'ils n'appartiendraient pas à la prochaine législature, certains membres du gouvernement sont désormais dans le même cas.

ECOLOGIE
 

Notre-Dame-des-Landes, boues rouges, Fessenheim… à plusieurs reprises, l’écologie a fait figure de caillou dans la chaussure du gouvernement ces quatre dernières années.

Taxe carbone, loi sur la biodiversité, COP21… si le quinquennat de François Hollande a été marqué par plusieurs avancées en matière de protection de l’environnement, l’écologie a aussi semé le trouble au sein du gouvernement ces quatre dernières années. Retour sur cinq dossiers qui ont divisé les ministres et handicapé l’action de François Hollande.
 
ECONOMIE
 
Le Monde - Compétitivité : le décrochage français est-il irréversible ?

Une étude de l’OFCE sur « L’état du tissu productif français » relance le débat sur la capacité de l’économie du pays à rester dans la course de la concurrence mondiale. Le coût du travail n’est pas le seul en cause.

Il l’a réaffirmé avec conviction, comme tant d’autres avant lui. « La désindustrialisation n’est pas une fatalité », a martelé Manuel Valls, jeudi 10 novembre, lors d’une visite à Corbeil-Essonnes, sur le site du fabricant de semi-conducteurs X-Fab. La concurrence mondiale « ne fait aucun cadeau (…). Mais nous avons des atouts à faire valoir, et en particulier nos capacités d’innovation », a souligné le premier ministre.

20/11/2016

L'actualité des socialistes du 11 au 18 novembre

A LA UNE : POPULISME

Laurent Bouvet - Qu’est-ce que le populisme ?

Le spectre du populisme hante à nouveau l'Europe. Partout ou presque, des partis qui s’en réclament plus ou moins ouvertement gagnent des voix et du terrain. Une telle résurgence, dont les causes sont multiples et difficiles à cerner à coup sûr, met en relief les défauts de la démocratie, tout particulièrement si on s’en tient à son versant « représentatif ». Dès lors qu'on fonde la légitimité politique sur l'assentiment du peuple, celui-ci, en raison même des ambiguïtés de sa définition, peut se révéler tout aussi indispensable que dangereux pour la liberté, a fortiori lorsqu’il ne s’estime plus représenté par « ses » élites. Le populisme est ainsi et indissociablement à la fois le mal (comme contraire du bien) de la démocratie et le mal comme symptôme que quelque chose ne va pas dans la démocratie. En effet, si le peuple n'a pas toujours raison, il a en revanche toujours ses raisons dans une démocratie[1]. Des raisons qui doivent être écoutées, comprises voire entendues sous peine de dérive… populiste précisément.

TRUMP

Le Monde - L’écrasante responsabilité de la gauche dans la victoire de Donald Trump, Par Dominique Méda, sociologue, professeure des universités

Pourquoi les gauches se font-elles tailler des croupières presque partout dans le monde par des partis qui prétendent mettre au cœur de leurs préoccupations les oubliés, les invisibles, les damnés de la mondialisation, les sans-grade, les déclassés ?

L’énigme semble complète : pourquoi les pauvres et les ouvriers ont-ils voté pour un milliardaire qui ne s’est donné que la peine de naître – un don conséquent de son père lors de son entrée dans la vie adulte lui ayant permis de construire son empire – et non pour la candidate démocrate ?

Le Figaro - Laurent Bouvet : «La défaite d'Hillary Clinton, dernier avertissement pour la gauche française»

Hillary Clinton a perdu dans plusieurs États traditionnellement démocrates. Pour Laurent Bouvet, c'est l'ensemble des partis sociaux-démocrates qui ont perdu la confiance des catégories populaires en plébiscitant un multiculturalisme normatif.

Christophe Bouillaud - 9 novembre 2016

Je ne sais pas ce que le destin trouve de si passionnant aux 9 novembre, mais je soupçonne qu’il commence à se moquer sérieusement de nous. Le 9 novembre 1918, l’Empire allemand s’écroule. Le 9 novembre 1938, c’est la « Nuit de Cristal ». Le 9 novembre 1989 tombe le Mur de Berlin. Et, le 9 novembre 2016, on annonce l’élection à la surprise et stupeur générales comme Président des États-Unis d’un lointain descendant d’immigrant allemand, d’un outsider absolu de la politique. C’est vraiment, semble-t-il, le « Schicksaltag der Deutschen » , le jour du destin des Allemands, et, par là-même, de nous-mêmes.

Tribune de Lyon - “La machine à perdre à droite et à gauche est enclenchée” Renaud Payre

Le directeur de Sciences Po Lyon évoque le “brouillard” qui règne après l’élection de Donald Trump à la tête des États-Unis et confie ce matin son “pessimisme” sur l’élection présidentielle qui arrive en France. Entretien.

CIVIC TECH

Orange - Nouvelles citoyennetés à l’heure numérique

À quelques mois des élections présidentielles françaises, l’expression fait le buzz sur la toile et les médias : « civic tech ». Soit une nouvelle génération de sites, d’applications ou de dispositifs digitaux, se donnant comme ambition de transformer le ou la politique. Mais au-delà, comment le numérique change-t-il la façon dont les citoyens s’impliquent, s’engagent et participent ?

MONTEBOURG

Direct Matin - Arnaud Montebourg président de la République : quelles conséquences ?

Arnaud Montebourg, chantre du «Made in France», est l'un des favoris de la gauche pour 2017. Mais à quoi ressemblerait la France présidée par celui qui souhaite notamment une refondation des institutions ?

Prendre le pouvoir pour redresser la France. L'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, en ballotage favorable dans les sondages de la Primaire de la gauche face à François Hollande et Benoît Hamon, veut tout changer. Démocratie, Economie, Europe... tout y passe, ou presque. Revue de détails de ce que serait la France gouvernée par l'homme de Saône-et-Loire.

A perdre la raison - Montebourg seul recours pour la gauche face aux Trump français ?

Depuis hier les commentateurs sont consternés par la victoire de Trump et chacun de donner son appréciation de la situation et critiquant "le populisme" qui nous dit-on serait responsable de l'élection de Trump

Ces mêmes commentateurs, journalistes, éditocrates, blogueurs, découvrent soudainement comme par miracle, que la mondialisation galopante serait après tout l'une des responsables de la victoire de Trump.

Marianne - Yann Galut, ex-soutien de Hollande : "Pourquoi je vais rallier Montebourg"

En 2011, il faisait partie de l'équipe de campagne de François Hollande. Aujourd'hui, le député du Cher Yann Galut a pris ses distances, dégoûté par l'orientation "social-libérale" du quinquennat. Ce mardi 15 novembre, l'animateur du courant socialiste "la Fabrique" explique à "Marianne" pourquoi il rejoint Arnaud Montebourg.

HAMON

Libération - Vote blanc, 49.3 citoyen… les propositions de Benoît Hamon pour rénover la démocratie

Après avoir mis en valeur le revenu universel et le bien-être au travail, le candidat à la présidentielle via la primaire du PS a décliné ce lundi ses propositions institutionnelles.

 
L'ancien ministre et candidat à la primaire socialiste de janvier 2017 propose aussi des solutions drastiques pour mettre fin à ce qu'il appelle la « défaillance de la démocratie ». Benoît Hamon, dont les chances de gagner la primaire de la gauche restent minimes, a déjà tout prévu. D'abord un référendum, qui aurait lieu le jour du second tour des législatives (dimanche 18 juin 2017) pour statuer sur trois questions : droit d'initiative citoyenne (pour soumettre ou suspendre un projet de loi), reconnaissance du vote blanc et droit de vote des étrangers aux élections locales.
 
CHRISTOPHE GUILLUY
 
 
De l'Amérique de Trump à la France périphérique, il n'y a qu'un pas. Le géographe Christophe Guilluy nous explique pourquoi. Interview
 
« Trumpisation » de la société, « lepénisation des esprits », « jeanpierrepernaultisation de l'information », les éditorialistes ne savent plus qui accabler pour expliquer la montée des populismes. Il existe pourtant une autre lecture du phénomène. Christophe Guilluy est le géographe maudit de la gauche française. Ses torts ? Une analyse qui prend les réformistes à rebrousse-poil et des livres qui décortiquent les rouages inconscients de notre ordre social. Si Manuel Valls considère qu'expliquer, c'est déjà vouloir excuser, Christophe Guilluy préfère comprendre plutôt que condamner.
 
MACRON
 
 
Les candidats à l’investiture du Parti socialiste ont jusqu’à ce vendredi soir pour se déclarer. Plusieurs députés soutenant Emmanuel Macron revendiquent une « double appartenance ».
 
 
Emmanuel Macron nous annonce, avec son aplomb habituel, une « aventure de refondation politique », avec de bien pauvres propositions…
Alléluia ! Nous avions déjà le messie avec Emmanuel Macron, celui qui allait sauver le pays, l’emmener vers la modernité, celui qui sait marcher sur une eau ni de droite ni de gauche. Nous commençons à recevoir cette semaine son Evangile, selon L’Obs, le journal qui veut faire le pont entre Pierre Mendès France et Macron, l’ancien et le nouveau testaments enfin réunis… La Bonne Nouvelle, un mois et demi avant Noël, quelle cadeau !
 
LEGISLATIVES 2017
 
 
Rue de Solférino, le grand jeu des chaises musicales pour se recaser après la présidentielle a commencé. Une foire d'empoigne qui fait déjà pas mal de dégâts.
 
 
À un mois de la convention nationale d'investiture du Parti socialiste, bon nombre de députés de la majorité ont annoncé qu'ils ne se représenteraient pas aux prochaines élections législatives. Certains ministres ont rejoint leurs rangs.

Assiste-t-on, à 7 mois des élections législatives de 2017, à un renoncement général au sein de la majorité socialiste? Alors que plusieurs députés ont récemment annoncé qu'ils n'appartiendraient pas à la prochaine législature, certains membres du gouvernement sont désormais dans le même cas.

ECOLOGIE
 

Notre-Dame-des-Landes, boues rouges, Fessenheim… à plusieurs reprises, l’écologie a fait figure de caillou dans la chaussure du gouvernement ces quatre dernières années.

Taxe carbone, loi sur la biodiversité, COP21… si le quinquennat de François Hollande a été marqué par plusieurs avancées en matière de protection de l’environnement, l’écologie a aussi semé le trouble au sein du gouvernement ces quatre dernières années. Retour sur cinq dossiers qui ont divisé les ministres et handicapé l’action de François Hollande.
 
ECONOMIE
 
Le Monde - Compétitivité : le décrochage français est-il irréversible ?

Une étude de l’OFCE sur « L’état du tissu productif français » relance le débat sur la capacité de l’économie du pays à rester dans la course de la concurrence mondiale. Le coût du travail n’est pas le seul en cause.

Il l’a réaffirmé avec conviction, comme tant d’autres avant lui. « La désindustrialisation n’est pas une fatalité », a martelé Manuel Valls, jeudi 10 novembre, lors d’une visite à Corbeil-Essonnes, sur le site du fabricant de semi-conducteurs X-Fab. La concurrence mondiale « ne fait aucun cadeau (…). Mais nous avons des atouts à faire valoir, et en particulier nos capacités d’innovation », a souligné le premier ministre.