Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2014

[Xerfi] Alerte sur la croissance mondiale

12:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

La rentrée en questions : Guillaume Duval (Alternatives économiques)

Huffington Post - Le retour de Martine Aubry, Patrick Martin-Genier, Maître de conférence en droit public à Science Po Paris

Le limogeage des ministres de la gauche du parti socialiste, la tonitruante déclaration d'amour de Manuel Valls aux entreprises devant l'université du Medef, l'annonce du détricotage de la loi "Alur" portée par Cécile Duflot, enfin le spectacle de magie politique du Premier ministre devant l'université du PS réunie à La Rochelle, ont au moins eu pour conséquence de faire réagir Martine Aubry.

La maire de Lille ne décolèrerait pas depuis la formation du premier gouvernement Valls. Depuis Valls II, elle serait prête à revenir sur le devant de la scène. Depuis les annonces sur le logement, elle serait même prête à dire tout le mal de ce qui se passe en ce moment au gouvernement et aussi probablement de François Hollande...

Lire la suite
__________________________
__________________________

06/09/2014

Huffington Post - Face à la République abîmée, quels scénarios? Patrick Martin-Genier, Maître de conférence en droit public à Science Po Paris

Face aux dernier événements politiques et passionnels qui ont secoué l'exécutif cette semaine et sur lesquels, par pudeur, il n'est pas utile de s'épancher, quels sont aujourd'hui les choix qui s'offrent à François Hollande alors que lui-même et son Premier ministre viennent de subir une nouvelle chute dans les sondages?

La piste sérieuse de la dissolution

Si les institutions de la Ve République sont suffisamment solides et efficaces pour permettre au président de terminer son mandat et son Premier ministre de "tenir" à l'Assemblée nationale (bien que cette dernière hypothèse devienne de plus en plus fragile), la première hypothèse à privilégier pour re-crédibiliser l'action publique et politique est encore et une fois la dissolution de l'Assemblée nationale. Une majeure partie des Français y est favorable.

Lire la suite
__________________________
__________________________

19:48 Publié dans Réflexions | Lien permanent

[Xerfi] Soutenir l'offre OU la demande : le faux debat

15:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Paul Jorion : on remet tout à plat... Et on construit quoi ? Lyon video actualités Editions RJTP


Paul Jorion : on remet tout à plat..... par lyon_videos_fr

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : paul jorion | Lien permanent

05/09/2014

Alternatives Economiques - Où François Rebsamen a-t-il trouvé les 350 000 emplois non pourvus ? En tous cas, pas à Pôle emploi

Il est normal qu’un demandeur d’emploi indemnisé cherche un emploi, et il n’est pas anormal qu’il puisse être vérifié que, en contre partie de son indemnisation par l’assurance chômage, il soit acteur dans une recherche effective d’emploi

Quand le ministre François Rebsamen met la pression sur Pôle emploi pour que l’institution accentue sa mission de contrôle de la recherche effective d’emploi, il est possible de s’interroger sur l’opportunité d’une déclaration sur ce sujet dans un contexte d’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi, qui est celui qui prévaut depuis que ce ministre est aux responsabilités dans ce domaine sensible

Lire la suite
____________________________
____________________________

18:02 Publié dans Réflexions | Tags : alternatives economiques | Lien permanent

PS : bienvenue au XXIe siècle Jean VIARD Sociologue, directeur de recherches CNRS au Cevipof, éditeur

La France vient d’entrer brutalement, mais avec difficulté et retard, dans le XXIe siècle. L’affrontement capital-travail qui a structuré nos sociétés depuis la révolution industrielle et permis, à la fois, un développement considérable et une amélioration immense des conditions de vie, vient d’y changer de forme : l’amour de l’entreprise peut être de gauche et, surtout, l’avenir de l’entreprise va porter l’avenir de la France. Une partie de la gauche - et des politiques - prend enfin acte que nous sommes entrés dans une nouvelle révolution technologique : la révolution numérique, portée par des entreprises, des créateurs, des innovateurs, des auto-entrepreneurs, des réseaux internationaux… et des grandes sociétés mondiales françaises qui sont l’un des atouts majeurs de la France. Nous sortons de la culture économico-politique de la révolution industrielle qui a porté la guerre de 1914-1918 et la guerre des classes du XXe siècle.

Lire la suite
______________________________
______________________________

15:02 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Le Monde - Il faut revoir les règles du métier politique | Par Michel Offerlé (Professeur à l'Ecole normale supérieure-Ulm)

Pauvres partis français ! La crise des partis est un joli marronnier. Mais de quoi parle-t-on au juste ? De l'écroulement du militantisme partisan et de l'évanescence des adhésions ? De la rétraction de leur ramification sociale et sociétale ? De l'incapacité des partis à produire une offre programmatique à long terme ? De la réduction donc du périmètre de leur répertoire d'action, qui se manifeste dans la délégation aux communicants et aux think tanks de l'élaboration doctrinale et dans l'abandon quasi total de la formation des adhérents au profit du « training communicationnel » des élus. Et bien sûr du manque de représentativité démographique/démocratique qui caractérise le recrutement des dirigeants partisans, qui « ressemblent » de moins en moins au corps électoral sur le plan de leurs expériences sociales et professionnelles, beaucoup plus encore que sur le plan du genre ou de la « diversité ».

Lire la suite
____________________________
____________________________

10:05 Publié dans Réflexions | Tags : offerle | Lien permanent

OFCE, Henri Sterdyniak - Après la décision du Conseil constitutionnel, l’impossible fusion RSA-PPE

En juin 2014, le gouvernement avait fait voter par le parlement une nouvelle disposition prévoyant la dégressivité des cotisations sociales salariés, afin d’augmenter le pouvoir d’achat des salariés à bas salaires. Ainsi, un salarié payé au SMIC aurait bénéficié d’une réduction de 3 points de cotisations, soit un gain de 43 euros par mois, correspondant à une hausse de 4% de son salaire net. La ristourne devait ensuite diminuer avec le niveau de salaire horaire pour s’annuler à 1,3 fois le SMIC. Le 6 août 2014, le Conseil constitutionnel a décidé de censurer cette disposition. Cette censure est bienvenue pour trois raisons.

Lire la suite
__________________________
__________________________

00:06 Publié dans Réflexions | Tags : ofce, henri sterdyniak | Lien permanent