Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2014

OFCE - Une assurance chômage pour la zone euro ? Par Xavier Timbeau

Dans la dernière parution de la Direction générale du Trésor,  Lettre Trésor-Eco, n° 132, juin 2014 (Ministère des Finances et des Comptes publics et Ministère de l’Économie du Redressement productif et du Numérique), Thomas Lellouch et Arthur Sode développent le mode de fonctionnement et les mérites d’une assurance chômage commune à la zone euro. Ils en précisent les modalités d’application, par grandes étapes, qui en assurent la neutralité entre Etats membres. Ils plaident pour des politiques de l’emploi et du marché du travail harmonisées, conduisant à long terme à un taux de cotisation unique dans la zone euro :

- « La mutualisation au niveau de la zone euro d’une composante de l’assurance chômage permettrait de doter la zone euro d’un instrument de solidarité nouveau, à même de donner une véritable incarnation à l’Europe sociale tout en renforçant la stabilisation de la zone dans son ensemble …

Lire la suite
_________________________________
_________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Tags : ofce | Lien permanent

Thomas Piketty : Le capital au XXIe siècle

Réunion-débat avec Thomas Piketty (1h54)

Organisée par les Amis du Monde diplomatique de Paris
(http://www.amis.monde-diplomatique.fr/)

Le jeudi 13 mars 2014 à l'École Normale Supérieure - Paris
(http://www.ens.fr/)

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : piketty | Lien permanent

Un Préfet qui mérite vraiment d’être remercié ! Par Jean-Paul Bourgès

La caractéristique des Préfets c’est qu’ils ont un emploi intégralement soumis aux décisions du gouvernement. Cela date de Napoléon et récemment on vit un Préfet remercié du jour au lendemain par Nicolas SARKOZY parce qu’il n’avais pas été capable d’organiser la claque chargée d’applaudir le Chef de l’Etat avec des gens de taille suffisamment limitée pour que notre éminent Président n’apparaisse pas trop petit en venant serrer les mains qui se tendraient « spontanément » vers lui.

N’ayant ni ce pouvoir, ni cette envie, ce sont des vrais remerciements que je veux, par ce billet, adresser à un Préfet que Manuel VALLS remercie, à sa façon, en mettant fin à ses fonctions.

Il s’agit d’Alain RÉGNIER.

Lire la suite
_______________________________
_______________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : alain regnier | Lien permanent

05/07/2014

Christian Chavagneux - Rapport Cnuced : les relations se tendent entre Etats et multinationales

Le rapport 2014 de la Cnuced sur les politiques publiques vis-à-vis des entreprises étrangères et sur les conflits juridiques Etats-firmes montre une tension grandissante.

Des Etats de moins en moins libéraux
Le décret de patriotisme économique d’Arnaud Montebourg du 15 mai dernier visant à donne à l’Etat français plus de contrôle sur les investisseurs étrangers n’est pas une exception.

Au contraire même, selon les dernières données de la Cunced, les nouvelles réglementations passées dans le monde concernant les investissements de firmes étrangères visent de plus en plus à les contrôler : les mesures de restriction/régulation ont représenté 27 % des mesures totales prises en 2013. Une part orientée sur une tendance croissante depuis le début des années 2000 où elle était de 6 %.

Lire la suite
___________________________
___________________________

21:00 Publié dans Réflexions | Tags : christian chavagneux | Lien permanent

OFCE - Pourquoi un taux d’intérêt négatif ? Christophe Blot et Fabien Labondance

Comme anticipé, la Banque centrale européenne (BCE) a dégainé le 5 juin 2014 un arsenal de nouvelles mesures non-conventionnelles. Cela afin d’enrayer la dynamique déflationniste dans laquelle se trouve la zone euro. Parmi les mesures annoncées, la BCE a notamment décidé d’appliquer un taux d’intérêt négatif aux facilités de dépôts. Cette proposition inédite mérite une explication.

Il faut rappeler que depuis juillet 2012, le taux des facilités de dépôts était de 0 %. Il passe dorénavant à -0,10 %, de telle sorte qu’une banque déposant des liquidités auprès de la BCE verra son dépôt réduit de ce taux d’intérêt négatif. Avant de voir quelles seront les répercussions de cette mesure, il est utile de préciser le rôle des facilités de dépôts. L’action de la BCE s’appuie sur les prêts octroyés aux établissements de crédits de la zone euro via les opérations principales de refinancement (MRO pour main refinancing operations) ou les opérations de refinancement à plus long terme (LTRO pour long term refinancing operations). Avant la crise, ces opérations étaient conduites à taux variables, suivant une procédure d’enchères. Elles sont réalisées à taux fixe depuis octobre 2008. Le taux des opérations de refinancement doit permettre à la BCE d’influencer le taux pratiqué par les établissements de crédits pour les prêts interbancaires (EONIA pour Euro overnight index average), puis, par ce biais, l’ensemble des taux bancaires et des taux de marché.

Lire la suite
__________________________
__________________________

17:00 Publié dans Réflexions | Tags : ofce | Lien permanent

Piketty & Todd - Le capital au XXIe siècle

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : piketty | Lien permanent

Le docu - Ministre ou rien


Le docu - Ministre ou rien par publicsenat

08:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Non Fiction : Du passé (révolutionnaire) faisons table rase ?

Résumé : La chercheuse Mélanie Lamarre confronte les romans d’Olivier Rolin et d’Antoine Volodine pour les inscrire, à partir d’une lecture sociocritique, dans une écriture de la perte et de la nostalgie de l’idéal révolutionnaire des années 1970.

Le sociologue Henri Mendras nomme les années 1965-1984 la « seconde révolution française ». Il étudie les profondes mutations qui ont lieu en France pendant cette période : la croissance économique d’après-guerre et l’avènement de la société de consommation, la montée des classes moyennes, l’accès aux études supérieures, l’influence des médias : radios, télévisions. Depuis 1962, la fin de la guerre d’Algérie, le pays est en paix. Sous la constitution de la Ve République, instaurée en 1958, alternent avec régularité des présidences de droite et de gauche. La jeunesse a le sentiment de pouvoir décider de sa vie et se révolte, en mai 1968, contre les institutions de l’ancien modèle, dans les domaines des mœurs, du travail, de l’université, de la condition des femmes et des homosexuels. On entend parfois quelques faibles échos, les slogans de cette jeunesse en révolte : « Plus je fais l’amour, plus j’ai envie de faire la révolution, plus je fais la révolution, plus j’ai envie de faire l’amour », « Ne pas perdre sa vie à la gagner », « Les structures ne descendent pas dans la rue ». Ce sont des « années de rêve » qui donnent suite aux « années de poudre », si l’on reprend les deux tomes du livre Générations de Hervé Hamon et Patrick Rotman. La grève a été générale en 1968. Puis la roue a tourné, des réformes sont entérinées, les ouvriers et les étudiants reprennent le chemin des usines et des écoles… pour la plupart.

Lire la suite
____________________________
____________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : non fiction | Lien permanent

03/07/2014

Paul Alliès, Mediapart - "Rien de nouveau sous le soleil..."

"... C'est permis par la Constitution". C'est par ces mots que Claude Bartolone a justifié ce lundi le recours à la "réserve de vote" utilisé par le gouvernement pour empêcher le vote des amendements des députés socialistes critiques.

Le président de l'Assemblée Nationale a ainsi légitimé l'usage de l'impressionnant arsenal qui figure dans la Constitution comme dans le Règlement de l'Assemblée pour museler et paralyser les parlementaires. On n'a peut-être pas encore tout vu. Plus on va aller ver le vote du Projet de Loi de Finances Rectificative de la Sécurité Sociale, plus le gouvernement pourra sortir du placard la batterie de six mesures antiparlementaires:  réserve de vote (c'est fait), vote bloqué, procédure accélérée, temps législatif programmé,, seconde délibération, délégation de vote; et si cela ne suffit pas, usage de l'arme atomique avec l'article 49 alinéa 3 qui permet de faire adopter un texte sans le voter face à la menace de voir le gouvernement renversé et donc l'Assemblée possiblement dissoute.

Lire la suite
______________________________
______________________________

02/07/2014

Les jeudis de la Santé: Données de santé, un progrès pour tous? Libération


Les jeudis de la Santé: Données de santé, un... par liberation

10:01 Publié dans Réflexions | Lien permanent